USA : un juge voudrait donner à la NSA carte blanche pour accéder aux données digitales
Au nom de la sécurité nationale

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Un juge fédéral a estimé que la NSA devrait avoir une capacité d’accès illimitée aux données digitales lorsqu’il s’agit de la sécurité nationale. C’est pendant une conférence sur la vie privée et la cybercriminalité à Washington DC que le juge de la Cour d’Appel du Septième Circuit Richard Posner a déclaré que le Congrès devrait limiter l’utilisation faites des données recueillies par les forces de l’ordre (par exemple ne pas leur donner des informations sur des crimes mineurs) sans pour autant limiter le type d’informations qui peuvent être récoltées.

Au nom de la sécurité nationale, le Congrès devrait donner carte blanche à la NSA. D’ailleurs il a expliqué que « les intérêts privés devraient avoir très peu de poids lorsqu’il est question de sécurité nationale » avant de rappeler que « ce monde est dans un état de turbulence extrême »

« Je pense que la vie privée est en fait surévalué » a-t-il avancé. « Une grande partie de ce qui passe sous le couvert de la vie privée est juste un stratagème pour essayer de cacher des éléments mettant en évidence votre mauvaise conduite » a-t-il expliqué. Pour lui, « la vie privée consiste essentiellement à améliorer vos possibilités sociales et commerciales en dissimulant des sortes de mauvaises activités qui pourraient faire en sorte que d’autres personnes ne veuillent pas avoir affaire à vous ».

Posner a critiqué les entreprises mobiles à cause du fait qu’elles permettent un chiffrement de bout en bout de leur logiciel. Il s’est également interrogé sur la nécessité de la protection juridique des utilisateurs de smartphones, avançant qu’il ne comprend pas quel genre d’informations était gardé sur les dispositifs mobiles qui devraient être cachées au gouvernement.

« Si quelqu’un prenait mon téléphone portable, il verrait une photo de mon chat, certains numéros de téléphone, des adresses mails, quelques courriels » a-t-il dit. « Il y a des personnes qui doivent avoir des trucs plus passionnants. Est-ce qu’ils y racontent leurs adultères, ou quelque chose qui y ressemble ? »

Pourtant, les smartphones peuvent contenir une pléthore d’informations que les individus ne souhaitent pas forcément partager parmi lesquels des renseignements médicaux, des horaires aux réunions des Alcooliques Anonymes et etc. David Cole, un professeur de droit à l’université de Georgetown, a expliqué que « la question initiale, ’que représente la vie privée si vous n’avez rien à cacher ?’ est une façon étriquée de voir la valeur de la vie privée ».

Cole a rappelé que dans les années 60 et 70, alors que les organismes gouvernementaux menaient des enquêtes sur des personnalités politiques, dans certains cas ils mettaient sur écoute des chambres d'hôtel parce qu’ils étaient à la recherche de preuves. Pour lui, l’utilisation abusive dont le gouvernement peut faire preuve face aux données de surveillance est toujours un risque, et les smartphones pourraient être une mine d'informations.

Les autres orateurs de l'événement parmi lesquels le juge Margaret McKeown de la Cour d'appel du neuvième circuit, ont aussi affirmé leur désaccord avec Posner, expliquant que les limites légales relatives à la surveillance du gouvernement sont nécessaires. « Un certain degré de vie privée est peut-être un prérequis pour la liberté, la liberté politique, la liberté artistique, l’autonomie personnelle » a argumenté le député Michael Dreeben, « c’est comme ancré dans le système démocratique ».

Source : techspot

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de - http://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 7:08
Cette phrase à elle-seule prouve le degré de clownerie de ce "juge"...

« Si quelqu’un prenait mon téléphone portable, il verrait une photo de mon chat, certains numéros de téléphone, des adresses mails, quelques courriels » a-t-il dit. « Il y a des personnes qui doivent avoir des trucs plus passionnants. Est-ce qu’ils y racontent leurs adultères, ou quelque chose qui y ressemble ? »

Il ne doit pas comprendre/connaître/imaginer toute l'étendue des informations qu'un simple "téléphone" dispose sur son propriétaire.
Avatar de Carhiboux Carhiboux - Expert éminent http://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 9:17
Citation Envoyé par archMqx.  Voir le message
Cette phrase à elle-seule prouve le degré de clownerie de ce "juge"...

Il ne doit pas comprendre/connaître/imaginer toute l'étendue des informations qu'un simple "téléphone" dispose sur son propriétaire.

Dirait-il la même chose si un des camps de ses procès avaient accès à ses informations sur l'affaire avant le procès?
Avatar de FlaviusPERL FlaviusPERL - Membre à l'essai http://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 10:10
Ce juge fait peur…
Il est soit très con, soit sous lobby, soit les deux…

NB : Par contre, vous devriez privilégier le mot « numérique » à « digitale »...
Avatar de Uranne-jimmy Uranne-jimmy - Membre expérimenté http://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 10:18
La NSA l'a acheté ou ils ont juste menacé sa femme ?
(Ca y est, on est sur écoute /troll)

Je trouve la question intéressante : "qu'est ce que la vie privé si on a rien à se reprocher ?"

Ma réponse : la vie privée est un îlot dans lequel nous sommes maître, une bulle de confort, là où se cache ce que nous sommes intérieurement. On partage cette bulle, une partie tout du moins, avec des personnes de confiances, très proches. Faire éclater cette bulle, c'est le premier pas vers l'impersonnalisation, plus personne ne peut s'identifié si il n'a pas un "moi" profond, qu'il est le seul à connaitre. On ne peut pas avoir de relation proche si on n'a pas une partie de "soi" à partager. Bref, le début d'une vie pas très passionnante.
Si on va plus loin : offrir cette vie privée à un organisme d'état, c'est le début vers un régime totalitaire, avec un système répressif non plus basé sur les "faits" mais sur les "potentiellement faisable". Vous l'aurez compris : un bon gros Heil Hydra des familles.

Bref ... ils me font marré aux états unis, pays de la liberté et du rêve américain ... mais seulement si tu marches droit et que tu ne dresses pas trop la tête.
Avatar de Zirak Zirak - Expert éminent http://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 10:26
Citation Envoyé par Carhiboux  Voir le message
Dirait-il la même chose si un des camps de ses procès avaient accès à ses informations sur l'affaire avant le procès?

+1

Surtout que les données numériques ne couvrent pas QUE les Smartphones.

Ou alors c'est que l'on a trouvé un juge qui n'utilise ni son téléphone, ni aucun ordinateur pour taper / transférer des dossiers / des mails / des informations, prendre des RDV, etc etc, sur aucune de ses affaires, et qui fait tout faire à sa secrétaire qui elle aussi est surveillée...
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent http://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 10:33
Ce juge ne mesure pas la portée de ce qu'il propose

Je partage l'avis d'Uranne-jimmy
La vie privée n'est pas un prétexte pour cacher de "vilaines choses"
C'est un jardin secret, quelque chose d'intime.
Peut être la seule chose que l'on possède vraiment.
C'est notre espace de liberté dans lequel on se construit notre individualité dans nos sociétés de plus en plus concentrées sur la culture de masse et le conformisme.

Beaucoup de victimes de cambriolage perçoivent cette intrusion étrangère dans leur domicile comme un viol, et pas mal d'étude de psychologie vont dans ce sens.
Cela montre bien à quel point notre espace privé est personnel et intime.
Avatar de Simara1170 Simara1170 - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 10:44
On en reparle quand il aura mis l'intégralité de sa vie privée en ligne, et qu'un accusé dans sa cours fera pression sur lui grâce à ça?
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Expert éminent http://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 11:27
Pour moi, la question est très simple : pourquoi est-ce que les services secrets devraient avoir plus de droits sur les aspects numériques de nos vies que sur leurs aspects physiques ? Serions-nous prêts à accepter une fouille corporelle quotidienne ? Un examen systématique de notre courrier ? La pose de micros et de caméras dans toutes les pièces de notre logement ? Pourquoi faudrait-il accepter l'équivalent pour nos ordinateurs, nos connexions et nos téléphones ? C'est insensé !

Je pense que c'est un reste d'une époque révolue où Internet ne représentait pas une part importante de nos vies quotidiennes, mais simplement un genre de gadget. Mais c'est une époque définitivement révolue !
Avatar de ZenZiTone ZenZiTone - Membre chevronné http://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 11:35
Je pense que c'est un reste d'une époque révolu où Internet ne représentait pas une part importante de nos vies quotidiennes, mais simplement un genre de gadget. Mais c'est une époque définitivement révolue !

Le problème est qu'il n'y a pas de réel législation universelle sur internet et son utilisation.
Avatar de Algo D.DN Algo D.DN - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 16:37
Pour ma part je m'interroge aussi, a-t-il exprimé une frustration, le besoin de combler...

Ce qui me choque c'est sa vision unilatérale, nous les gentils paranos, le reste, qu'est pas schizo comme nous, forcément tous des méchants!

Je comprends comment un pouvoir aux mains de ce type de personnages, on peut en arriver à des permissivités arbitraires.
Offres d'emploi IT
Développeur python h/f
1000MERCIS - Ile de France - Paris (75000)
Développeur ios H/F
Oodrive - Bretagne - Vannes (56000)
Analyste confirmé soc cybersécurité (h/f)
Atos - Ile de France - Les Clayes-sous-Bois (78340)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil