Fragmentation de l'open source : faut-il se concentrer sur un ou deux projets viables
Ou multiplier les alternatives pour la compétitivité ?

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Faut-il se limiter à une ou deux alternatives open source ?
L’année passée, Christian Schaller, un ingénieur de Red Hat a attiré l’attention sur un problème qui pourrait disperser les efforts des contributeurs open source : celui de la fragmentation ou du développement parallèle de plusieurs solutions open source ayant le même but. Il a surtout exposé le cas des suites bureautiques OpenOffice et LibreOffice qui évoluent parallèlement depuis 2011, après que des développeurs ont quitté le projet initial OpenOffice.org pour créer un fork qu’ils ont alors baptisé LibreOffice. Dès lors, au lieu d’une alternative open source la suite bureautique de Microsoft, on se retrouve avec deux options qui sont également en compétition entre elles. Ce qui disperse par ailleurs les ressources humaines entre les deux projets.

Christian Schaller a donc demandé, dans une lettre ouverte adressée à la fondation Apache et aux développeurs d’OpenOffice, d’orienter les utilisateurs vers LibreOffice, pour le bien de l’open source et des logiciels libres. Il estime que LibreOffice est beaucoup mieux maintenu, activement développé et a la meilleure chance d’offrir une grande expérience de logiciel libre. Cela allait surtout permettre de mettre fin à ce problème de fragmentation.

LibreOffice a clairement connu plus de succès que son concurrent open source et l’avenir d’OpenOffice est actuellement l’objet d’une discussion au sein de la fondation Apache. Pendant ce temps, ONLYOFFICE Desktop Editors vient s’ajouter à la liste des suites bureautiques open source.

Sur GitHub, ONLYOFFICE Desktop Editors est décrite comme « une suite bureautique libre qui offre un éditeur de texte, un tableur et un éditeur de présentation permettant de créer, visualiser et modifier des documents » sur PC Windows/Linux ou sur Mac. Elle est compatible avec les formats Office Open XML .docx, .xlsx, et .pptx et disponible sous licence AGPL v3. Mais est-il vraiment nécessaire de multiplier les alternatives open source pour la compétitivité ou faut-il se concentrer sur LibreOffice qui est clairement le projet le plus le viable actuellement ? C’est le débat auquel se sont donnés des développeurs sur Reddit.

Pour ceux qui prônent la nécessité de créer plusieurs alternatives, la concurrence est l’argument mis en avant. Cela devrait permettre selon eux d’accélérer les améliorations au niveau des différents projets pour le bien des utilisateurs. Certains estiment également que permettre plusieurs alternatives est le principe même de l’open source et qu’il ne faudrait donc pas chercher à supprimer toutes les alternatives open source à LibreOffice. Pour ces derniers, en supprimant ces alternatives, cela ne veut pas non plus dire que les autres développeurs vont se rediriger vers LibreOffice, mais ils sont également susceptibles de ne plus contribuer à l’open source.

Pour ceux qui estiment qu’ONLYOFFICE Desktop Editors est un projet de trop, les arguments sont nombreux. D’abord, pour eux, la concurrence peut être bonne, mais elle doit permettre d’offrir des alternatives robustes aux logiciels propriétaires. Ils pensent qu’avoir une ou deux options open source très bien polies seraient mieux que d’avoir une dizaine plus ou moins identiques sous différents noms. Le seul résultat serait d’avoir de nombreux bugs, des fonctionnalités manquantes, des problèmes de compatibilité, etc.

Cela va créer une fragmentation sans qualité et sans part de marché décente, qui ne sera que préjudiciable à la construction d'une base d'utilisateurs suffisante pour rivaliser avec les logiciels propriétaires. Ils pensent que créer une dizaine de solutions open source pour remplacer Microsoft Office ne va pas emmener les utilisateurs à se détourner de la suite bureautique de Microsoft, mais cela va plutôt rendre difficile pour les utilisateurs de trouver des alternatives open source dignes de remplacer Microsoft Office. En fait, la fragmentation de la base de talents va entrainer des projets « à moitié cuits » qui traînent partout, contribuant ainsi à créer un écosystème open source « de médiocrité » en concurrence avec Windows.

Pour ce groupe opposé à la multiplication des alternatives open source, nous n’avons pas besoin d’une autre suite bureautique open source. Il faudrait donc se concentrer sur LibreOffice et continuer à l’améliorer. Pour ces derniers, dans la « poursuite erronée de la liberté du logiciel », certains développeurs font plutôt mal à la communauté en lançant de nouveaux projets qui n’ont parfois pas de raison d’être. Dans certains cas, forker ou créer son propre projet à partir de zéro n’aide pas vraiment la communauté, mais permet juste aux développeurs de pouvoir se vanter d’avoir créé leur propre logiciel.

En savoir plus sur ONLYOFFICE Desktop Editors (GitHub)

Et vous ?

Que pensez-vous de cette nouvelle alternative open source à LibreOffice ?
Faut-il se concentrer sur un ou deux projets viables ou multiplier les alternatives pour la compétitivité ?

Voir aussi :

OpenOffice, le rival de Microsoft Office, envisage de se retirer du marché, en raison du manque de volontaires
Un ingénieur de Red Hat demande à Apache d'orienter les utilisateurs d'OpenOffice vers LibreOffice, qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de abriotde abriotde - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 17/10/2016 à 13:38
En Open-Source, la concurrence est bonne qu'entre des solutions techniques différentes et ce de manière à voir laquelle sera la meilleure.
Mais le cas de LibreOffice est différents. Il y a eu fork non pas pour des raisons technique mais parce qu'Oracle faisait tout pour tuer OpenOffice en ne faisant que très peu d'évolution. Maintenant, qu'Oracle s'est désengagé, OpenOffice qui est alors à la traîne doit être abandonné.

Parmis les cas ou la concurence apporte un plus je citerais BSD / Linux, SystemV (et ses évolutions) / Systemd, MySQL / PostGreSQL...
Avatar de transgohan transgohan - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 17/10/2016 à 13:53
Les forks sont une bonne et une mauvaise chose.
C'est comme tout, les fruits c'est bon pour la santé mais pas s'il y a excès.

Avoir des forks qui présentes des différentes techniques évidentes, ou bien qui permettent un rafraichissement du rythme de mise à jours, pourquoi pas.
Mais un fork qui est là pour ajouter un bouton...
L'exemple est bateau mais il y a de nombreux forks qui ne servent à rien.
Je regarde toujours les différences avant de choisir, et pour certains il n'y a d'un point de vue utilisateur aucun point qui diffère (fonctionnalités, portabilité, consommation)...
Avatar de Oscar.STEFANINI Oscar.STEFANINI - Membre régulier https://www.developpez.com
le 17/10/2016 à 14:03
je n'ai pas assez d'expérience dans le milieu pour voter, mais je passe juste pour dire que j'aimerais bien que libreoffice soit mis à jour... Word 2016 c'est vraiment au dessus je trouve.
Avatar de abriotde abriotde - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 17/10/2016 à 15:38
Word 2016 c'est vraiment au dessus je trouve
Personnellement je ne trouve pas Word 2016 mieux que LibreOffice mais je n'en fait pas une utilisation très avancée non plus il est vrai. Mais de manière général, le monde propriétaire est souvent plus user-friendly et possède 2-3 fonctions supplémentaires... mais utilisé par très très peu de personnes. Quand on choisi le libre, ce n'est pas pour choisir le "tendance", c'est pour une raison économique (135 euros la licence Word), philosophique et enfin pour la souplesse d'utilisation qu'offre un logiciel libre. Par exemple libreoffice peux t'être utiliser en mode serveur et comme tout est ouvert, tout est possible.
Avatar de Oscar.STEFANINI Oscar.STEFANINI - Membre régulier https://www.developpez.com
le 17/10/2016 à 15:43
Citation Envoyé par abriotde Voir le message
Personnellement je ne trouve pas Word 2016 mieux que LibreOffice mais je n'en fait pas une utilisation très avancée non plus il est vrai. Mais de manière général, le monde propriétaire est souvent plus user-friendly et possède 2-3 fonctions supplémentaires... mais utilisé par très très peu de personnes. Quand on choisi le libre, ce n'est pas pour choisir le "tendance", c'est pour une raison économique (135 euros la licence Word), philosophique et enfin pour la souplesse d'utilisation qu'offre un logiciel libre. Par exemple libreoffice peux t'être utiliser en mode serveur et comme tout est ouvert, tout est possible.
j'ai écrit mon message beaucoup trop rapidement et je ne me suis rendu compte de la portée qu'il pouvait avoir que grâce à vôtre commentaire. ce que je vuex dire; c'est que je ne trouve pas libreOffice bien fait. Un ami m'a conseillé une version spéciale de libreoffice, nommée "fresh" il me semble, c'est vrai que sa version semblait bien meilleure que celle que j'avais pu tester. Personnellement j'ai pleins de problème de police (espaces bizarres entre les lettres, etc...)
Avatar de captaindidou captaindidou - Membre averti https://www.developpez.com
le 17/10/2016 à 19:18
Je pense que la question est posée pour y répondre en fonction des intérêts des utilisateurs.
Dans ce cas, l'intérêt premier de l'utilisateur, c'est que le développement du projet open source dont il bénéficie soit vigoureux : rapide, réactif et de qualité (à l'écoute des besoins des utilisateurs mais ça, ça ne dépend du marché de la demande. Donc, c'est hors-sujet.).
Alors, il n'y a pas de règle précise ou autrement dit, elle est complexe : tout est affaire de cas d'espèce. Comme beaucoup de décisions dans la vie.

S'il n'existe pas de projet purement communautaire pour le domaine d'application, il est profitable qu'il en existe au moins un. Car la politique open-source d'une entreprise commerciale peut varier.

Si le projet est ambitieux et des initiatives communautaires indépendantes commencent leur propre développement, il est fort possible que bon nombre de ces initiatives vont avorter et d'autres avancer à petits pas parce que justement le projet est ambitieux. On pourra déplorer un gâchis de bonnes volontés. Le bon sens commande de s'associer. C'est bon pour tout le monde.
Si des entreprises commerciales s'engagent dans un tel projet, il n'y a pas de raison particulière à ce qu'elles se regroupent à moins que le risque d'échec est significatif (risque financier, technique, commercial ...). L'offre diversifiée profitera aux utilisateurs.

Je crois inutile de parler des petits projets ou entrés en maintenance évolutive : leurs développements étant peu risqué, leur diversité est bénéfique dans tous les cas.

Entre ces deux extrêmes, c'est du cas par cas.

Mais de toute façon, même dans le système communautaire, cette question ne se pose pas tellement. Car en la matière, c'est la sélection naturelle et la régénération qui est à l'oeuvre plus que dans le monde commercial. Car les initiatives peuvent se multiplier. Certaines vivent longtemps d'autres avortent mais celles qui survivent, profitent des projets qui échouent. Car elle concentrent ainsi les forces vives et potentiellement celles des projets qui ont avortés.

On en remarque, selon moi, les effets dans l'écosystème du logiciel. En effet, par exemple, il existe beaucoup d'éditeurs Latex (plus ou moins sophistiqués). Mais des ateliers 3D tels que Blender 3D ... Il est quasiment le seul et son développement est particulièrement vigoureux.

Enfin, pour reprendre les arguments avancés par certains, cités dans l'article. Je ne crois pas que l'argument de la concurrence pour des projets communautaires soient un bon argument. L'expérience démontre qu'il n'y a pas de compétition entre projets lorsqu'il n'y a rien à conquérir. A moins de créer les olympiades du logiciel libre tous les deux ans, les équipes-projet ne sont pas préoccupées par le développement des projets alternatifs : il ne tire pas leur motivation de ce que fait le voisin.
Concernant, le cas particulier d'Open Office et Libre Office, je crois que la méthode employée par l'équipe dirigeante de Libre Office n'est pas la bonne. ça manque de diplomatie. On ne demande pas à quelqu'un d'abandonner un projet à son profit. On lui propose de s'associer. D'autre part, sur le fond, la suite open source est arrivée à maturité selon mon besoin et celui d'une majorité d'utilisateurs. C'est de mon point de vue, un projet en phase de maintenance. Quoi y faire de plus ? A moins d'en faire une suite Cloud ? Mais c'est un tout autre projet.
Avatar de shunesburg69 shunesburg69 - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 17/10/2016 à 22:51
Citation Envoyé par captaindidou Voir le message
On ne demande pas à quelqu'un d'abandonner un projet à son profit. On lui propose de s'associer.
C'est justement ce qu'ils ont demandé à de nombreuses reprises mais le projet Aoo ne répond pas à la demande, ils disent ne pas être d'accord avec les objectifs de LibreOffice mais ne disent pas lesquels et font des mises à jours une fois par an avec très peu d'avancées, et souvent bizarrement quand tout le monde les déclarent mort comme pour faire durer leur longue agonie. Le projet Aoo n'est qu'une façade pour un logiciel mort depuis longtemps où une demi-douzaine de développeurs font de l'acharnement thérapeutique depuis des années. Fusionner les forces ne servirait à rien car Aoo n'en a pas si ce n'est par le nom "OpenOffice" qui est encore grandement connu. De plus, arrêtez de dire que si Aoo n'existait plus, il n'y aurait plus d'autres alternatives, ce serait cracher sur de super alternatives libre telle que la suite Calligra, Abiword et bien d'autres qui sont moins connus mais tout aussi géniales. En plus, "eux", ils travaillent déjà en partenariat avec LibreOffice sur certains librairies dont certains filtres d'imports par exemple.
Avatar de captaindidou captaindidou - Membre averti https://www.developpez.com
le 17/10/2016 à 23:41
Citation Envoyé par shunesburg69 Voir le message
Fusionner les forces ne servirait à rien car Aoo n'en a pas si ce n'est par le nom "OpenOffice" qui est encore grandement connu.
OpenOffice a beau être encore connu. C'est de moins en moins vrai chaque jour car OpenOffice n'est plus dans les paquets Ubuntu par exemple. Je pense que c'est la Debian qui ne les fournit plus. Mais je ne m'avance pas.

Citation Envoyé par shunesburg69 Voir le message
De plus, arrêtez de dire que si Aoo n'existait plus, il n'y aurait plus d'autres alternatives
Je ne crois pas avoir dit cela ni de près ni de loin parce que ce n'est même pas ce que je pense.

Citation Envoyé par shunesburg69 Voir le message
de super alternatives libre telle que la suite Calligra, Abiword et bien d'autres qui sont moins connus mais tout aussi géniales. En plus, "eux", ils travaillent déjà en partenariat avec LibreOffice sur certains librairies dont certains filtres d'imports par exemple.
Alors, où est donc le problème avec Open Office ? Ils font leur vie. Libre Office et les autres font la leur.
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 18/10/2016 à 8:48
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Fragmentation de l’open source : faut-il se concentrer sur un ou deux projets viables ?
ou multiplier les alternatives pour la compétitivité ?
Je ne vais pas dire question inutile, mais pour ma part la réponse est évidente, car la question est mal posée : les deux et même plus.

Les choix sont faits en fonction des objectifs. Si on veut favoriser la compétition, on visera la fragmentation. Si on veut favoriser la coopération, on visera la centralisation. L'un permet d'expérimenter davantage, l'autre de concentrer les ressources pour aller plus vite. Il ne s'agit pas de choisir, mais de trouver un équilibre entre les deux.

Une bonne métaphore me semble être les algorithmes d'optimisation, en particulier les algorithmes génétiques. Ces algorithmes doivent trouver un équilibre entre exploration et exploitation. L'exploration vise justement à tester de nouvelles choses pas encore essayées (on explore l'espace des solutions), alors que l'exploitation vise à améliorer ce qu'on a déjà par corrections successives (on change des petits détails pour optimiser). Et on sait que si on favorise trop l'exploration on obtiendra surtout beaucoup de résultats médiocres, alors que si on favorise trop l'exploitation on se concentrera sur quelques solutions sous-optimales. Tout l'art réside dans la combinaison équilibrée des deux.

Et cette analogie ne concerne pas que l'open source, ni même l'informatique ou le travail. C'est valable pour toute activité visant à trouver une solution à un problème. Il s'agit, en fonction du contexte et des contraintes souhaitées, de choisir le bon équilibre entre les deux dimensions. Je repete : en fonction du contexte et des contraintes souhaitées. Il n'y a pas que le contexte de l'open source a prendre en compte, mais aussi ce que les gens viennent y faire.

Et comme d'autres avant moi, je ne cautionne pas l'amalgame entre fork et compétition. On peut faire son propre projet simplement pour s'exercer, par plaisir de programmer telle ou telle fonctionnalité, ou simplement car on cherche à couvrir un besoin différent (ONLYOFFICE a démarré sur une solution en ligne pour du travail d'équipe, LibreOffice visait le travail individuel à la base). Les gens ne sont pas que des ressources à allouer à tel ou tel projet. Faut pas abuser avec l'utilitarisme.

Bref, on prend une perspective qui nous sied, et on la fait passer pour La perspective alors qu'elle ne vaut pas mieux qu'une autre. Ces gens ont des œillères.
Avatar de Matthieu76 Matthieu76 - Membre habitué https://www.developpez.com
le 19/10/2016 à 18:17
Je pense que les 2 méthodes fonctionnent.
Cette question me fais beaucoup pensé au boîte de développement de jeux vidéo.
D'un côté il y a Blizzard qui sort en moyenne un jeu touts les 2-3 ans mais il sont sur que le jeu va ce vendre en masse et sera de qualité.
A l'autre extrême il y a Ubisoft qui sort beaucoup de jeux et beaucoup de concept chaque année en sachant que certain ne marcheront pas mais que d'autre se vendront bien, leurs jeux se vende plutôt bien dans l'ensemble mais ils sont déjà oublié 3 mois après.
Il faut choisir entre qualité du produit et entre quantité, diversité et originalité du produits.
Et-il préférable d'avoir beaucoup de prototypes ou peu de projets mais des projets bien aboutis ?
Perso je préfère privilégier la qualité.
Enfin cela reste mon avis.
Offres d'emploi IT
Expert Technico Fonctionnel Sharepoint H/F
Safran - Ile de France - Corbeil (91)
Ingénieur développement électronique H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY
Architecte / concepteur électronique numérique H/F
Safran - Ile de France - Éragny (95610)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil