Oracle finance une initiative anti-Google
Pour mettre à nu les pratiques non éthiques et le lobbying exercé par le géant de la recherche en ligne

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Campaign for Accountability (CfA) est une organisation américaine à but non lucratif, gardienne de l’éthique et de la responsabilité du gouvernement des États-Unis. En avril dernier, CfA a informé les médias du lancement de Google Transparency Project. Il s’agit d’une initiative US dont la mission est de s’attaquer à Google en exposant les décisions secrètes du gouvernement et du géant de la recherche en ligne, et comment celles-ci pourraient affecter la vie des Américains. Il s’agit donc de mettre à nu le lobbying exercé par la firme de Mountain View auprès du gouvernement, ce qui peut être une bonne chose du point de vue de la transparence. Mais le problème est que les personnes en charge du projet n’ont pas voulu divulguer les noms de leurs sponsors, les personnes ou organisations qui financent le projet. Ce qui reste tout de même étrange, vu que le projet lui-même parle de transparence.

En collaboration avec certains médias de renom, Google Transparency Projet (GTP) a publié de nombreux articles sur les relations de Google avec la Maison-Blanche ou encore l’US Digital Service, une partie du bureau exécutif du Président US chargé de fournir des services de consultation aux organismes fédéraux sur les technologies de l'information. Le projet fait également le tour du Web pour rassembler certains articles sur Google afin de montrer au public l’image voulue du géant de la recherche en ligne. Au-delà du lobbying de Google aux États-Unis, GTP s’intéresse également aux relations publiques de Google en Europe. Sur son site par exemple, le GTP a recensé des articles des quotidiens français Le Monde et Le Figaro dans lesquels ces derniers rapportent qu’en dix ans, Google a recruté près de 70 fonctionnaires dans l’administration européenne pour défendre ses intérêts.

Après avoir été suspecté d’être derrière ce groupe anti-Google pour avoir affronté plusieurs fois le géant de la recherche en ligne devant les tribunaux, Microsoft a tenu à clarifier les choses et a réfuté tout lien avec ce projet. Ce qui n’est pas le cas pour Oracle, qui était également suspecté d’être l’un des bailleurs les plus plausibles de ce projet. En réponse dans un email envoyé à un journaliste du quotidien Fortune, Ken Glueck, Senior VP d'Oracle, a avoué sans faux-fuyant que la firme de Redwood City avec bien d’autres bailleurs, a financé le projet anti-Google. « Oracle est absolument un contributeur (un parmi tant d'autres) au Transparency Project. » A-t-il déclaré avant d’essayer de rassurer que les informations sont bien réelles : « Cette information est importante à savoir pour le public. C'est de 100 pour cent de dossiers publics et précis ».

Le financement d’Oracle n’est pas une surprise, étant donné son conflit avec Google au sujet de la copie des API Java dans Android. Lors du lancement du projet, le géant des bases de données se rapprochait de son procès contre Google pour lequel il espérait avoir gain de cause. Durant cette période, Google Transparency Projet a également publié de nombreux articles sur les pratiques de Google.

Mais à part Oracle, qui sont les autres bailleurs du projet anti-Google ? Pour le moment, aucun autre ne s’est prononcé. Et comme le rapporte Fortune, Daniel Stevens, le directeur adjoint du CfA a refusé de nommer les autres bailleurs de fonds du projet.

Sources : Fortune, News GTP

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Google vs Oracle : Google Play sur Chrome OS remet-il en cause le fair use ? Oracle demande à présenter son nouvel argument au jury
Procès Android : désormais en position de plaignant, Google veut alourdir les charges contre Oracle, mais la firme de Redwood City conteste
Procès sur les API Java : Oracle ne veut pas s'avouer vaincu et conteste la décision du jury, selon lui Google n'en a pas fait un usage acceptable


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de earhater earhater - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 22/08/2016 à 9:54
C'est quoi cette blague ? C'est vraiment l'éditeur qui s'occupe du développement du langage Java ? ça de en devient vraiment risible là ...
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 22/08/2016 à 10:18
Ca devient bizarre, surtout, cette inimitié durable entre Oracle et Google. Je ne vois pas où est le ROI pour Oracle, dans cette histoire. Au contraire, je ne suis pas certain que cette manière de faire des coups bas soit bien vue par un juge, s'il faut rerererejuger l'affaire Oracle vs. Google...

Mais en dehors de ça, qu'on en apprenne plus sur les petites magouilles de Google avec le gouvernement fédéral, c'est une très bonne chose, en soi.
Avatar de blbird blbird - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 22/08/2016 à 11:37
C'est effectivement n'importe quoi. Si il était fait de même pour Oracle, je pense que ce serait au moins aussi critique pour eux, voir même certainement plus.

Quand à ceux qui participent à cette entreprise de discrédit, sous couvert de "transparence", et qui ne veulent pas qu'on sache qui ils sont, je ne sais pas s'il faut en rire ou en pleurer...
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre émérite https://www.developpez.com
le 22/08/2016 à 12:19
Citation Envoyé par Michael Guilloux  Voir le message
Campaign for Accountability (CfA) est une organisation américaine à but non lucratif, gardienne de l’éthique et de la responsabilité du gouvernement des États-Unis.

Sans vouloir commenter la bêtise d'Oracle dans cette affaire, c'est dommage que cette association soit discrédibilisée à cause de ça. En tant qu'ONG, même oeuvrant pour la transparence, si une boîte me propose des financements énormes avec l'anonymat pour condition, je prend. Après tout, c'est une pratique courante. Peu d'ONG publient l'identité de leurs bienfaiteurs sans autorisation. Je ne vois pas le problème.
Avatar de CoderInTheDark CoderInTheDark - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 22/08/2016 à 12:30
Ca me fait penser "à House of Cards" et un peu à "Silicon Valey".
Quand la réalité rattrape la fiction

Ce n'est pas un modèle de transparence et d'étique, c'est sûr.
Il faudrait pour rééquilibrer qu'ils fassent la même chose pour Oracle.
LA peur du gendarme ça marche bien, ça réduirait ses pratiques
Là on dirait plutôt des mercenaires.

Mais ça n'enlèvent rien aux mauvaises pratiques de Google.
Avatar de Denton Denton - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 22/08/2016 à 12:34
Donc un patent troll veut donner des leçons d'éthique.
Là, tout ce que fait Oracle c'est se couvrir de ridicule encore une fois.
Aprés je suis entièrement d'accord pour dire que l'éthique de Google est très fortement contestable, mais celle d'Oracle est(pour moi) pire encore.
L'implication d'Oracle dans cette initiative est complétement opportuniste.
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 22/08/2016 à 13:32
Citation Envoyé par Conan Lord  Voir le message
Sans vouloir commenter la bêtise d'Oracle dans cette affaire, c'est dommage que cette association soit discrédibilisée à cause de ça. En tant qu'ONG, même oeuvrant pour la transparence, si une boîte me propose des financements énormes avec l'anonymat pour condition, je prend. Après tout, c'est une pratique courante. Peu d'ONG publient l'identité de leurs bienfaiteurs sans autorisation. Je ne vois pas le problème.

Le problème est que c'est "ong" promeut la transparence sans en montrer l'exemple.
C'est un peu comme un ministre des finances qui prétend lutter contre l'évasion fiscal et avait lui même un compte à Hong Kong

Hormis le fait qu'Oracle soit franchement mal, mais alors très mal placé pour donner des leçons sur ce sujet, ça me gêne pas mal que cette dite "ong" soit intégralement tournée vers Google.
Qu'on lutte vers plus de transparence, je suis 100% pour.
Qu'on veuille mettre au grand jour le lobbying des multinationales et plus particulièrement dans l'high tech, idem.
Mais pourquoi se focaliser uniquement sur Google dans ce cas ?
Cela fait vraiment chasse aux sorcières avec procès d'intention.
Le coupable est désigné d'avance et on ne fait que fournir des munitions à un dossier à charges.
Cela manque totalement d'objectivité et d'impartialité.
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 22/08/2016 à 13:43
Citation Envoyé par Conan Lord  Voir le message
Sans vouloir commenter la bêtise d'Oracle dans cette affaire, c'est dommage que cette association soit discrédibilisée à cause de ça. En tant qu'ONG, même oeuvrant pour la transparence, si une boîte me propose des financements énormes avec l'anonymat pour condition, je prend. Après tout, c'est une pratique courante. Peu d'ONG publient l'identité de leurs bienfaiteurs sans autorisation. Je ne vois pas le problème.

Vraiment ? Une organisation dont le but est la transparence et qui pratique l'opacité totale sur ses bienfaiteurs, tu ne vois vraiment pas la contradiction ?
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 22/08/2016 à 13:54
S'il veut faire dans l'éthique, qu'il ne vise pas un unique concurrent. Soit on est anti-Google, et les soucis éthiques ne sont qu'un parmi tant d'autres, soit on fait pour l'éthique, et l'anti-Google n'est qu'un parmi tant d'autres. Leur objectif est anti-Google, l'éthique c'est une excuse.
Avatar de paladice paladice - Membre habitué https://www.developpez.com
le 22/08/2016 à 14:05
LoL, au départ j'ai lu le titre "Jafar finance une initiative contre Cruella". Je me suis relu, et quand je lis Google et Oracle, je vois pas la différence...
Contacter le responsable de la rubrique Accueil