Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les développeurs sont à la tête des métiers les plus demandés en France
Selon une étude réalisée par LinkedIn, ils sont rois du marché de l'emploi

Le , par Coriolan

60PARTAGES

10  0 
Dans une nouvelle étude réalisée par LinkedIn, le réseau social professionnel a rassemblé les données de douze-millions d’utilisateurs français, et six-millions d’offres d’emploi afin d’en tirer les tendances et les principaux métiers et profils les plus recherchés sur sa plateforme. Le réseau social professionnel a dû dresser une cartographie des besoins à l’échelle de la France, en observant toutes les offres d’emploi dans le pays, le volume d’activité des communications des membres et les profils renseignés, a expliqué Laurence Bret Stern, directrice markéting de LinkedIn.

Les résultats sont là et sans surprise, les profils de ceux qui savent programmer et vendre sont les plus demandés. Quel que soit leur secteur d’activité, les développeurs (logiciels et web), ingénieurs SI (système d’information) ou ingénieurs commerciaux occupent les premières places du Top 20 des métiers les plus recherchés sur LinkedIn.





















Top 20 les métiers les plus recherchés
Top 20 des métiers les plus représentés
1 développeur logiciels développeur logiciels
2 développeur web consultant en management
3 ingénieur en systèmes d'information / ingénieur SI employé administratif
4 ingénieur commercial chef de projet
5 responsable développement commercial technicien
6 commercial instituteur / enseignant du secondaire
7 graphiste assistant de recherche
8 consultant en management conseiller financier
9 auditeur responsable marketing
10 ingénieur production/ ingénieur mécanique chef de projet
11 entrepreneur / fondateur avocat
12 architecte commercial
13 data analyst formateur interne
14 responsable RH responsable RH
15 chef de projet agent d'assurance
16 chef de produit architecte
17 responsable marketing graphiste
18 directeur des opérations comptable
19 comptable cuisinier
20 responsable de formation psychologue


L’une des conclusions tirées de cette étude est l'inadéquation du marché de l’emploi en France, sauf pour les développeurs (logiciels) qui semblent avoir réalisé le potentiel de leur savoir-faire pour les recruteurs. Généralement, ce genre de profils est tellement demandé que beaucoup de jeunes diplômés ont dû se former au développement, créant un pont avec leur formation initiale. Ainsi, les graphistes (en 7e position du Top 20), s’orientent vers le développement, à l’image de Charles Abédie “graphiste print” qui est devenu (Designer UX). « J’ai pris gout à l’intégration web, c’est la suite logique de mon métier. En France, il y a encore peu de profils de designer intégrateur, alors je me suis inspiré de ce qui se fait aux États-Unis. »


Pour les profils qui entament les chemins classiques de formation, à savoir les études d’ingénieur et se spécialisent en informatique, le résultat est le même. Les diplômés des grandes écoles (CGE) ne trouvent aucune difficulté pour s’insérer dans le milieu professionnel, d’autant plus qu’une enquête a montré que la dernière promotion d’ingénieurs a réussi à obtenir des emplois mieux valorisés que les deux années précédentes. Afin de suivre cette tendance, les grandes écoles ont dû s’adapter au numérique en généralisant « les cours de big data et de cybersécurité dans toutes les disciplines, de la chimie à l’agroalimentaire », explique François Cansell, le directeur de la conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs.

Les développeurs ont encore de beaux jours ; depuis des années, les études et enquêtes indiquent que les perspectives de croissance sont toujours fortes, avec une pénurie de main-d’œuvre dans le secteur. L’année dernière, l’organisme d’étude et de recherche du gouvernement France Stratégie avait mis en évidence que « les ingénieurs et cadres techniques de l’industrie, les personnels d’études et de recherche et les ingénieurs de l’informatique pourraient offrir au total 220 000 emplois supplémentaires, soit un taux de création nette de 2 % par an en moyenne ».

Mais la plupart des professionnels ne sont pas issus d’une formation classique, il y a encore quelques années, les écoles et universités ne formaient pas assez d’étudiants. À vrai dire, l’arrivée d’internet a favorisé l’émergence de profils autodidactes, qui ont fait de l’autoformation leur fer-de-lance. « Avec l’arrivée d’Internet dans les années 1990, une génération de cowboys du code qui maitrisaient les langages informatiques a donné le ton de la culture web », explique Matthieu Deboeuf-Rouchon, responsable du programme Devschool. Désormais, de nombreux établissements veulent continuer à adhérer à cet esprit “codeur”, en permettant à des jeunes de différents horizons d'assouvir leur formation même s’ils n’ont pas eu un parcours académique remarquable, autrement dit, présenter une deuxième chance à ceux qui aiment l’informatique.

Pour leur recrutement, chaque entreprise cherche des profils adaptés à ses besoins. Bien évidemment, l’employabilité du candidat est un atout majeur, elle comprend l’ensemble des compétences acquises tout au long de sa formation, mais aussi certains aspects que chaque entreprise définit et cherche à trouver dans ses futurs employés. Microsoft France fait partie de ses entreprises, la filiale du géant de logiciel recrute chaque année une trentaine d’ingénieurs. Ses recruteurs cherchent surtout des profils « passionnés, agiles et créatifs » et en font une priorité sur les compétences techniques. Caroline Bloch, DRH, préfère choisir « des jeunes avec un potentiel et des aptitudes, puis les former et les immerger dans la culture de l’entreprise ».

Même constat chez Google France, les recruteurs cherchent des profils capables d’évoluer dans un environnement d’interculturalité, où les employés sont issus d’une multitude de nationalités. Les futurs “Googlers” sont appelés à passer un test de leurs compétences techniques puis à valider leurs compétences de communication. Le candidat doit aussi confirmer sa “Googlitude”, comme c’est indiqué dans le site de recrutement de Google France : « Être à l’aise avec l’ambigüité, être de nature entreprenante et avoir un esprit de collaboration. »


À l’avenir, la place qu’occupe le diplôme ou l’école pourrait reculer pour laisser place à la capacité de l’individu à devenir le commercial de soi-même. « Ce qui peut faire la différence, c’est la manière avec laquelle on se présente : l’intitulé de son métier, les compétences qu’on revendique, mais aussi de plus en plus ses réalisations personnelles », conclut Laurence Bret Stern. De nos jours, les grandes entreprises valorisent les qualités personnelles, en cherchant des profils de jeunes diplômés « souples, adaptables, agiles, à l’aise ». Les recruteurs s’appuient sur des robots algorithmes, afin de filtrer les candidatures et les comparer à un portrait-robot dessiné pour repérer les bons profils.


Chiffres de Developpez

Durant juin dernier, nous avons analysé les offres d’emploi postées sur le portail Emploi de Developpez.com (qui comporte plus de 15 000 offres développeurs et informatique) afin de tirer les principaux langages les plus demandés par l’industrie. Il n’existe pas de règle générale pour choisir un langage ou une technologie spécifique, le choix est généralement fait par passion, par intérêt ou encore par pragmatisme.


Nous avons aussi comparé l’évolution de la demande de ces langages depuis 2013, et nous en avons tiré ces tendances :



L’étude peut être consultée en entier sur cet article :

Offres d'emploi développeur : Java est toujours en croissance et le langage le plus demandé, suivi dans cette étude détaillée par JavaScript et PHP
portail Emploi de Developpez.com

Source : Le Monde

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Glutinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/10/2016 à 15:41
Matthieu Vergne s'est jeté comme un morfale sur le point Godwin !
13  1 
Avatar de ovh
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 20/09/2016 à 13:35
On est peut-être les rois de l'emploi, mais sûrement pas de la rémunération...

Comme tous les métiers techniques, on est mal considérés et cloisonnés au bas de l'échelle...
11  0 
Avatar de yolle
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/09/2016 à 8:28
ce n'est pas une étude : Il y a du travail en informatique -> venez travailler en info -> si vous voulez travailler en info, suivez une école privée payante .... Accessoirement plus tu as de monde qui cherche du boulot et moins les salaires sont élevés. de plus, Xavier Niel est co propriétaire du monde. Au même moment, sortait cet article : http://www.lemonde.fr/emploi/article...ime=1474284433
Dans ce genre d'article on t'explique que dans 4 ans, il en faudra plusieurs centaine de milliers. D'ailleurs cela tombe bien, parce que si tu rentres maintenant dans les écoles privées, ben tu sortiras justement dans 4 ans .... le monde est vraiment bien fait .
15  5 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 20/09/2016 à 11:44
Ajoute à ça le fait qu'on recherche un développeur pour faire :
- du développement
- de la relation client
- de la gestion de projet
- de la R&D
- ...

Dans ces conditions, je peux comprendre qu'on cherche beaucoup de dév, comme je peux comprendre qu'on n'en trouve pas des masses qui correspondent aux attentes du marché. {'^_^}
9  0 
Avatar de ovh
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 21/09/2016 à 16:32
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
La rémunération c'est aussi un problème franco français (et belge qui à un système similaire), quand on demande à ton patron de payer 50% de charges (tout cumulé : CSG etc), plus presque un gestionnaire RH par employé pour gérer le pire code du travail au monde, les congés maladie à gogo, et un juriste pour gérer les prudhommes, sans parler du CEE, etc
Tout cela à un cout énorme pour les entreprises, il ne peuvent pas te payer ce qui est par ailleurs englouti par l'état, après tu peux toujours dire que "tu as de meilleur service" genre la sécu, les assédics, mais tout se paye...
Aux USA par exemple tu peux être payé plus du double d'en France, mais tu doit payer des choses en sus, que tu as gratuit en France...
Un peu facile de tout mettre sur le dos des pauvres patrons accablés de charges...

Je ne dis pas que ça ne joue pas, mais c'est loin d'être la seule raison qui explique les bas salaires et le manque de considération de notre métier. D'ailleurs les métiers mieux payés (commerciaux, "chefs" de quelque chose) ont aussi les mêmes problématiques de charges... Mais eux sont considérés comme apportant de la valeur, alors qu'en réalité les métiers sont complémentaires. Selon moi, c'est donc avant tout un problème de mentalité.
De manière générale dans notre société :
  • métier technique = ouvrier = fusible remplaçable = insignifiant
  • l'aspect technique des choses est systématiquement négligé et les "décideurs" s'en désintéressent totalement (pour eux ce n'est qu'une charge, un mal nécessaire, qu'il faut réduire au minimum)

Ce mépris pour la technique en général se traduit dans nos conditions de travail...

De ce qu'on en dit, ce clivage existe beaucoup moins chez les anglo-saxons, où les métiers de développeur / commercial / chef de projet ne sont pas hierarchisés comme ici. Ils reconnaissent mieux la valeur apportée par la technique, et donc automatiquement le métier est mieux considéré là-bas. Après, tous les devs n'ont pas des salaires de plus de 100K aux USA, pour ça il faut être parmi les meilleurs et se donner corps et âme à sa boîte... (cf. les politiques managériales des GAFAM).

Malgré tout, j'aime mon métier et je n'en changerai pas Mais ça ne m'empêche pas d'être conscient de la réalité des choses...
9  0 
Avatar de down_in_a_hole
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 20/09/2016 à 20:51
Citation Envoyé par Kearz Voir le message

Pourquoi faire du lobbying pour un métier où on a besoin de personne?
Les SSII notamment ont toujours intérêt à avoir à dispo de nouveau jeune bac+5 docile et motivé à payer 28K

Ce lobbying facilite le roulement!

Vivement d'ailleurs les habituelles propositions du Syntec aux candidats à la futur élection présidentielle, on va bien rigoler!
8  0 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 20/09/2016 à 12:41
Citation Envoyé par Kearz Voir le message
Pour trouver une SSII, il faut 2 jours pour trouver un poste en PME il faut quelques semaines. Il suffit d'avoir le courage de dire non aux propositions des SSII et c'est bon.
Ta théorie dépend surtout de la région et ne s'applique pas de manière générale à toute la France, tu as des coins très industrialisés (avec de la PME), des coins très orientés service (avec que du SSII), etc...

Tous le monde n'a pas la possibilité de choisir...
7  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 22/09/2016 à 12:14
Citation Envoyé par SUPER M0DERATEUR Voir le message
Je suis du même avis, un dev doit être capable d'utiliser ses compétences pour lui-même, s'adapter pour faire face aux problèmes, et se faciliter la vie, sinon il est juste un pisseur de code qui sera au chômage d'ici 5 ans.
Je n'ai rien contre un dév qui met en place son propre système de surveillance, à condition que ce ne soit pas pour mater dans les chambres et les douches quand il a des invités.

Je n'ai rien contre un dév qui installe un réseau optimisé pour relier toutes ses TV à un serveur central de façon à pouvoir voir ses films où il veut, à condition que ce ne soit pas pour transformer son appart en cinéma payant avec des films téléchargés illégalement.

Je n'ai même rien contre un dév qui automatise son propre travail, à condition que ce ne soit pas juste pour être payé à ne rien foutre.

Il est évidemment bien d'utiliser ses compétences pour soi-même, mais cela dépend de la morale derrière. Tout comme il est bien pour une boîte d'optimiser ses coûts, on ne l'accepte pas si c'est pour négliger le rapport humain qu'elle entretient avec ses clients et salariés. Ici c'est pareil : un employeur n'est pas qu'un pourvoyeur de salaire qu'on ramasse, regarde vite fait, et jette si on n'est pas satisfait. Si nous-même on ne veut pas se genre de comportement pour nous, il ne faut pas le faire aux autres. Si vous estimez que le patron n'est qu'une vache à salaire, ne vous plaignez pas que ce patron vous prenne pour un pisseur de code.
7  0 
Avatar de cdubet
Membre actif https://www.developpez.com
Le 23/09/2016 à 9:53
Pour une SSII l ideal c est : d un client appelle, hop on cherche dans la base de donnee un candidat qui colle et on l embauche quand le client a signe le contrat
Probleme : pour que ce modele marche bien il faut qu il y ait un volant important de gens au chomage (sinon on peut pas embaucher le candidat car il est deja en poste, ou il faut lui proposer nettement plus -> bye bye la marge)
Et si vous voulez avoir une pletore d informaticien et donc un % non nul au chomage, il faut faire de la pub pour que les jeunes fasse des etudes dans le domaine ...

Je suis developpeur, j aime ce que je fais mais franchement je recommenderai a personne de faire ca en France (d ailleurs j habite plus en france depuis 10 ans) :
- pas de consideration de votre employeur (qui sera dans 90 % une SSII) : tu seras juste de la viande affectee a droite ou gauche selon les besoins
- pas d evolution : si vous voulez faire carriere, il faut faire autre chose que de la technique. Sinon a 35 ans vous etes considere comme un dinosaure
- salaire correct (faut quand meme etre honnete) mais sans plus. Et aucune evolution car une augmentation de salaire c est la marge de ton commercial qui s en va (et la marge du commercial c est son salaire. pas difficile a comprendre qu il perefere gagner plus lui)

Si vous voulez rester en France, faites dentiste !
Vous gagnerez bien plus, vous aurez les horaires que vous voulez et vous serez pas obligez d habiter dans une grande ville
7  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 03/10/2016 à 13:44
Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
je viens d'entendre à la radio que STX , le groupe qui fabrique des bateaux de croisères se retrouve en pénurie de personnel , il manque des soudeurs, chaudronniers(encore une fois c'est une gestion de personnel défaillante,on excelle dans ce genre de chose en France mais c'est un autre sujet ) et là oui c'est une véritable pénurie de candidats...
Des soudeurs et chaudronniers au chômage, ce n'est pas ça qui manque.
Va voir sur Pôle Emploi pour t'en rendre compte.
Par contre, 300 soudeurs et chaudronniers qui habitent proche des chantiers de STX et/ou en mesure de déménager pour y travailler, c'est une autre histoire.

Il y a un vrai "problème" de mobilité en France et les raisons sont multiples :
  • pour les propriétaires : les frais de notaires exhorbitants et le marché de l'immobilier tendu
  • la situation de l'emploi qui fait que le conjoint, s'il travaille, aura du mal voir beaucoup de mal, à trouver un autre job ailleurs
  • dans le cas du travail ouvrirer souvent très mal rémunéré, le logement où lorsque l'on a un logement social déscent, on en retrouve pas un autre ailleurs
  • culturel : en France, on ne bouge pas énorméent


Bref, dans l'informatique, où le travail à distance devrait être une évidence, on pourrait s'en prémunir mais là encore, culturellement, ça ne passe pas en France
7  0