Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Geofeedia a surveillé les utilisateurs de Twitter, Facebook et Instagram pour la police,
La startup avait un accès commercial à leurs données

Le , par Michael Guilloux

21PARTAGES

8  0 
Il est connu de tous que les données des utilisateurs sur les réseaux sociaux et bien de sites que nous visitons sont précieuses pour les entreprises qui exploitent ces plateformes. À des fins publicitaires ou autres, les données des internautes sont vendues à des parties tierces, parfois sous certaines conditions de confidentialité. Mais dans les faits, rien n’empêche les entreprises qui achètent ces données de les utiliser à d’autres fins que celles prévues dans leur accord avec les sites qui fournissent ces données, comme par exemple utiliser les données dans le cadre de la surveillance des utilisateurs.

Geofeedia est une startup américaine, basée à Chicago, qui a développé un produit de surveillance des médias sociaux permettant de répondre aux requêtes de la police et de nombreuses agences. Geofeedia a commercialisé son produit aux forces de l’ordre comme un outil pour surveiller les activistes et manifestants sur les médias sociaux. Pour cela, la startup a un accès commercial aux données de Facebook, Twitter et Instagram. Mais Geofeedia revendique, dans un courrier adressé à un client, avoir un total de huit médias sociaux comme sources, avec « la possibilité d’accéder aux données des médias sociaux à perpétuité ». La startup affirme aussi avoir plus de 500 clients.

L'ACLU (American Civil Liberties Union) de Californie a pu découvrir les accords de Geofeedia avec les médias sociaux en analysant des documents relatifs à des requêtes de 63 agences d’application de la loi. L’ACLU a trouvé dans ces documents des emails de représentants de Geofeedia dans lesquels la startup vante à la police sa capacité spéciale d’accéder aux données des utilisateurs de Twitter, Facebook et Instagram, grâce à des accords conclus avec les entreprises. Dans l’un des emails, Geofeedia dit avoir « couvert Ferguson/Mike Brown à l'échelle nationale avec un grand succès », se référant à des manifestations qui ont éclaté en 2014 après qu’un Afro-Américain non armé a été abattu par la police.


Dans un autre email datant de mai 2016, l’un des représentants de Geofeedia, en réponse à une offre, évoque « un arrangement confidentiel juridiquement contraignant avec Facebook » ; un accord qui devrait leur permettre d’avoir accès à de plus en plus de données du numéro un des réseaux sociaux.


À propos des accords avec les entreprises, l’ACLU a pu vérifier que :

  • Instagram avait fourni à Geofeedia un accès à l'API Instagram, un flux de messages publics de ses utilisateurs. Ce flux de données inclut toutes les données de localisation associées aux messages des utilisateurs ;
  • Facebook avait fourni à Geofeedia une API (Topic Feed API), qui est censée être un outil pour les entreprises de médias. L’API a permis à Geofeedia d'obtenir un flux de messages publics sur Facebook classés d’après un terme spécifique qu'ils mentionnent, y compris les hashtags, des événements ou des lieux spécifiques ;
  • Twitter n'a pas fourni d'accès à son Firehose, mais a conclu un accord, par l'intermédiaire d'une filiale, afin de fournir à Geofeedia un certain accès à sa base de données de tweets publics.

Après que l’ACLU a informé les différentes entreprises, Instagram et Facebook ont coupé à Geofeedia l’accès à leurs données, le 19 septembre. Récemment, Twitter a annoncé avoir également pris des mesures pour arrêter Geofeedia, mais l’ACLU affirme que le site de microblogging n’a pas complètement mis fin à sa relation de données avec la startup.


Source : ACLU

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Belgique : Facebook remporte le Big Brother Award 2016, un prix visant à attirer l'attention des gens sur les violations de la vie privée
L'Allemagne interdit les transferts de données entre WhatsApp et Facebook et somme le réseau social d'effacer les données déjà transmises
Yahoo aurait espionné les emails de ses clients pour le FBI ou la NSA, ce qui aurait causé le départ de l'expert en sécurité Alex Stamos pour Facebook

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 12/10/2016 à 20:11
Ce à quoi il faut surtout faire attention, c'est au fait qu'ils annoncent avoir fermé tout accès de cette société, sous-entendu, que la police et les autres agences gouvernementales n'ont donc plus accès aux comptes de ces réseaux ("allez-y braves gens, vous pouvez dire de nouveau du mal du gouvernement, il ne vous voit plus !", ce qui est plus que vraisemblablement faux, car ils ont surement d'autres accès (voir même un accès direct négocier directement avec les réseaux en question)...

Alors ok, il ne faut pas sombrer dans la parano, mais vu les différents scandales lié à l'espionnage de la NSA, du FBI et autres CIA, je doute qu'ils ne se contentaient tous du seul logiciel de Geofeedia. Au mieux, je veux bien croire que la police de base, n'aura plus ses accès, mais les autres services ?
2  0 
Avatar de Voïvode
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 12/10/2016 à 20:31
Il y a autant de vie privée sur Twitter, Facebook et Instagram que dans une émission de téléréalité. Fréquenter ces sites, c’est accepter de se faire mater comme un exhibitionniste.
1  0 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 12/10/2016 à 17:50
Oh! Les vilains!

Bon une fois passé les inlassables réactions des gens outrés par ces comportements odieux (les mêmes qui prônent l'usage du Cloud à toutes les sauces), il est bon de rappeler:

1. Comme dans la fable du Corbeau et du Renard de la Fontaine, on peut conclure:

Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. »
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus. (extrait des Fables de la Fontaine)
Cela date de 1668 et le web n'a rien changé!!!

Ce n'est pas parce qu'une société met dans ses conditions générales qu'elle préserve la sphère privée de ses utilisateurs qu'il faut automatiquement la croire

2. On pleure chaque fois qu'une société a collaboré avec les autorités, mais est-ce qu'il a traversé l'esprit de certains que les données peuvent finir non seulement au poste de police met également entre des mains moins regardantes comme les réseaux organisés d'escrocs sur le web???
1  1