Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les voitures autonomes vont tout savoir sur les conducteurs
Et partager les informations avec les constructeurs et les compagnies d'assurance

Le , par Coriolan

44PARTAGES

7  0 
Une startup en Silicon Valley a annoncé un partenariat avec l’Institut de Recherche de Toyota, BMWi Ventures (une firme de capital risque fondée par BMW) et la compagnie d’assurance Allianz Ventures afin d’amener l’analyse du conducteur dans les voitures autonomes. La startup utilise des caméras et un système d’intelligence artificielle pour traquer et comprendre le comportement des conducteurs.

Le directeur général de Nauto a précisé que les constructeurs et les assureurs vont intégrer cette technologie dans leurs véhicules de test et exploiter les données agrégées et anonymisées, que ça soit sur les habitudes des conducteurs, les intersections difficiles ou la congestion du trafic ; à terme, cela permettra d’aider les constructeurs à développer les stratégies de véhicules autonomes. Le système actuel de Nauto utilise un appareil de 400 dollars attaché au parebrise, il comprend une caméra et un système de vision destinés à collecter les données et à les analyser avec l’apprentissage machine. Le système peut détecter certains traits comme l’état d’ivresse ou le fait d’utiliser le téléphone au volant, ce qui aide les assureurs à évaluer le risque, à prévenir les fraudes et à récompenser les bons conducteurs.


À long terme, Nauto compte intégrer ses systèmes dans de nouveaux véhicules de production, se basant sur un large réseau cloud de données qui va non seulement se charger de capturer comment se comportent les véhicules et les conducteurs, mais aussi traquer les conditions de route et les autres incidents de sécurité à l'extérieur de la voiture. Les informations regroupées sur les bons et mauvais comportements et la myriade de situations auxquelles seront confrontés les conducteurs sur les routes urbaines, sont essentielles pour les constructeurs et les aident à mieux programmer leurs voitures autonomes et semi-autonomes.

Ce partenariat est également intéressant dans la mesure où l’avancement de la technologie et la baisse des prix des voitures ont le potentiel d’affecter l’industrie d’assurance. Comme le but ultime des constructeurs est d’éliminer le risque d’accident, certains se demandent si les compagnies d’assurance pourraient survivre dans le futur. Les voitures autonomes sont déjà là et des dizaines de firmes et centres de recherches travaillent dur pour améliorer la technologie. Tesla estime que la fonctionnalité d’autopilot réduit le risque d’accident à 50 % et elle est toujours en version bêta. Pour le président de Volvo, la vision du constructeur est d’arriver à un taux de mort ou de blessure des passagers de leurs voitures égal à zéro.

Le montant global des cotisations d’assurance en France est estimé à 205,7 milliards d’euros (année 2015), ce qui place le pays en deuxième position à l’échelle européenne derrière le Royaume-Uni et devant l’Allemagne. L’industrie d’assurance emploie également en France 146 600 personnes, ce qui en fait un pourvoyeur important de l’emploi. Avec le développement rapide de voitures autonomes et le but établi de réduire au minimum le risque d’accident, beaucoup se demandent comment vont s’adapter les compagnies d’assurance et si elles ne sont pas menacées par ces mutations.

Le manque d’information qui persiste en ce moment fait qu’il est difficile d’évaluer le risque des voitures autonomes. Certaines firmes assurent leurs voitures elles-mêmes, à l’image de Google, Mercedes et Volvo. Mais il faut relever d’autres implications négatives dans cette situation, notamment le fait que les startups opérant dans ce domaine et qui sont généralement les plus innovantes sur le terrain n’ont pas la capacité de fournir une telle assurance de leurs produits.

L’existence de systèmes qui traquent et surveillent tout le temps les conducteurs constitue également un fardeau pour la confidentialité, et va permettre aux assureurs d’avoir accès à une information parfaite, ce qui va à l’encontre de l’éthique de leur industrie. Pourquoi offrir une assurance quand le résultat peut être prédit par avance ? En effet, les gens ont recours à des assurances parce que personne ne peut prédire s’il y aura un accident ou non, mais si un acteur a plus d’informations que les autres (asymétrie d'information), c’est toute l’offre d’assurance qui devient moralement contestable. À terme, si le but des assureurs est de rassembler le plus d’informations possible sur les conducteurs de telle façon qu’ils peuvent tout savoir, cela devient paradoxal avec le but de l'existence de l’assurance en premier lieu. Cela suggère également que cette industrie devrait prôner la défense et la mise en place de mécanismes de protection de la confidentialité.

Avec le flux de données auquel auront accès les compagnies d’assurance, elles pourront également changer leur modèle économique. En passant à des primes d’assurance dont la valeur change en temps réel et devient adaptée pour chaque profil de conducteur. Par exemple, si la voiture détecte que le conducteur est en état d’ivresse, la prime d’assurance va augmenter pendant un certain laps de temps, jusqu’à ce que le conducteur arrive à destination. La question de savoir si les véhicules autonomes sont sûrs reste encore un sujet de débat et n’a pas été prouvée empiriquement. Mais les systèmes similaires à celui développé par Nauto et le progrès rapide de l’intelligence artificielle sont appelés à profondément marquer l’industrie de l’automobile et d’assurance.

Source : Reuters - Forbes

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Des hackers contrôlent toutes les fonctions d'une Tesla Model S, y compris le système de freinage, grâce à une attaque à distance

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Elros
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 13:16
Dans le cas d'une voiture autonome, il n'y a plus de conducteur ! Elle est autonome ou elle ne l'est pas !?

Si tout le monde est bourré, regarde un film, joue au scrabble dans une voiture autonome quel est le problème !!?? Si on a une voiture autonome, l'intérêt est de ne plus avoir de conducteur car trop faillible.
10  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 15:04
À la lecture de l'article, je me dis qu'on est vraiment dans un monde de fous : on ne va quand même pas refuser de diminuer les risques qu'on prend juste pour permettre aux assureurs de garder leur job ? Quel que soit le job, il est là parce qu'il y a un besoin. Si le besoin disparaît, le job disparaît avec. Point barre. La seule raison que je vois de préserver un job est pour le côté sauvegarde du patrimoine et des traditions, mais on n'a pas à se sentir coupable qu'un job mute ou disparaisse. C'est du conservatisme dans le pire sens du terme.
10  0 
Avatar de Squisqui
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 16:33
Les assurances automobiles étant obligatoires (du moins en France), elles ont juste à maintenir leurs léthargies habituelles pour survivre tranquillement.
5  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2016 à 11:00
Citation Envoyé par Philippe JOCHMANS Voir le message
... (car les vitesses seront respectées).
Heu, pour respecter les vitesses, faudrait-il encore que le véhicule autonome puisse connaitre la vitesse autorisée à tel endroit.
Franchement, y a des endroits, c'est carrément impossible de connaitre la limitation de vitesse, plein de panneaux qui se suivent et qui se contredisent, bref, avant d'avoir des véhicules autonomes capables de rouler sur nos routes, en France, y a un gros nettoyage à faire dans la signalisation...

Pour en revenir à la news, le titre est très mauvais. Ce ne sont pas les voitures autonomes qui sauront tout sur les conducteurs, si les voitures sont autonomes, il n'y a plus de conducteurs. Non, en fait, la news dit simplement que des constructeurs souhaitent embarquer des appareils permettant de définir les différent profils de conducteurs, les habitudes, les manières de faire, etc... En parallèle des assurances veulent en profiter pour fliquer les conducteurs afin de si possible ne pas rembourser en cas d'accident... "Ha, oui, le mec vous a coupé la route et vous étiez prioritaire... MAIS vous étiez fatigué, pas attentif, vous regardiez dans le rétroviseur si votre fils/fille dormait, etc.. alors c'est 50/50, vous perdez tous les 2 votre bonus, et vous avez un surplus de franchise..."
5  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 11/10/2016 à 15:30
Citation Envoyé par Philippe JOCHMANS Voir le message
Théoriquement avec les voitures autonomes plus d'accidents, donc plus d'assurances, plus de radars (car les vitesses seront respectées).
Cela sera possible si et seulement si 100% de la circulation est composée de véhicules autonomes.
Cela inclut les camions, les motos, les vélo, les camping car, etc.
Bref, cela n'arrivera jamais.
Il y aura tjrs un trafic mixte entre véhicules autonome, semi-autonomes et "traditionnels".

De même que cela suppose que 100% des véhicules soient à jour au niveau de leur entretien et ne tombent jamais en panne (vu la quantité d'électronique, c'est loin d'être garanti).

Ensuite, des études démontrent qu'il existe de nombreuses situations où l'accident est inévitable.
La voiture doit évaluer tous les scénarios (qui se concluent tous par un accident aux conséquences variées et plus ou moins graves) et sélectionner l'option adéquat.

Bref, si on veut réunir toutes les conditions, on se retrouve sur des portions de routes fermées qui ressemblent étrangement à des lignes de chemin de fer
Tout ça pour ça
4  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/10/2016 à 11:39
Citation Envoyé par Dgamax Voir le message
Chez BMW et Opel (et surement chez d'autres constructeurs), leurs voitures sont déjà capables d'indiquer la vitesse autorisée que ça soit sur autoroute ou en ville.

http://www.bmw.com/com/en/insights/t...imit_info.html
Mais tous les GPS font ça, ce n'est pas révolutionnaire. Mais, y a plein d'endroits où ils n'en sont pas capables, ou que l'information est fausse (travaux, changements récents ou temporaire de limitation, ...).
4  0 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/10/2016 à 16:11
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Ensuite, des études démontrent qu'il existe de nombreuses situations où l'accident est inévitable.
Source ? Si une situation mène forcément à un accident, alors c'est la situation elle-même qu'il faut éviter.
Peut-être que c'est dit dans le sens "Si un 38 tonnes se met en travers sur l'autoroute suite à l'éclatement d'un pneu, il est inévitable que les bagnoles qui le suivent se l'emplafonnent", et ton conducteur machine ne fera rien de plus qu'un conducteur humain...

Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
[...] (i.e. même s'il y aurait accident, la machine serait capable de décider de manière plus optimale).
5  1 
Avatar de Darkzinus
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 16:03
Il faudra peut-être penser à des assurances pour le risque lié au "hack" de la voiture par une personne mal intentionnée
3  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 11/10/2016 à 10:08
Salut

Théoriquement avec les voitures autonomes plus d'accidents, donc plus d'assurances, plus de radars (car les vitesses seront respectées).

Philippe
3  0 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/10/2016 à 19:33
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Permets-moi de ne pas être convaincu que ce soit toujours le cas.
J'ai du mal à comprendre ce que tu veux dire... Tu n'es pas convaincu "que ce soit toujours le cas" : que "quoi" soit toujours le cas "de quoi" ? C'est probablement clair dans ta tête, mais pas nécessairement dans la tête des autres, genre la mienne en ce moment est pleine de if... then... else..., ce n'est pas simple de décoder des messages à moitié exprimés (àma)...

Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
[À propos du] reste, je ne pense rien t'apprendre en te disant que (i) c'est hors sujet et (ii) tu peux le dire en MP.
Me suis permis de rajouter un truc pour faciliter la comprenette car "Du reste" tout seul en début de phrase serait plutôt une sorte de synonyme de "enfin", "ensuite", "par ailleurs", tu vois ?
Sinon, bah, j'évite d'être hors sujet à 100 %, on va dire que mes remarques font de l'auto-stop et ça tombe bien, c'est un sujet sur les bagnoles.

Et pour le point (ii), promis, je répondrai en MP quand les posteurs posteront en... MP !
Car sinon, je suis le justicier masqué qui corrige les fautes afin que le monde entier puisse profiter de textes propres et ne commette plus d'abominations par manque de correction (au sens de redresser) des horreurs qu'on voit partout.
(Tu as corrigé ton truc -> j'ai édité mon message)
4  1