Les premiers mainframes d'IBM ont 50 ans
Et ils continuent à être utilisés dans de nombreuses entreprises

Le , par Francis Walter, Community Manager
Le monde est aujourd’hui rempli de milliards d’ordinateurs composés de microprocesseur. Mais il y a plus d’un demi-siècle, un ordinateur avait la taille d’un salon. À la place des bus, les ingénieurs utilisaient des câbles pour transporter les données. Ce fut sans doute très impressionnant d’avoir de telles machines, capables de faire des calculs que le cerveau de l’Homme ne pouvait pas faire et de conserver des données que la mémoire de l’Homme ne pouvait pas. Les besoins ont varié, le monde avait besoin des ordinateurs personnels qu’on pouvait transporter partout où on voulait aller d’où la naissance des unités centrales.

Ce fut le 7 avril 1964 que le premier mainframe d’IBM a été dévoilé, soit exactement il y a 50 ans. Il s’agit du System 360 qui a valu 5 milliards de dollars comme investissement. Cette apparition a fait abolir l’avènement de leurs prédécesseurs qui occupaient un espace important dans les locaux. Aujourd’hui, il est difficile de se passer de la technologie, elle fait maintenant partie de notre vie quotidienne, on ne s’en lasse plus. Mais on oublie que ces mainframes sont la base de l’essor qu’a connu la technologie. Pour Charlie Ewen, directeur de l'information au Met Office utilisant les mainframes depuis environ 40 ans, les mainframes doivent être considérés comme un héritage pour la technologie.

Malgré leur vieillesse, les unités centrales continuent d’être exploitées dans de nombreuses entreprises. En tout cas, c’est ce qu’affirme Barry Heptonstall, un porte-parole d'IBM. La plupart des gros systèmes de traitement de données telles que les agences de réservations aériennes, les distributeurs de billets ou encore les systèmes de paiement par carte de crédit utiliseraient encore des unités centrales. Ils sont « résilients, robustes et très rentables pour une partie du travail que nous faisons » a déclaré Charlie Ewen. Le Met Office utilise encore les unités centrales pour faire environ 4 millions de prévisions par jour.

Les premiers claviers sont apparus au temps des premiers mainframes. Sur ces claviers, on pouvait voir des touches telles que « Escape », « SysRq » et « Request System ». Cette dernière permettait d’interrompre un programme en exécution et de passer à un autre. Rappelons que le langage du moment était le Cobol. Ce temps est maintenant révolu, les architectures parallèles sont d’actualités, plusieurs tâches peuvent être exécutées simultanément. Dans 50 ans, sans aucun doute, les besoins en technologies seront accrus, de nouvelles générations de machines seront d’actualités, mais les unités centrales resteront une base pour ces futures générations d’ordinateurs.

Source : BBC

Et vous ?
Utilisez-vous encore ces mainframes ? Pourquoi ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Paul TOTH Paul TOTH - Expert éminent sénior http://www.developpez.com
le 08/04/2014 à 14:52
d'après cet article on a l'impression qu'il y a des gens qui bossent encore comme il y a 50 ans...moi j'ai connu l'AS/400 d'IBM sur 15 ans il a énormément évolué, les premiers modèles que j'ai connu faisaient 1m50 de haut et 3m de large avec des disques dur de 30kg (le poids, pas la capacité), les derniers modèles que j'ai connu tout en étant plus puissant n'étaient pas plus gros qu'un PC.

après ça fait 4 ans que j'ai pas mis les pieds dans un Auchan ou un Boulanger, mais à l'époque ils étaient tous sous AS/400, ce qui largement suffisent pour saisir une commande client avec un système qui supporte des liaisons très bas débit si nécessaire.

c'est pas très fun de développer sur ces machines mais c'est tout à fait adapté pour des applications de gestion.
Avatar de fredinkan fredinkan - Membre confirmé http://www.developpez.com
le 08/04/2014 à 14:56
Citation Envoyé par Paul TOTH  Voir le message
c'est pas très fun de développer sur ces machines mais c'est tout à fait adapté pour des applications de gestion.

Je plussoie clairement.
Je connais plein de gens qui sont parti d'AS/400 pour autre chose et qui n'ont jamais pu s'y faire.

C'était moche, mais ultrafonctionnel.
Avatar de Gugelhupf Gugelhupf - Modérateur http://www.developpez.com
le 09/04/2014 à 10:44
Cobol powa
Avatar de 4sStylZ 4sStylZ - Membre confirmé http://www.developpez.com
le 09/04/2014 à 11:00
Je travaille dans une société originairement spécialisée dans le monde de l'AS-400.

Effectivement, les plus grande sociétés de France et d'ailleurs ont toujours des AS-400, notamment plus de 90 % des 100 plus grandes entreprises Françaises.

Comme cité plus haut, la grande distribution, Conforama, Boulanger etc fonctionnent toujours avec des AS, et je connais des vendeurs qui ne veulent pas voir un seul écran plus moderne, à cause de la latence.

La machine est d'une fiabilité énorme. La volumétrie des données traitée peut toujours être fantastique et n'a que peu d'égal à mes yeux.

Dans certain cas, Rien ne sert d'avoir un joli écran couleur alors que tout ce qui compte c'est une saisie extraordinairement rapide des données (commandes client, factures...).

DB2, le SGBD de l'AS-400 est très performant, et contrairement aux croyances, il peut être attaqué par d'autres clients que des écrans 52-50 noirs et verts qui malgré leur faible coût en UC sont démodés stylistiquement parlant ...

Nous générons par exemple des interfaces semblable à des sites web (En général avec des interfaces très simples et "industrielles" mais néanmoins rapides). Nous générons aussi des client Windows en C++ qui attaquent DB2 et les AS-400.

Des nouveaux projets de création et non de simple maintenances arrivent toujours pour des AS-400, indépendamment du langage (Orienté Web, en COBOL ou en RPG-IV ILE pur), même si la demande diminue évidemment.

Même si les écrans noirs et verts sont démodés, l'AS-400 est sans doutes possibles loin d'être morte. On aura encore des projets et des clients qui souhaiterons maintenir leurs applicatifs 400 dans 20 ans même si notre stratégie globale d'entreprise a évoluée depuis longtemps vers des technologies plus modernes et différentes.
Avatar de el_slapper el_slapper - Expert éminent sénior http://www.developpez.com
le 09/04/2014 à 11:08
J'ai longtemps bossé en MVS qu'en AS/400(c'est la gamme un peu plus puissante, ciblée grands comptes). Avec 2 anecdotes rigolotes.

(1) un grand compte veut refaire sa chaine marketing. Les données initiales sont sous UNIX. Le client JAVA qui permettra aux agents de le consulter est sous UNIX. Pourtant, on me demande de chiffrer la réalisation de la chaine. J'ai posé bêtement la question "mais pourquoi vous ne faites pas ça en JAVA, ça serait plus cohérent techniquement". Réponse : "parceque vous êtes deux fois moins cher". Moralité, même en essayant de scier la branche sur laquelle je suis assis, la réalité casse la scie, pas la branche.

(2) un autre grand compte a un système d'information complet en COBOL/MVS. Même les interfaces. Au lieu de faire comme tout le monde et de remplacer les interfaces par du JAVA ou du Delphi, et laisser les choses sérieuses sous MVS, décision est prise de tout remplacer. 5 ans plus tard, et après plus de 100M€ de dépenses, le nouveau projet JAVA gère 5% du périmètre. Là ou l'apli COBOL/MVS passe les 95% du traitement annuel comptable en moins d'une journée, l'appli JAVA passe les 5% en une semaine. Poubelle. Moralité : si les concurrents font des solutions hybrides, c'est parceque ça marche.
Avatar de - http://www.developpez.com
le 09/04/2014 à 12:51
La volumétrie des données traitée peut toujours être fantastique et n'a que peu d'égal à mes yeux.

Effectivement, depuis mon pont de vue d'archi réseau, le mot "performance" est le premier qui me vienne à l'esprit.

Récemment, j'ai aidé au déploiement de deux Power 7 Plus sur des coeurs de réseau au travers d'aggrégats d'interfaces 10G.
Il faudrait que je retrouve les résultats de transferts de 10Go de données entre les 2 Power 7. Au début, je croyais que l'admin s'emmêlait les pinceaux entre les bytes et bits tellement c'était faramineux

Pis pour m'impressionner, il a refait le transfert du même fichier dans les 2 sens en même temps (chaque Power 7 était serveur et client). Les stats n'avaient pas bougé d'un poil. La bestiole avait encore du mou. Il a alors stoppé les tests de perfs et il s'est moqué de moi en prétendant qu'il pourrait faire fumer les Cisco
Frimeur d'admin de Power 7 Plus

Il y a quelques années, je travaillais sur un problème réseau qui hébergeait un S390. Une des interfaces IP du S390 était configurée sans gateway. Je vous passe les détails mais à ma grande stupeur, en regardant des traces, le S390 substituait parfois son adresse IP configurée sans gateway par une autre adresse IP locale, configurée elle avec une gateway
Et là, l'admin de conclure : "à ce prix, une telle machine doit sûrement avoir une certaine forme d'instinct de survie"

Enfin (je vais arrêter là parce que des histoires de guerre avec les mainframes IBM, j'en ai des tonnes), un pote aux US était confronté à un bug OSPF catastrophique sur des gros routeurs Cisco (le bug faisait redémarrer le Designated Router). No problemo. L'admin a gentiment "prêté" son S390. En une demi-journée, OSPF tournait sur le S390, comme OSPF DR, avec des milliers de Link States dans sa base de données. C'est resté en l'état pendant une semaine, le temps pour Cisco de sortir son fix... Ca ne dérangeait pas trop l'admin parce que ça ne prenait que 4 ou 5% de la CPU du S390

Les équipes mainframes, c'est une tribu à part entière. Ils ont leurs coutumes, leur langage. C'est une catégorie de geeks avec qui j'aime bien bosser

Maintenant, j'ose la question : est-ce que les équipes qui gèrent vos mainframes aiment aussi le ricard ?

Bon, ok, je sors

Steph
Avatar de Metalman Metalman - Membre expert http://www.developpez.com
le 09/04/2014 à 13:07
Attention... "Mainframe" > "Minis" (> "Micros")....
Soit : MVS & z/OS > AS/400
Pour pas que d'autres confondent !

Bref : oui malheureusement les équipes mainframes "actuellement en place" ne disposent que de leur propre jargon, et il devient parfois TRES difficile de parler avec eux sur les notions non-mainframes ou même "génériques" à tout ordinateur quel qu'il soit....

Je suis d'accord avec Paul TOTH : l'article présente le mainframe comme un outil de la préhistoire qui "tourne très difficilement"... heureusement l'article parle des claviers à la fin, car il me semble que les premiers S360 fonctionnaient bel et bien en majorité avec de la carte perforée...
De plus : il n'y avait pas QUE le COBOL...

Enfin bref.... j'ai bien envie de faire un autre article ici même pour débroussailler le "mainframe" d'aujourd'hui et celui de l'époque.

Sinon aujourd'hui :
Il y a le fabuleux z/OS toujours en évolution...
...et le zLinux !
Et tous deux partagent les mêmes "grosses boîtes" avec des CPU à 5,5Ghz et sont "préemptifs"... Oui oui...
On ne fait pas qu'envoyer des tas de cartes perforées, appuyer sur des gros boutons rouges pour arrêter et tourner des manivelles pour revenir en arrière dans les steps...

EDIT : pour ceux qui voudraient contribuer à la rédaction d'explications que je propose, tout est ici
Avatar de camus3 camus3 - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 09/04/2014 à 14:07
Je travaille dans une société originairement spécialisée dans le monde de l'AS-400.

Ta boite doit se faire un sacré pognon... Je connais un seul consultant COBOL (et FORTRAN) , il vit largement bien avec son salaire à 6 chiffres... comme quoi, tout ces derniers languages à la mode, ça paie pas autant qu'un bon vieux COBOL ...
Avatar de fredinkan fredinkan - Membre confirmé http://www.developpez.com
le 09/04/2014 à 14:13
Citation Envoyé par camus3  Voir le message
Ta boite doit se faire un sacré pognon... Je connais un seul consultant COBOL (et FORTRAN) , il vit largement bien avec son salaire à 6 chiffres... comme quoi, tout ces derniers languages à la mode, ça paie pas autant qu'un bon vieux COBOL ...

Normal, peu de personnes veulent en faire, car "c'est pas à la mode".
Et plein d'autres ont peur (peut-être à raison) que ça ne dure que quelques années.
Avatar de Metalman Metalman - Membre expert http://www.developpez.com
le 09/04/2014 à 14:51
Il y a de la demande COBOL chez les clients.... publiquement sous forme d'embauche d'experts avec 10~15 ans d'expérience, et en privé de tout ce qui a la formation minimum...
...les SSII essayent de trouver des gens répondant à ces critères, mais refusent de présenter publiquement des offres d'embauche pour "débutants", même si elles sont prêtes à faire des formations internes...
...les "jeunes" ne voient que les demandes d'experts avec 15 ans d'XP et croient donc que le secteur est mort comme aucun débutant n'est demandé...

=> et vous avez la formule parfaite pour fermer le petit monde et être certain de manquer de recrues

Comme tout le monde ignore ce qu'est le COBOL (un langage "strict" dans les formats d'entrées/sorties, de ce que j'ai pu voir jusqu'à maintenant), tout le monde pense à "quelque chose" qui doit être de l'assembleur... incompréhensible... bourré de bugs... et générant des programmes très peu stables...
Et en réalité on est sur quelque chose qui ne segfault pas contrairement au C et ses libertés (sachant que j'adore le C grâce aux pointeurs etc...), et qui du coup devient beaucoup plus facile et rapide à recetter... car on est directement plongé dans la partie métier !
...et ça 99% des "informaticiens" l'ignore ! Car personne ne fait d'effort pour en parler.
Offres d'emploi IT
Développeur - software craftsman (H/F)
Société Générale - Ile de France - Hauts-de-Seine
Data scientist inspection générale (H/F)
Société Générale - Ile de France - Hauts-de-Seine
Architecte big data H/F
Safran - Ile de France - Magny-les-Hameaux (78114)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil