PRISM : la France aurait-elle dû accueillir Edward Snowden ?
Une demande soutenue par les Verts, le Parti de Gauche et le Front National

Le , par Gordon Fowler, Expert Confirmé Sénior
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la classe politique française a assez peu apprécié les révélations du Spiegel sur l’espionnage par les États-Unis de ses alliés européens. Et encore moins les tentatives du secrétaire d’État américain John Kerry et du Président Barack Obama de relativiser à outrance les faits pour désamorcer l'affaire.

Si certains jouent la carte du recul (comme Fleur Pellerin pour qui « ce n'est pas vraiment la première fois que ça arrive dans l'Histoire » ou Henry Guaino qui ironise sur le fait qu'« il n’y a pas grand-chose à espionner à Bruxelles »), cette catégorie est assez rare.

L’heure est en effet plutôt aux demandes de suspension des négociations sur le libre-échange entre l’UE et les États-Unis (ce que proposent François Bayrou, le PS Jean-Christophe Cambadélis ou Marine Le Pen). Voire à la remise en cause d’accords politiques et commerciaux (Daniel Cohn-Bendit ou Pierre Laurent, secrétaire national du PCF).

Se pose également en toile de fond la question de l’asile politique. Théorique hier, elle est devenue réelle aujourd’hui avec la demande officielle de Edward Snowden à plusieurs pays, dont la France.

Trois partis ont déjà appelé à répondre favorablement à cette demande.

Les Verts ont fait savoir par communiqué qu’ils « demandent solennellement au Président de la République et au gouvernement d'accorder l'asile politique à un homme qui non seulement a eu le courage de révéler l'existence d'une surveillance illicite, mais a permis d'en connaître l'ampleur qui s'étendait jusqu'aux bureaux de l'Union Européenne, aux Nations Unies et à Bruxelles ».

Le Parti de Gauche se déclare aussi pour cette demande. Jean-Luc Mélenchon a ainsi qualifié Edward Snowden de « bienfaiteur de l'Europe qui a permis de démasquer un complot ».

Même son de cloche, ironiquement, du côté du Front National dont la présidente Marine Le Pen se demandait sur LCI « à qui exactement allons-nous accorder l’asile politique si on ne l'accorde pas à Edward Snowden ? ».

Reste que pour François Géré, le président de l’Institut Français d’Analyse Stratégique qui s’est exprimé ce midi sur l’antenne de i>TELE, les États agissent « comme des monstres froids » (dixit Nietzsche).

« Ils regardent les avantages qu’ils peuvent tirer de cet asile politique, puis les inconvénients, explique-t-il. Dans cette affaire, ils se rendent vite compte qu’ils n’ont pas grand-chose à gagner (N.D.L.R. : Edward Snowden n’étant pas un haut dirigeant de la NSA, ses informations sont intéressantes mais pas stratégiques) et qu’il y a beaucoup d’inconvénients ».

Autrement dit, la realpolitik fait qu'il n’y a aucune chance que la France accorde l’asile politique au « donneur d’alerte ». La question qui reste en suspens, malgré tout, est : aurait-elle moralement dû ?

Sources : Le Parisien, i>TELE

Et vous ?

La France devrait-elle envisager d’accorder l’asile à Edward Snowden ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de kolodz kolodz
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 02/07/2013 15:45
La classe politique française ne peux pas s’offusque de ce qu'elle apprend, exigé des États-Unis des comptes. Et ne pas proposer l’asile politique à la personne qui les informes.

Cela prouve pour moi qu'une seule chose, que nos dirigeants ne respectent pas les principes de la République qu'ils sont sensés représenté.

Cordialement,
Patrick Kolodziejczyk.
Avatar de Loceka Loceka
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 02/07/2013 15:55
Moi ce que je me demande surtout c'est :
Est-ce que pour la pose de micro/caméra c'est chacun pour soit, un peu comme les antennes relai des opérateurs téléphoniques français, ou bien est-ce qu'ils sont mutualisés entre les pays ?

Non parce que, au bout d'un moment, il doit y avoir un problème de place quand même, prenons le cas d'un simple téléphone par exemple : il est possible d'en mettre dans le combiné, sur les fils (à divers niveau), sur un relai, mais les emplacements restent peu nombreux quand même. Alors si une centaine de pays veut écouter le même poste, est-ce qu'ils se prêtent leurs micros ?
Avatar de bombseb bombseb
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 02/07/2013 16:27
Il serais bien inconscient de venir se réfugier dans un pays de l'UE ou de l'OTAN
Avatar de maxime chataigner maxime chataigner
http://www.developpez.com
Invité régulier
le 02/07/2013 16:40
Le droit d'asile en France n'est pas gérer par le gouvernement mais par l'OFPRA qui est indépendant donc il y a encore de l'espoir.
Avatar de drcd drcd
http://www.developpez.com
Membre confirmé
le 02/07/2013 16:44
Citation Envoyé par mekal  Voir le message
oui car si il retourne aux états unis il y a de fortes chances qu'il fasse de la prison alors qu'il ne le mérite pas

Lool, on est pas au pays des Bisounours. Le mec trahit quand même son pays et il ne s'agit pas d'un pays bordélique dirigé par un dictateur qui ne respecte pas les bases de la dignité humaine. Evidemment qu'il devrait faire de la prison aux Etats-Unis. Il savait ce qu'il faisait et ce qu'il risque.

Et puis bon, c'est un secret de polichinel. Tout le monde sait que les Etats-Unis espionnent les pays européens. Et j'espère qu'on fait pareil. On serait bien bête de s'en priver.

D'ailleurs pour la petite histoire, il me semble que dans les années 90, la France avait été prise la main dans le sac en train de faire du renseignement économique aux USA. Dans ingénieurs francais s'etaient fait embaucher par des sociétés américaines comme Intel. Deux ans plus tard, ce sont les américains qui se sont fait piquer par la France en train de faire la meme chose.

Alors d'accord, espionner des délégations et des industriels c'est pas le meme domaine. Mais ce sont tous 2 des domaines stratégique pour un pays et il est normal de chercher à recupérer des informations par tous les moyens possible et imaginable.

La faim justifie les moyens, par raison d'état.
Avatar de ctxnop ctxnop
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 02/07/2013 17:01
Pourquoi utiliser ce temps ? "Aurait-elle dû" implique que la France à déjà pris la décision de refuser. A moi que je n'ai loupé un épisode, aucune décision n'a été prise, pour l'instant la France dit qu'elle n'est même pas reçut de demande officielle.
Je doute aussi très beaucoup plein fortement que la France accepte la demande, mais pour autant, aussi longtemps que la décision n'a pas été prise, la formulation correcte est "Devrait-elle ..."
Avatar de ManusDei ManusDei
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 02/07/2013 17:02
Citation Envoyé par Gordon Fowler  Voir le message
La France devrait-elle envisager d’accorder l’asile à Edward Snowden ?

Oui, ne serait-ce que pour rappeller aux USA que la France est un pays souverain qui peut lui casser les miches si ils font n'importe quoi (et surtout si ils se font chopper).

En plus ça ferait peut-être gagner des points à Hollande, même si c'est que 1 ou 2, il en a bien besoin en ce moment.
Avatar de Scriuiw Scriuiw
http://www.developpez.com
Membre émérite
le 02/07/2013 17:09
Lool, on est pas au pays des Bisounours. Le mec trahit quand même son pays et il ne s'agit pas d'un pays bordélique dirigé par un dictateur qui ne respecte pas les bases de la dignité humaine. Evidemment qu'il devrait faire de la prison aux Etats-Unis. Il savait ce qu'il faisait et ce qu'il risque.


Parait-il que la prison de Guantanamo était mieux équipée que les hôtels Mercure
Avatar de drcd drcd
http://www.developpez.com
Membre confirmé
le 02/07/2013 17:26
Citation Envoyé par Scriuiw  Voir le message

Parait-il que la prison de Guantanamo était mieux équipée que les hôtels Mercure

Bien joué!!!

J'aurais du mettre: "il ne s'agit pas d'un pays bordélique dirigé par un dictateur qui ne respecte pas les bases de la dignité humaine sur leur propre sol"
Avatar de Gastiflex Gastiflex
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 02/07/2013 17:29
Citation Envoyé par Loceka
Non parce que, au bout d'un moment, il doit y avoir un problème de place quand même, prenons le cas d'un simple téléphone par exemple : il est possible d'en mettre dans le combiné, sur les fils (à divers niveau), sur un relai, mais les emplacements restent peu nombreux quand même. Alors si une centaine de pays veut écouter le même poste, est-ce qu'ils se prêtent leurs micros ?

La question ne s'est probablement jamais posée, du moins pas sur le sol américain. T'imagine pas qu'ils vont laisser des étrangers espionner l'immeuble de l'ONU en plein New-York.
Offres d'emploi IT
h/f It talent evening
CDI
Sogeti - IDF - Central - Ile de France - Issy les Moulineaux (92130)
Parue le 25/09/2014
H/F-Consultant application .net
CDI
Sogeti - IDF - Central - Ile de France - IDF (92000)
Parue le 23/10/2014
Consultant / ingénieur BI
CDI
Finelog - Ile de France - Ile de France
Parue le 23/10/2014

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
 
 
 
 
Partenaires

PlanetHoster
Ikoula