Google trouve un accord avec la presse française
Elle bénéficiera d'un fonds de 60 millions d'euros et utilisera les technologies de Google

Les rubriques (actu, forums, tutos) de Développez
Tags
Réseaux sociaux


 Discussion forum

Retrouvez le dossier complet de la rédaction
Sur le même sujet
Le , par Gordon Fowler, Expert Confirmé Sénior
Mise à jour du 04/02/13

La hache de guerre est enterrée entre Google et les éditeurs de presse français. Ces derniers lui reprochaient d’utiliser leurs contenus gratuitement pour générer de l’audience sur Google News.

Sur le modèle de l’accord trouvé avec les éditeurs Belges (lire par ailleurs), et sous la pression du gouvernement qui menaçait de légiférer en cas de statu quo, Google a décidé de rémunérer ces journaux en créant un fonds d’innovation pour la presse de 60 millions d’euros « pour soutenir les initiatives numériques innovantes ».

Ce qui crée de facto une distorsion de concurrence entre la presse dite traditionnelle et les acteurs 100 % web comme Developpez.

C’est Eric Schmidt, Executive Chairman de Google, qui a annoncé lui-même l’accord après une entrevue avec le Président de la République François Hollande. « Aujourd'hui, j'ai annoncé deux nouvelles initiatives visant à stimuler l'innovation et à accroître les revenus des éditeurs français. Tout d'abord, Google a décidé de créer un fonds d’innovation de 60 millions d’euros pour accompagner la presse française dans son développement numérique, au bénéfice des lecteurs français. Et Google va renforcer son partenariat avec les éditeurs français pour les aider à accroître leurs revenus en ligne en utilisant nos technologies publicitaires ».

Une solution assez curieuse puisqu’elle lie les éditeurs encore un peu plus aux solutions de Google. Comme ils s'étaient liés pieds et poings à Apple lors de la sortie de l'iPad, censée les relancer. Une incohérence de plus ?

Google rappelle par ailleurs qu'il « travaille depuis plusieurs années avec les éditeurs de presse du monde entier pour les aider à tirer le meilleur parti d’Internet » et ne peut s’empêcher de rappeler – à juste titre nous semble-t-il – que son « moteur de recherche génère des milliards de clics vers leurs sites tous les mois ».

Avec 60 millions, Google s’achète donc une tranquillité sur le sol français alors qu’il était au cœur de plusieurs polémiques, dont une sur l’évasion fiscale (ou optimisation selon les points de vue). Un point également abordé à demi-mot par Eric Schmidt qui évoque « les engagements pris en 2011 d’accroître l’investissement de Google en France ».

Une manière de répondre à ceux qui accusent l’entreprise de profiter du marché français sans contreparties suffisantes en soulignant qu’en plus d’avoir embauché (et payé des charges sociales), Google est à l’initiative de plusieurs projets comme la création d’un centre culturel à Paris.

Pas sûr que l’administration fiscale soit très réceptive à cet argument. Mais en attendant, Google s’est offert une petite bouffée d’oxygène vis-à-vis de l’administration et de la presse traditionnelle.

Mission réussie pour Eric Schmidt, donc. Pour la presse traditionnelle, c'est un autre débat.

Source : Communiqué de l’Executive Chairman de Google


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Pierre Louis Chevalier Pierre Louis Chevalier
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 04/02/2013 18:44
Salut,

Si j'ai bien compris il ne vont pas donner 60 M, mais prendre des participations, autrement dit Google va devenir éditeur ?

60 M c'est une somme énorme pour la France, donc vraiment Google ne sait plus quoi faire de ses recettes, et va donc accroître sa puissance en devant éditeur de presse web, donc la Googlelisation du web se poursuit.
Admettons que google arrive à 50% de participation sur des médias, ce qui est plausible avec 60 M, ils remplacent la régie par la régie google.

Donc Google renvoi vers des sites qui eux mêmes vont renvoyer sur google.
Avatar de Vicvo Vicvo
http://www.developpez.com

le 05/02/2013 12:37
En pleine actualité, Google et le gouvernement ont trouvé un accord (c'est mieux que de passer devant les tribunaux!): 60 000 millions d'euros...Qui ne serait pas contre!
Avatar de ManusDei ManusDei
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 05/02/2013 12:42
C'est 60 millions, pas 60 000 millions.
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize
http://www.developpez.com
Rédacteur/Modérateur
le 05/02/2013 13:33
Personne n'est contre 60 milliards non plus
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 05/02/2013 14:14
Comme j'ai vu dans un autre sujet, le principal problème, c'est le caractère unique du versement. La ou on aurait pu espérer une paiement en proportion de la consommation (compter les requêtes de google, ca ne doit pas être bien complexe) on a un paiement fixe.

Quid des journaux qui auront toujours du mal dans 1 an ?

Je trouve que finalement ca ne coute pas bien cher à google, surtout si c'est valide ad vitam eternam.

A la rigueur, j'aurai préféré un système dégressif, avec 60M maintenant, 50 l'année prochaine, 40 l'année suivante, etc...
Avatar de Jérôme_C Jérôme_C
http://www.developpez.com
Membre confirmé
le 05/02/2013 19:35
Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
A la rigueur, j'aurai préféré un système dégressif, avec 60M maintenant, 50 l'année prochaine, 40 l'année suivante, etc...
Mais c'est dégressif, puisque c'est un one shot de 60 millions, mais réparti sur 3 ou 5 ans (ce n'est pas encore clair sur la durée).

60 M c'est une somme énorme pour la France
60 millions pour l'ensemble de la presse française, c'est énorme ?

L'INSEE nous indique que la presse française, c'est un peu moins de 10 milliards d'euros. Cette somme énorme de 60 millions, c'est donc 0.6 % du chiffre d'affaire annuel, je trouve ça énormément faible !
Avatar de Vicvo Vicvo
http://www.developpez.com

le 07/02/2013 13:01
bonjour,

oui en effet, désolé pour la faute, c'est bien 60 Millions!!
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize
http://www.developpez.com
Rédacteur/Modérateur
le 07/02/2013 13:34
Citation Envoyé par Jérôme_C Voir le message
Mais c'est dégressif, puisque c'est un one shot de 60 millions, mais réparti sur 3 ou 5 ans (ce n'est pas encore clair sur la durée).
Euh c'est d'un coup ou bien réparti ?
Ok je viens de comprendre ... Ils sortiront pas plus de 60M et la somme sera reversé en plusieurs fois ...

Citation Envoyé par Jérôme_C Voir le message
L'INSEE nous indique que la presse française, c'est un peu moins de 10 milliards d'euros. Cette somme énorme de 60 millions, c'est donc 0.6 % du chiffre d'affaire annuel, je trouve ça énormément faible !
Et combien de résultat net ?
Avatar de Pierre Louis Chevalier Pierre Louis Chevalier
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 07/02/2013 18:26
Il y à une petite étoile en bas du contrat, ça sera 60 millions à utiliser en crédit Adsense

Je me demande si hollande s'est pas fait Engooglisé.
Avatar de Gordon Fowler Gordon Fowler
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 08/02/2013 9:56
Accord Google : la presse étrangère impitoyable... avec la presse française
Pour des raisons différentes

Mise à jour du 08/02/13

Après l’annonce de l’accord entre Google et la presse traditionnelle française, qui débouchera sur la création d’un fonds d’aide de 60 millions d’Euros pour aider les journaux et les magazines dans leur transition numérique, le président de la République François Hollande s’était chaudement félicité d’une « première historique ».

Outre le fait qu’il ne s’agissait absolument pas d’une première, puisque la presse Belge avait ouvert la voie en 2012, cet enthousiasme n’a visiblement pas été partagé à l’étranger.

Nous étions plus que mitigés sur cette aide – aussi bien sur son efficacité réelle que sur la méthode (lire par ailleurs) – mais les réactions de la presse étrangère sont sans commune mesure avec notre scepticisme.

Compilées dans un petit encart des Echos daté du 4 février, la presse traditionnelle française se fait tout bonnement étriller par ses homologues italiens et suscite l’incompréhension chez nos confrères anglo-saxons et américains.

Outre-Atlantique, le Wall Street Journal souligne ce que nous pointions la semaine dernière, à savoir que l’accord met Google en position de force face à une presse qui se livre pieds et poings liés en lui confiant sa publicité. « Les discussions n’ont pas été faciles [mais] l’accord pourrait aider Google à capter une part encore plus importante de la publicité en ligne du pays », écrit le quotidien financier.

Un peu plus acerbes, les britanniques y voient également une victoire d’Eric Schmidt qui, pour 60 millions d’Euros, échappe à une loi qui aurait pu réguler strictement les relations entre les référenceurs de contenus d'une part et les producteurs de contenus d'autre part. Une loi qui, si elle avait été décidée, aurait constitué une dangereuse jurisprudence pour Google.

Le Financial Times explique sur ce point que l’Allemagne, qui s’est lancée dans un tel projet de loi, est beaucoup plus ambitieuse que la France.

Mais c’est du côté transalpin, où les éditeurs italiens sont à couteaux tirés avec Google, que les pics sont les plus acérés. Pour le quotidien la Stampa, par exemple, l’accord signé à Paris légitime tout simplement le droit de Google d’exploiter les articles de presse sans débourser un seul Euro. Ni plus ni moins qu’« une défaite culturelle pour les Français, une débâcle comme à Waterloo ».

A ce niveau, on ne peut plus parler de pics. Ce sont des lances.

Source : Les Echos

Et vous ?

Comprenez-vous cet accord ?
Et la satisfaction du président de la République et de la presse traditionnelle ?
Avatar de Niark13 Niark13
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 08/02/2013 10:35
Je trouve que les demandes de la presse française étaient complètement illégitimes. Être payés pour être référencés, c'est du délire*! Je trouve que Google a été largement magnanime pour le coup.
Avatar de gangsoleil gangsoleil
http://www.developpez.com
Modérateur
le 08/02/2013 11:38
Citation Envoyé par Niark13 Voir le message
Être payés pour être référencés, c'est du délire*! Je trouve que Google a été largement magnanime pour le coup.
Je pense que tu n'as pas compris tous les tenants et aboutissants du debat : il ne s'agit pas de payer pour etre reference, mais de savoir si l'affichage d'articles de journaux aux cotes de publicites remuneratives doit profiter a ceux qui ecrivent les articles ou non.

Dans la plupart des pays, la reponse est oui (independamment de ce qu'on peut en penser, c'est bien le cas). Donc, reste a savoir comment on fait payer google (et les autres) :
soit il y a une taxe a l'affichage ou au clic, ce qui est souvent resume sous le terme de "loi google", ca fait pas mal de manque a gagner pour google, et ca rapporte enormement aux journaux.
Soit on estime une somme globale qui convienne aux parties, et on cree un fond.

C'est la seconde solution qui a ete envisagee, mais avec une somme ridicule, derisoire, humoristique. Les journaux comme le gouvernement se sont fait plumer en beaute, et ils en sont fiers...
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize
http://www.developpez.com
Rédacteur/Modérateur
le 08/02/2013 12:04
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
savoir si l'affichage d'articles de journaux aux cotes de publicites remuneratives doit profiter a ceux qui ecrivent les articles ou non.
Ce qui me gêne dans ce concept, est-ce qu'il faut rémunérer les auteurs des pages indexés par Google ? Car je ne vois pas trop de différence entre un auteur lambda du Net et celui d'un article ?

Et pour aller plus loin, doit-on rémunérer son auteur dès lors que l'on fait référence une oeuvre ? Je parle bien ici de référence et non de copie.

Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
C'est la seconde solution qui a ete envisagee, mais avec une somme ridicule, derisoire, humoristique. Les journaux comme le gouvernement se sont fait plumer en beaute, et ils en sont fiers...
En plus de ça, Google va leur enseigner comment il va gagner plus d'argent grâce à eux !
Reste la question : faut-il fustiger Google de diable ou la presse d'idiote ?
C'est presque la question de qui est le coupable entre le dealer et le drogué.
Avatar de hn2k5 hn2k5
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 08/02/2013 15:51
Les groupes de presse français sont des carpettes, des serpillières dès que vous leur faîtes gigoter un ou deux billet(s) sous le nez.
C'est pas la première fois qu'ils se couchent pour avoir leur petite perfusion.
Et après, ils osent nous sortir leurs marronniers sur les "profiteurs", les "chômeurs", qui "profitent du système"...
"Faible avec les forts, fort avec les faibles" n'a jamais été aussi vrai.

Cdlmt
Avatar de hn2k5 hn2k5
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 08/02/2013 16:14
Qui donc peut bien penser aujourd'hui qu'une entité quelconque ait un intérêt financier à acheter une chaîne de TV ou un média écrit? Ben, personne: tout le monde sait que ce n'est absolument pas rentable, et que, même, ça coûte souvent très cher.
Je me permet de parler d'un livre que j'ai lu récemment : "Les patrons de la presse nationale : Tous mauvais" (d'où mon précédent post agressif).

Détrompez-vous sur le côté onéreux ou peu rentable des médias. Là aussi, c'est une grosse entourloupe relayée encore une fois par les médias pour faire avaler la pilule.
Un quotidien, ça permet de faire plein de trucs sympas, surtout si vous possédez une holding par exemple. En gros, de la magouille fiscale légalisée.
Il est ainsi possible de jouer sur les pertes et profits, de les répartir entre les différents médias au sein de la holding afin de payer moins d'impôts au final. On peut aussi ajouter les subventions que touche la presse, on retrouve mon coup de gueule sur les profiteurs dont on parle sans cesse dans la presse.

Ensuite, les médias sont un formidable moyen de forger les consciences comme on le souhaite, à qqs échecs près comme ça a été évoqué précédemment avec la constitution européenne.

Pourquoi les oligarques français se jetteraient-ils tous sur les grands quotidiens s'ils n'avaient aucun intérêt ? Car c'est justement le cas depuis des décennies. Regardez donc les différents propriétaires du Monde (Bergé-Pigasse-Niel...), du Point (François Pinault, holding Artemis), du Nouvel Obs (groupe Perdriel), de Libération (Rothschild entre autres), du Figaro (Dassault), etc, etc, etc. Je suis sympa, je vous fais grâce de la description du groupe Lagardère, y en a vraiment trop...

Cdlmt
Avatar de Pierre Louis Chevalier Pierre Louis Chevalier
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 08/02/2013 19:05
Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message
Outre-Atlantique, le Wall Street Journal souligne ce que nous pointions la semaine dernière, à savoir que l’accord met Google en position de force face à une presse qui se livre pieds et poings liés en lui confiant sa publicité. « Les discussions n’ont pas été faciles [mais] l’accord pourrait aider Google à capter une part encore plus importante de la publicité en ligne du pays », écrit le quotidien financier...
Mais c’est du côté transalpin, où les éditeurs italiens sont à couteaux tirés avec Google, que les pics sont les plus acérés. Pour le quotidien la Stampa, par exemple, l’accord signé à Paris légitime tout simplement le droit de Google d’exploiter les articles de presse sans débourser un seul Euro. Ni plus ni moins qu’« une défaite culturelle pour les Français, une débâcle comme à Waterloo ».
C'est ça, pour résumer Google à obtenu satisfaction, et hollande s'est fait profondément engoogle-isé parce que en fin de compte les 60M d'euros vont servir à "vassaliser" la presse française, ça sera une bonne excuse pour conforter la position de monopole de Google sur le net.

Je me demande si FH à reçu sa commission habituelle de 10% sur les 60M sur son compte en Suisse.
Avatar de chiv chiv
http://www.developpez.com
Rédacteur/Modérateur
le 09/02/2013 5:08
Citation Envoyé par Nemek Voir le message
Ce qui me gêne dans ce concept, est-ce qu'il faut rémunérer les auteurs des pages indexés par Google ? Car je ne vois pas trop de différence entre un auteur lambda du Net et celui d'un article ?
Pareil, je ne comprends pas du tout comment on a pu en arriver là. A ce tarif là on peut aller sonner à la porte à mountain view et réclamer des brouzoufs parce qu'ils référencent tous les articles de developpez.com et nos blogs persos.

C'est un peu incompréhensible, tous les gros sites d'informations et éditeurs de presse ont passés 10 ans à dépenser des montagnes de thunes en SEO et autre pour être référencés sur Google et maintenant ils réclament de l'argent à Google parce qu'il les référence…

De mon point de vue, c'est juste une bande de rapaces qui vont réclamer de l'argent là ou il y en a sans aucune raison valable.

Je ne suis pas vraiment un fan de google en tant qu'entreprise, très loin de là, en raison de son modèle économique et de toutes les questions habituelles de protection de la vie privé mais là pour le coup j'aurais voulu que Google leur dise juste "Ok on vous référence plus du tout, voir comment vous le vivez. Bye."
Avatar de Makireli Makireli
http://www.developpez.com
Invité régulier
le 09/02/2013 8:43
Depuis cette affaire de Google Vs Presse française, je me suis sérieusement demandé: comment Google arrive à se faire du profit par rapport aux liens qu'il indexe ? Cela doit être très lucratif! Je serait bien ravi d'avoir plus d'explications.
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 09/02/2013 15:36
comment google fait du profit, c'est assez simple.

Une adresse email, un psuedo, ca ne sert pas a grand chose sur internet. A par les grands spammeurs, personne n'est interessé pour envoyer un email a 100 millions de personnes.
Ca coute cher, et personne ne répond.(ou presque)

Ce qui interesse les gens, c'est de cibler directement les 10 000 personnes interressées, et pour cela, il faut savoir les trouver.

La presse est un formidable outils pour savoir les centre d'interet des personnes. Tous les articles sont associées a des mots clefs, des centre d'interet, des idées politiques, etc...
A chaque clic, google enregistre que votre IP, votre pseudo a été interressé par la liste des mots clef associés, et sur une très longue période, il se fait une bonne idée de ce qui vous interresse.
Quand en plus google fait un pré tri pour affiner encore plus le contenu associé a votre identité numérique, comme dans google actu, en s'intereressant a 200 pages web par jours par pays, ils ont des données bien plus précises que sur les milliards de pages web en ligne.

Maintenant, on peut même imaginer que google va regarder l'ordre dans lequel vous allez cliquer sur les articles pour déceler vos priorités, voir même qu'il peut chronométrer le temps que vous allez mettre a cliquer pour déceler les mots, les titres qui vous attirent tout de suite.

Bref, en créant une plateforme, non pas de référencement comme dans le moteur de recherche, mais d'agregation de contenu(qui ne leur appartiennent pas) ils ont accés a des données bien plus précises sur les utilisateurs, et donc peuvent vendre ces données bien plus efficacement.
Avatar de Jérôme_C Jérôme_C
http://www.developpez.com
Membre confirmé
le 09/02/2013 17:22
Citation Envoyé par chiv Voir le message
Pareil, je ne comprends pas du tout comment on a pu en arriver là. A ce tarif là on peut aller sonner à la porte à mountain view et réclamer des brouzoufs parce qu'ils référencent tous les articles de developpez.com et nos blogs persos.

C'est un peu incompréhensible, tous les gros sites d'informations et éditeurs de presse ont passés 10 ans à dépenser des montagnes de thunes en SEO et autre pour être référencés sur Google et maintenant ils réclament de l'argent à Google parce qu'il les référence…

De mon point de vue, c'est juste une bande de rapaces qui vont réclamer de l'argent là ou il y en a sans aucune raison valable.

Je ne suis pas vraiment un fan de google en tant qu'entreprise, très loin de là, en raison de son modèle économique et de toutes les questions habituelles de protection de la vie privé mais là pour le coup j'aurais voulu que Google leur dise juste "Ok on vous référence plus du tout, voir comment vous le vivez. Bye."
Voir à ce propos

Et puis, sur cette question de la pertinence de demander de l'argent à Google, il y a une différence entre un auteur et un éditeur.

L'auteur, crée du contenu et veut le diffuser. Il est payé par son éditeur (sa maison de production, etc).

L'éditeur, publie le contenu de l'auteur, récupère de l'argent suite à la vente, ou suite à la publication de publicité liée à l’œuvre éditée. L'éditeur paye finalement l'auteur (quand il y pense diront les mauvaises langues).

Le problème de Google, c'est qu'il fait un certain boulot d'édition (il met à la disposition du public final), il a les avantages de ce travail d'édition (il récupère de l'argent), mais il n'a pas les inconvénients (il ne paye pas l'auteur).

La différence est parfois faible entre l'entreprise qui fournit un service, et donc qui perçoit une rémunération à cet égard, et l'entreprise qui profite de ce qu'on lui donne, et donc qui doit payer pour obtenir cette chose profitable.

Ce qui est difficile, c'est quand chacun fournit quelque chose de profitable :
- Pour Google, une définition de cibles de personnes qui vont pouvoir bénéficier de publicité, ce qui est une activité suffisamment lucrative.
- Pour l'éditeur de presse (pour l'exemple ici, mais de façon plus générale, pour le fournisseur de contenu), du trafic, un public, qui pourra lui aussi être source de revenu.

Mais on a inventé l'argent pour mesurer le profit. Donc oui, quand on voit un déséquilibre financier, et qu'on ne le juge pas pertinent, on demande des compensations.
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize
http://www.developpez.com
Rédacteur/Modérateur
le 11/02/2013 12:32
Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
Bref, en créant une plateforme, non pas de référencement comme dans le moteur de recherche, mais d'agregation de contenu(qui ne leur appartiennent pas) ils ont accés a des données bien plus précises sur les utilisateurs, et donc peuvent vendre ces données bien plus efficacement.
Difficile d'évaluer la réelle valeur ajoutée. Entre ceux qui n'utilisent pas le service, ceux qui n'irait pas consulter les actualités sans ce service, ceux qui prêtent leur PC pour laisser un ami consulter ces actus, ceux qui consultent sans se synchroniser à Google (pas identifié ou pas inscrit), etc.

Citation Envoyé par Jérôme_C Voir le message
Et puis, sur cette question de la pertinence de demander de l'argent à Google, il y a une différence entre un auteur et un éditeur.
Merci d'avoir introduit cette précision importante mais qui me manquait
Néanmoins, on peut toujours généraliser avec les articles ou les billets "publiés" auprès d'un hébergeur/diffuseur (ex: Developpez.com ?)

Concernant Google actu, je ne parlerai pas d’agrégation de contenus mais d'extrait ... Puisque que pour profiter de l'oeuvre (le contenu), il faut toujours aller voir son éditeur.
Avatar de ManusDei ManusDei
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 11/02/2013 14:01
Citation Envoyé par Nemek Voir le message
Difficile d'évaluer la réelle valeur ajoutée. Entre ceux qui n'utilisent pas le service, ceux qui n'irait pas consulter les actualités sans ce service, ceux qui prêtent leur PC pour laisser un ami consulter ces actus, ceux qui consultent sans se synchroniser à Google (pas identifié ou pas inscrit), etc.
L'adresse IP et la localisation (et l'horaire) permettent de faire pas mal de recoupements. On peut prêter le PC à un ami, mais à moins de le lui prêter régulièrement ça peut être enlevé comme une "anomalie".

Sur la valeur ajoutée... Google gagne des milliards avec la pub, donc qu'importe la valeur ajoutée réelle ?
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize
http://www.developpez.com
Rédacteur/Modérateur
le 11/02/2013 16:54
Citation Envoyé par ManusDei Voir le message
L'adresse IP et la localisation (et l'horaire) permettent de faire pas mal de recoupements. On peut prêter le PC à un ami, mais à moins de le lui prêter régulièrement ça peut être enlevé comme une "anomalie".
Et quid des réseaux d'entreprise et autres proxys ?

Citation Envoyé par ManusDei Voir le message
Sur la valeur ajoutée... Google gagne des milliards avec la pub, donc qu'importe la valeur ajoutée réelle ?
Si, puisqu'ici on parle de partager les revenus avec les éditeurs. Donc il est nécessaire d'évaluer le gain de la valeur d'un "profile" lorsque Google le complète avec les données issues de l'utilisation de Google actus.

Sachant que chaque clic n'a pas nécessairement une valeur ajoutée pour Google. Par exemple, si je prends mon cas, je cherche une actu sur un sujet et j'ouvre les dix premiers liens sans réfléchir. On ne peut pas rémunérer l'éditeur pour chaque clic au titre que ce clic apporte une valeur ajoutée pour Google. De même, une fois le profile établi, chaque clic n'apporte plus aucune information à Google, et donc n'apporte pas de valeur.
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 11/02/2013 17:26
si je me souviens bien, un utilisateur de base google c'est 8$.
Un utilisateur google actu c'est 50$

C'est ce niveau de précision qu'on obtient...
Avatar de ManusDei ManusDei
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 12/02/2013 9:15
Citation Envoyé par Nemek Voir le message
Et quid des réseaux d'entreprise et autres proxys ?
Ca rajoute un profil de plus. Les bandeaux de pub que je vois ne sont pas les mêmes que ceux de mes collègues, et sont régulièrement ciblés selon mes dernières recherches.

Et si je me connecte régulièrement à mon gmail, j'imagine qu'ils sauront faire le rapprochement.
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme
http://www.developpez.com
Chroniqueur Actualités
le 07/11/2014 9:22
Le parlement espagnol approuve la « taxe Google »,
Mountain View pourrait verser une compensation aux éditeurs de presse dès lors qu’un contenu sera repris

Le parlement espagnol a promulgué une nouvelle loi la semaine dernière sur la propriété intellectuelle qui autorise les éditeurs de presse à demander une rétribution aux agrégateurs de contenu (comme Google Actualités ou Yahoo! Actualités ) chaque fois qu’ils affichent un de leurs articles. Il s’agit en réalité d’une réforme sur la loi sur la propriété intellectuelle. Le texte, adopté par 172 voix pour, 144 contre et 3 abstentions, entrera en application le 1er janvier 2015 et imposera par exemple à Google de verser une compensation aux éditeurs de presse dès lors qu’un contenu sera repris, qu’il s’agisse d’un lien, d’un texte ou même d’une image.

La filiale espagnole de Google avait pourtant menacé de fermer sa page si la réforme était ratifiée, cependant le parlement espagnol a approuvé cette mesure dans un vote. Rappelons qu’en Allemagne où une réforme similaire a été introduite en 2013, Google a dû retirer du matériel protégé des résultats représentés l'organisme de l'industrie des médias VG Media. Cependant, ils ont fait marche arrière sur cette réforme et a accordé Google une licence gratuite pour continuer à afficher ce contenu.

En France, l'année dernière Google a accepté d'aider les éditeurs de presse à accroître les revenus de la publicité en ligne et également à financer les innovations de l'édition numérique pour régler un différend qui suscitait la question de savoir s’il était plus pertinent de faire payer Mountain View pour le contenu des articles de presse dans ses résultats de recherche. D’ailleurs, les représentants de Google avançaient « qu’exiger de Google une rémunération au motif que son moteur de recherche dirige des lecteurs vers les sites de presse n’a pas plus de sens que d’exiger d’un chauffeur de taxi qui conduirait un client à un restaurant de rémunérer ce restaurant au motif qui lui amène un client. »

« Nous sommes déçus par cette nouvelle loi parce que nous pensons que des services comme Google Actualités aident des éditeurs à apporter du trafic à leurs sites web. Dans l’avenir, nous continuerons de travailler avec les éditeurs espagnols afin de les aider à accroître leurs revenus pendant que nous examinerons nos options à la lumière de cette réglementation » a déclaré le porte-parole de Google en Espagne.

Notons quand même que la loi qui est déjà surnommée « taxe Google » est attaquable puisque la jurisprudence de la Cours de Justice Européenne a considéré que l’établissement d’un lien vers un contenu librement disponible et autorisé par les titulaires de droits n’est au final pas soumis au droit d’auteur. Pourtant, l’article 32.2 de cette réforme indique dans sa substance que l’établissement de liens n’est pas soumis à autorisation si en contrepartie, les agrégateurs versent aux éditeurs une compensation.

Source : The Local

Et vous ?

Que pensez-vous d'une telle sanction ? L'Espagne gagnerait-elle à s'inspirer de ses voisins ?
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize
http://www.developpez.com
Rédacteur/Modérateur
le 07/11/2014 15:06
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous d'une telle sanction ? L'Espagne gagnerait-elle à s'inspirer de ses voisins ?
Google va calculer combien lui rapporte l’agrégation (enfin même s'ils savent surement déjà) des articles espagnols et le comparer au coût de la sanction. La page disparaîtra ou pas face à ce résultat.

Ceci dit je pense que Google va surement négocier avec chaque éditeur. Ce système est gagnant-gagnant je pense. Les éditeurs n'ont pas intérêt à ce que les agrégateurs de News disparaissent.

En revanche, ce sont les "petits" agrégateurs qui risquent de tirer la tronche car ils n'auront surement pas les moyens de négocier (ou si peu). Au final, j'ai le vague sentiment que ca ne changera rien pour les autres ...
Avatar de rawsrc rawsrc
http://www.developpez.com
Modérateur
le 07/11/2014 16:44
Bon, c'est cuit pour les petits.

Et la puissance de Google est telle qu'il suffit de lire plus en détails ce qui est arrivé au mastodonte de l'édition allemande Springer (membre du groupement VG Media) : éditeur ayant engagé ouvertement un bras de fer avec le géant de Mountain View : dès la désindexation des articles enclenchée, chute de 40 % du trafic sur les différents sites d'infos.

Et je rappelle que -40% de trafic = marche arrière toute...

Citation Envoyé par Logan Mauzaize Voir le message
Ceci dit je pense que Google va surement négocier avec chaque éditeur.
J'en doute ou ils négocieront à un montant proche de zéro.
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize
http://www.developpez.com
Rédacteur/Modérateur
le 07/11/2014 17:07
Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
J'en doute ou ils négocieront à un montant proche de zéro.
Si ces informations sont exactes (au moins dans l'idée) :
Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
un utilisateur de base google c'est 8$. Un utilisateur google actu c'est 50$
Tant que cela ne se généralise pas, pas de problèmes pour Google et encore ! C'est perdre de la valeur sur tous les "lecteurs" hispanophone. Et avec un peu de chance, ca rentre dans les caisses de Google Espagne (ou Irlande ?).

Ce qui me fait penser que ca rentre donc en partie dans les caisses de l'état (et de l'Europe). Qu'il me semble sont plutôt vide en ce moment. Donc les gouvernements n'y trouvent pas leur intérêt non plus.

En revanche, si l'idée se globalise, Google sera bien obligée de négocier. Surtout que les éditeurs sont relativement globaux (le même groupe pour différents pays). Je pense ?
Avatar de gangsoleil gangsoleil
http://www.developpez.com
Modérateur
le 07/11/2014 18:45
Bonjour,

Si les éditeurs se mettaient tous d'un côté de la table, et google de l'aute côté, oui ça bougerait. Mais comme ils font chacun leur truc dans leur coin, et se disent content dès que Google lâche 3 sous (ce qui s'est passé en France), ils vont encore de faire enfiler, et dans quelques années, ils reviendront gueuler que la vie est trop injuste.
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 11/12/2014 10:40
Du nouveau du coté de l'Espagne.

Google va fermer Google News parce qu'il devrait commencer à rémunérer les journaux.
Fin du service le 16 décembre.

http://www.lemonde.fr/economie/artic...8263_3234.html

J'aime beaucoup le responsable qui pointe l’absence de publicité comme raison pour laquelle le service va fermé.
C'est peut être vrai, mais quand on regarde qu'un utilisateur de google actu coute 4 ou 5 fois plus cher qu'un utilisateur normal, j'ai du mal a comprendre cet argument...
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize
http://www.developpez.com
Rédacteur/Modérateur
le 11/12/2014 11:25
C'est un argument purement démagogique. Regardez on offre gratuitement un service sans pub (qu'on est gentil!) et eux ils veulent qu'on les paie (bouh les vilains).
La réaction de Google n'est guère surprenante si l'on considère que :
  • Elle a d'autres moyens de mieux cernés un utilisateur,
  • Avec un peu de chance, ces journaux vont utiliser les services publicitaires de Google sur les pages des articles. Donc au final ca changera peu de choses,
  • Certains lecteurs googleront le titre de l'article (avant/après) l'avoir lu,
  • Les journaux et gouvernements finiront peut-être par faire machine arrière.

En revanche pour les journaux, je pense que c'est une perte réel de trafic.

PS : merci d'avoir relayé l'info !
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux
http://www.developpez.com
Chroniqueur Actualités
le 11/12/2014 14:25
« Taxe Google » : le service Google News sera fermé en Espagne,
suite à la nouvelle loi l’obligeant à verser des indemnités aux éditeurs espagnols


Fin octobre 2014, les parlementaires espagnols ont voté une loi dans le but d'obliger les agrégateurs de contenus à dédommager les éditeurs de presse locaux pour tout ou partie de leurs contenus qui serait relayé. La taxe imposée, appelée ‘taxe Google’, visait directement la société américaine avec son service Google News. Après avoir averti de la fermeture de Google News en Espagne, Google met sa ‘menace’ à exécution en annonçant son retrait définitif, dès le 16 décembre, avant l'entrée en vigueur de la loi, le 1er janvier 2015.

La société a déclaré que la législation entrant en vigueur dans le pays allait forcer les éditeurs à facturer Google à chaque fois qu’il relaye des extraits de leurs contenus dans le service d'actualités de Google. Mais le géant américain n'entend pas se soumettre à cette loi, pour la simple raison que le service Google News ne lui procure aucun revenu.

« Cette nouvelle loi exige que chaque publication espagnole fasse payer des services comme Google News, même pour le plus petit extrait de leurs publications qui sera relayé, qu’elle le veuille ou non. Comme Google News ne se fait pas d'argent (nous ne montrons pas de publicité sur le site), cette nouvelle approche n'est tout simplement pas soutenable. C'est donc avec une réelle tristesse que le 16 décembre (avant que la nouvelle loi n'entre en vigueur en janvier), nous allons retirer les éditeurs espagnols de Google News, et fermer Google News en Espagne », a écrit Richard Gingras, responsable de Google News, dans un billet de blog.

Si Gingras ressent de la tristesse, le sentiment pourrait être le même chez les éditeurs espagnols. En effet, selon le géant de la recherche, le service Google News aide les éditeurs de presse à augmenter leurs audiences.

« C'est un service que des centaines de millions d'utilisateurs aiment et en lequel ils ont confiance, y compris beaucoup ici en Espagne. Il est libre d'usage et comprend tout, des plus grands journaux du monde entier à de petites publications et blogueurs locaux. Les éditeurs peuvent choisir s’ils veulent ou non que leurs articles apparaissent dans Google News, et la grande majorité a choisi d'être incluse pour une très bonne raison. Google News crée de la valeur réelle pour ces publications, en dirigeant les visiteurs vers leurs sites Web, ce qui contribue à générer des recettes publicitaires ».

Une autre preuve montrant que les éditeurs tirent parti du service de Google est qu'une situation similaire s'est produite en Allemagne. Les éditeurs ont longtemps soutenu que Google devrait les compenser en utilisant des extraits de leurs contenus dans son service, mais ils ont fini par renoncer aux indemnités réclamées.

Source : Google Europe

Et vous ?

A qui profite Google News ? A l’entreprise ou aux éditeurs de presse ?
Avatar de Saverok Saverok
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 11/12/2014 16:16
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
A qui profite Google News ? A l’entreprise ou aux éditeurs de presse ?
Je pense que cela profite aux 2 parties
Google peut affiner le profil des internautes en repérant leurs centres d'intérêts via les news consultées et les éditeurs profitent d'une visibilité
Avatar de kolodz kolodz
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 11/12/2014 17:01
Le problème pour la presse en ligne, c'est que l'utilisateur va sur Google News pour savoir si il y a un article à lire. Et non directement sur son site.
Cela le fait rentré directement en concurrence avec ses homologues. Et surtout les internaute ne vont pas sur le site pour être lecteur de ***, mais pour lire une actualité.
Ce qui est totalement différent. Sachant qu'une partie de la presse en ligne vise l'abonnement permettant de lire les articles. Ce qui est opposition direct avec le modèle économique sous entendu par Google News.
C'est donc deux vues économiques de l'information qui s'opposent.

Cordialement,
Patrick Kolodziejczyk.
Avatar de miky55 miky55
http://www.developpez.com
Membre actif
le 12/12/2014 20:30
Quelqu'un sait-il s'il y a une réaction des autres agrégateurs? Sont ils vraiment concerné ou cette taxe ne vise en réalité que google? Parce-que de toute évidence si ils y sont soumis ça doit être encore plus lourd pour eux à supporter vu qu'ils n'ont pas les mêmes ressources, et sinon ça leur est au contraire vraiment bénéfique.
Avatar de free07 free07
http://www.developpez.com
Membre expérimenté
le 13/12/2014 11:34
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Je pense que cela profite aux 2 parties
Google peut affiner le profil des internautes en repérant leurs centres d'intérêts via les news consultées
Sauf que ce n'est pas vraiment bon pour mon ouverture d'esprit, j'aime pas l'idée que l'on puisse contrôler diriger le résultat de mes recherches...
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 14/12/2014 16:41
Citation Envoyé par free07 Voir le message
Sauf que ce n'est pas vraiment bon pour mon ouverture d'esprit, j'aime pas l'idée que l'on puisse contrôler diriger le résultat de mes recherches...
C’est pourtant justement ce que veulent faire chaque centre de presse en ligne, diriger uniquement et directement vers eux les internautes, sans passer par Google…
Avatar de Saverok Saverok
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 15/12/2014 14:41
Citation Envoyé par miky55 Voir le message
Quelqu'un sait-il s'il y a une réaction des autres agrégateurs? Sont ils vraiment concerné ou cette taxe ne vise en réalité que google? Parce-que de toute évidence si ils y sont soumis ça doit être encore plus lourd pour eux à supporter vu qu'ils n'ont pas les mêmes ressources, et sinon ça leur est au contraire vraiment bénéfique.
Tous les agrégateurs sont concernés.
Tout comme l'interdiction de la livraison gratuite des livres n'est pas uniquement pour Amazon, cette taxe sera pour tous les agrégateurs.

Juridiquement, il n'est pas possible de faire une loi spécifiquement contre une seule entreprise.
Les lois sur toute une activité concernent tous les acteurs.
Cette taxe portera probablement le nom symbolique de "taxe Google" mais cela ne sera pas son nom officielle et cela ne signifiera pas que seul Google devra s'en acquitter.

Note :
Dans le cas des abus de position dominante, il ne s'agit pas de loi ni de taxe, mais d'une condamnation sur un acteur défini.
Avatar de Simara1170 Simara1170
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 15/12/2014 15:36
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Dans le cas des abus de position dominante, il ne s'agit pas de loi ni de taxe, mais d'une condamnation sur un acteur défini.
Et quoi, on va taxer Google d'abus de position dominante dans l’agrégation des news?
Avatar de Saverok Saverok
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 15/12/2014 16:10
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Et quoi, on va taxer Google d'abus de position dominante dans l’agrégation des news?
En rien du tout
C'était une précision de mon post justement pour souligner que cela n'avait rien à voir et qu'il ne fallait pas tout mélanger justement
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 15/12/2014 16:29
Ca me heurte !

J’ai la forte impression que les dés sont pipés, et que la presse et les politiques sont de mèche.

Primo, qui se plaint vraiment de cette "agrégation" ?
Toute la presse ?
Ils sont tous du même avis sur la question ?
J’en doute franchement.

LA PRESSE, ce n'est pas que les grands quotidiens, il a aussi la presse people, la presse sportive, la presse scientifique, les presses "régionale", la presse infantine …
Bon, ok, Picsou magazine est plus que rarement agrégé dans Google News, mais est-ce pour autant que leur avis ne compte pas ?
et j'ai l'impression, que eux (ou d'autres), s'il le pouvaient, il paieraient pour y être, dans Google News...

- Il est tout de même question de créer une nouvelle loi touchant à l’économie numérique !

ça me déplairait qu’on découvre par la suite qu’il y ait eu une collusion entre les hommes politiques (qui votent les lois) et une partie non représentative de la presse, qui était, de fait, fortement liée aux partis politiques.

Mais je dois me tromper, la presse à toujours été, et sera toujours neutre, seul les débat d’idées l’intéresse, et dans le seul but de la démocratie, voyons !
Avatar de Algo D.DN Algo D.DN
http://www.developpez.com
Membre éprouvé
le 15/12/2014 17:10
En attendant la source de l'article AFP n'est plus disponible à cette adresse : http://www.google.com/hostednews/afp...dDoCZidHV16DVQ
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux
http://www.developpez.com
Chroniqueur Actualités
le 15/12/2014 17:26
Taxe Google : les éditeurs espagnols veulent empêcher la fermeture de Google News,
ils demandent l’intervention du gouvernement

Moins d'une semaine après que la société de Mountain View ait annoncé la fermeture de Google News en Espagne, l'association des éditeurs de quotidiens espagnols (AEDE) se mobilise dans l'espoir de voir le géant de la recherche revenir sur sa décision.

Voyant la date fixée pour la fermeture de Google News en Espagne approcher à grands pas, l'AEDE invite le gouvernement espagnol et les autorités de la concurrence de l'UE à faire le nécessaire pour empêcher la fermeture de Google News.

Le groupe, qui était à l'origine de la nouvelle loi sur la propriété intellectuelle qui a amené Google à annoncer la fermeture de son service, a finalement réalisé les conséquences de son action. Au-delà de la fermeture du service de Google en Espagne, il considère que cette décision de Google aura « sans aucun doute un impact négatif sur les citoyens et entreprises espagnoles », qui pourrait s'étendre à la recherche et à l'Internet en général.

« Compte tenu de la position dominante de Google (qui, en Espagne, contrôle la quasi-totalité des recherches sur le marché et est une passerelle authentique vers Internet), l'AEDE demande l'intervention des autorités espagnoles et communautaires, et des autorités de la concurrence, afin de protéger efficacement les droits des citoyens et des entreprises », a déclaré Irene Lanzaco, une porte-parole de l'AEDE.
L'association n'est pas vraiment inquiète au sujet de la fermeture de Google News, mais craint que le géant de la recherche n'utilise sa position dominante dans l'indexation générale des journaux espagnols.

« Nous ne demandons pas à Google de faire un pas en arrière, nous avons toujours été ouverts à des négociations avec Google », mais, ajouta Lanzaco : « Google n'a pas pris une position neutre ». En ce qui concerne la fermeture de Google News en Espagne, « bien sûr, ils sont libres de fermer leur entreprise, mais une chose est la fermeture de Google News et une autre est le positionnement dans l’indexation générale. »

En effet, la décision de fermer Google News était conjointe à celle du retrait des éditeurs espagnols de Google News. Cette mesure va donc sans doute causer la chute du trafic web vers les sites des éditeurs espagnols. Ces derniers étant les véritables perdants, ils auraient sans doute exprimé leurs inquiétudes auprès de leur association à l'origine de la « taxe Google ».

A la question de savoir si l'association des éditeurs de journaux avait reçu des plaintes de ses membres depuis l'annonce de mercredi par Google, Mme Lanzaco n'a pas répondu, mais a déclaré que « les éditeurs espagnols parlent constamment à l'AEDE ».

Source : The Spain Report

Et vous ?

Que serait la suite ? L’annulation de la taxe Google ?
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 15/12/2014 17:50
« …mais une chose est la fermeture de Google News et tout autre est le positionnement dans l’index général. »

Y rêvent tout haut non ?
Si je tape « le monde » dans Google, je dois trouver toutes les pages du journal le monde en priorité ??
C’est ça ?

Avec Google News, les membres de l'AEDE avaient une couverture privilégiée sur Google, mais ils ont préféré jouer les vierges effarouchées, et pousser les politiques à voter une mauvaise Loi.

C’est plutôt à eux de faire un pas en arrière, mais bien sur cela commence à ressembler de plus en plus à une pantalonnade
Avatar de nchal nchal
http://www.developpez.com
Membre émérite
le 15/12/2014 18:28
Quand on a un peu de dignité, on ne demande pas à Google d'aller se faire voir puis de venir pleurnicher parce qu'en fait Google, c'est pas si mal.
Ils ont voulu jouer à qui avait la plus grosse et ils ont perdu, les voir ramper pour ne pas perdre leur indexation, ça me fait bien marrer.
Avatar de free07 free07
http://www.developpez.com
Membre expérimenté
le 16/12/2014 6:19
Citation Envoyé par psychadelic Voir le message
et j'ai l'impression, que eux (ou d'autres), s'il le pouvaient, il paieraient pour y être, dans Google News...
Encore faut il être sûr que Google News soit un service gratuit...
Avatar de Simara1170 Simara1170
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 16/12/2014 10:09
Y'a pas si longtemps que ça, je disais que si on faisait trop chier Google avec des taxes et autres, il fermerait petit à petit ses produits en Europe...
On m'a répondu un truc du genre:
"T'es complètement idiot, ils feront jamais ça, c'est trop rentable pour eux, même avec une amende/taxe..."

Bah on y est, et c'est pas Google qui pleure hein...
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 16/12/2014 10:42
ils sont décevant... Ils ont pourtant pas mal de solutions à leur disposition :
- créer une plateforme d’agrégation automatique co financée (l'hébergement + la maintenance ca doit pas être hors de prix)
- réapprendre à s'en passer... ce qui ne ferait pas de mal sur le contenu avec peut etre des titres plus stables...

La, ils baissent leur froc devant une boite qui est en position ultra dominante, pas cool.
Avatar de DevTroglodyte DevTroglodyte
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 16/12/2014 11:05
Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
- créer une plateforme d’agrégation automatique co financée (l'hébergement + la maintenance ca doit pas être hors de prix)
Tu rigoles, ils se feraient taxer par l'Etat

Ça me fait bien marrer ce manque flagrant de dignité quand même... Le beurre, l'argent du beurre et le c** de la crémière.
Avatar de nchal nchal
http://www.developpez.com
Membre émérite
le 16/12/2014 11:37
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
Tu rigoles, ils se feraient taxer par l'Etat

Ça me fait bien marrer ce manque flagrant de dignité quand même... Le beurre, l'argent du beurre et le c** de la crémière.
Et le sourire du crémier !! Les mecs ne doutent de rien
Avatar de gangsoleil gangsoleil
http://www.developpez.com
Modérateur
le 16/12/2014 12:34
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Y'a pas si longtemps que ça, je disais que si on faisait trop chier Google avec des taxes et autres, il fermerait petit à petit ses produits en Europe...
On m'a répondu un truc du genre:
"T'es complètement idiot, ils feront jamais ça, c'est trop rentable pour eux, même avec une amende/taxe..."

Bah on y est, et c'est pas Google qui pleure hein...
C'est moi aui te disait ça, entre autres, et je continue de le dire, à un detail près : il aurait suffit que les journaux s'unissent pour que les ressources de la presse espagnole soient accessible dans un aggrégateur, et ça aurait été bon.

Google n'a pas le monopole des services, il existe pleins d'alternatives à beaucoup de leurs services, il manque le plus souvent un moyen de se faire connaître du grand public . dans ce cas précis, les journaux avaient une double opportunité : un moyen de communication (puisque tout le monde parle de la disparition de ce service) en plus de la communication qu'ils peuvent faire sur leurs site / version papier, et le fait que le concurrent disparaisse à une date prévue...

Mais non, ils préfèrent que rien ne change, et continuer de se plaindre du service que Google propose tout en demandant sa fermeture.
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 16/12/2014 14:11
Gouverner c'est prévoir *

* Émile de Girardin(1806-1881), journaliste et homme politique français, a été l’inventeur de la presse moderne.
Avatar de Darkzinus Darkzinus
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 16/12/2014 15:02
Peu de monde gouverne de par le fait ...
Avatar de Hinault Romaric Hinault Romaric
http://www.developpez.com
Responsable Actualités
le 16/12/2014 21:16
Google news ferme en Espagne
les éditeurs inquiets, le gouvernement temporise

Le service Google News, qui fournit des informations complètes et à jour, compilées à partir des sources d’actualités publiées par la presse en ligne, a été finalement fermé par le géant de la recherche en Espagne.

Ceci est la conséquence d’une décision qui avait été prise par Google suite à l’adoption de la taxe Google par le parlement espagnol. Cette taxe oblige des agrégateurs d’actualités à payer les éditeurs de presse locaux pour tout ou partie de leurs contenus qui seraient relayés. La loi va entrer en vigueur à partir de janvier 2015.

« Nous regrettons profondément de devoir annoncer qu'en raison des changements récents dans la loi espagnole, nous avons retiré les éditeurs de presse espagnols de Google News et fermé Google News en Espagne », a déclaré Google sur la page de son service d'actualités pour les internautes espagnols.

Pour Google il était inamissible de payer des redevances pour un service gratuit qui ne génère aucun revenu. « Comme Google News ne produit pas d'argent (nous ne montrons pas de publicité sur le site), cette nouvelle approche n'est tout simplement pas soutenable. », avait affirmé Richard Gingras, responsable de Google News, dans un billet de blog.

Cette situation a rendu anxieux les éditeurs espagnols qui craignent une perte de visibilité sur la toile. Selon des experts, « l’absence de Google News pourrait provoquer une baisse de l’audience des sites de médias espagnols de 10% à 30% », a affirmé José Manuel Soria, le ministre espagnol de l'Industrie, qui rappelle au passage que ce sont « les éditeurs eux-mêmes qui ont soumis au gouvernement l'idée d'une taxe. »

Il faut noter qu’a la suite de l’annonce de Google il y a six jours, l'AEDE (association des éditeurs de quotidiens espagnols) avait invité le gouvernement espagnol et les autorités de la concurrence de l'UE à faire le nécessaire pour empêcher la fermeture de Google News. L'AEDE, qui ne s’attendait certainement pas à une décision aussi radicale, avait affirmé qu’elle avait toujours souhaité « négocier avec Google ».

Une chose est certaine, les plus grands perdants dans cette affaire seront les médias eux-mêmes. C’est en tout cas ce que pense l’association des internautes espagnols.

Le gouvernement espagnol, pour sa part, estime que « l'accès à l'information sur Internet restera garanti » et qu’il faudra attendre pour déterminer l’impact réel sur le secteur.

Il faut noter que Google entretient depuis quelque temps des relations conflictuelles avec l’Europe. La firme fait actuellement l’objet d’une enquête antitrust pour abus de position dominante avec son moteur de recherche, qui aurait été utilisé pour privilégier ses services et ceux de ses partenaires au détriment de la concurrence. Les eurodéputés étaient allés jusqu’à voter pour une scission de Google.

Et vous ?

Perte importante pour les éditeurs de presse espagnols ?
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 0:20
Citation Envoyé par Hinault Romaric Voir le message
.. L'AEDE, qui ne s’attendait certainement pas à une décision aussi radicale, avait affirmé qu’elle avait toujours souhaité « négocier avec Google » ..
Pourtant, lors de l'adoption de cette loi sur « la propriété intellectuelle » le gouvernement Espagnol à fait savoir, que la « compensation financière était obligatoire et non négociable ».

Par ailleurs, et comme je m’en doutais, l’AEDE est bien une association minoritaire dans la presse Espagnole, mais la loi porte son nom : « Canon AEDE ».

Dans le cas Allemand, et presque similaire (Google ne laissait que les titre des news, les lignes suivantes étant taxées), le groupe Springler avait chuté jusqu'a 40% de traffic sur internet, et perdait plus de 100.000 euros par jour et par site internet !

La seule porte de sortie pour le gouvernement Espagnol serait d'annuler leur loi, au prétexte, (au hasard) qu'elle n'est pas en conformité avec le droit européen..
(l’établissement d’un lien vers un contenu librement disponible et autorisé par les titulaires de droits ne peut être soumis au droit d’auteur).
Avatar de tontonnux tontonnux
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 9:38
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
...il aurait suffit que les journaux s'unissent pour que les ressources de la presse espagnole soient accessible dans un aggrégateur, et ça aurait été bon.

Google n'a pas le monopole des services, il existe pleins d'alternatives à beaucoup de leurs services, il manque le plus souvent un moyen de se faire connaître du grand public . dans ce cas précis, les journaux avaient une double opportunité : un moyen de communication (puisque tout le monde parle de la disparition de ce service) en plus de la communication qu'ils peuvent faire sur leurs site / version papier, et le fait que le concurrent disparaisse à une date prévue...
Oulà, tu te trompes lourdement.
La question n'est absolument pas l’agrégation. Ce qui est centrale ici c'est que Google (et à plus forte raison en Europe) EST la porte d'entrée d'internet. Tu peux créer tout les agrégateurs et outils que tu veux (et tu évoque toi même qu'il "existe pleins d'alternatives"), jamais ils ne pourront proposer un niveau de visibilité comparable. Tu vas donc dépenser de l'argent dans un outil qui sera très fortement moins efficace. Ça ne peut pas être rentable.
Sans parler du fait de payer un outil qui mettra en avant tes concurrents juste à côté de toi.

Là où en revanche je te rejoins totalement c'est:
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Mais non, ils préfèrent que rien ne change, et continuer de se plaindre du service que Google propose tout en demandant sa fermeture.
La presse (même la 100% web) me fait beaucoup penser à l'industrie du disque. Internet (et adblock) change la donne, c'est un fait. Mais au lieu d'intégrer ces changements et de réinventer son model économique, ils font tout pour préserver leurs acquis.
Ça ne marche pas. Ça n'a jamais marché et ne marchera jamais.
Avatar de Simara1170 Simara1170
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 9:55
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
C'est moi aui te disait ça, entre autres, et je continue de le dire, à un detail près : il aurait suffit que les journaux s'unissent pour que les ressources de la presse espagnole soient accessible dans un aggrégateur, et ça aurait été bon.

Google n'a pas le monopole des services, il existe pleins d'alternatives à beaucoup de leurs services, il manque le plus souvent un moyen de se faire connaître du grand public . dans ce cas précis, les journaux avaient une double opportunité : un moyen de communication (puisque tout le monde parle de la disparition de ce service) en plus de la communication qu'ils peuvent faire sur leurs site / version papier, et le fait que le concurrent disparaisse à une date prévue...
N'empêche que... On a voulu tirer un peu trop sur la corde, et Google a réagis comme je l'avais dit: il a coupé l'accès au service...
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Mais non, ils préfèrent que rien ne change, et continuer de se plaindre du service que Google propose tout en demandant sa fermeture.
Y'a deux raisons à ça:
-Google est considéré par l'inconscient collectif comme un service public
-Ca coûterais une fortune de développer un agrégateur d'infos, et en plus ça serait dépenser de l'argent pour la concurrence (qui pourrait d'ailleurs te demander de raquer pour afficher leur contenu, histoire de bien boucler la boucle...).
Avatar de Carhiboux Carhiboux
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 17/12/2014 10:09
Il était temps que Google se rebiffe un peu.

La presse espagnole va sortir rincée de ce conflit. Comme les médias allemands quand ils ont tenté leur chance.

Encore une fois, un pays prétends punir Google pour son trop grand succès.

Autant, pour l'activité moteur de recherche, qui leur rapporte de l'argent, ils doivent plus ou moins plier (en plus de ne pas pouvoir se permettre de laisser la route libre pour leurs concurrents directs...) autant pour google news c'était couru d'avance qu'ils allaient couper le service.
Avatar de gangsoleil gangsoleil
http://www.developpez.com
Modérateur
le 17/12/2014 10:26
Citation Envoyé par tontonnux Voir le message
Ce qui est centrale ici c'est que Google EST la porte d'entrée d'internet.
Justement : dans ce cas précis, ils avaient la possibilité de sortir de cette domination, "simplement" en développant un agrégateur : pas besoin de dire "on est meilleur que Google, essayez-nous vous verrez", puisque justement Google a arrété son service (et avait prévenu qu'il le ferait) : plus de concurrent, donc si les gens voulaient des informations, ils se seraient naturellement tournés vers la solution proposée par les journaux.
Avatar de tontonnux tontonnux
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 10:44
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Justement : dans ce cas précis, ils avaient la possibilité de sortir de cette domination, "simplement" en développant un agrégateur : pas besoin de dire "on est meilleur que Google, essayez-nous vous verrez", puisque justement Google a arrété son service (et avait prévenu qu'il le ferait) : plus de concurrent, donc si les gens voulaient des informations, ils se seraient naturellement tournés vers la solution proposée par les journaux.
Les personnes qui placeront un agrégateur de journaux en 1ère page de leur navigateur devrait être, tu en conviendras très minoritaires.
Tu dis que les gens qui qui cherchent des informations se seraient naturellement tournés vers cette hypothétique nouvelle solution. C'est vrai, mais dans les faits on s'en fou. Ces gens là peuvent déjà aller directement sur les sites d'infos puisque c'est ce qu'ils cherchent.

Ce que permet l'agrégateur de Google, s'est justement de faire venir les autres.

L'agrégateur que tu suggère n'aurait aucun impact sur le traffic des sites en question (ou du moins un impact infiniment moindre que Google). Tu fais l'erreur de te placer du point de vue de celui qui cherche et qui connait. Mais justement, la force de Google News est de faire venir ceux qui ne connaissent pas. Ils ouvrent leur navigateur, ils ont un bouton "actualités" et hop. Ils n'ont pas besoin de savoir où les chercher/trouver (la différence des termes peut ne pas être anodine dans ce contexte). L'information vient à eux. C'est la différence entre la publicité et la promotion.
Google offre une publicité très importante à la presse. Vouloir la remplacer par un outil promotionnel ne peut pas avoir le même impact.

Edit: attention à ne pas se tromper en indiquant Google comme un concurrent de la presse. Ce n'est absolument pas le cas.
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 17/12/2014 10:58
Citation Envoyé par tontonnux Voir le message
Edit: attention à ne pas se tromper en indiquant Google comme un concurrent de la presse. Ce n'est absolument pas le cas.
Non, il serait plutôt un parasite dans le monde animal, ou une symbiose... On va voir dans les prochains mois quel était son statut.

Un agrégateur, c'est facile a trouver, je doute que la plupart des gens utilisaient encore la souris pour accéder a google news, ils tapaient news dans la barre de taches et arrivaient sur le site.
Un agrégateur aurait fait l'affaire aussi.

Je doute que le dev aurait été si cher, si tous les journaux avaient proposé le service, ils auraient aussi coopéré, donc mis a disposition des API amicales pour ce service.
Au final, je doute que ca aurait couté plus de quelques centaines de milliers d'euros de dev, et pas énormément en terme de maintenance.

Il fallait juste arriver à s'unir, ce qui est la faiblesse de la vision actuelle de l'économie, dont profite les acteurs de taille démesurées.

Après, je doute que sur 6 mois ils ne retrouvent pas des niveaux de consultation similaire. les gens vont ils arrêter de s'intéresser aux news ?
Avatar de Simara1170 Simara1170
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 11:30
L'adage sur internet, c'est "si c'est à plus de 3 clics, ça n'existe pas"
auquel tu peut rajouter "si ce n'est pas en première page de google, ça n'existe pas" ...
Avatar de tontonnux tontonnux
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 11:42
Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
Non, il serait plutôt un parasite dans le monde animal, ou une symbiose... On va voir dans les prochains mois quel était son statut.
Etant donné que ceux qui ont essayé de s'en soustraire en ont souffert, on peux légitimement considérer que l'apport de Google News leur est globalement positif.
On penche donc clairement vers la symbiose.
Avatar de Traroth2 Traroth2
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 17/12/2014 11:54
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Y'a pas si longtemps que ça, je disais que si on faisait trop chier Google avec des taxes et autres, il fermerait petit à petit ses produits en Europe...
On m'a répondu un truc du genre:
"T'es complètement idiot, ils feront jamais ça, c'est trop rentable pour eux, même avec une amende/taxe..."

Bah on y est, et c'est pas Google qui pleure hein...
Euh, pour l'instant, il existe la menace s'une fermeture de Google News en Espagne, rien de plus. Quand ils auront effectivement bloqué Google Search pour les Allemands, le Benelux et la France, on en reparle, ok ?
Avatar de DevTroglodyte DevTroglodyte
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 17/12/2014 11:57
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Euh, pour l'instant, il existe la menace s'une fermeture de Google News en Espagne, rien de plus.
Google News espagne est inaccessible, hein. Donc effectivement fermé, comme annoncé.
Avatar de Escapetiger Escapetiger
http://www.developpez.com
Membre expérimenté
le 17/12/2014 12:16
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Citation Envoyé par tontonnux Voir le message
Ce qui est centrale ici c'est que Google EST la porte d'entrée d'internet.
Justement : dans ce cas précis, ils avaient la possibilité de sortir de cette domination, "simplement" en développant un agrégateur : pas besoin de dire "on est meilleur que Google, essayez-nous vous verrez", puisque justement Google a arrété son service (et avait prévenu qu'il le ferait) : plus de concurrent, donc si les gens voulaient des informations, ils se seraient naturellement tournés vers la solution proposée par les journaux.
Ce qui est étonnant c'est que ça ne profite pas à un concurrent comme yahoo (cf. ci-dessous), peut-être que les habitudes, la qualité proposée, l'embarquement par défaut sont difficiles à remplacer.

Il sera intéressant de voir si avec le temps la donne peut changer.

http://www.developpez.net/forums/d14...enariat-google
Mozilla met fin à son partenariat avec Google
Yahoo devient le moteur de recherche par défaut dans Firefox
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 17/12/2014 12:51
Citation Envoyé par tontonnux Voir le message
Etant donné que ceux qui ont essayé de s'en soustraire en ont souffert, on peux légitimement considérer que l'apport de Google News leur est globalement positif.
On penche donc clairement vers la symbiose.
Si le service d'un acteur dominant continu a fonctionner, et que seuls certains en sorte, ils votn foprcement souffrir, puisque les habitudes ne changent pas.
Pour voir ce que ca donne, il faut une interdiction / fermeture massive du service, et la on voit comment le système s'adapte.

Pour faire un parallèle, Napster est mort, et a donné kazaa et emule, qui sont mort, et on donné bittorrent, qui ont eu des soucis et ont créé les liens magnet.
les torrent ont été limité / interdit, megaupload est né, puis quand il a disparu il y a eu du streaming et en parallèle un retour des magnet avec the piratebay, qui vient peut être de mourir et qui générera je n'en doute pas un nouveau système.
Pour que l'innovation se mette en place, il faut souvent passer par une destruction / interdiction massive pour laisser la place à d'autres acteurs.

Ici, le système de google est sur la sellette et on verra dans quelques semaines / mois apparaitre d'autres comportements, etc...
Avatar de tontonnux tontonnux
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 16:31
Ton analogie est très bien.
Effectivement, face au téléchargement, certains ont voulu mettre des "interdiction" et des "fermeture massive du service".
Et comme je l'ai dit, ça ne fonctionne jamais...

Lutter contre Google News participe de la même logique que de lutter contre bittorent. C'est infondé et contre productif.
Avatar de Traroth2 Traroth2
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 17/12/2014 17:02
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
Google News espagne est inaccessible, hein. Donc effectivement fermé, comme annoncé.
Apparemment. Je maintiens ma réponse : Quand ils auront effectivement bloqué Google Search pour les Allemands, le Benelux et la France, réveillez-moi...
Avatar de Saverok Saverok
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 17/12/2014 17:29
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Apparemment. Je maintiens ma réponse : Quand ils auront effectivement bloqué Google Search pour les Allemands, le Benelux et la France, réveillez-moi...
Comme très bien dit par pmithrandir,
Il y aura quelques jours de flottement et les gens migreront vers un autre service et le grand perdant sera Google

Là, il s'agit juste d'un service annexe mineur qui, comme le dit Google, ne leur rapporte pas grand chose
Le moteur de recherche, c'est une autre histoire

Ne compare pas un service annexe avec le cœur de métier

Prend par exemple une station essence avec une station de gonflage de pneu en libre service
Les automobilistes sont content de pouvoir contrôler la pression de leur pneu lorsqu'ils font leur plein
Pour des raisons de coût de maintenance, le gérant de la station essence décide de supprimer cette station de gonflage
Les clients ralent un peu mais continue de venir à la pompe essence
Par contre, jamais le gérant ne fermera ses distributeurs à essence pour ne conserver que la supérette de la station.

Remplace l'exemple précédent par Google en tant que station essence et Google News comme service de gonflage de pneu et c'est exactement pareil.
Avatar de Algo D.DN Algo D.DN
http://www.developpez.com
Membre éprouvé
le 17/12/2014 18:43
C'est clair que la presse devrait (aurait dû) saisir cette occasion pour générer un nouveau modèle, et combien même si ça leur coûtait un bras à terme ils s'y seraient retrouvés, il aurait suffi de communiquer là-dessus et même pupu se serait même fait une joie de servir ça au JT de 20 heures, histoire de faire comprendre à l'écervelé qu'il ne faut plus appuyer sur le bouton gougle pour lire la presse mais sur le bouton pressemoiça ;[).
Avatar de Algo D.DN Algo D.DN
http://www.developpez.com
Membre éprouvé
le 17/12/2014 19:09
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
L'adage sur internet, c'est "si c'est à plus de 3 clics, ça n'existe pas"
auquel tu peut rajouter "si ce n'est pas en première page de google, ça n'existe pas" ...
Heu... non pas besoin de 3 clic, l'autre jour je cherchais recette pour boîte de raviolis et direct il m'a affiché l'ouvre boîte et la notice d'utilisation...
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 17/12/2014 19:34
Je ne suis pas trop certain de vous suivre…

C’est bien beau vos parallèles avec les systèmes biologique, mais ça reste de la pure spéculation.

Si les Napster /emule / MegaUpload, etc continuent de muter / renaitre sous des formes différentes, c’est principalement pour cause de l’inéquation économique généré par la société de consommation dans laquelle nous vivons (mais c’est un autre débat).

Je me pose juste la question sur un plan pratique :

Imaginons qu’une nouvelle start-up en Espagne (c’est possible ??? ) décide de remplacer Google News Espagne.

Mis à part la problématique technique : mettre en place des serveurs, le growler de news, la pub pour se faire connaitre, etc…
Qui doivent tout de même couter un bras, il faudrait qu’en plus ils se soumettent à la nouvelle loi « canon AEDE » et payer ses fameux droits de « propriété intellectuelle ».

Même en mettant de la pub ;mais je ne crois pas que les annonceurs potentiels vont se bousculer, je vois mal le retour sur investissement.

Est-ce que vraiment la simple agrégation de « news » puisse représenter le moindre intérêt commercial ?

Les business Angels, doivent certainement tous se bousculer en Espagne !
Avatar de kolodz kolodz
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 18/12/2014 10:07
Résumé de la news :
On voulait l'argent de Google, pas perdre nos visiteurs !
Je vois mal Google dire :
Okey, on va payer votre taxe qui rends ce service non rentable, pour vos chers média qui nous crashe au visage tout les jours de l'année.
Ils vont peut-être annulé leur loi... D'ici un an ?

Cordialement,
Patrick Kolodziejczyk.
Avatar de Traroth2 Traroth2
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 18/12/2014 10:28
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Comme très bien dit par pmithrandir,
Il y aura quelques jours de flottement et les gens migreront vers un autre service et le grand perdant sera Google

Là, il s'agit juste d'un service annexe mineur qui, comme le dit Google, ne leur rapporte pas grand chose
Le moteur de recherche, c'est une autre histoire

Ne compare pas un service annexe avec le cœur de métier

Prend par exemple une station essence avec une station de gonflage de pneu en libre service
Les automobilistes sont content de pouvoir contrôler la pression de leur pneu lorsqu'ils font leur plein
Pour des raisons de coût de maintenance, le gérant de la station essence décide de supprimer cette station de gonflage
Les clients ralent un peu mais continue de venir à la pompe essence
Par contre, jamais le gérant ne fermera ses distributeurs à essence pour ne conserver que la supérette de la station.

Remplace l'exemple précédent par Google en tant que station essence et Google News comme service de gonflage de pneu et c'est exactement pareil.
Mais merci d'abonder dans mon sens ! C'est très exactement ce que je me tue à dire. Mon commentaire répond à celui de Simara1170 quand il dit :

"Y'a pas si longtemps que ça, je disais que si on faisait trop chier Google avec des taxes et autres, il fermerait petit à petit ses produits en Europe...
On m'a répondu un truc du genre:
"T'es complètement idiot, ils feront jamais ça, c'est trop rentable pour eux, même avec une amende/taxe...""
Avatar de Traroth2 Traroth2
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 18/12/2014 10:31
Citation Envoyé par kolodz Voir le message
Résumé de la news :

Je vois mal Google dire :

Ils vont peut-être annulé leur loi... D'ici un an ?

Cordialement,
Patrick Kolodziejczyk.
Heureusement que je suis pour la liberté du net, sinon, je dirais que l'état espagnol devrait bloquer les autres services de Google aussi, tant que Google n'est pas d'accord pour payer ladite taxe, histoire de voir qui rit et qui pleure à la fin...
Avatar de fenkys fenkys
http://www.developpez.com
Membre confirmé
le 18/12/2014 11:31
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Heureusement que je suis pour la liberté du net, sinon, je dirais que l'état espagnol devrait bloquer les autres services de Google aussi, tant que Google n'est pas d'accord pour payer ladite taxe, histoire de voir qui rit et qui pleure à la fin...
Pourquoi l'état espagnol ferait il ça ? Il n'y a rien d'illégal dans la décision de Google. Il a laissé un choix à Google : paye ou dégage. Google a choisi : je dégage. Maintenant, l'état ne peut pas reprocher à Google d'avoir choisi celui qui leur déplait le plus.

Pour ma part je n'utilisais quasiment plus le service d’agrégation de Google News. En France, par défaut Firefox reçoit les flux RSS d'un grand journal Français. Je suppose qu'il y a l'équivalent dans le Firefox espagnol. Le grand gagnant, ça sera ce journal. (et je serais surpris que IE et Safari n'aient pas un service similaire).
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 18/12/2014 11:38
Que google ne gagne pas d'argent avec google news, c'est de la foutaise.

Le système ne leur coute rien le dev est fait, les liens sont mis en place.
Y a de l'electricité et de la maintenance, rien de bien méchant.

On a déjà discuté le point, un utilisateur google news rapporte plus qu'un autre, donc il y a bien un avantage pour google. Après, veulent ils partager ce gateau, rien n'est moins sur.

A mon avis, ils ont décidé d'abandonner le marché espagnol pour éviter un effet boule de neige. Le jour ou il payent un pays, les autres suivront dans la foulée, et c'est ce qu'ils redoutent je pense.
Avatar de Traroth2 Traroth2
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 18/12/2014 16:58
Citation Envoyé par fenkys Voir le message
Pourquoi l'état espagnol ferait il ça ? Il n'y a rien d'illégal dans la décision de Google. Il a laissé un choix à Google : paye ou dégage. Google a choisi : je dégage. Maintenant, l'état ne peut pas reprocher à Google d'avoir choisi celui qui leur déplait le plus.

Pour ma part je n'utilisais quasiment plus le service d’agrégation de Google News. En France, par défaut Firefox reçoit les flux RSS d'un grand journal Français. Je suppose qu'il y a l'équivalent dans le Firefox espagnol. Le grand gagnant, ça sera ce journal. (et je serais surpris que IE et Safari n'aient pas un service similaire).
C'est une interprétation, ça. La loi espagnole ne parle pas de retirer le service.
Avatar de Saverok Saverok
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 18/12/2014 17:06
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
C'est une interprétation, ça. La loi espagnole ne parle pas de retirer le service.
La loi espagnole dit que les sociétés qui proposent ce service doivent s’acquitter d'une taxe
Google est parfaitement libre d'arrêter de proposer le service

Par exemple, tu roules en vélo
L'Etat Français vote une loi pour rendre le port du casque à vélo obligatoire
Toi, tu ne veux pas en porter car tu te trouves ridicule avec ça sur la tête
Tu es parfaitement libre de décider d'arrêter de rouler à vélo
Et là, tu as les écolo et les vendeurs de vélo qui râlent car les ventes de vélo s'effondre et qu'il y a plus de pollution dans les villes...

Ben là, c'est pareil
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 18/12/2014 17:58
Moi je me demande s'il existe un seul journaliste ou homme politique Espagnol qui connaît le nom de Krishna Bharat

Je me demande aussi ce qu’ils peuvent bien connaitre sur le data mining, et du travail colossal et couteux que cela représente,
Au moins ont-il une idée de ce qu'est le BigData ?

J'imagine qu'ils ignorent tout de la différence entre SQL et NoSQL ?

Remarque, à l'époque de WikiLeaks, ils étaient prêts à couler Wikipédia !

En fait, dans une très large majorité, les journalistes et les hommes politiques n'ont qu'une très vague idée de ce qu'est le monde des nouvelles technologies, et de ses ressorts.

Alors que du coté des Geek, on à principalement affaire à des gens qui ont une grande culture générale, et qui sont souvent désespérés de devoir expliquer autour d'eux des choses basiques.

Mais non, sans rien connaitre des tenants et des aboutissants, ces soi-disant "penseurs" de journalistes et hommes politiques on foncé tête baissé...

Pourtant je croyais que l'Espagne, adepte de tauromachie, savait faire la part des choses entre les muscles et la cervelle
Avatar de spidetra spidetra
http://www.developpez.com
Membre confirmé
le 18/12/2014 18:02
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Heureusement que je suis pour la liberté du net, sinon, je dirais que l'état espagnol devrait bloquer les autres services de Google aussi, tant que Google n'est pas d'accord pour payer ladite taxe, histoire de voir qui rit et qui pleure à la fin...
Le CA espagnol de Google doit être autour de 1.3 Mds de $. En prenant comme revenu moyen par utilisateur Google : 45 $ (chiffre 1° trimestre 2014).
Le CA espagnol doit représenter entre 2 à 3% du CA total Google.
Donc si le gouvernement espagnol voulait s'amuser à bloquer tout ses services, Google n'aurait aucun intérêt à payer la taxe.
Il aurait tout intérêt à perdre, temporairement, un peu de son CA.
Assez rapidement ce sont les espagnols qui réclameraient le retour de Google. Par exemple tout ceux qui ont des docs dans GoogleDrive, ou des photos dans Picassa qui seraient devenus inaccessibles du jour au lendemain.

Sur cette histoire de taxe l'AEDE a vraiment été mauvaise !
Avatar de miky55 miky55
http://www.developpez.com
Membre actif
le 19/12/2014 4:30
Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
On a déjà discuté le point, un utilisateur google news rapporte plus qu'un autre
Si on en a déjà discuté... Personne ne pourra remettre en cause une vérité absolue.

Quand bien même google gagnerai de l'argent avec google news, les médias référencés n'en reste pas les plus grand bénéficiaires?
Avatar de free07 free07
http://www.developpez.com
Membre expérimenté
le 19/12/2014 6:56
Citation Envoyé par miky55 Voir le message
Si on en a déjà discuté... Personne ne pourra remettre en cause une vérité absolue.

Quand bien même google gagnerai de l'argent avec google news, les médias référencés n'en reste pas les plus grand bénéficiaires?
La question est : a t'on besoin de google news pour s'informer ? Pour ma part, la réponse est évidente et bien sur négative...
Avatar de Juda-Priest Juda-Priest
http://www.developpez.com
Membre actif
le 19/12/2014 8:12
Citation Envoyé par free07 Voir le message
La question est : a t'on besoin de google news pour s'informer ? Pour ma part, la réponse est évidente et bien sur négative...
Bien sur que non, c'est un service (dans le sens société de service), on peut toujours se passer des services. Mais l'intérêt c'est qu'ils sont pratiques :
exemple avec Google news

- Tu regardes tes mails le matin
- Tu switch vers Google news ensuite (2 clics)
- Tu as les principaux titres des dernières 24h classé en rubrique
- Tu cliques si cela t'intéresse
- Tu peux changer de pays
- Tu peux même croiser les sources, car plusieurs en sont proposées

Moi je sais très bien que j'irais pas me pointer sur lemonde.fr ou lexpress.fr sans passer par ce service, et en plus si je devais commencer à croiser les sources. Je trouverais juste un autre moyens d'avoir un condensé d'information.
Avatar de gangsoleil gangsoleil
http://www.developpez.com
Modérateur
le 19/12/2014 9:33
Citation Envoyé par Juda-Priest Voir le message
- Tu regardes tes mails le matin
- Tu switch vers Google news ensuite (2 clics)
- Tu as les principaux titres des dernières 24h classé en rubrique
- Tu cliques si cela t'intéresse
- Tu peux changer de pays
- Tu peux même croiser les sources, car plusieurs en sont proposées
Là, tu fais confiance au service Google news pour te proposer une information objective. Moi non, je préfère moi-même aller voir ce que différents journaux de différents pays mettent en une. Je ne dis pas que la qualité de l'information est meilleure, mais au moins je suis certain que le service proposé n'affiche pas que des articles en fonction de mon profile.
Avatar de Saverok Saverok
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 19/12/2014 10:29
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Là, tu fais confiance au service Google news pour te proposer une information objective. Moi non, je préfère moi-même aller voir ce que différents journaux de différents pays mettent en une. Je ne dis pas que la qualité de l'information est meilleure, mais au moins je suis certain que le service proposé n'affiche pas que des articles en fonction de mon profile.
Tout à fait
Les services d'agrégation comme Google News participent à l'embrigadement et à la ghettoïsation des esprits dans le sens où comme les informations sont mises en avant en fonction de nos centres d'intérêt, il y a peu voir pas du tout d'ouverture d'esprit vers d'autres sujets et encore de débat contradictoire
On est constamment conforter dans nos propres opinions.

Avec les affaires de racisme à Ferguson aux USA, les autorités se sont rendus compte d'un effet boule de neige dans la montée des revendications de la population noire confortée par les agrégateurs d'information de Facebook et de Google qui mettaient en avant uniquement les appels à manifester sur les pages des membres...
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 19/12/2014 11:05
Citation Envoyé par Juda-Priest Voir le message
Moi je sais très bien que j'irais pas me pointer sur lemonde.fr ou lexpress.fr sans passer par ce service, et en plus si je devais commencer à croiser les sources. Je trouverais juste un autre moyens d'avoir un condensé d'information.
En fait, tu as un comportement assez classique, mais on te fais croire que tu es ouvert d'esprit.

Finalement, tu ressembles aux gens qui lisent uniquement libé ou le figaro, et qui pense avoir une information objective et totale.
Google va progressivement restreindre le champs de tes lectures, et tu ne vas t'apercevoir de rien.
Avatar de tontonnux tontonnux
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 19/12/2014 12:03
Ah ben finalement on y vient !
Votre problème avec Google News n'est donc pas le supposé préjudice pour la presse (préjudice que je pense inexistant), mais contre Google News lui-même.

Vous vous rendez bien compte que du coup vous êtes hors sujet ?
La question n'est pas de savoir si Google c'est le bien ou si c'est la mal, mais de savoir si Google News profite des sites d'infos sans rien leur apporter en échange (au point de justifier une loi).

Vous pensez que Google News n'est pas un bon outil ? Ok, soit. Je ne vais pas vous contredire. MAIS ce n'est pas la question posée par la loi et la décision de fermeture de Google News Espagne.
Avatar de spidetra spidetra
http://www.developpez.com
Membre confirmé
le 19/12/2014 13:19
Est-ce que Google News représente un filtre entre le lecteur et l'information ?
Certainement.

Mais ce filtre existe depuis toujours.

Il existait il y a 60 ans lorsqu'il n'existait qu'un seul canal officiel et gouvernemental de diffusion de l'information.
Il existe, sans internet, lorsque l'ensemble des médias, tout canaux confondus, reprennent en boucle la même information.
Il existe dans la hiérarchisation de l'information dans la présentation d'un journal télévisé, ou dans les unes des journaux.
Il existe dans la subjectivité de chaque source d'information.
Il est inhérent à chaque lecteur/internaute qui est incapable d’appréhender la totalité des informations à sa disposition.

Est-ce que Google News amplifie ce phénomène ?
Peut-être. Ensuite à chaque lecteur d'être responsable, de prendre conscience de ce filtre et de diversifier ses sources d'informations.

Vous pensez vraiment que le filtre de Google News est pire que le filtre d'un certain journal télévisé à 13H00 ?
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 19/12/2014 13:38
De toute façon, c’est du grand n’importe quoi :

Cette loi est voté, mais les modalités de son exécution ne sont pas définies, elles sont prévues d’êtres « négociés par la suite » avec un effet rétroactif, à partir du 1/1/2015.

Il n’y a pas que Google News qui est concerné par cette taxe, il y a aussi Yahoo, Technoraty, Menéame, Flidboard, Digg, etc…
En France la page d’accueil d’Orange propose aussi un agrégat de News, celle de Microsoft aussi ; j’imagine qu’il en va de même en Espagne ??

Quid des personnes qui relaient une information issue de la presse ?
_ via : twitter, FaceBook, ou même un forum, car après tout, dvp aussi fait de l’agrégation de news !

J’imagine que si cette loi est appliquée, d’autres vont suivre le même chemin de l’abandon de l’agrégation de news, car pour eux surtout, la rentabilité est loin d’être évidente.

Quid du petit Bloggeur, qui dans sont coin agrège de l’information « croustillante » histoire de faire monter son audience..
Lui aussi devra être taxé, certe beaucoup moins, mais taxé quand même, si on veut rester équitable…

Car cette loi met aussi en avance une « rémunération équitable » (pour l’information affichée),

Ca veut dire que plus une information est difficile à « pécher » et plus elle est rémunérée ???

Il y tout de même une différence entre un marronnier et un scoop !

(Enfin un état va s’intéresser à la valeur du journalisme, les jours sont comptés pour les paparazzi, et le prix Albert Londre va être submergé de candidats Espagnols !)

Et comment vont-ils faire pour appliquer cette loi ??

Tout cela demandera forcément de moyen techniques, des ordinateurs pour groller /comptabiliser tout ça ??
Une information en chasse une autre, et parfois l’actualité se bouscule ; est-ce que le tarif sera à la minute de présence sur la toile ?

En fait, on devrait leur refourguer toute notre équipe et équipement pour Hadopi, ça nous ferai faire des économies !
Avatar de miky55 miky55
http://www.developpez.com
Membre actif
le 19/12/2014 14:00
Citation Envoyé par free07 Voir le message
La question est : a t'on besoin de google news pour s'informer ? Pour ma part, la réponse est évidente et bien sur négative...
Non ça n'est pas la question ici... Le débat tourne autour de la taxe google et la question est de savoir s'il est légitime ou non que les groupes de presse perçoivent de l'argent sur le référencement google news.

Évidement l' internaute est libre d'aller sur les sites qu'il souhaite pour s'informer!

Je sais pas comment des gens apparemment ouvert sur les libertés peuvent défendre les groupes de presse dans cette histoire! Ils n'ont pas compris comment fonctionne internet, ils nous submergent de publicités intrusives (popups, vidéos qui démarrent automatiquement dans un coin de la page etc...) ils veulent nous refourguer des abonnements à tour de bras, nous cloisonner en créant un compte pour pouvoir participer aux commentaires, bref ils veulent fidéliser les lecteurs comme ils en avaient l'habitude sur la presse papier!
Avatar de gangsoleil gangsoleil
http://www.developpez.com
Modérateur
le 19/12/2014 14:05
Citation Envoyé par tontonnux Voir le message
La question n'est pas de savoir si Google c'est le bien ou si c'est la mal, mais de savoir si Google News profite des sites d'infos sans rien leur apporter en échange (au point de justifier une loi).
Ne me servant pas de Google news, et n'etant pas non plus responsable d'un journal, je ne sais pas s'il est possible pour un titre de ne pas être présent sur cet aggrégateur. Ca serait une information intéressante à avoir.

Pour moi, le vrai problème est la façon de voir des journaux -- et cette vision n'est pas spécifique à ce domaine :
  • ils considèrent qu'il y a les gens qui viennent visiter régulièrement le site --> pas de soucis
  • Ceux qui ne viennent jamais, et ne viendront pas --> pas de soucis non plus, ils sont considérés comme public potentiel, mais ne posent pas de soucis en tant que tel.
  • Ceux qui lisent les agrégateurs : on peut les voir de deux manières :
    • Ils viennent de temps en temps sur le site après avoir cliqué sur un lien dans l'agrégateur --> ce sont donc des parts de marché en plus, youpi
    • Ils profitent gratuitement des titres des articles via l'agrégateur, sans venir sur le site du journal, et donc ne génèrent pas d'argent --> l'agrégateur est un voleur, pas youpi


Et les journaux considèrent surtout la dernière catégorie. Sauf qu'ils ont tort : les gens qui vont sur les agrégateurs ne seraient pas allé sur leur site si l'agrégateur n'existait pas, et donc de toute manière ils n'auraient jamais touché le moindre centime de ces personnes.

Si vous remarquez bien, c'est à peu près le même raisonnement que ce qui est appliqué aux gens qui piratent du contenu payant : les distributeurs considèrent que toute personne qui a piraté un truc est une personne qui aurait payé X euro pour l'avoir, et donc le manque à gagner est colossal. Sauf que ce raisonnement ne tient pas la route, car toutes les enquêtes montrent que ce n'est pas vrai, que les gens n'auraient pas payé pour ce contenu.

Donc pour moi, c'est avant tout le point de vue des journaux (ou de leurs representants) qui est biaisé lorsqu'ils disent : vous avez X millions de clients qui ont vu N articles de notre journal, donc vous nous devez ce que nous aurait rapporté la pub de X*N.

Après, la position de Google est assez rationnelle : leur modèle économique ne repose pas sur un service en particulier (ce qui est une force), et donc il est logique que dès qu'un service leur pose trop de problèmes, ils le ferment.
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 19/12/2014 14:13
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Ne me servant pas de Google news, et n'etant pas non plus responsable d'un journal, je ne sais pas s'il est possible pour un titre de ne pas être présent sur cet aggrégateur. Ca serait une information intéressante à avoir.
Simple, ils se servent des flux RSS...

Tous les journaux en ligne proposent un flux RSS
Avatar de spidetra spidetra
http://www.developpez.com
Membre confirmé
le 19/12/2014 14:33
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Et les journaux considèrent surtout la dernière catégorie. Sauf qu'ils ont tort : les gens qui vont sur les agrégateurs ne seraient pas allé sur leur site si l'agrégateur n'existait pas, et donc de toute manière ils n'auraient jamais touché le moindre centime de ces personnes.
Ton raisonnement se tient, mais tu sur-estime (largement) le niveau de compétence des gars de l'AEDE.
Juste avant que Google ne mette ses menaces à exécution, un des responsables de l'AEDE expliquait lors d'une interview télévisé en Espagne que cela n'avait aucune importance si Google news fermait son service et que cela n'aurait aucune influence sur le trafic des sites d'informations. Mais ça, c'était avant !
Il a expliqué, le plus sérieusement du monde, qu'il n'y avait pas que Google dans la vie et qu'il y avait aussi... Linux !
Cela te montre un peu le niveau de compréhension du gars sur l'économie numérique.

Le vrai problème de la presse traditionnelle, Espagnole, Française ou autre c'est que pour l'instant ils sont totalement incapable de comprendre le tournant numérique de leur profession.
Ils sont passés d'un modèle papier payant à un modèle numérique dans lequel ils ont du mal à imaginer un nouveau business model. Ce qui d'ailleurs n'est pas évident de trouver de nouvelles solutions.

Pour eux le plus simple c'est de demander à Google de passer à la caisse.
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 19/12/2014 14:33
Citation Envoyé par tontonnux Voir le message
Ah ben finalement on y vient !
Votre problème avec Google News n'est donc pas le supposé préjudice pour la presse (préjudice que je pense inexistant), mais contre Google News lui-même.

Vous vous rendez bien compte que du coup vous êtes hors sujet ?
La question n'est pas de savoir si Google c'est le bien ou si c'est la mal, mais de savoir si Google News profite des sites d'infos sans rien leur apporter en échange (au point de justifier une loi).

Vous pensez que Google News n'est pas un bon outil ? Ok, soit. Je ne vais pas vous contredire. MAIS ce n'est pas la question posée par la loi et la décision de fermeture de Google News Espagne.
Mon avis sur google news n'est pas la question ici. Qu'il soit utile je veux bien. Qu'on me dise qu'il est indispensable, voir qu'il permet d'obtenir des avis différents et une ouverture, je ne suis pas d'accord.

Après, ici, je suis il faut bien l'avouer dans une situation ou je comprend un peu les journaux. Google créé de la valeur en utilisant leur contenu et leur nom. Si ils le veulent, ils doivent pour moi être capable de demander un paiement, tout comme il peuvent choisir a quel public le journal est vendu. (rien n'oblige a avoir une diffusion large, on peut imaginer une diffusion restreinte légalement)

De manière générale, quelque soit e service fournit, je trouve de toute façon que google news permet une connaissance trop fine de l'utilisateur pour que le service puisse être légal en tant que tel. Ou l'état devrait poser des conditions strictes sur le respect de la vie privé, ce qu'il n'arrive pas à faire. Donc en l’absence de transparence de google sur les données stockées, je serai pour une fermeture exigée avec astreinte pour la plupart des services google en attendant qu'ils respectent la loi...(et c'est valable pour facebook, amazon, etc...)
Avatar de psychadelic psychadelic
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 19/12/2014 15:20
Agrégation de News : mode d’emploi.

1 ) récupérer les différents flux RSS d’un panel de journaux en Ligne.

2) mettre ensemble chaque fluxRSS traitant d’un même sujet. C’est moins facile, parce que les journaux peuvent utiliser des titres différents pour un même sujet, et idem pour le contenu.
Mais de base tous ces contenus sont issus d’une même source : Reuter, AFP, auquel il faut aussi s’abonner, mais sans le diffuser, ce contenu étant payant et soumis à autorisation pour être diffusé, il est surtout utile pour détecter les mots clés forcément présents dans les articles de la presse.

3) dispacher les agrégats d’information en fonction de leur domaine : actualité, sport, sciences, people…
La aussi les dépêches des agences de presse sont utiles (AFP, Reuter…) car les mots clés de classification sont immuables et indiqués dans l'entêtes des dépêches.

4) Classer les news d’un même sujet ; de base, la news la plus « cliquée » passe la première, ce qui en général correspond au titre le plus accrocheur (pour une même News d’un même sujet).

Pour la petite histoire, Google News est né dans le cerveau d’un certain Krishna Bharat , et s’est cristallisée dans son esprit après les événements du 11 Septembre ; car au lendemain de ces attentats, et mis à part la CIA, cela à provoqué un raz de marrée de QQOQCCP (http://fr.wikipedia.org/wiki/QQOQCCP ), et la presse mondiale était bien loin du compte pour y répondre.

Comme justement cette information commençait à remonter par bribes dans l’éparpillement le plus complet, l’idée d’agrégation d’information s’est « naturellement » imposée chez Google.

Au risque d’en décevoir certains, Google News est né sous le signe de la générosité, et non celui de la cupidité.
Avatar de free07 free07
http://www.developpez.com
Membre expérimenté
le 19/12/2014 16:03
Citation Envoyé par miky55 Voir le message
Non ça n'est pas la question ici... Le débat tourne autour de la taxe google et la question est de savoir s'il est légitime ou non que les groupes de presse perçoivent de l'argent sur le référencement google news.

Évidement l' internaute est libre d'aller sur les sites qu'il souhaite pour s'informer!

Je sais pas comment des gens apparemment ouvert sur les libertés peuvent défendre les groupes de presse dans cette histoire! Ils n'ont pas compris comment fonctionne internet, ils nous submergent de publicités intrusives (popups, vidéos qui démarrent automatiquement dans un coin de la page etc...) ils veulent nous refourguer des abonnements à tour de bras, nous cloisonner en créant un compte pour pouvoir participer aux commentaires, bref ils veulent fidéliser les lecteurs comme ils en avaient l'habitude sur la presse papier!
Au final, si, la question est celle que j'ai posé sinon pourquoi google supprime les google news en espagne ? Google peut supprimer ces google news dans le monde entier, cela ne me posera aucun problème... Ce que je veux dire par la, c'est que google n'est franchement pas indispensable dans le monde de l'information et heureusement pour nous ! C'est un moteur de recherche indispensalbe en tant que tel mais il n'a pas à filtrer l'information pour nous, tout adulte responsable n'a pas besoin de cela ! LA question est que Google veut avoir un certain pouvoir sur l'information qui est diffusée.

Enfin ce n'est que mon avis, après s'ils y en a qui se sentent lésé parceque google news ferme....
Avatar de miky55 miky55
http://www.developpez.com
Membre actif
le 20/12/2014 18:05
@free07 désolé mais non tu ne comprends pas le débat, on s'en fou de savoir si google news est indispensable ou vas manqué à qui que ce soit. La question est est-ce juste de taxer les agrégateurs de news qui sont la plupart du temps déjà peu ou pas rentable du tout. Pour google le choix est vite fait ils gagnent des milliards avec leurs autres activités, ils vont pas s’embêter avec ça, mais les autres, quand viendra leur tour de passer à la caisse que ferons-t-ils?

Si google news ferme en France, perso, j'irai voir un autre agrégateur, mais si ils ferment tous j'irai où? sur lemonde.fr ? J'aurai gagné une information plus libre? moins filtrée?
Avatar de miky55 miky55
http://www.developpez.com
Membre actif
le 20/12/2014 18:30
Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
De manière générale, quelque soit e service fournit, je trouve de toute façon que google news permet une connaissance trop fine de l'utilisateur pour que le service puisse être légal en tant que tel. Ou l'état devrait poser des conditions strictes sur le respect de la vie privé, ce qu'il n'arrive pas à faire. Donc en l’absence de transparence de google sur les données stockées, je serai pour une fermeture exigée avec astreinte pour la plupart des services google en attendant qu'ils respectent la loi...(et c'est valable pour facebook, amazon, etc...)
Ça parait assez clair: tu prônes la censure pour protéger les libertés individuelles, tu voudrais les géants du web se conforment aux lois de chaque pays, qu'ils ouvrent leur code source, peut être qu'ils donnent un accès aux gouvernements à leurs bdd pour qu'ils puissent contrôler quelles infos google dispose sur chaque utilisateur?

Moi je veux un web sans aucune censure ou je suis libre d'aller sur les sites que je veux du moment que j'accepte leurs conditions, même si ces mêmes sites pratiques une forme de censure parce que je suis libre à tout moment de me rétracter, je veux pas que mon gouvernement me bloque l’accès à TPB pour défendre les ayant-droit ni l’accès à Facebook pour me protéger. Qu'ils m'informent des risques peut-être mais qu'ils laissent le web neutre!

Concernant le prétendu filtre dont beaucoup parlent ici, je ne pense pas qu'il y en ai un sur google news, autant sur d'autres services de google les suggestions sont omniprésentes comme sur Youtube c'est franchement agaçant, mais après plusieurs années d'utilisation de google news j'ai l'intime conviction que les news sont filtrés uniquement par langue/localisation et préférence définie manuellement (plus de sport ou de finance etc...) évidement aussi la pertinence des infos (date et importance) mais pas les infos de mon profil. Apres ça n'est pas vraiment le sujet ici et s'est basé uniquement sur mon expérience et je suis plutôt vigilent sur ce sujet.
Avatar de free07 free07
http://www.developpez.com
Membre expérimenté
le 21/12/2014 9:03
Citation Envoyé par miky55 Voir le message
Concernant le prétendu filtre dont beaucoup parlent ici, je ne pense pas qu'il y en ai un sur google news, autant sur d'autres services de google les suggestions sont omniprésentes comme sur Youtube c'est franchement agaçant, mais après plusieurs années d'utilisation de google news j'ai l'intime conviction que les news sont filtrés uniquement par langue/localisation et préférence définie manuellement (plus de sport ou de finance etc...) évidement aussi la pertinence des infos (date et importance) mais pas les infos de mon profil. Apres ça n'est pas vraiment le sujet ici et s'est basé uniquement sur mon expérience et je suis plutôt vigilent sur ce sujet.
Désolé aussi mais ce que tu ne veux pas comprendre, c'est qu'en utilisant google news, tu te limites aux seules informations que google veut bien te présenter et ça c'est déjà un filtre trés important et si google veut censurer certaines infos et bien ils le feront et tu passera à côté d'informations qui seront peut être importantes à tes yeux.

Utiliser Google news pour rester informer, c'est très limite !
Offres d'emploi IT
Chef de projet système d'information / erp (h/f)
CDI
CAREER BOOSTER - Ile de France - Neuilly-sur-Seine (92200)
Parue le 01/12/2014
Développeur front html / css / js
CDI
Axance - Ile de France - Paris (75002)
Parue le 18/12/2014
Développeur delphi / sgbd
CDI
Delphi-Staff - Rhône Alpes - Chamonix-Mont-Blanc (74400)
Parue le 02/12/2014

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
 
 
 
 
Partenaires

PlanetHoster
Ikoula