Shadow Brokers : la NSA avait oublié son arsenal sur un serveur distant
Après une opération d'espionnage il y a trois ans

Le , par Michael Guilloux

43PARTAGES

8  0 
Qui se cache derrière le piratage des outils d’espionnage de la NSA, y compris des failles de sécurité existantes dans les systèmes de certaines entreprises ? Jusqu’ici, aucun communiqué officiel n’a été fait pour répondre à cette question. Mais d’après le quotidien Reuters, un ancien employé de la NSA aurait par inadvertance donné un coup de main à des pirates. Le comble, l’agence américaine de sécurité nationale savait depuis trois ans que leurs données avaient été exposées et piratées, mais a préféré garder le silence.

Après la fuite qui a été divulguée à la mi-août par un « groupe » de pirates se faisant appeler les Shadow Brokers, la Russie a été immédiatement pointée du doigt, une hypothèse confortée par l’analyse des faits selon Edward Snowden. Fin août, la théorie d’un dénonciateur en interne a été ensuite émise. D’abord avec les analyses de Shlomo Argamon, professeur et directeur du programme de master en sciences de données à l'Illinois Institute of Technology, et ensuite avec les témoignages d’anciens agents de la NSA.

Les analyses linguistiques des messages postés par les Shadow Brokers, par Shlomo Argamon, ont montré que celui ou ceux qui se cachent derrière les Shadow Brokers pourraient être plus proches de la NSA que l’on pourrait le penser et non des attaquants venant de loin comme la Russie. En supposant qu’il s’agit d’une seule et même personne, Argamon est arrivé à la conclusion selon laquelle l’auteur serait un anglophone qui essaierait de se faire passer pour quelqu’un qui n’a pas l’anglais pour langue maternelle, logiquement pour essayer de brouiller les pistes.

D’anciens agents de la NSA ont quant à eux défendu l’hypothèse d’un autre Edward Snowden, étant donné que certains des fichiers qui ont été divulgués étaient accessibles uniquement depuis l’intérieur de la NSA, parce que stockés sur une machine physiquement isolée du réseau de l’agence. Ils seraient donc inaccessibles à toute personne non physiquement présente dans le bâtiment de la NSA.

Alors que l’enquête conduite par le FBI suit son cours, plusieurs sources proches de cette affaire ont révélé séparément au quotidien Reuters qu’un employé de NSA serait bien à l’origine de la fuite, mais pas en tant que dénonciateur comme Edward Snowden. D’après les sources, les responsables de la NSA ont reconnu qu’un agent aurait par mégarde laissé les outils d’espionnage sur un serveur distant il y a trois ans, après une opération dans laquelle l’agence avait elle-même utilisé les outils en question. L’arsenal de cyber espionnage aurait ensuite été découvert par des pirates russes. L’enquête ne dit toutefois pas si ces pirates sont affiliés au gouvernement russe.

D’après les sources de Reuters, l’employé de la NSA qui a commis cette erreur avait reconnu sa faute peu de temps après, mais l’agence n'a pas informé les entreprises du danger quand elle a découvert l'exposition de ses outils. La NSA a préféré se concentrer sur la surveillance du trafic dans le but d’intercepter une éventuelle utilisation des outils piratés par des adversaires étrangers avec de fortes activités de cyber espionnage, comme la Chine ou la Russie. « Cela aurait pu aider [la NSA] à identifier les cibles de piratage des puissances rivales, et les emmener à mieux se défendre. Cela pourrait aussi permettre aux responsables US de voir plus profondément dans les opérations de piratage rivales tout en permettant à la NSA elle-même de continuer à utiliser les outils pour ses propres opérations », rapporte le quotidien Reuters.

La NSA devait donc choisir entre la quantité d’informations précieuses qu’elle pourrait récolter en gardant la menace secrète, et les risques auxquels sont exposés les entreprises et individus alors que des parties adverses tenteront d’exploiter les failles en leur possession. Et comme le montrent les faits, l’agence nationale de sécurité US a préféré laisser les entreprises et organisations exposées, dans le but d’avoir plus d’informations sur les attaques adverses.

Il faut également préciser que l’enquête n’exclut pas le fait que l’employé de la NSA qui a exposé les outils d’espionnage de l’agence l’ait fait de manière délibérée. Ce dernier aurait par la suite quitté l’agence pour d’autres raisons. Les sources révèlent encore que plus d’une personne à la NSA a commis des erreurs similaires.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 26/09/2016 à 14:32
Ou comment fabriquer un ennemi pour justifier son salaire.
6  0 
Avatar de hotcryx
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/09/2016 à 16:06
Ils espionnent le monde entier, ils laissent des codes sur des serveurs, la Clinton n'utlise pas des serveurs dédiés sécurisés mais c'est toujours la faute des hackers et plus précisement des hackers russes.

Ca va mal finir tout ça, mais ce n'est JAMAIS la faute des américains (le sauveur du monde auto proclamé).

Ne manquez pas ce soir la confrontation entre Trump & Hillary
4  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 26/09/2016 à 16:55
Excusez nous d avoir laisse trainer une tete nucleaire. Mais on ne vous dit rien pour savoir qui va l utiliser pour savoir qui l a recuperee.
4  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 18/04/2017 à 9:50
L'information en elle même ne réside pas dans les failles que MS annonce patchées pour l'essentiel mais bien que le secret bancaire a été violé. Surtout celui des banques centrales du monde entier donnant des informations primordiales aux US sur le cours des changes et les politiques monétaires. Je ne suis pas spécialiste financier, loin de là, par contre je pense que ces données valaient bien plus que leur pesant d'or sur le terrain de la guerre économique et financière comme celle que se livre américains et chinois.
1  0 
Avatar de ALT
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 29/09/2016 à 9:52
Euh...
Reuters est un quotidien, maintenant ?
Il y a quelques semaines, c'était encore une agence de presse, au même titre que Tass, AFP...
0  0 
Avatar de domi65
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/11/2016 à 18:27
les 10 pays les plus ciblés étant la Chine, le Japon, la Corée, l'Espagne, l'Allemagne, l'Inde, Taiwan, le Mexique, l'Italie et la Russie.
T'imagines l'importance de la France ? derrière l'Italie et l'Espagne. Et on se croit encore un grand pays !
0  0 
Avatar de SuperLow
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 23/12/2016 à 7:23
Modifier les dates des dossiers, mais pas dans les fichiers, avoir les capacités technique pour utiliser un touch, Merci captain obvious.
C'est toujours interessant d'avoir l'avis de grand spécialiste.
0  0 
Avatar de Carhiboux
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 23/12/2016 à 15:24
Ça sent le pot de miel à plein nez cette affaire.

C'est pas con en un sens. Si tu es sur de pouvoir tracer tous les appels à ton outil, par exemple en sniffant 90% du réseau mondial (tiens, la NSA? :p ), mettre tes outils à disposition est une bonne manière :

1/ De savoir qui sera ciblé. Pour pouvoir protéger les intérêts américains et trouver les coupable.

2/ De profiter du travail des autres : plus besoin de faire soi-même, d'autres le feront pour vous, qui sauront surement où et comment chercher.

Bref, qu'un truc comme ça sorte comme ça, c'est gros, et dans le monde des espions, j'ai du mal à y croire.

En tout cas, si c'est vrai et que c'est vraiment une fuite, ça doit chier des bulles carrées dans les hautes sphères des renseignements US!
0  0 
Avatar de J@ckHerror
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 18/04/2017 à 11:15
Bah après c'est pas nouveau, ça fait presque 20 ans maintenant que les US ont un accès illégitime à SWIFT !
Fallait être naif de croire qu'en signant un traité ils allaient couper l'accès...

J@ck.
0  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 01/06/2017 à 13:17
Kryptos Logic dénombre à ce jour entre 14 et 16 millions de systèmes infectés par WannaCry. Aujourd'hui encore des millions de systèmes sont porteurs sains du ver grâce au kill switch. Cela veut dire que les admin sys n'ont pas pu faire leur travail pour x raisons : manque de temps, d'argent, impossibilité de patcher, etc..
Si Kryptos Logic ferme le nom de domaine, la situation serait pire que lors de la fin de semaine du 12 mai !
Dans ce cas, à quoi bon acheter des failles pour les fixer si derrière ça ne suit pas ?

On s'étonne que la cybercriminalité s'estime à 8 000 milliards pour les 5 prochaines années.

L'action est stoppée par décision légale. source lefigaro.fr
0  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web