Samsung poursuit Huawei pour violation de brevets
Une bataille médiatique pour booster les ventes de smartphones ?

Le , par Stéphane le calme

83PARTAGES

En mai de l’année en cours, le constructeur chinois Huawei a annoncé qu’il poursuivait le Sud-Coréen Samsung en Chine et aux États-Unis parce que son rival aurait utilisé sa technologie de communication 4G, son interface utilisateur, mais également son système d’exploitation sans avoir payé de licence.

Huawei a fait valoir que Samsung a copié une caractéristique technique qu’il a intégrée dans ses modèles Galaxy S7, Galaxy S7 Edge et Galaxy J5. Le Chinois n’a pas donné de précision sur la caractéristique technique qui a été copiée, mais a demandé 12 millions de dollars à Samsung en guise de compensation.

Au moment de la poursuite, les représentants de Samsung ont fait savoir qu’en guise de réponse, le Sud-Coréen pourrait porter plainte contre son rival chinois si d’autres mesures venaient à ne pas porter leurs fruits.

Il semblerait donc que les mesures pacifiques n’ont pas abouti puisque vendredi dernier Samsung a décidé de porter plainte lui aussi contre son rival pour violation de brevets, six au total d’après un porte-parole de l’entreprise. « Malgré les efforts que nous avons déployés pour résoudre ce différend à l’amiable, il est regrettable que nous soyons obligés de prendre des mesures légales pour défendre notre propriété intellectuelle », a regretté Samsung dans une déclaration.

Samsung exige 24,14 millions de dollars en dommages et intérêts de la part de son rival. L’entreprise a demandé que soit arrêtée la production des smartphones violant ses brevets parmi lesquels le Huawei Mate 8 ou encore la gamme Honor.

Alors que la croissance de la vente mondiale de smartphones s’essouffle au niveau mondial, le cabinet d’analyse IDC a indiqué en fin avril qu’Huawei a réussi à se faire une place dans le marché local et est désormais classé comme étant le troisième plus grand fournisseur mondial, juste derrière Samsung et Apple.


En juin, Huawei a indiqué avoir livré 28,3 millions d'unités dans le monde durant le premier trimestre 2016. Selon la société, sa part dans le marché mondial des smartphones a augmenté de 8,5 pour cent grâce à « ses ventes mondiales sans précédent » de ses nouveaux téléphones phares que sont le P9 et le P9 Plus.

Pour rappel, le Huawei P9 dispose d’un écran LCD IPS 5,2 pouces avec définition Full HD 1080p (écran Super AMOLED de 5,5 pouces de définition Full HD 1080p pour le P9 Plus), de 3/4 Go de RAM suivant le modèle (4 Go pour le P9 Plus), de 32/64 Go (64/128 Go pour le P9 Plus) de mémoire de stockage, d’une caméra frontale de 8 mégapixels avec un appareil photo 2 x 12 mégapixels avec double flash LED .

Reuters note que si les entreprises technologiques chinoises ont souvent été sur le banc des accusés aux États-Unis, le fait qu’Huawei lance l’offensive marque un renversement de la tendance qui reflète son influence grandissante dans le domaine des télécommunications et le marché des smartphones.

Cependant, l’analyste de CIMB Lee Do-hoon estime qu’aucune des deux entreprises n’est vraiment motivée par l'appât du gain dans un combat judiciaire. Selon lui, Huawei pourrait s’en servir pour booster sa réputation en s’attaquant au plus gros poisson du marché, tandis que Samsung pourrait tenter une manœuvre pour obliger Huawei à régler ses revendications le plus vite possible.

« Si vous regardez la guerre des brevets opposant Samsung à Apple, elle a en définitive été à l’avantage de Samsung en termes de publicité », a-t-il déclaré.« Huawei pourrait également vouloir faire un buzz marketing pour lui-même », ajoutant qu’il s’attend à ce que les deux entreprises parviennent à un accord de licences croisées. Huawei est la première entreprise chinoise à avoir franchi la barre des 100 millions de dispositifs vendus en une année, affichant une croissance de 44 % en 2015 malgré le contexte de ralentissement des ventes mondiales de smartphones connu dans le secteur depuis un moment déjà.

Source : Reuters

Voir aussi :

Apple est poursuivi en justice pour violations de brevets génériques comme le fait que ses dispositifs puissent appeler ou échanger des courriels

Procès API Java : en fin de compte, de quoi Google est-il accusé par Oracle ? De violation de droits d'auteur ou de vol d'opportunité ?

Procès sur les puces Itanium : Oracle condamné à verser 3 milliards $ à HP Enterprise comme dommages et intérêts pour violation de contrat

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web