Accord Google : la presse étrangère impitoyable avec la presse française

Les rubriques (actu, forums, tutos) de Développez
Tags
Réseaux sociaux


 Discussion forum

Retrouvez le dossier complet de la rédaction
Sur le même sujet
Le , par Gordon Fowler, Expert Confirmé Sénior
Mise à jour du 08/02/13

Après l’annonce de l’accord entre Google et la presse traditionnelle française, qui débouchera sur la création d’un fonds d’aide de 60 millions d’Euros pour aider les journaux et les magazines dans leur transition numérique, le président de la République François Hollande s’était chaudement félicité d’une « première historique ».

Outre le fait qu’il ne s’agissait absolument pas d’une première, puisque la presse Belge avait ouvert la voie en 2012, cet enthousiasme n’a visiblement pas été partagé à l’étranger.

Nous étions plus que mitigés sur cette aide – aussi bien sur son efficacité réelle que sur la méthode (lire par ailleurs) – mais les réactions de la presse étrangère sont sans commune mesure avec notre scepticisme.

Compilées dans un petit encart des Echos daté du 4 février, la presse traditionnelle française se fait tout bonnement étriller par ses homologues italiens et suscite l’incompréhension chez nos confrères anglo-saxons et américains.

Outre-Atlantique, le Wall Street Journal souligne ce que nous pointions la semaine dernière, à savoir que l’accord met Google en position de force face à une presse qui se livre pieds et poings liés en lui confiant sa publicité. « Les discussions n’ont pas été faciles [mais] l’accord pourrait aider Google à capter une part encore plus importante de la publicité en ligne du pays », écrit le quotidien financier.

Un peu plus acerbes, les britanniques y voient également une victoire d’Eric Schmidt qui, pour 60 millions d’Euros, échappe à une loi qui aurait pu réguler strictement les relations entre les référenceurs de contenus d'une part et les producteurs de contenus d'autre part. Une loi qui, si elle avait été décidée, aurait constitué une dangereuse jurisprudence pour Google.

Le Financial Times explique sur ce point que l’Allemagne, qui s’est lancée dans un tel projet de loi, est beaucoup plus ambitieuse que la France.

Mais c’est du côté transalpin, où les éditeurs italiens sont à couteaux tirés avec Google, que les pics sont les plus acérés. Pour le quotidien la Stampa, par exemple, l’accord signé à Paris légitime tout simplement le droit de Google d’exploiter les articles de presse sans débourser un seul Euro. Ni plus ni moins qu’« une défaite culturelle pour les Français, une débâcle comme à Waterloo ».

A ce niveau, on ne peut plus parler de pics. Ce sont des lances.

Source : Les Echos

Et vous ?

Comprenez-vous cet accord ?
Et la satisfaction du président de la République et de la presse traditionnelle ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de kolodz kolodz
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 11/12/2014 17:01
Le problème pour la presse en ligne, c'est que l'utilisateur va sur Google News pour savoir si il y a un article à lire. Et non directement sur son site.
Cela le fait rentré directement en concurrence avec ses homologues. Et surtout les internaute ne vont pas sur le site pour être lecteur de ***, mais pour lire une actualité.
Ce qui est totalement différent. Sachant qu'une partie de la presse en ligne vise l'abonnement permettant de lire les articles. Ce qui est opposition direct avec le modèle économique sous entendu par Google News.
C'est donc deux vues économiques de l'information qui s'opposent.

Cordialement,
Patrick Kolodziejczyk.
Avatar de miky55 miky55
http://www.developpez.com
Membre actif
le 12/12/2014 20:30
Quelqu'un sait-il s'il y a une réaction des autres agrégateurs? Sont ils vraiment concerné ou cette taxe ne vise en réalité que google? Parce-que de toute évidence si ils y sont soumis ça doit être encore plus lourd pour eux à supporter vu qu'ils n'ont pas les mêmes ressources, et sinon ça leur est au contraire vraiment bénéfique.
Avatar de free07 free07
http://www.developpez.com
Membre expérimenté
le 13/12/2014 11:34
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Je pense que cela profite aux 2 parties
Google peut affiner le profil des internautes en repérant leurs centres d'intérêts via les news consultées
Sauf que ce n'est pas vraiment bon pour mon ouverture d'esprit, j'aime pas l'idée que l'on puisse contrôler diriger le résultat de mes recherches...
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 14/12/2014 16:41
Citation Envoyé par free07 Voir le message
Sauf que ce n'est pas vraiment bon pour mon ouverture d'esprit, j'aime pas l'idée que l'on puisse contrôler diriger le résultat de mes recherches...
C’est pourtant justement ce que veulent faire chaque centre de presse en ligne, diriger uniquement et directement vers eux les internautes, sans passer par Google…
Avatar de Saverok Saverok
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 15/12/2014 14:41
Citation Envoyé par miky55 Voir le message
Quelqu'un sait-il s'il y a une réaction des autres agrégateurs? Sont ils vraiment concerné ou cette taxe ne vise en réalité que google? Parce-que de toute évidence si ils y sont soumis ça doit être encore plus lourd pour eux à supporter vu qu'ils n'ont pas les mêmes ressources, et sinon ça leur est au contraire vraiment bénéfique.
Tous les agrégateurs sont concernés.
Tout comme l'interdiction de la livraison gratuite des livres n'est pas uniquement pour Amazon, cette taxe sera pour tous les agrégateurs.

Juridiquement, il n'est pas possible de faire une loi spécifiquement contre une seule entreprise.
Les lois sur toute une activité concernent tous les acteurs.
Cette taxe portera probablement le nom symbolique de "taxe Google" mais cela ne sera pas son nom officielle et cela ne signifiera pas que seul Google devra s'en acquitter.

Note :
Dans le cas des abus de position dominante, il ne s'agit pas de loi ni de taxe, mais d'une condamnation sur un acteur défini.
Avatar de Simara1170 Simara1170
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 15/12/2014 15:36
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Dans le cas des abus de position dominante, il ne s'agit pas de loi ni de taxe, mais d'une condamnation sur un acteur défini.
Et quoi, on va taxer Google d'abus de position dominante dans l’agrégation des news?
Avatar de Saverok Saverok
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 15/12/2014 16:10
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Et quoi, on va taxer Google d'abus de position dominante dans l’agrégation des news?
En rien du tout
C'était une précision de mon post justement pour souligner que cela n'avait rien à voir et qu'il ne fallait pas tout mélanger justement
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 15/12/2014 16:29
Ca me heurte !

J’ai la forte impression que les dés sont pipés, et que la presse et les politiques sont de mèche.

Primo, qui se plaint vraiment de cette "agrégation" ?
Toute la presse ?
Ils sont tous du même avis sur la question ?
J’en doute franchement.

LA PRESSE, ce n'est pas que les grands quotidiens, il a aussi la presse people, la presse sportive, la presse scientifique, les presses "régionale", la presse infantine …
Bon, ok, Picsou magazine est plus que rarement agrégé dans Google News, mais est-ce pour autant que leur avis ne compte pas ?
et j'ai l'impression, que eux (ou d'autres), s'il le pouvaient, il paieraient pour y être, dans Google News...

- Il est tout de même question de créer une nouvelle loi touchant à l’économie numérique !

ça me déplairait qu’on découvre par la suite qu’il y ait eu une collusion entre les hommes politiques (qui votent les lois) et une partie non représentative de la presse, qui était, de fait, fortement liée aux partis politiques.

Mais je dois me tromper, la presse à toujours été, et sera toujours neutre, seul les débat d’idées l’intéresse, et dans le seul but de la démocratie, voyons !
Avatar de Algo D.DN Algo D.DN
http://www.developpez.com
Membre éprouvé
le 15/12/2014 17:10
En attendant la source de l'article AFP n'est plus disponible à cette adresse : http://www.google.com/hostednews/afp...dDoCZidHV16DVQ
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux
http://www.developpez.com
Chroniqueur Actualités
le 15/12/2014 17:26
Taxe Google : les éditeurs espagnols veulent empêcher la fermeture de Google News,
ils demandent l’intervention du gouvernement

Moins d'une semaine après que la société de Mountain View ait annoncé la fermeture de Google News en Espagne, l'association des éditeurs de quotidiens espagnols (AEDE) se mobilise dans l'espoir de voir le géant de la recherche revenir sur sa décision.

Voyant la date fixée pour la fermeture de Google News en Espagne approcher à grands pas, l'AEDE invite le gouvernement espagnol et les autorités de la concurrence de l'UE à faire le nécessaire pour empêcher la fermeture de Google News.

Le groupe, qui était à l'origine de la nouvelle loi sur la propriété intellectuelle qui a amené Google à annoncer la fermeture de son service, a finalement réalisé les conséquences de son action. Au-delà de la fermeture du service de Google en Espagne, il considère que cette décision de Google aura « sans aucun doute un impact négatif sur les citoyens et entreprises espagnoles », qui pourrait s'étendre à la recherche et à l'Internet en général.

« Compte tenu de la position dominante de Google (qui, en Espagne, contrôle la quasi-totalité des recherches sur le marché et est une passerelle authentique vers Internet), l'AEDE demande l'intervention des autorités espagnoles et communautaires, et des autorités de la concurrence, afin de protéger efficacement les droits des citoyens et des entreprises », a déclaré Irene Lanzaco, une porte-parole de l'AEDE.
L'association n'est pas vraiment inquiète au sujet de la fermeture de Google News, mais craint que le géant de la recherche n'utilise sa position dominante dans l'indexation générale des journaux espagnols.

« Nous ne demandons pas à Google de faire un pas en arrière, nous avons toujours été ouverts à des négociations avec Google », mais, ajouta Lanzaco : « Google n'a pas pris une position neutre ». En ce qui concerne la fermeture de Google News en Espagne, « bien sûr, ils sont libres de fermer leur entreprise, mais une chose est la fermeture de Google News et une autre est le positionnement dans l’indexation générale. »

En effet, la décision de fermer Google News était conjointe à celle du retrait des éditeurs espagnols de Google News. Cette mesure va donc sans doute causer la chute du trafic web vers les sites des éditeurs espagnols. Ces derniers étant les véritables perdants, ils auraient sans doute exprimé leurs inquiétudes auprès de leur association à l'origine de la « taxe Google ».

A la question de savoir si l'association des éditeurs de journaux avait reçu des plaintes de ses membres depuis l'annonce de mercredi par Google, Mme Lanzaco n'a pas répondu, mais a déclaré que « les éditeurs espagnols parlent constamment à l'AEDE ».

Source : The Spain Report

Et vous ?

Que serait la suite ? L’annulation de la taxe Google ?
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 15/12/2014 17:50
« …mais une chose est la fermeture de Google News et tout autre est le positionnement dans l’index général. »

Y rêvent tout haut non ?
Si je tape « le monde » dans Google, je dois trouver toutes les pages du journal le monde en priorité ??
C’est ça ?

Avec Google News, les membres de l'AEDE avaient une couverture privilégiée sur Google, mais ils ont préféré jouer les vierges effarouchées, et pousser les politiques à voter une mauvaise Loi.

C’est plutôt à eux de faire un pas en arrière, mais bien sur cela commence à ressembler de plus en plus à une pantalonnade
Avatar de nchal nchal
http://www.developpez.com
Membre émérite
le 15/12/2014 18:28
Quand on a un peu de dignité, on ne demande pas à Google d'aller se faire voir puis de venir pleurnicher parce qu'en fait Google, c'est pas si mal.
Ils ont voulu jouer à qui avait la plus grosse et ils ont perdu, les voir ramper pour ne pas perdre leur indexation, ça me fait bien marrer.
Avatar de free07 free07
http://www.developpez.com
Membre expérimenté
le 16/12/2014 6:19
Citation Envoyé par psychadelic Voir le message
et j'ai l'impression, que eux (ou d'autres), s'il le pouvaient, il paieraient pour y être, dans Google News...
Encore faut il être sûr que Google News soit un service gratuit...
Avatar de Simara1170 Simara1170
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 16/12/2014 10:09
Y'a pas si longtemps que ça, je disais que si on faisait trop chier Google avec des taxes et autres, il fermerait petit à petit ses produits en Europe...
On m'a répondu un truc du genre:
"T'es complètement idiot, ils feront jamais ça, c'est trop rentable pour eux, même avec une amende/taxe..."

Bah on y est, et c'est pas Google qui pleure hein...
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 16/12/2014 10:42
ils sont décevant... Ils ont pourtant pas mal de solutions à leur disposition :
- créer une plateforme d’agrégation automatique co financée (l'hébergement + la maintenance ca doit pas être hors de prix)
- réapprendre à s'en passer... ce qui ne ferait pas de mal sur le contenu avec peut etre des titres plus stables...

La, ils baissent leur froc devant une boite qui est en position ultra dominante, pas cool.
Avatar de DevTroglodyte DevTroglodyte
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 16/12/2014 11:05
Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
- créer une plateforme d’agrégation automatique co financée (l'hébergement + la maintenance ca doit pas être hors de prix)
Tu rigoles, ils se feraient taxer par l'Etat

Ça me fait bien marrer ce manque flagrant de dignité quand même... Le beurre, l'argent du beurre et le c** de la crémière.
Avatar de nchal nchal
http://www.developpez.com
Membre émérite
le 16/12/2014 11:37
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
Tu rigoles, ils se feraient taxer par l'Etat

Ça me fait bien marrer ce manque flagrant de dignité quand même... Le beurre, l'argent du beurre et le c** de la crémière.
Et le sourire du crémier !! Les mecs ne doutent de rien
Avatar de gangsoleil gangsoleil
http://www.developpez.com
Modérateur
le 16/12/2014 12:34
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Y'a pas si longtemps que ça, je disais que si on faisait trop chier Google avec des taxes et autres, il fermerait petit à petit ses produits en Europe...
On m'a répondu un truc du genre:
"T'es complètement idiot, ils feront jamais ça, c'est trop rentable pour eux, même avec une amende/taxe..."

Bah on y est, et c'est pas Google qui pleure hein...
C'est moi aui te disait ça, entre autres, et je continue de le dire, à un detail près : il aurait suffit que les journaux s'unissent pour que les ressources de la presse espagnole soient accessible dans un aggrégateur, et ça aurait été bon.

Google n'a pas le monopole des services, il existe pleins d'alternatives à beaucoup de leurs services, il manque le plus souvent un moyen de se faire connaître du grand public . dans ce cas précis, les journaux avaient une double opportunité : un moyen de communication (puisque tout le monde parle de la disparition de ce service) en plus de la communication qu'ils peuvent faire sur leurs site / version papier, et le fait que le concurrent disparaisse à une date prévue...

Mais non, ils préfèrent que rien ne change, et continuer de se plaindre du service que Google propose tout en demandant sa fermeture.
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 16/12/2014 14:11
Gouverner c'est prévoir *

* Émile de Girardin(1806-1881), journaliste et homme politique français, a été l’inventeur de la presse moderne.
Avatar de Darkzinus Darkzinus
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 16/12/2014 15:02
Peu de monde gouverne de par le fait ...
Avatar de Hinault Romaric Hinault Romaric
http://www.developpez.com
Responsable Actualités
le 16/12/2014 21:16
Google news ferme en Espagne
les éditeurs inquiets, le gouvernement temporise

Le service Google News, qui fournit des informations complètes et à jour, compilées à partir des sources d’actualités publiées par la presse en ligne, a été finalement fermé par le géant de la recherche en Espagne.

Ceci est la conséquence d’une décision qui avait été prise par Google suite à l’adoption de la taxe Google par le parlement espagnol. Cette taxe oblige des agrégateurs d’actualités à payer les éditeurs de presse locaux pour tout ou partie de leurs contenus qui seraient relayés. La loi va entrer en vigueur à partir de janvier 2015.

« Nous regrettons profondément de devoir annoncer qu'en raison des changements récents dans la loi espagnole, nous avons retiré les éditeurs de presse espagnols de Google News et fermé Google News en Espagne », a déclaré Google sur la page de son service d'actualités pour les internautes espagnols.

Pour Google il était inamissible de payer des redevances pour un service gratuit qui ne génère aucun revenu. « Comme Google News ne produit pas d'argent (nous ne montrons pas de publicité sur le site), cette nouvelle approche n'est tout simplement pas soutenable. », avait affirmé Richard Gingras, responsable de Google News, dans un billet de blog.

Cette situation a rendu anxieux les éditeurs espagnols qui craignent une perte de visibilité sur la toile. Selon des experts, « l’absence de Google News pourrait provoquer une baisse de l’audience des sites de médias espagnols de 10% à 30% », a affirmé José Manuel Soria, le ministre espagnol de l'Industrie, qui rappelle au passage que ce sont « les éditeurs eux-mêmes qui ont soumis au gouvernement l'idée d'une taxe. »

Il faut noter qu’a la suite de l’annonce de Google il y a six jours, l'AEDE (association des éditeurs de quotidiens espagnols) avait invité le gouvernement espagnol et les autorités de la concurrence de l'UE à faire le nécessaire pour empêcher la fermeture de Google News. L'AEDE, qui ne s’attendait certainement pas à une décision aussi radicale, avait affirmé qu’elle avait toujours souhaité « négocier avec Google ».

Une chose est certaine, les plus grands perdants dans cette affaire seront les médias eux-mêmes. C’est en tout cas ce que pense l’association des internautes espagnols.

Le gouvernement espagnol, pour sa part, estime que « l'accès à l'information sur Internet restera garanti » et qu’il faudra attendre pour déterminer l’impact réel sur le secteur.

Il faut noter que Google entretient depuis quelque temps des relations conflictuelles avec l’Europe. La firme fait actuellement l’objet d’une enquête antitrust pour abus de position dominante avec son moteur de recherche, qui aurait été utilisé pour privilégier ses services et ceux de ses partenaires au détriment de la concurrence. Les eurodéputés étaient allés jusqu’à voter pour une scission de Google.

Et vous ?

Perte importante pour les éditeurs de presse espagnols ?
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 0:20
Citation Envoyé par Hinault Romaric Voir le message
.. L'AEDE, qui ne s’attendait certainement pas à une décision aussi radicale, avait affirmé qu’elle avait toujours souhaité « négocier avec Google » ..
Pourtant, lors de l'adoption de cette loi sur « la propriété intellectuelle » le gouvernement Espagnol à fait savoir, que la « compensation financière était obligatoire et non négociable ».

Par ailleurs, et comme je m’en doutais, l’AEDE est bien une association minoritaire dans la presse Espagnole, mais la loi porte son nom : « Canon AEDE ».

Dans le cas Allemand, et presque similaire (Google ne laissait que les titre des news, les lignes suivantes étant taxées), le groupe Springler avait chuté jusqu'a 40% de traffic sur internet, et perdait plus de 100.000 euros par jour et par site internet !

La seule porte de sortie pour le gouvernement Espagnol serait d'annuler leur loi, au prétexte, (au hasard) qu'elle n'est pas en conformité avec le droit européen..
(l’établissement d’un lien vers un contenu librement disponible et autorisé par les titulaires de droits ne peut être soumis au droit d’auteur).
Avatar de tontonnux tontonnux
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 9:38
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
...il aurait suffit que les journaux s'unissent pour que les ressources de la presse espagnole soient accessible dans un aggrégateur, et ça aurait été bon.

Google n'a pas le monopole des services, il existe pleins d'alternatives à beaucoup de leurs services, il manque le plus souvent un moyen de se faire connaître du grand public . dans ce cas précis, les journaux avaient une double opportunité : un moyen de communication (puisque tout le monde parle de la disparition de ce service) en plus de la communication qu'ils peuvent faire sur leurs site / version papier, et le fait que le concurrent disparaisse à une date prévue...
Oulà, tu te trompes lourdement.
La question n'est absolument pas l’agrégation. Ce qui est centrale ici c'est que Google (et à plus forte raison en Europe) EST la porte d'entrée d'internet. Tu peux créer tout les agrégateurs et outils que tu veux (et tu évoque toi même qu'il "existe pleins d'alternatives"), jamais ils ne pourront proposer un niveau de visibilité comparable. Tu vas donc dépenser de l'argent dans un outil qui sera très fortement moins efficace. Ça ne peut pas être rentable.
Sans parler du fait de payer un outil qui mettra en avant tes concurrents juste à côté de toi.

Là où en revanche je te rejoins totalement c'est:
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Mais non, ils préfèrent que rien ne change, et continuer de se plaindre du service que Google propose tout en demandant sa fermeture.
La presse (même la 100% web) me fait beaucoup penser à l'industrie du disque. Internet (et adblock) change la donne, c'est un fait. Mais au lieu d'intégrer ces changements et de réinventer son model économique, ils font tout pour préserver leurs acquis.
Ça ne marche pas. Ça n'a jamais marché et ne marchera jamais.
Avatar de Simara1170 Simara1170
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 9:55
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
C'est moi aui te disait ça, entre autres, et je continue de le dire, à un detail près : il aurait suffit que les journaux s'unissent pour que les ressources de la presse espagnole soient accessible dans un aggrégateur, et ça aurait été bon.

Google n'a pas le monopole des services, il existe pleins d'alternatives à beaucoup de leurs services, il manque le plus souvent un moyen de se faire connaître du grand public . dans ce cas précis, les journaux avaient une double opportunité : un moyen de communication (puisque tout le monde parle de la disparition de ce service) en plus de la communication qu'ils peuvent faire sur leurs site / version papier, et le fait que le concurrent disparaisse à une date prévue...
N'empêche que... On a voulu tirer un peu trop sur la corde, et Google a réagis comme je l'avais dit: il a coupé l'accès au service...
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Mais non, ils préfèrent que rien ne change, et continuer de se plaindre du service que Google propose tout en demandant sa fermeture.
Y'a deux raisons à ça:
-Google est considéré par l'inconscient collectif comme un service public
-Ca coûterais une fortune de développer un agrégateur d'infos, et en plus ça serait dépenser de l'argent pour la concurrence (qui pourrait d'ailleurs te demander de raquer pour afficher leur contenu, histoire de bien boucler la boucle...).
Avatar de Carhiboux Carhiboux
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 17/12/2014 10:09
Il était temps que Google se rebiffe un peu.

La presse espagnole va sortir rincée de ce conflit. Comme les médias allemands quand ils ont tenté leur chance.

Encore une fois, un pays prétends punir Google pour son trop grand succès.

Autant, pour l'activité moteur de recherche, qui leur rapporte de l'argent, ils doivent plus ou moins plier (en plus de ne pas pouvoir se permettre de laisser la route libre pour leurs concurrents directs...) autant pour google news c'était couru d'avance qu'ils allaient couper le service.
Avatar de gangsoleil gangsoleil
http://www.developpez.com
Modérateur
le 17/12/2014 10:26
Citation Envoyé par tontonnux Voir le message
Ce qui est centrale ici c'est que Google EST la porte d'entrée d'internet.
Justement : dans ce cas précis, ils avaient la possibilité de sortir de cette domination, "simplement" en développant un agrégateur : pas besoin de dire "on est meilleur que Google, essayez-nous vous verrez", puisque justement Google a arrété son service (et avait prévenu qu'il le ferait) : plus de concurrent, donc si les gens voulaient des informations, ils se seraient naturellement tournés vers la solution proposée par les journaux.
Avatar de tontonnux tontonnux
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 10:44
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Justement : dans ce cas précis, ils avaient la possibilité de sortir de cette domination, "simplement" en développant un agrégateur : pas besoin de dire "on est meilleur que Google, essayez-nous vous verrez", puisque justement Google a arrété son service (et avait prévenu qu'il le ferait) : plus de concurrent, donc si les gens voulaient des informations, ils se seraient naturellement tournés vers la solution proposée par les journaux.
Les personnes qui placeront un agrégateur de journaux en 1ère page de leur navigateur devrait être, tu en conviendras très minoritaires.
Tu dis que les gens qui qui cherchent des informations se seraient naturellement tournés vers cette hypothétique nouvelle solution. C'est vrai, mais dans les faits on s'en fou. Ces gens là peuvent déjà aller directement sur les sites d'infos puisque c'est ce qu'ils cherchent.

Ce que permet l'agrégateur de Google, s'est justement de faire venir les autres.

L'agrégateur que tu suggère n'aurait aucun impact sur le traffic des sites en question (ou du moins un impact infiniment moindre que Google). Tu fais l'erreur de te placer du point de vue de celui qui cherche et qui connait. Mais justement, la force de Google News est de faire venir ceux qui ne connaissent pas. Ils ouvrent leur navigateur, ils ont un bouton "actualités" et hop. Ils n'ont pas besoin de savoir où les chercher/trouver (la différence des termes peut ne pas être anodine dans ce contexte). L'information vient à eux. C'est la différence entre la publicité et la promotion.
Google offre une publicité très importante à la presse. Vouloir la remplacer par un outil promotionnel ne peut pas avoir le même impact.

Edit: attention à ne pas se tromper en indiquant Google comme un concurrent de la presse. Ce n'est absolument pas le cas.
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 17/12/2014 10:58
Citation Envoyé par tontonnux Voir le message
Edit: attention à ne pas se tromper en indiquant Google comme un concurrent de la presse. Ce n'est absolument pas le cas.
Non, il serait plutôt un parasite dans le monde animal, ou une symbiose... On va voir dans les prochains mois quel était son statut.

Un agrégateur, c'est facile a trouver, je doute que la plupart des gens utilisaient encore la souris pour accéder a google news, ils tapaient news dans la barre de taches et arrivaient sur le site.
Un agrégateur aurait fait l'affaire aussi.

Je doute que le dev aurait été si cher, si tous les journaux avaient proposé le service, ils auraient aussi coopéré, donc mis a disposition des API amicales pour ce service.
Au final, je doute que ca aurait couté plus de quelques centaines de milliers d'euros de dev, et pas énormément en terme de maintenance.

Il fallait juste arriver à s'unir, ce qui est la faiblesse de la vision actuelle de l'économie, dont profite les acteurs de taille démesurées.

Après, je doute que sur 6 mois ils ne retrouvent pas des niveaux de consultation similaire. les gens vont ils arrêter de s'intéresser aux news ?
Avatar de Simara1170 Simara1170
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 11:30
L'adage sur internet, c'est "si c'est à plus de 3 clics, ça n'existe pas"
auquel tu peut rajouter "si ce n'est pas en première page de google, ça n'existe pas" ...
Avatar de tontonnux tontonnux
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 11:42
Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
Non, il serait plutôt un parasite dans le monde animal, ou une symbiose... On va voir dans les prochains mois quel était son statut.
Etant donné que ceux qui ont essayé de s'en soustraire en ont souffert, on peux légitimement considérer que l'apport de Google News leur est globalement positif.
On penche donc clairement vers la symbiose.
Avatar de Traroth2 Traroth2
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 17/12/2014 11:54
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Y'a pas si longtemps que ça, je disais que si on faisait trop chier Google avec des taxes et autres, il fermerait petit à petit ses produits en Europe...
On m'a répondu un truc du genre:
"T'es complètement idiot, ils feront jamais ça, c'est trop rentable pour eux, même avec une amende/taxe..."

Bah on y est, et c'est pas Google qui pleure hein...
Euh, pour l'instant, il existe la menace s'une fermeture de Google News en Espagne, rien de plus. Quand ils auront effectivement bloqué Google Search pour les Allemands, le Benelux et la France, on en reparle, ok ?
Avatar de DevTroglodyte DevTroglodyte
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 17/12/2014 11:57
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Euh, pour l'instant, il existe la menace s'une fermeture de Google News en Espagne, rien de plus.
Google News espagne est inaccessible, hein. Donc effectivement fermé, comme annoncé.
Avatar de Escapetiger Escapetiger
http://www.developpez.com
Membre expérimenté
le 17/12/2014 12:16
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Citation Envoyé par tontonnux Voir le message
Ce qui est centrale ici c'est que Google EST la porte d'entrée d'internet.
Justement : dans ce cas précis, ils avaient la possibilité de sortir de cette domination, "simplement" en développant un agrégateur : pas besoin de dire "on est meilleur que Google, essayez-nous vous verrez", puisque justement Google a arrété son service (et avait prévenu qu'il le ferait) : plus de concurrent, donc si les gens voulaient des informations, ils se seraient naturellement tournés vers la solution proposée par les journaux.
Ce qui est étonnant c'est que ça ne profite pas à un concurrent comme yahoo (cf. ci-dessous), peut-être que les habitudes, la qualité proposée, l'embarquement par défaut sont difficiles à remplacer.

Il sera intéressant de voir si avec le temps la donne peut changer.

http://www.developpez.net/forums/d14...enariat-google
Mozilla met fin à son partenariat avec Google
Yahoo devient le moteur de recherche par défaut dans Firefox
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 17/12/2014 12:51
Citation Envoyé par tontonnux Voir le message
Etant donné que ceux qui ont essayé de s'en soustraire en ont souffert, on peux légitimement considérer que l'apport de Google News leur est globalement positif.
On penche donc clairement vers la symbiose.
Si le service d'un acteur dominant continu a fonctionner, et que seuls certains en sorte, ils votn foprcement souffrir, puisque les habitudes ne changent pas.
Pour voir ce que ca donne, il faut une interdiction / fermeture massive du service, et la on voit comment le système s'adapte.

Pour faire un parallèle, Napster est mort, et a donné kazaa et emule, qui sont mort, et on donné bittorrent, qui ont eu des soucis et ont créé les liens magnet.
les torrent ont été limité / interdit, megaupload est né, puis quand il a disparu il y a eu du streaming et en parallèle un retour des magnet avec the piratebay, qui vient peut être de mourir et qui générera je n'en doute pas un nouveau système.
Pour que l'innovation se mette en place, il faut souvent passer par une destruction / interdiction massive pour laisser la place à d'autres acteurs.

Ici, le système de google est sur la sellette et on verra dans quelques semaines / mois apparaitre d'autres comportements, etc...
Avatar de tontonnux tontonnux
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 16:31
Ton analogie est très bien.
Effectivement, face au téléchargement, certains ont voulu mettre des "interdiction" et des "fermeture massive du service".
Et comme je l'ai dit, ça ne fonctionne jamais...

Lutter contre Google News participe de la même logique que de lutter contre bittorent. C'est infondé et contre productif.
Avatar de Traroth2 Traroth2
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 17/12/2014 17:02
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
Google News espagne est inaccessible, hein. Donc effectivement fermé, comme annoncé.
Apparemment. Je maintiens ma réponse : Quand ils auront effectivement bloqué Google Search pour les Allemands, le Benelux et la France, réveillez-moi...
Avatar de Saverok Saverok
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 17/12/2014 17:29
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Apparemment. Je maintiens ma réponse : Quand ils auront effectivement bloqué Google Search pour les Allemands, le Benelux et la France, réveillez-moi...
Comme très bien dit par pmithrandir,
Il y aura quelques jours de flottement et les gens migreront vers un autre service et le grand perdant sera Google

Là, il s'agit juste d'un service annexe mineur qui, comme le dit Google, ne leur rapporte pas grand chose
Le moteur de recherche, c'est une autre histoire

Ne compare pas un service annexe avec le cœur de métier

Prend par exemple une station essence avec une station de gonflage de pneu en libre service
Les automobilistes sont content de pouvoir contrôler la pression de leur pneu lorsqu'ils font leur plein
Pour des raisons de coût de maintenance, le gérant de la station essence décide de supprimer cette station de gonflage
Les clients ralent un peu mais continue de venir à la pompe essence
Par contre, jamais le gérant ne fermera ses distributeurs à essence pour ne conserver que la supérette de la station.

Remplace l'exemple précédent par Google en tant que station essence et Google News comme service de gonflage de pneu et c'est exactement pareil.
Avatar de Algo D.DN Algo D.DN
http://www.developpez.com
Membre éprouvé
le 17/12/2014 18:43
C'est clair que la presse devrait (aurait dû) saisir cette occasion pour générer un nouveau modèle, et combien même si ça leur coûtait un bras à terme ils s'y seraient retrouvés, il aurait suffi de communiquer là-dessus et même pupu se serait même fait une joie de servir ça au JT de 20 heures, histoire de faire comprendre à l'écervelé qu'il ne faut plus appuyer sur le bouton gougle pour lire la presse mais sur le bouton pressemoiça ;[).
Avatar de Algo D.DN Algo D.DN
http://www.developpez.com
Membre éprouvé
le 17/12/2014 19:09
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
L'adage sur internet, c'est "si c'est à plus de 3 clics, ça n'existe pas"
auquel tu peut rajouter "si ce n'est pas en première page de google, ça n'existe pas" ...
Heu... non pas besoin de 3 clic, l'autre jour je cherchais recette pour boîte de raviolis et direct il m'a affiché l'ouvre boîte et la notice d'utilisation...
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 19:34
Je ne suis pas trop certain de vous suivre…

C’est bien beau vos parallèles avec les systèmes biologique, mais ça reste de la pure spéculation.

Si les Napster /emule / MegaUpload, etc continuent de muter / renaitre sous des formes différentes, c’est principalement pour cause de l’inéquation économique généré par la société de consommation dans laquelle nous vivons (mais c’est un autre débat).

Je me pose juste la question sur un plan pratique :

Imaginons qu’une nouvelle start-up en Espagne (c’est possible ??? ) décide de remplacer Google News Espagne.

Mis à part la problématique technique : mettre en place des serveurs, le growler de news, la pub pour se faire connaitre, etc…
Qui doivent tout de même couter un bras, il faudrait qu’en plus ils se soumettent à la nouvelle loi « canon AEDE » et payer ses fameux droits de « propriété intellectuelle ».

Même en mettant de la pub ;mais je ne crois pas que les annonceurs potentiels vont se bousculer, je vois mal le retour sur investissement.

Est-ce que vraiment la simple agrégation de « news » puisse représenter le moindre intérêt commercial ?

Les business Angels, doivent certainement tous se bousculer en Espagne !
Avatar de kolodz kolodz
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 18/12/2014 10:07
Résumé de la news :
On voulait l'argent de Google, pas perdre nos visiteurs !
Je vois mal Google dire :
Okey, on va payer votre taxe qui rends ce service non rentable, pour vos chers média qui nous crashe au visage tout les jours de l'année.
Ils vont peut-être annulé leur loi... D'ici un an ?

Cordialement,
Patrick Kolodziejczyk.
Avatar de Traroth2 Traroth2
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 18/12/2014 10:28
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Comme très bien dit par pmithrandir,
Il y aura quelques jours de flottement et les gens migreront vers un autre service et le grand perdant sera Google

Là, il s'agit juste d'un service annexe mineur qui, comme le dit Google, ne leur rapporte pas grand chose
Le moteur de recherche, c'est une autre histoire

Ne compare pas un service annexe avec le cœur de métier

Prend par exemple une station essence avec une station de gonflage de pneu en libre service
Les automobilistes sont content de pouvoir contrôler la pression de leur pneu lorsqu'ils font leur plein
Pour des raisons de coût de maintenance, le gérant de la station essence décide de supprimer cette station de gonflage
Les clients ralent un peu mais continue de venir à la pompe essence
Par contre, jamais le gérant ne fermera ses distributeurs à essence pour ne conserver que la supérette de la station.

Remplace l'exemple précédent par Google en tant que station essence et Google News comme service de gonflage de pneu et c'est exactement pareil.
Mais merci d'abonder dans mon sens ! C'est très exactement ce que je me tue à dire. Mon commentaire répond à celui de Simara1170 quand il dit :

"Y'a pas si longtemps que ça, je disais que si on faisait trop chier Google avec des taxes et autres, il fermerait petit à petit ses produits en Europe...
On m'a répondu un truc du genre:
"T'es complètement idiot, ils feront jamais ça, c'est trop rentable pour eux, même avec une amende/taxe...""
Avatar de Traroth2 Traroth2
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 18/12/2014 10:31
Citation Envoyé par kolodz Voir le message
Résumé de la news :

Je vois mal Google dire :

Ils vont peut-être annulé leur loi... D'ici un an ?

Cordialement,
Patrick Kolodziejczyk.
Heureusement que je suis pour la liberté du net, sinon, je dirais que l'état espagnol devrait bloquer les autres services de Google aussi, tant que Google n'est pas d'accord pour payer ladite taxe, histoire de voir qui rit et qui pleure à la fin...
Avatar de fenkys fenkys
http://www.developpez.com
Membre confirmé
le 18/12/2014 11:31
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Heureusement que je suis pour la liberté du net, sinon, je dirais que l'état espagnol devrait bloquer les autres services de Google aussi, tant que Google n'est pas d'accord pour payer ladite taxe, histoire de voir qui rit et qui pleure à la fin...
Pourquoi l'état espagnol ferait il ça ? Il n'y a rien d'illégal dans la décision de Google. Il a laissé un choix à Google : paye ou dégage. Google a choisi : je dégage. Maintenant, l'état ne peut pas reprocher à Google d'avoir choisi celui qui leur déplait le plus.

Pour ma part je n'utilisais quasiment plus le service d’agrégation de Google News. En France, par défaut Firefox reçoit les flux RSS d'un grand journal Français. Je suppose qu'il y a l'équivalent dans le Firefox espagnol. Le grand gagnant, ça sera ce journal. (et je serais surpris que IE et Safari n'aient pas un service similaire).
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 18/12/2014 11:38
Que google ne gagne pas d'argent avec google news, c'est de la foutaise.

Le système ne leur coute rien le dev est fait, les liens sont mis en place.
Y a de l'electricité et de la maintenance, rien de bien méchant.

On a déjà discuté le point, un utilisateur google news rapporte plus qu'un autre, donc il y a bien un avantage pour google. Après, veulent ils partager ce gateau, rien n'est moins sur.

A mon avis, ils ont décidé d'abandonner le marché espagnol pour éviter un effet boule de neige. Le jour ou il payent un pays, les autres suivront dans la foulée, et c'est ce qu'ils redoutent je pense.
Offres d'emploi IT
Développeur polyvalent delphi
CDI
Delphi-Staff - Rhône Alpes - Lyon (69000)
Parue le 02/12/2014
Architecte mobility / collab h/f
CDI
Société Générale France - Ile de France - Paris-La-Défense
Parue le 03/12/2014
developpeur delphi/plsql/oracle
CDD
jpsi sarl - Midi Pyrénées - Toulouse (31000)
Parue le 25/11/2014

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
 
 
 
 
Partenaires

PlanetHoster
Ikoula