Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des organismes bancaires internationaux vont créer une monnaie électronique,
Un Bitcoin version institutions financières

Le , par Miary

128PARTAGES

9  0 
Actuellement, l’utilisation des monnaies virtuelles devient de plus en plus courante. Parmi les plus connues, il y a Bitcoin qui permet de faire des paiements entre particuliers. L’intérêt envers ce type de monnaie attire aussi l’attention de grands organismes bancaires, comme la banque suisse UBS. Cette dernière, en partenariat avec BNY Mellon, Deutsche Bank et Santander, vont justement créer une monnaie virtuelle baptisée Utility settlment Coin, en abrégé USC. À la différence de Bitcoin, l’USC sera utilisée pour le paiement des titres et des obligations.

« Actuellement, le commerce entre les banques et d'autres institutions financières est problématique, prend du temps et nécessite des dépenses, c'est pourquoi nous avons tous de grands back-offices » déclare un porte-parole chez la banque espagnole Santander. Le lancement du projet USC aurait donc pour objectif d’accroître l’efficacité et la rapidité des transactions entre établissements financiers.

Pour mener à bien le projet USC, les quatre banques ont sollicité les services de l’ICAP, une société de courtage britannique cotée à la Bourse de Londres. Elles ont aussi recruté Clearmatics, une start-up qui a conçu une plateforme de clearing et de règlement de transactions financières gré à gré de nouvelle génération. Pour être plus précis, la startup Clearmatics a mis en place une plateforme qui permet à un vendeur et un acheteur de conclure directement des transactions, sans passer par la Bourse. Grâce à l’utilisation d’une plateforme distribuée, il n’est plus besoin d’attendre des jours pour qu’un paiement en monnaie étrangère aboutisse. Le processus se fait en quelques secondes. C’est justement sur la rapidité des transactions financières que le projet USC a fondé sa base.

La future monnaie virtuelle, dédiée au négoce des titres, utilisera la technologie des chaînes de blocs pour fonctionner. Il s’agit d’une technologie qui permet de stocker et de transmettre des informations, de façon décentralisée. Elle fonctionne sans organe central de contrôle. Si dans les banques centrales, les transactions sont notées dans un livre comptable, avec la technologie des chaînes de blocs, les détenteurs de la monnaie virtuelle détiennent eux-mêmes l’historique de leurs transactions. Avec cette technologie, les transactions sont sûres et authentiques grâce à l’utilisation d’une épreuve cryptographique.

En lançant la monnaie virtuelle USC, la banque UBS souhaite proposer une solution qui permet aux institutions financières de payer rapidement des obligations ou des actions sans avoir à passer par le processus habituel de transfert d’argent, qui nécessite le plus souvent plusieurs jours. C’est pour cette raison qu’elle a eu recours aux services de Clearmatics. La technologie de chaînes de blocs intervient ensuite pour le stockage de chaque devise.

Si les banques centrales et les régulateurs valident le projet initié par la banque UBS, la monnaie USC sera lancée sur le marché en 2018. Il est à noter que des projets du même genre sont aussi en cours actuellement. On cite notamment le projet de Goldman Sachs qui vise à créer une monnaie virtuelle baptisée SETLcoin pour les paiements des marchés financiers.

Source : Reuters, WSJ

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

La prochaine version 0.13.0 de Bitcoin Core pourrait être menacée par des attaques provenant d'États a annoncé le site officiel de Bitcoin

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/08/2016 à 9:19
de plus en plus de voix s'élèvent pour taxer les flux de capitaux (plus ou moins légaux). Les banques prennent les devants, en créant un outil opaque hors de portée des politiques pour continuer leurs magouilles.

Elle est pas belle la vie ?
13  2 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 25/08/2016 à 9:43
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
de plus en plus de voix s'élèvent pour taxer les flux de capitaux (plus ou moins légaux). Les banques prennent les devants, en créant un outil opaque hors de portée des politiques pour continuer leurs magouilles.

Elle est pas belle la vie ?
L'autre question que je me pose, c'est si nos politiciens qui veulent interdire le Bitcoin, essaieront d'interdire également ces monnaies ou non ?

Mais j'ai déjà plus de doutes... ^^
11  0 
Avatar de esperanto
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/08/2016 à 15:27
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
de plus en plus de voix s'élèvent pour taxer les flux de capitaux (plus ou moins légaux). Les banques prennent les devants, en créant un outil opaque hors de portée des politiques pour continuer leurs magouilles.

Elle est pas belle la vie ?
En fait quand les politiques envisagent d'interdire le bitcoin, au fond la seule chose qu'ils lui reprochent c'est de ne pas pouvoir prélever des impôts avec.
Si les nouvelles monnaies virtuelles sont gérées par des banques, ils leur sera plus facile de négocier un arrangement qu'avec un système aussi décentralisé que le Bitcoin.
6  0 
Avatar de guidav
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/08/2016 à 15:06
Citation Envoyé par Miary Voir le message
... l’USC sera utilisée pour le paiement des titres et des obligations.
Ce n'est pas exactement ce qui est dit dans l'article du WSJ. L'USC serait utilisée pour régler les titres et obligations qui ont transité par une autre blockchain
The virtual coin would be used to power transactions on institutional financial platforms built on blockchain technology
L'idée n'est pas de remplacer la monnaie actuelle, mais plutôt de créer une méta-monnaie basée sur la technologie blockchain et dédiée au règlement des titres. C'est la branche "règlement" d'une opération de règlement/livraison, la livraison étant effectuée par les blockchains spécifiques aux titres.
6  0 
Avatar de dhamm
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 02/09/2016 à 14:37
J'ai peur que ce ne soit que la cerise sur le gâteau : le "shadow banking" est déjà à l’œuvre depuis un certain temps. C’était un des vecteurs de transmission de la crise de 2008.
6  0 
Avatar de spyserver
Membre averti https://www.developpez.com
Le 25/08/2016 à 13:13
Tout ça dans le contexte de la future norme BALE 3.5 il me semble qui viens ajouter son grain de sel et qui contraint déjà suffisamment les banques en fixant des objectifs de qualité drastiques et très coûteux ^^ pas sur que les banques puissent suivre tous les sujets ^^ d'ailleurs l'utilisation d'une monnaie virtuelle interbanques mais non standardisée est une gageure, imaginez si une banque A avec sa cryptomonnaie maison veut traiter avec la banque B qui possède elle aussi son propre standard, il en faut une seule et la blockchain reste le modèle sur lequel se base TOUTES les cryptomonnaies.
Par contre en termes d'avantages c'est évident que ça facilite et accélère les échanges mais du coup si il n'y a plus de FOREX ça remet en cause les produits dérivés sur lesquels les banques génèrent de gros bénéfices je me demande bien comment ils vont s'adapter ...
5  0 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 01/09/2016 à 12:56
Citation Envoyé par esperanto Voir le message
En fait quand les politiques envisagent d'interdire le bitcoin, au fond la seule chose qu'ils lui reprochent c'est de ne pas pouvoir prélever des impôts avec.
Si les nouvelles monnaies virtuelles sont gérées par des banques, ils leur sera plus facile de négocier un arrangement qu'avec un système aussi décentralisé que le Bitcoin.
Les même banques qui ont plongées les finances mondiales dans une crise profonde ? Maintenant, on va faire une confiance aveugle sur une monnaie dont les seuls gestionnaires sont les banques ? ... Bon courage.
6  1 
Avatar de TiranusKBX
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/09/2016 à 15:27
@Pierre GIRARD
75% de l'argent dans le monde est en fait de l'argent crée par les banque sous forme de crédit
5  0 
Avatar de vanquish
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/08/2016 à 9:06
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
si par monnaie électronique il entendent monnaie dématérialisées. c'est déjà le cas de toute les monnaie qui ne s'appuient plus sur rien depuis longtemps. les stock d'or ... vaste blague
Oui, mais cela reste des monnaies nationales, dont le cours dépends de la confiance accordée au pays (unions) qui les émettent.
Si je veux acheter du pétrole demain, la somme a payer va non seulement dépendre du cour du brut, mais aussi du cour de ma monnaie face au dollar.

Une monnaie virtuelle internationale résout ce 'problème'.

Je met 'problème' entre cotes, car je ne suis pas certain que cela irait dans le bon sens en termes de contrôle et de régulation des marchés.
4  0 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 01/09/2016 à 12:51
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
de plus en plus de voix s'élèvent pour taxer les flux de capitaux (plus ou moins légaux). Les banques prennent les devants, en créant un outil opaque hors de portée des politiques pour continuer leurs magouilles.

Elle est pas belle la vie ?
D'accord avec ça, en plus, ça remet en course les paradis fiscaux ... à la puissance 1000. Ni vu nu connu ... complètement virtuel. Les cartels de la drogue et autres réseaux de prostitution doivent déjà commencer à baver devant la perspective de rendre leurs fortunes 100% anonymes ... et officiellement par dessus le marcher (ou plutôt le "Market".

Même conclusion : Elle est pas belle la vie ?
2  1