Microsoft annonce la disponibilité publique de Windows Server 2016
Avec l'introduction des applications hybrides et une orientation vers le cloud

Le , par Olivier Famien

103PARTAGES

4  0 
Microsoft vient d’annoncer la sortie de la version stable de Windows Server 2016. Dans cette dernière version du système d’exploitation pour les serveurs, plusieurs améliorations ont été apportées. Déjà, il n’est nul besoin de rappeler que ce système d’exploitation pour serveurs est fortement orienté vers le cloud.

Selon les dires de la firme, les retours des utilisateurs ont fortement influencé la conception de Windows Server 2016. En effet, après avoir suivi les différentes orientations des utilisateurs, Microsoft est parvenu à mettre en oeuvre des fonctionnalités qui permettent d’exécuter les applications des utilisateurs qui ne sont pas encore prêts pour le cloud. L’objectif étant de les faire migrer vers le cloud en douceur. Pour cette raison, Microsoft a baptisé cette mouture de ce système « ;cloud-ready OS ;».

Intrinsèquement, Windows Server 2016 comporte une plateforme d’applications Cloud-ready qui offre de nouvelles manières de déployer et permet d’exécuter aussi bien les applications traditionnelles et que celles du cloud que ce soit sur Microsoft Azure ou en dehors de cet environnement. Pour parvenir à ce résultat, Microsoft explique qu’elle a dû implémenter de nouvelles fonctionnalités telles que les conteneurs Windows Server et de nouvelles options de déploiement de Nano Server. Ainsi donc, ceux qui le souhaitent peuvent déployer et exécuter des applications existantes sur Windows Server sans avoir à les modifier.

À côté de ces fonctionnalités facilitant la migration des applications existantes vers le cloud, Microsoft souligne qu’un point d’honneur a été mis sur la sécurité de Windows Server 2016. Selon la firme, si un tiers malveillant parvenait à accéder à votre système, des couches de sécurité ont été intégrées à cette version afin de détecter l’activité suspecte et limiter les dégâts que ce dernier pourrait causer au système.

Comme couche de sécurité, l’on a par exemple la fonctionnalité Shielded Virtual Machines qui permet de chiffrer les machines virtuelles des utilisateurs avec Bitlocker afin de s’assurer qu’elles puissent s’exécuter uniquement sur des hôtes approuvés par Host Guardian Service. Une autre couche de sécurité utilisée par Microsoft pour protéger les identifiants administrateur contre des attaques à distance est l'ensemble des outils Credential Guard et Remote Credential Guard. Microsoft recommande également de contrôler les privilèges administrateurs avec les outils Just-In-Time administration et Just Enough Administration. Pour ce qui concerne le système d’exploitation en lui-même, un nouvel outil du nom de Control Flow Guard a été créé afin d’empêcher des corruptions de mémoire. Avec ces nouvelles fonctionnalités, seules les applications vérifiées peuvent être exécutées sur Windows Server 2016.

Une autre mesure non des moindres qui renforce également la sécurité sur ce système d’exploitation est l’isolation des applications. Les applications basées sur les conteneurs Hyper-V ne partagent pas le même kernel avec les autres conteneurs de la machine hôte. Ce qui permet de faciliter le déplacement des applications isolées dans l’environnement DevOps avec peu ou pas de changement de code.

Avec les conteneurs sur cette nouvelle mouture de Windows Server, les utilisateurs de cette plateforme pourront exploiter de nouvelles architectures afin d’améliorer l’agilité et la mise à l’échelle de leurs applications, souligne Microsoft. En guise d’exemple, la firme explique qu’en créant les packages des applications dans les conteneurs, les développeurs peuvent les déployer et les exécuter aussi bien dans les conteneurs que sur les racks et le cloud en utilisant des passerelles hybrides.

Enfin, Microsoft met en avant dans ce nouveau système les microservices utilisant peu de ressources qui sont créées pour s’exécuter assez rapidement. Aussi, si vous souhaitez exécuter des applications performantes, Microsoft recommande de se tourner vers son OS léger Nano Server afin de profiter de son option d’installation rapide.

Source : Microsoft

Et vous ?

Que pensez-vous des nouvelles fonctionnalités de Windows Server 2016 ;?

Voir aussi

La quatrième préversion technique de Windows Server 2016 est disponible et apporte enfin les conteneurs Hyper-V

La Rubrique Widows, Forum Windows, Cours et tutoriels Windows, FAQ Windows

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Olivier Famien
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 13/10/2016 à 7:11
Microsoft annonce la disponibilité publique de Windows Server 2016
avec l’introduction des applications hybrides, de nouvelles couches de sécurité et une forte orientation vers le cloud

Microsoft vient d’annoncer la sortie de la version stable de Windows Server 2016. Dans cette dernière version du système d’exploitation pour les serveurs, plusieurs améliorations ont été apportées. Déjà, il n’est nul besoin de rappeler que ce système d’exploitation pour serveurs est fortement orienté vers le cloud.

Selon les dires de la firme, les retours des utilisateurs ont fortement influencé la conception de Windows Server 2016. En effet, après avoir suivi les différentes orientations des utilisateurs, Microsoft est parvenu à mettre en oeuvre des fonctionnalités qui permettent d’exécuter les applications des utilisateurs qui ne sont pas encore prêts pour le cloud. L’objectif étant de les faire migrer vers le cloud en douceur. Pour cette raison, Microsoft a baptisé cette mouture de ce système « ;cloud-ready OS ;».

Intrinsèquement, Windows Server 2016 comporte une plateforme d’applications Cloud-ready qui offre de nouvelles manières de déployer et permet d’exécuter aussi bien les applications traditionnelles et que celles du cloud que ce soit sur Microsoft Azure ou en dehors de cet environnement. Pour parvenir à ce résultat, Microsoft explique qu’elle a dû implémenter de nouvelles fonctionnalités telles que les conteneurs Windows Server et de nouvelles options de déploiement de Nano Server. Ainsi donc, ceux qui le souhaitent peuvent déployer et exécuter des applications existantes sur Windows Server sans avoir à les modifier.

À côté de ces fonctionnalités facilitant la migration des applications existantes vers le cloud, Microsoft souligne qu’un point d’honneur a été mis sur la sécurité de Windows Server 2016. Selon la firme, si un tiers malveillant parvenait à accéder à votre système, des couches de sécurité ont été intégrées à cette version afin de détecter l’activité suspecte et limiter les dégâts que ce dernier pourrait causer au système.

Comme couche de sécurité, l’on a par exemple la fonctionnalité Shielded Virtual Machines qui permet de chiffrer les machines virtuelles des utilisateurs avec Bitlocker afin de s’assurer qu’elles puissent s’exécuter uniquement sur des hôtes approuvés par Host Guardian Service. Une autre couche de sécurité utilisée par Microsoft pour protéger les identifiants administrateur contre des attaques à distance est l'ensemble des outils Credential Guard et Remote Credential Guard. Microsoft recommande également de contrôler les privilèges administrateurs avec les outils Just-In-Time administration et Just Enough Administration. Pour ce qui concerne le système d’exploitation en lui-même, un nouvel outil du nom de Control Flow Guard a été créé afin d’empêcher des corruptions de mémoire. Avec ces nouvelles fonctionnalités, seules les applications vérifiées peuvent être exécutées sur Windows Server 2016.

Une autre mesure non des moindres qui renforce également la sécurité sur ce système d’exploitation est l’isolation des applications. Les applications basées sur les conteneurs Hyper-V ne partagent pas le même kernel avec les autres conteneurs de la machine hôte. Ce qui permet de faciliter le déplacement des applications isolées dans l’environnement DevOps avec peu ou pas de changement de code.

Avec les conteneurs sur cette nouvelle mouture de Windows Server, les utilisateurs de cette plateforme pourront exploiter de nouvelles architectures afin d’améliorer l’agilité et la mise à l’échelle de leurs applications, souligne Microsoft. En guise d’exemple, la firme explique qu’en créant les packages des applications dans les conteneurs, les développeurs peuvent les déployer et les exécuter aussi bien dans les conteneurs que sur les racks et le cloud en utilisant des passerelles hybrides.

Enfin, Microsoft met en avant dans ce nouveau système les microservices utilisant peu de ressources qui sont créées pour s’exécuter assez rapidement. Aussi, si vous souhaitez exécuter des applications performantes, Microsoft recommande de se tourner vers son OS léger Nano Server afin de profiter de son option d’installation rapide.

Source : Microsoft

Et vous ?

Que pensez-vous des nouvelles fonctionnalités de Windows Server 2016 ;?

Voir aussi

La quatrième préversion technique de Windows Server 2016 est disponible et apporte enfin les conteneurs Hyper-V

La Rubrique Widows, Forum Windows, Cours et tutoriels Windows, FAQ Windows
4  0 
Avatar de imikado
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 17/10/2014 à 10:40
Pour rappel, docker ne permet de faire son job que pour des machines GNU/LInux*

* plus d'infos sur LXC http://fr.wikipedia.org/wiki/LXC

J'invite les curieux à écouter le podcast nipDev sur le sujet: http://nipcast.com/nipdev-25-quoi-de...cker/#comments
1  3 
Avatar de imikado
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 17/10/2014 à 12:41
Attention, comme indiqué précédement: docker s'appuie sur une techno de virtualisation (sorte de chroot de processus) linux: LXC, je ne sais pas comment ils vont faire sous windows serveur, mais il y aura en hôte un linux et non un windows
1  0 
Avatar de imikado
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 17/10/2014 à 14:14
Plutôt oui
Ah moins que Microsoft arrive à créer un équivalent de LXC + pont linux pour windows
1  0 
Avatar de Joohbug
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 17/10/2014 à 12:35
En tant que touriste dans le domaine de l'informatique, j'aurais une petite question : Est ce qu'on peut imaginer un pc du réseaux sous linux lancer une appli windows en accédant au docker du serveur windows ? On utiliserait les ressources matériel du serveur ?
0  0 
Avatar de Joohbug
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 17/10/2014 à 13:09
Ah ok ! Donc c'est exactement l'inverse ^^
0  0 
Avatar de redcurve
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/10/2014 à 21:53
Citation Envoyé par imikado Voir le message
Attention, comme indiqué précédement: docker s'appuie sur une techno de virtualisation (sorte de chroot de processus) linux: LXC, je ne sais pas comment ils vont faire sous windows serveur, mais il y aura en hôte un linux et non un windows
Le mécanisme existe déjà il n'est par contre accessible uniquement par code, ils vont juste fournir la même interface (je parle d'une interface d'une point de vue code). Si docker est bien codé aucun souci pour faire ça
0  1 
Avatar de rthomas
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 19/10/2014 à 8:32
Docker et Wine c'est un peu la même chose non?
0  0 
Avatar de imikado
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 19/10/2014 à 9:51
Citation Envoyé par rthomas Voir le message
Docker et Wine c'est un peu la même chose non?
Pas du tout: wine permet de lancer sous GNU/LInux des applications windows en utilisant des libraries windows.
Docker permet, en s'appuyant sur LXC de virtualiser plusieurs instances d'OS sans réellement le faire: on est plus proche de virtualbox sur le concept:

Sauf que pour virtualbox, quand vous lancez 3 serveurs GNU/Linux, votre ordinateur va consommer les ressources de 3 OS simulatanées tant processeur que RAM.
Ici avec LXC, il n'y qu'une couche OS de lancer, les processus, eux, sont isolés.

Par exemple imaginez que vous avez 3 serveurs: un web, un mysql, et un serveur ftp:

Sous virtualbox, vous installez 3 machine virtuelles debian, sur chacune d'entre elle vous installez un des serveur applicatif et quand vous lancez les 3, vous avez 3x debian de lancées (couche basse, couche réseau, couche système de fichiers...) + pour chacune le serveur applicatif

Sous docker: deux choses,
1. vous installez pas "en dur" les 3 VMS: vous récupérez un iso de debian, puis vous allez avoir 3 scripts, un par installation
Sur chaque script vous allez dire en gros "installe moi mon serveur apache/mysql/proftpd", modifie moi tel fichier de configuration...
2. lorsque les 3 instances sont lancés, vous consommer pour la partie OS (couche basse, réseau..) une seule fois, puis vous avez apache/mysql/proftpd qui tourne

Donc l'empreinte mémoire/cpu sera très allégée
Sans oublier également de l'espace disque économisée
0  0 
Avatar de Joohbug
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 19/10/2014 à 15:35
Imikado, si on veut trois serveurs différents sur la même machine il faut forcément passer par une VM ? Ou c'est juste pratique pour la maintenance ?
0  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web