GRATUIT

Vos offres d'emploi informatique

Développeurs, chefs de projets, ingénieurs, informaticiens
Postez gratuitement vos offres d'emploi ici visibles par 4 000 000 de visiteurs uniques par mois

emploi.developpez.com

OVH victime de la plus violente attaque DDoS jamais enregistrée
Par un botnet de caméras connectées qui n'étaient pas sécurisées

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
OVH, l’un des hébergeurs les plus importants en Europe, a été victime d’une attaque par déni de service avec un débit supérieur au térabit par seconde. C’est le fondateur et actuel dirigeant d’OVH, Octave Klaba, qui l’a annoncé dans un tweet. Il a partagé une capture d’écran où sont listées uniquement les attaques de plus de 100 Gbps. « Vous pouvez voir que les DDoS simultanés sont proches de 1 Tbps », a-t-il indiqué en affichant la capture ci-dessous.


Il a également partagé une capture d’écran qui prouve que les attaques visant OVH ont atteint des pics de trafic respectifs de 1156Gbps puis 901Gbps.


Selon lui, cette attaque est due à un botnet qui est constitué de 145 607 caméras de surveillances IP, visiblement non protégées, et qui ont été capables de lancer une attaque DDoS de plus de 1,5 térabit par seconde.

À en croire le chercheur en sécurité Mustafa Al-Bassam, il s’agissait là de la plus violente attaque DDoS jamais enregistrée dans l’histoire de l’Internet : « un botnet de caméras insécurisées a littéralement provoqué l’attaque DDoS la plus lourde du monde », a-t-il indiqué dans un tweet.

Une attaque qui n’a toutefois pas réussi à faire plier les serveurs d’OVH même si elle a provoqué quelques ralentissements. La question qu’il convient tout de même de se poser c’est : que ce serait-il passé si l’attaque avait été dirigé vers une autre structure d’hébergement plus modeste ? Il faut dire que cette situation sera sans doute appelée à se reproduire. Les chercheurs en sécurité multiplient les rapports sur la faiblesse de la sécurité des objets connectées comme le réfrigérateur RF28HMELBSR de Samsung : bien que l'appareil prenne en compte les connexions chiffrées en SSL / TLS, il ne vérifiait pas l'authenticité des certificats, permettant ainsi la réalisation d’une attaque de type « Man in the middle » pour intercepter les données de connexion.

Notons qu’il ne s’agit pas là d’une première attaque réalisé par un botnet d’objets connectés. En 2014 oar exemple, la société de sécurité Proofpoint avait déjà repéré un botnet d’objets connectés, dédié à l’envoi de spam et de courriels infectés.

Il ne s’agit même pas de la première attaque par déni de service qui s’appuie sur des caméras connectées. En octobre 2015, les chercheurs d’Incapsula avaient découvert des attaques DDoS provenant d’un botnet de 900 caméras connectées. En juin 2016, la société Sucuri avait détecté un botnet de 25.000 caméras connectées.

Arnaud Cassagne, Directeur du développement de l’intégrateur Cheapset, groupe Newlode, livre son analyse sur l’utilisation d’objets connectés pour réaliser ce type d’attaques, tout en prédisant une montée en puissance de ce types de cas :

« La sécurité des objets connectés est encore aujourd’hui clairement défaillante. Penchons-nous sur la réalité des sociétés qui fournissent des objets connectés :
  • elles utilisent des logiciels libres comme base de développement, et les systèmes d’exploitation sont souvent faillibles.
  • internet est la solution la plus rentable et la plus simple pour l’interconnexion des objets avec leurs « centres de contrôle ». Les moyens d’échanges ne sont pas toujours sécurisés (versions de SSL / TLS pas à jour, donc potentiellement vulnérable).
  • des contraintes de temps pour se positionner sur un marché. Il faut aller vite à l’essentiel. La sécurité se retrouve souvent mise sur la touche. Le focus est mis sur l’ergonomie et le design.
  • le mode connecté 24/24 7/7 fait qu’il est très compliqué de faire des mises à jour et de corriger les failles.

Pour toutes ces raisons, les objets connectés, qui sont de plus en plus nombreux et performants, sont la cible des périodes. Grâce aux objets connectés, il est très facile pour les cybercriminels de définir le moment idéal de la journée pour pirater une machine domestique connectée - et potentiellement créer un botnet pour mener des attaques d’envergure ou voler des données. Il leur suffit d’accéder aux caméras sur IP installées, ou encore de consulter les données du thermostat connecté de la maison pour connaître les heures de présence des habitants…

Nous pouvons clairement prédire aujourd’hui qu’il y aura de plus en plus d’attaques de ce type. Les objets connectés sont plus faciles à trouver que les équipements installés sur un réseau d’entreprises mieux sécurisé. Nous observons aujourd’hui que des entreprises disposant d’un grand nombre de mécanismes de sécurité se font quand même voler des données. Alors que penser d’une infrastructure IoT (Internet des objets) un peu plus jeune…

La sécurité sera demain le nerf de la guerre pour les éditeurs. Mais la sécurité est coûteuse, et nécessite de prendre du temps, et d’avoir des ressources. Il faudra surement plusieurs attaques massives et visibles avant que tous les acteurs fassent le nécessaire. Les grosses entreprises le font pour la plupart, car elles avaient déjà une démarche au sein de leurs infrastructures. Mais les plus petits n’ont pas forcément cette maturité, ni les moyens nécessaires.

Comment se prémunir ? En analysant les risques, et en essayant de réduire la surface d’exposition. C’est assez naturel pour une entreprise, mais moins pour les particuliers. La sensibilisation du grand public n’est pas simple. Les éditeurs devraient néanmoins partager quelques bonnes pratiques ».

Source : Tweet Mustapha Al-Bassam, Tweet Octave Klaba

Voir aussi :

Des hackers ont détourné des centaines de caméras de surveillance pour mener des attaques DDoS en utilisant l'outil dédié LizardStresser


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Escapetiger Escapetiger - Membre expert https://www.developpez.com
le 27/09/2016 à 0:47
Ah ces objets connectés et notamment les caméras IP, voir cette expérience de 2014 ci-après pour les petites structures et les particuliers; combien de temps faudra-t-il pour que le "grand public" en prenne conscience et que les fabricants, éditeurs réagissent ?

J’ai pris le contrôle de votre caméra et je vous ai retrouvés
Avatar de Iradrille Iradrille - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 27/09/2016 à 4:35
Est-ce une "vraie" attaque ? Ou un avertissement
"On vise quelqu'un qui sentira l'attaque passer, mais qui devrait pouvoir la gérer pour montrer ce qu'il est possible de faire si rien ne change".
vs
"lolol on va faire tomber OVH avec 'seulement' 1Tbit/s; de plus on va attaquer de nuit, quand les gens dorment et l'activité sur le réseau est plus calme".
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 27/09/2016 à 8:01
Le dernier paragraphe de l'article me semble arriver comme un coup de pub injustifié. Autant je vois le rapport avec le DDoS, autant le rapport est vraiment ténu car ça ne couvre que les hébergeurs de news (DVP utiliserait-il cette solution et en ferait la pub ici ?). Pour un bien il aurait fallu lister plusieurs solutions de façon à donner des pistes au plus grand monde.
Avatar de grunk grunk - Modérateur https://www.developpez.com
le 27/09/2016 à 8:29
Quelqu'un à des infos sur comment le flux des caméras à pu être redirigé vers la cible de l'attaque ?
Avatar de benjani13 benjani13 - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 27/09/2016 à 11:37
Citation Envoyé par Iradrille  Voir le message
Est-ce une "vraie" attaque ? Ou un avertissement
"On vise quelqu'un qui sentira l'attaque passer, mais qui devrait pouvoir la gérer pour montrer ce qu'il est possible de faire si rien ne change".
vs
"lolol on va faire tomber OVH avec 'seulement' 1Tbit/s; de plus on va attaquer de nuit, quand les gens dorment et l'activité sur le réseau est plus calme".

1 DDOS de 1Tbits/s n'a rien d'anodin, c'est vraiment énorme. Quelques jours auapravant c'était KrebsOnSecurity qui était touché par un énorme DDOS, probablement par le même botnet. Botnet qui à l'air de continuer à monter en puissance. OVH a récemment développer une architecture anti DDOS assez costaud pour protéger toute son infra. Je crois qu'elle protège dans l'ordre de quelques TBits/s. C'est déjà une grosse avancée pour la protection des réseaux mais on voit qu'on en approche déjà la limite. Certains clients ovh ont surement était tout de même impacté.

Citation Envoyé par grunk  Voir le message
Quelqu'un à des infos sur comment le flux des caméras à pu être redirigé vers la cible de l'attaque ?

Ce n'est pas le flux de caméra qui est redirigé. Les équipements sont compromis (l'attaquant exécute son propre code dessus), puis chacun initialise juste des connexion TCP (syn, syn/ack, ack), voir ne font que des demis connexion. Pas besoin de plus pour saturer un équipement réseau. Il existes aussi des moyens d'amplifier fortement sont attaque en démultipliant la quantité de donnée envoyer. Un exemple : tu compromet une machine qui a la capacité d'envoyer 1Mo/s. Tu trouve un serveur DNS public, depuis la machine infectée, tu envoie des requêtes DNS à ce serveur, en remplaçant ton ip par celle de ta victime. Le serveur DNS va envoyer les réponses aux requêtes à ta victime donc. L'avantage? Une réponse DNS étant plus grande qu'une requête (jusqu'à 60 fois plus grande en se débrouillant bien), ta victime va recevoir beaucoup plus de trafic que si tu la bombardait directement.

Sinon sur le comment ces caméras et autres IoT sont compromis : mots de passes par défaut, par défaut accessible via internet, plein de vulnérabilités, pas de mise à jour, etc.
Avatar de Tagashy Tagashy - Membre actif https://www.developpez.com
le 27/09/2016 à 12:59
benjani_13 ce que tu dis est vrai et faux : je m'explique oui il existe des moyens d'amplifier un DDOS mais le moyen que tu donne est faux (du moins comme tu l'explique) car pour pouvoir faire repondre le serveur a une autre adresse tu dois pouvoir initialiser la connexion or dans le cas de tcp si tu spoof ton adresse le serveur va bien repondre a l'adresse victime mais celle ci va immédiatement drop le paquet car elle l'a pas sollicité(voir meme avant si tu as un bon firewall) donc aucun impact
Ensuite dans le cas d'udp cela semble plus probable mais je pense que tu auras le meme mechanisme qui interviendra et droperas le paquet (le principe de statefull sur un firewall meme si dans le cas d'udp ce n'est pas forcément toujours le cas)
Par contre pour ce qui est vrai le but d'une DDOS est d'utiliser toute les resources d'un serveur. Du coup imaginons que tout les pc telecharge une page de captcha dynamique (ou juste l'image ce qui serais encore plus efficace) le pc source va utiliser 1 paquet pour demander au serveur de generer la captcha puis de lui envoyer (consomation excesive de ressource) vu que du coter du mechant celui ci drop imediatement le paquet (ou le garde pour eviter que le serveur libere les ressources disponible mais sans regarder le contenue) tu obtient une utilisation cpu/ram/resseau execivement importante coter serveur comparer a celle du pc
Avatar de BufferBob BufferBob - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 27/09/2016 à 13:14
Citation Envoyé par Iradrille  Voir le message
Est-ce une "vraie" attaque ? Ou un avertissement
"On vise quelqu'un qui sentira l'attaque passer, mais qui devrait pouvoir la gérer pour montrer ce qu'il est possible de faire si rien ne change".

j'aurai tendance à me poser la même question effectivement, ça me semble cohérent, après OVH est présent partout dans le monde donc la nuit pour un pirate c'est le jour pour un autre

Citation Envoyé par benjani13  Voir le message
OVH a récemment développer une architecture anti DDOS assez costaud pour protéger toute son infra.

yep, et au delà ça fait déjà quelques années qu'ils protègent leur réseau avec du Arbor Networks

Je crois qu'elle protège dans l'ordre de quelques TBits/s. C'est déjà une grosse avancée pour la protection des réseaux mais on voit qu'on en approche déjà la limite.

dans le pire des cas il y a toujours la solution de null-router le trafic je crois

Certains clients ovh ont surement était tout de même impacté.

c'est probable, mais ça n'a pas été mon cas et pourtant j'ai quelques serveurs chez eux, d'ailleurs on sait pas trop quelle était la cible du DDoS, si c'était des frontaux web, des machines clients, des infra OVH ou autre, l'article dit simplement que l'attaque n'a "pas réussi à faire plier les serveurs d’OVH même si elle a provoqué quelques ralentissements"

Edit:
Citation Envoyé par Tagashy  Voir le message
(...) pour pouvoir faire repondre le serveur a une autre adresse tu dois pouvoir initialiser la connexion or dans le cas de tcp si tu spoof ton adresse le serveur va bien repondre a l'adresse victime mais celle ci va immédiatement drop le paquet (...) dans le cas d'udp cela semble plus probable mais je pense que tu auras le meme mechanisme qui interviendra et droperas le paquet (...)

oui ok, mais ici le propos est surtout d'engorger les tuyaux, 1To/s, que ta machine tienne ou non la charge c'est trop pour le tuyau lui même, et puis quand bien même les paquets sont DROP, ça prend du temps processeur de dropper le paquet
Avatar de Beanux Beanux - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 27/09/2016 à 13:50
Citation Envoyé par BufferBob  Voir le message
Edit:

oui ok, mais ici le propos est surtout d'engorger les tuyaux, 1To/s, que ta machine tienne ou non la charge c'est trop pour le tuyau lui même, et puis quand bien même les paquets sont DROP, ça prend du temps processeur de dropper le paquet

En fait a ce niveau (le DDOS en général), on ne drop plus les paquets, mais ils sont "null route", donc il passe dans les équipement réseaux et n'en ressortent pas. C'est la manière la plus efficace. Après, avec Arbor Network, il y a un routage qui est fait d'une manière qui m'est inconnu (probablement un truc dans ce genre), et qui force les paquets à passer par arbor plutôt que par les vrais entrées OVH.
Avatar de sevyc64 sevyc64 - Modérateur https://www.developpez.com
le 27/09/2016 à 18:43
Citation Envoyé par Stéphane le calme  Voir le message
La question qu’il convient tout de même de se poser c’est : que ce serait-il passé si l’attaque avait été dirigé vers une autre structure d’hébergement plus modeste ?

Et la réponse est : Connexion internet impossible 95% du temps durant les 5 jours ouvrés de la période du 16 au 22/09. Au plus fort de l'attaque, on avait des plages de 2-3 min de connexion toutes les 40-45min environ.

OVH n'a pas été le seul touché par une (cette ?) attaque de ce genre sur cette période. Le problème se pose lorsque l'activité de l'entreprise est fortement dépendante de la connexion internet (hotline, télémaintenance) et avec un FAI qui n'est pas en capacité de monter une structure de secours dans des délais court.
Et il est fort à parier que ce genre d'attaque ira en s'amplifiant.
Avatar de Jipété Jipété - Expert éminent https://www.developpez.com
le 27/09/2016 à 19:43
Salut,

Je te quote car ça fait peur, et j'ai une question :
Citation Envoyé par sevyc64  Voir le message
Connexion internet impossible 95% du temps durant les 5 jours ouvrés de la période du 16 au 22/09. Au plus fort de l'attaque, on avait des plages de 2-3 min de connexion toutes les 40-45min environ.

Comment sais-tu ça ? Tu as eu accès à des rapports, des données, c'est ton expérience, etc. ?
J'avoue que je n'ai pas suivi les liens donnés vers les tweets

Et donc je trouve que ça fait peur, dans le sens où les gouvernements veulent à tout prix nous pousser vers le "zéro papier", qui serait une bonne chose en soi, mais pas dans ce contexte de sécurité avec un niveau proche de zéro, justement !
Je ne sais pas où on va, mais on y va de plus en plus vite et je sens qu'un jour ça va faire très mal, mais on ne sait pas où...
Offres d'emploi IT
Data scientist senior H/F
Safran - Ile de France - Magny-les-Hameaux (Saclay)
Responsable protection des données H/F
Safran - Ile de France - Magny-les-Hameaux (78114)
Ingénieur conception en électronique de puissance H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil