Le revenu des informaticiens indépendants
Seulement 26 K€ annuels pour 52 h par semaine

Le , par Pierre Louis Chevalier, Expert éminent
Le revenu des informaticiens indépendants loin derrière les autres professions libérales

Une nouvelle étude de l'Insee révèle que le revenu annuel moyen des non salariés en informatique est d'environ à 26 K€ annuel seulement, soit très loin derrière les professions dans les secteurs santé, juridique ou finance qui peuvent atteindre les 80 à 100 K€.

La durée habituelle de travail est pour les non-salariés d’un peu plus de 52 heures par semaine, soit 15 à 16 heures de plus que celle des salariés à temps complet.

Avant d’être à son compte, le non-salarié a souvent travaillé comme salarié, plutôt dans le domaine qui sera le sien comme non-salarié. Aussi, les non-salariés sont en moyenne nettement plus âgés que les salariés : 45 ans pour les non-salariés non-agricoles et 47 ans pour les non-salariés agricoles, contre 39 ans pour les salariés de ce fait, les jeunes de moins de 30 ans sont peu nombreux dans ce monde. Cependant ceux de l’informatique sont nettement plus jeunes : 40 ans, et les activités où les jeunes sont les plus présents sont les services informatiques, près de 15% d’entre eux ont moins de 30 ans. L’ancienneté est aussi la plus faible dans les services informatiques (un peu plus de quatre ans).

Source : Panorama des indépendants, emplois et revenus

Lire aussi :
La rubrique Emploi
Freelances, pour qui nous prend-t-on ?
Comment déterminer son tarif quand on est Freelance ?
Le forum des Freelances en informatique

Pensez-vous que ça vaille le coup de lâcher son travail salarié bien tranquille et bien payé pour travailler comme un forcené 52 heures par semaine au lieu de 35, tout en étant moins bien payé, et pour se retrouver avec plusieurs patrons (les clients) au lieu d'un seul ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Alesque Alesque - Membre du Club http://www.developpez.com
le 01/10/2009 à 23:20
Citation Envoyé par Plexi86  Voir le message
Et mis à part les chiffres, les impôts, humainement vous le vivez comment? Les charges sont de quel ordre? Comment gérez-vous votre temps de travail entre la relation client, le développement, la communication sur vos services?
Puisqu'après tout vous êtes votre propre manager, pas de compte à rendre...

T'as toujours des comptes à rendre : ton banquier et le trésor public
Avatar de jabbounet jabbounet - Membre expert http://www.developpez.com
le 02/10/2009 à 0:39
Citation Envoyé par Alesque  Voir le message
T'as toujours des comptes à rendre : ton banquier et le trésor public

personellement c'est ça qui me titille le plus par rapport au coté indépendant, pas des masses de parachute si ça ne marche pas bien, et des gens qui t'attendent au tournant.

j'avais jeté un peu un oeil à une époque sur les histoires de portage salarial et autres façon de faire, mais comme je n'avais pas les contacts clients adéquat pour démarrer ça me paraissait risqué.
Avatar de Plexi86 Plexi86 - Membre régulier http://www.developpez.com
le 02/10/2009 à 6:19
Bonjour.

Citation Envoyé par Alesque  Voir le message
T'as toujours des comptes à rendre : ton banquier et le trésor public

Je les avais oubliés ceux-là

Pour parler franchement, je suis intéressée par cette option pour un certain temps, histoire de me laisser le temps libre nécessaire pour mes études et en même temps faire mon expérience professionnelle. Ce qui m'inquiète c'est l'organisation, la constitution justement du portefeuille clients et surtout que par mon niveau je vise des petites structures qui pourraient avoir besoin d'un applicatif de gestion ou dans d'autres secteurs comme le tourisme, les restos de plus en plus d'un site internet, pas les grands comptes en gros

Mais en plus des formulaires informatif sur le statut je voulais surtout avoir vos retours d'expériences merci d'ailleurs^^

Bonne journée.
Avatar de Bug-Bunny Bug-Bunny - Membre à l'essai http://www.developpez.com
le 04/10/2009 à 21:15
Ce rapport de l'insee a été critiqué avec des arguments qui me semblent pertinents :

Trois informations importantes dans cette étude en ce qui concerne les informaticiens indépendants :

- 1 " Le revenu moyen annuel des informaticiens indépendants est de 26K€, soit nettement en dessous de la moyenne des non-salariés qui s’élève à 36,4K€ dans les activités non agricoles (chiffres datant de 2005) " :

Cette étude a aggloméré des éléments très disparates :
- l’ingénieur expert ERP,SGBD, … (400 à 1000€/jour)
- le technicien installateur / formateur à domicile (15€/heure)
- le gérant d’une boutique vendant des jeux vidéo ( ?),
- …etc

Au final, ce résultat moyen n’a guère de sens…

D’ailleurs, une simulation faite sur le site BNCenLigne (cas des indépendants en profession libérale-BNC), basée sur un tarif moyen de 500€/jour, nous donne d’ailleurs une estimation de revenus nets suivants après impôts :
- Facturation sur 6 mois : 43 852€, soit 3654€ net en lissage sur 12 mois
- Facturation sur 12 mois : 93 290€, soit 7774€ net sur 12 mois

- 2 : " Plus de 20% des informaticiens freelances auraient un salaire nul " :

1 informaticien indépendant sur 5 n’aurait eu aucune activité en 2005 ? Cela nous parait assez peu probable…
(rappelons que cette étude est antérieure à la création du statut d’auto entrepreneur…)

- 3 : " L’île de France regrouperait 30% des informaticiens indépendants " :

Dans la catégorie des ingénieurs experts, les statistiques du site http://idirect.fr portant sur plus de 600 professionnels indiquent un ratio bien supérieur : plus de 70%…

Enfin, nous n’avons trouvé aucune indication sur la méthodologie employée (par exemple sélection sur le code APE), sur les bases de données utilisées (impot, Urssaf, Chambre de commerce, …), ou sur le nombre de personnes interrogées. Il est bien étrange d’indiquer un revenu moyen sans même préciser sur combien de personnes il a été calculé.

NÉANMOINS : du fait des marges anormalement élevées des intermédiaires (rappelons que les 2/3 environ des freelance sont "contraints" de passer par une SSII sans valeur ajoutée pour travailler chez les grands comptes), il n’est pas surprenant que les revenus des indépendants dans le secteur IT soient inférieurs aux revenus moyens des indépendants tous secteurs confondus

Avatar de souviron34 souviron34 - Expert éminent sénior http://www.developpez.com
le 05/10/2009 à 0:37
Citation Envoyé par Bug-Bunny  Voir le message
Ce rapport de l'insee a été critiqué avec des arguments qui me semblent pertinents :

Trois informations importantes dans cette étude en ce qui concerne les informaticiens indépendants :

- 1 " Le revenu moyen annuel des informaticiens indépendants est de 26K€, soit nettement en dessous de la moyenne des non-salariés qui s’élève à 36,4K€ dans les activités non agricoles (chiffres datant de 2005) " :

Cette étude a aggloméré des éléments très disparates :
- l’ingénieur expert ERP,SGBD, … (400 à 1000€/jour)
- le technicien installateur / formateur à domicile (15€/heure)
- le gérant d’une boutique vendant des jeux vidéo ( ?),
- …etc

Au final, ce résultat moyen n’a guère de sens…

D’ailleurs, une simulation faite sur le site BNCenLigne (cas des indépendants en profession libérale-BNC), basée sur un tarif moyen de 500€/jour, nous donne d’ailleurs une estimation de revenus nets suivants après impôts :
- Facturation sur 6 mois : 43 852€, soit 3654€ net en lissage sur 12 mois
- Facturation sur 12 mois : 93 290€, soit 7774€ net sur 12 mois

- 2 : " Plus de 20% des informaticiens freelances auraient un salaire nul " :

1 informaticien indépendant sur 5 n’aurait eu aucune activité en 2005 ? Cela nous parait assez peu probable…
(rappelons que cette étude est antérieure à la création du statut d’auto entrepreneur…)

- 3 : " L’île de France regrouperait 30% des informaticiens indépendants " :

Dans la catégorie des ingénieurs experts, les statistiques du site http://idirect.fr portant sur plus de 600 professionnels indiquent un ratio bien supérieur : plus de 70%…

Enfin, nous n’avons trouvé aucune indication sur la méthodologie employée (par exemple sélection sur le code APE), sur les bases de données utilisées (impot, Urssaf, Chambre de commerce, …), ou sur le nombre de personnes interrogées. Il est bien étrange d’indiquer un revenu moyen sans même préciser sur combien de personnes il a été calculé.

NÉANMOINS : du fait des marges anormalement élevées des intermédiaires (rappelons que les 2/3 environ des freelance sont "contraints" de passer par une SSII sans valeur ajoutée pour travailler chez les grands comptes), il n’est pas surprenant que les revenus des indépendants dans le secteur IT soient inférieurs aux revenus moyens des indépendants tous secteurs confondus


Avatar de jmturc jmturc - Membre du Club http://www.developpez.com
le 04/01/2010 à 16:12
bonjour,

drôle de vision des indépendants.
J'ai la chance d'être indépendant depuis 4 ans dans le j2ee.
Je bosse pour des grosses boites (banques, public,.........)
et je ne travaille pas comme un fondu.

Je travaille tout a fait normalement , comme tout le monde pour la raison suivante:
comme beaucoup de freelance , je passe par un intermédiaire entre le client final (une banque par ex) et moi-même. Cet intermédiaire est une SSII ou une boite de freelance (qui prend son poucentage en passant).
Du coup, face au client final, je suis un consultant comme un autre.

Ensuite, en terme de salaire, ya pas photo, on est largement gagnant, car la SSII (ou boite de freelance), se prend autour de 20 % de commission.
Donc le freelance conserver en gros 80 % du montant dépensé par le client final. Rien a voir avec les salaires classiques.

Enfin, si les revenus sont élevés, c'est bien parce que c'est le freelance qui prend tout les risques. Si le freelance gagne beaucoup pendant la mission il gagne zéro quand il n'en a pas.
Tout le problème est donc de trouver les missions .
Il faut donc un CV béton (formation, expérience) et un marché porteur.
Et pour acquérir un CV béton , y'a pas photo, bosser!!
Une fois ce CV en poche, ca devient presque de la routine.....................
Avatar de Plexi86 Plexi86 - Membre régulier http://www.developpez.com
le 05/01/2010 à 12:34
Question: (je ne trouve nul part l'information) Est-ce qu'un VCAT (Volontaire Civil à l'Aide Technique) peut créer une auto-entreprise pendant son volontariat?

Sachant qu'il n'y a pas mal de restriction sur les activités rémunérées complémentaires (sont autorisées uniquement celles dans le domaine artistique ou de l'enseignement). Et je ne me vois pas poser cette question à mon employeur, peut-être à la préfecture qui gère les personnes de mon statut à la limite...

Si vous avez un texte qui me préciserait le cas (j'ai déjà lu la fiche d'information pour l'auto-entreprise elle ne fait pas référence au VCAT), je suis preneuse.

Merci d'avance.
Avatar de Plexi86 Plexi86 - Membre régulier http://www.developpez.com
le 07/01/2010 à 8:35
Ok j'ai eu ma réponse.

Pas d'activités rémunérées autres. Le volontariat est une activité à temps plein. Seule la réalisation d'œuvres à caractères artistiques ou scientifiques est autorisée...

Donc pour résumer VCAT >< Auto-Entreprise (incompatible!)

Bonne journée à tous.
Avatar de lepinekong lepinekong - Membre actif http://www.developpez.com
le 07/01/2010 à 18:30
Citation Envoyé par jmturc  Voir le message

Enfin, si les revenus sont élevés, c'est bien parce que c'est le freelance qui prend tout les risques. Si le freelance gagne beaucoup pendant la mission il gagne zéro quand il n'en a pas.
Tout le problème est donc de trouver les missions .
Il faut donc un CV béton (formation, expérience) et un marché porteur.
Et pour acquérir un CV béton , y'a pas photo, bosser!!
Une fois ce CV en poche, ca devient presque de la routine.....................

Il faut pas oublier pour ceux qui sont salariés (dont moi-même) que ce que vous recevez en salaire n'est grosso modo que la moitié de ce que vous coûtez réellement à une entreprise compte tenu des charges donc déjà il faut comparer 2 fois un salaire de salarié à celui d'indépendant.

Mais ce n'est pas tout, et ceux qui connaisse un peu les théories sur la valuation des risques le comprendront de suite, le salarié touche son salaire de manière CERTAINE alors que l'indépendant le touche de manière INCERTAINE. Cette variance a un coût qui dépend de la variance statistique ou probabilité, c'est difficile à estimer et ça n'a pas trop de sens si l'on raisonne en tant que personne car c'est très variable, mais dans tous les cas cela doit être défalqué du revenu indépendant pour que la comparaison avec un salaire fixe soit vraiment pertinente.

Donc grosso modo, gagner le double d'un salarié c'est franchement la moindre des choses et j'ai même pas compté les vacances et puis aussi les maladies tiens

Ca va bien d'être indépendant quand sa niche est porteuse ou qu'on en a trouvé une spéciale (j'en connais des) mais sinon de manière générale je préfère franchement être salarié d'autant que les grosses SSIIs naiment pas beaucoup les freelances et qu'ils commencent à faire du lobbying selon les rumeurs pour que les clients interdisent même le portage.
Avatar de Caine Caine - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 25/01/2010 à 9:39
Amusant, on lit encore que le salarié ne travaille que 35H par semaine!

Non, ça c'est juste pour calculer sa paie, car moi j'ai rarement été en dessous de 60H/semaines, et dans une PME, j'étais plus proche des 70H/semaine.

Devenir indépendant c'est soit un choix de vie:
- Ne plus avoir la pression au quotidien, style "alors ce code qui devrait prendre 2 mois mais que le client exige dans une semaine"

- Ne plus avoir la pression pour se déplacer à l'étranger au détriment de sa vie privée, pour les exigences parfois farfelue du client, qui prévient le vendredi 17H pour le départ dimanche matin 5H!

- Possibilité d'améliorer ses revenus, mais là, attention, avec la mentalité des chefs de projets et acheteurs de prestation français, c'est loin d'être gagner. Dans un grand compte qui a reconnu mes compétences et très satisfait, je demande un jour "...et si je deviens indépendant, que je vous propose un service identique à ma prestation actuelle, j'ai mes chances?"

Réponse sans équivoque :"Non, je reconnais tes compétences, tout le monde les reconnait, mais l'acheteur déteste les indépendants. Nous ne travaillons pas avec des freelances!"

Mais, voyons avec 9 ans d'expérience, si j'atteins le seuil de cette étude, 26 k€, ça fait tout de même 5 K€ de plus qu'avec mon statut de salarié...Et en étant libre de mes choix.

Mais avant cet objectif, il faut pouvoir encaisser une chute de 50% voire 100% de ses revenus.
Avatar de marton92 marton92 - Membre habitué http://www.developpez.com
le 06/10/2012 à 7:29
Citation Envoyé par Dar0ck  Voir le message
On ne parle pas du tout de la même chose. D'un côté il y a des experts très pointus dans le domaine de la finance, du juridique, ou de la santé, très spécialisés, qui ont fait jusqu'à 12 ans d'études pour les plus spécialistes des médecins, le tout en quantité relativement faible. De l'autre côté il y a une armée de bac+5 informatique qui ont globalement le même niveau de compétence.

Je généralise un peu, mais il faut comparer ce qui est comparable.


D'accord mais quand même quand je lis que dans certaines technos il faut se facturer 200-250€ par jour pour être comptétitif. Faut arrêter là, c'est le prix que te prendra un plombier honnête pour changer une chasse d'eau (1 heure de MO+déplacement). On se demande bien à quoi bon faire Bac+5 ...
Offres d'emploi IT
Administrateur dba opensource postgresql h/f
EKXEL - Luxembourg - Luxembourg
Développeur php h/f
EXTIA - Rhône Alpes - Lyon (69000)
Gestionnaire de données h/f
Atos - Pays de la Loire - Angers (49000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil