TechDays 2013 : « Si vous faites du Linux, venez sur Windows Azure ! »
La plateforme Cloud nouveau fer de lance de Microsoft

Le , par Gordon Fowler, Expert Confirmé Sénior
Lors de ces TechDays 2013, Windows Azure est incontestablement le produit phare mis en avant par Microsoft. Visual Studio n'est pas oublié, mais après une année 2012 plus que riche en nouveautés pour l'EDI, 2013 s'annonce logiquement plus calme. Alors que la plateforme Cloud, elle, connait - par définition - des avancées permanentes.

Microsoft investit par exemple de manière continue dans ses datacenters. « Sur ces 12 derniers mois, Windows Azure connaît une croissance exponentielle. Nous avons quadruplé les capacités d’hébergements avec plus de 4 000 milliards d’objets stockés dans Azure, et notre service Windows Azure Active Directory gère plus de 4,7 milliards d’authentifications par semaine », explique Microsoft. Et le mouvement devrait continuer aussi bien côté capacité et puissance que fonctionnalités.

Lors d'un entretien avec Developpez, Julien Lesaicherre Directeur de la plateforme Windows Azure chez Microsoft France et Thomas Conte, évangéliste technique, sont revenus avec nous sur les promesses d'Azure pour cette année.

« Déjà en 2013, nous allons travailler pour que les services qui sont en version preview sortent en version officielle », commence le directeur. Car on a tendance à l’oublier, mais LA grosse nouveauté 2012 de Azure – le IaaS (avec possibilité d’héberger des machines virtuelles) – a beau être très bien rodée, elle n’en reste pas moins une préversion. Idem pour Virtual Network (pour créer des VPN).

Ceci dit, une promesse a déjà été tenue dès début février : l’intégration de VM Depot directement dans le portail Windows Azure. VM Depot, comme son nom l’indique, est une sorte de boutique de VM préconfigurées directement déployables dans le Cloud.

Avec un corolaire qui pourrait séduire au-delà de la sphère .NET ou des développeurs Web : la possibilité d’héberger des machines virtuelles sous Debian. Rappelons que jusqu’ici, les VM Linux disponibles tournaient sur CentOS, Suse (et OpenSuse) et Ubuntu.

Thomas Conte évoque quelques demandes pour FreeBSD mais rien n’est prévu dans ce sens. « Nous avons beaucoup travaillé avec la communauté Linux pour développer des connecteurs qui rendent ces distributions Linux compatibles avec Hyper-V », explique l’évangéliste, « pour FreeBSD ce serait intéressant, mais ce serait un très gros travail et nous ne sommes pas sûr qu’il y ait une vraie demande d’envergure ».

Pour Julien Lesaicherre, l’arrivée de VM sous Debian est l’occasion de lancer – comme à son habitude - un appel à l’ouverture. « On veut une plateforme au service des développeurs, pas simplement de .NET. Si j’avais un message à faire passer ce serait celui-ci », explique-t-il, « Si vous faites du Linux, venez sur Azure. Testez, vous verrez… ».

Et le fait est. Sur ces TechDays, nous avons rencontré un Directeur Technique, Hugues Le Bars (ConcoursMania), plus habitué à AWS ou OpenStack, un professionnel qui n'était pas un adepte des technologies Microsoft, qui a testé et qui se montre plus que satisfait. « On a traditionnellement des machines sous Ubuntu Server avec du Mongo DB ou du MySQL. Quand on a migré cela sur Azure, nous n’avons eu aucun problème », reconnait cet ancien de chez Yahoo, plus habitué à combattre Microsoft qu’à l’encenser.

Julien Lesaicherre se souvient d’ailleurs très bien de ce cas client. Les premiers contacts ont été, semble-t-il, courtois… mais l’affaire était loin – très loin – d’être gagnée.


Thomas Conte et Julien Lesaicherre

Autres promesses autour d'Azure pour cette année, l’arrivée de machines de tailles plus importantes (128 Go de RAM, 8 à 16 cœurs) pour le HPC. Une avancée qui vise les scientifiques, les banques (calcul de risques, par exemple) ou les sociétés qui doivent brasser des quantités énormes de données sans avoir les moyens, ou l’envie, ou le temps d’investir dans un datacenter.

Mais Azure se diversifie également du côté des services packagés avec un outil Cloud d’encodage et de diffusion de flux vidéos : Azure Media Services (AMS)

De manière totalement confidentielle, c’est AMS qui a permis à 12 chaînes de télévision dans le monde de diffuser, via les réseaux, les Jeux Olympiques de Londres… alors qu’il était en bêta. France Télévisions était de ces chaines.

« Mais AMS concernera aussi les entreprises bien au-delà de la télévision », ajoute immédiatement Julien Lesaicherre. « C'est intéressant pour la diffusion en direct lors de leurs séminaires, pour les services de communication qui veulent mettre en place une télévision interne… il y a de plus en plus de personnes intéressées par la vidéo », constate-t-il. Toujours en bêta, AMS devrait s’ouvrir dans les mois qui viennent.

Plus de puissance, de la vidéo, de nouvelles VM, Debian, tout va pour le mieux pour Windows Azure ?

Presque. Mais un constat ressort également de ces TechDays 2013 : les sessions techniques dédiées à Azure, et particulièrement au IaaS, montrent que les utilisateurs n'en sont souvent qu'au début de la phase d’apprentissage. Pour ne pas dire qu’ils sont assez « largués » sur le pourquoi et le comment d’un tel outil.

« La maturité du marché est variable », reconnaissent les deux porte-parole de Microsoft. Pour eux, l’arrivée à maturité des utilisateurs se fait progressivement, de l’hébergement classique au SaaS, et du Saas au PaaS et au IaaS.

« Certains y vont déjà, comme ConcoursMania dont nous parlions. C’est vrai aussi qu’on sent en France certaines réticences à externaliser. Alors qu’aux États-Unis, pas du tout ». Mais ces réticences s’estomperaient d’elles-mêmes face aux performances de l’outil. « J’ai par exemple été très surpris de voir à quel point le secteur public a été séduit par Azure. Je ne l’avais pas du tout prévu ! ».

Et histoire de prouver que Microsoft croit à sa plateforme, y compris pour lui-même, le Directeur de Windows Azure pour la France rappelle que « nos propres services comme Xbox Live, Bing ou SkyDrive reposent sur Azure, Office 365 repose aussi en partie dessus ».

Dernière promesse, au delà de 2013, c’est la totalité d’Office 365 qui sera hébergée par Windows Azure. Et avec lui tous les services Cloud de Microsoft. Sans aucune exception.

Source : Interviews Developpez.com, 13/02/2013 et 14/02/2013


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Sirus64 Sirus64
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 14/02/2013 20:56
Mais Azure se diversifie également du côté des services packagés avec un outil Cloud d’encodage et de diffusion de flux vidéos : Amazon Media Services (AMS)

AMS = Amazon Media Services ?
Je pense que c'est plus Azures Media Services.

Réf. :
http://www.windowsazure.com/en-us/ho...edia-services/
Avatar de Gordon Fowler Gordon Fowler
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 14/02/2013 23:58
Citation Envoyé par Sirus64  Voir le message
AMS = Amazon Media Services ?
Je pense que c'est plus Azures Media Services.

Réf. :
http://www.windowsazure.com/en-us/ho...edia-services/

Oui, bien sûr. Merci pour la relecture
Avatar de camus3 camus3
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 15/02/2013 0:14
Va falloir me vendre Azure , quels sont les avantages qu'offrent Azure par rapport à Amazon pour un stack ubuntu/postgresql/pyhton|php ? je vois pas.
Avatar de Ganentcyz Ganentcyz
http://www.developpez.com
Invité de passage
le 15/02/2013 9:07
« Si vous faites du Linux, venez sur Azure. Testez, vous verrez… »

Ça sent un peu le troll...
Avatar de Lutarez Lutarez
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 15/02/2013 10:03
Citation Envoyé par camus3  Voir le message
Va falloir me vendre Azure[...]

La meilleure réponse à cette question reste encore d'utiliser les 3 mois d'essai gratuit offerts par la plateforme.

J'ai été très surpris globalement : c'est assez simple à utiliser et à mettre en place. Le support technique est aussi très réactif. Etant donné qu'il s'agissait surtout de curiosité, je suis loin d'avoir tout essayé bien entendu

La chose qui m'a le plus déplu lors de mes essais est le manque criant de visibilité sur les coûts. Mais je pense que l'on doit retrouver cette problématique sur tous les services du genre.
Avatar de Gordon Fowler Gordon Fowler
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 15/02/2013 10:20
Pour répondre aux éternelles accusation de troll dès qu'on met Microsoft et open-source dans le même article, j'invite ceux que cela intéresse à (re)lire cette interview d'Alfonso Castro (Directeur de la Stratégie Interopérabilité) :

Microsoft : « Nous ne sommes plus en guerre contre l'open-source »
.

Cordialement à tous,
Avatar de camus3 camus3
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 15/02/2013 11:48
Microsoft : « Nous ne sommes plus en guerre contre l'open-source ».

parce que Microsoft a perdu cette guerre,et c'est encore plus vrai quand aujourd'hui la majorité des terminaux mobiles et tablettes ont pour kernel un unix.
Avatar de Sirus64 Sirus64
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 15/02/2013 19:45
parce que Microsoft a perdu cette guerre,et c'est encore plus vrai quand aujourd'hui la majorité des terminaux mobiles et tablettes ont pour kernel un unix.

Android est un Linux pas un Unix sans vouloir non plus faire de troll.

Quand je vois des remarques sur l'open source vs Microsoft, je me dis que les gens de l'open source restent bornés aux vielles façons de faire de MS sans vraiment regarder leurs "nouvelles" orientations vers l'open source (!= gratuit !) et l'ouverture à l'open source (utilisation, intégration, participation, etc.)

Force est de constaté que dans mes projets, utiliser du MS ne coute pas plus cher que du gratuit à moyen terme. (évolution de système existant : réécriture de code COBOL/VB5,6, compétence : formation, rétrocompatibilité : pas toujours de suivi à long terme (+5 ou 10 ans) dans l'open source , etc.)

D'ailleurs avez-vous / connaissez-vous des études qui prennent en compte ce genre de cout sur différents types de projets (nouveau système + maintenance, nouveau système/connexion autres systèmes + maintenance, évolution + maintenance, refaire un système totalement un système qui est au départ propriétaire pour le refaire avec de l'open source + maintenance, etc. )
Avatar de zraba2011 zraba2011
http://www.developpez.com

le 16/02/2013 10:24
j'ai entendu de bouche a oreil j'ai entendu que microsoft est sur le point de créer un os a base de bsd ou linux , avec une couche 100% de l'editeur pour permetre a ces client de payer moins cher leur licence elle supportera tous les logiciel microsoft y compris office ...etc elle integrera toute ces technos y compris le noyau de windows 8 comme ça sa leur permettra de reduire le cout de developpement de l'os windows
je pense qu'il l'appeleront ms linux, en tous les cas elle porte bien son nom elle s'ouvre a tous les logiciel ce qui est bien, il offre meme le support pour leur linux a un prix plus abordable que ceux de redhat pour leur linux fait maison
Avatar de zraba2011 zraba2011
http://www.developpez.com

le 16/02/2013 10:42
apple aussi a choisi azure mais pourquoi pas bsd, tout de meme félicitation c'est le seul cloud a offrir plusieur plateforme differente distribution linux , plus windows et different languages chapeau une merveille
Offres d'emploi IT
Maîtrise d'ouvrage informatique réglementaire / comptable h/f
CDI
Société Générale France - Ile de France - Paris (75000)
Parue le 26/09/2014
Analyste de Production Mainframe H/F
CDI
NEO SOFT - Bourgogne - Dijon (21000)
Parue le 11/10/2014
Développeur php / symfony
CDI
Kuantic S.A.S. - Provence Alpes Côte d'Azur - Sophia-Antipolis
Parue le 26/09/2014

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
 
 
 
 
Partenaires

PlanetHoster
Ikoula