Developpez.com

Plus de 2 000 forums
et jusqu'à 5 000 nouveaux messages par jour

La numérisation de toutes les ressources écrites par Google
Les auteurs du monde entier s'y opposent : qu'en pensez-vous? Pour ou contre?

Le , par Katleen Erna, Expert éminent sénior
La numérisation de toutes les ressources écrites par Google, les auteurs du monde entier s'y opposent : qu'en pensez-vous ? Pour ou contre ?

Le géant Google frappe toujours plus fort dans le cadre de sa gigantesque entreprise de numérisation des ressources littéraires mondiales existantes. Mais, malgré le soutien officiel qu'il reçoit de l'Authors Guild et de l'Association of American Publishers, il rencontre une opposition massive. Plus de 400 objections légales ont été portées devant la justice, et seront débatues dans les prochains mois.

L'histoire avait pourtant bien commencé quand, en 2003, Google avait commencé a scanner des ouvrages scientifiques. Les librairies s'en étaient réjouies, voyant là une opportunité de rendre plus disponibles certains livres rares, et une manière bien plus aisée de gèrer et classer leurs collections. Les auteurs et éditeurs furent, eux, beaucoup moins séduits par l'affaire.

En 2005, l'Authors Guild et l'Association of American Publishers ont déposé une plainte pour empêcher le numérisation des livres copyrightés. Mais les deux parties s'arrêtèrent il y a quelques mois sur un accord (le Google Book Settlement) qui semblait satisfaire tout le monde. Il fallu cependant très peu de temps à un nouveau front de contestation pour apparaître, car en cas de "marché conclut", la compagnie serait alors en mesure de scanner toute oeuvre épuisée, même si toujours protégés par un copyright, tant que le propriétaire des droits ne s'y oppose pas.

Alors, partie gagnée ? Pas tout à fait. Pas du tout, même. La proposition d'arrangement du roi de la recherche en ligne fut accueille par des huées. Le Département de Justice américain s'y opposa lui-même, jugeant le texte irrespectueux des lois de compétition et de droits d'auteur. Des centaines d'objections officielles furent envoyées au tribunal, en provenance de divers groupes : certains, parce que le projet les révoltait totalement, d'autres, parce qu'ils étaient plutôt révoltés de ne pas avoir eu cette idée avant -dur de voir filer un si gros marché-. Parmis les plaignants, se trouvent : l'American Society of Journalists and Authors, l'Electronic Frontier Foundation, l'Internet Archive, la Science Fiction and Fantasy Writers of America, Amazon, Microsoft , le gouvernement Allemand, etc.

Aujourd'hui, alors que rien n'a encore été décidé et que l'affaire doit être examinée par les tribunaux dans les prochaines semaines, le débat fait rage. L'audience était prévue pour le 7 octobre, mais Google l'a faite repousser, demandant à repenser sa défense.

Lire aussi :
Microsoft, Yahoo! et Amazon rejoignent la coalition anti-Google

Google présente son futur service de vente de livres numériques en Allemagne, alors qu'Angela Merkel s'oppose farouchement au projet Google Books

Cet accord placerait-il Google en position de monopole et de seul gardien du savoir universel ?

Quid des auteurs non-américains, seront-ils également protègés (le texte ne le dit pas) ?

Est-il juste que cela soit aux propriétaires des copyrights de se manifester auprès de Google afin d'interdire la copie de leurs travaux ? Car, selon Google, tout texte dont l'auteur n'est pas identifié ou dont l'auteur ne se manifeste pas, lui revient.

La voix de l'Author Guild peut-elle être considérée comme celle de tous les auteurs ?

Globalement, quels sont les pour et les contre dans cette proposition à votre avis ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Lyche Lyche - Expert confirmé http://www.developpez.com
le 13/10/2009 à 16:00
En quoi c'est hors sujet? Tu met tous les bouquins au même endroit et tu décides de qui y a accès et qui n'y a pas accès.. Tu trouves que c'est pas un contrôle de la culture ça? Quand je parle de "fermer" c'est pas fermer les serveurs, c'est fermer l'accès à certaines catégories de personnes. C'est tout ce que je veux dire. La seule crainte que l'on peut avoir à rassembler en un seul endroit toutes les connaissances c'est justement le contrôle de la diffusion de ces mêmes connaissances.
Les bouquins sont certes sur le web, mais les serveurs ne sont pas "immortels" (je trouve pas mon mot) Il y a bien un moment, ou les sites vont bouger, les données écrasées et il y aura forcément des pertes.
Pour moi le danger est là, donner toute la "connaissance" à une seule entité peut la rendre vraiment puissante, et je pense beaucoup trop.
Je ne parle pas de complot ou autre, je te demande juste de regarder à au delà des 10ans qui suivent.. On ne sait pas ce qu'il va se produire et on ne sait pas ce qu'il peut passer par la tête de certaines personnes. Je suis peut-être parano, mais une chose est sûre j'essaie de me projeter un peu plus loin que le bout de mon nez. Je n'ai pas la science infuse, mais l'esprit très fertile, et cette concentration de données, je n'aime pas ça.
De plus, je ne parle pas qu'au nom du Français de base, nous ne sommes pas seul au monde hein..
Avatar de Robxley Robxley - Membre actif http://www.developpez.com
le 13/10/2009 à 17:17
La numérisation des bouquins n'est ni plus ni moins un nouveau support de l'information. La procédure de numérisation ne veut pas dire copie par destruction.

Tu met tous les bouquins au même endroit et tu décides de qui y a accès et qui n'y a pas accès.. Tu trouves que c'est pas un contrôle de la culture ça?[....]La seule crainte que l'on peut avoir à rassembler en un seul endroit toutes les connaissances c'est justement le contrôle de la diffusion de ces mêmes connaissances.

Je vois pas en quoi, la numérisation des bouquins implique de mettre obligatoirement toute l'information au même endroit. A chaque numérisation, Google ne crame pas les bibliothèques, librairies et autres endroits culturels où sont entreposées des copies. Enfin bref passons.

Étant étudiant, je vois plutôt la numérisation comme une opportunité au savoir, j'ai ni le temps (va savoir) et encore moins les moyens (ça c'est sur) d'aller me balader aux USA pour aller chercher une information qui se trouve dans tel ou tel autre établissement.
Et tant bien que même si le service de Google est payant (pour des raisons de copyright du document ou/et frais de service, peu importe) ma foi il y a des chances que cela coute moins chère qu'un aller- retour Paris/New york.

Et puis concernant le "pseudo" monopole de l'information dans le futur par Google je répondrai :

"A ba, Google a fait un moteur de recherche. Tiens un beau jour il devient payant, ce n'est pas de chance" "Qu'est ce que je fais ? je ne vais plus sur internet ? Oh mais je suis bête, Google ça ne sert pas à aller sur le net...quel chance"

Ouaip ba je crois que dans 10ans si la numérisation faite par Google devient inaccessible, c'est pas pour autant que tu ne pourra plus aller t'instruire ailleurs. Comme le moteur de recherche Google, la numérisation proposée par Google est un service (pour te faciliter la vie le temps que ça dur).
Avatar de bubulemaster bubulemaster - Membre éclairé http://www.developpez.com
le 13/10/2009 à 17:21
La numérisation pour tous est très bonne pour partager le savoir.
Avec la recette des pubs, Google n'a qu'à reverser une partie aux auteurs (mais pas créer un sorte de Sacem qui veut juste le pouvoir sur toutes les oeuvres).

Par contre, le fait que les livres soient détenues par une seule entreprise peut effectivement conduire à un monopole du savoir.

Mais, une chose est sûr, ça ne tuera pas le livre.

En effet, un livre de 500 pages à lire sur écran c'est horrible. Déjà, 2 c'est trop.

Ca permettre de prendre connaissance de certain passage et d'acheter le livre s'il nous est nécessaire.
Avatar de Lyche Lyche - Expert confirmé http://www.developpez.com
le 13/10/2009 à 17:43
Citation Envoyé par Robxley  Voir le message
La numérisation des bouquins n'est ni plus ni moins un nouveau support de l'information. La procédure de numérisation ne veut pas dire copie par destruction.

Je vois pas en quoi, la numérisation des bouquins implique de mettre obligatoirement toute l'information au même endroit. A chaque numérisation, Google ne crame pas les bibliothèques, librairies et autres endroits culturels où sont entreposées des copies. Enfin bref passons.

Étant étudiant, je vois plutôt la numérisation comme une opportunité au savoir, j'ai ni le temps (va savoir) et encore moins les moyens (ça c'est sur) d'aller me balader aux USA pour aller chercher une information qui se trouve dans tel ou tel autre établissement.
Et tant bien que même si le service de Google est payant (pour des raisons de copyright du document ou/et frais de service, peu importe) ma foi il y a des chances que cela coute moins chère qu'un aller- retour Paris/New york.

Et puis concernant le "pseudo" monopole de l'information dans le futur par Google je répondrai :

"A ba, Google a fait un moteur de recherche. Tiens un beau jour il devient payant, ce n'est pas de chance" "Qu'est ce que je fais ? je ne vais plus sur internet ? Oh mais je suis bête, Google ça ne sert pas à aller sur le net...quel chance"

Ouaip ba je crois que dans 10ans si la numérisation faite par Google devient inaccessible, c'est pas pour autant que tu ne pourra plus aller t'instruire ailleurs. Comme le moteur de recherche Google, la numérisation proposée par Google est un service (pour te faciliter la vie le temps que ça dur).

Réfléchis à plus de 5minutes a l'avance et réalise que le support physique des bouquins édités à l'heure actuel posera des problèmes. Ensuite que les bouquins papiers écrits maintenant ne sont pas éternels, et qu'un jour ou l'autre les maisons d'éditions ne les ré-édites plus. Maintenant tu prend un support numérique qui ne subit pas les altérations d'état due au temps et là tu te rend compte que tout ce qui finira par rester ce sont les formats numériques. Et que si une seule entreprise les possèdes tous, il y a danger.
Certes il est compliqué de numériser un bouquin de 500pages, mais je crois que la technologie n'a pas encore rendu son dernier mot de ce côté là.
Avatar de *alexandre* *alexandre* - Inactif http://www.developpez.com
le 13/10/2009 à 21:51
Si google utilise la numérisation et les outils de GED d'IBM alors j'y crois, (je me ferais une joie de vous présenter les projets sur lesquelles je travail mais c'est secret)

http://code.google.com/apis/searchap...connector.html
Avatar de *alexandre* *alexandre* - Inactif http://www.developpez.com
le 13/10/2009 à 22:31
Citation Envoyé par grafikm_fr  Voir le message
Euh... Un livre, c'est fait pour être distillé. De base. Ça sert à être lu, relu, commenté, cité et ainsi de suite. Et diffusé "à qui le voura" précisément.

Déjà, il faut comprendre le "problème". Les livres qui sont dans le domaine public sont disponibles un peu partout, et pas seulement sur Google books. Donc une bonne partie de ce patrimoine est déjà disponible ailleurs. Par contre, pas forcement au même endroit ni avec une bonne qualité, parce que bah oui, l'hébergement n'est pas gratuit.

Par contre, pour les livres sous copyright, enfer et damnation, les ennuis commencent. Faut négocier avec l'éditeur, lui filer un petit quelque chose en échange etc. Si quelqu'un veut faire pareil, go, personne le retient (cf. Amazon avec son Kindle etc. etc.) Mais Google, comme à son habitude, voit plus haut.

T'imagines un CEO qui arrive devant son conseil d'administration et qui dit: "Bon bah on a investi X millions d'euros dans la numérisation de bouquins, mais là on va tout arrêter parce que j'en ai envie..."?

Numériser un bouquin ça coûte très cher. Rien que les machines sont pas données (c'est pas du truc produit par séries de 500.000 donc ça coûte bonbon) et je parle pas de tous les coûts associés. Si tu ferme tout, tu perds tout.

Puis, les bouquins ils sont toujours là, en papier et en electronique, dispersés dans le monde. Le fait de les numériser sur Google books ne va pas les détruire. C'est pas comme le bûcher des apocryphes hein... -_-

Quant à payer le prix fort, que dirais-tu d'un modeste 20 à 30 € qu'il faut déjà débourser pour consulter UN article scientifique sur un site? Parfois même sur un site universitaire?

Y a pas une seule source de données.
Y aura (peut-être) une seule source de données facilement accessible et qui ne demande pas d'aller à l'autre bout du monde pour consulter un exemplaire papier. Peut-être, si le projet est mené à terme.

C'est hors sujet là.
Je dirais juste un truc: vu ce que lis un français moyen, y a plus besoin de le contrôler de base, il va juste acheter ce que la télé lui dira d'acheter (c'est-à-dire une bouse comme l'élégance de l'hérisson ou une autre connerie du genre). Et l'existence de Google books changera rien au problème. Mais c'est hors sujet là.

boh ben moi tu vois ca fait bientot 10 ans que j'étudie l'informatique et j'ai toujours pas trouver une boite qui me formerait à ce que je trouve absurde ...
Avatar de mrjay42 mrjay42 - Membre habitué http://www.developpez.com
le 14/10/2009 à 9:45
Sans rentrer dans la parano, ou même le troll.
Je vais essayer d'étayer la thèse selon laquelle il faut se méfier, être prudent vis à vis d'un trop grand rassemblement de connaissance au même endroit.

Mais si nous nous autorisions à faire un parallèle entre google le moteur de recherche et google le "fournisseur" de livres.
Dans le cadre de ce parallèle, pas très osé quand même puisqu'il s'agit de comparer google à google dans deux situation différentes, que pouvons nous supposer ?
Si Google Livres devient par les usages (ce qu'en font les gens) et par les moyens (la tune mise dedans par Google et ses amis) aussi "gros", utilisé et "majoritaire" que Google Moteur de recherche
Alors On en en droit de se poser la question de la place, de la légitimité et du risque causé par la simple existence Google Livre

Précisions
Quand j'entends Google :
Je sais que les gens pensent au moteur de recherche
Je sais que l'immense majorité des gens utilse UNIQUEMENT ce moteur de recherche
Je sais que les gens ne savent même que l'on peut "aller sur internet", sans passer par Google, sans même faire une recherche

Ce qui me gêne donc c'est n'est pas le fait de scanner des livres, ce n'est pas le fait que l'on cherche à rassembler ces scans...Le problème c'est que Google a de fortes chances de devenir pour les livres ce qu'il est déjà pour le Web : un point central, inévitable !
Quand Google ou Gmail est en panne, le web est en panne !
Pourrons nous supporter que l'accès aux livres soit soumis aux mêmes contraintes ?
Avatar de kaymak kaymak - Membre chevronné http://www.developpez.com
le 14/10/2009 à 21:25
Citation Envoyé par mrjay42  Voir le message
Sans rentrer dans la parano, ou même le troll.
Je vais essayer d'étayer la thèse selon laquelle il faut se méfier, être prudent vis à vis d'un trop grand rassemblement de connaissance au même endroit.

Mais si nous nous autorisions à faire un parallèle entre google le moteur de recherche et google le "fournisseur" de livres.
Dans le cadre de ce parallèle, pas très osé quand même puisqu'il s'agit de comparer google à google dans deux situation différentes, que pouvons nous supposer ?
Si Google Livres devient par les usages (ce qu'en font les gens) et par les moyens (la tune mise dedans par Google et ses amis) aussi "gros", utilisé et "majoritaire" que Google Moteur de recherche
Alors On en en droit de se poser la question de la place, de la légitimité et du risque causé par la simple existence Google Livre

Précisions
Quand j'entends Google :
Je sais que les gens pensent au moteur de recherche
Je sais que l'immense majorité des gens utilse UNIQUEMENT ce moteur de recherche
Je sais que les gens ne savent même que l'on peut "aller sur internet", sans passer par Google, sans même faire une recherche

Ce qui me gêne donc c'est n'est pas le fait de scanner des livres, ce n'est pas le fait que l'on cherche à rassembler ces scans...Le problème c'est que Google a de fortes chances de devenir pour les livres ce qu'il est déjà pour le Web : un point central, inévitable !
Quand Google ou Gmail est en panne, le web est en panne !
Pourrons nous supporter que l'accès aux livres soit soumis aux mêmes contraintes ?

Il faut donc un réponse du service public, européen tant qu'à faire. Puisque ce n'est qu'en se positionnant sur le marché en tant qu'acteur a part entière que les états peuvent accompagner sereinement cette évolution.
Qui me semble être une bonne chose, diffuser un livre coutera moins cher et accessible, on l'espère à un plus grand nombre, plus rapidement.
Ne pas le faire, en l'interdisant par faute de moyen serait une régression dans la capacité d'accès à l'information.

cependant,
Est-il juste que cela soit aux propriétaires des copyrights de se manifester auprès de Google afin d'interdire la copie de leurs travaux ? Car, selon Google, tout texte dont l'auteur n'est pas identifié ou dont l'auteur ne se manifeste pas, lui revient.

Ceci me semble énorme, bien plus que la théorie du monopole de google à 15 ou 20 ans.
google est une société régie par les lois du marché, si on dit à l'utilisateur moyen que google trafique les données, l'utilisateur ne va pas continuer d'aller dessus.... Il changera de fournisseurs de services.
Par contre qu'ils puissent acquérir les droits d'auteurs automatiquement sur tous textes qui ne sont pas signés ????? ..... C'est sur que 99.999% du temps ça ne vaudra pas un clou. Mais ptet qu'un jour.... Et ptet que ce jour là... on regrettera cette idée,
qui après tout est très bizarre.
Avatar de - http://www.developpez.com
le 25/10/2009 à 22:35
Moi ça ne me dérange pas que google ait le monopole d'un nouveau marché, car je pense que google se différencie des autres entreprises dans la mesure ou son objectif est de proposer les services de la meilleur qualité possible. Ce n'est par exemple pas le cas avec les opérateurs mobiles.
Avatar de souviron34 souviron34 - Expert éminent sénior http://www.developpez.com
le 26/10/2009 à 11:56
je suis résolument et farouchement contre..

Que Google numérise, très bien..

Qu'il y ait des contrats d'exclusivité, ou que l'on détruise (ou n'entretienne plus ou ne mette pas les moyens pour) les autres supports, et en particulier le papier, non..

Encore une fois plusieurs points sont à envisager :

  • la "dématérialisation" impose l'accès à l'électricité et au réseau.. Quid d'une panne ? Quid d'endroits sans électricité ? Quid des technos dans 10-15 ans ?
  • la "numérisation" permet "l'édition" au vol (ou même hors ligne), et donc une censure potentielle. Qui pourra vérifier si tel écrit correspond bien à ce que l'auteur a écrit ?
  • la concentration de la possession est de fait antinomique à la diffusion de l'information. Prenons le cas de la Guerre en Irak et des lois comme le Patriot Act défini par Bush.. Google étant américain se doit de respecter la loi américaine. Si d'un seul coup toute discussion / tout ouvrage sur telle ou telle croyance, religion, opinion, ou même fait historique devient hors la loi, n'ayant qu'une seule source, d'un seul coup le Monde entier dépend de la Censure..
  • la concentration de la diffusion est de fait antinomique de la définiton même de culture : dès l'Antiquité, et le Moyen-Age, les étudiants ou savants allaient en voyages d'études vers des haut-lieux de culture, et réciproquement des savants ou érudits se déplaçaient de ces lieux pour propager les connaissances.. Les différentes sources, écoles, etc, ont permis l'avénement des mathématiques, de la physique, de la philosophie, du commerce, de l'architecture, de l'archéologie, de l'art, bref de tout ce qui fait la culture... par leurs différences, leurs discussions, et la confrontation des différentes idées...


Bref, nous arrivons totalement dans un monde de 1984, où une poignée de gens détiendra l'accès à ce que la Populace aura le droit (ou non) de voir..
Avatar de Lyche Lyche - Expert confirmé http://www.developpez.com
le 26/10/2009 à 12:05
Citation Envoyé par souviron34  Voir le message
je suis résolument et farouchement contre..

Que Google numérise, très bien..

Qu'il y ait des contrats d'exclusivité, ou que l'on détruise (ou n'entretienne plus ou ne metten pas les moyens pour) les autres supports, et en particulier le paier, non..

Encore une fois plusieurs points sont à envisager :

  • la "dématérialisation" impose l'accès à l'électricité et au réseau.. Quid d'une panne ? Quid d'endroits sans électricité ? Quid des technos dans 10-15 ans ?
  • la "numérisation" permet "l'édition" au vol (ou même hors ligne), et donc une censure potentielle. Qui pourra vérifier si tel écrit correspond bien à ce que l'auteur a écrit ?
  • la concentration de la possession est de fait antinomique à la diffusion de l'information. Prenons le cas de la Guerre en Irak et des lois comme le Patriot Act défini par Bush.. Gogle étant américain se doit de respecter la loi américaine. Si d'un seul coup toute discussion / ouvrage sur telle ou telle croyance, religion, opinion, ou même fait historique devient hors la loi, n'ayant qu'une seule source, d'un seul coup le Monde entier dépend de la Censure..
  • la concentration de la diffusion est de fait antinomique de la définiton même de culture : dès l'Antiquité, et le Moyen-Age, les étudiants ou savants allaient en voyages d'études vers des haut-lieux de culture, et réciproquement des savants ou érudits se déplacaient de ces lieux pour propager les connaissances.. Les différentes sources, écoles, etc, ont permis l'avénement des mathématiques, de la physique, de la philosophie, du commerce, de l'architecture, de l'archéologie, de l'art, bref de tout ce qui fait la culture... par leurs différences, leurs discussions, et la confrontations des différentes idées...


Bref, nous arrivons totalement dans un monde de 1984, où une poignée de gens détiendra l'accès à ce que la Populace aura le droit (ou non) de voir..

+2048
Offres d'emploi IT
Lead systems architect pega solutions h/f
Societe Generale - Ile de France - Courbevoie
Développement Plateforme Communautaire PHP/Symfony 1.4
AlbumBlog - France - Paris (75002)
Administrateur système H/F
Atos - Pays de la Loire - Trélazé (49800)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil