Blocage de pub : un tribunal allemand statue en faveur d'Axel Springer
Qui ne devrait plus payer pour figurer en liste blanche d'AdBlock Plus

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
L’un des problèmes les plus épineux auquel fait face l’écosystème de la publicité est la montée en puissance des bloqueurs de publicité qui se fraient progressivement un chemin dans les habitudes des internautes. AdBlock Plus, l’outil développé qui se revendique être l’outil de blocage de publicités le plus populaire, est sans doute l’une des figures emblématiques de ce mouvement de réforme.

Les procès à l’endroit d’Eyeo, l’éditeur derrière la conception d’AdBlock Plus, se sont multipliés. Entre autres, les diffuseurs allemands RTL Interactive et ProSiebenSat1 avaient fait valoir que les utilisateurs ne devraient pas être en mesure de bloquer les publicités sur leurs sites Web et qu’Adblock Plus ne devrait pas être en mesure d'offrir sa Politique de « Publicités acceptables » qui exige des grands éditeurs de se plier à une série de normes et parfois même de payer de lourds frais afin de figurer sur la liste blanche de son service de blocage.

À ce propos, l’éditeur a rendu disponible une liste, qui peut être consultée par tous, définissant ce qu’il entend par publicités acceptables (en donnant des critères généraux associés à des critères spécifiques), mais également des critères de publicités qui ne sont pas acceptables.

Grosso modo, l’objectif est de garantir entre autres qu'une publicité ne cachera pas le contenu du site, en sera distincte, n'obligera pas l'utilisateur à effectuer un défilement pour afficher ce qu'il est venu voir, ne perturbera pas l'équilibre de la page, etc. Till Faida, le PDG d’Adblock Plus, a déclaré que « notre but n'est pas de tuer la publicité. Nous voulons l'améliorer, et soutenir les petits sites ».

Aussi, si les « petits sites » peuvent demander à être inscrits sur la liste blanche d’AdBlock Plus dès lors qu’ils répondent aux critères tels que définis par l’éditeur, « cela coûte extrêmement cher de maintenir cette liste blanche » : vérifier que tout est conforme aux critères. Publier la liste. La tenir à jour. Vérifier à chaque fois qu'un éditeur ne sortira pas de la ligne directrice, etc. « cela nécessite beaucoup de ressources et d'efforts. On peut y parvenir uniquement s'il y a une activité soutenable derrière ». Raison pour laquelle Eyeo a décidé de facturer les « grands sites » au grand regret des éditeurs qui ont, à chaque reprise, critiqué la façon dont le blocage des publicités des sociétés comme Eyeo facturent de grands éditeurs et des sociétés comme Google et Amazon pour qu’ils figurent dans leur liste blanche. L’éditeur allemand Axel Springer a lui aussi engagé une poursuite contre Eyeo.

Vendredi dernier, le tribunal d’appel de Cologne (Allemagne) a accordé une victoire partielle à Axel Springer, estimant qu’Eyeo n’avait pas à lui faire payer des frais pour le mettre dans sa liste blanche. Une décision qui s’appuie sur une loi sur la concurrence introduite en 2015 dans le droit allemand et basée sur une directive européenne. La victoire est partielle dans la mesure où Axel Spring n’a pas pu obtenir de la Cour qu’elle déclare l’illégalité d’AdBlock Plus.

Une défaite qui passe mal du côté d’AdBlock Plus qui déclare dans un billet de blog : « Le blocage des publicités a été une fois de plus trouvé comme étant cent pour cent légal. Cependant, cette fois-ci, le tribunal a trouvé une loi obscure nouvellement adoptée dans le droit allemand de la concurrence déloyale. Cette loi a été lancée en décembre 2015, son paragraphe 4a UWG est basé sur une directive européenne qui visait à protéger les consommateurs contre des tactiques commerciales agressives. Mais l'Allemagne a réécrit cette loi, l’emmenant plus loin que l'Europe ne souhaitait, et l’a rendue applicable non seulement entre les entreprises et les consommateurs, mais aussi entre les entreprises et les autres entreprises.

Les avocats d’Axel Springer se sont servis de cette sous-clause pour justifier leur demande secondaire à la Cour : “interdire un bloqueur de publicités si ce bloqueur de publicités autorise l’affichage de publicités qui répondent à certains critères et exige que Springer [l’emphase est la mienne] lui paye une redevance », a écrit Ben Williams d’Eyeo.

Eyeo rappelle qu’Axel Springer « est une maison d’édition numérique qui pèse plusieurs milliards de dollars, possède la majorité des journaux en Allemagne et dont les actions s’étendent sur 40 pays dans le monde » : « Normalement, parce qu’Axel Springer serait probablement considéré comme étant une “grande entité” d’après nos règles, ils devraient payer ; mais, à cause de cette décision, nous devons les traiter comme étant un cas particulier. Autrement dit, nous ne pouvons pas accepter une compensation pour les services que nous pourrions leur rendre. Donc, si Springer nous propose des publicités à mettre en liste blanche et que celles-ci correspondent à nos critères, nous les mettrons en liste blanche gratuitement, comme pour les autres 90 pour cent des entreprises sur notre liste blanche ».

Mais Eyeo ne veut pas en rester là et a promis de faire appel de cette décision.

Source : Reuters, blog AdBlock Plus, blog AdBlock Plus (critères d'une publicité acceptable)

Voir aussi :

Blocage publicitaire : les éditeurs de presse américains se saisissent de la FTC pour dénoncer des pratiques illégales dans le blocage de pub

Adblock Plus revendique plus de 100 millions d'utilisateurs actifs de son outil de blocage de publicités, le nombre d'utilisateurs en France est stable


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de SaiRictus SaiRictus - Membre du Club https://www.developpez.com
le 27/06/2016 à 15:24
Le bras de fer entre les éditeurs et les bloqueurs de publicité va s'intensifier.
Je ne suis pas certain que ce soit les utilisateurs/consommateurs qui en sortent vainqueurs
Avatar de xurei xurei - Membre averti https://www.developpez.com
le 27/06/2016 à 16:08
Puis les autres gros éditeurs vont faire pareil, et la liste blanche d'AdBlocks ne sera plus financièrement tenable.

AdBlocks finira donc par enlever complètement sa liste blanche, ou sera remplacé par un autre bloqueur de pub qui n'en aura pas.

Conclusion : Axel Springer a gagné sur le court terme, et tous les éditeurs vont y perdre sur le long terme.

Bien joué la justice.
Avatar de AoCannaille AoCannaille - Membre émérite https://www.developpez.com
le 27/06/2016 à 16:55
Citation Envoyé par xurei Voir le message
Puis les autres gros éditeurs vont faire pareil, et la liste blanche d'AdBlocks ne sera plus financièrement tenable.

AdBlocks finira donc par enlever complètement sa liste blanche, ou sera remplacé par un autre bloqueur de pub qui n'en aura pas.

Conclusion : Axel Springer a gagné sur le court terme, et tous les éditeurs vont y perdre sur le long terme.

Bien joué la justice.
Il faudrait une liste blanche communautaire et que le plug in soit capable de proposer de se désactiver pour tel ou tel site grâce a la proportion statistique des utilisateurs le désactivant sur le site.

"85% des utilisateurs autorisent les pubs sur ce site, voulez vous réactiver les publicités pour ce site?"

Et dans l'autre sens, en cas d'abus (éventuellement de manière automatique):

"Une hausse de 18% des utilisateurs bloquent ce site, voulez-vous bloquer les publicités de ce site?"

Avec des curseurs réglables sur les pourcentages déclencheurs pour l'activation/désactivation.
Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert éminent https://www.developpez.com
le 27/06/2016 à 16:59
Je pense que "Axel Springer" vient juste de gagner le droit de ne plus être du tout sur la liste blanche de AdBlock Plus. Pour "Eyeo", c'est probablement le plus simple. Dans tous les cas, ils prennent les internautes pour des imbéciles. A titre personnel, j'ai ma propre liste blanche ... tant pis pour les annonceurs indélicats.
Avatar de stc074 stc074 - Membre averti https://www.developpez.com
le 28/06/2016 à 1:03
Ah ? Je ne savais pas qu'une liste blanche existait !
Comme quoi même AdBlock veut une part du gâteau !
Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert éminent https://www.developpez.com
le 28/06/2016 à 7:23
Citation Envoyé par stc074 Voir le message
Ah ? Je ne savais pas qu'une liste blanche existait !...
Oui, mais on n'est pas obligé d'avoir les mêmes avis que AdBlock (ou uBlock ou autre). A titre personnel, j'ai modifié cette liste pour enlever des publicités que, moi, je trouvais gênantes. Mais chacun a le droit d'avoir ses propres critères pour modifier cette liste.

Ce que "Axel Springer" a oublié dans cette affaire, c'est que rien n'oblige ces bloqueurs de publicité à avoir des listes blanches.
Avatar de Carhiboux Carhiboux - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 29/06/2016 à 15:25
Citation Envoyé par Pierre GIRARD Voir le message
Ce que "Axel Springer" a oublié dans cette affaire, c'est que rien n'oblige ces bloqueurs de publicité à avoir des listes blanches.
Ce qu'ils oublie surtout, c'est que si AddBlock à du succès, c'est bien parce que les régie publicitaires ont mis en place des pubs super chiantes sur les pages web. Et donc que les internautes sollicitent ce genre de plugin.

Sans dérive de la part des régies, il n'y aurait pas ce genre de plug-in.

De plus, Eyeo est une boite allemande. Donc si un autre plugin édité par une boite, mettons russe, voyait le jour, "Axel Springer" et consorts ne pourraient plus faire grand chose...

Ils se tirent une balle dans le pied, mais c'est ce que font les grands groupes de presse depuis des années, et encore plus en France où les médias traditionnels sont devenus vraiment pauvres en contenu.
Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert éminent https://www.developpez.com
le 29/06/2016 à 15:52
Citation Envoyé par Carhiboux Voir le message
...Sans dérive de la part des régies, il n'y aurait pas ce genre de plug-in...
Nous sommes tout à fait d'accord, mais je part du principe que pour avoir droit à la liste blanche, il faut justement être raisonnable question publicité. D'après ce que j'ai compris, l'inscription sur cette liste blanche est gratuite pour les petites structures mais payante pour les grosses car ça n'est pas gratuit pour Eyeo de vérifier que les sites inscrits méritent ou pas d'entrer et de rester sur cette liste.

Le fait de faire payer les gros pour financer ces vérifications me semble normal. Ceux qui refusent de payer : Ils ne seront pas sur liste blanche (même si ils sont raisonnables question PUB). Comme on dit, tout travail mérite salaire, et faire payer uniquement les plus gros est plutôt une bonne initiative (me semble-t-il).
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert éminent https://www.developpez.com
le 30/06/2016 à 23:42
Faire payer tout le monde à hauteur de la "grosseur" du site aurait été moins critiquable, je trouve. Le tout étant d'identifier un critère mesurable facilement.
Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert éminent https://www.developpez.com
le 01/07/2016 à 6:53
Ben par exemple, Developpez est une petite structure ... avec aucun revenu. Donc éligible gratuitement à la liste blanche si respect des règles. Amazon, Google, FesseDeBouc etc ...grosses structures générant de gros bénéfices sur le net. Entre ces deux extrêmes, il y a tout le reste, mais ne connaissant pas les règles ??? Il faudrait poser la question à Eyeo pour connaitre leurs critères. D'ailleurs, y a t'il un tarif unique ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil