Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La CMP estime que les codes source des logiciels utilisés en administrations publiques sont communicables par principe
D'après l'avis de la CADA

Le , par Stéphane le calme

143PARTAGES

6  0 
Fin 2014, l'économiste Thomas Piketty a tenté d’avoir accès au code source du logiciel simulant le calcul de l’impôt sur les revenus des personnes physiques dans l’optique de le réutiliser pour ses travaux universitaires sur la justice du système fiscal français. Une demande à laquelle s’est fermement opposée la direction générale des finances publiques (DGFIP).

Suite à ce refus, il s’est saisi de la CADA (Commission d’accès aux documents administratifs) pour avoir son avis. Dans sa réponse à la question au début 2015, la commission a d’abord rappelé que « le code source d’un logiciel est un ensemble de fichiers informatiques qui contient les instructions devant être exécutées par un microprocesseur ».

Pour elle, « les fichiers informatiques constituant le code source sollicité, produits par la direction générale des finances publiques dans le cadre de sa mission de service public, revêtent le caractère de documents administratifs, au sens de l’article 1er de la loi du 17 juillet 1978. Ce code est, de ce fait, communicable à toute personne qui le demande, conformément à l’article 2 de la même loi, dès lors, compte tenu des dispositions du g du 2° du I de l’article 6 de cette loi, que sa communication ne paraît pas porter pas atteinte à la recherche des infractions fiscales. En application de l’article 4, il doit être communiqué, au choix du demandeur et dans la limite des possibilités techniques de l’administration, par la délivrance d’une copie sur un support compatible avec celui qu’elle utilise, aux frais du demandeur, ou par courrier électronique et sans frais. En vertu de l’article 10 relatif à la réutilisation des informations publiques, et à moins que des tiers à l’administration détiennent des droits de propriété intellectuelle sur ce code, il peut être utilisé par toute personne qui le souhaite à d’autres fins que celles de la mission de service public de l’administration fiscale, notamment pour les besoins de la recherche en économie, telle celle à laquelle le demandeur consacre ses travaux ».

« La commission émet donc un avis favorable à la communication à Monsieur X du code source sollicité, sous la forme sous laquelle l’administration le détient. Le demandeur est libre de le réutiliser dans les conditions fixées à l’article 12 de la loi du 17 juillet 1978, en l’absence de droits de propriété intellectuelle détenus par des tiers à l’administration, dont le directeur général des finances publiques ne fait pas état », a alors conclu la CADA.

Il faut préciser que la loi CADA du 17 juillet 1978 prévoit plusieurs exceptions qui peuvent empêcher une communication. En dehors de la recherche d'infractions fiscales et douanières, figurent entre autres les pièces couvertes par les secrets liés la défense nationale, la sûreté de l'État, la conduite de la politique extérieure de la France, la sécurité publique ou la sécurité des personnes. Il faut également noter que le respect de la vie privée, les secrets en matière commerciale et industrielle peuvent empêcher la communication des documents.

Suite à cette affaire, dans le cadre du projet de loi république numérique, en commission mixte paritaire (CMP) ce 29 juin, l’amendement du rapporteur Philippe Belot qui vise à considérer le code source utilisé par une entité publique comme revêtant le caractère de document administratif a été adopté. Selon cette décision, les codes source seraient donc par principe communicables au même titre que les rapports, les circulaires, les statistiques, les dossiers, les études, les instructions, les correspondances, les procès-verbaux, etc.

Bien entendu, comme pour les documents administratifs, certains motifs pourraient permettre aux administrations de ne pas se plier à cette exigence, notamment si la divulgation du code source peut, dans le cas d’espèce, porter atteinte « à la sécurité des systèmes d'information des administrations ».

Pourtant, Frédéric Couchet, le délégué général de l’Association de promotion du logiciel libre (April), estime que bien que « cette reconnaissance constitue une première étape d’une informatique loyale au service du citoyen », cette limitation peut être problématique. Il avance que « la rédaction finale de l'article 1er bis entérine la reconnaissance de la qualité de documents administratifs communicables pour les codes source des logiciels des administrations. S'il s'agit d'une avancée réelle en termes d'ouverture et de transparence, le troisième alinéa de l'article introduit une exception à la communicabilité des documents administratifs en cas de risque d'atteinte « à la sécurité des systèmes d'information des administrations ». Exception disproportionnée, ancrée dans le fantasme de la sécurité par l'obscurité et qui porte le risque de vider l'avancée de cet article de sa substance.

Par ailleurs, la CMP est fort heureusement revenue sur un amendement adopté au Sénat, qui instaurait une exclusion systématique de certains codes source du champ du droit à communication. Exception dangereuse contre laquelle l'April s'est mobilisée auprès des parlementaires ».

Source : texte validé par la CMP, avis de la CADA, communiqué de presse April, loi du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d'amélioration des relations entre l'administration et le public et diverses dispositions d'ordre administratif, social et fiscal (article indiquant les documents administratifs qui ne sont pas communicables), amendement présenté à l'Assemblée nationale

Voir aussi :

France : la commission mixte paritaire suggère de ne pas imposer les logiciels libres aux administrations, mais les encourager

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Andarus
Membre averti https://www.developpez.com
Le 05/07/2016 à 8:47
Citation Envoyé par MABROUKI Voir le message
qui a acquis les droits d'utilisation et la copie du code source ...
D'après ce que j'ai compris de l'article on parle ici de programme développer par les administration et pas d'open sourcer des programme tiers.
A ce titre cela me parait plutôt normal que des programmes développés par un état soit accessible à ses citoyens.
3  0 
Avatar de Hizin
Modérateur https://www.developpez.com
Le 05/07/2016 à 10:32
C'est ce truc-là dont il est question : https://git.framasoft.org/openfisca/...-m-source-code ?

Si c'est bien le cas, y'a aussi tout un repo github : https://github.com/openfisca & https://github.com/GouvernementFR

J'ai dû tomber dessus par hasard quand ils les ont publié, en fait...
3  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 05/07/2016 à 12:55
Citation Envoyé par MABROUKI Voir le message
bonjour
Je ne suis guère d'accord sur la mise à toute citoyen qui le demanderait ,et quelque le motif invoqué,du code source ..
Car il s'agit d'un outil technique qui ,n'as rien voir avec les règles fiscales qui sont elles dans le champ public ...
En tant qu'outil technique visant à appliquer les règles fiscales ,il pourrait voir son utilisation restreinte par le propriétaire à la seule administration qui a acquis les droits d'utilisation et la copie du code source ...

Le prof Thomas Piketty pourrait à la limite demander une copie des règles fiscales, un exécutable du logiciel, et une copie de la structure des fichiers fiscaux qui suffisent largement à faire toutes simulations possibles et imaginables !!!
Mais dans ce cas, qui peut contrôler que les règles fiscales sont correctement appliquées par le logiciel dans l'exhaustivité des cas ?

On peut se retrouver avec une verrue comme dans le logiciel de VW qui truquait les paramètres moteur lors des tests anti-pollution.
Les critères et conditions du test sont connus.
Le résultat est connu.
Mais pas le déroulement du test par le logiciel.
Comment s'assurer de l'exhaustivité des cas autrement que par l'analyse du code source surtout quand le nombre de cas est exponentiel dans le cas du code fiscal français appliqué aux particuliers et aux entreprises ?
3  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 06/07/2016 à 8:38
@Angelsafrania et seedbarett :

Vous êtes sérieux ?

Suite à cette affaire, dans le cadre du projet de loi république numérique, en commission mixte paritaire (CMP) ce 29 juin, l’amendement du rapporteur Philippe Belot qui vise à considérer le code source utilisé par une entité publique comme revêtant le caractère de document administratif a été adopté. Selon cette décision, les codes source seraient donc par principe communicables au même titre que les rapports, les circulaires, les statistiques, les dossiers, les études, les instructions, les correspondances, les procès-verbaux, etc.


2  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 05/07/2016 à 0:32
C'est bien ça. {^_^}
Peut-être que je m'y intéresserai dans le futur, dans ce cas.
1  0 
Avatar de MABROUKI
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 05/07/2016 à 5:32
bonjour
Je ne suis guère d'accord sur la mise à toute citoyen qui le demanderait ,et quelque le motif invoqué,du code source ..
Car il s'agit d'un outil technique qui ,n'as rien voir avec les règles fiscales qui sont elles dans le champ public ...
En tant qu'outil technique visant à appliquer les règles fiscales ,il pourrait voir son utilisation restreinte par le propriétaire à la seule administration qui a acquis les droits d'utilisation et la copie du code source ...

Le prof Thomas Piketty pourrait à la limite demander une copie des règles fiscales, un exécutable du logiciel, et une copie de la structure des fichiers fiscaux qui suffisent largement à faire toutes simulations possibles et imaginables !!!
2  1 
Avatar de ManusDei
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 05/07/2016 à 13:08
Il pourrait être bon de préciser que l'avis de la CADA est consultatif seulement. Donc même si la CADA dit oui, l'administration peut garder le code source quand même, même si là ça n'a apparemment pas été le cas.
1  0 
Avatar de SkyZoThreaD
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 05/07/2016 à 13:21
Voilà une très bonne nouvelle pour la transparence sur l'application des lois. Il serait bien de libérer aussi le code qui calcule de droit à l'aide au logement qui ne donne aucune info sur les raisons du refus ou de l'acceptation
En tout cas, moi je follow le github du gouvernement
1  0 
Avatar de Angelsafrania
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 05/07/2016 à 17:21
Est-ce que je suis le seul à ne pas savoir la définition de l'ATL (Acronyme à Trois Lettres) CMP ?
C'est des centres médico-psychologique ?
0  0 
Avatar de seedbarrett
Membre averti https://www.developpez.com
Le 05/07/2016 à 17:52
Citation Envoyé par Angelsafrania Voir le message
Est-ce que je suis le seul à ne pas savoir la définition de l'ATL (Acronyme à Trois Lettres) CMP ?
C'est des centres médico-psychologique ?
Nous sommes deux, j'ai également pensé a ces centres. Je pense du coup qu'on parle du Crédit Municipal de Paris, mais rien n'est moins sûr
0  0