Allemagne : des éditeurs de presse continuent l'offensive contre Google
Et demandent une rémunération pour chaque référencement à un article

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
En 2012, l'Association de la presse d'information politique et générale (IPG) et le Syndicat de la presse quotidienne nationale ont adressé une ébauche d’un projet de loi au gouvernement français, visant à l’instauration d’une taxe Google. Selon eux, le numéro un de la recherche tirait profit de leurs contenus et actualités pour enrichir son moteur de recherche, permettant à celui-ci de générer des gains publicitaires dont la presse française ne profite pas suffisamment.

Google avait menacé de ne plus indexer la presse française et un accord a été trouvé entre les deux entités qui a débouché en 2013 sur la création d’un fonds d’aide de 60 millions d’euros pour aider les journaux et les magazines dans leur transition numérique.

Fin octobre 2014, les parlementaires espagnols ont voté une loi dans le but d'obliger les agrégateurs de contenus à dédommager les éditeurs de presse locaux pour tout ou partie de leurs contenus qui seraient relayés. La taxe imposée, appelée ‘taxe Google’, visait directement la société américaine avec son service Google News. Après avoir averti de la fermeture de Google News en Espagne, Google a mis sa menace à exécution en annonçant son retrait définitif, dès le 16 décembre, avant l'entrée en vigueur de la loi, le 1er janvier 2015.

« Cette nouvelle loi exige que chaque publication espagnole fasse payer des services comme Google News, même pour le plus petit extrait de leurs publications qui sera relayé, qu’elle le veuille ou non. Comme Google News ne se fait pas d'argent (nous ne montrons pas de publicité sur le site), cette nouvelle approche n'est tout simplement pas soutenable. C'est donc avec une réelle tristesse que le 16 décembre (avant que la nouvelle loi n'entre en vigueur en janvier), nous allons retirer les éditeurs espagnols de Google News, et fermer Google News en Espagne », a écrit Richard Gingras, responsable de Google News, dans un billet de blog.

Si les conflits opposant Google à la presse en Europe autour de ce même argument se sont presque tous terminés, en Allemagne les combats font encore rage : Axel Springer et 40 autres éditeurs de presse locaux ont décidé de faire appel d’une décision du tribunal de Berlin qui a décidé en avril dernier que Google n'avait pas à payer pour référencer et présenter des extraits des articles des journaux.

Pour la Cour, le modèle économique adopté par Google faisait des deux parties des gagnants : le référencement des articles leur faisait gagner en visibilité et invitait ainsi les internautes à aller les lire dans leur intégralité à la source, donc directement sur le site des éditeurs. Aussi, bien que Google dispose de 90 pour cent du marché de la recherche, la Cour a estimé qu’il ne représentait pas une menace pour les éditeurs.

Selon les éditeurs allemands, Google fait de l’argent à leurs dépends dans la mesure où le bénéfice apporté par les clics sur les titres de presse référencés serait en réalité plus faible que le nombre de lecteurs qu’ils perdent, étant donné que certains lecteurs se contentent de lire les titres ainsi que le petit extrait affiché par Google.

Jan Hegemann, un avocat représentant les éditeurs, a déclaré qu’ils n’ont pas l’intention d’abdiquer et ont fait appel de cette décision la semaine dernière. Reste à savoir si les éditeurs feront pencher la balance de leur côté en appel, mais également de voir la réaction de Google qui pourrait simplement décider de reproduire ce que sa filiale espagnole a fait dans le but de ne pas payer cette taxe potentielle.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de nchal nchal - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 29/06/2016 à 10:40
C'est beau, on est en train de vivre le chant du cygne des anciens médias. Les derniers barouds d'honneur avant leur lente agonie vers une mort certaine...
Je dois être un poil pervers mais j'adore les voir se débattre pour essayer de gratter du pognon un peu partout
Avatar de damien27000 damien27000 - Membre régulier https://www.developpez.com
le 29/06/2016 à 14:07
Si google agrège du contenu autrement que par les flux RSS je peux comprendre la colère des éditeurs.
Maintenant si google se contente de lire le flux RSS, c'est aux éditeurs de faire un spoiler pour inciter les lecteurs à lire l'article en entier.
Avatar de fenrirsønn fenrirsønn - Membre du Club https://www.developpez.com
le 29/06/2016 à 14:14
Citation Envoyé par damien27000 Voir le message
Si google agrège du contenu autrement que par les flux RSS je peux comprendre la colère des éditeurs.
Maintenant si google se contente de lire le flux RSS, c'est aux éditeurs de faire un spoiler pour inciter les lecteurs à lire l'article en entier.
Google agrège le contenus avec un googleBot qui scrute les pages ce qui me parait aussi très limite.
Avatar de Sodium Sodium - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 30/06/2016 à 12:27
Citation Envoyé par nchal Voir le message
C'est beau, on est en train de vivre le chant du cygne des anciens médias. Les derniers barouds d'honneur avant leur lente agonie vers une mort certaine...
Je dois être un poil pervers mais j'adore les voir se débattre pour essayer de gratter du pognon un peu partout
Tu as tort de prendre ça à la légère, la main-mise de Google sur l'ensemble des informations qui parviennent au grand-public est un vrai problème.

Aujourd'hui, un site d'information qui veut survivre doit concevoir sa ligne éditoriale en fonction de ce qui plaira aux bots, tant au niveau des sujets abordés que de la manière dont ils sont abordés
Les journalistes dans leur majorité ne sont plus payés pour produire des articles de qualité mais pour produire du contenu qui va rapporter des clics, donc de la rente publicitaire.
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize - Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
le 30/06/2016 à 13:45
Citation Envoyé par nchal Voir le message
C'est beau, on est en train de vivre le chant du cygne des anciens médias. Les derniers barouds d'honneur avant leur lente agonie vers une mort certaine...
Je dois être un poil pervers mais j'adore les voir se débattre pour essayer de gratter du pognon un peu partout
Pourquoi "anciens médias" ? C'est vrai pour toutes les personnes qui génèrent du contenu. Même pour les personnes dont ce n'est pas le métier, il y a des frais d'hébergement. Aujourd'hui ces frais sont pris en charge par certains hébergeurs mais cela se fait au prix de générer des revenus avec ton contenu.

Est-ce que cela te plaît d'avoir accès en lecture et en écriture à ce forum ? Sache que si cela te semble gratuit, ce n'est pas absolument pas le cas et le coût doit être plutôt important.

Citation Envoyé par damien27000 Voir le message
Si google agrège du contenu autrement que par les flux RSS je peux comprendre la colère des éditeurs.
Maintenant si google se contente de lire le flux RSS, c'est aux éditeurs de faire un spoiler pour inciter les lecteurs à lire l'article en entier.
Lire un flux et l'exploiter sont deux choses différentes. Tu ne peux pas faire ce que tu veux du contenu que tu trouves sur Internet, qu'il s'agisse d'image, de texte, etc.

Par contre, s'ils ne sont pas d'accord sur le contenu à exposer, je pense qu'ils peuvent négocier avec Google sur une manière de choisir ce qui est exposé. Néanmoins, je pourrais comprendre le refus de Google de négocier car il faudrait le faire pour chaque hébergeur (voir éventuellement chaque auteur) et que rien ne garantit que le contenu proposé par l'éditeur soit pertinent au vu de l'article.

Citation Envoyé par Sodium Voir le message
Tu as tort de prendre ça à la légère, la main-mise de Google sur l'ensemble des informations qui parviennent au grand-public est un vrai problème.

Aujourd'hui, un site d'information qui veut survivre doit concevoir sa ligne éditoriale en fonction de ce qui plaira aux bots, tant au niveau des sujets abordés que de la manière dont ils sont abordés
Les journalistes dans leur majorité ne sont plus payés pour produire des articles de qualité mais pour produire du contenu qui va rapporter des clics, donc de la rente publicitaire.
Je suis pas sûr que les moteurs de recherche soient les vrais responsables. C'est plutôt le problème de la masse et dont il faut se différencier qu'il s'agisse de flux RSS, de newsletter, etc.
Avatar de nchal nchal - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 30/06/2016 à 15:02
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
Tu as tort de prendre ça à la légère, la main-mise de Google sur l'ensemble des informations qui parviennent au grand-public est un vrai problème.

Aujourd'hui, un site d'information qui veut survivre doit concevoir sa ligne éditoriale en fonction de ce qui plaira aux bots, tant au niveau des sujets abordés que de la manière dont ils sont abordés
Les journalistes dans leur majorité ne sont plus payés pour produire des articles de qualité mais pour produire du contenu qui va rapporter des clics, donc de la rente publicitaire.
Aujourd'hui si je veux de l'information je vais directement sur le site dont je sais qu'il produit du contenu de qualité, pas un site random mis en première ligne par les algo de google.
Pour tout ce qui est de l'actualité et des faits divers, de toute façon, tous les sites pondent les mêmes conneries alors google news ça va très bien
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize - Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
le 01/07/2016 à 12:21
Citation Envoyé par nchal Voir le message
Aujourd'hui si je veux de l'information je vais directement sur le site dont je sais qu'il produit du contenu de qualité
Et comment tu le déniches ton site de qualité ? Comment t'assures-tu que pour chaque news c'est le site le plus adapté ? Et sur un plus long terme comment t'assures-tu d'aller checker celui-là et pas un autre ?
Avatar de nchal nchal - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 01/07/2016 à 14:58
Citation Envoyé par Logan Mauzaize Voir le message
Et comment tu le déniches ton site de qualité ? Comment t'assures-tu que pour chaque news c'est le site le plus adapté ? Et sur un plus long terme comment t'assures-tu d'aller checker celui-là et pas un autre ?
Je ne sais pas... Comment toi même as-tu découvert Developpez ? Un ami, une pub, au hasard ? Pourquoi tu y restes ? Pourquoi ce site plutôt qu'un autre ?
Personnellement, je sais juste que les actus que je trouve sur DVP me plaisent et je ne vais que très peu sur d'autres sites d'information IT (Korben un peu). C'est pas Google News ou autre qui va me faire changer d'avis...
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize - Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
le 03/07/2016 à 9:46
Citation Envoyé par nchal Voir le message
Je ne sais pas... Comment toi même as-tu découvert Developpez ? Un ami, une pub, au hasard ? Pourquoi tu y restes ? Pourquoi ce site plutôt qu'un autre ?
Personnellement, je sais juste que les actus que je trouve sur DVP me plaisent et je ne vais que très peu sur d'autres sites d'information IT (Korben un peu). C'est pas Google News ou autre qui va me faire changer d'avis...
Donc au final tu ne sais pas trop si tu es vraiment sur un site de qualité

J'ai découvert DVP via un tutoriel trouvé par Google ! Pourquoi j'y reste ? Principalement parce que je suis pédant et j'aime apprendre. Et il n'y a pas meilleur source d'apprentissage que le problème des autres. Et ce n'est pas le seul que je fréquente et encore moins concernant l'information.
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 10/05/2017 à 23:12
La Cour de justice européenne va devoir trancher sur le litige opposant Google à la presse allemande,
qui réclame une rémunération pour chaque référencement à un article

Il y a quelques années, Google a été attaqué par les organes de presse sur plusieurs fronts en Europe, par exemple :
  • en France, en 2012, l'Association de la presse d'information politique et générale (IPG) et le Syndicat de la presse quotidienne nationale ont adressé une ébauche d’un projet de loi au gouvernement français, visant à l’instauration d’une taxe Google. Selon eux, Google tirait profit de leurs contenus et actualités pour enrichir son moteur de recherche, permettant à celui-ci de générer des gains publicitaires dont la presse française ne profite pas suffisamment ;
  • en Espagne, fin octobre 2014, les parlementaires ont voté une loi dans le but d'obliger les agrégateurs de contenu à dédommager les éditeurs de presse locaux pour tout ou partie de leurs contenus qui seraient relayés ;
  • en Allemagne, en 2013, le gouvernement a adopté une loi sur les droits d'auteur auxiliaire qui donne aux éditeurs de presse le droit de charger des moteurs de recherche tels que Google pour utiliser des extraits d'articles dans leurs agrégateurs d’actualités.

Si les conflits opposant Google à la presse en Europe autour de ce même argument se sont presque tous terminés, en Allemagne les combats font encore rage : Axel Springer et 40 autres éditeurs de presse locaux ont décidé de faire appel d’une décision du tribunal de Berlin qui a décidé en avril dernier que Google n'avait pas à payer pour référencer et présenter des extraits des articles des journaux ainsi que les miniatures d’image qu’il utilise dans Google News.

Pour la Cour, le modèle économique adopté par Google faisait des deux parties des gagnants : le référencement des articles leur faisait gagner en visibilité et invitait ainsi les internautes à aller les lire dans leur intégralité à la source, donc directement sur le site des éditeurs. Aussi, bien que Google dispose de 90 pour cent du marché de la recherche, la Cour a estimé qu’il ne représentait pas une menace pour les éditeurs.

Selon les éditeurs allemands, Google fait de l’argent à leurs dépends dans la mesure où le bénéfice apporté par les clics sur les titres de presse référencés serait en réalité plus faible que le nombre de lecteurs qu’ils perdent, étant donné que certains lecteurs se contentent de lire les titres ainsi que le petit extrait affiché par Google.

Mais Google a décidé d’arrêter d'utiliser des extraits de texte et des vignettes dans l'édition allemande de Google News. Les utilisateurs du service ne pouvant plus voir les détails attachés aux liens Google News, le trafic vers les sites des éditeurs a chuté, de sorte qu'ils ont accordé à Google une dispense temporaire de devoir payer.

Mais la guerre s'est poursuivie sur plusieurs fronts : les tribunaux antitrust, les groupes d'arbitrage et le tribunal régional de Berlin, qui mardi ont mis en doute la pertinence de cette loi.

Le droit d'auteur auxiliaire est un droit voisin accordé à l'éditeur plutôt qu'à l'auteur de l'article, qui, par défaut, détient le droit d'auteur sur l'article. Il est analogue aux droits d'exécution que les éditeurs de musique peuvent réclamer chaque fois que l'une des chansons de leurs artistes est jouée à la radio.

Lorsque le gouvernement allemand a adopté la loi sur le droit d'auteur auxiliaire, il n'a pas informé la Commission européenne. En vertu de la législation de l'UE, la commission doit être formellement informée de toute législation, y compris des mesures techniques qui affectent les services de la « société de l'information ».

Donc, au lieu de décider si Google a violé la loi, le tribunal de Berlin a annoncé mardi la saisine de la Cour européenne de justice (CJUE) dans le litige opposant les éditeurs allemands à Google, qu'ils accusent d'abuser de sa position dominante pour refuser de rémunérer la diffusion en ligne de leurs articles.

Google a déclaré que la décision du tribunal a montré qu'il y a encore beaucoup de contradictions et de questions non résolues dans la loi sur les droits d'auteur auxiliaires pour les éditeurs. Outre son échec pratique en Allemagne, le droit d'auteur auxiliaire s'est avéré très désastreux pour l’Espagne lorsque le pays l’a adoptée.

Source : Reuters
Avatar de Paul_Le_Heros Paul_Le_Heros - Membre habitué https://www.developpez.com
le 22/05/2017 à 22:04
Les majors de l'Internet devront finir par partager le fabuleux gâteau de la pub. Bien.
Offres d'emploi IT
Responsable de projets - actionneurs H/F
SAFRAN - Ile de France - MASSY / MANTES
Ingénieur statisticien H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)
Ingénieur conception électrique / électronique H/F
Safran - Ile de France - Villaroche

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil