La politique interne de Samsung aurait-elle empêché de détecter les défauts des Galaxy Note 7 ?
Plusieurs rapports décrient les condtions de travail

Le , par Olivier Famien, Chroniqueur Actualités
Si vous utilisez un téléphone Android, un iPhone, un réfrigérateur, un climatiseur, il y a de fortes chances qu’une partie des composants ait été fabriquée par Samsung ou une entreprise affiliée. La compagnie est omniprésente dans un grand nombre de secteurs technologiques et propose divers types de services et de produits. Mais derrière l’ensemble de ces produits qui font la joie de nombreux consommateurs, se cacherait une sombre image de l’entreprise quand il s’agit de parler des conditions de travail.

En effet, selon le secrétaire général de la Confédération syndicale internationale, Sharan Burrow, l’entreprise sud-coréenne ferait travailler ses employés dans des conditions précaires. L’agence de presse américaine Associated Press basée à Séoul a même effectué une enquête à ce sujet et a rapporté que plusieurs employés travaillant sur des lignes de production de composants électroniques chez Samsung seraient décédés après avoir contracté des maladies comme la leucémie, le lupus, le lymphome, la sclérose en plaques et bien d’autres pathologies.

Et si vous êtes une entreprise tierce avec un syndicat et que vous travaillez avec Samsung, il y a de fortes chances que votre contrat soit « déchiré », souligne Sharan Burrow. Un rapport de 115 pages datant de 2012 et destiné à donner les lignes directrices aux dirigeants de l’entreprise montre les mêmes faits décriés par Sharan. Dans ce rapport, il est clairement établi que la firme aurait établi une politique antisyndicale pour « isoler les salariés », « punir les leaders » ou encore susciter des « conflits internes » afin de freiner les velléités syndicalistes.

Par exemple, l’organisation indépendante non gouvernementale, Asia Monitor Resource Center (AMRC), rapporte que « lorsque quelques travailleurs chez Samsung SDI ont commencé à former un syndicat en 2000, la direction a émis des ordres pour chacun d’eux afin de les expédier outre-mer ». « Ceux qui ont refusé ont été renvoyés pour des raisons disciplinaires. Dans le même temps, Samsung SDI a mis sur écoute les téléphones des travailleurs, les a suivis, a approché leurs familles avec des menaces et des apaisements, et a même mis des dispositifs de suivi de la localisation dans les téléphones mobiles appartenant aux travailleurs ».

Tous ces faits ont poussé Sharan Burrow à affirmer que « Samsung est un business model qui a perdu sa boussole morale, basée sur l’exploitation et l’abus des droits de l’homme dans sa chaîne d’approvisionnement ».

Il faut souligner que Samsung SDI est l’entreprise qui a fabriqué 70 % des batteries défectueuses qui ont entraîné un premier rappel. Certaines personnes établissent un lien entre la politique de l’entreprise et la récente débâcle qu’a connu l’entreprise entrainant la mort prématurée de son modèle Galaxy Note 7.

Le New York Time ajoute que les employés de Samsung qui devaient effectuer des tests afin de déceler les problèmes n’étaient pas autorisés à communiquer entre eux. Samsung les aurait contraints de garder les communications sur les tests hors-ligne, ce qui sous-entend qu’aucun courriel n’était autorisé. Craignant donc des poursuites et des assignations à comparaître, ces derniers auraient donc fait profil bas, chose qui pour certains aurait contribué à ne pas détecter les problèmes liés à ce modèle avant qu’il ne soit envoyé sur le marché.

Source : Confédération syndicale Internationale, New York Time, Rapport Samsung datant de 2012 (PowerPoint), Blog Sharan Burrow, AMRC, Associated Press

Et vous ?

Que pensez-vous des faits reprochés à Samsung ? Pensez-vous qu’ils soient avérés ?

Pensez-vous que le mauvais management du personnel aurait contribué à ne pas détecter les problèmes du Galaxy Note 7 ?

Voir aussi

Un blogueur enquête sur le management interne de Facebook, Lobbying, liberté et culte de la performance, rêve ou cauchemar ?

Forum Actualités, Wiki Developpez.com, Débats Best of, FAQ Developpez.com


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de TiranusKBX TiranusKBX - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 14/10/2016 à 23:11
Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
L’agence de presse américaine basée à Séoul a même effectué une enquête à ce sujet et a rapporté que plusieurs employés travaillant sur des lignes de production de composants électroniques chez Samsung seraient décédés après avoir contracté des maladies comme la leucémie, le lupus, le lymphome, la sclérose en plaques et bien d’autres pathologies.
Cette phrase sans preuve de relation entre le travail et les maladies(qui sont vachement diversifiées) relève du même niveau que "cette maison est maudite tous ces habitant on fini par mourir" on fini tous par mourir avec ou sans maison hanté !
Mais que le traitement des employés soit comme ça n'à rien d'étonnant venant de ce pays, il suffit de voir comment sont traités les enfant pour la réussite scolaire
Avatar de diabolos29 diabolos29 - Membre averti https://www.developpez.com
le 15/10/2016 à 9:25
Quelque part, nous (les clients finaux) sommes aussi un peu responsables de la dégradation des conditions de travail et indirectement de ces pratiques. En achetant des produits de telle ou telle marque parce qu'il sont compétitifs, nous cautionnons implicitement les pratiques dans les usines qui les produisent, voir nous les encourageons. On récolte ce que l'on sème en fait. Ici, une boite qui met une grosse pression sur ses salariés pour rester compétitive parce que sinon, nous (les clients) irions voir ailleurs.
Avatar de chrtophe chrtophe - Responsable Systèmes https://www.developpez.com
le 15/10/2016 à 11:51
Quelque part, nous (les clients finaux) sommes aussi un peu responsables de la dégradation des conditions de travail et indirectement de ces pratiques. En achetant des produits de telle ou telle marque parce qu'il sont compétitifs, nous cautionnons implicitement les pratiques dans les usines qui les produisent, voir nous les encourageons. On récolte ce que l'on sème en fait. Ici, une boite qui met une grosse pression sur ses salariés pour rester compétitive parce que sinon, nous (les clients) irions voir ailleurs.
Ou peut-on trouver un smartphone non fabriqué en chine maintenant ?

Nous avons le retour de bâton. Et le retour en arrière sera difficile, nous n'avons plus ni les ouvriers compétents, ni les outils de production.

Et puis quand on sors un modèle par an ...

La mondialisation nivelle les prix, les conditions de travail, de qualité par le bas.
Avatar de Jitou Jitou - Membre averti https://www.developpez.com
le 16/10/2016 à 20:08
Gageons que c'est aussi la fin des écrans incurvés chez Samsung, car rien ne ressemble plus à un GNote 7 qu'un même smartphone ayant adopté ce design, le passage à l’aéroport risque d'être difficile.
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 17/10/2016 à 13:28
Galaxy Note 7 : Samsung est allé à l'encontre de la routine industrielle et a testé ses batteries en interne,
sans passer par un laboratoire tiers agréé

Si la cause exacte qui provoque les explosions des Galaxy Note 7 reste jusqu’à ce jour indéterminée même si des hypothèses ont déjà été formulées et que des enquêtes sont en cours aux États-Unis ainsi qu’en Corée du Sud, de nouvelles informations sur la procédure de test des batteries de Samsung ont émergé.

Selon le Wall Street Journal, contrairement aux grandes enseignes de l’industrie, Samsung ne s’est pas appuyé sur les laboratoires agréés pour tester les batteries dans ses équipements, mais a choisi de mener les tests en interne. Les autres grandes enseignes aux États-Unis utilisent l’un des 28 laboratoires agréés pour le faire. Ces laboratoires ont reçu la certification CTIA (Cellular Telephone Industries Association), un groupe international qui représente tous les secteurs de communication sans fil.

Les tests sont menés pour s’assurer de la conformité aux standards définis par la IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers), une organisation qui a pour but de promouvoir la connaissance dans le domaine de l’ingénierie électrique.

Les tests sont importants dans la mesure où ils permettent de déterminer si une batterie a tendance à surchauffer lors d’une l'utilisation régulière ou pendant des appels téléphoniques (émission ou réception). Ils s’avèrent également importants pour déterminer si la batterie chauffe pendant la charge ou dans des conditions qui impliquent des températures élevées. Mais Samsung a décidé de ne pas passer par des laboratoires tierces.

D’ailleurs, un porte-parole de Samsung a confirmé cette allégation et a ajouté que l’entreprise n’a pas trouvé de problèmes dans les Galaxy Note 7 originaux et encore moins dans ceux qui ont été déployés en remplacement durant la procédure de tests. La semaine dernière, de nombreux rapports indiquaient que les ingénieurs Samsung n’ont pas pu reproduire l’explosion des Galaxy Note 7 et que, par conséquent, ils sont toujours indécis sur ce qui a pu causer exactement la surchauffe puis l’explosion de l’appareil.

Samsung n’est pas le seul constructeur à effectuer des tests en interne sur les batteries. C’est également le cas de Motorola qui préfère également tester les batteries de ses téléphones avant leur mise sur le marché. La différence réside dans le fait qu’avant de lancer un produit aux Etats-Unis, l’entreprise contacte l’un des laboratoires agréés pour des tests supplémentaires, chose que Samsung n’a pas faite avec le Galaxy Note 7.

L’addition est déjà salée pour le Sud-Coréen : son téléphone phare est interdit dans les avions sur le territoire américain, au Japon mais également au Canada. Dans la foulée, plusieurs compagnies aériennes asiatiques ont décidé de bannir complètement le Galaxy Note 7 de leurs avions. Singapore Airlines a prévenu sur son compte Facebook que « toute personne en possession de l'appareil n'aurait pas le droit d'embarquer ». Il en va de même pour des compagnies aériennes philippines (parmi lesquelles Philippine Airlines et Cebu Pacific Air), la compagnie malaisienne AirAsia, la compagnie indonésienne Garuda ou encore les compagnies taïwanaises China, Airlines et EVA Air. Hong Kong a également interdit de transporter ce smartphone au départ ou à l’arrivée de son aéroport international.

Source : Wall Street Journal
Avatar de blbird blbird - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 17/10/2016 à 15:36
Ce qui veut dire qu'ils ont revendiqué une 2ème série de téléphones, soi-disant exempts du défaut, alors qu'ils n'avaient même pas réussit à reproduire ce fameux défaut? Ils n'en connaissaient donc pas la cause, comment pouvaient-ils être sûr de l'avoir corrigé??

Hallucinant.
Avatar de sylsau sylsau - Membre habitué https://www.developpez.com
le 18/10/2016 à 7:15
Avoir testé en interne les batteries était déjà une première erreur de taille. Renvoyer des appareils sans avoir reproduit le problème initial sur le premier modèle était encore une plus grosse erreur. Leur précipitation dans cette histoire va leur coûter très très cher et devrait signer la fin de la gamme Galaxy Note qui était une vache à lait pour eux. Ils travailleront correctement à l'avenir.
Avatar de yann2 yann2 - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 18/10/2016 à 14:04
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
D’ailleurs, un porte-parole de Samsung a confirmé cette allégation et a ajouté que l’entreprise n’a pas trouvé de problèmes dans les Galaxy Note 7 originaux et encore moins dans ceux qui ont été déployés en remplacement durant la procédure de tests. La semaine dernière, de nombreux rapports indiquaient que les ingénieurs Samsung n’ont pas pu reproduire l’explosion des Galaxy Note 7 et que, par conséquent, ils sont toujours indécis sur ce qui a pu causer exactement la surchauffe puis l’explosion de l’appareil.
Les mecs ils sont forts ! Ils trouvent 0 problème dans la première version et ils trouvent encore moins de problème dans la seconde. Moins de 0 problème du coup ! C'est pas mal je n'ai pas lu la source mais si c'est bien l'expression utilisée par la comm' de Samsung, c'est bien qu'il existait des problèmes dans les batteries.
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 20/10/2016 à 12:52
Samsung envisage de se tourner vers son compatriote LG pour la production des batteries du Galaxy S8,
après l'échec du Galaxy Note 7

Le drame qui a entouré la sortie du Galaxy Note 7 a contraint Samsung a opérer des changements qu’il n’avait pas nécessairement prévus avant la série d’explosions des batteries du téléphone. Si la cause exacte du dysfonctionnement entraînant ce malheureux incident n’a pas pu être déterminée, en revanche le problème a pu être circonscrit aux batteries du Note 7. 70% d’entre elles étaient produites par sa filiale Samsung SDI. Ce sont ces batteries qui étaient mises en cause lors du premier rappel. Samsung a donc fait appel au constructeur Chinois ATL (Amperex Technology Limited), spécialisé dans la construction et la vente de batteries, pour fournir en batteries les dispositifs de remplacement. Précisons qu’ATL fournissait déjà une batterie sur trois de la gamme Galaxy Note 7.

Une seconde vague de distribution qui n’aura pourtant pas endigué le problème puisque des rapports indiquant des incidents causés par ces dispositifs de remplacement ont fusé sur internet. Plus tard, un rapport, dont la conclusion a été corroborée par un porte-parole de l’entreprise, a indiqué que, contrairement à ce qui se fait dans l’industrie, Samsung avait opté pour mener lui-même ses tests de conformité des batteries.

Cette fois-ci le constructeur semble avoir retenu la leçon : selon des sources du quotidien sud-coréen Korea Herald, l’entreprise est en négociation avec LG Chem sur la possibilité d’un accord sur la construction des batteries du Galaxy S8, au détriment de sa filiale Samsung SDI et de son partenaire Chinois ATL. Samsung pourrait même envisager des options supplémentaires comme l'a indiqué un porte-parole qui a affirmé que « nous examinons divers fournisseurs, y compris LG Chem ».

LG Chem est une filiale de l'entreprise sud-coréenne LG et qui est spécialisée dans la pétrochimie, la production de batteries électriques et la fabrication de composants automobiles. Comme le note le quotidien, les deux compatriotes ont rarement collaboré sur des projets à cause de la possibilité de fuites techniques. Néanmoins, LG Innotek, une filiale de LG, fournit déjà Samsung en modules de caméras pour smartphones.

Un choix stratégique somme toutes logique. Le constructeur, marqué par l’épisode Galaxy Note 7, veut tout faire pour effacer des mémoires cet incident tragique qui a provoqué des dommages sur des personnes ainsi que sur des biens matériels.

Source : Korea Herald
Avatar de Grogro Grogro - Membre expert https://www.developpez.com
le 20/10/2016 à 13:45
Après les explications fonctionnelles et organisationnelles de la crise plus haut, voici une explication technique : https://www.letemps.ch/sciences/2016...7-prennent-feu
Contacter le responsable de la rubrique Accueil