Mettre un développeur à la gestion de projet : est-ce une punition ou une promotion ?

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Il y a le "management" d'un coté. Et le développement de l'autre.

Ces deux disciplines ne demandent pas les mêmes compétences, ni les mêmes qualités (par exemple n'importe quel développeur avec la rigueur d'un professionnel du management serait licencié sur le champ, non ?).

Pourtant nombre de projets sont dirigés par des développeurs, qui la plupart du temps ne veulent pas (ou plus) être les responsables des problèmes administratifs inhérents à toute entreprise (budgets, conflits d'équipe, négociation client, etc.)

Alors pourquoi confier une tache qui ne lui convient pas à quelqu'un qui, a priori, souhaite ne pas s'éloigner du code, domaine dans lequel il est véritablement une "star".

Car en plus cette punition touche souvent les meilleurs. Le monde à l'envers en quelque sorte.

Cette question beaucoup de développeurs ultra-doués, que leur hiérarchie a obligé à passer de "l'autre coté du miroir", se la posent en boucle.

Un début de réponse est que les meilleurs développeurs ont tout contre eux : ils essaient d'avoir une image globale du projet, ils acceptent les responsabilités et ils se soucient réellement qu'un projet réussisse.

Le résultat peut aller, pour certains, jusqu'à la dépression. D'autres perdent l'envie. Et en tout cas, très peu réussissent dans la gestion de projet.

Alors pourquoi continuer à confier cette tâche à des programmeurs s'ils ne le veulent pas ?

Peut-être parce que si ce n'est pas un développeur qui s'y colle, ce sera un professionnel du Project Management avec ses travers de responsable irresponsable.

Comment sortir du cercle vicieux ?

Et vous ?

Avez-vous déjà été nommé(e) responsable de projet ?
L'avez vous vécu (ou le vivez-vous) comme une corvée ou comme une promotion ?

Lire aussi :

La rubrique Humour Informatique de Développez.com


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Mat.M Mat.M - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 02/11/2009 à 18:01
Citation Envoyé par jpouly  Voir le message
Là, je ne suis pas d'accord. Quand on voit que les clients sont incapables de spécifier leurs besoins, comment voulez vous faire de l’offshore ?

c'est vrai que parfois voire souvent les clients sont souvent compliqués c'est un peu du vécu
Avatar de joseph_p joseph_p - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 03/11/2009 à 21:35
hiba

allez, je me lance

Ayant causé de la chose avec mon allemand de collègue, il confirme qu'en Allemagne les profils techniques sont mieux payés que les chefs de projet.

En fait, ces derniers peuvent parfois même être bien peu payés, en effet leur role est considéré comme nécessitant bien moins de savoir faire. En gros, le chef de projet doit savoir communiquer, là où un expert technique doit savoir bien plus.

A noter que mon allemand de collègue distingue aussi bien le role de chef de projet de celui de chef d'équipe (ou "team leader"). Pour lui, le team leader est généralement un profil plus technique à même d'encadrer une équipe de développeur. A noter qu'il pense aussi que le titre d'architecte a été fait pour permettre à des "experts" techniques de gagner plus, et que depuis on retrouve plein de monsieurs voulant s'en prendre plein les poches qui n'ont pas forcément les qualités requises.

Pour ma part, je suis entièrement d'accord qu'en France le chef de projet est roi. Ceci dit, les boites qui n'ont aucun respect pour les développeurs n'en ont généralement pas plus pour leur chefs de projet, et en règle générale, grosse SSII ou pas, une boite sans respect vaut mieux la quitter...

D'ailleurs, j'ai encore jamais vu une boite avec un encadrement de projet tip top et un non respect des intervenants plus IT. J'ai même tout simplement rarement vu de boites "top" côté info, la plupart se contentant d'avoir collé à une mode à un instant t puis de s'y coller (sachant qu'avec de nouveaux chefs la mode peut aisément changer, surtout avec des chefs hauts dans la hiérarchie). Ceci dit, j'ai surtout bossé dans la région Est, peut être en est il autrement ailleurs...

++
Avatar de moosh moosh - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 04/11/2009 à 9:13
Je suis, je pense un développeur moyen, surtout au niveau de la "programmation". J'ai plus un profil d'analyste, et de "catalyseur de synergie".

Dans mon boulot précédent j'adorais passer chez tous les acteurs du projet en cours, voir si ca allait, relever les points bloquant, déclencher les rencontres nécessaires pour débloquer, rassembler les statuts et les questions pour le product owner,...

C'est pour ca que j'ai moi-même cherché à devenir "manager".

On engage dans mon équipe et ce que je dit souvent, c'est que je cherche bel et bien des développeurs "meilleurs que moi" puisque ce sont eux qui font le boulot.

Ma philosophie (tendance Agile) est "Faites ce que je vous demande, je m'occupe de ce qui vous empêche de le faire"

Comment j'ai vécu la transition ?

  • donner des ordres c'est chiant. J'aime faire des demandes justifiées, mais parfois c'est inévitable, c'est l'ordre qui descends de la hiérarchie.
  • j'ai du apprendre à ne plus "travailler" : j'ai eu fort tendance à vouloir assumer une partie des tâches de l'équipe. Résultat je ne voyais que ma part et perdait le scope de l'équipe. J'ai dû stopper et dire à l'équipe "Si vous avez l'impression que je travaille, c'est qu'il y a un problème. Vous êtes l'instrument, je ne suis que le métronome( et parfois la partition)".
    A coté de cela j'ai gardé mon "jardin secret" je développe des parties non critiques hors boulot, pour rester dans le bain et vivre un peu leurs "problèmes de terrain"
  • dur dur de gérer une équipe tantôt motivée tantôt fonctionnaire : j'aime travailler sur la responsabilisation de chacun. Mais parfois ca ne marche pas.et il faut devenir "sergent"
Avatar de rony63 rony63 - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 04/11/2009 à 11:26
Je pense qu'il y a 2 vision du chef de projet

1) La vision DSI (Grande société) où le chef de projet c'est quelqu'un qui :
- fait tampon entre différents acteurs (gestionnaire infr : IBM par exemple, Business, partenaire: Capgemini par exemple, architecte, responsable sécurité informatique,etc...)
- gere un budget
- gére une roadmap
il me parait dans ces condition qu'utiliser un développeur pour dans cette situation est purement une punition

2) La vision SSII (en mode forfait) où le chef de projet c'est quelqu'un qui:
- fait juste tampon entre juste le directeur de projet et le client
- gére un budget
- gére une roadmap
- encadre une equipe
- cible une technologie et définit l'architecture
- parfois doit accompagner une equipe de débutant (limite former)

A cause des 3 derniers points, il me parait évident que les SSII cherchent à placer un développeur comme chef de projet. Grace à son expertise et son experience, le developpeur en question est à meme de se faire respecter, d'etre pertinent dans le choix d'architecture, d'etre en mesure de justifier ces choix, de comprendre les difficulté que rencontre une equipe.

La politique c'est de prendre un dieux vivant dans le developpement, car respecter de tous pour ses exploits. Mais il n'a toujours le carisme pour, mais dans la vie tout s'apprend.
Avatar de souviron34 souviron34 - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 05/11/2009 à 10:20
Citation Envoyé par rony63  Voir le message
Je pense qu'il y a 2 vision du chef de projet...

Encore une fois, bien que cette distinction soit juste, elle ne se focalise que sur un type...

Vous oubliez tout simplement une boîte "normale", industrielle, qui a un service/projet informatique, ou tout simplement qui a un logiciel maison, ce qui , dans mon expérience, doit quand même recouvrir 90% des entreprises industrielles..

Là vous êtes focalisés soit sur SSII, soit sur les super grosses boîtes..

Alors je veux bien qu'on soit en Fance, mais même en France il n'y a pas que Alsthom, le GAN, ou Bouygues... ou Altran, et autres CGI...
Avatar de Immobilis Immobilis - Expert éminent https://www.developpez.com
le 11/11/2009 à 15:50
Citation Envoyé par Gordon Fowler  Voir le message
Car en plus cette punition touche souvent les meilleurs. Le monde à l'envers en quelque sorte.

Cette question beaucoup de développeurs ultra-doués, que leur hiérarchie a obligé à passer de "l'autre coté du miroir", se la posent en boucle.

Un début de réponse est que les meilleurs développeurs ont tout contre eux : ils essaient d'avoir une image globale du projet, ils acceptent les responsabilités et ils se soucient réellement qu'un projet réussisse.

Argh, c'est un peu prétentieux (sous entendu, je me considère comme le meilleur développeur de ma boîte), mais c'est ce qui m'est arrivé. J'ai fait preuve d'initiative et de rigueur et du coup je suis passé chef de projet... Actuellement, de près ou de loin une 15aine de personnes interviennent sur mon projet en cours.

Je dois dire que cette experience me déplait de plus en plus. La gestion de projet est très stressante. Je pense beaucoup plus à mon travail qu'auparavant. Il n'est pas rare que je me lève en pensant à ce que j'ai fait la veille et ce que je dois faire dans la journée. Pour couronner le tout je n'ai évidement pas le salaire qui va avec. Sauf si on considère que je suis "Chef de Projet Junior" et encore. Pour info, je suis à 36k€.

En fait, la qualité de la gestion d'un projet dépend fortement des "clients". Je dis "client" car c'est la relation qui s'est établie entre le département demandeur et le département développement. C'est un projet interne. Il n'y a plus vraiment de collaboration... Je passe sur les détails on pourrait me reconnaître ... Les conflits sont nombreux. Pour donner un bon exemple du niveau de réflexion: "tu fais parti de la "tech", tu sais comment ça fonctionne, je n'ai pas besoin de spécifier mon besoin". Ou encore: "si ce n'est pas spécifié, on maintien la fonctionnalité existante", sauf que la dite fonctionnailité existante n'est pas spécifiée non plus... Certains ont du mal à admettre qu'on puisse leur dire: "non, ce que tu demandes est impossible à réaliser dans le temps imparti".

Au final, j'estime que je suis beaucoup plus productif dans la technique que dans la gestion. Toutefois, je suis aussi obligé d'admettre que je suis peut-être le moins mal placé de ma boite pour occuper ce poste faute de vrai chef/gestionnaire de projet.

J'ajoute tout de même qu'au sein de l'équipe de développement ça se passe super bien. Par contre je ne touche presque plus une ligne de code. Ca me manque...

A+
Avatar de tiboudchou tiboudchou - Membre régulier https://www.developpez.com
le 14/12/2009 à 16:59
Le chef de projet aura toujours un échappatoire pour dire que ce n'est pas lui le fautif.

Non mais n'importe quoi. Si le problème vient d'un membre de son équipe, c'est le Chef de projet le fautif, il ne peut pas rejeter la faute ! Pourquoi ? Parce que c'est à lui de gérer l'équipe au quotidien, d'éliminer les risques au fur et à mesures, de résoudre ou d'aplanir les crises, de trouver des solutions auxiliaires en cas de problèmes bloquants, etc.
Avatar de susanoo susanoo - Membre du Club https://www.developpez.com
le 26/02/2010 à 9:55
Regardez donc le mangas InitialD (du moins les 4 premières saisons de l'animé) et vous comprendrez à quoi doit ressembler un<b>vrai</b> chef de projet!
Avatar de Tannguy Tannguy - Candidat au Club https://www.developpez.com
le 19/08/2010 à 10:30
Bonjour,
Je ne suis pas un pro de l'informatique mais un pro de la gestion de projet (enfin j'essaie) et je tombe par hasard sur ce message.
Comme formateur de chefs de projets, j'ai accompagné plusieurs profils développeurs, architecte ou intégrateur systèmes à devenir chef de projet. Effectivement, il arrive souvent que ces profils souffrent lors du passage et certains ne souhaitent plus tenir ensuite ce rôle de chef de projet.

Les témoignages que j'ai concernent la difficulté de passer d'un rôle technique à un rôle 'politique', qui est celui du chef de projet. Trop de pression, d'ordres et de contre-ordres, une énergie déployée forte pour un résultat incertain, la difficulté de passer de 'Je fais" à "Je fais faire" etc...

Mais pour progresser dans l'entreprise, il n'y a pas 40 solutions :
* Soit vous encadrez des collaborateurs et devenez donc manager, responsable d'une équipe( ce qui est aussi difficile à faire)
* soit vous devenez expert, mais les experts sont par nature rares, presque uniques. Les postes sont peu nombreux et la voie étroite..
* soit vous devenez chef de projet, et quittez donc le rôle de développeur

La paradoxe est le suivant : en voulant rester à tout prix développeur, votre encadrement recevra 9 fois sur 10 le message que vous ne voulez pas évoluer, donc vous n'êtes pas dans l'ère du temps, donc vous êtes (ou allez être) dépassé. Vous ne serez plus reconnu.
A l'inverse, ceux de mes clients qui ont accepté de devenir chef de projet, après en avoir bien bavé mais réussi leur projet, ont pu assez facilement revenir à des rôles techniques avec le message "J'ai été CP, ça a marché, mais ce n'est pas ma tasse de thé, je suis meilleur à la technique, je veux y retourner"
Ce message passe très bien auprès de la direction ou de la RH. Avec à la clé des postes intéressants et des rémunérations en hausse.

Pour rester à la technique, il faut donc, à mon sens, accepter de la quitter et réussir son projet, puis y revenir.

Tannguy
Formation gestion de projet
Avatar de Alain Defrance Alain Defrance - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 20/08/2010 à 17:36
Citation Envoyé par Tannguy  Voir le message
Bonjour,
Je ne suis pas un pro de l'informatique mais un pro de la gestion de projet (enfin j'essaie) et je tombe par hasard sur ce message.
Comme formateur de chefs de projets, j'ai accompagné plusieurs profils développeurs, architecte ou intégrateur systèmes à devenir chef de projet. Effectivement, il arrive souvent que ces profils souffrent lors du passage et certains ne souhaitent plus tenir ensuite ce rôle de chef de projet.

Les témoignages que j'ai concernent la difficulté de passer d'un rôle technique à un rôle 'politique', qui est celui du chef de projet. Trop de pression, d'ordres et de contre-ordres, une énergie déployée forte pour un résultat incertain, la difficulté de passer de 'Je fais" à "Je fais faire" etc...

Mais pour progresser dans l'entreprise, il n'y a pas 40 solutions :
* Soit vous encadrez des collaborateurs et devenez donc manager, responsable d'une équipe( ce qui est aussi difficile à faire)
* soit vous devenez expert, mais les experts sont par nature rares, presque uniques. Les postes sont peu nombreux et la voie étroite..
* soit vous devenez chef de projet, et quittez donc le rôle de développeur

La paradoxe est le suivant : en voulant rester à tout prix développeur, votre encadrement recevra 9 fois sur 10 le message que vous ne voulez pas évoluer, donc vous n'êtes pas dans l'ère du temps, donc vous êtes (ou allez être) dépassé. Vous ne serez plus reconnu.
A l'inverse, ceux de mes clients qui ont accepté de devenir chef de projet, après en avoir bien bavé mais réussi leur projet, ont pu assez facilement revenir à des rôles techniques avec le message "J'ai été CP, ça a marché, mais ce n'est pas ma tasse de thé, je suis meilleur à la technique, je veux y retourner"
Ce message passe très bien auprès de la direction ou de la RH. Avec à la clé des postes intéressants et des rémunérations en hausse.

Pour rester à la technique, il faut donc, à mon sens, accepter de la quitter et réussir son projet, puis y revenir.

Tannguy
Formation gestion de projet

Moi je pense surtout que chef de projet c'est un métier différent que celui de développeur.
Pourquoi me forcer à changer de métier pour affirmer que j'aime mon métier plus qu'un autre ? Est-on obligé de divorcer pour pouvoir affirmer qu'on aime notre femme plus que n'importe quelle autre ?
Pourquoi me forcer à faire quelque chose qui ne me plait pas ?

C'est pas cohérent, et je ne pense pas qu'on puisse manager des informaticiens si on ne connait pas leur travail. Oui je sais la plupart des manageurs en développement ne sont pas d'anciens développeurs, mais ce n'est pas moins dramatique ...
Si par "progresser dans l'entreprise" on parle bien d'ambition, alors je pense qu'avoir l'ambition d'être un bon développeur est l'affaire d'une vie qui sera bien trop courte pour y arriver.

On voit ici la manifestation typique de la pensée française : "nous on est des chefs, on sait rien faire mais on fait faire" et je trouve ça ... triste.
Avatar de Tannguy Tannguy - Candidat au Club https://www.developpez.com
le 25/08/2010 à 11:52
Bonjour
Nous sommes au moins d'accord sur un point : chef de projet et développeur sont deux métiers différents.
Pour le reste, je n'ai pas d'avis de savoir si c'est bien ou mal de devoir quitter la technique pour y revenir. Je tenais juste à témoigner d'exemples vécus et de la façon dont modestement je pense, elles sont perçues par un grand nombre d'acteurs.
Je n'ai nul prétention d'avoir raison. Pour autant, je ne me permettrais pas de juger les développeurs comme des "geek obtus", pas plus que les chefs de projets comme des paresseux parasites et incapables.
Dans tous les métiers, il y a des bons (10%), des moyens (80%) et des mauvais (10%). A la louche
La caractéristique de la première catégorie est quand même en général de ne pas considérer les autres comme des ânes et d'avoir une capacité d'écoute un peu supérieure à la moyenne
cordialement
tannguy
Formation management de projet
Offres d'emploi IT
Expert décisionnel business intelligence H/F
Safran - Ile de France - Évry (91090)
Ingénieur conception en électronique de puissance H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)
Chef projet big data - pse flotte H/F
Safran - Ile de France - Évry (91090)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil