Un ingénieur raconte comment s'est passé son entretien technique au téléphone chez Google
Pour le poste de directeur de l'ingénierie

Le , par Stéphane le calme

20PARTAGES

17  0 
Un développeur a partagé son expérience d’entretien technique chez Google, entretien qui a eu lieu au téléphone. Pierre Gilbert Gauthier explique que ses premières expériences avec le développement remontent à 37 ans (il avait alors 11 ans) et n’a jamais arrêté. Depuis, sa carrière professionnelle a été ponctuée par des expériences comme être à la tête d’un département de recherche et développement.

Pour en revenir à l’entretien, le représentant de Google lui a dit que des capacités en management ainsi qu’en développement étaient nécessaires. Pour ce dernier critère, les connaissances devaient être actualisées. Cependant, malgré l’expérience de Pierre, il n’a pas pu donner les « bonnes réponses ». Voici la série de questions - réponses à laquelle il s’est plié en conversation téléphonique ainsi que les petites anecdotes du candidat :

Quelle est la fonction opposée à malloc() dans C ?
lui : free()
Google : bonne réponse
pensée : « j’imagine qu’en ces rares occasions vous êtes supposé être fier de vos 35 années d’expérience en programmation dans la 40ème année de ce bon vieux C »

Quelle fonction Unix permet à un socket de recevoir une connexion ?
lui : listen()
Google : bonne réponse
pensée : « est-ce que je suis donc qualifié comme étant un gourou du réseau ? »

Combien d’octets sont nécessaires pour sauvegarder une adresse MAC ?
lui : six
Google : bonne réponse
pensée : « je suppose que je viens de gagner le badge [Ethernet] »

Triez par temps d’exécution : lecture du registre CPU, recherche sur disque, changement de contexte, lecture de la mémoire système
lui : lecture du registre du CPU, lecture de la mémoire système, changement de contexte, recherche sur disque
Google : bonne réponse
pensée : « typiquement des cours d’informatique de première année universitaire »

Qu’est ce qu’un inode Linux ?
lui : un identificateur unique de fichier pour un système de gestion de fichiers donné
Google : incorrect, il s’agit d’une métadonnée
lui : l’inode est un index identifiant de façon unique un fichier sur un système de gestion de fichiers donné et vous pouvez chercher dans cet index pour récupérer des attributs de fichiers comme la taille, la date de création, le nom du propriétaire et les permissions, vous pouvez même ajouter vos propres attributs
Google : incorrect, pas “attribut” mais “métadonnée”
pensée : « “métadonnée” est plus informatif que “attribut”, vraiment ? »

Quel fonction Linux prend un chemin et retourne un inode ?
lui : j’ai écrit un LIBC personnalisé pour G-WAN, notre serveur d’applications, mais je n’arrive pas à me souvenir d’un syscall retournant un inode
Google : stat()
lui : stat(), fstat(), lstat(), et fstatat() retournent tous des erreurs de code, pas un inode ; ils remplissent une structure stat qui va contenir les attributs de fichier dont nous avons parlé précédemment, pas seulement un index inode de fichier
Google : ce n’est pas la réponse : l’inode contient toutes les métadonnées
pensée : « se pourrait-il que Google soit secrètement à l’origine de la licence du bot Microsoft néfaste AI ? »


Pierre Gauthier

quel est le nom du signal KILL ?
lui : SIGKILL avec #define fixé à 9
Google : non, c’est “TERMINATE” .
lui : SIGTERM (15) est différent de KILL signal (9)
Google : ce n’est pas la réponse que j’ai sur ma feuille de papier
pensée : « je suppose que c’est ce qui s’est passé lorsque AI a découvert les drogues récréatives »

Pourquoi est-ce que Quicksort constitue la meilleure méthode de tri ?
lui : ce n’est pas toujours le cas, il arrive même que cette méthode ne convienne pas
Google : Quicksort a le meilleur big-O
lui : “big-O” ne prend pas en considération les latences du stockage de données, la topologie, le volume, la quantité de mémoire disponible et encore moins le coût en calcul de chaque instruction impliquée dans une implémentation donnée. À la place, il compte simplement le nombre d'opérations algorithmiques ! Big-O peut s’avérer être une indication précieuse lors de la conception des algorithmes, mais la meilleure solution performante et mise à l'échelle dépend des contraintes particulières de tout problème et environnement spécifique.
Google : faux, vous deviez me parler du score Big-O de Quicksort
pensée : « quand est-ce que l’OMS va reconnaître les modèles du scandale du tabac dans les dommages causés par le milieu universitaire sur la santé mentale publique? Le noyau Linux (sur lequel Google se base) a opté pour Heapsort plutôt que Quicksort ... pour son utilisation de la mémoire plus faible et le temps d'exécution plus prévisible »

Quelle est la méthode la plus efficace pour compter les bits sets dans un tableau de 10 000 valeurs 16 bits ?
lui : vous passez les bits à droite sur tous les mots de 64 bits, la méthode Kernighan
Google : non
lui : il y a des méthodes plus rapides pour traiter les mots de 64-bits avec des masques mais je ne peux pas les expliquer au téléphone étant donné que pour le faire je vais devoir écrire un code
Google : la réponse correcte est d'utiliser une table de consultation, puis additionner les résultats.
lui : sur quel type de CPU ? Pourquoi ne pas me laisser comparer mon code au vôtre sur un benchmark ?
Google : ce n’est pas l’objectif de ce test
lui : quel est l’objectif de ce test ?
Google : je dois vérifier que vous obtenez les bonnes réponses
pensée : « combien de temps cela va-t-il durer ? Une table de consultation de 8 bits peut traiter les octets les uns après les autres, tandis qu’une méthode basée sur un masque 64 bits traite des mots de 8 octets à la fois (en plus de cela, des instructions CPU modernes vous permettent même de traiter des mots de 128 bits avec un gain de vitesse 10 fois supérieur si la portabilité ne pose pas de problème). Étant donné qu’une table de consultation 64-bit est hors de la portée des ordinateurs d'aujourd'hui, il n'y a aucun doute sur ce qui est plus rapide ».

Quels types de paquets sont échangés pour établir une connexion TCP ?
lui : en hexadécimal : 0x02, 0x12, 0x10 - littéralement "synchroniser" et "reconnaître".
Google : faux ! Il s’agit de SYN, SYN-ACK et ACK. Si Google connaît une panne, vous devez savoir comment diagnostiquer le problème. Nous nous arrêterons ici parce qu'il est évident que vous ne possédez pas les compétences nécessaires pour écrire ou examiner des applications réseau. Vous devriez apprendre les appels de fonction Linux, comment la pile TCP / IP fonctionne, et ce que Big-O signifie pour finalement être qualifié si vous veniez à obtenir un entretien plus tard. Bonne chance et au revoir.
pensée : « lorsque vous devez lire un dump de paquet hexadécimal pour trouver ce qui se passe, ces trois lettres mnémoniques ne vous seront d’aucune utilité dans votre processus de résolution d’un service de réseau mort. Peut-être que Google aurait déclaré que la pratique n’est pas nécessaire pour le travail ».

Source : blog G-WAN

Et vous ?

Pouvez-vous partager vos expériences de tests de recrutement en tant que développeur ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 15/10/2016 à 13:14
Pas besoin de se focaliser sur le questionnaire, le sympathique candidat avait déjà tout faux dès le départ avec son:

Pierre Gilbert Gauthier explique que ses premières expériences avec le développement remontent à 37 ans (il avait alors 11 ans) et n’a jamais arrêté.
Le monsieur a donc 48 ans!!! Personne ne lui a expliqué qu'il est "trop vieux", "trop expérimenté pour le poste", "trop cher".... Ah non... Ce point personne ne l'indique, mais tous le pensent très fort

Si un représentant des RH de Google nous lit, merci de bien vouloir nous indiquer la moyenne d'age des développeurs chez Google...

PS: D'autre part, je ne vois pas l'utilité de montrer du doigt Google... Toutes les sociétés ont la même approche: On engage "jeune" parce que:

1. Cela coûte moins cher en salaire
2. On pofite d'un mec qui est formé aux dernières techno
3. On a un gars bien maléable qui ne va pas trop s'opposer au management
10  0 
Avatar de mister3957
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 15/10/2016 à 19:29
"Faux parce que c'est pas ce qui est marqué sur mon papier", ça c'est drôle, c'est même très très drôle, surtout venant de Google.
9  0 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 15/10/2016 à 10:15
Euh, c'est à se poser la question si ce ne sont pas des attardés chez Google...
Non mais sans blagues, pour un poste de "directeur de l'ingénierie", il faut savoir maintenant jouer à Questions pour un Champion ?

Dites tout de suite qu'il ont recruté Julien Lepers (vu qu'il avait un créneau de libre ;-)) et lui ont confié le recrutement (d'où le jeu téléphonique, vu sa grande expérience pro dedans )

Ah les RH devraient rester au placard quand les domaines sont pointus, ils devraient se contenter d'expédier la paperasse et laisser les domaines hors de leurs compétences aux petits copains du technique.
8  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 15/10/2016 à 12:09
Voilà ce qui se passe quand on fait faire un test technique par un DRH.

La même débilité que les questions du code de la route au permis.

une photo douteuse ou on est à hauteur d'une route sur notre droite. Un conducteur normal dans le doute répondrait je ne passe pas because priorité à droite par défaut, et il aurait faux à la question car il pouvait passer. Il faut surtout pas réfléchir.

Le recruteur bossait pas chez yahoo avant ?

Ou peut être pire et beaucoup plus vicieux. Ils cherchent des moutons respectant scrupuleusement à la lettre et mot pour mot les documentations. Aucune initiative.
8  1 
Avatar de Excellion
Membre averti https://www.developpez.com
Le 15/10/2016 à 10:39
Je n'aurai eu ... aucune bonne réponse... 😂

En même temps, en regardant les réponses, on ne voit pas l'intérêt des questions, quand elles sont d'actualité...
6  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 15/10/2016 à 15:53
Google recrute comme les SSII, maintenant ? En faisant passer des entretiens par des gens qui n'y connaissent rien ? Concernant les questions sur les inode, sur le signal KILL, sur le Quicksort, le candidat avait manifestement raison ! C'est grave, quand même !
6  0 
Avatar de blbird
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/10/2016 à 18:42
Citation Envoyé par nirgal76 Voir le message
Un cas (et une expérience) personnel reste un cas personnel.
Ca ne fait pas loi. Ca ne veut rien dire. On ne peut rien en déduire. Ca n'apprends pas grand chose.
A part que ça lui permet de faire un coup de bashing google parce qu'il n'a pas dû être retenu. Tant mieux si ça lui fait du bien, ça aura au moins (et uniquement) servi à cela.
On peut très bien déduire quelque chose : 1 cas comme celui-là c'est déjà trop pour un entretien technique. Maintenant que Google connaît cet article, peut-être que certains de ses experts techniques vont demander de tester les candidats autrement. Ce serait pas mal d'en arriver là pour un "coup de gueule qui ne sert à rien", non?
6  0 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 18/10/2016 à 12:05
Citation Envoyé par transgohan Voir le message
Un de mon école a été chez Google, son embauche n'a rien eu à voir avec cela...
Le recruteur dépend des postes à pourvoir : pour un poste de développeur junior, qui ira donc vers un poste technique, l'entretien sera réalisé par une personne technique, et les questions sont du genre de celles que l'on trouve sur top-coder ou ce genre de sites.

Pour le cas présent, le recruteur est un RH à qui on a demandé de vérifier que les postulants ont un bagage technique. Cette personne n'a clairement aucune expérience technique, et n'est pas capable de comprendre les réponses, il fait donc ce qu'il peut en mode "bah j'en sais rien, mais ce n'est pas ce qui est écrit". On en a tous croisé, et malheureusement il en existe un peu partout, avec à chaque fois les mêmes consignes débiles.

N'allez pas croire que parce que c'est google (ou n'importe quelle autre grosse boite) tout va être différent.
6  0 
Avatar de Pierre le Grand
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 25/10/2016 à 19:33
C'est en partie conforme à la procédure normale de RH au Québec. La majorité des emplois bien rémunérés utilisent le système à deux entrevues. La première avec les ressources humaines et la seconde avec notre futur patron. Cependant, il est anormal que les RH posent des questions de nature technique. Les employés de RH possèdent un diplôme de premier cycle universitaire en RH, ils ne sont pas compétents en informatique et normalement, ils ne posent aucune question technique.

L'embauche au Québec en en Amérique du nord en général est un processus visant à répondre à deux questions

  • Le candidat est-il capable d'effectuer le travail?
  • Somme-nous capables de travailler avec le candidat?


De mon côté de l'Atlantique, la deuxième question est jugée prioritaire. Les compétences du candidat sont jugées inutiles s'il est une source de discorde au sein de l'équipe ou s'il est en désaccord avec les valeurs de l'entreprise. Le principal objectif de la première entrevue avec les RH est de déterminer le profil de personnalité du candidat. Cette étape est éliminatoire et elle est perçue par la majorité des candidats comme étant bien plus difficile que la deuxième entrevue. Selon l’expression consacrée: «il faut survivre à la première entrevue». Seuls les candidats dont la personnalité a été jugée conforme auront le droit de passer à l'étape des questions techniques avec une personne compétente pour poser les questions.

Malgré que cela soit le cheminement normal, force est de constater que certains employeurs, par souci d'économie, demandent au personnel de RH de poser des questions techniques. Ils achètent sur le marché des questionnaires d'embauche des questions et des réponses toutes faites. La personne qui conduit l'entrevue ne possède pas la compétence nécessaire pour vérifier si les réponses fournies sont correctes ou que l'avancement de la science permet une meilleure réponse que celle sur le solutionnaire. J'ai déjà vu un de ces questionnaires tout fait et je n'ai pas été impressionné. Si on demande au candidat de prouver le théorème X et que la fille de RH a devant le nez une preuve directe, elle va considérer comme incompétent un candidat qui présenterait une preuve par induction correcte du théorème X. Pire que cela, elle ignore la différence une preuve directe, une preuve par induction, une preuve par contradiction, une preuve par contraposition... Toute déviation par rapport à ce qui est écrit sur son solutionnaire est considérée comme étant une erreur. Comme emploi étudiant, j'ai corrigé les devoirs de mathématiques pour informaticiens. C'était une tâche ardue par ce que les étudiants n'utilisent pas toujours la méthode de preuve la plus directe ou la plus efficace. En mathématiques fondamentales, on ne s'intéresse pas au nombre de pages qu'une preuve utilise. Le nombre de solutions correctes obtenues de manières différentes que celle espérée était appréciable. La correction ce ces devoirs demandait une grande compétence.

C'est sans compter que les questions demandées semblent sans rapport avec la nature du travail que l'ingénieur devra effectuer. Google devrait étudier la docimologie. Dans tout examen, il faut démontrer que l'examen mesure bel et bien ce qui doit être mesuré. Il faut donc démonter qu'une personne qui connait les réponses à ces questions serait un employé plus compétant pour Google, ce qui est loin d'être évident.

En général, les employeurs perçus comme étant prestigieux, comme Google, reçoivent beaucoup plus de candidats qu'il n'y a de postes disponibles. Lorsqu’il y a 50 000 demandes pour un seul poste, il faut retrancher le plus rapidement possible des candidats. Malheureusement, en général, les candidats retranchés ne sont pas objectivement ceux qui auraient du l'être, mais cela n'affecte en rien l'employeur. L'embauche n'est pas une science exacte, plus de 90% des candidats n'obtiendront pas d'entrevue et le meilleur candidat pourrait avoir été retranché par une simple faute d'orthographe dans son CV. L'entrevue est basée sur les perceptions subjectives d'une personne, pas sur des faits mesurables. La décision d'embauche est prise durant les 5 premières minutes de l'entrevue http://www.jobboom.com/carriere/l-en...-cinq-minutes/ . 50% des recruteurs sondés ont avoué avoir pris la décision d'embauche en 5 minutes au moins et 90% l'on prise en 15 minutes ou moins. Une recruteuse compétente m'a avoué qu'elle faisait le reste de l'entrevue d'une heure au cas ou sa première impression après 5 minutes serait erronée, mais ce ne sont pas tous les recruteurs qui se donnent une telle peine.
6  0 
Avatar de Guntha
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/10/2016 à 12:06
Le plus dérangeant, ce sont toutes les updates à cet article sur le blog original, qui ne sont pas mentionnées dans cet article (avec notamment LinkedIn qui a censuré l'article et les commentaires qui étaient du même avis, et des employés de Google qui on essayé de contredire l'histoire...): http://www.gwan.com/blog/20160405.html
5  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web