L'impact d'internet sur la productivité en entreprise
64% des employés se rendent sur des sites web sans rapport avec leur travail

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Lorsque Leonard Kleinrock du MIT publia le premier texte théorique sur la communication des paquets en 1961, il était loin de se douter de l’importance que prendrait internet dans notre quotidien. Il faut dire que l’apparition du Word Wide Web (www) a contribué à popularisé le réseau des réseaux.

Au courant des deux dernières décennies, internet a révolutionné progressivement de nombreuses habitudes de la société : la façon de travailler (par exemple avec l’apparition du télétravail), la façon de communiquer (les réseaux sociaux), la façon de consommer les médias (streaming de films ou séries, lecture de magazine en ligne) ou même la façon de faire nos courses (avec la possibilité de commander sur des sites marchands).

Si nous voyons à bien des égards des retombées positives comme une vie plus facile, il est important de de s’intéresser à l’autre côté de la médaille. En effet, la venue de la technologie s’est accompagnée par exemple de l’élargissement du panel de distractions.

Pour essayer de délimiter le coût réel sur la productivité, une étude de SignNow s’est penchée sur l’impact d’internet en entreprise. Il en ressort les statistiques suivantes : près de deux tiers des employés (64%) se rendent sur des sites web qui n’ont aucun rapport avec leur travail. Parmi eux, 39% y passe au plus une heure, 29% deux heures, 21% cinq heures et 3% plus de 10 heures. En moyenne, l’étude établit que les employés perdent 2,32 heures chaque semaine sur des navigations web personnelles ou qui n’ont rien à voir avec leur travail, ce qui coûte près de 3 000 dollars par employé par an.

Mais les sites web visités ne constituent pas la seule distraction. Les résultats de ces recherches suggèrent que seuls 14% des courriels sont indispensables au travail. 62% du panel estime que perdre du temps sur des courriels non essentiels est l’aspect le plus difficile de l’utilisation d’une boîte email. Il faut dire que SignNow estime à 192 milliards le nombre de courriels envoyés par jour d’ici 2016. Le panel avance que 8% des courriels reçus sont des spams. 10% de leurs conversations par courriels sont personnelles ou non rien à voir avec leur travail. Le nombre d’heures par jour passé pour utiliser sa boîte mail est de 4 heures, ce qui revient à dire que l’impact sur cette activité est d’environ 50% sur une journée de travail. En moyenne, la mauvaise utilisation des courriels fait perdre à l’employé 5 heures de travail par semaine ce qui coûte près de 6 400 dollars par employé par an.

Le diagramme ci-dessous vous donnera de plus amples informations


Source : blog Sign Now

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Neckara Neckara - Expert éminent sénior http://www.developpez.com
le 12/10/2014 à 9:34
Bonjour,

Il en ressort les statistiques suivantes : près de deux tiers des employés (64%) se rendent sur des sites web qui n’ont aucun rapport avec leur travail. Parmi eux, 39% y passe au plus une heure, 29% deux heures, 21% cinq heures et 3% plus de 10 heures. En moyenne, l’étude établit que les employés perdent 2,32 heures chaque semaine sur des navigations web personnelles ou qui n’ont rien à voir avec leur travail, ce qui coûte près de 3 000 dollars par employé par an.

N'a-t-on pas eu récemment une actualité disant que travailler 52 minutes puis prendre 17 minutes de pauses augmentait la productivité de l'employé ?
Donc comment pouvez-vous être aussi sûr que ceci "coûte 3 000 dollars par employé par an" ?

J'ai l'impression que vous parlez plus de "les employés font perdre de l'argent à leur entreprise en visitant des sites internets/envoyant des courriels personnels pendant leur temps de travail".
Pourtant l'étude que vous citez est beaucoup plus large que cela et ne parle pas que de l'impact d'internet sur la productivité
De plus, ce qui fait perdre le plus de temps semble être les interruptions (10,5h/semaine, les réunions 5h/semaine et les mails 5h/semaine).

D'ailleurs, calculer la productivité au nombre d'heure travaillé n'est pas vraiment fiable. N'est-ce pas d'ailleurs l'objet de l'actualité "Travailler jusqu'à 60 heures par semaine n'est pas un gage de votre sérieux" ?
Avatar de NSKis NSKis - Membre expérimenté http://www.developpez.com
le 12/10/2014 à 14:29
Cette étude oublie les pertes de temps dues à:
- la pause cigarette
- la pause "pipi"
- la pause café
- les échanges de SMS



Le titre de cette discussion est réductrice et ne prend pas en compte la partie "Time savers" de l'étude!!!

Il faudrait peut-être mettre sur la balance les gains en productivité amenés par internet??? Ceux qui ont eu à trouver un emploi, à démarcher des clients ou à développer du code avant la généralisation d'internet dans les années 1995-2000 savent ce que cela veut dire!

A cette époque vénérable, pas de tutoriel, pas de forum, pas de communauté pour vous aider quand vous étiez perdu devant vos lignes de codes!

A cette époque, aucun moyen de se renseigner sur une société et ses activités avant de la démarcher

A cette époque, il fallait lire toutes les semaines les petites annonces paraissant dans le journal du coin pour connaître les job ouverts...

Bref, avant internet, c'était la préhistoire!

Alors franchement, vouloir titrer "L'impact d'internet sur la productivité en entreprise. 64% des employés se rendent sur des sites web sans rapport avec leur travail", c'est vouloir polémiquer inutilement et faire preuve d'un manque de déontologie flagrante (allant jusqu'à fausser le jugement des lecteurs qui n'ont pas la possibilité de comprendre l'anglais et de décortiquer par eux-même la présentation de l'étude)
Avatar de MintWater MintWater - Membre actif http://www.developpez.com
le 12/10/2014 à 14:52
Bienvenue dans l'ère du tout mesurable, du tout mathématisable audela de toute raison. Malheureusement cette tendance se répend comme une trainée de poudre, surtout chez nos chers managers et dirigeants, qui veulent du "chiffrage contractuel", faire de beaux graphiques sur l'avancement de leur projet, faire correspondre leur budget avec le (foireux) "jour-homme".
La notion de "productivité" n'est pas binaire, et ce n'est pas parceque vous ne produisez rien à un instant donné que vous perdez votre temps et que votre employeur perd de l'argent. D'autant plus lorsqu'il s'agit de métier faisant appel à la créativité.
La seule mesure qui devrait être acceptable, c'est de savoir s'il y a adéquation entre le travail demandé, le délai imparti et la qualité produite (et le poste de la personne bien entendu). Que la personne regarde des vidéos de chat sur internet, ses mails perso, passe son temps aux toilettes, regarde par la fenêtre ou discute de la pluie et du beau temps avec ses collègues c'est hors sujet.
Avatar de Fanvan Fanvan - Membre actif http://www.developpez.com
le 12/10/2014 à 14:53
Le véritable scandale, ce n'est pas la consultation de sites webs sur le temps de travail.

Une étude de l'université de Brno montre qu'une majorité écrasante des salariés du secteur privé (plus de 97 % en 2013) pensent à leur famille au moins 30 minutes par semaine sur leur temps de travail, réduisant de façon significative leur productivité. On estime que les entreprises tchèques pourraient économiser près de 55 mille milliards de couronnes (2 milliards d'euros) si les employés tchèques cessaient du jour au lendemain de penser à leur famille lorsqu'ils sont dans l'entreprise. Le ministère de la vérité s'est emparé de cette étude pour évaluer l'impact de certaines préconisations simples - comme l'interdiction pure et simple de la procréation - qui pourraient offrir des gains de productivité suffisants pour hisser l'économie tchèque parmi les plus compétitives d'Europe.

Vraiment, cette idée que tous les pans de la vie sont évaluables et chiffrables, c'est le chemin vers le progrès.
Avatar de earhater earhater - Membre averti http://www.developpez.com
le 12/10/2014 à 16:11
Je sais pas pour vous mais je déteste ce genre d'étude qui cherche des chiffres qui sortent n'importe où. Fin bref si l'on se penche sur cette étude faudrait :
  • ne pas avoir de famille
  • Ne pas avoir faim
  • Ne pas avoir soif
  • Interdire l'utilisation des toilettes au travail
  • Ne plus prendre de pause café
  • Ne pas regarder ses mails
  • ne pas avoir de téléphone
  • Avoir une concentration à 100 % de 8 heures du matin à 18 heures au soir, toute la semaine

ça donne envie hein ?
Avatar de LSMetag LSMetag - Membre expert http://www.developpez.com
le 12/10/2014 à 16:43
Voici une étude qui montre bien la mentalité de certains employeurs aujourd'hui, exprimée à travers les mots "optimisation", "productivité" et "rentabilité". Ayant fait plusieurs SSII, j'ai pu constater cet état de fait où l'épanouissement personnel et la vie de famille d'un employé n'étaient clairement pas une priorité, voire pénalisés.

A un moment, on s'est même fait rappeler à l'ordre parce qu'on n'avait pas fait "semblant de travailler" devant le grand chef, à un moment où nous n'avions rien à faire et étions en attente d'informations et de consignes qui ressortiraient d'une réunion extraordinaire où nous n'étions pas conviés... Ha oui, et il était 19h.
Avatar de LSMetag LSMetag - Membre expert http://www.developpez.com
le 12/10/2014 à 16:44
Citation Envoyé par earhater  Voir le message
Je sais pas pour vous mais je déteste ce genre d'étude qui cherche des chiffres qui sortent n'importe où. Fin bref si l'on se penche sur cette étude faudrait :
  • ne pas avoir de famille
  • Ne pas avoir faim
  • Ne pas avoir soif
  • Interdire l'utilisation des toilettes au travail
  • Ne plus prendre de pause café
  • Ne pas regarder ses mails
  • ne pas avoir de téléphone
  • Avoir une concentration à 100 % de 8 heures du matin à 18 heures au soir, toute la semaine

ça donne envie hein ?

Là tu énonces les rêves/projets de Pierre Gataz...
Avatar de el_slapper el_slapper - Expert éminent sénior http://www.developpez.com
le 13/10/2014 à 10:00
Citation Envoyé par MintWater  Voir le message
Bienvenue dans l'ère du tout mesurable, du tout mathématisable audela de toute raison. Malheureusement cette tendance se répend comme une trainée de poudre, surtout chez nos chers managers et dirigeants, qui veulent du "chiffrage contractuel", faire de beaux graphiques sur l'avancement de leur projet, faire correspondre leur budget avec le (foireux) "jour-homme".
La notion de "productivité" n'est pas binaire, et ce n'est pas parceque vous ne produisez rien à un instant donné que vous perdez votre temps et que votre employeur perd de l'argent. D'autant plus lorsqu'il s'agit de métier faisant appel à la créativité.
La seule mesure qui devrait être acceptable, c'est de savoir s'il y a adéquation entre le travail demandé, le délai imparti et la qualité produite (et le poste de la personne bien entendu). Que la personne regarde des vidéos de chat sur internet, ses mails perso, passe son temps aux toilettes, regarde par la fenêtre ou discute de la pluie et du beau temps avec ses collègues c'est hors sujet.

Bof. Avant, il y avait le "management par la promenade". Le manager passe dans les bureaux, coche des cases (X bosse, Y bosse pas), et à la fin du trimestre, vire ceux qui ont le plus de cases "bosse pas". Et déjà ils croyaient que c'était de la gestion scientifique des employés. Seuls les outils ont changé.

Dans tous les cas, ceux qui font semblant de bosser sont avantagés.
Avatar de Simara1170 Simara1170 - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 13/10/2014 à 10:12
Interdire l'utilisation des toilettes au travail

Ah que non! Je serais tellement triste, je veux dire, le bonheur de savoir que t'es payé à faire de la merde, ça n'a quand même pas de prix
Avatar de Lelfic Lelfic - Membre habitué http://www.developpez.com
le 13/10/2014 à 11:52
Je suis très déçu de voir un article pareil sur ce site, que je considérais comme une source sérieuse et fiable.

Cet article est clairement très orienté, et use de biais cognitifs divers visant à manipuler l'opinion. Il en oublie le contexte, omet totalement de considérer une très grande partie des données et paramètres à prendre en compte. En somme, il est très réducteur, et les arguments fallacieux sont carrément honteux (biais de confirmation, biais de cadrage et biais d’appariement).

Internet est un système extrêmement vaste, complexe, quasiment vivant, et ses répercutions sur notre monde son tout aussi vastes et complexes. Réduire cela à l'influence d'un seul paramètre, parmi des centaines, voir des milliers, sur un seul aspect des choses, est tout simplement un non-sens.

Heureusement, les commentaires qui précèdent me laissent l'espoir de constater que la plupart gens ne sont pas assez c*** pour gober ça, mais il suffit de quelques-un bien placés (des patrons par exemple) que cela arrangerait de croire ça pour pourrir la vie de nombreuses personnes. C'est pourquoi ce genre d'inepties ne devrait même pas apparaître sur les pages d'un site comme celui-ci.

Le seul fait de colporter des idées fausses leur donne plus de poids, même quand ne leur en donne aucun.
Offres d'emploi IT
Analyste SI-métier (poste également ouvert aux stagiaires, alternants et VIE du groupe)-(H/F)
Société Générale - Ile de France - Val-de-Marne
Chargé(e) de mission au CERT Société Générale (H/F)
Société Générale - Ile de France - Val-de-Marne
Architecte de données (H/F)
Société Générale - Ile de France - Ile de France

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil