Apple invite les développeurs à tester son système de recherches sponsorisées sur l'App Store
Que pensez-vous des critères régissant son système ?

22PARTAGES

Parmi la série de changements dans les règles de fonctionnement de la boutique d’applications App Store qu’Apple a annoncés il y a un peu plus d’une semaine, figurait entre autres l’arrivée de la publicité dans les résultats de recherche de l’App Store. Cette fonctionnalité est sans doute l’un des changements les plus importants qui vont être opérés sur le fonctionnement de la vitrine en ligne d’Apple dans la mesure où elle va permettre aux développeurs de faire une offre pour obtenir un meilleur résultat dans le classement lorsque les utilisateurs vont effectuer une recherche par mot-clé, des promotions qui seront effectuées conformément aux règles fixées par Apple.

L’ajout de cette fonctionnalité est à mettre en perspective avec une refonte de l’App Store qui tend à corriger le problème récurrent de visibilité des applications : si l’utilisateur a le choix entre un très grand nombre d’applications à télécharger, un simple système lui proposant une sélection des meilleures applications ne saurait plus être la meilleure façon de trouver une nouvelle application à essayer.

Durant une interview accordée à iMore à l’occasion de la conférence WWCD dédiée aux développeurs, Phil Schiller, Senior Vice President of Worldwide Marketing chez Apple, a donné un peu d’éclaircissement sur la politique d’Apple en la matière. Il a expliqué par exemple que, en ne requérant pas une enchère minimum, les annonces seraient ouvertes aux développeurs qui ne disposent que d’un petit budget : « il n’y a pas d’enchère minimum. Donc nous ne définissons pas de barème, si vous disposez d’un tout petit budget, vous pourrez juste faire ce que vous pourrez avec une petite somme d’argent ».

Mais Apple promet de faire de la pertinence un critère massue : « nous allons travailler très dur pour essayer de faire de la pertinence la priorité absolue sur les enchères, pour expliquer pourquoi quelque chose est affiché. Les utilisateurs sont les décideurs ultimes de ce qui sera affiché, en fonction de leurs clics, ils sont d’un grand apport sur la pertinence dans les résultats de la recherche ».

Apple semble vouloir écarter la crainte de voir les mastodontes simplement se voir attribuer les meilleures places à coups de dollars. Schiller explique que l’entreprise va « travailler très dur pour appliquer et améliorer la politique de tout le système de métadonnées dans la mesure où elle pourrait être détournée pour faire du mal aux [petits] développeurs ».

Apple prévoit également que les développeurs puissent faire du « conquesting » (un terme employé dans l’industrie de la publicité qui désigne un moyen de déployer une publicité de ses produits ou services adjacents dans le contenu rédactionnel concernant le concurrent ou les produits concurrents. L'objectif est de renforcer le message marketing tout en améliorant la popularité de son produit ou service) : « vous pouvez vous servir de la marque de quelqu’un d’autre dans les mots d’annonce que vous souhaitez utiliser. Comme nous l’avons pensé, cela est plus susceptible de bénéficier aux petits développeurs qu’aux autres étant donné que les développeurs d’applications populaires ne vont pas piocher dans un grand nombre des termes des petits développeurs, par contre l’inverse est plus fréquent. Si je veux chercher Angry Birds et votre jeu, j’en ai la possibilité, n’est-ce pas ? Raison pour laquelle nous pensons que cela peut les aider ».

Il va sans dire que cette mesure ne saurait gagner l’approbation de tous les développeurs. D’ailleurs Apple lui-même affirme que le débat a été assez houleux sur la question. De plus, la vitrine en ligne a déjà été victime de clones d’applications. Par exemple, l’application « 2048 » apparaissait plusieurs fois lorsque l’utilisateur effectuait une recherche comme le montre le tweet ci-dessous. Reste alors à savoir si les recherches sponsorisées ne vont pas permettre aux développeurs de payer pour créer une copie d’une application qui sera présentée au-dessus de l’original dans les résultats de recherche.


Apple exclut également l’exclusivité : « donc un développeur d’applications populaires ne saurait dire “je voudrais faire la plus grosse enchère et je vais dépenser tout ce que je peux pour m’en assurer”. Il n’y aura aucune exclusivité, il y aura une rotation et, tandis que la rotation a lieu, le facteur “pertinence” va permettre de l’améliorer ».

Le week-end dernier Apple a amorcé la phase test et a convié les développeurs à l’essayer. Comme prévu, ce sont les développeurs aux États-Unis qui ont accès à la bêta en premier lieu. Les recherches sponsorisées sont disponibles gratuitement durant la phase de test. Apple pense que, de cette manière, les développeurs pourront les essayer et lui faire des retours pour l’aider à améliorer son système. Durant cette période, aucune donnée n’est fournie et aucun accès à l’interface Search Ads Campaign Management and Reporting, mais les applications pourraient bénéficier de téléchargements additionnels comme rétribution pour la participation.

participer à la bêta

Source : iMore (transcript de l'interview), twitter Ouriel Ohayon

Et vous ?

Que pensez-vous de ces critères ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web