Microsoft prêt à attaquer SAP, SAGE et co.
« Notre ERP avait 80 % des fonctionnalités de la concurrence : il en aura 120 % à l'horizon 2014 »

Le , par Gordon Fowler, Expert Confirmé Sénior
Alors que SAP diminue la part de son ERP dans ses résultats (en forte progression), Microsoft entend bien faire grimper la sienne dans son chiffre d’affaires en s’attaquant progressivement à un marché où des acteurs comme SAP ou Sage ont une implantation plus forte que lui. En tout cas aujourd’hui.

« Dynamics est un des piliers à part entière du développement de Microsoft », nous expliquait Thomas Cochin, le Directeur Marketing en charge des Produits Dynamics chez Microsoft France, lors des TechDays 2013. Pour preuve : l’arrivée sur le marché de la « 1re génération d’ERP 100 % Microsoft ».

Cette maturation de l’ERP maison est le fruit d’une politique d’investissements massifs dans la R&D autour de la gamme Dynamics (marque ombrelle pour les applications professionnelles de l’éditeur), de la BI et de SharePoint. Des investissements très massifs même, puisque Microsoft a déboursé 9 milliards de dollars au global pour sa R&D.

Pour mémoire, Microsoft possède aujourd’hui une gamme simplifiée d’ERP composée de deux grandes solutions. Dynamics NAV – concurrent d’un Sage 1.000 – s’adresse aux PME jusqu’à 250 salariés. Et Dynamics AX – équivalent d’un SAP Business Suite – qui vise les entreprises de plus de 250 salariés et les grands groupes.


Dynamics NAV 2013

En 2012, ces outils ont déjà été améliorés pour s’adapter à l’air du temps. Ils sont devenus plus tactiles (pour les usages nomades), plus collaboratifs (avec l’intégration progressive des technologies de Yammer), et possèdent des fonctionnalités analytiques qui les rapprochent un peu plus de la BI.

Résultat, « nous avons une croissance à deux chiffres sur notre ERP dans un marché flat (N.D.L.R. : qui ne progresse pas) », constate le Directeur Marketing. Une croissance que nous évaluons entre 10 et 20 % en 2012.


Dynamics NAV 2013


Pourtant, Microsoft n’est toujours pas reconnu comme un acteur majeur par ses concurrents.

« C’est vrai qu’aujourd’hui nous ne sommes peut-être pas aussi exhaustifs, mais notre solution est déjà très riche », contre-attaque Thomas Cochin. Elle emporterait d’ailleurs de nombreux contrats dans des filiales ou chez des entreprises qui se lancent pour la première fois dans un projet d’ERP. Des clients sensibles à trois grands atouts. À savoir une ergonomie proche de celle d’Office – familière– une mise en place « plus flexible » et des solutions « tout en un ».

La particularité des ERP de Microsoft est en effet de proposer tous ses modules dans une seule et même solution. Ce qui évite d’avoir à racheter des extensions. Et qui n’est pas sans faire penser à Microsoft Office.

Dans Dynamics AX version Retail, par exemple, les modules Web (pour le commerce en ligne) et POS (pour la gestion des points de vente) sont inclus en natif. Autre exemple, Dynamics AX Retail est lui-même inclus dans Dynamics AX, qui peut proposer par ailleurs - et toujours en natif - ses fonctionnalités « manufacturing » associées à celles du retail.


Dynamics AX

« Pas aussi complet », donc, dans le sens où Microsoft ne peut pas encore aller chasser sur toutes les terres de SAP pour bouter Business Suite hors de certains grands comptes… mais les choses pourraient bien changer.

En 2013, d’abord, avec l’arrivée d’une version (R2) pour Dynamics AX. Cette R2 proposera pêle-mêle une boutique en ligne intégrée directement à la déclinaison Retail (autrement dit l’ERP fera également office de CRM de type PrestaShop pour déployer une e-boutique), la prise en charge plus poussée de la mobilité côté client (m-commerce) et côté vendeur (avec des modules pour tablettes sur les points de vente pour pérenniser les achats en boutique sur les « 10 derniers mètres, qui sont les plus sensibles dans le processus »).


Dynamics AX R2

Et à l’horizon 2014, où avec ses prochains « vrais ERP », Microsoft n’exclut plus du tout d’aller attaquer frontalement SAP chez les grands comptes en vendant beaucoup plus de projets de grande envergure.

« Jusqu’à récemment, notre ERP avait 80 % des fonctionnalités de la concurrence. L’année prochaine, il en aura 120 % », promet Thomas Cochin. SAP, SAGE and co sont prévenus.

Source : entretien Developpez.com, 13/02/2013


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de heid heid
http://www.developpez.com
Membre éclairé
le 27/02/2013 16:13
Waip sauf que le marché des ERP est très captif, changer d'ERP ça à un coût non négligeable.
Offres d'emploi IT
Ingénieur developpement LAMP H/F
CDI
Sogeti HT - Région Est - Provence Alpes Côte d'Azur - sophia antipolis (06000)
Parue le 11/10/2014
Ingénieur .net
CDI
Huxley Paris - Ile de France - Paris (75000)
Parue le 01/10/2014
Développeur / Ingénieur Logiciel (H/F)
CDI
Intergraph France - Ile de France - Rungis
Parue le 23/09/2014

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
 
 
 
 
Partenaires

PlanetHoster
Ikoula