SWIFT à nouveau utilisé pour détourner des fonds de plusieurs banques
Le réseau veut contraindre ses membres à améliorer leur sécurité

Le , par Stéphane le calme

20PARTAGES

6  0 
Sans doute encouragés par le « succès » des opérations lancées entre autres à la banque centrale du Bangladesh (81 millions de dollars), à une banque en Ukraine (10 millions de dollars) ou à Banco del Austro, qui se situe en Équateur (12 millions de dollars), les pirates n’ont pas arrêté l’offensive en passant par le réseau interbancaire. Selon des sources de Reuters, SWIFT a déploré de nouvelles attaques qui ont conduit à des transferts frauduleux de fonds via son réseau. Aussi, SWIFT met un peu plus la pression aux banques pour se conformer à ses nouvelles procédures de sécurité instituées après le vol de la banque centrale du Bangladesh. Il faut dire que ces attaques ont permis à SWIFT de découvrir des lacunes en matière de sécurité de certains de ses membres.

Dans une lettre adressée aux membres de son réseau sur laquelle Reuters a pu mettre la main, SWIFT révèle que de nouvelles attaques ont eu lieu depuis le mois de juin et certaines parmi elles ont conduit à un vol effectif d’argent. « Les systèmes de plusieurs clients ont été compromis et de nouvelles tentatives de virements frauduleux ont été détectées. La menace est persistante, adaptative et sophistiquée », affirment les responsables SWIFT dans la lettre. Cette dernière suggère également que, depuis le vol de la banque centrale du Bangladesh, les pirates ciblent les banques disposant de procédures de sécurité laxistes pour les transferts SWIFT. En clair, SWIFT affirme à nouveau que le problème ne vient pas de son réseau, mais plutôt des banques qui ont de la peine à maintenir leurs infrastructures ainsi que leurs accès au réseau SWIFT dans un environnement sécurisé.

Si le réseau indique que des banques membres ont été des victimes de cette nouvelle vague d’attaques, il s’est en revanche bien gardé de divulguer les noms des banques touchées et encore moins les montants qui ont été dérobés. Toutefois, il a indiqué que ces banques varient en taille, ne sont pas dans la même zone géographique et surtout se servent de différentes méthodes pour avoir accès à SWIFT. Cependant, les victimes avaient quelque chose en commun : la faiblesse de la sécurité de leur écosystème que des pirates se sont empressés d’exploiter pour demander des transferts frauduleux de fonds.

À plusieurs reprises, SWIFT a tenté de pousser les banques de son réseau à implémenter de nouvelles mesures de sécurité depuis le vol de la banque centrale du Bangladesh. SWIFT proposait par exemple de renforcer les mesures d’authentification par exemple via l’authentification à deux facteurs, des règles plus rigoureuses en matière de gestion des mots de passe, de meilleurs outils pour identifier les tentatives de piratage.


Toutefois, obliger les banques de son réseau à se conformer aux meilleures pratiques de sécurité ne relève pas du ressort de SWIFT. Ne disposant donc d’aucun moyen pour contraindre les banques, SWIFT les a menacées de faire un rapport aux régulateurs ainsi qu’aux banques partenaires si elles venaient à ne pas être conformes aux mesures de sécurité passé le délai du 19 novembre 2016, date à laquelle ces banques devront avoir installé la dernière version de son logiciel qui embarque les fonctionnalités de sécurité mentionnées plus haut.

Selon Shane Shook, un consultant indépendant en sécurité qui opère avec des banques centrales, il y a fort à parier que cette menace soit un levier suffisant pour faire plier les banques récalcitrantes : « ce type de partage d’information est quelque chose qu’aucune banque n’aime voir se produire sans son approbation directe, parce que cela peut affecter la confiance du marché ».

Istvan Szabo, Responsable Produit Syslog-ng chez Balabit IT Security, éditeur européen de solutions de sécurité contextuelle, a commenté cette nouvelle révélation tout en précisant ses conseils pour renforcer la sécurité des banques face à ce type d’attaques, en particulier grâce à l’analyse comportementale : « apprendre que de nouvelles banques ont été victimes de piratage via le réseau Swift n’est pas une surprise. Les banques peuvent améliorer leurs outils et procédures de sécurité comme cela est recommandé par Swift, il n’en demeure pas moins que leurs outils de sécurité actuels ne peuvent pas localiser ces attaques dans la mesure où les cybercriminels ont déjà franchi le périmètre de leurs défenses. En effet, pour mener leurs attaques, les cybercriminels utilisent des comptes utilisateurs qui bénéficient probablement de hauts niveaux de privilèges, ce qui leur permet de réaliser des actions importantes tout en couvrant facilement leurs traces. Les utilisateurs privilégiés sont clairement les principales cibles de ce type d’attaques. Des attaques aussi sophistiquées nécessitent des chemins beaucoup plus sophistiqués pour être détectées et stoppées. En d’autres termes, des solutions capables de voir l’invisible.

Tout d’abord il est indispensable de surveiller les utilisateurs privilégiés, de créer des profils spécifiques pour chacun de ces utilisateurs puis d’appliquer sur ces profils de l’analyse comportementale basée sur des algorithmes de machine learning. Ces profils peuvent être obtenus par l’analyse des mouvements de souris, les habitudes de frappe sur le clavier, les habitudes de commandes, les IP utilisateurs, les ports et protocoles de manière transparente lorsqu’il est fait usage d’une technologie de surveillance basée sur les promis etc. Ces habitudes sont des indicateurs uniques impossibles à copier. Ces profils fonctionnent comme une base de comportements normaux pour chaque utilisateur. Ainsi des algorithmes peuvent détecter les anomalies en temps réel lorsqu’un individu exécute une action sensible, offrant à l’équipe de sécurité la possibilité de faire face à la menace.

Cette approche ajoute une couche de sécurité additionnelle, complémentant l’infrastructure de sécurité existante, ce qui lui permet de se concentrer sur les menaces jusque-là inarrêtables. L’entreprise dispose ainsi d’une visibilité complète sur les activités de ses utilisateurs à privilèges, qu’ils soient internes ou des prestataires externes.

Enfin dans ce type d’attaques, l’analyse comportementale ou UBA, apporte des capacités rapides de réponses et investigations, et fournit des indications simples et claires sur les anomalies suspectes ».

Source : Reuters

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/10/2016 à 10:26
Citation Envoyé par Coriolan Voir le message
Qu'en pensez-vous ?
Je trouve ça plutôt cool que des banques se fassent voler, généralement c'est l'inverse ^^
Si il n'y a pas de répercussion pour les clients de la banque ça va.

Citation Envoyé par Coriolan Voir le message
Les hackers ont eu recours à des documents de Microsoft Word et des archives RAR afin de cibler leurs victimes. Ces fichiers malicieux auraient été distribués par email (hameçonnage) dans le but de les installer sur les ordinateurs des victimes.
Il faudrait former les employés à faire attention quand ils reçoivent des pièces jointes par eMail.
Apparemment activer les macros d'un document Excel ou extraire les fichiers d'une archive ça peut avoir de grave conséquences...
Exécuter un exécutable en mode administrateur également ^^
3  1 
Avatar de MABROUKI
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/10/2016 à 0:44
bonjour

C'est connu ,une erreur technique est admissible car réparable mais une erreur comptable est un crime puni par la loi...
Je ne peux pas dire j'ai pris par erreur ce petit MILLARD d'euros ou DOLLARS de votre compte ,euh pardon, par ERREUR ....
Car personne ne me croira !!!
IL N' A PAS D'ERREUR QUANQ IL S'AGIT D'ARGENT SAUF POUR LES NAIFS !!!
2  1 
Avatar de athlon64
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/10/2016 à 12:31
Ce qui est aussi effrayant c'est le système bancaire en lui même qui ne repose sur rien de concret la plupart du temps.

Citation Envoyé par thierrybenji Voir le message
Je trouve ça plutôt cool que des banques se fassent voler, généralement c'est l'inverse ^^
Si il n'y a pas de répercussion pour les clients de la banque ça va.
Les banques se font des bénéfices en prêtant de l'argent qu'elles ont pas, c'est à dire c'est au moment de votre prêt
que la banque va créer l'argent et bien sûr au remboursement vous, vous lui payez les intérêts en plus.
1  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 17/10/2016 à 13:32
Citation Envoyé par thierrybenji Voir le message
Oui c'est le principe du prêt.
Une banque peut prêter plus que ce qu'elle possède, je ne sais plus exactement de combien est le levier...
Mais en gros une banque qui possède 100€, peut prêter 700€. (faudrait trouver le vrai rapport, c'est peut être moins que 7)
Si j'ai bon souvenir, normalement elle peut prêter l'équivalent de 12,5 fois son capital, mais ce n'est jamais respecté (et cela a pu changer depuis).
1  0 
Avatar de athlon64
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 18/10/2016 à 21:38
Citation Envoyé par thierrybenji Voir le message
Oui c'est le principe du prêt.
Une banque peut prêter plus que ce qu'elle possède, je ne sais plus exactement de combien est le levier...
Mais en gros une banque qui possède 100€, peut prêter 700€. (faudrait trouver le vrai rapport, c'est peut être moins que 7)
J'ai aussi entendu parler de ce levier qui abaissé pour atteindre 1/10, ça doit être dans la video "l'argent dette" sur youtube.

Mais aux dernières nouvelles ce levier n'existe plus... Les banques combinent tellement qu'elles peuvent faire des prêts comme elles veulent.

J'ai trouvé un viel article de 2001

"Troisième mesure, l'abaissement du niveau de réserve obligatoire des banques, de 2 % à 1 %. Ce taux, qui représente le montant que les banques doivent placer en réserve auprès des banques centrales à chaque fois qu'elles accordent un prêt, a perdu de son importance depuis que la BCE offre des liquidités à un volume illimité aux banques."


Si on combine à la définition de wikipedia

"Ces réserves obligatoires sont rémunérées à un niveau indexé sur la moyenne du taux de refinancement des opérations principales de refinancement de l’Eurosystème, soit un taux qui était de 1 % en 2010, puis a atteint 1,5 % en août 20115, avant de redescendre à 1,25 % fin 2011, puis 1 % en janvier 20126, 0,5 % puis 0,25 % en 2013, pour atteindre 0,15 % en juillet, 0,05 % le 10 septembre 2014, puis 0,00 % à partir du 16 mars 2016"

Pour SWIFT, les USA ont essayé de limiter les usages de la Russie du réseau, Poutine a créé un réseau alternatif les chinois ont suivi avec les BRICS...

Ça ne m’étonnerait qu'on sorte un article pour accuser les auteurs des attaques d'être des Russes(les méchants).
1  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 05/04/2017 à 10:45
Merci pour l'article, se fut informatif.
1  0 
Avatar de TiranusKBX
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/09/2016 à 13:06
leur UAB c'est bien mais ça doit sortir un paquet de faux positifs, bon ça vaut mieux que de laisser passer des ordres frauduleux, ça doit juste souvent faire chier des traders
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/10/2016 à 13:18
Citation Envoyé par athlon64 Voir le message
Les banques se font des bénéfices en prêtant de l'argent qu'elles ont pas
Oui c'est le principe du prêt.
Une banque peut prêter plus que ce qu'elle possède, je ne sais plus exactement de combien est le levier...
Mais en gros une banque qui possède 100€, peut prêter 700€. (faudrait trouver le vrai rapport, c'est peut être moins que 7)

Mais ça c'est le protocole de base qui fonctionne comme ça, c'est légal.

Aujourd'hui les banques volent en ne respectant pas les lois.
Il y a des taux de TEG trop élevé par exemple.
Il y a eu des procès et des banques ont perdu.
0  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 17/10/2016 à 13:40
Citation Envoyé par Zirak Voir le message
Si j'ai bon souvenir, normalement elle peut prêter l'équivalent de 12,5 fois son capital, mais ce n'est jamais respecté (et cela a pu changer depuis).
De ses fonds propres, et c'est pondéré par des ratios prudentiels assez exotiques à calculer. Ce sont les projets Bâle 1 à 3, notamment. Je connais une banque Française qui avait budgétisé 30,000 jours rien que sur Bâle 2. Je ne sais pas si c'est respecté, mais en tous cas, le paquet est mis pour le faire croire.
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/10/2016 à 15:45
Citation Envoyé par MABROUKI Voir le message
Le système bancaire repose essentiellement sur la confiance
Ouais ok, mais à la base c'était lié à du concret comme de l'or ou de l'argent, quelque chose qui a de la véritable valeur.
En France c'est à partir de la loi Rotshcild de 1973 que ça change : Loi de janvier 1973 sur la Banque de France.
Aux USA Nixon l'a fait en 1971.

Le dollar était as GOOD ad GOLD.
À partir de 1971 il est virtuel.
1  1 
Wine sur Windows 10, ça marche grâce au sous-système dédié à Linux
Une application de partouze laisse fuiter les données personnelles et les photos de ses utilisateurs, y compris ceux de la Maison-Blanche et de la Cour suprême
Les hackers peuvent attaquer votre réseau en vous faisant livrer un petit dispositif malveillant par courrier, cette technique a été nommée Warshipping
Apprendre à utiliser le format SVG - SVG et le web, un tutoriel de Maurice Chavelli
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web