Vers la fin du tout gratuit ?
Analyse d'un modèle où les produits sont financés par la publicité avec des atteintes à la vie privée

Les rubriques (actu, forums, tutos) de Développez
Tags
Réseaux sociaux


 Discussion forum

Le , par chiv, Rédacteur/Modérateur
Chers membres du club Developpez.com.

Je vous propose un petit article que j'ai rédigé récemment histoire d'ouvrir le débat aux membres du club DVP.
Le sujet de l'article est, je pense, plutôt intéressant pour les professionnels de l'informatique même s'il concerne tous les internautes.

Ça parle modèles économiques, gratuité des produits et services, protection de la vie privée, relation client-entreprise… maints sujets sur lesquels j'espère que vous apporterez de nombreuses contributions et points de vue divergents qui alimenteront la discussion .

Pour résumer, j'y défends l'idée que le modèle de gratuité des services financés par la publicité est en perte de vitesse et que sa disparition serait plutôt bénéfique, à la fois pour les clients, les utilisateurs, les producteurs de contenu et les développeurs, nous !

Vous y retrouverez des références à de nombreuses anecdotes que vous avez pu voir passer dans les actualités de Developpez.com ces derniers mois.

Vous trouverez l'article complet au format Developpez.com en cliquant sur ce lien.

En espérant que ça en intéressera certains et que ça en fera réfléchir d'autres.

Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à réagir.


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de _skip _skip
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 22/03/2013 9:42
Salut,
Pour ma part je trouve ton texte assez réaliste. Il y a pas grand chose à redire. Par rapport aux gens qui trouvent normal de payer 800 euros leur téléphone et qui ne peuvent lâcher 2 euros pour une application, c'est vrai que c'est à mourir de rire.
Avatar de rmaker rmaker
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 22/03/2013 10:41
Je trouve aussi que c'est un très bon article, bien construit et réaliste. Sur la question de la presse, celle-ci a demandé à Google de verser de l'argent pour mettre en ligne les articles. Le montant final a été de 60 millions d'euros, et Google a dit oui. Juridiquement, la question était pertinente. Google met en ligne du contenu sans fournir un autre service, et prend sa part de marge avec la pub. Doit elle rémunérer les médias? Et bien oui. Pas d'arbitrage numérique.
Avatar de Shuty Shuty
http://www.developpez.com
Membre émérite
le 22/03/2013 10:56
Merci Raphaël Wach pour cet article.

J'opère et adhére à la même idée de fond que le full free reste à être éjecter du système. Néanmois, ce n'est pas si facile que ça. Je suis un développeur de 21 ans, et webmaster / developpeur de plusieurs logiciels et services et le problème est de nos jours bien réel. Pour "rentabiliser" mes services, je suis le plus souvent contraint de rajouter des publicités Adsense. Même si je suis contre l'idée le fait reste que les internautes ne veullent pas déboursser le moindre centiment. Mais gratuitement, ils sont très nombreux à se servir de mes solutions dans leurs quotidien.
Avatar de Tom Sawyer Tom Sawyer
http://www.developpez.com
Candidat au titre de Membre du Club
le 22/03/2013 11:00
Très bon article, construit, pertinent. Bravo !

Sur le sujet de la collecte de données par Google, Facebook et Apple (entre autres), je vous recommande la lecture de "Silicon Valley - Prédateurs Valley" par Jacques Henno.

Une critique ici
Avatar de sevyc64 sevyc64
http://www.developpez.com
Modérateur
le 22/03/2013 11:05
Citation Envoyé par rmaker  Voir le message
Je trouve aussi que c'est un très bon article, bien construit et réaliste. Sur la question de la presse, celle-ci a demandé à Google de verser de l'argent pour mettre en ligne les articles. Le montant final a été de 60 millions d'euros, et Google a dit oui. Juridiquement, la question était pertinente. Google met en ligne du contenu sans fournir un autre service, et prend sa part de marge avec la pub. Doit elle rémunérer les médias? Et bien oui. Pas d'arbitrage numérique.

Si Google doit rémunérer les médias presse, tous ceux qui font comme Google doivent rémunérer ces mêmes médias.

Non, Google, avec cet accord (60 millions c'est rien pour Mountain View) s'est surtout acheter le droit de continuer à vampiriser la dite presse et de continuer à se faire un max de blé sur le dos de cette presse. Cette même presse qui a l'illusion de croire qu'elle a gagnée alors que le vrai gagnant de cet accord est bien Google et uniquement Google.
Avatar de 0x4e84 0x4e84
http://www.developpez.com
Membre actif
le 22/03/2013 11:44
Très bon essai, Raphael!
Tu poses des questions pertinentes pour ouvrir le débat à la discussion et ne tombes pas dans le populisme irréaliste.



Salutations,

0x4e84
Avatar de CHbox CHbox
http://www.developpez.com
Membre expérimenté
le 22/03/2013 12:02
Un régal à lire, il est malheureusement évident que cet article sera lu essentiellement par des gens plus ou moins conscient du problème, et pas par ceux à qui il faut ouvrir les yeux, personnellement je fais régulièrement lire ce genre d'article à ma copine et l'invite à partager ça avec ses collègues, notamment cet article que j'ai absolument voulu lui faire lire, mais c'est souvent peine perdu, on ne se sent pas concerné par quelque chose qu'on comprend mal ou qui ne semble pas nous toucher directement, pire, on passe pour des rabat-joie alarmistes, et je ne me consolerais pas en disant un jour "je te l'avais dis". Enfin bref, très bon article que je rejoins dans l'essentiel voir la totalité, surtout tout le chapitre sur les appli gratuites et ce problème éternel du "ce n'est pas un produit palpable donc ça ne vaut rien", principal fléau de notre secteur je pense.
Avatar de steflinux steflinux
http://www.developpez.com
Membre du Club
le 22/03/2013 13:03
De grands passages dans cet article, merci.

ingénieurs aussi cool que pouvaient l'être des geeks à une époque pré-TBBT. Le paradis...

Le bon temps, effectivement. Aujourd'hui, par contre...

Il n'y a pas de multinationales sympathiques et philanthropes.

N'exagérons rien, les multinationales n'ont pas le monopole de l'infamie. Essaye quelques entretiens d'embauche dans d'autres secteurs pour t'en convaincre... D'autre part, Google reste dans le haut du panier en informatique - j'ai bien d'autres noms en tête de boîtes IT pas cool du tout... - A quel niveau se situe le panier et faut-il le réhausser est plutôt le vrai débat... Ainsi que les efforts politiques... Quid de lois anti-spams efficaces ? ... C'est bon de rire, parfois ... Tiens, cadeau, le Spamhaus Top10 et il n'y a pas Google dedans, mais bien d'autres noms familiers : http://www.spamhaus.org/statistics/networks/

est-ce que la publicité en ligne rapporte réellement ?

La publicité en ligne rapporte peu au webmaster dans les pays riches, quasiment rien dans les autres. Par ailleurs, il n'y a pas que le modèle par click, le x euros pour 1000 vues (x = de 0.05e à 1e) existe aussi, de mon point de vue le modèle par click n'en est d'ailleurs qu'un sous-ensemble exotique. Atteindre des audiences dépassant 100k visiteurs par mois en France relève souvent du miracle, donc tu peux faire le calcul...

combien lisent les pubs et cliquent dessus ? Sur Facebook par exemple, ça m'est arrivé une fois en 6 ans.

Les clicks ne sont pas fréquents, mais ça arrive plus souvent. Une autre façon de voir les choses est de se dire (en tant que webmaster-développeur-astronaute) : dois-je vendre des publicités dont certaines me rapportent 0,40e, des photos qui me rapportent des miettes, des modèles 3d ou des applications mobiles qui me rapportent 1,50 euros ? Quel volume est-ce que je pense obtenir ? (engager Nostradamus pour la réponse, encore que "un gros queudale avec des yeux bleus" soit un élément de réponse pertinent dans la plupart des cas, même à supposer que le produit atteigne la mise sur le marché - le marketing et les partenariats sont des aspects importants pour exister dans cette immensité numérique - sans être un expert du sujet, ceci dit)

on a actuellement du mal à savoir où Twitter compte gagner de l'argent

Personellement, je trouverais plutôt cool de voir en France des startups de centaines de personnes largement financées et se donnant quelques années pour trouver un modèle économique pertinent...

ils tiennent un téléphone à 800 euros dans leur main, lui-même branché sur un ordinateur à 2000 euros. Mais une application qui n'est pas à 0,99$ ou gratuite c'est définitivement trop cher. Folie.

Vrai. Ce n'est pas joyeux, effectivement. Ceci dit, compétition = baisse des prix. Le côté positif, c'est toutefois que les applications ne sont pas encore vendues aux enchères, là, ce serait encore plus folklorique.

Heureusement, l'explosion des fermes de contenu a été enrayée par la mise à jour Panda de l'algorithme de Google.

Là, pas d'accord. Par exemple, ça m'a laminé l'audience de mon bac à sable Linux ( http://www.man-linux-magique.net/ ). Oui, c'est en majorité du contenu dupliqué (avec des ajouts "maison"). C'est d'ailleurs ce que les auteurs des contenus souhaitaient, l'ensemble du contenu texte est en licence FDL, ainsi que les nouveaux contenus créés. La plupart de ces contenus (dont certains récents) dormaient ici et là au fin fond du web. La mise en valeur de contenus est un travail en soi, que Panda a karchérisé jusqu'à présent. Panda préfère aussi du contenu made in 2006 à du contenu made in 2012, Panda a besoin de grosses lunettes... Les licences Creative Commons et autres ont un avenir, pas bien pris en compte actuellement ni par Google, ni par certains éditeurs, qui utilisent ces licences pour bénéficier d'un effet cool, sans jouer le jeu (uniquement des licences Creative Commons NC - non commerciales -, dont l'utilité reste limitée). Bienvenue, donc, dans un monde internet 2013 - 2014 de twittos de 140 caractères, la blogosphère ayant disparu, paix à son âme, faute de revenus suffisants.

le modèle du tout gratuit financé par la publicité va disparaître progressivement

De mon point de vue, cela dépend de ce que pourront vendre les créateurs de contenus et d'applications... Le retour relativement récent de la publicité sur le Site du Zéro ne va pas dans le sens de ton point de vue... Par ailleurs et pour conclure, en dehors des jeux et des sites sociaux, l'internet intéresse-t-il vraiment l'internaute de 2013 ? Quel est le futur d'internet, s'il en a un ? Niche lumineuse pour geeks et nerds ?
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize
http://www.developpez.com
Rédacteur/Modérateur
le 22/03/2013 13:05
C'est un peu le débat entre le modèle économique de Google (gratuit pour l'utilisateur, payant pour les autres) et celui d'Apple (payant pour l'utilisateur). Note: Est-ce un hasard que tu défendes ce dernier modèle et que tu sois "Export iOS" ?

Le modèle du tout gratuit repose sur un principe simple : beaucoup d'utilisateurs avec une petite valeur. Le modèle sera viable tant que le nombre d'utilisateur sera concordant avec leur valeur par rapport au coût du produit. De plus l'avantage de ce modèle, c'est que le client réel revient plusieurs fois à la caisse. Donc pour un éditeur c'est tout bénéf.

Par exemple, si je vends mon application sans "Ads" à 0,01 €. Premièrement, je suis pas sûr que l'utilisateur saute le pas de payer (ex: il y a surement une pléthore de concurrents gratuits, le fait de créer un "porte-feuille" électronique, etc.). Deuxièmement, chaque vente ne se fait qu'une fois par utilisateur. Il me faut donc faire un sacré volume pour rentabiliser le temps passé.

Reste le problème de "protection de la vie privée". Cette dernière dépend exclusivement de ce qu'on en fait. Soit on va dans l'hypermarché du coin et on beugle dans un megaphone qui on est, soit on fait comme d'hab on discute à la terrasse d'un café. L'utilisation d'Internet n'est pas différente de ce qu'on fait dans la vie de tous les jours.

Concernant le "data mining", j'ai dû mal à assimiler ça à de la vie privée. Premièrement on est pas identifié comme individu mais comme groupe d'individu ou comme des modèles. On est plus Jean DUPONT qui se tape la corvée de course le samedi mais un homme qui fait ses courses le samedi pour acheter de la bière et des couches (exemple souvent donner en marketing), on a perdu notre identité.
Ensuite les données sont analysées par un "vulgaire robot" sans âme. Pas de parti pris, pas de jugement ; outre un "arbre de décision" qui souvent il aura lui-même bati.
Ensuite il y a la limite de tout ça. Google (pour ne citer que le plus grand) ne représente pas tout le traffic utile de l'Internet. Il en consomme énormément en indexation mais ce qui doit sûrement rapporter le plus c'est celui lié au contenu. Et Google n'est pas seul sur le marché. Les recoupements deviennent alors compliqués.

Surtout si l'on rajoute également les contraintes techniques qui ne permettent pas toujours de regrouper les requêtes d'un même "utilisateur" : les proxy, les réseaux TOR, les nouvelles normes "Do Not Track", etc. Alors on peut se demander comment la publicité va continuer de financer les services dans l'avenir ? Qui plus est, elle semble souvent ignorée "naturellement" par les utilisateurs... Et bien j'aurais la même remarque pour les autres médias. Néanmoins il semble que ca marche fort donc je me fais pas trop de soucis pour le support Internet qui fleurte avec les 2,5 milliards de personnesclients (source). Si une chaîne de télévision, un journal ou une radio sont limités dans leur champ de diffusion, ce n'est absoluement pas le cas pour un site Internet. De plus l'avenir est certainement au cross-media, avec par exemple l'arrivée des télévisions connectées.
Pour en revenir à l'impact de la publicité, j'avais déjà vu passer des analyses/chiffres qui montrent que le marketing malgré les sommes astronomiques investis est extrêment rentable. Est-ce dû à un effet mouton ? Pas si sûr. Revenons-en à ma première interrogation : comment me distinguer parmis la masse de mes concurrents ? La réponse est simple : être plus visible ! Donc même si une publicité n'est pas cliquée, elle peut être vue. Et être vu c'est être connu, être distingué dans la masse.

Alors y a-t-il de la place pour un modèle payant ? Bien sûr ! Car le gratuit repose sur un certains nombres de critères avec peu de marge. Là où chaque modèle payant peut se distinguer : elitisme, accès privilégiés, anonymat, tranquilité, performance, etc. D'ailleurs on ne compte plus le nombre de produit ayant implémenté l'option PREMIUM qui permet d'accéder à un même produit mais en mieux moyennant finance.

Remarque: est-ce que tu es passé par le case relecture orthographique avant de publier ?
Section "Là où ça coince : qui est le client ?" > "Darketing"
Avatar de MagnusMoi MagnusMoi
http://www.developpez.com
Membre régulier
le 22/03/2013 14:03
Bonjour

Je suis entièrement d'accord avec l'article !

L'enjeu centrale dans le systeme capitaliste est la question de l'offre et de la demande. Ce qui rejoint la question de la qualité contre la quantité :

Moi qui n'aime pas apple, je suis obligé de reconnaitre que, comme les constructeur allemand BMW, AUDI et compagnie, cette entreprises a comprit que l'essentiel c'est pas la quantité mais de gagner de l'argent (oui c'est un peu mercantile )

Les auteurs d'Infinite Flight l'ont aussi découvert, mais je pense qu'il y aura toujours un problème à l'avenir pour les applications ...

Il y a dix ans, à l'époque ou Smallville passait encore sur la 6 et ou la trilogie du samedi soir existait encore ( il est important de ressituer le contexte ), les applications s'achetaient dans des boites (qui étaient encore pour certaines volumineuses et en cartons). A partir du moment, où les clients avaient cette manifestation physique de l'application, il ce rendait compte que l'application était un objet concret et avait donc un prix. Aujourd'hui les magasins virtuels ont tué cela et c'est bien dommage

Peut être qu'un jour les gens se rendront compte que ce n'est pas parce qu'une application ou son obtention sont simples, que leur création l'a aussi été...

Mais bon pas de fatalisme, on est vendredi et le Week End arrive à grand pas alors bonne après-midi
Offres d'emploi IT
Analyste Concepteur Solutions Informatiques H/F
CDI
Société Générale - Ile de France - Paris / Ile de France
Parue le 21/10/2014
Correspondant bureautique h/f
CDI
Société Générale France - Ile de France - Paris (75000)
Parue le 02/10/2014
Intégrateur webdesigner
Alternance
IP-FORMATION - Ile de France - Paris (75000)
Parue le 02/10/2014

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
 
 
 
 
Partenaires

PlanetHoster
Ikoula