Oracle compare les API Java à une oeuvre de science-fiction
La société relance le procès Android en citant Harry Potter

Le , par Hinault Romaric, Responsable Actualités
Oracle avait promis de faire appel au lendemain de sa défaite dans l’affaire l’opposant à Google pour violation de brevets Java dans Android. Les avocats de la société viennent de transmettre un dossier à la justice américaine pour remettre en cause les précédentes conclusions du jury.

À titre de rappel, Oracle avait attaqué Google en justice, l’accusant de violer ses brevets ainsi que ses droits d’auteur sur 37 API Java dans l’OS mobile Android (voir le dossier complet de la rédaction).

Le jury, dont le président était un développeur à ses heures perdues, avait statué que Google n’avait pas violé de brevets appartenant à Oracle et que les API Java ne pouvaient être copyrightées.




Oracle a déposé ces jours son dossier pour la procédure d’appel. L’éditeur s’est essentiellement penché sur les API qui, selon lui, devraient être soumises au droit d’auteur tout comme les œuvres de science-fiction. De plus, pour Oracle, les reprises des déclarations, en-têtes, signatures et noms de fonctions Java dans Android comme l’a fait Google devraient également être protégées par le droit d’auteur.

« Ann Droid veut produire un best-seller, elle s’assied donc à son bureau avec une copie de L’Ordre du Phénix et entame son travail, prenant verbatim les noms de chapitres et les premières phrases de chaque paragraphe, mais paraphrasant le reste pour que son livre sorte rapidement avant l’original sous le titre : Harry Potter 5.0 d’Ann Droid. La copie se vend comme de petits pains. », écrivent les avocats d’Oracle pour introduire l’appel.

Oracle poursuit en déclarant : « JK Rowling poursuit Ann Droid en justice pour violation de copyright. Elle se défend en déclarant avoir écrit la plupart des mots à partir de zéro et n’avoir copié que les parties nécessaires pour attirer les fans d’Harry Potter, ceci sur une base loyale ».

Oracle conclut en soutenant que Google aurait « copié un bestseller de travail tout aussi qu’Ann Droid ». Ce qui aurait pour conséquence d’empêcher Oracle de tirer des revenus des travaux dérivés de Java SE dans le marché du mobile.

Pour Oracle, c'est clair : les API tout comme les œuvres d’art doivent être soumises au droit d’auteur. En attendant la défense de Google et le verdict du tribunal, que pensez-vous du rapprochement entre les API et les oeuvres d’art effectué par Oracle ?

Source : Groklaw


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de baton baton
http://www.developpez.com
Membre du Club
le 18/02/2013 15:42
Mauvaise analogie, Android ne s'est pas vendu parce qu'il utilise les même nom de fonction que Oracle. L'exemple ne marche pas!
Avatar de wirenth wirenth
http://www.developpez.com
Membre éclairé
le 18/02/2013 15:57
Effectivement, complètement débile comme analogie... Oracle s'imagine que les terminaux Android se vendent bien parce que les API Java ont des noms poétiques ?
Avatar de hn2k5 hn2k5
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 18/02/2013 16:10
Google vs. Oracle.... FIGHT !!!

Plus "sérieusement" (difficile d'être sérieux quand il s'agit de bastons de brevets entre géants de l'informatique...), j'ai du mal à croire qu'avec les armées d'avocats que ces deux sociétés doivent avoir, ils arrivent à pondre des dossiers de cette teneur. J'ai pas de grandes connaissances en droit, mais le dossier n'a pas l'air vraiment "béton", a bisto de nas. Isn't it ?
Pourquoi pas une attaque Apple contre Samsung sur le thème de Cendrillon ou Blanche-Neige tant qu'on y est ?

Cdlmt
Avatar de stardeath stardeath
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 18/02/2013 16:19
je ne suis pas expert de la justice aux us, mais je parierai pour un coup de génie (bon ou mauvais, c'est pas le propos) de la part d'oracle, les juges, jurés et autres ne sont pas des informaticiens, jouer le coup de "ils ont recopié les grands lignes de java, faites pareil avec un roman et ça devient un plagiat" peut faire pencher la justice en leur faveur.
Avatar de hn2k5 hn2k5
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 18/02/2013 16:26
C'est quoi l'embrouille des noms de fonctions exactement ?
Google aurait utilisé les préfixes "get" pour les getters et "set" pour les setters ?
Ou bien c'est l'usage de la majuscule comme première lettre dans le nom des classes qui a violé leur brevet ?
xD
Avatar de kiprok kiprok
http://www.developpez.com
Membre actif
le 18/02/2013 16:38
Totalement tiré par les cheveux...

Il faut vraiment se mefier de toute analogie, on melange souvent "les choux et les carottes"
Si cela passe je vais deposer deux ou trois trucs je pense

using System;
public partial class
protected void
private void

J'suis certain que l'on m'a copié!

PS HS : Le titre du post me parait pas juste. Il me semble qu'Harry Potter ce n est pas de la "science fiction" mais du "fantastique" (pas l'adjectif hein!) ce qui est assez différent...
Avatar de MagnusMoi MagnusMoi
http://www.developpez.com
Membre régulier
le 18/02/2013 16:54
Oracle qui utilise Harry Potter ?
Magique !
Avatar de Uther Uther
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 18/02/2013 17:14
Citation Envoyé par stardeath  Voir le message
je ne suis pas expert de la justice aux us, mais je parierai pour un coup de génie (bon ou mauvais, c'est pas le propos) de la part d'oracle, les juges, jurés et autres ne sont pas des informaticiens, jouer le coup de "ils ont recopié les grands lignes de java, faites pareil avec un roman et ça devient un plagiat" peut faire pencher la justice en leur faveur.

Je pense que s'il y a nouveau procès ils risquent d'éviter de faire ça à nouveau. Une partie de ce qui avait plombé Oracle lors du premier procès, c'est justement qu'ils avaient pris le juge pour un incompétent en essayant de lui faire croire qu'un bout de code utlra trivial de 9 lignes aurait permis à Android de gagner un temps substantiel en R&D.
Manque de pot, le juge avait quelques connaissances en programmation et n'a pas manqué de le faire remarquer.

Je pense que l'approche de la comparaison avec les points clés d'un livre, est bien mieux jouée et illustre plutôt bien leur point de vue.

Citation Envoyé par hn2k5  Voir le message
C'est quoi l'embrouille des noms de fonctions exactement ?
Google aurait utilisé les préfixes "get" pour les getters et "set" pour les setters ?
Ou bien c'est l'usage de la majuscule comme première lettre dans le nom des classes qui a violé leur brevet ?
xD

Pour info, le SDK Android reprend une très grosse partie de l'API JavaSE à l'identique, package par package, classe par classe, méthode par méthode,
Donc oui, il ont repris bien plus que les conventions de nommage.
Avatar de Squisqui Squisqui
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 18/02/2013 17:16
Les sorciers au bucher !

Cela nous rappelle que les implémentations tierces (libres ou non) de techno' proprio' sont toutes livrées avec une épée de Damoclès.
Avatar de Thearsenik Thearsenik
http://www.developpez.com
Invité régulier
le 18/02/2013 17:17
Petit détail mais:
Ann Droid veut produire un best-seller [..] paraphrasant le reste pour que son livre sorte rapidement avant l’original [...]

Je crois qu'Android est sorti bien après la JVM Sun (et Oracle). Donc pour moi ils ont copié oui mais à postériori.
Oracle pleure juste de n'avoir pas été assez visionnaire pour être encore dans le secteur qui rapporte de l'argent.
Offres d'emploi IT
Ingénieur développement C/C++/ ADA H/F
CDI
Sogeti HT - Région IDF - Ile de France - issy les moulineaux (92136)
Parue le 03/10/2014
Exploitant - DBA Oracle H/F
CDI
NEO SOFT - Rhône Alpes - Lyon (69000)
Parue le 10/10/2014
Expertise cartes bancaire (emv)
Stage
Société Générale France - Ile de France - Paris (75000)
Parue le 16/10/2014

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
 
 
 
 
Partenaires

PlanetHoster
Ikoula