Les réseaux sociaux inquiètent le plus les parents en ce qui concerne les activités sur les nouvelles technologies
Selon une étude

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
La jeunesse de nombreux pays à travers le monde voue pratiquement un culte aux réseaux sociaux ; de Facebook à Instagram en passant par Whatssap sans oublier Twitter, ils ne perdent pas une occasion d’échanger, de partager des photos des lieux qu’ils ont visités, bref le monde virtuel n’est … plus si virtuel que ça. Un phénomène de plus en plus accentué de nos jours si on se fie à des études comme celle du Pew Research Center dont les statistiques révèlent que le pourcentage d’adultes (américains dans le contexte) possesseurs de smartphones qui préfèrent se connecter depuis leurs dispositifs mobiles que via un ordinateur va crescendo. Et le taux d’addiction à son smartphone suit la même tendance. D’ailleurs vous étiez 24,34% à dire que vous ne pouviez pas vous passer de votre smartphone dans notre dernier sondage sur la question.

Nous pouvons donc avancer que les nouvelles technologies ont progressivement trouvé leur place dans notre quotidien. Mais quel est donc le regard des parents vis-à-vis de leurs enfants sur leur utilisation ? C’est la question à laquelle Family Online Safety Institute (FOSI) a essayé de répondre dans son dernier rapport « la parentalité dans l'ère du numérique: comment les parents pèsent les avantages potentiels et les inconvénients de la technologie que leurs enfants utilisent ».

Sur la façon dont leurs enfants accèdent à internet, quasiment tous les parents (99%) ont avancé qu’ils se connectent via un ordinateur de bureau ou un ordinateur portable, 93% ont dit qu’ils le font via une console de jeu vidéo, 88% depuis leurs téléphones portables, 81% depuis leur tablette et 70% depuis un lecteur mp3.

Quand il leur a été demandé leur capacité à suivre les activités de leurs enfants sur l’usage qu’ils font des nouvelles technologies sur une échelle de un à dix, 73% des parents d’enfants âgés entre 6 et 9 ans se sont déclarés très confiants, ce ratio allait decrescendo à mesure que la tranche d’âge évolue : 63% pour des enfants âgés entre 10 et 13 ans, 58% pour la tranche d’âge 14 à 17 ans.



Il faut dire que les parents qui ont été moins confiants sur leur capacité à suivre les activités de leurs enfants ont certainement eu tendance à penser qu’ils en savent moins sur les technologies que leurs enfants. 80% des parents avec des enfants âgés entre 6 et 9 ans affirmaient en savoir plus que leurs enfants sur les technologies contre 66 % pour la tranche d’âge 10 – 13 ans et 36% pour la tranche d’âge 14 – 17 ans. Concernant la tranche d’âge des parents eux-mêmes, ceux dont l’âge est compris entre 18 et 34 ans sont ceux qui ont plus de connaissances sur la technologie que leurs enfants (75% en savent plus qu’eux contre 49% pour les parents âgés de plus de 50 ans). L’étude remarque également que les parents avec les niveaux d’éducation les plus forts sont plus susceptibles d’en savoir plus sur les nouvelles technologies.


Pratiquement dans tous les cas, les parents voient des avantages dans la technologie, que ce soit pour les jeux, les applications, etc. – Cependant, les médias sociaux sont dans le collimateur des parents qui estiment à 43% que les réseaux sociaux sont nuisibles à leurs enfants ; seul un parent sur quatre estime qu’ils sont bénéfiques à leurs enfants.

Une grande majorité de ceux qui sont contre les réseaux sociaux ne permettent pas à leurs enfants de créer des comptes (en tout cas ils pensent préserver leurs enfants de ces réseaux sociaux). En d'autres termes, ils ne sont pas exactement bien informés sur le sujet. Quoi qu’il en soit, la plus grande raison à cette attitude viendra plus tard quand 22% des parents affirment qu’ils pensent que les plus grandes menaces pour leurs enfants sont « harceleurs, des pédophiles, des prédateurs [et] des mauvaises personnes mauvais qui rôdent en ligne »


Mais il n'y a pas que ça : les parents ont en horreur le fait que les entreprises tracent les activités de leurs enfants pour proposer des publicités adaptées (57% estiment que cela est nuisible à leurs enfants tandis que 16% pensent le contraire). Mais lorsqu'il s'agit de la collecte des données faites par les écoles pour avoir les performances de leurs enfants, la participation, le comportement et d'autres paramètres, 53% des parents estiment qu'il s'agit là d'un avantage.

Source : FOSI

Et vous ?

Partagez-vous leur façon de voir ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Malick SECK Malick SECK - Community Manager http://www.developpez.com
le 16/11/2014 à 1:04
Bonsoir,

À mon avis, je dirais que les parents ont quelque part raison de dire que les réseaux sociaux sont nuisibles aux enfants. Cela, parce que j'ai remarqué que même les plus jeunes y ont accès, surtout avec l’avènement des tablettes, le développement des TIC, etc. De ce fait, il y a bien de quoi avoir peur pour nos enfants, car ce n'est pas les personnes mal intentionnées qui manquent de nos jours.

Toutefois, les réseaux sociaux ont un côté positif, du fait qu'ils constituent un moyen de communication très efficace par exemple pour les élèves (partage d'exercices corrigés, discussions sur des sujets de cours, etc.).
Avatar de nazoreen nazoreen - Membre actif http://www.developpez.com
le 16/11/2014 à 4:06
@milkoseck quand je vois mes élèves de BTS SIO, l'utilisation des réseaux sociaux sert surtout que la seule femme du groupe qui a fait les devoirs, les mets à dispositions des garçons, donc SUPER les réseaux sociaux ! Après il y a bien sûr les selfies en cours, les soirées arrosées, les musiques des bas-fonds californiens etc... classique ! :-)

Pour mes enfants (moins de 7 ans pour les 3), j’utilise le contrôle parentale de Microsoft qui suffit amplement car je suis quasiment toujours derrière eux, ils ont un PC portable et une tablette sans restrictions car j'estime que c'est d'abord à moi de leur expliquer les travers du Net et non pas faire toute confiance à un logiciel, le contrôle me servant uniquement à vérifier qu'ils ne sont pas tombé sur quelque chose qui ne convient pas à leur age.

Je suis un dinosaure du Net, le Net qui n'existait pas quand j'ai commencé, j'ai donc vu comment il a évolué, il ne faut pas en avoir peur mais simplement savoir qu'il y a des choses qui ne sont pas bien pour nos enfants selon les ages et faire en sorte qu'ils ne puissent pas voir ses choses !
C'est comme dans la vie non virtuelle : "ne parles pas à quelqu'un que tu ne connais pas !", "pour garder un secret, secret, il faut le dire à très peu de personne !" etc...
Avatar de f-leb f-leb - Responsable Corrections http://www.developpez.com
le 16/11/2014 à 10:54
Citation Envoyé par milkoseck  Voir le message
... ils constituent un moyen de communication très efficace par exemple pour les élèves (partage d'exercices corrigés, discussions sur des sujets de cours, etc.).

Je confirme, ça marche très bien pour « partager » les corrigés d'exercices^^
Avatar de benjani13 benjani13 - Membre expérimenté http://www.developpez.com
le 16/11/2014 à 11:44
Citation Envoyé par milkoseck  Voir le message
À mon avis, je dirais que les parents ont quelque part raison de dire que les réseaux sociaux sont nuisibles aux enfants. Cela, parce que j'ai remarqué que même les plus jeunes y ont accès, surtout avec l’avènement des tablettes, le développement des TIC, etc. De ce fait, il y a bien de quoi avoir peur pour nos enfants, car ce n'est pas les personnes mal intentionnées qui manquent de nos jours.

Si les plus jeunes y ont accès c'est bien par ce que leurs parents leur met entre les mains donc pour les plus jeunes c'est assez hypocrites que les parents en soit effrayé ensuite.
Ensuite c'est comme tout, ça se passe par l'éducation et la prise de conscience. Faire comprendre que dans la vie réelle tu ne parles pas sans méfiance à un inconnu, tu ne placarde pas ta vie privée sur tous les murs de la villes, bha c'est pareille en ligne.
Avatar de marsupial marsupial - Membre éclairé http://www.developpez.com
le 16/11/2014 à 14:44
Et vous ?

Partagez-vous leur façon de voir ?

Bein sur mais cela ne va pas assez loin. Même mon professeur de droit qui en est consciente mais de façon superficielle ( les cookies ), je lui en ai appris quant aux écoutes. Bien avant Snowden j'ai essayé d'alerter sur les dangers que peut constituer le Net. Ayant été employé par une très grande entreprise, je savais, ainsi que l'ensemble des employés de l'équipe, dès 2002,2003, que le monde entier était sur écoute. Snowden ne m'a en fait révélé que l'ampleur des moyens mis en oeuvre.
Avatar de sazearte sazearte - Membre expert http://www.developpez.com
le 16/11/2014 à 21:08
D’ailleurs vous étiez 24,34% à dire que vous ne pouviez pas vous passer de votre smartphone dans notre dernier sondage sur la question.

Beaucoup de personnes pensent que c'est une mauvaise chose, mais pourquoi ?
Si l’appareil se révèle être indispensable, pourquoi devrions nous nous en privée ?

Partagez-vous leur façon de voir ?
Je sais pas, je suis inscrit sur aucun réseau social.
Avatar de Chauve souris Chauve souris - Membre chevronné http://www.developpez.com
le 16/11/2014 à 23:41
Dans le pays où je vis (pour le moment), le Paraguay, Facebook est tout aussi contagieux qu'Ebola dans la jeunitude. C'est une addiction typique du tiers-monde au même titre que le Coca-Cola. Ici, les femmes en particulier, marchent dans la rue le smartphone à la main devant elles, elles se buteraient dans les réverbères s'il y en avait. Que de fois ai-je vu, sur une moto en mouvement, un imbécile sans casque regardant son smartphone plus que la route. Si on va dans des pays plus "évolués" (intellectuellement et culturellement) cette addiction est moindre (en Argentine et surtout au Chili). Que cela s'appelle "réseaux sociaux" me fait rire car les accros aux fesses de bouc qui ont 2.500 "amis" n'en ont pas un seul vrai en réalité. Scène cocasse et courante : trois grands ados se retrouvent ensemble et, comme ils n'ont rien à se dire, chacun est plongé dans son téléphone (insu)portable. Pour eux informatique et Internet = Facebook. Sur un PC vrai ils vont, à la rigueur jouer à quelques jeux sur le Web (courses de voitures, Counter Strike) mais ça s'arrêtera là. Tout ce qui peut être une acquisition de savoir et Wikipédia en langue espagnole est aussi copieux que la version française ne les intéresse pas. Il ne faudrait pas leur parler de programmation, de bases de données et autres activités "qui prennent la tête" (comme disent nos d'jeun'z made in France). Même pas de composition de sites Web (loupé pour moi qui a espéré un temps arrondir ma maigre retraite en étant Webmaster ou chargé de cours).

Ce phénomène est mondial (et venant des USA comme le Coca-Cola). Je ne crois pas que les promoteurs de ces choses dites "sociales" soient innocents des conséquences, j'oserais même dire qu'elles sont voulues et programmées. Le temps du "plan Condor" d'Henry Kissinger et de papa Bush est révolu, les généraux à belles casquettes galonnées qui font un putsch de temps en temps, c'est fini en Am. du Sud. L'abrutissement programmé de la jeunesse sert plus les intérêts de l'empire ricain que les marines (qui se sont pris une déculottée au Vietnam). La perte de la sociabilité et l'hyper individualisme est un endoctrinement voulu. L'incapacité à agir avec d'autres (autrement que pour un match de football) et l'isolement voulu dans une étroite tranche d'âge casse complètement la procédure de la transmission de savoir qui existait depuis le néolithique. On peut aussi observer ce que j'appelle "la perte de la séduction biologique", donc pas spécialement réservé à l'espèce humaine, qui fait que le jeune, par une attitude amicale de recherche de contact avec les adultes (de son espèce ou d'une autre espèce), obtient, au moins, une tolérance et même une protection et un certain savoir. Les petits d'hommes, se faisant détester des adultes (qui le leur rendent bien) cassent le mécanisme de la transmission de savoir (alors qu'il y en a de plus en plus à transmettre). Toute cette mode de la "pédophilie" participe à cet isolement(1). C'est fini le temps des enseignants qui avaient la vocation, maintenant, vu l'ambiance, ce n'est plus qu'une planque (pas du tout confortable dans certains lieux) de fonctionnaires (pas très bien payés au demeurant). Monsieur Montagne de Sucre aura mérité une médaille car, via son Facebook, il est assuré d'avoir une jeunesse mondiale qui ne se subvertira pas dans l'anti impérialisme.

(1) je m'étais retrouvé dans une ANPE de la région de Toulouse avec un "confrère" informaticien, mais ayant, comme moi, la quarantaine, il était inembauchable après que la SSCI où il travaillait avait déposé son bilan. Comme c'était quelqu'un de très dynamique et que la recherche d'un job n'occupe pas beaucoup de temps (répondre à 3-4 annonces par semaine où on n'a jamais de réponse), il avait pensé faire un club d'informatique avec les jeunes de son groupe d'immeubles. "Mais j'ai du arrêter", me confia t-il, "les parents commençaient à me regarder de travers".
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent http://www.developpez.com
le 17/11/2014 à 11:03
Pour replacer le propos, je suis père d'un enfant de 2 ans donc pas encore confronté à la situation mais je sais que ça ne durera pas encore très longtemps

Pour ce qui est du web, je pense que je partirai d'une solution assez radicale qui consistera à tout bloquer par défaut et autoriser au cas par cas
J'ai beau retourné le sujet dans tous les sens, cela me semble être le type de contrôle parental qui tienne la route

Pour ce qui est des réseaux "sociaux" (je partage totalement l'avis de Chauve souris sur la non sociabilité de ces trucs), je prends le parti de ne pas le permettre avant l'entrée au collège.
Ensuite, oui, il y aura énormément d'éducation à faire sur le sujet
Et même avec de l'éducation, il y aura du contrôle là dessus car en ce qui me concerne, je trouve que le jeu de la peur du pédophile est sur exploitée et que le danger du web est surtout dans la pérennité des informations
Le "respect de la vie privée" (de la sienne, de la famille et de celle des autres) est primordial et savoir que "tout ce que l'on publie sur le net est archivé et reste à vie" est indispensable
Pour ces 2 choses là, il n'y a pas besoin d'avoir la maîtrise des outils informatiques
C'est du simple bon sens
Bref, de l'éducation
Beaucoup de parents se servent de l'excuse de dire que "l'informatique, c'est compliqué" pour se défausser de leur rôle d'éducateur alors que cela n'a rien à voir
Avatar de Bousk Bousk - Rédacteur/Modérateur http://www.developpez.com
le 17/11/2014 à 17:32
Après les walkman, .., maintenant les réseaux sociaux.
Chaque génération trouve son bouc émissaire.
Seul point commun : une nouvelle technologie qui dépasse les parents.
Avatar de Agrajag Agrajag - Membre actif http://www.developpez.com
le 19/11/2014 à 14:52
@sazearte:
Beaucoup de personnes pensent que c'est une mauvaise chose, mais pourquoi ?
Si l’appareil se révèle être indispensable, pourquoi devrions nous nous en privée ?

-e+r
Ca n'est pas l'outil qui est bon ou pas, mais l'utilisation qu'on en fait.
C'est comme dire que la brique est mauvaise car elle a servi à construire des prisons.
Certes, mais pas que !

@Chauve souris:
Ton point de vue est intéressant, il complète le mien.
C'est vrai, cette mode de l'ultra-individualisme éradique à coup de "nuke" les relations entre humains (qui voient ici une formidable occasion de ne plus se rencontrer physiquement) et l'éducation (transmise entre eux) qui en découle.
Le fait que certaines personnes se réunissent physiquement et rivent individuellement leurs yeux sur leur(s) écran(s) est un constat aussi alarmant que banalisé. Peu importe l'année.
Mais ça n'est pas la faute aux fabricants de produits, c'est l'utilisateur qui décide d'en faire cette utilisation.
La génération d'avant a aussi eu son lot d'associables, et certains n'ont toujours pas arrêté de fixer cette télévision (devenue dans mon époque complètement inutile, aussi peu divertissante qu'informative et objective).
Ces gens ont simplement pris de mauvaises habitudes, et s'y sont enfoncés.
Offres d'emploi IT
Data scientist inspection générale (H/F)
Société Générale - Ile de France - Hauts-de-Seine
Architecte de données (H/F)
Société Générale - Ile de France - Ile de France
Analyste SI-métier (poste également ouvert aux stagiaires, alternants et VIE du groupe)-(H/F)
Société Générale - Ile de France - Val-de-Marne

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil