Linux fête ses 25 ans : qu'est devenu le projet que Linus Torvalds avait annoncé
Ne pas devenir « grand et professionnel comme le GNU » ?

Le , par Michael Guilloux

41PARTAGES

17  0 
L’histoire du noyau Linux a commencé en 1991 à l’université d’Helsinki avec Linus Torvalds, jeune étudiant à cette époque. Contrarié par la faible disponibilité du serveur UNIX de l’université, Torvalds a décidé d’entreprendre le développement d’un noyau de système d’exploitation, qui sera appelé plus tard le noyau Linux. Cela venait également comme une alternative au système d’exploitation Minix avec lequel il a fait son apprentissage. Après avoir travaillé dessus depuis le mois d’avril, le 25 août 1991, Torvalds porte son projet à la connaissance des utilisateurs de Minix en précisant toutefois que c’était « juste un hobby » et qu’il « ne sera pas grand et professionnel comme le GNU ». Il demande par ailleurs leurs avis sur les fonctionnalités que les gens aimeraient voir dans le noyau pour pouvoir les implémenter si possible.

Ce qui a commencé humblement a fini par être l’un des plus grands projets de développement dans le monde. À l’occasion du 25e anniversaire, la Fondation Linux a publié un rapport sur les contributions au noyau après 25 ans. Parmi les chiffres clés, on peut noter que :

  • plus de 13 500 développeurs de plus de 1300 entreprises ont contribué au développement du noyau Linux depuis l’adoption de Git en 2005. Depuis le dernier rapport, ce sont près de 5000 développeurs de 400 entreprises qui ont contribué au noyau, avec presque la moitié d’entre eux qui contribuaient pour la première fois ;
  • le top 10 des organisations qui ont le plus contribué au développement du noyau Linux depuis le dernier rapport annuel est composé successivement d’Intel, Red Hat, Linaro, Samsung, SUSE, IBM, Renesas, Google, AMD et Texas Instruments. ARM arrive en 11e position, juste devant Oracle ;
  • le taux de développement Linux continue d'augmenter, tout comme le nombre de développeurs et entreprises impliqués dans le processus. Le noyau Linux est presque constamment patché et mis à jour. Au cours de la période entre les versions 3.19 et 4.7, il a enregistré 7,8 changements chaque heure contre 7,71 au dernier rapport de Linux Foundation. Cela représente 187 changements chaque jour et 1310 chaque semaine. Il a fallu en moyenne 66 jours pour sortir une nouvelle version du noyau Linux, au moins 63 jours et au plus 70 ;
  • le nombre de développeurs non rémunérés qui contribuent au projet a significativement baissé en passant de 11,8 % en 2014 à 7,7 % sur la période couverte par le rapport. D’après la fondation, cela s’explique surtout par le fait que la contribution au noyau Linux est une compétence précieuse de plus en plus recherchée par les employeurs. Ainsi, les développeurs du noyau qui sont expérimentés ne restent pas sans rémunération pendant longtemps.

Avec ces statistiques impressionnantes qui montrent que la communauté Linux est plus grande et plus professionnelle, on note surtout que Linux gagne fortement du terrain. Linux fait tourner une énorme portion de l’infrastructure de l’internet et une variété de dispositifs : les sites web, les centres de données des entreprises, les appareils électroniques, les smartphones, smartwaches, les télévisions connectées, etc. et même la quasi-totalité des superordinateurs. Eh oui ! C’est ce qu’est devenu le projet que Linus Torvalds avait annoncé ne pas devenir « grand et professionnel comme le GNU », ce qu’il considérait juste comme un hobby.


Là où Linux a toutefois du mal à se frayer un chemin, c’est sur le marché des PC largement dominé par Microsoft, avec une petite part laissée à Apple. Mais Linus Torvalds reste tout de même très optimiste en ce qui concerne l’avenir des PC Linux. Pendant l’édition 2016 de l’Embedded Linux Conference (ELC) en avril dernier, le créateur du noyau Linux a déclaré vouloir voir Linux en position dominante sur desktop, même si c’est un terrain très difficile. Il dit même être toujours en train de travailler pour que cela soit possible : « Il est évident que j’aimerais que Linux puisse conquérir ce monde [des PC] également, mais il s’avère que c’est une zone très difficile d’accès. Je travaille toujours dessus. Cela fait déjà 25 ans, je peux encore y consacrer 25 autres années ».

Toutefois, avec seulement 2 % de part sur le marché des PC après deux décennies, c’est carrément impossible à court ou moyen terme, surtout que la plupart des utilisateurs ne connaissent pas d’autres univers que celui de Windows. Torvalds peut par contre se réjouir d’avoir gagné l’un de ses paris contre Microsoft : « si Microsoft fait un jour des applications pour Linux, cela signifie que j'ai gagné », avait-il déclaré en octobre 1998. Et c’est ce qui se produit aujourd’hui, Linux est désormais une cible de première classe pour les produits et services de Microsoft.

En résumé, après 25 ans, Linux affiche un bon bilan : de ce petit projet personnel, il est devenu un système omniprésent avec une communauté plus grande et plus professionnelle. Joignons-nous donc aux Linuxiens et souhaitons un joyeux anniversaire au noyau Linux.

Et vous ?

Que retenez-vous de Linux et de sa communauté ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 25/08/2016 à 14:53
Pour travailler sur les 2 OS , il y'a certains freins majeurs au succès de linux dans le desktop :

1- Le peu de support de la part des éditeurs de jeux. Ça s'améliore mais c'est encore trop faible , et clairement c'est un cercle vicieux : Peu d'utilisateur donc peu d'intérêt à supporter l'os donc peu d'utilisateur ^^
2- Les habitudes on la vie dure. Pour l'utilisateur lambda Windows fonctionne , aucune raison de changer pour l'inconnu
3- L'image véhiculé par linux : Quand on entend linux, on imagine des lignes de commande ou des logiciels pas très accueillant. Ce qui n'est pas complètement faux. Certaines distro comme ubuntu vont vers la facilité d'utilisation , mais on est encore trop souvent obligé de télécharger une archive et la compiler pour obtenir quelque chose , là ou windows propose un simple setup.

Je prend un exemple récent qui m'est arrivé: Lancer un programme au démarrage. Sous windows je glisse mon raccourcis dans le dossier démarrage et c'est plié. Sous linux il y'a déjà 2 ou 3 façon de faire (qui implique d'aller modifier des fichier à la mano) et ces façons peuvent évoluer en fonction des distributions ... Inconcevable pour l'utilisateur de base.

4- La communauté : beaucoup trop fermée (c'est étrange venant de l'opensource) et étroite d'esprit. A trop vouloir protéger son environnement on en fait quelque chose d'élitiste. Il y'a des extrémistes chez Apple et Microsoft également mais dans le monde linux je les trouves bien plus présent que chez les concurrents.

Linux est à mon avis un excellent système pour les utilisateurs moyen voir avancés , mais n'est pas encore prêt pour la "masse" qui veux juste que ça fonctionne sans comprendre le pourquoi du comment.
17  2 
Avatar de nirgal76
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 25/08/2016 à 19:50
L'avantage de l'univers linux est aussi son défaut : trop de choix.
Trop d'environnement de bureau, de gestionnaire de fenêtres, de distrib différentes, de suites offices qui se tirent la bourre et se tapent sur la tronche. Pour un initié, c'est super ce choix, pour le non initié, ça parait être un bon gros bordel et le choix est difficile à faire, donc il n'est pas fait et il reste en windows plus "clair".

Moi je reste en Windows pour les jeux (et d'autres choses comme MS Office/visual studio etc..) que je trouve sans égal sur Linux (c'est un avis perso, merci de le respecter en tant que tel)
7  2 
Avatar de kain_tn
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/08/2016 à 23:44
Citation Envoyé par Aeson Voir le message
A ce que je sache Linux et OS-X on une base UNIX commune...
Non.

Unix family tree

Citation Envoyé par melka one Voir le message
j'ai utiliser linux a une époque (mandrake)et suis repassé a windows a cause de cette histoire de noyau. Pour avoir configuré et compilation le noyaux j'ai trouvé ca lourd a gerer au contraire avec windows on est plus sur un truc modulaire je change d'imprimante je désinstalle l'ancien driver réinstalle le nouveau et c'est réglé pour linux c’était trop galère cette histoire de centralisation des pilotes dans un unique noyau c'est trop lourd. Je me rappel d'un driver pour carte graphique que nvidia avait réalisé mais malgré la bonne volonté de nvidia de faire un driver pour linux j'ai jamais réussi a l'installé il devait patché le noyaux mais pour ca il falait tres bien connaitre la ligne de commande et c'est triste car je trouvais que linux dans certains cas était supérieure a windows au niveau configuration du designe entre autre.
Je me souviens de cette époque et c'était il y a pratiquement 15 ans. Ça a commencé à changer vers 2008 (Ubuntu 8.04, etc...). Aujourd'hui, sur n'importe quelle distribution grand public ton imprimante est détectée toute seule et il en va de même pour ta carte Nvidia. Heureusement que le particulier n'a plus à compiler de noyau lui-même.

Il existe évidemment encore des distribution pour lesquelles cela fait partie "du jeu" (ex: Gentoo) mais ce sont des cas bien à part
6  0 
Avatar de Mouke
Membre averti https://www.developpez.com
Le 26/08/2016 à 9:53
Citation Envoyé par Aeson Voir le message
ok... C'est un Unix-Like si tu prefere.... comme ca t'aura raison

https://en.wikipedia.org/wiki/Linux_kernel
Rappelle toi que dire "Linux" est un abus de langage, le vrai nom du projet étant GNU/Linux. GNU signifiant clairement "GNU is Not Unix", le nom est assez équivoque . C'est donc bien un Unix like, mais pas un Unix.
6  0 
Avatar de esperanto
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 25/08/2016 à 15:42
« Il est évident que j’aimerais que Linux puisse conquérir ce monde [des PC] également, mais il s’avère que c’est une zone très difficile d’accès. Je travaille toujours dessus.
Vu que linux n'est qu'un noyau, est-ce vraiment à lui de le faire? Ce serait pas plutôt aux auteurs de distributions, notamment celles qui proposent un téléchargement payant en échange de support?

Citation Envoyé par grunk Voir le message
1- Le peu de support de la part des éditeurs de jeux.
Oui c'est sans doute pour ça que j'ai Linux chez moi et Windows au bureau...

Citation Envoyé par grunk Voir le message
2- Les habitudes on la vie dure. Pour l'utilisateur lambda Windows fonctionne , aucune raison de changer pour l'inconnu
Quand l'inconnu s'appelle Google Android, ça n'a pas l'air de les déranger. Je sais tu vas dire que ce n'est pas le même type de machine, le même marché, etc. mais pour ce qui est de sauter à pieds joints dans l'inconnu...

Citation Envoyé par Arkal Voir le message
Non c'est vrai, mais quand il ira demander à son voisin/cousin/oncle comment on fait telle ou telle chose, le voisin/cousin/oncle c'est windows qu'il a....
c'est ce qu'il croit. En ce moment combien de gens me demandent de dépanner leur PC et ne comprennent pas que n'ayant jamais eu Windows 8 chez moi, je n'arrive pas à m'y retrouver dans leur nouvelle interface ?

Citation Envoyé par grunk Voir le message
3- L'image véhiculé par linux : Quand on entend linux, on imagine des lignes de commande ou des logiciels pas très accueillant.
Véhiculée par linux, t'es sûr? Ce ne serait pas plutôt par la publicité mensongère des concurrents?

Citation Envoyé par grunk Voir le message
Lancer un programme au démarrage. Sous windows je glisse mon raccourcis dans le dossier démarrage et c'est plié.
Seulement si ce n'est pas un service et si tu peux mettre tous les paramètres dans le raccourci.

Citation Envoyé par grunk Voir le message
4- La communauté : beaucoup trop fermée (c'est étrange venant de l'opensource) et étroite d'esprit. A trop vouloir protéger son environnement on en fait quelque chose d'élitiste. Il y'a des extrémistes chez Apple et Microsoft également mais dans le monde linux je les trouves bien plus présent que chez les concurrents.
Vu qu'il n'y a plus beaucoup de distributions commerciales pour le particulier (autrefois on trouvait des paquets RedHat ou Suse à la Fnac) tu mets dans le même panier des gens qui ont créé un système pour leur propre usage mais qui acceptent que d'autres l'utilisent sans payer, d'un côté, et d'autres qui l'ont conçu pour le vendre et donc accepter les demandes payantes du client fussent-elles stupides ou répétitives, de l'autre.
Quand un utilisateur de logiciel libre demande une nouvelle fonctionnalité, le fait de dire "pas le temps" n'est pas forcément une volonté de "protéger son environnement", même si parfois le client l'interprète ainsi (c'est du vécu pour moi). C'est simplement que si le dit client était prêt à payer, on pourrait peut-être le trouver, ce temps : beaucoup de projets proposent désormais la notion de "fonctionnalité sponsorisée", ce qui signifie qu'on ne l'implémente que si celui qui la désire le fait lui-même ou finance le temps que ça va prendre.
5  5 
Avatar de Jiji66
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 28/08/2016 à 9:02
Jusqu'à il y a peu l'installation d'un "Linux" était le corollaire d'heures et d'heures perdues pour tenter une installation en suivant un tutoriel incomplet. Le résultat ne permettant pas toujours de faire fonctionner correctement le système graphique ou certaines applications. Quant à trouver un matériel compatible ... Il fallait au préalable passer un certain temps à bien choisir avant d'acheter ...

Que de chemin parcouru en 25 ans et plus particulièrement pour ces 10 dernières années ou l’age de la maturité semble être enfin arrivé. Merci à la "communauté Linux".

Maintenant pour ne parler que du monde des machines de bureau, les utilisateurs ont enfin le choix. Enfin pour ceux qui se donnent la peine de vouloir choisir ... Entre :

(La suite de mon message est orienté et ne plaira pas à tous mais j'en prends le risque)

- Windows 10 - lorsque l'on ne veut pas choisir et faire comme la majorité en acceptant de payer sa dîme annuelle tout en étant espionné en permanence et en devenant soit-même un produit commercial monnayé par d'autres. Ne pas oublier bien sur de repayer encore un peu plus pour pouvoir utiliser la trilogie Word-Exel-Outlook dont ce dernier prendra particulièrement soin de vos e-mails en ne les rendant lisible que par lui-même ! Ne pas oublier de se protéger (en partie psychologiquement) en investissant encore un peu plus dans un anti-virus qui malheureusement ne supprimera tous les pourriciels qui vous ont étés sournoisement imposées lors de votre achat. Mais au final tout va bien puisque la dernière mise à jour tant attendue arrive pour pensez-vous résoudre les petits dysfonctionnements repérés de ça de là et que par surprise elle vous neutralise la caméra et vous empêche donc de communiquer visuellement avec vos proches .... Mais bon, la prochaine mise à jour arrivera bientôt pour résoudre ça et peut être aussi pour mettre un peu de cohérence entre les interfaces "Métro" et "Classic" dont la présence duale fait inévitablement penser qu'il reste encore bien des choses à résoudre. Espérons juste que les mises à jours répétées ne provoquerons pas de syndrome de la "lenteur programmée" qui déclenchera le signal subliminal vous informant qu'il est temps d'acheter une nouvelle machine ...

Évidement l'expérience "Windows" fait quelques mécontents qui vont chercher (pas très loin) une alternative.

- Apple - Un autre monde (au sens de la logique et du design); accessible pour ceux qui peuvent se le payer. Mais bon c'est comme toutes choses, le design a un prix mais quel résultat ! Une interface utilisateur cohérente, un système toujours disponible et réactif avec des applications qui elles aussi sont parfaitement en phase avec l'aspect général. Un choix qui ravis (avec raison) les graphistes et ceux qui sont intransigeants sur leur design d'intérieur. Enfin un ordinateur presque beau qui ne ressemble pas a une verrue noire que l'on a du mal a cacher. Il y a cependant quelques sacrifices financiers à faire en plus comme acheter une souris difficile à manipuler et un clavier ou certaines touches manquent. Et oui chez Apple le clavier et la souris sont des accessoires ! La logithèque est parfaitement contrôlée au travers de votre carte bancaire et du "Store" auquel il n'est pas possible de faire des infidélités. Forcément, toutes les applications ne méritent pas de pouvoir fonctionner "Apple". Fini la liberté des choix, la logique "Apple" vous guide et veille à tout pour vous, tant que votre carte bancaire est d'accord. "Think different" ils disent !!!

Si l'on désire conserver un peu d'intimité ou s'affranchir de la sensation d'être transformé en une "vache à lait" permanente il ne reste plus qu'a aller voir ce que propose la "Communauté"

- Linux - Sa demande à l'utilisateur potentiel d'aller le chercher car bien sur, impossible de le trouver dans les circuits commerciaux traditionnels. C'est gratuit, ça ne peut donc pas être financièrement valorisé ! La myriade des distributions disponibles sont une richesse qui permet après quelques essais en "live" (sans installation) de trouver la logique de fonctionnement qui conviendra tandis que la facilité et la rapidité de l'installation permettent d'obtenir très rapidement un système opérationnel. Même une Debian s'installe maintenant en quelque coups de clics (ça n'a pas toujours été le cas). En fait, le futur utilisateur se retrouve désorienté par les choix possibles, lui qui a fini par trouver normal de ne pas avoir le choix !!! Que choisir : Cinnamon, KDE, Gnome, Xfce, Lxde, Unity .... Rien que le choix d'une interface utilisateur est pléthorique et pour trouver celle qui convient le mieux il n'y a pas d'autres choix possibles que d'essayer ! La liberté demande certains efforts .
5  2 
Avatar de melka one
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/08/2016 à 14:19
ces temps ci quand je pense a linux je pense a andoid, google play et a tous ces logiciels qui veulent tous savoir de ma vie et me prendre mon argent.
4  14 
Avatar de Aeson
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 25/08/2016 à 15:34
Là où Linux a toutefois du mal à se frayer un chemin, c’est sur le marché des PC largement dominé par Microsoft
Egalement en serveurs d'entreprise :

88 % des serveurs d'entreprise sont toujours sous Windows...
4  4 
Avatar de Arkal
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 25/08/2016 à 15:40
Citation Envoyé par CaptainDangeax Voir le message
un utilisateur qui n'a jamais eu d'ordinateur ne s'y retrouvera pas mieux avec windows qu'avec linux.
Non c'est vrai, mais quand il ira demander à son voisin/cousin/oncle comment on fait telle ou telle chose, le voisin/cousin/oncle c'est windows qu'il a....
4  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 26/08/2016 à 14:12
Toutefois, à lire les galères d'insta, de config et de drivers racontées par des gens qui se sont essayés à Linux par curiosité sans être des pro-Linux, je n'ai pas du tout envie d'essayer Linux
Essayes une distribution récente, ce n'est plus forcément vrai, pas besoin d’installer, du démarres sur un live cd.

Et le problème n'est pas que dans Linux lui-même. On reproche au monde Linux un manque de logiciels grand public, un manque de logiciels finalisés (versions beta, versions 0.XX) et un manque de logiciels avec une interface ergonomique/intuitive/affordante (en clair, Linux, c'est des logiciels conçus par des devs pour des devs). Soyons clairs, je parle de manque, pas d'absence.
ça se discute, de quoi ça manquerai ?

Gimp a tout simplement crashé
ça venait peut-être tout simplement du jpeg. J'ai déjà vu des jpeg Photoshop ouvrable qu'avec Photoshop.

Côté interface, Gimp est aussi l'objet de critiques. Nombre d'utilisateurs (en tout cas des mondes Windows et Mac) demandent une interface Photoshop-like, mais, d'après ce que j'en ai lu, les devs de Gimp s'y refusent.
ça ce comprend des deux cotés : coté développeurs, il est normal de vouloir se différencier de Photoshop, avec en plus un risque de procès pour contrefaçon. Coté utilisateur : la résistance au changement : je veux pas faire d'effort pur changer de produit, compréhensible si le changement n'apporte rien de plus. Mais vu le coût de Photoshop, ça vaut le coup d'essayer.
Après il faut voir si Gimp répond au besoin d'un vrai professionnel de l'image ayant testé objectivement les deux produits. A un niveau non professionnel de l'image, Gimp répond parfaitement au besoin, mais tout comme Photoshop, pour des opérations simples, c'est pas forcément le produit le plus adapté de par sa complexité.

Quand à l'histoire de paquets, un .deb ou .rpm (selon que les distributions soient dérivés de Debian ou de Redhat), c'est pas plus compliqué qu'un fichier .msi.

Il est même plus simple d'installer un logiciel depuis le gestionnaire de paquet de l'interface graphique, les logiciels sont classés par catégorie et il y a un descriptif. Ceci n'inclus pas tous les logiciels, mais les plus répandus. Les dépendances sont installés automatiquement. Sous Windows, il faut passer par Internet au risque de télécharger une version avec des adwares si on ne tombe pas sur le site de l'éditeur. Si l'installeur est bien fairt, les dépendances seront installés depuis l'installeur (exemple .net Framework, Microsoft Visual C Redistributable, ou là si on n'a pas la bonne version ....). Dans le cas ou le logiciel n'est pas dans le gestionnaire, c'est effectivement plus compliqué que sous Windows.

Quand à la console, on n'est pas obligé de l'utiliser, tout comme sous Windows on n'est pas obligé d'utiliser cmd.exe appelé communément interpréteur de commande. Mais dans les deux environnement, on finit par y être confronté un jour ou l'autre, et dans les deux cas cela permet de faire plus de choses qu'en interface graphique, mais c'est plus complexe qu'en interface graphique.

Quand à la compilation, on y est pas spécialement confronté si on fait de l'informatique de base. Même dans le cas ou seules les sources sont fournies, quand c'est bien fait, il y a juste à lancer un fichier genre configure.sh qui fait la compilation tout seul et installe des fois les dépendances nécessaires tout seul.

La barrière est surtout psychologique. Mais il y a des cas bien sûr ou utiliser Linux requiert un parcours du combattant. Exemple, si tu as des composants non reconnu par Linux, les constructeurs ne fournissant pas forcément de drivers pour Linux, pallié dans certains cas par la communauté via rétro-ingénierie. L'inverse est quelque fois vrai. Canon ne fourni pas de pilotes 64 bits pour certains de leur anciens modèles, rendant celles-ci inutilisables sur les derniers Windows. Ces imprimantes restent utilisables sous Linux.
4  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web