Tim Berners-Lee estime que le monde a besoin d'une Magna Carta en ligne
Pour combattre le contrôle des gouvernements et des entreprises

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Samedi dernier, lors du festival londonien Web We Want qui débat sur le futur d’internet, le père du word wide web Tim Berners-Lee a appelé à l’établissement d’une proposition de loi qui garantirait la vie privée des internautes en plus de garder le web indépendant. Il a encore appelé à une approche « Magna Carta » pour internet.

Pour rappel, la Magna Carta Libertatum ou Grande Charte est une charte de soixante-trois articles arrachée par le baronnage anglais au roi Jean sans Terre le 15 juin 1215 après une courte guerre civile notamment marquée par la prise de Londres, le 17 mai, par les rebelles. Les barons étaient excédés des exigences militaires et financières du roi et de ses échecs répétés en France, en particulier à Bouvines et à La Roche-aux-Moines. Sur la Magna Carta, Jean Sans Terre s'engage à garantir les libertés de l’Église et des villes, à se soumettre à la décision du Commun Conseil pour établir un impôt et aussi à ne plus arrêter les hommes libres de façon arbitraire.

Lorsqu’il a été interrogé sur la « plus grande menace à la liberté sur internet de nos jours », voici ce qu’il a répondu : « j’avais l’habitude de dire que ce serait soit le contrôle d’internet par le gouvernement, dans des pays comme la Chine, ou le contrôle d’internet par de grosses entreprises, dans des pays comme les États-Unis ». Par la suite, il a avancé « qu’il s’avère que c’est un peu plus subtil que ça. Aux États-Unis, les grosses entreprises financent des députés et leurs campagnes d’élections. Il y a un adage populaire à Washington qui dit ‘investissez en Amérique, achetez un membre du Congrès’. Donc on peut dire que de grandes entreprises contrôlent le gouvernement de toute façon. La plus grande menace est de voir une quelconque puissance prendre le contrôle d’Internet ».

« Si une entreprise peut contrôler votre accès à internet, si elle peut contrôler les sites que vous visitez, alors elle a un contrôle sur votre vie » a-t-il déclaré. Pour illustrer son propos, il explique que « si un gouvernement peut vous empêcher par exemple d’aller sur des pages de l’opposition politique, alors il peut vous donner une vision biaisée de la réalité pour se maintenir au pouvoir. Tout d’un coup le pouvoir d’abuser de la liberté d’internet est devenue vraiment tentant à la fois pour les gouvernements et les entreprises »

En mars dernier, Sir Tim Berners-Lee décrivait internet dans son idéal et expliquait qu’il voulait que le 25e anniversaire du WWW soit l’occasion de penser au type de web que chacun veut. « Vous pouvez aller au webat25.org et vous y trouverez des liens. Il y a un tas de sites où les gens ont commencé à assembler une Magna Carta, une déclaration des droits pour le web. Ça vous dit qu'on fasse ça ? Ça vous dit que nous décidions, dans un sens, c'est ce qui devient les droits fondamentaux, le droit de communiquer avec qui je veux. Qu'y aurait-il sur votre liste pour cette Magna Carta ? Ouvrons au public une Magna carta pour le web. Faisons-le cette année. Utilisons l'énergie du 25e anniversaire pour ouvrir au public une Magna Carta sur le web. ».

Cependant des questions se posent. Si une liste est ouverte au public pour compléter une Magna Carta pour le web qui garantit les droits fondamentaux, comment pourrions-nous l'appliquer? Devrait-elle être votée par chaque pays pour en faire un droit ? Si c'est le cas, est-ce que les grandes entreprises ne pourraient pas « acheter un membre du Congrès » afin qu'ils puissent enlever des portions de la Magna Carta nuisibles à leurs modèles d'affaires ? Les gouvernements et les entreprises n’utiliseraient-ils pas les « mauvais » exemples d’utilisations d’internet pour combattre ces propositions de loi ?

Quoiqu’il en soit, Sir Berners-Lee avance que la liste doit « refléter toute l’humanité, y compris ‘des choses horribles’ » afin qu’internet soit un « milieu neutre ». Bien entendu, il ne sous-entend pas que tout doit être légal puisqu’il ajoute que « mais, certaines choses sont bien sûr simplement illégales : la pornographie enfantine, la fraude, expliquer à quelqu'un comment braquer une banque, c'est illégal avant le web et reste illégal après le web. »

Source : The Guardian, TED de mars

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de NahMean NahMean - Membre averti http://www.developpez.com
le 29/09/2014 à 16:54
Bien entendu, il ne sous-entend pas que tout doit être légal puisqu’il ajoute que « mais, certaines choses sont bien sûr simplement illégales : la pornographie enfantine, la fraude, expliquer à quelqu'un comment braquer une banque, c'est illégal avant le web et reste illégal après le web. »

Comment traiter les gens qui dénoncent les dérives de leurs propres pays ? est-ce que ce sera un droit dans cette nouvelle charte ou cela sera t-il réprimandé comme maintenant ?
Avatar de AoCannaille AoCannaille - Membre expérimenté http://www.developpez.com
le 29/09/2014 à 18:40
Citation Envoyé par NahMean  Voir le message
Comment traiter les gens qui dénoncent les dérives de leurs propres pays ? est-ce que ce sera un droit dans cette nouvelle charte ou cela sera t-il réprimandé comme maintenant ?

Dans le cadre de sa citation, et donc dans le cadre légal pur, il s'agit bien d'une trahison. Le problème de la justice est simple : la justice n'est pas là pour être juste mais pour faire respecter le droit.

Dans un monde parfait le droit serai juste. Le monde ne l'est pas.
Avatar de SylvainPV SylvainPV - Rédacteur/Modérateur http://www.developpez.com
le 29/09/2014 à 18:45
Ils se servent de la pédophilie, du terrorisme et de toutes ces exceptions illégales comme prétextes pour prendre le contrôle du contenu Web. Si quelqu'un veut chercher du contenu pédophile ou pro-terroriste sur le Web, il y parviendra avec tous ces dark net et outils d'anonymat. Inversement, en 15 ans de surf assidu je ne suis jamais tombé sur du contenu pédophile ou pro-terroriste. Le problème de la censure, c'est que pour justifier son action on doit exposer publiquement le contenu censuré ; ce qui perd tout son sens. La censure est incompatible avec la transparence, la liberté d'expression, la neutralité et tous les beaux concepts qui vont avec. Je serais plutôt d'avis d'ouvrir la boîte de Pandore et de se prendre toutes les horreurs de l'humanité sur la gueule. Je préfère encore ça à une grande autorité bien pensante qui fait ces horreurs dans l'ombre.
Avatar de marsupial marsupial - Membre éclairé http://www.developpez.com
le 29/09/2014 à 20:28
Citation Envoyé par SylvainPV  Voir le message
... Inversement, en 15 ans de surf assidu je ne suis jamais tombé sur du contenu pédophile ou pro-terroriste. ...

Avant l'arrivée de Gmail, pour obtenir une adresse mail "publique" sans spam, il m'est arrivé une fois de souscrire à un site qui n'était qu'une façade d' une organisation maffieuse de pornographie, prostitution et, "évidemment", de pédopornographie. Il me semble que depuis, le site s'est vu fermé à deux reprises par le FBI.

Pour le terrorisme, j'ai plus croisé des "fous de Dieu" ( qu'il soit judaïque, chrétien, musulman ou bouddhiste) prêchant sur la toile qu'autre chose.

En même temps je n'ai jamais recherché ni l'un ni l'autre.

L'un comme l'autre ont toujours existé. Ils restent bien évidemment un prétexte, une couverture, de la poudre aux yeux, pour s'accaparer le plus grand media jamais créé par l'Homme à l'impact et à la résonnance inouïe. De ce fait, il peut s'agir d'un danger pour les dictatures totalitaires et une chance pour la démocratie. Le domestiquer pourrait nuire à l'une et donner une chance aux autres. Néanmoins, les lois régissent nos sociétés, elles doivent aussi être respectées sur le Web. Lui donner une charte, sous l' égide de l'ONU, une sorte de convention des droits du web, couperait l'herbe sous le pied de cette domestication néfaste pour les libertés.
Avatar de Aurelien Plazzotta Aurelien Plazzotta - Membre éclairé http://www.developpez.com
le 29/09/2014 à 21:10
Premier problème fondamental : la totalité est gouvernements et des entreprises au monde ont des intérêts financiers à utiliser internet. AUCUN participant direct ou indirect ne sera partial dans la constitution de cette Magna Carta.

Le world wide web consortium est aujourd'hui composé d'entreprises richissimes comme Google, Apple et Microsoft qui ont payé pour rejoindre les "groupes de travail" établissant les futures spécifications de tel ou tel langage.Il n'y a donc plus aucune entité indépendante qui puisse maintenir la neutralité du réseau.

Faire appel à la population mondiale comme le fait Tim Berners-Lee ? d'un côté, on peut croire à l'intelligence collective et à la sagesse des foules, d'un autre, on peut songer à manipuler l'opinion des masses...

Selon moi, il n'y a qu'une certitude, l'échec ou la réussite de la neutralité du réseau va influencer durablement les 3 ou 4 prochaines générations qui nous succèderont.

EDIT:
et la citation contenue dans la signature de SylvainPV sera plus que jamais vérifiée...
Avatar de LSMetag LSMetag - Membre expert http://www.developpez.com
le 29/09/2014 à 21:39
Pourquoi ne pas simplement revenir aux bonnes vieilles enquêtes avec témoins et tout ?

Pour ensuite demande de mandats auprès d'une instance internationale pour perquisitionner en cas de éléments solides.
Offres d'emploi IT
Developer php / symfony (H/F)
SENSIOLABS - Ile de France - Clichy (92110)
Programmeurs/développeurs iOS H/F
Peace - Autre - Osaka
1 chef de projet digital
Stratis - Provence Alpes Côte d'Azur - Toulon

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil