Télétravail : cinq raisons pour lesquelles les entreprises lui disent non
Gagnerait-il à être plus largement adopté ?

Le , par Stéphane le calme

33PARTAGES

10  2 
Quels sont vos rapports avec le télétravail ?
L’une des conséquences économiques apportées par internet et le développement du télétravail. Si certaines entreprises apprécient les avantages du travail à distance, d’autres sont contre cette pratique. C’est le cas par exemple de Yahoo qui a vu sa directrice Marissa Mayer partir en croisade contre le télétravail. Elle avait décidé que tous les salariés seraient désormais obligés de venir au bureau afin de « ressentir l'énergie et l'excitation » du travail en équipe, selon un document interne dévoilé par le Wall Street Journal : « la vitesse et la qualité sont souvent sacrifiées quand on travaille de la maison. Nous avons besoin d'être un Yahoo! uni, et cela commence en étant physiquement ensemble ».

Pour mieux comprendre les raisons qui pourraient motiver les entreprises à être contre cette pratique, Esther Schindler, une journaliste qui s’intéresse beaucoup à l’industrie technologique, est allée à la rencontre de certains recruteurs. La première raison évoquée est que « la communication marche mieux face à face ». Les recruteurs sont convaincus que les collègues construisent de meilleures relations de travail par exemple quand ils prennent le déjeuner ensemble, prennent le temps de discuter de divers sujets, même les plus banals, ou alors participent à des exercices destinés à développer l’esprit d’équipe.

« Je ne pense pas que les gens qui vivent au loin soient différents de mes collègues ici », a affirmé un ingénieur, « mais il n’y a pas du tout photo si je ne peux les voir que durant des vidéoconférences ou par messagerie instantanée seulement quelques fois par semaines ».

Une philosophie que plusieurs ingénieurs partagent puisqu’ils pensent que le travail au bureau permet de réduire au maximum les barrières de la communication. « Tandis que des outils comme Slack et les courriels font l’affaire si l’équipe travaille à distance, rien ne surpasse le fait d’être capable de tourner sa chaise et engager une discussion rapide avec un autre développeur (voire l’équipe entière de développeurs si nécessaire) », a déclaré un ingénieur. Et même si tout le monde est habitué aux messages textes et aux outils de discussion instantanée, il est difficile de collaborer de façon spontanée, a-t-il ajouté.


Esther Schindler

La seconde raison avancée par les recruteurs est « un impact sur la créativité ».Le mythe selon lequel un manque d’interaction sociale réduit la créativité et l’innovation reste profondément ancré. C’est d’ailleurs l’un des arguments sur lesquels s’appuyait Marissa Mayer pour s’ériger contre le télétravail lorsqu’elle a déclaré que « certaines des meilleures idées et décisions surviennent après des discussions à la cafétéria ou au couloir, après des rencontres avec les gens et des rendez-vous d’équipes impromptus ».

Mais Marissa n’est pas la seule à penser de cette façon. « Quand j’ai été au bureau pendant une décennie, 90 % des idées et de la productivité sont nées de conversations informelles au couloir, à la pause déjeuner » indique Steve, qui est désormais en télétravail. Il explique que, désormais, la plupart des conversations sont formelles et il est tenu à l’écart des conversations improvisées.« Le résultat net est que ma carrière en est devenue confinée et toute rabougrie », s’est il désolé. « Je suis devenu “le gars qui fait telle ou telle chose” plutôt qu’un membre de l’équipe qui a conscience de beaucoup de choses et a la capacité de se lancer si nécessaire dans une tâche ».

Toutefois, si des recruteurs estiment que les conversations dans le genre « peux-tu stp vérifier ceci ? » sont importantes, d’autres pointent le revers de la médaille. Selon eux, des « interactions » peuvent se transformer en « interruptions » qui coûtent plus ou moins cher en termes de productivité et flux de créativité. L’un des ingénieurs en télétravail a par exemple avancé que « les distractions étaient insupportables. Les téléphones qui sonnent, les gens qui débarquent et ressentent toujours le besoin de m’interrompre pour absolument tout (que ça soit relié ou non au travail) et plusieurs appels à propos de projets qui ne sont pas liés qui résultent en changement de contexte ».

Le troisième point mis en exergue par les recruteurs est que « gérer les télétravailleurs est plus difficile ». « Notre management veut nos collaborateurs au bureau pour un meilleur contrôle », a indiqué un ingénieur. « Nous avons eu quelques employés à distance et cela n’a pas fonctionné, par conséquent tout télétravail est “mauvais”», a-t-il estimé. L’équipe avait travaillé avec une nouvelle équipe à distance de contrôle de qualité et disposait de deux développeurs en télétravail. Un autre a expliqué que « les stagiaires et les nouvelles recrues préfèrent quelqu’un qui est assit à côté d’eux pour collaborer, alors bien sûr vous pouvez partager votre écran mais ce n’est pas la même chose ».

La logistique supplémentaire n’en vaut pas la peine selon les recruteurs. Changer la politique de l’entreprise pour autoriser le travail à distance signifie que l’entreprise doit revoir plusieurs paramètres de sa logistique et le retour de cet investissement n’est pas forcément évident. L’entreprise ne sait pas forcément comment faire face à ces différences. Ajouter des employés à distance apporte une nouvelle problématique à l’entreprise parce qu’elle va devoir avoir un processus pour gérer les employés qui viennent au bureau et ceux qui travail à distance sur de nombreuses activités. Si le cloud et les applications SaaS sont venus faciliter la collaboration à distance, plusieurs recruteurs déplorent par exemple le fait qu’il est arrivé de mal entendre une personne à l’autre bout de l’écran, parfois la qualité audio et/ou vidéo n’est pas au rendez-vous.

Et enfin le cinquième point c’est le conservatisme. Lorsque vient le moment de choisir s’il faut autoriser un travail à distance, si les bénéfices d’un tel travail semblent un peu flou, à contrario les risques encourus ainsi que les coûts sont clairs. Le travail au bureau est donc bien souvent le choix par défaut d’une entreprise qui peut se permettre d’employer de la façon dont elle l’entend. D’ailleurs, un ingénieur a déclaré « je n'accorde pas beaucoup de crédit dans mes capacités à embaucher et les propriétaires de l'entreprise sont plutôt conservateur. Aussi, je fais le choix plus sûr d'embaucher des candidats prêts à travailler sur place au lieu de ceux qui travaillent à distance. Je peux voir quand ils viennent, je peux leur donner une tâche sur un coup de tête, et j'ai une bien meilleure idée du moment où ils commencent à se diriger vers des trous de lapin ».

Source : O'Reilly

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Quelles sont, selon vous, les forces et les faiblesses du télétravail ?

Êtes-vous en télétravail ? Si oui, partagez-vous les sentiments décris par certaines personnes interrogées dans le cadre de l'enquête à l'instar de la sensation d'être "réduis" à "celui qui fait telle tâche" ou alors la sensation d'être libéré des interruptions incessantes ?

Le télétravail gagnerait-il à être plus largement adopté ? Pour quelles raisons ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Gugelhupf
Modérateur https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 11:04
Je dirais que les raisons n°1 et 2 ne sont que des excuses patronales bidons, c'est surtout la raison n°3 qui les gêne : le manque de contrôle.
Avatar de Vincent PETIT
Modérateur https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 11:04
Bonjour,

Qu'en pensez-vous ?
Quand je vois le nombre de projets collaboratifs open-source et la qualité de certain, je me dis que le télétravail est déjà efficace ! Y a pas de doute !

"Notre management veut nos collaborateurs au bureau pour un meilleur contrôle" [...] "Je peux voir quand ils viennent"
C'est bien un truc français ça
Le présentéisme... c'est préfèrer, par exemple, un mec qui branle rien pendant 4h sur ces 8h de travail mais qui arrive et repart à l'heure (à lui on ne lui dira jamais rien) plutôt que le gars qui a une heure de retard le matin et qui est efficace 8h d'affilées (à lui on lui dira qu'il arrive souvent en retard).

Quelles sont, selon vous, les forces et les faiblesses du télétravail ?
Faiblesses :
Quand est ce qu'on s'arrête de bosser ?
Qui fourni le matos comme l'imprimante ?
Comment s'isoler chez soi et ne pas être tenté de faire ses courses ou tondre ça pelouse ?
Une vraie question, le CHSCT ? Comment est ce qu'il évalue vos conditions de sécurité au travail lorsque vous êtes chez vous ? Et si vous vous cassez la gueule dans votre escalier, vous êtes en arrêt de travail ou arrêt maladie ?

Avantages :
Conciliation vie pro et perso (amener et rechercher les enfants à l'école).
Gain financier de garderie, cantine, nourrice, frais gazoils, usure bagnole.
Gain environnemental car moins de pollution.
Cadre de vie amélioré car je pense que chacun d'entre nous (ou prèsque) et quand même mieux chez lui qu'au boulot.
Êtes-vous en télétravail ? Si oui, partagez-vous les sentiments décris par certaines personnes interrogées dans le cadre de l'enquête à l'instar de la sensation d'être "réduis" à "celui qui fait telle tâche" ou alors la sensation d'être libéré des interruptions incessantes ?
Je ne suis pas en télétravail mais je rêve de l'être ! Par chance c'est un sujet que fait son chemin dans mon entreprise et il y aura des expérimentations.

Le télétravail gagnerait-il à être plus largement adopté ? Pour quelles raisons ?
Carrément oui ! Les entreprises veulent de la compétitivité et elles ont devant elles un levier, qui est celui du loyer du bâtiment et des frais d'entretiens qui va avec. Le gain peut être colossal !
Pour certaine activité, comme les chaînes de production, évidemment là ce n'est pas possible quoi que le personnel qui peut être en télétravail peut très bien faire gagner de la place, qui peut être loué à une autre entreprise.
Avatar de kakashi99
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 11:28
Citation Envoyé par Vincent PETIT Voir le message

C'est bien un truc français ça
Le présentéisme...
mouais enfin cet article n'a pas l'air de parler de sociétés Françaises... (journaliste américaine, yahoo...) et du présentéisme, il y en a partout, arrêtons de nous jeter la pierre et de dire qu'ailleurs c'est mieux
Avatar de Alcore
Membre averti https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 11:32
Le télétravail et la présence physique ont tout deux des avantages et des inconvénients, raisons pour laquelle je pense que le télétravail partiel (2jours semaine par exemple) serait une bonne chose.

Deux jours de présence physique me semble également nécessaire pour des réunions de visus.

Cela apporterait énormément d'avantage:

- Moins de voitures sur les routes
- Moins de pollution
- Moins d'heures perdues sur les routes... (en supposant que le trajet travail-boulot prend 40minutes, celà fait 1h20 par jours, 266heures / an, 11,1 jours entiers sur les routes...)
- Moins de fatigue et de Stress lié aux embouteillages...
Avatar de Haseo86
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 11:38
Comme beaucoup de discussions et réflexions sur ce genre de sujet, j'ai toujours l'impression que les gens qui s'expriment (dans l'article) espèrent trouver un modèle de travail miracle qui fonctionnera pour tout le monde et en toutes circonstances.

Il y a des gens au travail qui sont tellement "absents" malgré leur présence physique, qu'ils soient là ou à disrance ne changerait rien.

Il y en a qui ne supportent pas de ne pas avoir quelqu'un avec qui discuter. Il y en a qui aimerait bien être peinards pour bosser.

Mais même sans parler de personnalité des employés, il y a des moments où on a besoin de se concentrer, et d'autres ou on a besoin d'échanger.

Le télétravail comme tout modèle n'est à mon avis ni quelque chose à bannir, ni quelque chose à généraliser. C'est un outil supplémentaire que la technologie autorise, et qu'il serait bien idiot de ne pas utiliser par principe.

Ce serait tellement plus productif de permette le télétravail plus ou moins à la carte, pour pouvoir rester à la maison avec un enfant malade sans perdre une journée, pouvoir s'isoler sur une phase critique de développement, et revenir 2 ou 3 jours après reprendre une activité de groupe. De toute façon avec les RTT, et les assouplissements du travail qui ont peu de chance de freiner, on part de plus en plus vers une présence "à volonté". Sans parler des astreintes, des maintenances qui surviennent à n'importe quelle heure. Pourquoi ne pas permettre au gars qui s'est tapé son Dimanche après midi d'astreinte de prendre le reste de la journée en télétravail ?

Pour moi les problèmes de logistiques et d'organisation sont de mauvais prétexte, la technologie rend le télétravail très simple. Après c'est une question de dosage, de suivi, de règles à mettre en place, par exemple ne pas laisser quelqu'un passer 100% de son mois en télétravail.

Donc oui, je crois que le télétravail est une bonne chose, comme nombre de modèles de travail, à condition d'arrêter de croire qu'un modèle s'appliquera miraculeusement à tous en toutes circonstances.
Avatar de xarkam
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 11:39
Avant tout le télétravail doit être un choix.

Personnellement, je suis pour un compromis entre 2 a 3jrs de télétaff par semaine l'été et le beaux jours de printemps/automne.

Il faut quant même avoir un minimum de lien avec ses collègues.
Ca laisse aussi le temps de présence au bureau pour permettre de faire des réunions. Chose difficile à faire en visoconf car tout le monde n'est pas logé à la même enseigne pour ce qui est de la co.

Il faut aussi faire preuve de rigueur pour ne pas que les heures de taff empiètes sur le privé. Sinon on deviens comme un indépendant, on bosse tout le temps et on fini par se faire bouffer.
A l'inverse, il faut arriver aussi à ne pas laisser le priver empiéter sur les heures de taff.

Prendre en compte que faire travailler le personnel chez lui, c'est des économies pour l'entreprise (ici en Belgique le syndicat CGSP effectue déjà un travail d'analyse et lors d'une intervention dans l'émission 'Question à la une', il avait démontré que le télétravail au SPF sécurité social (75% des employés télétaff) leur permettait d'économiser 2M€/an) car si l'employé n'est pas la, je chauffe moins, je consomme moins en énergie et eau.

Bien des arguments type comme, je gagne en consso carburant ect... sont très loin de compenser le coût énergétique du domicile.

Certaines personnes ont aussi besoin d'une coupure entre le taff et la maison et cette coupure intervient lors du voyage de dépars/retour.

Pour le moment le télétaff est encore jeune mais lorsque les personnes verrons que finalement financièrement elle ne s'y retrouve pas, cela changera. On pour le moment est dans un rapport de "je paye pour pouvoir bosser" lorsque l'on télétaff.

Pour ma part, le télétravail ne peut se faire qu'avec une augmentation de salaire pour compenser la mise à disposition de l'infrastructure personnel envers l'employeur.

Et aussi, quid des assurances en cas d'accident du travail. Je tombe chez moi en allant me faire un café pendant que je télétaff, est-ce que cela sera un accident du travail ou pas ?
Avatar de Florian_PB
Membre averti https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 11:44
Bonjour/Bonsoir,

Qu'en pensez-vous ?
Quelles sont, selon vous, les forces et les faiblesses du télétravail ?
Ayant déjà fait du dev en télétravail je trouve cela assez efficace pour plusieurs raisons : cela fait un gain de temps par rapport aux transports (quand on a une heure et demi de route aller-retour pour aller bosser on est bien content de pas avoir à faire le trajet), cela évite également d'être dérangé toutes les 5 minutes par des collègues (chose qui, actuellement, a fortement tendance à me taper sur le système). L'inconvénient c'est parfois l'envie de procrastiner car on est quand même chez soi etc donc il vaut mieux aménager un coin uniquement pour le travail (quitte à avoir 2 PC : un pour travailler et un pour le reste).

Êtes-vous en télétravail ? Si oui, partagez-vous les sentiments décris par certaines personnes interrogées dans le cadre de l'enquête à l'instar de la sensation d'être "réduis" à "celui qui fait telle tâche" ou alors la sensation d'être libéré des interruptions incessantes ?
Je l'ai été durant mes études dans le cadre de projets de groupe mais actuellement non (cela va bientôt changer lorsque je changerai de travail je l'espère), étant donné que c'était un travail de groupe avec des amis nous étions tous en télétravail et n'avions en aucun cas ressenti cette sensation d'être réduit à un seul rôle (sauf le chef de projet qui chapeautait le tout évidemment).

Le télétravail gagnerait-il à être plus largement adopté ? Pour quelles raisons ?
Cela dépend du type d'entreprise et de la personnalité des employés mais en terme général oui car cela apporterait un énorme gain de place en termes de locaux des entreprises et un énorme impact écologique car cela diminuerait les trajets quotidiens des gens, mais est ce que les employés suivront ça c'est la grande question.
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 11:46
J'ai la chance d'avoir un chef qui ne fait pas suer quand je pose un télétravail. J'en pose très peu - soit un épisode cévenol est en cours, soir j'attends ma nouvelle machine à laver.

Raison toute simple : impossible de ne pas être dérangé par ma femme..... Au moins, au bureau, je peux bosser tranquille.

Tout ça pour dire que comme d'habitude, la seule réelle réponse, c'est "ça dépend". Dans mon cas précis, les arguments contre le travail au bureau se transforment en argument contre le télétravail. Mais si j'envoie ma femme 15 jours en vacances en Pologne, soudain, ça devient plus attractif...
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 12:04
Et il y a la 6ème raison qui est en réalité la 1ère, mais chuuuut, il faut pas le dire parce que ce n'est pas "politiquement correct":

La plupart des patrons pensent que le collaborateur resté chez lui ne travaille pas vraiment pour l'entreprise mais joue plutôt à la Play Station ou joue à la "baballe" avec le chien dans le jardin...
Avatar de Alvaten
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/10/2016 à 12:16
Personnellement je suis relativement dubitatif du télétravail régulier, uniquement car je n'y arriverai pas moi même.

J'ai besoin pour me sentir bien d'un minimum de cloisonnement entre ma vie privé et professionnelle. Comme le dit Vincent PETIT, comment définir ses horaires de boulots par exemple ? Ça m'arrive d'avoir des clients qui m'appellent le soir alors que je suis chez moi, auquel cas je répond "Je ne suis plus au bureau, je regarde demain" ... il faut aussi que le chef en profite pas. J'ai déjà vu la situation, dès qu'un collaborateur a des accès à distance on à vite tendance à l'appeler même quand il est off. Sans accès on sait qu'il ne fera rien alors on cherche une autre solution.

Idem pour ce qui est des questions de la "tentation de faire autre chose" ou des dérangements extérieurs.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web