Antitrust : Google rejette les accusations d'abus de position dominante avec son comparateur de prix
Et affirme qu'Amazon est un concurrent plus fort

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Google vient de manière officielle de rejeter les accusations de la Commission européenne dans le cadre de l’enquête antitrust concernant son service de comparaison de prix, Google Shopping.

En avril 2015, Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la concurrence, a envoyé un acte d’accusation contre Google Shopping, faisant part de son avis préliminaire selon lequel Google abuse de sa position dominante en favorisant son propre produit de comparaison de prix dans ses pages de résultats de recherche générale au sein de l’Espace économique européen. Après une première réponse de Google, la Commission a envoyé des éléments supplémentaires en juillet dernier, pour soutenir ses accusations contre Google.

Répondant à la Commission le 3 novembre, Google explique que les charges « reposent toujours sur une théorie qui ne correspond pas à la réalité de la façon dont la plupart des gens achètent en ligne. » Le géant de la recherche estime que « les allégations sont erronées sur une base factuelle, juridique et économique » et que les actions de la société étaient dirigées par ses utilisateurs plutôt que par un plan visant à écraser les rivaux.

Pour Google, la Commission européenne omet un grand acteur du marché : Amazon

Le géant de la recherche en ligne estime que la Commission européenne s’est donnée une définition tellement restreinte des services d’achats en ligne qu’elle n’a pas pris en compte Amazon, qui est de loin le leader dans le domaine, mais également d’autres plateformes comme eBay, Facebook ou encore Pinterest.

Dans sa réponse, Google a indiqué que le domaine des achats en ligne est « solidement compétitif », avec de nombreuses évidences que « Google et de nombreux autres sites sont à la traine derrière Amazon, de loin le plus grand acteur du domaine », a avancé Kent Walker, Senior Vice-Président et avocat général de Google.

D’après Kent Walker, les consommateurs ne cherchent pas seulement des produits sur un moteur de recherche, mais « ils atteignent les sites marchands de différentes manières : via des moteurs de recherche généraux, des services de recherche spécialisés, des plateformes marchandes, des sites de médias sociaux et des annonces en ligne diffusées par diverses sociétés. Et bien sûr, les commerçants atteignent directement les consommateurs comme jamais auparavant », dit-il.

Depuis avril 2015, au moment de la première communication de griefs envoyée par la Commission européenne, Kent Walker dit que Google a obtenu des données qui confirment sa déclaration. Il cite en effet une récente étude qui montre qu’en Allemagne, Amazon est le point de départ pour de nombreux acheteurs en ligne. « Un tiers des consommateurs en ligne vont d'abord sur Amazon, indépendamment de l'endroit où ils font finalement leurs achats » dit-il, alors que « seulement 14,3 % vont d'abord sur Google, et seulement 6,7 % sur les sites de comparaison de prix », a-t-il ajouté. Et de poursuivre qu’une « récente étude américaine montre des résultats similaires : 55 % des consommateurs américains commencent leurs achats en ligne sur Amazon, 28 % sur les moteurs de recherche, et 16 % vont directement aux détaillants individuels. »

Google continue pour montrer que c’est Amazon le plus fort dans le domaine, insinuant par ailleurs que le géant de l’e-commerce serait celui qui fait baisser le trafic des sites de comparaison de prix et par conséquent, Google ne peut être accusé d’abus de position dominante :

« La Commission affirme également que les consommateurs ne vont pas à Amazon pour comparer les caractéristiques et les prix des produits. Mais Amazon fournit des outils pour faire exactement cela, ainsi que la possibilité d'acheter des produits et de les faire livrer le lendemain, ce qui fait d'Amazon un concurrent encore plus fort. Il n'est pas surprenant que lorsque Amazon et d'autres nouveaux concurrents sont arrivés dans les pays européens, le trafic vers des sites offrant uniquement la comparaison des prix a baissé.

Il n'y a tout simplement pas de corrélation significative entre l'évolution de nos services de recherche et la performance des sites de comparaison de prix. Pendant ce temps, une quantité croissante de trafic est passée de nos pages de recherche à des sites populaires comme Amazon et eBay alors qu'ils se sont développés en Europe. »

Pour conclure, Google affirme ne pas pouvoir pas accepter un cas qui manque de preuves et limiterait sa capacité à servir ses utilisateurs, « juste pour satisfaire les intérêts d'un petit nombre de sites Web ». Le géant de la recherche en ligne dit toutefois être disposé à poursuivre les discussions et travailler avec la Commission pour résoudre les problèmes soulevés.

La Commission européenne prend acte de la réponse de Google

Dans un email envoyé à Reuters, Ricardo Cardoso, le porte-parole de la Commission commente la déclaration de Google : « Dans chaque cas, nous examinerons attentivement la réponse de Google avant de prendre toute décision sur la façon de procéder et ne pouvons pas à ce stade préjuger le résultat final de l'enquête ».

En rejetant les accusations, Google ouvre la voie permettant à la Commission européenne de statuer sur la question dès l’année prochaine. Si la firme est reconnue coupable, elle pourrait se voir infliger une lourde amende, qui pourrait atteindre 7,4 milliards de dollars, soit 10 % de son chiffre d'affaires mondial, juste pour le cas Google Shopping.

Pour les autres cas, Kent Walker affirme que Google a également envoyé sa réponse pour l’enquête antitrust portant sur son service AdSense et que dans les prochains jours, la firme répondra également pour le cas Android.

Sources : Reuters, Kent Walker

Et vous ?

Que pensez-vous des arguments de Google ?

Voir aussi :

antitrust : Bruxelles sur le point d'infliger une lourde amende à Google pour abus de position dominante avec Android


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 16/06/2017 à 17:51
UE : le régulateur antitrust pourrait infliger une amende record à Google
pour avoir favorisé son service Shopping dans ses résultats de recherche

Le régulateur européen de la concurrence serait sur le point d’annoncer la punition qu’il a décidé d’infliger à Google, accusé d’avoir favorisé son service de comparaison de prix (Google Shopping) dans ses résultats de recherche. Plusieurs rapports font cas d’une amende dépassant le record de 1,06 milliard d’euros infligé à Intel en 2009.

Rappelons-le, en avril 2015, Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la concurrence a envoyé un acte d’accusation contre Google. Dans cet acte, la société est interpellée pour abus de position dominante en favorisant son produit de comparaison de prix dans ses résultats de recherche générale au sein de l’Espace économique européen. Google s’est défendu une première puis une deuxième fois, après que le régulateur européen lui a fait parvenir des éléments supplémentaires pour soutenir ses accusations contre le géant de la recherche en ligne. Dans sa dernière réponse en novembre 2016, Google a rejeté toutes les accusations de la Commission européenne dans le cadre de l’enquête antitrust concernant son service de comparaison de prix. Le géant de la recherche en ligne a estimé que « les allégations sont erronées sur une base factuelle, juridique et économique » et que les actions de la société étaient dirigées par ses utilisateurs plutôt que par un plan visant à écraser les rivaux.

Après sa réponse, Google a donc ouvert la voie permettant à la Commission européenne de statuer sur la question, ce qui semble être fait maintenant. D’après le Financial Times, citant deux sources proches du dossier, le régulateur européen va en effet annoncer dans les semaines à venir une amende record contre Google dans le cadre de son enquête antitrust. Cette amende pourra être fixée jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires global réalisé en 2016 par Alphabet, la société mère de Google ; soit 10 % de 90 milliards de dollars.

D’après le média Fox Business, cette amende devrait également être accompagnée de plusieurs autres mesures. Google pourrait en effet être sommé de changer ses pratiques commerciales avec son comparateur de prix, en traitant son service sur un pied d’égalité avec les services concurrents. Autrement dit, la firme devrait faire en sorte que les services concurrents aient une meilleure visibilité dans ses résultats de recherche. L’UE a en effet discuté avec certains des plaignants de la façon dont Google devrait modifier ses résultats de recherche pour qu’ils ne soient plus défavorisés. La Commission pourrait en plus autoriser les services concurrents à demander réparation en dommages et intérêts devant les juridictions locales.

Même après l’annonce des mesures qui seront prises contre Google, on peut toutefois s’attendre à ce que la bataille entre Google et la Commission ne soit qu’à son début. Le géant de la recherche en ligne peut en effet faire appel de la décision de la Commission en saisissant la plus haute instance juridique de l’Union européenne, la CJUE. La décision finale pourrait donc ne pas être prononcée avant quelques années. Rappelons aussi que Google fait également l’objet de deux autres enquêtes antitrust sur Android et sa plateforme de publicité AdSense.

Sources : Financial Times, Fox Business

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Antitrust : Bruxelles sur le point d'infliger une lourde amende à Google, pour abus de position dominante avec Android
Antitrust : Intel pourrait ne pas avoir à payer son milliard d'euros d'amende infligée par l'UE, suite à un avis d'un avocat général de la CJUE
Avatar de Aurelien Plazzotta Aurelien Plazzotta - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 16/06/2017 à 21:31
C'est toujours la même conclusion avec ce type d'actualité : il n'existe aucun arsenal législatif au 21e siècle pour contrecarrer les conglomérats super riches.
Les amendes réputées record sont ridicules et ne représentent dans le meilleur des cas que 1% du chiffre d'affaires annuel d'une multinationale et n'annule en rien le rachat, la pratique ou la transaction frauduleuse.

Exprimé à contrario, la situation est encore plus grotesque : le paiement d'une amende autorise une entreprise à être hors-la-loi.

Cela me fait penser à un message pertinent publié par un autre membre du club developpez.com au sujet du rachat de Whasapp par Facebook : la Commission Européenne autorise le rachat de l'une par l'autre pour un montant de 16,1 milliards de $ au lieu de 16 milliards de $...
Avatar de earhater earhater - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 16/06/2017 à 23:24
je suis désolé mes gens et je vous demande des précisions mais je ne vois pas du tout pourquoi google devrait être sanctionné pour avoir mis en avant ses propres services ? IL y a une loi qui dit que les moteurs de recherches doivent êtres impartiaux ? Par exemple sur linkedin les utilisateurs qui payent sont mis en avant, sur certains moteurs de recherches de voyages par exemple des entreprises payent pour être mise en avant ( et c'est pas affiché comme sponso) etc

C'est une entreprise privée pas un outil d'utilité publique
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 17/06/2017 à 0:40
De manière générale, tu as raison. L'antitrust consiste à favoriser une concurrence saine, à savoir la loi de l'offre et de la demande. Pour cela il faut mettre des règles supplémentaires aux mastodontes, qui ont les moyens d'influencer l'offre et la demande pour se rendre naturellement plus attractifs que leurs concurrents. Google étant l'un d'entre eux, il est donc sujet à ces règles supplémentaires. Dit autrement : être influent, c'est bien, mais l'être trop, ça l'est moins. Après, chacun a son avis de ce qui est trop et de ce qui ne l'est pas, y'a forcément des mécontents.
Avatar de Georges_T Georges_T - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 25/06/2017 à 6:01
Juste une question : Sanctionner, pourquoi pas, mais est ce que une entreprise sanctionnée a déjà payé quelque chose ?
Sinon à quoi sert d'utiliser tant d'énergie et d'argent pour poursuivre une chimère ?
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 27/06/2017 à 14:28
Antitrust : Bruxelles inflige une amende de 2,4 milliards d'euros à Google
pour abus de position dominante sur la recherche en ligne

Après des années de procédures et de multiples tentatives d'entente avec Google, la Commission européenne a décidé de lui infliger une amende record de 2,42 milliards d'euros pour abus de position dominante sur le marché des moteurs de recherche en favorisant son propre service de comparaison de prix.

Margrethe Vestager, la commissaire chargée de la politique de concurrence, a déclaré: « Google est à l'origine d'un grand nombre de produits et de services innovants qui ont changé notre vie, ce qui est positif. Mais sa stratégie relative à son service de comparaison de prix ne s'est pas limitée à attirer des clients en rendant son produit meilleur que celui de ses concurrents. En effet, Google a abusé de sa position dominante sur le marché des moteurs de recherche en favorisant son propre service de comparaison de prix dans ses résultats de recherche et en rétrogradant ceux de ses concurrents.

Ce que Google a fait est illégal au regard des règles de concurrence de l'UE. Elle a empêché les autres sociétés de livrer concurrence sur la base de leurs mérites et d'innover. Et surtout, elle a empêché les consommateurs européens de bénéficier d'un réel choix de services et de tirer pleinement profit de l'innovation. »

Les principaux griefs portent sur la place privilégiée que Google accorde à Google Shopping sur les pages de résultats de recherche, rétrogradant du coup les services concurrents de comparaison de prix de produits.

En effet, Bruxelles précise qu’en 2008, Google a commencé à introduire sur les marchés européens un changement fondamental dans sa stratégie visant à promouvoir son service de comparaison de prix. Cette stratégie était fondée sur la domination exercée par Google sur le marché de la recherche générale sur l'internet, et non sur une concurrence basée sur les mérites sur les marchés de la comparaison de prix :
  • Google a toujours accordé une position de premier plan à son propre service de comparaison de prix : lorsqu'un consommateur introduit une demande dans le moteur de recherche de Google, pour laquelle le service de comparaison de prix de Google souhaite montrer des résultats, ceux-ci sont affichés en haut ou dans la première partie des résultats de recherche ;
  • Google a rétrogradé les services de comparaison de prix concurrents dans ses résultats de recherche : les services concurrents de comparaison de prix apparaissent dans les résultats de recherche de Google sur la base des algorithmes de recherche générique de Google. Google ayant assorti ces algorithmes de plusieurs critères, les services de comparaison de prix concurrents sont rétrogradés. Il est établi que même le service concurrent le mieux classé n'apparaît en moyenne qu'à la page 4 des résultats de la recherche de Google, les autres figurant encore plus bas. Le service de comparaison de prix de Google n'est pas soumis aux algorithmes de recherche générique de Google, donc à ces rétrogradations.

La conséquence ? Le service de comparaison de prix de Google est bien plus visible pour les consommateurs dans les résultats de recherche de Google, alors que les services de comparaison de prix concurrents sont beaucoup moins visibles.

Pour la Commission, « en accordant une position de premier plan uniquement à son service de comparaison de prix et en rétrogradant ses concurrents, Google a conféré un avantage significatif à son service de comparaison de prix par rapport à ses rivaux. »

La décision adoptée aujourd'hui conclut que :
  • Google occupe une position dominante sur les marchés de la recherche générale sur l'internet dans l'ensemble de l'Espace économique européen (EEE), c'est-à-dire dans les 31 pays de l'EEE ;
  • Google a abusé de sa position dominante sur le marché en conférant un avantage illégal à son propre service de comparaison de prix. La société a accordé une position de premier plan dans ses résultats de recherche uniquement à son propre service de comparaison de prix, tout en rétrogradant les services de ses rivaux. Elle a étouffé la concurrence fondée sur les mérites sur les marchés de la comparaison de prix.

Conséquences de la décision

L'amende d'un montant de 2 424 495 000 d'euros, qui tient compte de la durée et de la gravité de l'infraction. L'amende a été calculée sur la base de la valeur des recettes que Google réalise grâce à son service de comparaison de prix que Google a déployé dans 13 pays de l'EEE (notamment l'Allemagne et le Royaume-Uni en janvier 2008, la France en octobre 2010, l'Italie, les Pays-Bas et l'Espagne en mai 2011, la République tchèque en février 2013 et l'Autriche, la Belgique, le Danemark, la Norvège, la Pologne et la Suède en novembre 2013).

En vertu de la décision de la Commission, Google doit mettre un terme à son comportement illégal dans un délai de 90 jours à compter de la décision et s'abstenir de toute mesure ayant un objet ou un effet identique ou équivalent. En particulier, la décision enjoint Google de respecter le simple principe d'égalité de traitement entre les services concurrents de comparaison de prix et son propre service:
  • Google doit appliquer aux services de comparaison de prix concurrents les mêmes procédés et les mêmes méthodes de placement et d'affichage sur ses pages de résultats de recherche qu'à son propre service de comparaison de prix ;
  • Si Google ne se conforme pas à la décision de la Commission, la société sera passible d'astreintes pour manquement pouvant aller jusqu'à 5 % du chiffre d'affaires moyen réalisé quotidiennement au niveau mondial par Alphabet, la société mère de Google. La Commission devra alors constater ce manquement dans une décision distincte, tout montant étant dû avec effet rétroactif jusqu'au début du manquement.

Enfin, Google est aussi passible d'actions civiles en dommages et intérêts qui peuvent être introduites devant les juridictions des États membres par toute personne ou entreprise affectées par son comportement anticoncurrentiel.

Source : Europa

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision ?
Avatar de Shepard Shepard - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 27/06/2017 à 17:04
Pourquoi attend-t-on de Google qu'il soit neutre ?

Delhaize vend des produits de la marque Delhaize, qu'il met en avant par rapport à sa sous-marque 365. Delhaize est la seule grande surface dans mon patelin. Puis-je porter plainte contre Delhaize parce qu'il abuse de sa position dominante ?

Google n'est pas une association sans but lucratif ... Si Google commence à faire de la merde, les gens basculeront sur un autre moteur de recherche. Il n'y a pas grand chose qui pardonne moins qu'une mauvaise image sur internet.

Par ailleurs, pourquoi la commission Européenne a-t-elle le droit d'infliger une amende à Google ?

Vous l'aurez remarqué, je n'y connais strictement rien en "politique Internet" ^^ Merci d'avance à ceux qui me feront un rappel rapide des bases :-)

Edit : Désolé je n'avais pas vu la discussion avant ce dernier article, je m'en vais la lire de ce roulement de molette :-)
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 27/06/2017 à 18:40
Citation Envoyé par Shepard Voir le message
Delhaize vend des produits de la marque Delhaize, qu'il met en avant par rapport à sa sous-marque 365.
Si c'est sa sous-marque, ce n'est pas la marque d'un concurrent. Si c'est une marque de concurrent et non une sous-marque de Delhaize :
Citation Envoyé par Shepard Voir le message
Delhaize est la seule grande surface dans mon patelin. Puis-je porter plainte contre Delhaize parce qu'il abuse de sa position dominante ?
Oui si :
- la position dominante est caractérisée (j'ai rien trouvé, donc j'imagine que c'est au juge à trancher).
- l'abus est caractérisé (L420-2 du code de commerce)
- tu souffres de ce mauvais traitement. Si tu es ledit concurrent, tu peux porter plainte, mais je ne sais pas si en tant que client ça passerait. De souvenir, nul ne peut porter plainte pour autrui à moins d'être un représentant légal.
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 27/06/2017 à 19:52
Condamné à une amende de 2,4 milliards d’euros, Google exprime son désaccord avec la décision de la Commission européenne
et envisage de faire appel

Accusé d’avoir favorisé son service de comparaison de prix (Google Shopping) dans ses résultats de recherche, Google vient d’être lourdement sanctionné par le régulateur européen de la concurrence. La Commission a infligé une amende de 2,4 milliards d’euros au géant de la recherche en ligne, soit plus du double de l’amende de 1,06 milliard prononcée pour Intel.

Dans le communiqué de presse qu’elle a publié aujourd’hui, la Commission européenne explique que Google donne une place privilégiée à Google Shopping, en le plaçant en haut dans ses résultats de recherche. Pendant ce temps, les services de comparaison de prix des concurrents sont affichés beaucoup plus bas, là où les consommateurs ne les voient pas.


En prononçant sa décision, la Commission donne un délai de 90 jours à Google pour mettre fin aux pratiques dénoncées. Il s’agira donc, entre autres, de traiter les services de comparaison de prix concurrents sur un pied d’égalité avec Google Shopping. Autrement dit, Google doit appliquer les mêmes procédés et les mêmes méthodes de placement et d'affichage sur ses pages de résultats.

Réfutant depuis le début les accusations de la Commission européenne, Google est logiquement en désaccord avec la sanction prononcée par le régulateur européen. Dans un billet, Kent Walker, Senior Vice-Président et avocat général de Google explique que le rôle de la firme est de connecter ses utilisateurs avec des milliers d'annonceurs, quelle que soit leur taille, et d’une manière qui soit utile pour les deux groupes. Il estime donc que « la décision de la Commission européenne sur les achats en ligne sous-estime la valeur de ces types de connexions rapides et faciles. »

Google dit également être guidé par ses utilisateurs et non par un désir d’écraser la concurrence. « Bien que certains sites de comparaison préfèrent naturellement que Google les mette plus en évidence, nos données montrent que les gens préfèrent habituellement des liens qui les mènent directement aux produits qu'ils souhaitent, et non à des sites Web où ils doivent répéter leurs recherches », ajoute Kent Walker. À travers son service, Google dit encore permettre à des milliers de marchands européens de concurrencer de grandes entreprises comme Amazon et eBay. Kent Walker ne manque pas non plus de rappeler qu’Amazon reste le port d’escale pour la recherche de produits en ligne. Pour soutenir sa déclaration, il cite un article de Bloomberg qui indique que plus de 50 % des acheteurs se tournent d’abord vers Amazon lorsqu’ils veulent rechercher des produits en ligne.

Pour revenir à ses méthodes d’affichage des sites de comparaison de prix, Kent Walker affirme que si vous utilisez Google pour rechercher des produits, ils essaient simplement de vous donner ce que vous recherchez. « Nous ne faisons pas cela en nous favorisant nous-mêmes, ou un site ou un vendeur particulier – c'est le résultat d'un travail acharné et d'une innovation constante, en fonction des commentaires des utilisateurs », a-t-il précisé. « Compte tenu de cette évidence, nous sommes respectueusement en désaccord avec les conclusions annoncées aujourd'hui », dit-il. Google examine donc la décision de la Commission en détail et dit envisager de faire un appel.

Source : Google

Et vous ?

Que pensez-vous des arguments de Google ?
Avatar de NSKis NSKis - En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
le 27/06/2017 à 23:46
Mouais! Loin de moi l'idée que Google est une oie blanche.

Mais là, franchement les arguments de l'UE laissent songeur. En gros, l'UE condamne Google d'avoir trop de succès.

Cela donne surtout l'impression que l'UE veut faire les poches du riche qui passe, histoire de compenser le fait que Google "optimise" ses dépenses en impôts.

Il aurait été plus logique de faire payer des impôts à Google en supprimant les paradis fiscaux présents au sein même des 28 membres de l'UE (Luxembourg, Autriche, Irlande, iles anglo-normandes). Ce n'est pas pour rien que lorsque l'Etat français achète des licences "Nanosoft" à coup de centaines de millions d'euro, le contrat est signé avec "Nanosoft-Irlande" et pas "Nanosoft-France"!!!
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 2:34
Je pense qu'au contraire l'argument est on ne peut plus clair : Google dispose d'une position dominante vis à vis des outils de recherche de sites Web. Pas au niveau de la vente de produits, qui est la branche de Google Shopping, mais de la recherche de sites Web. De là, Google utilise cette position dominante dans la recherche de sites Web pour favoriser ses outils d'une autre branche, celle de la vente. C'est là que se trouve l'abus : en tant que position dominante, il se doit (légalement parlant) de faire preuve de plus de neutralité, et non exploiter sa position dominante pour mettre en avant ses propres outils qui auraient moins de succès. Dit autrement, il profite de sa position dominante en recherche de sites Web pour fausser l'impression de concurrence (i.e. influencer) dans la vente de produits en ligne.

D'ailleurs, comme il le dit, si les utilisateurs favorisent Amazon pour faire leurs achats, pourquoi ce n'est pas Amazon qui sort en premier sur Google ? Google utilise tout d'abord la confusion en parlant de position dominante dans la vente, où il dit que c'est Amazon le n°1, alors qu'on parle de position dominante en recherche Web. Ensuite, il se contredit en disant que Amazon est le n°1 et en disant que Google met en avant ce que veulent les utilisateurs. Voilà comment je prends sa réponse : soit ils n'ont pas compris le principe d'abus de position dominante (ce dont je doute à 100% vu leurs moyens légaux colossaux), soit ils essaient de jouer sur la confusion pour promouvoir leur propre façon de voir la chose (qui est forcément dans leur sens, évidemment).
Avatar de BenoitM BenoitM - Membre expert https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 7:58
Citation Envoyé par Shepard Voir le message
Delhaize vend des produits de la marque Delhaize, qu'il met en avant par rapport à sa sous-marque 365. Delhaize est la seule grande surface dans mon patelin. Puis-je porter plainte contre Delhaize parce qu'il abuse de sa position dominante ?
Faut arrêter d'habiter dans des patelins qui coûtent des fortunes à la collectivité :p
Avatar de kantin34 kantin34 - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 9:10
Biensur que Google abuse de sa position comme Microsoft ,Orange et etc et oui la commission euro se bouge pour calmer leur frenesie a vouloir tout avoir .
Avatar de NSKis NSKis - En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 11:42
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Je pense qu'au contraire l'argument est on ne peut plus clair : Google dispose d'une position dominante vis à vis des outils de recherche de sites Web.
Jamais entendu parler des règles qui régissent notre monde capitaliste? Est-ce à Google de payer une amende parce que ses concurrents sont trop nuls?

Alors on s'arrête où? On fait payer une amende à l'entreprise BTP qui a réussi à se démarquer de ses concurrents et rafle tout les marchés publics? On fait payer les hyper-marchés qui font crever les boulangeries artisanales en vendant du pain industriel en provenance de Pologne et de Roumanie?

Oui Google doit payer... Pas des amendes mais des impôts sur ses bénéfices!!!
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 13:12
Citation Envoyé par NSKis Voir le message
Jamais entendu parler des règles qui régissent notre monde capitaliste? Est-ce à Google de payer une amende parce que ses concurrents sont trop nuls?
Si tu veux vivre en capitaliste, va vivre aux USA. La France n'est pas 100% capitaliste, et je trouve que c'est tant mieux. Même si perso je trouve que c'est encore trop de capitalisme.
Avatar de BenoitM BenoitM - Membre expert https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 13:40
Euh ca va pas l'aidé même au USA il y a des règles antitrust
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 14:01
Mais j'ai l'impression qu'elles sont moins stricte que par chez nous.
Avatar de NSKis NSKis - En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 14:11
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Si tu veux vivre en capitaliste, va vivre aux USA. La France n'est pas 100% capitaliste, et je trouve que c'est tant mieux. Même si perso je trouve que c'est encore trop de capitalisme.
Dernière nouvelle! La France n'est pas capitaliste? C'est quoi alors... du communisme?

Définition du capitalisme:
Le capitalisme est un système économique fondé sur le marché libre, la concurrence, la recherche du profit et la propriété privée des moyens de production.

On connait pas la propriété privé en France? La concurrence et le marché libre n'existent pas? Les entreprises ne cherchent pas le profit?

Mais tu as raison, la France n'est pas 100% capitaliste, en tout cas pas dans la tête de certains citoyens... Eux, ils préférent l'Etat Providence: "On veut du pogon! On s'en tape royalement de connaître sa provenance" (Un âne dans les caves de Bercy qui éjecte des pépites d'or peut-être ). Ce n'est pas pour rien que l'Etat français présente chaque année un budget déficitaire depuis plus de 30 ans!
Avatar de UndeadangerousK UndeadangerousK - Membre régulier https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 14:48
Si google ne paye pas, blahblah..

De toute façon, google controle 70% des smartphones et tablettes, quelque chose d'équivalent sur les moteurs de recherche, mail, etc.. Donc même s'ils ne payent pas, aujourd'hui, ils sont intouchable. Même si on mettait les dirigeants en prison, google fonctionnerait de manière autonome parce qu'aujourd'hui, on ne peut plus s'en passer. Ils ont infectés notre vie, donc on ne peut pas faire autrement.

Donc ils ne payeront jamais.
Avatar de thony75012 thony75012 - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 17:01
Moi si je serai Google y'a bien longtemps j'aurai coupé les ponts avec L'UE et hop en 1 journées un pacquet de sociétés FR coulerai dans l'instant comme des nullos improductif...

Hahaha qu'est ce que ca me ferai rire...
Et là on verai ces petit insoumis retourner dans les champs cultiver leur patate avec leur pestiside oui oui oui hahaha
Avatar de byrautor byrautor - Membre actif https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 17:27
Je lis :
[Faut arrêter d'habiter dans des patelins qui coûtent des fortunes à la collectivité :p]
Cette remarque me contrarie vraiment. Sans être altruiste on peut tout de même penser à la France qui se désertifie.
Vivez dans vos termitières et ne venez pas profiter de nos espaces (qui vous coûtent) trop cher.
Avatar de byrautor byrautor - Membre actif https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 17:30
Citation Envoyé par thony75012 Voir le message
Moi si je serai Google y'a bien longtemps j'aurai coupé les ponts avec L'UE et hop en 1 journées un pacquet de sociétés FR coulerai dans l'instant comme des nullos improductif...

Hahaha qu'est ce que ca me ferai rire...
Et là on verai ces petit insoumis retourner dans les champs cultiver leur patate avec leur pestiside oui oui oui hahaha
Tout à fait d'accord.
C'est même Google qui pourrait présenter une facture, tout au moins pour moi qui l'utilise tous les jours.
Avatar de munstef munstef - Membre régulier https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 20:42
Personnellement, j'utilise Google, pour les recherches, pour images et vidéos.
Je n'utilise pas Google shopping pour mes achat. C'est au consommateur qui a le dernier pouvoir, l'achat en question.
Google qui mettent ses produits en avant, pour moi c'est logique. Si le consommateur se trouve dans l'incapacité d'utiliser,
d'autre moteur de recherche, ce n'est pas de leur faute. Ah ! , il y a 2,4 Mds en jeu, ah bah oui, il faut que Google paie !
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 29/06/2017 à 10:41
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Moi de ce que j'ai compris c'est que Google met en avant ce qui lui rapporte.

C'est comme un comparateur de prix qui mettrait son magasin systématiquement en avant.
Du coup c'est normal que ce soit illégal.

C'est comme si t'embauchais une personne pour trouver un fournisseur et qu'au final il faisait passer les achats de l'entreprise par la boutique de son cousin...

Par contre bonne chance pour battre la défense juridique d'une multinationale comme Google...
Avatar de Namica Namica - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 01/07/2017 à 2:08
Citation Envoyé par thony75012 Voir le message
Moi si je serai Google y'a bien longtemps j'aurai coupé les ponts avec L'UE et hop en 1 journées un pacquet de sociétés FR coulerai dans l'instant comme des nullos improductif...

Hahaha qu'est ce que ca me ferai rire...
Et là on verai ces petit insoumis retourner dans les champs cultiver leur patate avec leur pestiside oui oui oui hahaha
Moi, il y a bien longtemps que j'ai coupé les ponts avec Google & consorts pour leur aspect "c'est toi le produit" et leurs tracking's en tout genre.
Résultats :
  • je ne suis plus bombardé de pub de marketeux idiots ;
  • j'obtiens plus de résultats de recherches ouverts et non centrés sur ce que les marketeux croient être mes centres d'intérêts ;
  • ma vie privée est un peu mieux respectée.

Hélas, il y a toujours des trolls qui ne voient pas (ou refusent de voir) les enjeux.
Avatar de Namica Namica - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 01/07/2017 à 2:42
Citation Envoyé par munstef Voir le message
...C'est au consommateur qui a le dernier pouvoir, l'achat en question.
Google qui mettent ses produits en avant, pour moi c'est logique. Si le consommateur se trouve dans l'incapacité d'utiliser,
d'autre moteur de recherche, ce n'est pas de leur faute....
C'est bien pour cela qu'il s'agit d'un abus de position dominante. Cette logique est illégale. Donc AMENDE.

Citation Envoyé par munstef Voir le message
Personnellement, j'utilise Google, pour les recherches, pour images et vidéos.
Je n'utilise pas Google shopping pour mes achat.
Pourquoi ce distinguo ? Google utilise aussi ton profil (préférences, habitudes, ...) élaboré à partir de différentes techniques de tracking pour te présenter des résultats qu'il suppose censés te plaire.
En conséquence, utiliser le moteur de recherche de Google enferme l'utilisateur dans sa sphère de préférences/opinions/idéologies et le prive d'une ouverture vers d'autres aspects.
A la limite, j'admets le moteur Google pour des recherches sur des problèmes purement techniques(*), mais je fais toujours au moins une autre recherche avec un autre moteur et j'y ai le plus souvent trouvé un intérêt.

En outre, n'oublions pas que Google vend les profils d'utilisateur (soit-disant anonymisés) (non ?) aux annonceurs.

Scénario : ta voisine d'un certain âge et qui n'a pas Internet ni de PC, s'inquiétant pour son mari, vient de demander de faire une petite recherche sur l'Alzheimer/le cancer de la prostate/...
Comme tu es gentil tu lui fais quelques recherches, tout en lui conseillant de consulter quand même son médecin de famille.
--> Hop, c'est dans tes centres d'intérêts

Ta femme te dis : On ne souscrirait pas une assurance vie/assurance soins de santé/... ?
Si tu vis aux US, t'es foutu. Ton profil est à risque ne te permettra pas d'obtenir un tarif normal.

C'est à ce point qu'un spécialiste US en analyse BIG DATA affirme: quand je veux acheter du fast food, je me déplace et je paye en cash pour éviter que ces aspects de ma vie privée soient profilés et revendus à des tiers.

(*) recherche sur des problèmes techniques, heu ne faites pas une recherche GOOGLE sur la fabrication de TATP, hein. Ce n'est vraiment pas conseillé, surtout si en plus vous avez un compte Facebook. Car, à quelle distance (ami d'un ami d'un ami...) êtes vous d'un terroriste ?
Avatar de Namica Namica - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 01/07/2017 à 2:48
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
...C'est comme si t'embauchais une personne pour trouver un fournisseur et qu'au final il faisait passer les achats de l'entreprise par la boutique de son cousin...
Ben oui, c'est ça l'abus de position dominante.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
...Par contre bonne chance pour battre la défense juridique d'une multinationale comme Google...
Lis la source de l'article, c'est du solide de chez solide et Google va se débattre comme un diable dans un bocal. Il obtiendra peut-être une réduction, mais il sera condamné, j'en fais le pari.
Google ne peut plus prétendre que le consommateur à un réel choix vu sa position dominante sur le marché des moteurs de recherche. Et il est démontré que la mise en évidence de SON moteur de comparaison a entrainé le déclin des concurrents et donc un préjudice pour les consommateurs.
Avatar de Namica Namica - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 01/07/2017 à 3:03
Citation Envoyé par NSKis Voir le message
Jamais entendu parler des règles qui régissent notre monde capitaliste? Est-ce à Google de payer une amende parce que ses concurrents sont trop nuls?

Alors on s'arrête où? On fait payer une amende à l'entreprise BTP qui a réussi à se démarquer de ses concurrents et rafle tout les marchés publics? On fait payer les hyper-marchés qui font crever les boulangeries artisanales en vendant du pain industriel en provenance de Pologne et de Roumanie?

Oui Google doit payer... Pas des amendes mais des impôts sur ses bénéfices!!!
Oui et non.
Des amendes ET des impôts.
Avatar de Christian Olivier Christian Olivier - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 01/07/2017 à 14:00
Comment pourraient évoluer les services de recherche de Google
Après les sanctions de la Commission européenne ?

La Commission européenne a lourdement sanctionné l’entreprise technologique américaine Google pour abus de position dominante en lui imposant une amende record de 2,42 milliards d’euros. Elle reproche à Google qui détient plus de 80 % des parts du marché de la recherche en ligne dans la plupart des pays européens, d’avoir systématiquement favorisé son comparateur de prix « Google Shopping » au détriment de ses concurrents.

La procédure judiciaire contre Google a démarré en 2010, après que certains de ses concurrents mécontents comme Microsoft, Kelkoo, Foundem ou TripAdvisor ont porté plainte devant les instances judiciaires de Bruxelles. La firme de Mountain View dispose de 90 jours pour arrêter ses pratiques discriminatoires alors que les entreprises qui estiment avoir subi un préjudice dans cette affaire ont le droit de saisir la justice de leur pays respectif afin d’obtenir des réparations.

La Commission a déjà prévenu qu’elle mènerait d’autres enquêtes dans d’autres domaines sur lesquels les services en ligne de Google sont impliqués (Images, publicité en ligne, Maps, Voyages, etc.). Google devra également faire face à des accusations d’abus de position dominante en rapport avec sa plateforme publicitaire AdSense et son système d’exploitation Android.

Les analystes et les concurrents de Google ont demandé une surveillance indépendante pour contrôler les services numériques de Google en Europe, ce qui par la même occasion pourrait inclure la surveillance des algorithmes de recherche du moteur de recherche de l’entreprise. Sachant que ces algorithmes constituent l’une des parties les plus importantes de la propriété intellectuelle de Google, il y a de fortes chances que la firme de Mountain View s’y oppose de manière catégorique.

Pour l’instant, toute l’attention semble se porter sur l’annonce des sanctions de la Commission et le montant de l’amende, alors que la situation va probablement évoluer. Les prochaines actions ou les changements que Google va entreprendre pour se conformer à la décision de l’UE ou la rejeter seront déterminants pour la suite des évènements. Si la décision de la Commission de l’UE devait être confirmée en appel ou si Google se résignait à obtempérer sans se battre, cela obligerait probablement la société à redéfinir sa stratégie dans l’un de ses marchés les plus lucratifs et la façon dont elle présente ses résultats de recherche sur son moteur de recherche à l’échelle globale.

Google a quand même des options. La société peut faire appel pour contester cette décision afin d’amoindrir ou d’annuler les sanctions. Dans ce cas, il faudrait s'attendre à une longue bataille juridique qui s'étalerait sur plusieurs années, car Google et ses rivaux se battent pour définir comment les services de recherche sur Internet devront fonctionner en Europe et ailleurs. La firme peut également décider de supprimer certains des services spécialisés litigieux de son moteur de recherche en Europe, ou bien les remettre dans l’état de fonctionnement qu’ils avaient avant que l’enquête de l’Union européenne n’ait commencé il y a presque dix ans de cela.

Source : The New York Times, The Washington Post

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Condamné à une amende de 2,4 milliards d'euros, Google exprime son désaccord avec la décision de la Commission européenne et envisage de faire appel
Apple estime que la Commission européenne a commis des erreurs fondamentales et refuse de payer les 13 milliards d'euros demandés par la commission
Avatar de agripp agripp - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 01/07/2017 à 18:19
Bon c'est entendu ce sont tous des gens qui veulent tout y compris la place de Maître du Monde ! Et alors, il en faut !
Quant à leurs abus de "position dominante" cela me paraît être un parti-pris.
Récemment après avoir lu un article, j'ai testé plusieurs moteurs de recherche : ce sont des alternatives à Google, tout comme l'épicier du coin de la rue est une alternative à l'hyper-marché.
Par ailleurs des "monstres comme Google" offrent dune kyrielle de services gratuits, bien évidemment c'est pour conforter leur position dominante ! Seulement ils ont le mérite d'être là et efficace... Quant à Google shopping je n'ai jamais eu l'impression que sa "position dominante dans la page" empêchait de comparer les prix... Par ailleurs à prix égal, ou même un peu inférieur pour un objet un peu complexe et coûteux, sur lequel on peut faire une erreur de choix, je m'adresse toujours à un commerçant qui pratique le "retour gratuit"... C'est d'ailleurs un des services qui contribue à la position dominante d'Amazon...
C'est la même "bonne foi" que celle des libraires qui reprochaient à Amazon ses livraisons gratuites alors qu'on ne paye pas de port, quand on commande un livre chez-eux... La seule différence c'était que chez Amazon, ça prend 48 h et chez eux trois semaines... quand ça arrive...
J'ai bien l'impression que ces entreprises sont accusées d'abus uniquement parce qu'elles dominent un marché.
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre émérite https://www.developpez.com
le 03/07/2017 à 15:17
Celui qui abuse de position dominante c'est la commission européenne.
Ils ont toujours raison quoi qu'ils disent et vas y file ta caisse...

Les moyens sont différents mais le résultat est le même qu'avec le crime organisé.
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 03/07/2017 à 15:35
C'est le principe d'un gouvernement : c'est lui qui gouverne. Après, chacun a son avis quant à ce qui est acceptable ou pas de la part de la commission européenne.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 03/07/2017 à 15:43
Essayer de faire payer une multinationale c'est toujours sympa.
Puisqu'elles font de l'optimisation fiscale pour éviter l'impôt, arriver à les faire payer ça fait toujours plaisir.
Elles gagnent des milliards en enfreignant les règles, si elles peuvent être condamner pour payer une broutille de temps en temps c'est cool. (on va pas non plus être triste pour Google, une société qui possède toutes nos informations personnelles et qui les revend surement)

Mais bon ne nous emballons pas, Google n'a pas encore été condamné à payer il me semble.
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre émérite https://www.developpez.com
le 04/07/2017 à 11:09
On ne devrait pas se réjouir de ponctionner de la sorte.
Il faut bien se dire que si la commission européenne peut braquer une multinationale, nous pouvons être les suivants.
Haaa, ça rigole moins là!
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre émérite https://www.developpez.com
le 04/07/2017 à 11:11
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
C'est le principe d'un gouvernement : c'est lui qui gouverne.
T'as tout dit!
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre émérite https://www.developpez.com
le 04/07/2017 à 11:17
Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
On ne devrait pas se réjouir de ponctionner de la sorte.
Il faut bien se dire que si la commission européenne peut braquer une multinationale, nous pouvons être les suivants.
Haaa, ça rigole moins là!
Dura lex, sed lex. Effectivement toute personne qui ne respecte pas la loi risque l'amande. Merci du rappel !
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 04/07/2017 à 11:30
Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
On ne devrait pas se réjouir de ponctionner de la sorte.
L'entreprise Google n'a pas respecté les règles c'est normal qu'elle paie.
Quand tu te fais prendre en train de faire une infraction tu paies aussi...

Après peut être que la défense de Google arrivera à convaincre que l'entreprise a respecté les lois.
Mais apparemment ce qu'elle a fait est illégal.

Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
nous pouvons être les suivants.
Chaque jour l'UE nous #¤$@&.
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre émérite https://www.developpez.com
le 05/07/2017 à 10:24
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
L'entreprise Google n'a pas respecté les règles c'est normal qu'elle paie.
Quand tu te fais prendre en train de faire une infraction tu paies aussi...

Après peut être que la défense de Google arrivera à convaincre que l'entreprise a respecté les lois.
Mais apparemment ce qu'elle a fait est illégal.

Chaque jour l'UE nous #¤$@&.
non certains sont intouchables, certains passent par les mailles du filet.
Luxleaks, panamapapers, des boites ferment et pas d'autres...

Oui ils nous volent exploitent mais bientôt ils nous ponctionneront.
Regarde tous les comptes en banque
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 05/07/2017 à 12:27
Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
non certains sont intouchables, certains passent par les mailles du filet.
Luxleaks, panamapapers, des boites ferment et pas d'autres...
La quasi intégralité de ce qui ce passait au Panama était légal.
Oui je sais les lois sont mal foutu...

Par contre là Google a enfreint une loi !
Donc ce n'est pas comparable.

Mais par contre des fois il y a des trucs comparable et dégueulasse.
Bordeaux : 15 jours de prison ferme pour avoir volé un peu de nourriture
Alors que de l'autre côté t'as des élus qui volent des millions et qui ne font pas un jour de prison.

Donc c'est inéquitable.

J'aime pas cette article parce que ça parle du PS et pas de l'UMP, alors que les deux devraient toujours être ensemble :
Les 46 CONDAMNÉS toujours EN POSTE au Gouvernement ou au Parti Socialiste. Et ça donne des leçons
Avatar de fredodefrance fredodefrance - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 07/07/2017 à 14:54
On est dans une économie ou l'on doit dégommer le concurrent pour survivre.
La position de Google est dominante sur le search.
Et Google est une entreprise privée.
Dans la société de compétitivité, c'est celui qui à le plus d'argent et de moyens qui gagne.
L'Europe à voulu ce système, l'Europe prone ce système, elle l'a.
Il n'y a que 10 places sur la première page et tout le monde voudrait y être.
Oui mais tout le monde n'y est pas parce que ça devient de plus en plus concurrentiel.
Et il faut aujourd'hui acheter de la visibilité.
C'est le cas pour Google shopping.
Et comme les gens payent pour être visible sur Google shopping, c'est normal que Google l'affiche en premier.
Le système est pourri, il faut faire avec.
Et il faut apprendre à manipuler les résultats du search.
Une sanction financière contre Google?
Celui-ci pourrait se venger en infligeant une pénalité sur le référencement.
Je n'ose même pas imaginer les dégâts et le cauchemar pour des millions de ecommerçants et autres.
Les marchés vont passer aux entreprises hors d'Europe.
On est dans du n'importe quoi.
La commission Européenne ferait mieux de trouver un accord plutôt que de racketter.
La position de Google sur le search est incontournable et nous risquons de le payer cher.
Pour des petits entrepreneurs Google est la survie.
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 07/07/2017 à 15:48
Citation Envoyé par fredodefrance Voir le message
Une sanction financière contre Google?
Celui-ci pourrait se venger en infligeant une pénalité sur le référencement.
Je n'ose même pas imaginer les dégâts et le cauchemar pour des millions de ecommerçants et autres.
Ce qui serait d'autant plus illégal, car là on tomberait dans quelque chose proche de l'extorsion. La loi est là pour éviter celle du plus fort, et non pour la renforcer. Si on veut la loi du plus fort, on n'a pas besoin de loi.
Avatar de weed weed - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 09/07/2017 à 14:47
Citation Envoyé par fredodefrance Voir le message
On est dans une économie ou l'on doit dégommer le concurrent pour survivre.
La position de Google est dominante sur le search.
Et Google est une entreprise privée.
Dans la société de compétitivité, c'est celui qui à le plus d'argent et de moyens qui gagne.
L'Europe à voulu ce système, l'Europe prone ce système, elle l'a.
L'europe cherche une économie libéral et non pas ultra libéral.
Cela signifie qu'il y a une certaine égalité des chances et que l'on ne peut pas faire n'importe quoi.

Citation Envoyé par fredodefrance Voir le message
Il n'y a que 10 places sur la première page et tout le monde voudrait y être.
Oui mais tout le monde n'y est pas parce que ça devient de plus en plus concurrentiel.
Et il faut aujourd'hui acheter de la visibilité.
C'est le cas pour Google shopping.
Et comme les gens payent pour être visible sur Google shopping, c'est normal que Google l'affiche en premier.
La question est :
Comment sais tu que les gens payent plus sur Google Shopping que les autres sites concurrents du même genre ?

Citation Envoyé par fredodefrance Voir le message
Le système est pourri, il faut faire avec.
Et il faut apprendre à manipuler les résultats du search.
La plainte est que chez les uns les moyens ne sont pas les mêmes pour manipuler les résultats.

La plainte c'est que :
- chez un : il y a juste à passer un coup de fil au responsable du département de Google Search et de lui demander : tu pourrais faire en sorte que mon service Google Shopping soit dans la première page. Le gars répond pas de problème, je vais essayer de te faire cela. C'est pour donner l'idée
- chez les autres, ils n'ont pas accès à ce type de service et que quelques soit les efforts qu'ils font, ils sont tout le temps en 2ème page.

Après c'est un cercle vicieux, les utilisateurs vont cliquer plus facilement sur Shopping parce qu'il a été mis en avant artificiellement alors que les autres n'ont pas pu en bénéficier. Et donc l’algorithme met en tête Google Shopping

Pour les concurrents qui ont porté de plainte, il n'y a pas eu donc une égalité des chances au niveau de la visibilité

Citation Envoyé par fredodefrance Voir le message
Une sanction financière contre Google?
Celui-ci pourrait se venger en infligeant une pénalité sur le référencement.
Je n'ose même pas imaginer les dégâts et le cauchemar pour des millions de ecommerçants et autres.
Les marchés vont passer aux entreprises hors d'Europe.
Tu veux dire que Google pourrait donc faire n'importe quoi et que l'on sera toujours obligé de dire Amen ?
Sérieusement ?
Dans ce cas, c'est cool pour eux non ?
Heurement que cela ne se passe comme cela

Citation Envoyé par fredodefrance Voir le message
On est dans du n'importe quoi.
La commission Européenne ferait mieux de trouver un accord plutôt que de racketter.
La position de Google sur le search est incontournable et nous risquons de le payer cher.
Pour des petits entrepreneurs Google est la survie.
SI on prends cher, cela signifie que Google est dessus de tout et peut dicter sa loi n'est ce pas ?
N'est ce pas dangereux ?
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 29/08/2017 à 23:20
Antitrust : Google compte se conformer aux exigences de l'UE pour le cas Shopping
et a communiqué son plan à la Commission européenne

Mise à jour le 11/09/2017 : Google dépose un recours pour annuler l’amende record de 2,4 milliards

Il y a deux semaines, Google a fait une proposition à la Commission de l'UE pour mettre fin aux pratiques anticoncurrentielles dénoncées dans le cas de l'affaire Google Shopping. Cela ne signifie pas pour autant que le géant de la recherche en ligne a décidé de se plier à l'amende record de 2,4 milliards d'euros qui lui a été infligée par le régulateur européen de la concurrence.

Google vient en effet de faire appel pour contester cette amende deux mois après que la sanction est tombée. D'après Reuters, le Tribunal général de l'UE devrait prendre plusieurs années pour se prononcer sur le cas. Une porte-parole du tribunal déclare toutefois que Google n'a pas demandé un ordre provisoire pour suspendre la décision de l'Union européenne. Cela signifie que l'entreprise devra payer, mais pourra se faire rembourser si l'amende est revue à la baisse ou annulée. Google pourrait aussi offrir une garantie bancaire à la Commission, en mettant l'argent sur un compte bloqué dans une banque, jusqu'à ce que la décision finale tombe. Pour sa part, le régulateur européen de la concurrence dit être prêt à défendre sa décision devant le tribunal.

28/08/2017 : Accusé d’avoir favorisé son service de comparaison de prix (Google Shopping) dans ses résultats de recherche, Google a été lourdement sanctionné fin juin par le régulateur européen de la concurrence. La Commission a infligé une amende de 2,4 milliards d’euros au géant de la recherche en ligne, soit plus du double de l’amende record de 1,06 milliard prononcée pour Intel.

Dans un communiqué de presse publié après sa décision, la Commission européenne a expliqué que Google donne une place privilégiée à Google Shopping, en le plaçant en haut dans ses résultats de recherche. Pendant ce temps, les services de comparaison de prix des concurrents sont affichés beaucoup plus bas, là où les consommateurs ne les voient pas.


En prononçant sa décision, la Commission avait aussi donné un délai de 60 jours à Google pour lui dire comment l’entreprise comptait mettre fin aux pratiques dénoncées et 30 jours supplémentaires (soit 90 jours au total) pour mettre fin à ces pratiques. Les 60 jours expiraient ce mardi et d’après le quotidien Bloomberg, Google va se conformer aux exigences de la Commission européenne ; ce qui sera l’une des rares fois où le géant de l'Internet a accepté de s’incliner sous la pression des régulateurs européens pour éviter d'autres amendes.

Un porte-parole de l’entreprise a en effet déclaré que Google va, ce mardi, communiquer à la Commission européenne son plan pour cesser les discriminations contre les comparateurs de prix concurrents dans ses résultats de recherche. Il n’a toutefois pas donné de détails sur ce que compte faire le géant de la recherche en ligne. En ce qui les concerne, les comparateurs de prix concurrents demandaient que leurs services soient traités sur un pied d’égalité avec Google Shopping. Autrement dit, Google devrait appliquer les mêmes procédés et méthodes de placement et d'affichage sur ses pages de résultats.

Dans une déclaration par email faite ce mardi, la Commission européenne estime, quant à elle, que « l'obligation de se conformer est entièrement la responsabilité de Google », sans préciser ce que l'entreprise doit faire pour en plus favoriser son service au détriment de ceux des concurrents.

Quoi que Google ait décidé de faire, ces changements doivent être mis en place d'ici le 28 septembre. Sinon, le géant de la recherche en ligne s'expose à d'autres amendes. Si ce délai est passé sans que les mesures annoncées aient été mises en place, Google va se voir infliger à une amende de 5 % du revenu quotidien d’Alphabet pour chaque jour supplémentaire jusqu'à ce que l'entreprise mette fin aux pratiques dénoncées. Ce sera environ 12 millions de dollars par jour, sur la base du chiffre d’affaires de 90,3 milliards de dollars réalisé par Alphabet en 2016.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Avatar de Bigb Bigb - Membre actif https://www.developpez.com
le 30/08/2017 à 15:39
On attend donc le 28 septembre pour voir la réponse de Google, et on attend ensuite que la commission fasse les mêmes procédures pour Google Business, Flights ...
Avatar de Florian_PB Florian_PB - Membre averti https://www.developpez.com
le 30/08/2017 à 16:50
En soit c'est totalement logique que Google mette en tête de liste son propre service pour les comparateurs de prix, Leclerc fait bien de la pub pour QuiEstLeMoinscher.com qui est son service de comparaison de prix donc pourquoi Google ne ferait pas de même ?
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre émérite https://www.developpez.com
le 30/08/2017 à 16:56
Citation Envoyé par Florian_PB Voir le message
En soit c'est totalement logique que Google mette en tête de liste son propre service pour les comparateurs de prix, Leclerc fait bien de la pub pour QuiEstLeMoinscher.com qui est son service de comparaison de prix donc pourquoi Google ne ferait pas de même ?
Pour la comparaison, c'est comme si Leclerc était propriétaire d'une grande ville et faisait de la pub pour QuiEstLeMoinscher.com dans tous les emplacements intéressants, reléguant les pubs pour les autres comparateurs dans les rues moins fréquentées.
Avatar de Florian_PB Florian_PB - Membre averti https://www.developpez.com
le 30/08/2017 à 17:01
Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message
Pour la comparaison, c'est comme si Leclerc était propriétaire d'une grande ville et faisait de la pub pour QuiEstLeMoinscher.com dans tous les emplacements intéressants, reléguant les pubs pour les autres comparateurs dans les rues moins fréquentées.
Oui mais ce que je veux dire c'est que je considère normal que Google mette en avant ce service plutôt que celui d'un concurrent derrière, même si je ne nie pas qu'ils abusent de leur position.
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre émérite https://www.developpez.com
le 30/08/2017 à 17:14
Citation Envoyé par Florian_PB Voir le message
Oui mais ce que je veux dire c'est que je considère normal que Google mette en avant ce service plutôt que celui d'un concurrent derrière, même si je ne nie pas qu'ils abusent de leur position.
C'est le but des lois antitrust, l'abus de position est tentante, mais ça tue la concurrence, donc on interdit. Je te laisse imaginer ce qui ce passerait pour les autres opérateurs téléphoniques si Buygues était autorisé à mettre en avant les pubs pour son opérateur sur toutes ses chaînes. (Et le tarif de nos abonnements téléphoniques une fois toute concurrence évincée.) Google connaît bien ces lois, faut pas croire
Avatar de weed weed - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 30/08/2017 à 19:26
Citation Envoyé par Florian_PB Voir le message
Oui mais ce que je veux dire c'est que je considère normal que Google mette en avant ce service plutôt que celui d'un concurrent derrière, même si je ne nie pas qu'ils abusent de leur position.
Il faut dans ce cas que tu mettes pas dans la position du client qui consomme le service mais du concurrent !
Ta comparaison avec Le Clerc n'a rien à voir. A ce que je sache, Leclerc ne détient pas 95% des grandes surfaces en France, en Europe et voir dans le monde.

Google Search détient cette part de marche. Il peut donc grace a sa branche Google Search influencé d'autres marchés, comme celui des comparateurs, rien qu'en claquant des doigts.

Encore une fois, mets toi à la place d'une entreprise concurrente. Tu fais ton comparateurs. Tu as mis pas , mal d'argent sur ton projet pour qu'il soit bien plus performant, ergonome, ... que le Google Shopping. Malgré toute ton énergie, ton comparateur de prix est toujours sur la 2ème, voir 3ème. Malheureusement pour toi, Google Shopping est par contre toujours sur la première page. Je pense que tu es courant que le plus important pour proposer un service, ce n'est pas d'être bon techniquement mais d'etre visible du grand public.

Et comment compte communiquer auprès du grand public si tu es toujours sur la 3ème page ?
Tu vas dépenser des sommes folles en affiches sur des lieux à fort passage comme le CNIT, la place de la concorde, ... Samsung placarde à ces endroits. Je ne sais pas si tu aura les moyens quand tu lancera ton service de comparateur de prix. Je ne suis donc pas sur que tu puisses te passer des services de Google Search comme vecteur de communication.

Honnêtement dans ce cas, si selon ton propros, Google Search est dans son droit de mettre en avant son service de comparateur de service quel que soit ses performances, quelles stratégies vas tu adopter pour que ton service soient utiliser en priorité plutot que celui de Google ?

Bref Google est condamné pour abuser de sa position dominante sur un marché pour s'imposer sur un autre. Nous sommes dans un pays libéral et non pas ultra libéral, ce qui est totalement différent. Des règles du marché sont en place pour que chaque entreprise d'un marché donné aient les mêmes armes pour réussir à prospérer.

Avec Google, le marché est truqué. Bonne chance à toi pour ton service de comparateur de prix
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 31/08/2017 à 0:13
Citation Envoyé par Florian_PB Voir le message
Oui mais ce que je veux dire c'est que je considère normal que Google mette en avant ce service plutôt que celui d'un concurrent derrière, même si je ne nie pas qu'ils abusent de leur position.
C'est là tout le sujet : la question n'est pas de savoir si c'est "normal" (quel que soit le sens qu'on lui donne), mais de savoir si c'est un abus (au sens de la loi). Évidemment que profiter d'un avantage est normal, ce n'est juste pas la question.
Avatar de super_navide super_navide - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 13/09/2017 à 17:25
Une politique encore débile de l'UE au lieux d'attaquer Google il n'ont cas investir comme pour airbus pour faire un géant de l'informatique et les états et les entreprises de l'UE utiliser en priorité utiliser
des produits venants de l'UE.
Non franchement on est nulle mais quand je vois developpez.com ou d'autre site de forums français je me dit c normal.
Avatar de weed weed - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 13/09/2017 à 20:01
Citation Envoyé par super_navide Voir le message
Une politique encore débile de l'UE au lieux d'attaquer Google il n'ont cas investir comme pour airbus pour faire un géant de l'informatique et les états et les entreprises de l'UE utiliser en priorité utiliser
des produits venants de l'UE.
Non franchement on est nulle mais quand je vois developpez.com ou d'autre site de forums français je me dit c normal.
Avant de dire que c'est une politique débile, il faut prendre plus de recul et comprendre POURQUOI l'UE l'accuse.
Pour information, les USA ont également accusé Google. Peu importe de la nationnalité.

Il faut se demander le pourquoi l'UE l'accuse ? Pourrais tu me donner la vrai raison de ton point de vue STP ?
Je pense que tu pars d'une mauvaise réflexion.

On accuse en général pas sans raison, il y a bien une raison : la libre concurrence

1./ Si une entreprise E a monopole de près de 95% de marché mondial sur un secteur d'activité A
2./ SI cette entreprise développe sur un autre secteur d'activité B mais en s'appuyant sur le secteur d'activité A
3./ Est ce qu'il y a une libre concurrence dans le secteur d'activité B ?
4./ Est ce que les entreprises concurrents ont-elles les mêmes chances de propérer ? Pourquoi n'aurait elle pas le droit d'avoir les mêmes armes pour se développer que l'entreprise E ? Les entreprises concurrentes abandonnent ?

En Europe, il y a une régulation de la concurrence pour assurer une libre concurrence. Si ce n'est pas le cas, l'entreprise est en infraction. Une entreprise ne peut pas être au dessus des loins

Ce ,n'est pas le role de l'Europe de créer un moteur de recherche pour rééquilibre les parts de marchés.
Avatar de super_navide super_navide - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 14/09/2017 à 8:27
Pourquoi pas un procès contre microsoft qui a le casi monopole des Systems d'exploitations.
Je suis d'accord sur le faite que google abuse , mais l'UE devrait au lieu de porter plainte faire en sorte de faire émerger une solution alternative a google et pas qu'a google on peut parlé aussi de
Facebook , Intel , Nvidia , AMD Microsoft Oracle etc ... que des groupe américains , attention je fais pas de l'anti américanisme primaire.
Je dis juste que la plupart des grands groupe informatique software et hardware sont américain et l'europe de fait rien pour contrer ce monopole a part de porté plainte.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 14/09/2017 à 8:34
Citation Envoyé par super_navide Voir le message
il n'ont cas investir comme pour airbus pour faire un géant de l'informatique
Ce n'est pas aussi simple... Pour créer un empire comme ceux de Google, Apple, Amazon, etc, il faut plus qu'un peu d'investissement, il faut beaucoup de chance, avoir les bonnes idées au bon moment et ça prend des années.
On est déjà beaucoup trop endetté, on ne peut pas investir de toute façon. (si on prend en compte la dette publique + la dette privée on doit être à plus de 300% du PIB)

Citation Envoyé par super_navide Voir le message
les états et les entreprises de l'UE utiliser en priorité utiliser des produits venants de l'UE.
L'UE est en train de mettre en place des traités de libre échange entre le Japon et l'UE et entre le Canada et l'UE, donc c'est pas trop le projet...

Ce qu'il faudrait faire c'est arrêter la spécialisation, chaque état devrait être le plus autonome possible.
On dépend trop des autres, si un pays se casse la gueule tout le monde suit.
C'est un peu nul de se servir de la Chine comme usine du monde par exemple.

Citation Envoyé par super_navide Voir le message
Je dis juste que la plupart des grands groupe informatique software et hardware sont américain et l'europe de fait rien pour contrer ce monopole a part de porté plainte.
Ce n'est pas à l'Europe de faire quelque chose, c'est à des petits jeunes de bricoler des trucs dans leur garage.

Bon sauf que si des français créer une application intéressante ils vont se faire racheter par les USA.
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 18/09/2017 à 17:03
Antitrust : Google propose un système d'enchères aux comparateurs de prix concurrents
pour se conformer à la demande de l'UE

Accusé d’avoir favorisé son service de comparaison de prix (Google Shopping) dans ses résultats de recherche, Google a été lourdement sanctionné fin juin par le régulateur européen de la concurrence. La Commission a infligé une amende de 2,4 milliards d’euros au géant de la recherche en ligne, soit plus du double de l’amende record de 1,06 milliard prononcée pour Intel.

En prononçant sa décision, la Commission avait donné un délai de 60 jours à Google pour lui faire des propositions visant à mettre fin aux pratiques dénoncées et 30 jours supplémentaires (soit 90 jours au total) pour mettre en œuvre ces propositions. Au terme des 60 premiers jours, le géant de la recherche en ligne a annoncé qu’il avait communiqué son plan au régulateur européen de la concurrence, mais aucune information n’a été donnée sur le contenu des propositions de Google.

D’après le quotidien Reuters, citant quatre sources anonymes, Google a fait une proposition qui ressemble à un compromis qui a été rejeté il y a trois ans. Les comparateurs de prix concurrents demandent que leurs services soient traités sur un pied d’égalité avec Google Shopping. Mais pour se conformer aux exigences antitrust de l’UE, Google propose d’afficher les résultats des comparateurs de prix de ses concurrents via un système d'enchères.

Selon les sources, la proposition consiste à permettre aux concurrents de faire une offre à n’importe quel endroit du service de shopping du moteur de recherche ; une offre connue sous le nom de Product Listing Ads.

« Dans le cadre de la proposition précédente visant à régler l’enquête ouverte par la Commission pour infraction aux règles de la concurrence, Google proposait de réserver les deux premières places pour ses propres publicités », rapporte Reuters. Mais « la nouvelle proposition […] verrait également Google fixer un prix plancher avec ses propres offres déduction faite des coûts d’exploitation. »

Quoi qu'il en soit, le compromis proposé par Google ne répond pas aux problèmes soulevés par les autorités de la concurrence de l’UE, ont indiqué les sources. « C'est pire que les engagements [pris par Google] », a déclaré l'une d’entre elles.

La Commission avait ordonné à Google d'accorder à la concurrence un traitement identique à celui réservé à son propre service. Et pour les comparateurs de prix concurrents, cela signifie que Google devrait appliquer les mêmes procédés et méthodes de placement et d’affichage sur ses pages de résultats. Reuters n’indique toutefois pas si la Commission a rejeté la proposition ou si elle continue de l’examiner avant de prendre une décision, ou encore si elle attend que ces mesures soient appliquées. Google a pour sa part jusqu’au 28 septembre pour mettre en œuvre sa proposition.

Pendant ce temps, le géant de la recherche a déposé un recours pour annuler l’amende de 2,4 milliards d’euros infligée par l’UE. Le Tribunal général de l'UE devrait prendre plusieurs années pour se prononcer sur le cas. Une porte-parole du tribunal a déclaré que Google n'a pas demandé un ordre provisoire pour suspendre la décision de l'Union européenne. Cela signifie que l'entreprise devra payer, mais pourra se faire rembourser si l'amende est revue à la baisse ou annulée. Google pourrait aussi offrir une garantie bancaire à la Commission, en mettant l'argent sur un compte bloqué dans une banque, jusqu'à ce que la décision finale tombe. En ce qui le concerne, le régulateur européen de la concurrence dit être prêt à défendre sa décision devant le tribunal.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Vous attendiez-vous à ce que Google propose quelque chose de plus favorable aux concurrents ?
Avatar de Christian Olivier Christian Olivier - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 27/09/2017 à 8:53
Google Shopping pourrait être séparé du moteur de recherche pour satisfaire l'UE
Mais ses concurrents n’apprécient guère les solutions proposées

Afin de se conformer aux nouvelles directives de la Commission européenne visant à lutter contre les pratiques antitrust sur le marché des technologies d’Internet, il semble que Google, la filiale d’Alphabet, se soit décidée à remanier en partie le fonctionnement de sa plateforme de recherche en ligne. D’après les informations fournies par le média Bloomberg, la firme de Mountain View envisagerait désormais de séparer son service de shopping en ligne de son moteur de recherche en ligne afin de créer une nouvelle entité automne.


Pour ce faire, Google devrait mettre en place une division spécifique qui sera entièrement dédiée à la gestion des activités de comparaison des prix et de shopping en ligne. Cette division sera uniquement réservée au marché européen. Au vu de l'historique de la société technologique américaine, ce sera tout sauf une surprise. En effet, la multinationale Alphabet a été créée à l’occasion de la restructuration de Google, afin de recentrer les activités de l’entreprise liées à Internet tout en permettant l’exploration « avec un minimum de risques » d’autres domaines via des filiales au sein d’Alphabet. Cette initiative a permis de regrouper plusieurs marques indépendantes capables de fonctionner et de se gérer de manière autonome. L’entreprise Google en elle-même compte déjà plusieurs divisions comme YouTube, sa division Hardware, Android ou encore sa division dédiée au Cloud Computing Business qui opèrent indépendamment les unes des autres. Google pourrait se servir de la même recette pour mettre en place sa division européenne dédiée à la comparaison de prix et au shopping en ligne qui fonctionnera avec ses fonds propres.

Il faut rappeler qu’au terme d’une bataille juridique longue de plusieurs années, la Commission européenne a décidé d’infliger à la firme de Mountain View une amende record de 2,42 milliards d’euros pour abus de position dominante sur le marché des moteurs de recherche parce qu’elle favorisait son propre service de comparaison de prix en ligne (Google Shopping) au détriment des autres (ses concurrents). La Commission avait donné 60 jours à Google pour lui dire comment elle comptait mettre fin aux pratiques dénoncées et 30 jours supplémentaires pour mettre fin à ces pratiques. Passé ce délai de 90 jours, Google écoperait chaque jour d’une amende équivalant à 5 % du revenu quotidien d’Alphabet (environ 12 millions USD par jour) jusqu’à ce que l’entreprise se conforme aux recommandations de l’UE. Google avait jusqu’au 28 septembre 2017 pour se conformer aux demandes des régulateurs européens avant d’être frappée par les sanctions suscitées.

Plutôt que de s’afficher directement en tête de liste, Google propose que son service de shopping soit intégré dans un système d’enchères collectives avec les autres comparateurs de prix. La proposition consiste à permettre aux concurrents de faire une offre à n’importe quel endroit du service de shopping du moteur de recherche, une offre connue sous le nom de Product Listing Ads. Les enchères entre Google Shopping et ses concurrents concerneraient un bloc d’images (avec liens) au-dessus des résultats de recherche. Les emplacements prévus à cet effet devraient afficher les résultats pour différents comparateurs de prix en fonction du niveau des enchères. En principe, c’est celui qui proposera l’offre avec le prix le plus élevé qui devrait bénéficier d’une meilleure visibilité.

Le problème avec ce dispositif, c’est qu’il suffira qu’un service de comparaison des prix s’arrange à proposer les montants les plus élevés à chaque enchère pour qu'il puisse systématiquement être classé en tête de liste dans les résultats de recherche. Une solution qui permettrait probablement de limiter la généralisation de ce genre de dérive serait d'obliger le comparateur à reverser une part fixe de ces montants aux revendeurs. Il serait également intéressant de voir dans quelle mesure ce système pourrait être compatible avec la recherche du prix le plus bas sur Internet.

Les concurrents de Google Shopping qui ont soutenu la décision des autorités de régulations européennes contre la filiale d'Alphabet ne cachent pas leur appréhension vis-à-vis des solutions proposées par la firme de Mountain View. Selon Richard Stables, PDG de Kelkoo, cette solution serait pire que celle de 2013, permettant à des fournisseurs de contenus de ne plus apparaître dans Shopping, et levant quelques restrictions contractuelles. Le comparateur britannique Foundem estime qu’il s’agit du « retour de l’enchère mort-vivante ».

Source : Bloomberg

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Antitrust : Google propose un système d'enchères aux comparateurs de prix concurrents pour se conformer à la demande de l'UE
Comment pourraient évoluer les services de recherche de Google après les sanctions de la Commission européenne ?
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 28/09/2017 à 1:03
Antitrust : Google a décidé de traiter son service Shopping de la même manière qu'il traite ses concurrents,
pour échapper à une nouvelle amende de Bruxelles

Accusé d’avoir favorisé son service de comparaison de prix (Google Shopping) dans ses résultats de recherche, Google a été lourdement sanctionné fin juin par le régulateur européen de la concurrence. La Commission a infligé une amende de 2,4 milliards d’euros au numéro un de la recherche en ligne, soit plus du double de l’amende record de 1,06 milliard prononcée pour Intel.

Dans un communiqué de presse publié après sa décision, la Commission européenne a expliqué que Google donne une place privilégiée à Google Shopping, en le plaçant en haut dans ses résultats de recherche. Pendant ce temps, les services de comparaison de prix des concurrents sont affichés beaucoup plus bas, là où les consommateurs ne les voient pas.

En prononçant sa décision, la Commission avait aussi donné un délai de 60 jours à Google pour lui dire comment l’entreprise comptait mettre fin aux pratiques dénoncées et 30 jours supplémentaires (soit 90 jours au total) pour mettre fin à ces pratiques.

Google a eu a jusqu'au 28 septembre pour mettre fin à cette pratique anticoncurrentielle ou faire face à une pénalité pouvant aller jusqu'à 5 pour cent de son chiffre d'affaires mondial quotidien moyen. Google a décidé de se conformer aux exigences de la Commission européenne ; ce qui sera l’une des rares fois où le géant de l'Internet a accepté de s’incliner sous la pression des régulateurs européens pour éviter d'autres amendes.

Google a décidé de traiter son propre service Shopping de la même manière que les concurrents lorsqu'ils proposent des publicités au sommet d'une page de recherche, a annoncé mercredi la société.

La société a déclaré que les concurrents seraient en mesure d'offrir des publicités dans les magasins via une vente aux enchères.

« Nous donnons à des services de comparaison de magasins la même opportunité de montrer les annonces d'achat de marchands sur les pages de résultats de recherche de Google que nous donnons à Google Shopping », a déclaré Al Verney, un porte-parole de l’entreprise.

« Google Shopping participera à des conditions égales et fonctionnera comme s'il s'agissait d'une entreprise distincte, participant à la vente aux enchères de la même manière que tous les autres », a-t-il déclaré. Les modifications entreront en vigueur jeudi et ne s'appliqueront qu'en Europe.

Le service d'achat fonctionnera comme une unité indépendante, avec une équipe travaillant avec des sites concurrents et une autre avec des marchands et soumise à un contrôle réglementaire.

L'autorité de la concurrence de l'UE a déclaré avoir embauché le commissaire aux comptes KPMG et le cabinet de marketing Mavens pour aider à la tâche.

« Il serait prématuré à ce stade que la Commission prenne des positions définitives sur les plans de Google. Comme l'a déclaré le gendarme européen de la concurrence Vestager, « Cette question restera dans nos bureaux pendant un certain temps. »

Le lobby FairSearch, dont les membres incluent les rivaux de Google, tels que le site de comparaison britannique Foundem et le site américain de voyage TripAdvisor, a déclaré qu'il surveillerait de près les développements.

« Nous surveillerons attentivement si cette solution va mettre fin aux abus afin que les consommateurs obtiennent les meilleurs prix et les résultats les plus pertinents, et que les concurrents aient l’opportunité d'innover », a déclaré l'avocat Thomas Vinje.

Néanmoins, plusieurs d’entre les membres de ce lobby ont critiqué cette proposition, estimant qu’elle ne répond pas aux préoccupations réglementaires.

Source : Reuters
Avatar de Namica Namica - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 28/09/2017 à 2:40
A propos de la neutralité des recherches.

Ne sommes-nous pas en train de passer d'un modèle où la pertinence des résultats d'une recherche est prépondérante vers un modèle où les résultats de recherche seront classés selon le tarif payé par les annonceurs ?
Je trouve cela très inquiétant.
Plus sur ce sujet : https://en.wikipedia.org/wiki/Search_neutrality

Qu'en pensez-vous ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil