Verizon estime que le piratage de Yahoo pourrait avoir un « impact significatif »
Susceptible de permettre l'annulation du contrat de rachat

Le , par Michael Guilloux

30PARTAGES

9  0 
Comme c’était prévisible, les derniers rapports sur Yahoo pourraient mettre à mal le rachat du fournisseur de services sur internet par le géant des télécommunications Verizon. En effet, d’après le quotidien The New York Post, des sources lui auraient fait savoir que Verizon réclame une réduction d’un milliard de dollars sur son accord en cours pour le rachat de Yahoo.

Yahoo a annoncé son rachat par Verizon en juillet dernier, pour le montant de 4,8 milliards de dollars. Avec cette offre, Verizon va non seulement acquérir le cœur de métier sur internet de Yahoo, mais entrer également en possession de plusieurs propriétés immobilières. Il s’agit d’une opération stratégique pour le géant américain des télécommunications qui avait prévu de conserver la marque Yahoo, mais de placer la société sous sa filiale AOL, rachetée il y a seize mois. L’objectif est de créer, avec Yahoo/AOL, un effet de synergie afin de rivaliser avec Google et Facebook dans le domaine de la publicité en ligne.

Mais avec les derniers rapports sur Yahoo, les choses ne s’annoncent pas bien pour Verizon. Yahoo a tout d’abord annoncé avoir été piraté en 2014, une attaque qui a exposé plus d’un demi-milliard de comptes d’après la société. À cela, s’ajoutent de nombreux témoignages d’anciens employés et responsables de Yahoo, qui mettent à nu les pratiques de sécurité irresponsables de la société sous Marissa Mayer. Et il y a quelques jours, on apprend encore que Yahoo a développé un logiciel pour aider la NSA ou le FBI à espionner les emails reçus par ses utilisateurs, à la recherche de certains termes spécifiques.

Alors que les révélations se poursuivent, les sources du New York Post affirment que Tim Armstrong, le patron d’AOL s’est rendu sur la côte Ouest des États-Unis ces derniers jours, pour s’entretenir avec les responsables de Yahoo. Il est assez contrarié par les mauvaises nouvelles sur Yahoo, affirment les sources. Verizon estimant que la valeur de la firme a diminué, le directeur général d’AOL a donc effectué ce voyage pour réclamer une réduction d’un milliard $ sur le prix du rachat de Yahoo. La réduction réclamée serait une sorte de prime d’assurance qui devrait aider à faire face aux dommages que les scandales sur Yahoo pourraient causer. C’est d’ailleurs ce qu’a suggéré Ross Levinsohn, l’ancien PDG de Yahoo par intérim. « Si j'étais assis à Verizon en ce moment ... juste d'un point de vue business, j'aurais probablement réservé un paquet d'argent à cause de l'accord ou je serais retourné vers Yahoo pour demander une réduction », a-t-il suggéré dans une interview avec CNBC.

D’après les sources, Yahoo de son côté refuse catégoriquement d’entendre la demande de Tim Armstrong, considérant « qu’un deal est un deal » et qu’il n’y aucun recours légal pour changer les termes qui ont été établis dans le contrat.

Mise à jour le 14/10/2016 : Verizon estime que le piratage de Yahoo pourrait avoir un « impact significatif » susceptible de permettre l’annulation du contrat de rachat

S’adressant aux journalistes lors d’un évènement de Verizon Communications à Washington DC, Craig Silliman, l’avocat général de la société, a fait savoir le jeudi que Verizon peut sur une « base raisonnable » demander l’annulation de l’accord de 4,8 milliards $ pour le rachat de Yahoo. « Je pense que nous avons une base raisonnable de croire maintenant même que l'impact est significatif et nous voulons que Yahoo nous démontre l'impact. S'ils croient que ce n'est pas le cas, alors ils auront besoin de nous montrer cela », dit-il.

La grosse violation de sécurité dans laquelle plus d’un demi-milliard de comptes ont été piratés pourrait en effet déclencher une clause du contrat qui permet au géant des télécommunications de renoncer à l’acquisition. La clause en question permettrait à Verizon de se retirer si un nouvel événement « est susceptible d'avoir un effet défavorable important sur l'entreprise, les actifs, les propriétés, les résultats d'exploitation ou la situation financière de l'entreprise. »

Yahoo a déjà fait un briefing à son acquéreur en ce qui concerne le piratage de 2014, mais Verizon a demandé plus d’informations avant de prendre une décision sur l’ampleur de l’impact de la violation de sécurité, explique Silliman. D’après l’avocat général, l’opération de rachat a été déjà approuvée par la Federal Trade Commission des États-Unis, mais devrait encore être validé par la Commission européenne et la Securities and Exchange Commission des États-Unis. De son côté, Yahoo persiste sur le fait que la valeur de son entreprise n’a pas baissé. « Nous avons confiance dans la valeur de Yahoo et nous continuons à travailler pour l'intégration avec Verizon », a déclaré un porte-parole de l’entreprise.

Sources : The New York Post, Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de la réduction demandée par Verizon ?
Les scandales dans lesquels Yahoo est impliqué menacent-ils l’accord avec Verizon ?

Voir aussi :

Yahoo confirme le piratage de plus d'un demi-milliard de comptes, la société attribue l'attaque à un groupe parrainé par un État
Yahoo aurait espionné les emails de ses clients pour le FBI ou la NSA, ce qui aurait causé le départ de l'expert en sécurité Alex Stamos pour Facebook
Après trois ans de bataille judiciaire, Yahoo va continuer à analyser les courriels, les avocats touchent des millions et les plaignants n'ont rien

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Vulcania
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 07/10/2016 à 14:28
D’après les sources, Yahoo de son côté refuse catégoriquement d’entendre la demande de Tim Armstrong, considérant « qu’un deal est un deal » et qu’il n’y aucun recours légal pour changer les termes qui ont été établis dans le contrat.
En gros leur arnaque a réussi, donc pour eux il y a pas de problème ? On dirait des gamins ...
Avatar de Kearz
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/10/2016 à 15:13
Attention, je suis pas sur que ça soit une arnaque.
On parle de Yahoo! et c'est des outils qui tournent plutôt bien. Ils ont perdu face à google parce que...google. C'est pas facile de gagner sur le même terrain que l'une des boites (voir la) les plus puissante de la planète.

Quelques milliards pour une boite comme Yahoo! quand on voit certains deal dans l'informatique, je trouve que c'est quand même un deal pas trop trop cher.
Après si Yahoo! était parfait...Ben il serait pas en vente non? Verizon devait se douter qu'il y avait de vice caché. Si tu achète une porsche à moins de 10K€, tu te doutes bien qu'il y a quelques petits problème.
Avatar de Vulcania
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 07/10/2016 à 18:06
Citation Envoyé par Kearz Voir le message
Attention, je suis pas sur que ça soit une arnaque.
On parle de Yahoo! et c'est des outils qui tournent plutôt bien. Ils ont perdu face à google parce que...google. C'est pas facile de gagner sur le même terrain que l'une des boites (voir la) les plus puissante de la planète.

Quelques milliards pour une boite comme Yahoo! quand on voit certains deal dans l'informatique, je trouve que c'est quand même un deal pas trop trop cher.
Après si Yahoo! était parfait...Ben il serait pas en vente non? Verizon devait se douter qu'il y avait de vice caché. Si tu achète une porsche à moins de 10K€, tu te doutes bien qu'il y a quelques petits problème.
Certes, mais cacher les problèmes majeurs sous le tapis lors d'une transaction n'est pas pardonnable, peu importe à quel point c'était évident qu'il y avait un problème. Si un vendeur officiel me vend une porsche neuve à 10k€ et qu'un mois plus tard le moteur est mort, ça reste un vice caché.
Avatar de Michael Guilloux
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 16/12/2016 à 9:36
Verizon digère mal le second piratage annoncé par Yahoo
et envisage une réduction de son offre voire l’annulation du contrat de rachat

Verizon Communication, qui a entamé le rachat de Yahoo en juillet dernier, n’a pas bien accueilli le piratage de plus de 500 millions de comptes annoncé par le fournisseur de messagerie au cours du mois de septembre. Tim Armstrong, le patron d’AOL, la filiale de Verizon à laquelle sera rattaché Yahoo, a donc rencontré les responsables de la société piratée pour réclamer une réduction d’un milliard de dollars sur le contrat de 4,8 milliards $. Ce qui serait une sorte de prime d’assurance qui devrait aider à faire face aux dommages que la violation de la sécurité de Yahoo pourrait causer. Craig Silliman, l’avocat général de Verizon avait également prévenu que le piratage de Yahoo pourrait avoir un « impact significatif » susceptible de permettre l’annulation du contrat de rachat.

Le dernier piratage de plus d’un milliard de comptes annoncé cette semaine ne vient donc pas arranger les choses. D’après le quotidien Bloomberg, parmi les victimes, on dénombre plus de 150 000 membres du gouvernement des États-Unis et d’agences du renseignement américain, ce qui pourrait être préjudiciable pour la sécurité nationale. C'est une fuite qui pourrait permettre aux services de renseignements étrangers d'identifier les employés du gouvernement et des agences de renseignement US et de pirater leurs comptes personnels et de travail. Ces employés avaient en effet donné leurs comptes officiels du gouvernement à Yahoo comme adresses de secours. On y trouve des comptes appartenant au personnel actuel de la Maison-Blanche, des membres du Congrès, des agents du FBI, de la NSA, de la CIA et du bureau du directeur du Renseignement national (ODNI), pour ne citer que ceux-là.

Verizon digère donc mal ce second piratage et, en réponse au communiqué de Yahoo, dit examiner l’impact de cette nouvelle violation de sécurité avant de prendre des décisions par rapport au rachat du fournisseur de service sur internet. « Comme nous l'avons toujours dit, nous allons évaluer la situation alors que Yahoo poursuit son enquête. Nous examinerons l'impact de ce nouveau [piratage] avant d'arriver à des conclusions finales, » a déclaré l’opérateur de télécommunications.


D’après Bloomberg, une source familière au dossier lui aurait confié que Verizon Communications envisage une réduction du prix ou une possible annulation de l'acquisition de Yahoo, après que la société a annoncé ce deuxième hack touchant jusqu'à un milliard de comptes d'utilisateurs. Alors qu'un groupe de Verizon dirigé par le CEO d'AOL Tim Armstrong est toujours concentré sur la planification de l’intégration de Yahoo, une autre équipe est, quant à elle, en train d’examiner les divulgations de violation et les options de Verizon.

La source révèle qu’une équipe juridique dirigée par l'avocat général de Verizon, Craig Silliman, évalue les dommages causés par les violations de sécurité et étudie la possibilité d'annuler le contrat ou renégocier le prix d'achat de Yahoo à la baisse. L'un des objectifs majeurs de Verizon serait d’arriver à un accord qui lui permet de ne pas endosser la responsabilité pour les conséquences juridiques futures des différents hacks.

En parlant de conséquences juridiques, il faut rappeler que Yahoo fait déjà l'objet d'une poursuite pour négligence après le premier piratage. Quelques heures après la nouvelle annonce, un autre recours collectif a été lancé contre Yahoo. Cette nouvelle plainte stipule que « Yahoo a failli et continue de faillir dans son obligation d'assurer une protection adéquate des informations personnelles et confidentielles de ses utilisateurs... Les informations personnelles et privées des utilisateurs de Yahoo ont été à plusieurs reprises compromises et demeurent vulnérables », explique la plainte. Verizon voudrait donc que si le contrat n'est pas annulé, Yahoo puisse assumer toute responsabilité durable pour les dommages causés par ces piratages.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Yahoo annonce le piratage de plus d'un milliard de comptes dans une autre violation de sécurité datant du mois d'août 2013
Yahoo confirme le piratage de plus d'un demi-milliard de comptes, la société attribue l'attaque à un groupe parrainé par un État
Yahoo aurait espionné les emails de ses clients pour le FBI ou la NSA, ce qui aurait causé le départ de l'expert en sécurité Alex Stamos pour Facebook
Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/12/2016 à 15:26
Ces employés avaient en effet donné leurs comptes officiels du gouvernement à Yahoo comme adresses de secours.


Je pense qu'une euthanasie est nécessaire à ce stade là...
Utiliser une adresse professionnelle, et pour certain confidentielle, comme secours pour une adresse personnelle...
Avatar de Olivier Famien
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 16/02/2017 à 16:35
Rachat des services Yahoo : Verizon sur le point d’obtenir une réduction de 250 millions de dollars
ainsi que le partage des frais liés aux piratages

Après plusieurs années difficiles pour générer des bénéfices avec ses services de messagerie et d’autres produits par ailleurs, Yahoo a annoncé en février dernier qu’elle cherchait un repreneur pour son cœur de métier sur internet comprenant les services Yahoo News ou encore Yahoo Mail. Après quelques mois de recherches et de négociations, l’ancienne gloire des services de messagerie a finalement trouvé un nouvel acquéreur avec Verizon qui s’est proposé de racheter ces différents services y compris des propriétés immobilières pour un montant de 4,8 milliards de dollars.

Alors que l’entreprise était en bonne voie pour conclure son affaire au prix initialement convenu, un premier rapport faisant état d’un piratage datant de 2014 qui concernait 500 millions de comptes est parvenu au grand public. N’ayant pas encore fini de digérer ce revers, quelques semaines après cette annonce, un autre rapport desservant l’image de Yahoo est encore parvenu à la connaissance du public. Il informait que Yahoo a contribué à aider les agences américaines (la NSA et le FBI) afin d'espionner le contenu des mails des utilisateurs de Yahoo. ‎

Bien évidemment, ces faits sont suffisamment graves pour attirer l’attention de Verizon sur une éventuelle révision du contrat en cours de conclusion. Tim Armstrong, le patron d’AOL, la filiale de Verizon à laquelle sera rattaché Yahoo, a donc rencontré les responsables de la société piratée pour réclamer une réduction d’un milliard de dollars sur le contrat de 4,8 milliards de dollars. Si ces premières informations ont pu susciter une telle réaction de la part de Verizon, imaginez quelle sera l’attitude de Verizon en apprenant par la suite que Yahoo a été victime d’un piratage de plus d’un milliard de comptes.

Face à tous ces faits, Verizon a annoncé qu’elle examinait l’impact causé par ces différentes violations et étudiait la possibilité de réduire le montant de la transaction. Depuis quelques heures, des sources proches du dossier annoncent que la société se rapproche d’un accord avec Yahoo pour une réduction du montant de l’acquisition de l’ordre de 250 à 350 millions de dollars, par rapport au montant initialement fixé à 4,83 milliards de dollars (4,56 milliards d’euros). Mais en plus de cette réduction, un compromis aurait été également trouvé afin de partager les responsabilités légales liées aux différents piratages. Après la divulgation de ces informations, le titre de Yahoo a connu un bond de 1,3 %, tandis que celui de Verizon a chuté de 0,67%.

Pendant que les négociations sont serrées autour du montant de la réduction, certaines personnes se demandent si cela n'est pas juste une aubaine pour Verizon afin grignoter sur le montant de l'acquisition. En d'autres termes, Verizon aurait simplement sauté sur l'occasion pour réduire la note de frais. D'autres par contre estiment que cette requête pour une réduction est justifiée, dans la mesure où ces événements pourraient écorner sérieusement l'image des services Yahoo acquis et dilués ainsi la valeur des biens acquis. A ce propos, il faut souligner que depuis la divulgation des différents cas de piratage, l'on a noté parallèlement une croissance du nombre d'inscription pour le service de messagerie chiffrée ProtonMail.

Revenant sur les dernières informations ayant fuité de cette affaire, des sources anonymes affirment que les actionnaires de Yahoo devraient approuver l'entente révisée. Une annonce devrait être faite à ce sujet dans les jours ou les semaines à venir.

Source : Reuters, Bloomberg

Et vous ?

Que pensez-vous de la demande de réduction de Verizon ? Est-elle opportuniste ou justifiée ?

Voir aussi

Yahoo confirme le piratage de plus d'un demi-milliard de comptes, la société attribue l'attaque à un groupe parrainé par un État
Yahoo annonce le piratage de plus d'un milliard de comptes dans une autre violation de sécurité datant du mois d'août 2013

Forum Actualités, Wiki Developpez.com, Débats Best of, FAQ Developpez.com
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/02/2017 à 18:21
Pour l'instant, j'estime que la marque Yahoo va complètement disparaitre de la même manière que Netscape et que les investisseurs en seront pour leur frais.

Ils auraient du mettre l'accent sur des services à très forte valeur ajoutée comme Google a su le faire dès l'origine, ce qui leur aurait permis de tirer parti de leur très forte communauté d'utilisateur.
Mais là ils ne proposent aucun services d'un niveau de qualité supérieur à ce qui se faisait dans les années 90, rien qu'un petit groupe de codeur déterminés ne puisse refaire en quelques mois.

Mais pour faire cela, il faut un visionnaire à la tête de l'entreprise, pas une Marissa Mayer qui a une vision uniquement marketing. Cela ne l'empêche pas d'être estimable, mais ce n'est pas la personne qu'il fallait.

Finalement, il ne reste d'un petit zeste de coolitude pour la marque... il aurait fallu rentre obligatoire la projection du film "the social network" auprès des investisseurs et de l'état major.

Qu'on rachète une marque aussi emblématique pour "seulement" 4,8 milliards$ alors qu'Oracle racheta le constructeur Sun pour 7 milliards, permet de mesurer l'immensité du désastre.
Avatar de Malick
Community Manager https://www.developpez.com
Le 09/06/2017 à 4:42
Rachat des services Yahoo : Verizon serait sur le point de supprimer près de 2000 emplois chez Yahoo,
au terme des négociations prévues le 13 juin 2017

Dans le cadre de l’opération relative au rachat des services Yahoo, la société Verizon Communications serait sur le point de supprimer près de 2000 emplois chez Yahoo, cela à l’issue de la finalisation officielle de l’opération d’acquisition prévue pour le 16 juin prochain. L’information est fournie par l’éditeur en ligne Reuters qui ajoute que cette suppression de postes touchera environ 15 % des effectifs de Yahoo et d'AOL (America Online).
Rappelons que c’est au mois de février 2016 que Yahoo avait annoncé au public sa volonté de trouver une « alternative stratégique » à son cœur de métier sur internet essentiellement constitué des services en ligne comme Yahoo News, Yahoo Mail, etc. Pour ce faire, il a fallu un long processus d’enchères au terme duquel l'opérateur de télécommunication Verizon a été désigné adjudicataire avec une offre de 4,8 milliards de dollars. À l'époque, Le New York Times nous informait qu’en plus de faire l’acquisition du cœur de métier sur internet de Yahoo, Verizon allait également entrer en possession d'un certain nombre de propriétés immobilières. Il était également question que Verizon conserve la marque Yahoo et fusionne ses actifs avec ceux d’AOL, cela dans l'optique de disposer d'un portefeuille de contenus couplé à des technologies publicitaires pour la monétisation.

D'après les informations collectées, la plupart des postes qui seront supprimés sont situés en Californie, et le reste serait en dehors des États-Unis. Reuters nous informe également que c'est ce jeudi 8 juin que les actionnaires de Yahoo ont donné leur accord pour la vente des activités internet du groupe à Verizon, cela pour 4,48 milliards de dollars soit l'équivalent de 4 milliards d'euros. « Yahoo s'attend à ce que cette transaction soit officiellement conclue mardi prochain, le 13 juin. Il a aussi prolongé de trois jours, jusqu'au 16 juin, une offre de rachats d'actions pour trois milliards de dollars. », déclare Reuters.

Il convient de préciser que cette opération de vente des activités internet de Yahoo à Verizon a été annoncée au mois de juillet dernier. Cependant, cette dernière a connu un retard suite aux deux piratages informatiques massifs dont Yahoo a fait l'objet et qu'il était nécessaire de faire une évaluation de ces attaques afin de mesurer leur impact sur la société.

À en croire l'éditeur en ligne Reuters, la finalisation de cette opération se traduira par un changement de nom de Yahoo. En effet, ce dernier va porter le nom de Altaba. « Il deviendra ainsi une holding dont les principaux actifs seront une participation dans le géant chinois du commerce en ligne Alibaba et une part de 35,5 % dans Yahoo Japan. », rapporte Reuters.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Rachat des services Yahoo : Verizon sur le point d'obtenir une réduction de 250 millions de dollars, ainsi que le partage des frais liés aux piratages

Verizon va bientôt racheter Yahoo! pour 4,8 milliards de dollars, l'entreprise va bénéficier du cœur d'activité dans les services en ligne de Yahoo!
Avatar de Christian Olivier
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 14/06/2017 à 6:37
Verizon finalise le rachat des activités Internet de Yahoo
Le reste des actifs invendus de Yahoo va former la nouvelle société Altaba

Dans le cadre de son opération relative au rachat des services Yahoo, l’entreprise Verizon Communications, numéro un de la téléphonie mobile aux États-Unis, a effectué deux annonces importantes mardi : la conclusion du rachat des activités Internet de Yahoo pour 4,48 milliards USD et la démission de celle qui depuis 2012, était la directrice générale de Yahoo, Marissa Mayer. Cependant, aucune annonce officielle n’a encore filtré concernant les détails de la suppression des 2000 emplois prévue après cette transaction.

Il faut rappeler que la vente des activités Internet de Yahoo à Verizon avait pris du retard après les deux piratages informatiques massifs de 2013 et 2014 (plus d’un milliard de comptes touchés) dont Yahoo a été victime. Il était, à ce moment-là, nécessaire d’évaluer l’impact de ces incidents sur la société.


L’acquisition de Yahoo par Verizon est perçue comme un moyen pour ce dernier d’étendre son influence auprès d’un plus grand nombre de consommateurs et de renforcer sa présence dans l’espace vidéo mobile et en ligne par rapport à Google et Facebook.

En faisant l’acquisition du cœur de métier de Yahoo, Verizon va conserver la marque Yahoo et fusionner ses actifs avec ceux d’AOL afin de disposer d’un portefeuille de contenus couplé à des technologies publicitaires pour la monétisation. Verizon Communications va mettre en place une nouvelle structure baptisée Oath qui sera dirigée par l’actuel directeur général d’AOL, Tim Armstrong. Oath va rassembler les activités d’AOL et de Yahoo et proposera plus de 50 sites.

Cet accord met fin à la société Yahoo telle qu’on la connaît depuis des années. Le reste de ses actifs qui ne seront pas vendus à Verizon regroupe sa participation dans la société chinoise d’e-commerce Alibaba (15,5 %) et Yahoo Japan (35,5 %), sa trésorerie, ses liquidités convertibles, certains de ses placements minoritaires et un portefeuille de brevets exclusif appelé Excalibur. À partir de vendredi, ces actifs devraient être rebaptisés Altaba et c’est Thomas Mc Inerney, un membre du conseil d’administration de Yahoo, qui devrait prendre la direction générale de cette nouvelle entité.

Source : Reuters, CNBC

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Rachat des services Yahoo : Verizon sur le point d'obtenir une réduction de 250 millions de dollars ainsi que le partage des frais liés aux piratages
Avatar de Francky
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 01/05/2018 à 1:02
Altaba (ex-Yahoo) condamnée à payer une amende de 35 millions de dollars par la SEC,
qui l'accuse d'avoir longtemps caché à ses investisseurs un piratage qui a lieu en 2014

La société Altaba, connu précédemment sous le nom de Yahoo, doit payer une amende 35 millions de dollars après avoir été reconnue coupable d'avoir dissimulé une cyberattaque dont elle a été victime en 2014. L’attaque aurait compromis des données de plus de 3 milliards d'utilisateurs. La SEC (Securities and Exchange Commission) affirme que quelques jours après l’intrusion, l'équipe de sécurité informatique de Yahoo aurait été informée que ce qu’ils qualifiaient de « joyaux de la couronne » ( noms d'utilisateur, adresses électroniques, numéros de téléphone, dates de naissance ) avait été piratés par des hackers Russes.


La SEC (Securities and Exchange Commission) condamne Yahoo de n’avoir pas dévoilé ce piratage de données jusqu’en 2016 alors qu’elle en était informée dès le départ en décembre 2014. Selon la SEC, Yahoo n’est pas sanctionné pour mauvaises pratiques de sécurité, mais plutôt pour n’avoir pas informé ses utilisateurs et ses investisseurs de la situation.

En juin 2017, Yahoo vend une bonne partie de ses activités à Verizon. Dès lors, Yahoo a changé son nom pour devenir Altaba qui va donc assumer cette lourde responsabilité. « L’entité anciennement connue sous le nom de Yahoo! Inc. a accepté de payer une amende de 35 millions de dollars pour solder les accusations selon lesquelles elle a trompé les investisseurs en ne révélant pas l’un des piratages de données les plus importants dans le monde », a annoncé la SEC dans un communiqué.

La SEC met l’accent sur ce que doivent faire les entreprises publiques pour éviter de pareilles situations. A ce propos, Jina Choi, directrice du bureau régional de San Francisco de la SEC déclare dans un communiqué que « l'échec de Yahoo à mettre en place des contrôles et des procédures pour évaluer ses obligations en matière de cyber-information a fini par laisser les investisseurs dans l'ignorance. Les entreprises publiques devraient mettre en place des contrôles et des procédures adéquats afin d'évaluer correctement les cyber-incidents et divulguer des informations importantes aux investisseurs ».

Cette enquête de la SEC, qui a été menée par Tracy S. Combs de l'Unité Cyber ​​et supervisée par Jennifer J. Lee et Erin E. Schneider du bureau de San Francisco, a abouti a des conclusions de la SEC « qui exigent que Yahoo cesse et renonce à toute nouvelle violation des articles 17 (a) (2) et 17 (a) (3) du Securities Act de 1933 et 13 ( a) de la Securities Exchange Act de 1934 et des règles 12b-20, 13a-1, 13a-11, 13a-13 et 13a-15 ».

Source : U.S Securities and Exchange Commission

Et vous ?

Que pensez-vous de cette amende infligée par la SEC à la société Altaba ?

Voir aussi :

Rachat des services Yahoo : Verizon serait sur le point de supprimer près de 2000 emplois chez Yahoo

Espionnage des emails Yahoo : l'UE est non satisfaite des explications fournies par les États-Unis

Verizon finalise le rachat des activités Internet de Yahoo
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web