Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

J'aimelesartistes.fr n'aime plus les Majors
Le site officiel des partisans d'Hadopi passe aux mains de ses opposants

Le , par Katleen Erna

20PARTAGES

1  0 
Mise à jour du 06/11/09

Jaimelesartistes.fr n'aime plus les Majors
Le Ministère oublie de renouveler le nom de domaine : le site officiel des partisans d'HADOPI passe au main de ses opposants

Incroyable. Mais vrai.

Le nom de domaine du site pro-HADOPI du Ministère de la Culture – ou plutôt devrait-on dire de l'ancien site du Ministère de la Culture – n'a pas été renouvelé.

Résultat : les opposants à la loi se sont rués pour racheter cette adresse emblématique.

Elle redirige aujourd'hui vers Jaimelesartistes.info, une page parodique qui fait la promotion du livre "La Bataille HADOPI" (cf. par ailleurs ci-dessous).
Y sont également listés des liens vers, pèle-mêle, les "10 antidotes anti-HADOPI" ou le recensement des nombreux artistes qui soutiennent la loi (Synik, Diam's, etc.) et qu'il faudrait, d'après les activistes, boycotter.



Christine Albanel est également très bien représentée mais rien, curieusement, sur son successeur au poste de Ministre, Frédéric Mitterrand. Deux poids deux mesures, misogynie ou simple oubli (coupable) de mise à jour ?

Reste que ce coup – qui ne devrait pas tarder à devenir médiatique – risque de faire grincer bien des dents. Le site de soutien, avec ses vidéos d'artistes expliquant la nécessité d'HADOPI et sa pétition en-ligne, n'est lui, de fait, plus visible sur la toile faute d'URL.

Une grande question demeure. Comment un tel oubli a-t-il pu arriver ?

Les hébergeurs qui enregistrent les noms de domaines envoient des mails de rappels à l'approche de l'expiration d'un enregistrement. Une deuxième chance est même prévue pour les têtes en l'air puisqu'un délai supplémentaire permet au propriétaire du domaine, et à lui seul, de racheter son adresse avant sa destruction définitive par le Registrar.
Ce n'est qu'après tous ces délais – et tous ces mails de rappel – que les opposants à HADOPI ont donc pu réaliser leur méfait.

De là à en déduire que les mails d'avertissement ne servent à rien, il y a un pas (ironique) que nous ne franchiront pas.

MAJ de Gordon Fowler.

Les opposants à Hadopi sortent le livre "La Bataille Hadopi", qui critique amèrement la loi et propose des alternatives

Quelques 44 opposants à Hadopi (informaticiens, députés européens, élus
locaux, professeurs, avocats, artistes, journalistes spécialisés, etc.) ont ensemble co-écrit un livre intitulé "La Bataille Hadopi" qui critique violemment la nouvelle loi. Ce livre d'idées est écrit sous licence libre , ce qui signifie que chacun peut l'acheter (version imprimée), le télécharger gratuitement (PDF), le revendre, etc...

Mathieu Pasquini, éditeur du livre (éditions In Libro Veritas), considère cette loi comme une défaite pour les artistes alors que les internautes, eux, devraient toujours trouver de nouveaux moyens pour télécharger illégalement en toute discrétion.

Tous les participants à cet ouvrage craignent l'arrivée logique d'une Hadopi 3, et une éventuelle censure du web par le gouvernement. Leur cri de ralliement : «Hadopi n’est qu’une bataille perdue mais la guerre n’est pas finie.».

Ils appellent à poursuivre la lutte pour défendre la liberté d'Internet, notamment contre Loppsi 2 (cette loi visant à filter certains contenus).

Les opposants à Hadopi s'accordent à dire qu'ils sont juriquement impuissants face à une loi définitivement adoptée par Parlement et Conseil constitutionnel. Cependant, il leur reste un cheval de bataille : rendre le texte obsolète. Dans ce but, ils souhaitent mettre en place une économie alternative qui serait basée sur les licences libres ainsi qu'un mécénat global pour financer les créations : « La contribution créative permettra de faire de chacun un distributeur de la culture.» a déclaré Philippe Aigrain, cofondateur de la Quadrature du Net (groupement d'avocats militant pour les droits et les libertés sur le web, qui recevra tous les bénéfices de la vente du livre).

Le moyen d'action sera donc de faire pression sur les intermédiaires du secteurs (majors et distributeurs) en leur coupant l'herbe sous le pied via la mise en rapport directe des auteurs avec les consommateurs.

«Le droit d’auteur a dérivé d’un droit protégeant les artistes à un droit protégeant l’industrie musicale», s'est insurgé Me Benjamin Jean, expert juridique.

Le chanteur/compositeur Francis Lalanne s'est, lui, engagé à sortir ses prochains disques, livres et films sous licences libres dès 2010.

Quant au contenu du livre, il se divise en douze chapitres abordant chacun un aspect de cette bataille et qui élargissent le débat (notamment à propos des tentative de contrôle d'Internet). Ses grands chapitres abordent les thèmes suivants : les mobilisations citoyennes, les joutes législatives aux parlements français et européens, le monde artistique, les alternatives existantes et proposées, etc.

Voici le lien direct vers la version PDF de l'ouvrage : http://www.ilv-bibliotheca.net/libra...on_argent.html

Source : In Libro Veritas

Lire aussi :
Notre saga Hadopi 2
Sondage : Allez-vous continuer à télécharger malgré la loi Hadopi?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de maxim_um
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 02/11/2009 à 3:07
Salut,

Je crois que c'est le moment ou jamais de mettre en place la
« Journée du Consommateur ».
1  0 
Avatar de s4mk1ng
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 02/11/2009 à 8:24
Bon projet mais qui ne servira à rien je penses.
1  0 
Avatar de pseudocode
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 02/11/2009 à 11:24
Le piratage est un problème.

Mais je pense que transformer ce problème en une confrontation Hadopi/Licence-Globale n'est pas très productif. Ces deux solutions sont "extrèmes" chacune dans leur catégorie. A mon sens, opposer le "tout répressif" au "tout forfaitaire" ne fait qu'occulter le problème de départ.
1  0 
Avatar de Gordon Fowler
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/11/2009 à 13:59
L'adresse "Jaimelesartistes.fr" détenue par le Ministère de la Culture change de mains et redirige vers un site d'opposants à Hadopi
1  0 
Avatar de Bruno PICART
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 08/11/2009 à 16:33
C'était avant qu'il eût fallu y penser

Quel bel exemple de philosophie démocrate que commencer par taper, et continuer par réfléchir.
1  0 
Avatar de s4mk1ng
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/11/2009 à 9:56
nan franchement c'est trop fort ils n'ont pas renouvelé leur nom de domaine...
1  0 
Avatar de Barsy
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/11/2009 à 13:42
Je pense qu'ils s'en foutent. Maintenant que la loi a été votée, ils n'ont plus besoin de site pour la promouvoir.
1  0 
Avatar de RTN14
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 09/11/2009 à 14:10
C'est tout de même étonnant, la loi vient de passer et le site est déjà fermé! Soit c'est un oubli et ils ont eu du bol que la loi soit passée, soit ils se disaient que la loi passerait sans problème, et que le domaine serait revendu après!
1  0 
Avatar de Anomaly
Responsable technique https://www.developpez.com
Le 09/11/2009 à 16:28
Citation Envoyé par Barsy Voir le message
Je pense qu'ils s'en foutent. Maintenant que la loi a été votée, ils n'ont plus besoin de site pour la promouvoir.
Ouais et en attendant le site nous a quand même coûté, à nous, contribuables, 85 000 € HT.
1  0 
Avatar de Barsy
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/11/2009 à 18:03
Citation Envoyé par Anomaly Voir le message
Ouais et en attendant le site nous a quand même coûté, à nous, contribuables, 85 000 € HT.
C'est trois fois rien, même pas le prix d'une douche au grand palais.
1  0