ExoMars : un bogue informatique serait à l'origine du crash de Schiaparelli sur Mars
Causant une chute libre de l'atterrisseur

Le , par Coriolan

0PARTAGES

13  0 
Les photos qui ont fait surface ne laissent aucun doute, l'atterrisseur Schiaparelli de l’Agence spatiale européenne (ESA) s’est bel et bien écrasé sur le sol de Mars et aurait explosé à cause du choc. Les chercheurs de l’ESA sont pour le moment en train de passer au peigne fin les évènements qui ont précédé cet accident pour décortiquer les causes réelles. Cet atterrisseur fait partie du programme ExoMars qui regroupe deux missions spatiales à destination de la planète rouge développées par l’ESA avec une participation importante de l’agence spatiale russe Roscosmos. Cette première mission constitue un prélude à une autre mission prévue en 2020, et dans laquelle les chercheurs cherchent à faire atterrir une station scientifique plus large et un rover sur Mars dans le but de forer le sol jusqu’à 2 mètres de profondeur pour déceler des signes de vie ancienne.

Photos prises par la sonde américaine MRO de l'impact de l'atterrisseur Schiaparelli (point noire) et de son parachute (point blanc)


Les premiers éléments de réponse pour expliquer le crash commencent à surgir ; les chercheurs se sont rendu compte qu’un bogue informatique pourrait être à l’origine de l’accident de l’atterrisseur de la mission européenne ExoMars. Selon Andrea Accomazzo, directeur de la division des missions solaires et planétaires à l’Agence spatiale européenne (ESA), Schiaparelli a été confronté à un problème dans « l’agrégation des données provenant des différents capteurs ». En conséquence, l'ordinateur de l’atterrisseur a cru être dans une altitude plus basse qu’elle ne l’était. L’analyse préliminaire suggère que l’atterrisseur a commencé sa mission sans erreur, en ralentissant dans l’atmosphère de Mars et déployant le parachute. Mais après 4 minutes et 41 secondes du début de la descente, les soucis ont commencé, le parachute et le bouclier thermique se sont éjectés de façon prématurée.

En raison de la mauvaise estimation de l’ordinateur, les rétrofusées de l’atterrisseur n’ont fonctionné que pendant trois secondes avant de s’éteindre, soit dix fois moins que le temps prévu. Ils ont été conçus pour freiner l’engin durant l’atterrissage jusqu’à ce qu’il soit à quelques mètres du sol. En conséquence, Schiaparelli aurait effectué une chute libre de deux à quatre kilomètres avant de s’écraser à 300 km/h à la surface de Mars. L'atterrisseur a même déployé sa suite d’instruments pour commencer à collecter les données du sol, mais il n’a rien collecté en raison de la haute altitude. L’équipe d’ExoMars compte maintenant reproduire les erreurs en exploitant un système d’atterrissage virtuel conçu pour simuler le matériel et les logiciels abrités dans l’atterrisseur. Si l’hypothèse d’un bug informatique venait d’être vérifiée, il sera plus facile pour l’ESA d’éviter un scénario similaire dans le futur.

La mission n’est pas condamnée pour autant, puisque l’ESA compte surtout sur la sonde ExoMars Trace Gas Orbiter (TGO) lancée également avec Schiaparelli pour servir à l’analyse atmosphérique de Mars, en particulier la détermination de l'origine du méthane retrouvé à l'état de trace ainsi que la recherche d'indices d'une vie passée ou présente sur la planète. L’ESA devrait éventuellement corriger tout défaut avant 2020, date durant laquelle l’agence compte envoyer un autre module appelé Rover ExoMars. Ce programme s’est avéré fort complexe que ça soit sur le plan scientifique ou technique, une complexité qui se manifeste par son coût important (1,2 milliard € en 2012) et la nécessité de mettre sur la table des connaissances techniques pointues (atterrissage sur Mars) maitrisées jusque-là uniquement par la NASA.

Source : Nature

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de MABROUKI
Membre expert https://www.developpez.com
Le 01/11/2016 à 18:05
bonjour

Cette histoire d'ordinateur de bord qui aurait fait une mauvaise analyse des données n'est pas convaincante ,puisque de tels ordinateurs sont en fait redondants(2 ordis) pour des raisons de défaillance potentielle ou de calculs non concordants...
Si les 2 ordinateurs se sont trompés c'est que soit les capteurs étaient en mauvais état de fonctionnement, soit les données collectés sur l'astre rouge n'étaient pas suffisantes(nature de l'atmosphère ,gravité, poussières, régime des vents etc....) pour déterminer l'instant adéquat pour déclencher le démarrage des fameuse rétrofusées...
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 01/11/2016 à 18:24
S'il s'agit d'un bug informatique, je ne vois pas ce que le fait que les machines soient redondantes (ce dont je ne suis pas sur) aurait changé : les deux système ayant le même programme, ils auraient fait la même erreur.
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 01/11/2016 à 19:02
Ce qui a de génial avec le spatial, c'est que l'on ne peut jamais récupérer les débris pour trouver les causes d'un problème... Alors on peut toujours nommer le responsable comme étant l'informatique!!!

Pour information, l'ESA (Agence spatiale européenne) n'a jamais été capable de faire atterrir un engin dans un environnement sans ou avec peu d'atmosphère (seule la sonde envoyée sur Titan qui possède un atmosphère d'une densité très analogue à celle de la terre a réussi à toucher le sol sans encombre).

Avant l'opération martienne, l'ESA avait déjà "planté" l'atterrissage de la sonde Philae sur sa comète en réussissant l'exploit qu'aucun des systèmes prévus pour sécuriser son arrivée au sol ne fonctionnent: Un jet de gaz devait plaquer au sol la sonde vu le manque de gravité, pas de gaz émis! Un harpon devait se déclencher pour se planter dans le sol, il n'y a pas eu de harponnage! Des vis devaient se planter dans le sol pour fixer la sonde, aucune vis ne s'est jamais fixée à quoi que se soit! C'est ainsi que la sonde a rebondi à plusieurs reprises pour finir bloquée dans une infractuosité du caillou l'empêchant de recharger ses batteries...
Avatar de MABROUKI
Membre expert https://www.developpez.com
Le 01/11/2016 à 21:10
bonjour

Uther
.....les deux système ayant le même programme, ils auraient fait la même erreur.
Un bogue logiciel n'est pas forcement un programme bogué puisque le logiciel peut être gravé ad aeternam dans le hardware ,ce qui la distinction plus difficile entre hard et soft...

La redondance des ordinateurs de bord charges de piloter un aéronef stellaire me semble évidente, puisque les avions et navires à pilotage automatique en sont tous dotés...
La redondance va en fait au delà de mettre en double des ordinateurs en double ,et exige même des ordis conçus suivant des technologies différentes ...

Ainsi la 2eme navette Apollo a vu son ordinateur de bord mis HS suite à une décharge électrique orageuse, ce qui a exige un reset manuel par les 3 astronautes à bord (du à leur sagacité toute humaine)...
Cette anecdote croustillante est rapporté par l'équipage lui-même ...
Bref il fallait enfermer l'italien Andrea Accomazzo dans un module adjacent avec provision d'oxygène, azote ,eau et pilules alimentaires pour parer à tout imprévu..!!!
Avatar de MABROUKI
Membre expert https://www.developpez.com
Le 01/11/2016 à 21:38

NSKis
Pour information, l'ESA (Agence spatiale européenne) n'a jamais été capable de faire atterrir un engin dans un environnement sans ou avec peu d'atmosphère....
Tu touches du doigt le mal rédhibitoire de l'ESA et de la Russie son compagnon !!!
Ce d'autant plus que l'ESA n'as pas suivi le parcours progressif et tout tracé des américains qui ont commencé par tester leurs engins sur le vénérable astre lunaire pourtant tout proche ,dénué d'atmosphère et dont la gravité est nullissime (g/6)....!!!
Un terrain d'entrainement idéal pour leurs engins à long cour !!!
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 01/11/2016 à 22:34
Quand je pense à tout ce pognon foutu en l'air, alors qu'il y a de plus en plus de misère ici et maintenant, tout ça me désole.

Et sans parler du fait que non contents d'avoir pollué à tout jamais et de fond en comble notre planète, voilà qu'on va balancer des déchets un peu partout dans l'espace. On est vraiment des sales porcs totalement irresponsables.

Ah elle est belle, l'humanité...
Avatar de foetus
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 02/11/2016 à 1:04
Citation Envoyé par Jipété Voir le message
Quand je pense à tout ce pognon foutu en l'air, alors qu'il y a de plus en plus de misère ici et maintenant, tout ça me désole.
Cela me fait penser à un livre de S.F. à papa (comme on dit): Éclipse totale - John BRUNNER (que j'apprécie très moyennement )

En gros on suit une équipe de scientifiques ravitaillée tous les ans par la Terre, pour enquêter et trouver une nouvelle Terre (qui est surpeuplée et tout le toutim)
Mais cette équipe perdue au fond de l'Espace coûte une blinde [et la Terre s'en fiche aussi] et la question du prochain ravitaillement se pose

[spoiler]Une critique/ résumé qui révèle les moments clefs de l'histoire[/spoiler]

Citation Envoyé par Jipété Voir le message
Et sans parler du fait que non contents d'avoir pollué à tout jamais et de fond en comble notre planète, voilà qu'on va balancer des déchets un peu partout dans l'espace. On est vraiment des sales porcs totalement irresponsables.
Il me semble que la Terre va vivre (*) plus longtemps que la race humaine
Elle s'en remettra, elle

* -> même si elle devient froide/ brûlante et se fera bouffer par le Soleil/ une naine rouge-noir-kaki
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/11/2016 à 9:13
Citation Envoyé par MABROUKI Voir le message
Un bogue logiciel n'est pas forcement un programme bogué puisque le logiciel peut être gravé ad aeternam dans le hardware ,ce qui la distinction plus difficile entre hard et soft...
Rien n'est moins sur que le le logiciel soit en dur en ROM. Il arrive que l'on fasse des mises à jour a distance sur des engins spatiaux, ça a permis d'en sauver plusieurs qui auraient été perdus autrement. Mais un logiciel est soumis au risque d'erreur de programmation, qu'il soit en dur ou non.

La redondance peut éventuellement servir en cas de perturbations ou de panne matérielle, mais s'il y a une erreur de programmation, ça ne change rien vu que les systèmes redondants vont faire la même erreur.
Ou alors il faudrait deux codes développés par des équipes indépendantes, mais il resterait le problème de la gestion des divergences qui poserait certainement plus de problème qu'il n'en résoudrait.

Citation Envoyé par MABROUKI Voir le message
La redondance des ordinateurs de bord charges de piloter un aéronef stellaire me semble évidente, puisque les avions et navires à pilotage automatique en sont tous dotés...
La redondance va en fait au delà de mettre en double des ordinateurs en double ,et exige même des ordis conçus suivant des technologies différentes ...
La redondance entraîne aussi beaucoup de complexité qui est elle même un risque a partir du moment ou il faut traiter des données contradictoires.
Dans Apollo, il y avait justement un astronaute et un centre de contrôle, pour prendre la bonne décision. Ce n'est pas le cas dans une sonde et vu que la latence des communications est de plusieurs minutes, le pilotage a distance n'est pas possible : le temps de recevoir les données, les interpréter et d'envoyer la correction, la sonde s'est écrasée depuis bien longtemps.

Citation Envoyé par Jipété Voir le message
Quand je pense à tout ce pognon foutu en l'air, alors qu'il y a de plus en plus de misère ici et maintenant, tout ça me désole.
Question! Dans ta vie de tous les jours, tu ne fais pas des trucs dispensables, alors qu'il y a tellement de misère ici et que ça pourrait être employé a autre chose ?
Au moins ces missions on l’intérêt de nous faire mieux connaître notre place dans l'univers, ce qui est quand même un objectif bien plus noble que les milliard dépensés dans beaucoup d'autres domaines généralement autrement plus pollueurs et qui ne font certainement pas avancer l'humanité.

Citation Envoyé par Jipété Voir le message
Et sans parler du fait que non contents d'avoir pollué à tout jamais et de fond en comble notre planète, voilà qu'on va balancer des déchets un peu partout dans l'espace. On est vraiment des sales porcs totalement irresponsables.
T'inquiète pas c'est pas une dizaine d'objets posés sur une seule planète qui va la polluer. D’ailleurs c'est quoi la pollution pour toi? Est-ce que les astéroïdes et comètes qui tombent à la surface d'une planète la polluent?
Si tu considère que toute trace humaine est de la pollution et alors il ne te reste plus qu'a génocider l'humanité.

A la limite certaines orbites terrestres sont encombrées, mais c'est surtout un problème pour les utilisations de satellites, ce n'est pas une pollution qui menace qui que ce soit.
La vraie pollution elle est sur la terre ferme et dans les océans.
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/11/2016 à 10:43
Citation Envoyé par Uther Voir le message
Au moins ces missions on l’intérêt de nous faire mieux connaître notre place dans l'univers, ce qui est quand même un objectif bien plus noble que les milliard dépensés dans beaucoup d'autres domaines généralement autrement plus pollueurs et qui ne font certainement pas avancer l'humanité.
La question sans fin, sans réponse, car on pourra toujours creuser, il y aura toujours quelque chose plus loin à creuser.
Ne pas perdre son temps (et son pognon) avec des questions qui n'auront jamais de réponse, c'est ma philosophie.

Citation Envoyé par Uther Voir le message
T'inquiète pas c'est pas la dizaine d'objets posés sur une seule planète qui va la polluer. D’ailleurs c'est quoi la pollution pour toi ? Est-ce que les astéroïdes et comètes qui tombent à la surface d'une planète la polluent ?
Oui, c'est comme ça que commencent les immondes décharges sauvages qui parsèment nos belles campagnes : un porc balance un truc, un autre porc passe derrière et se dit "s'il a balancé sa merde là, je peux aussi balancer la mienne" et c'est comme ça qu'on se retrouve avec l'Everest noyé sous les bordilles (c'est bien connu, cherche le web si t'es pas au courant).
Et là on fait pareil : on commence par balancer une petite merdouille, et je me demande combien il doit y avoir de cochonneries qui traînent sur la Lune... Donc c'est bien ce que je dis : incapables d'être propres ici, on ne peut qu'être sales dans le reste de l'univers.

La pollution pour moi ? l'activité humaine irréfléchie, genre la pollution totale de la Méditerranée par des trucs immondes comme l'usine de Gardanne qui déverse ses boues rouges dans la baie de Cassis, et les moustachus derrière qui gueulent "nos emplois ! nos emplois !" et le petit dictateur qui les soutient...

Citation Envoyé par Uther Voir le message
Si tu considères que toute trace humaine est de la pollution et alors il ne te reste plus qu'a génocider l'humanité.
J'y pense souvent, c'est tout ce qu'elle mérite et, comm' d'hab', les bons paieront pour les mauvais.

Citation Envoyé par Uther Voir le message
A la limite certaines orbites terrestres sont encombrées, mais c'est surtout un problème pour les utilisations de satellites, ce n'est pas une pollution qui menace qui que ce soit.
La vraie pollution elle est sur la terre ferme et dans les océans.
C'est pour le principe.
Comme dit plus haut, c'est ainsi que naissent les décharges sauvages.

Bah, tout ça finira bien par nous retomber sur le coin de la figure car, mine de rien, il y a un truc auquel tous ces éminents scientifiques n'ont pas pensé : quand on envoie une fusée se perdre au fin fond de l'espace, ça fait de la matière en moins ici, donc du poids (ou de la masse, je sais jamais) en moins ici, donc on modifie peu ou prou notre orbite.
Et si la fusée va s'exploser sur une comète lointaine ou n'importe où ailleurs, ça va modifier le poids de la cible, donc son orbite...
Je vous laisse imaginer les conséquences, en prenant en compte l'effet papillon car, oui, je sais bien qui s'agit de valeurs infinitésimales, mais quand même, si simplement dans mes calculs je ramène Pi de 3.14159 à 3.14 je n'aurai pas les mêmes résultats. D'accord ?
Et bien là c'est pareil.
Avatar de BenoitM
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/11/2016 à 11:15
Citation Envoyé par Jipété Voir le message
La question sans fin, sans réponse, car on pourra toujours creuser, il y aura toujours quelque chose plus loin à creuser.
Ne pas perdre son temps (et son pognon) avec des questions qui n'auront jamais de réponse, c'est ma philosophie.
Mouais avec une telle philosophie on serait toujours rester à l'age de pierre.

Parce que le pognon qu'on a dépenser pour traverser l'eau...
Le pognon qu'on a dépenser pour construire le première avion...
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web