Développement mobile : 2% de développeurs se partagent 54% des revenus
Peut-on encore percer dans cet univers ?

Le , par Hinault Romaric, Responsable .NET
La tendance actuelle dans l’écosystème de l’IT est au mobile. Les smartphones sont de plus en plus présents dans le quotidien des utilisateurs, et se frayent même un passage dans le monde professionnel.

Les développeurs s’orientent de plus en plus vers le développement d’applications pour terminaux mobiles, afin de pouvoir tirer des revenus de ce marché qui a le vent en poupe.

Il y a quelques jours, Apple a révélé, lors de la présentation de ses résultats financiers pour le troisième trimestre, qu’il avait versé 20 milliards de dollars au total aux développeurs d’applications qui disposent de créations sur sa galerie, depuis son lancement en 2008.

Ce chiffre montre que créer des applications pour le mobile peut être assez bénéfique. Mais, si on se penche sur les répartitions entre les développeurs, on se rend compte que réussir à tirer des revenus sur des applications mobiles peut se révéler assez difficile pour les développeurs.

En effet, selon l'étude « Developer Economics » réalisée auprès de 10 000 développeurs par le cabinet d’analyse Vision Mobile, seulement un infime nombre de développeurs génèrent de gros revenus sur leurs applications.

Selon le rapport, 50 % des développeurs iOS et 47 % des développeurs Android gagnent moins de 500 dollars par application et par mois.


Plus de 88 % des développeurs mobiles se partagent seulement 11 % des revenus totaux des applications mobiles et gagnent moins de 10 000 dollars par mois. 9 % des développeurs interrogés ont une part de 35 % des recettes et ont des revenus mensuels entre 10 000 et 100 000 dollars. Plus de la moitié des recettes est partagée entre 2 % des développeurs, qui ont des revenus supérieurs à 100 000 dollars par mois.


Les jeux, bien que représentant près de 50 % des téléchargements sur les stores, constituent le segment pour lequel il est le plus difficile de tirer des revenus. 57 % de jeux font moins de 500 dollars de recettes par mois. Alors que les développeurs qui ciblent les entreprises sont susceptibles de gagner de 5 000 à 25 000 dollars par mois, par application. Pourtant, seulement 1 développeur sur 2 cible les entreprises.


Par ailleurs, pour pouvoir tirer des revenus de l’écosystème mobile, les développeurs doivent disposer de plusieurs applications. D’après l’étude, une grande majorité des développeurs qui gagnent plus de 100 000 dollars par mois, dispose de plus de 11 applications sur les stores. Cela est beaucoup plus fréquent chez les développeurs de jeux.

De plus, les développeurs qui ont les plus gros revenus ont le plus souvent recours à des outils tiers pour le développement, l’analyse et la monétisation de leurs applications.

Un autre enseignement de cette étude est le fait que bon nombre de développeurs n’utilisent pas les langages de programmation par défaut des plateformes mobiles. En effet, 47 % des développeurs iOS n’utilisent pas Objective-C, tandis que 42 % de développeurs Android n’ont pas recours au langage Java. Ils se tourneraient vers des outils et langages permettant de développer facilement ou de créer des applications multiplateformes, à l’instar du HTML5.


Avec le nombre important d’applications actuellement disponibles sur les stores, le développement mobile peut-il encore être bénéfique pour les nouveaux arrivants ?

Source : Developer Economics


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de guandal guandal - Membre habitué http://www.developpez.com
le 25/07/2014 à 14:22
Bonjour,
au final c'est comme la richesse dans le monde.
Avatar de free07 free07 - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 25/07/2014 à 14:27
Citation Envoyé par guandal  Voir le message
Bonjour,
au final c'est comme la richesse dans le monde.

C'est exactement ce que je me suis dis en parcourant cet article, comme quoi le partage de la richesse ne peut pas se faire naturellement.
Avatar de ScriptorTux ScriptorTux - Membre régulier http://www.developpez.com
le 25/07/2014 à 14:47
Bonjour,
au final c'est comme la richesse dans le monde.

C'est sur que quand on sait que environ 45% des richesses sont partagées par environ 1% des gens sur terre...
Avatar de Grabeuh Grabeuh - Membre confirmé http://www.developpez.com
le 25/07/2014 à 15:12
Visiblement, cette étude ne prend en compte que le coût des applications lors de l'acquisition, et pas les achats "in-app" qui constituent le cœur du modèle freemium de beaucoup d'applications, notamment les jeux : application et contenu très limité gratuit, puis contenu complet payant.

Idem pour certains services où il faut posséder un compte premium à abonnement pour utiliser une application téléchargée gratuitement. Ces applis là réaliseront BEAUCOUP plus de chiffre d'affaire sur le long terme.
Avatar de arnolddumas arnolddumas - Rédacteur/Modérateur http://www.developpez.com
le 25/07/2014 à 15:25
Ca me paraît plutôt logique comme tendance, on joue aux mêmes jeux que ses amis, donc des leaders émergent. Et puis en tant que développeur indépendant, c'est difficile de se faire connaître quand on voit que les grosses boîtes ont les moyens de faire de la publicité à la télé (comme Bubble Witch 2 par exemple).
Avatar de martopioche martopioche - Membre averti http://www.developpez.com
le 25/07/2014 à 16:35
Citation Envoyé par Grabeuh  Voir le message
Visiblement, cette étude ne prend en compte que le coût des applications lors de l'acquisition, et pas les achats "in-app" qui constituent le cœur du modèle freemium de beaucoup d'applications, notamment les jeux : application et contenu très limité gratuit, puis contenu complet payant.

Idem pour certains services où il faut posséder un compte premium à abonnement pour utiliser une application téléchargée gratuitement. Ces applis là réaliseront BEAUCOUP plus de chiffre d'affaire sur le long terme.

À ce que je comprends, même en regardant la partie méthodologie, ce n'est pas le cout des applications qui est pris en compte (ce rapport est orienté revenu/dev, pas app). Le détail du survey n'est pas donné, mais laisse entendre que c'est le revenu global qui était demandé.

Après, on entend souvent que le in-app ou l'abonnement sont plus rentable (c'est vrai) mais ce n'est pas en mettant de l'in-app ou en proposant un abonnement qu'on trouvera l'El Dorado. La problématique globale est la même : générer du téléchargement, inciter à l'utilisation et inciter à transformer cette utilisation. Vu que le rapport indique que 36% des devs interrogés sont d'un profile pas très agressif commercialement (aucun marketing, aucune promotion...), ce modèle ne marchera pas mieux pour eux. Et cette évaluation ne changera rien non plus aux 16 % de mercenaires.
Avatar de martopioche martopioche - Membre averti http://www.developpez.com
le 25/07/2014 à 16:52
De manière plus générale, c'est bien d'avoir enfin des chiffres de ce type. Il y a quelques années, les apps mobile étaient l'El Dorado du dev, une opportunité de briller en publiant son app imaginée par ses soins et de la fournir directement à ses utilisateurs sans avoir des batons dans les roues par des gens qui ne servent à rien comme le marketeux, le commercial ou les gars du design...

Pour moi, ces chiffres démontrent que sur mobile, la problématique est la même que pour un projet classique (même si d'un point de vue terminologique, le mobile est devenu du classique) à savoir qu'il faut se faire connaitre, inciter à utiliser son produit/service et surtout inciter l'utilisateur à vous donner quelques euros/dollars... Or beaucoup de développeurs qui se lancent à la publication d'apps n'ont pas une idée de "business", tout au mieux une espérance de revenus basé sur ce qu'on dit. La réalité est peut être que 2% des devs se partagent 54% des revenus, mais on voit aussi que 36% des devs sont d'un profile qui ne cherche pas à dégager un revenu, 16 % ne recherchent qu'un revenu fixe et que pour une 20aine de %, l'objectif n'est pas de dégager un revenu directe...
Avatar de 4sStylZ 4sStylZ - Membre confirmé http://www.developpez.com
le 28/07/2014 à 10:39
2 % des développeurs se partagent 54% des revenus...
C'est comme le talent, ou le génie. Ce n'est pas partagé également dans chaque hommes.

Je connais un seul mec qui gagne énormément d'argent, il est pas développeur mais il est un peu dans les 2% en somme.
C'est aussi le seul mec que je connais qui ne vit que pour son travail, qui s'est déchiré pour être là ou il est.

Je suis surement dans 98% et pourtant je ne troquerais pas ma vie et son salaire pour sa vie à lui et son salaire.

Bonne journée!
Avatar de Shuty Shuty - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 28/07/2014 à 13:38
Les revenus générer sont très souvent proportionnel à l'utilité et à la qualité de l'application.

Beaucoup d'app son inutiles et nombreuses sont celle qui sont buggé. Je ne veux pas faire le pessimiste mais, c'est mon constat.
Avatar de vanquish vanquish - Membre éclairé http://www.developpez.com
le 28/07/2014 à 16:00
Il y a aussi toutes les applications gratuites, mais pour lesquels le développeur a été normalement payé, car le payeur n'est pas l'utilisateur final.

Voyage SNCF, Auto-plus etc ...

Donc oui, on peut gagner sa vie, mais il ne faut pas s'adresser à l'utilisateur final.
Plutôt à celui qui veux éditer une application mobile alors que ce n'est pas son métier.
Offres d'emploi IT
Intégrateur d'exploitation H/F
Safran - Ile de France - Issy-les-Moulineaux (92130)
Analyste SI-métier (poste également ouvert aux stagiaires, alternants et VIE du groupe)-(H/F)
Société Générale - Ile de France - Val-de-Marne
Scrum master H/F
Safran - Ile de France - Osny (95520)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil