Google trouve un accord avec la presse française
Elle bénéficiera d'un fonds de 60 millions d'euros et utilisera les technologies de Google

Les rubriques (actu, forums, tutos) de Développez
Tags
Réseaux sociaux


 Discussion forum

Retrouvez le dossier complet de la rédaction
Sur le même sujet
Le , par Gordon Fowler, Expert Confirmé Sénior
Mise à jour du 04/02/13

La hache de guerre est enterrée entre Google et les éditeurs de presse français. Ces derniers lui reprochaient d’utiliser leurs contenus gratuitement pour générer de l’audience sur Google News.

Sur le modèle de l’accord trouvé avec les éditeurs Belges (lire par ailleurs), et sous la pression du gouvernement qui menaçait de légiférer en cas de statu quo, Google a décidé de rémunérer ces journaux en créant un fonds d’innovation pour la presse de 60 millions d’euros « pour soutenir les initiatives numériques innovantes ».

Ce qui crée de facto une distorsion de concurrence entre la presse dite traditionnelle et les acteurs 100 % web comme Developpez.

C’est Eric Schmidt, Executive Chairman de Google, qui a annoncé lui-même l’accord après une entrevue avec le Président de la République François Hollande. « Aujourd'hui, j'ai annoncé deux nouvelles initiatives visant à stimuler l'innovation et à accroître les revenus des éditeurs français. Tout d'abord, Google a décidé de créer un fonds d’innovation de 60 millions d’euros pour accompagner la presse française dans son développement numérique, au bénéfice des lecteurs français. Et Google va renforcer son partenariat avec les éditeurs français pour les aider à accroître leurs revenus en ligne en utilisant nos technologies publicitaires ».

Une solution assez curieuse puisqu’elle lie les éditeurs encore un peu plus aux solutions de Google. Comme ils s'étaient liés pieds et poings à Apple lors de la sortie de l'iPad, censée les relancer. Une incohérence de plus ?

Google rappelle par ailleurs qu'il « travaille depuis plusieurs années avec les éditeurs de presse du monde entier pour les aider à tirer le meilleur parti d’Internet » et ne peut s’empêcher de rappeler – à juste titre nous semble-t-il – que son « moteur de recherche génère des milliards de clics vers leurs sites tous les mois ».

Avec 60 millions, Google s’achète donc une tranquillité sur le sol français alors qu’il était au cœur de plusieurs polémiques, dont une sur l’évasion fiscale (ou optimisation selon les points de vue). Un point également abordé à demi-mot par Eric Schmidt qui évoque « les engagements pris en 2011 d’accroître l’investissement de Google en France ».

Une manière de répondre à ceux qui accusent l’entreprise de profiter du marché français sans contreparties suffisantes en soulignant qu’en plus d’avoir embauché (et payé des charges sociales), Google est à l’initiative de plusieurs projets comme la création d’un centre culturel à Paris.

Pas sûr que l’administration fiscale soit très réceptive à cet argument. Mais en attendant, Google s’est offert une petite bouffée d’oxygène vis-à-vis de l’administration et de la presse traditionnelle.

Mission réussie pour Eric Schmidt, donc. Pour la presse traditionnelle, c'est un autre débat.

Source : Communiqué de l’Executive Chairman de Google


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de ManusDei ManusDei
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 12/02/2013 9:15
Citation Envoyé par Nemek  Voir le message
Et quid des réseaux d'entreprise et autres proxys ?

Ca rajoute un profil de plus. Les bandeaux de pub que je vois ne sont pas les mêmes que ceux de mes collègues, et sont régulièrement ciblés selon mes dernières recherches.

Et si je me connecte régulièrement à mon gmail, j'imagine qu'ils sauront faire le rapprochement.
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme
http://www.developpez.com
Chroniqueur Actualités
le 07/11/2014 9:22
Le parlement espagnol approuve la « taxe Google »,
Mountain View pourrait verser une compensation aux éditeurs de presse dès lors qu’un contenu sera repris

Le parlement espagnol a promulgué une nouvelle loi la semaine dernière sur la propriété intellectuelle qui autorise les éditeurs de presse à demander une rétribution aux agrégateurs de contenu (comme Google Actualités ou Yahoo! Actualités ) chaque fois qu’ils affichent un de leurs articles. Il s’agit en réalité d’une réforme sur la loi sur la propriété intellectuelle. Le texte, adopté par 172 voix pour, 144 contre et 3 abstentions, entrera en application le 1er janvier 2015 et imposera par exemple à Google de verser une compensation aux éditeurs de presse dès lors qu’un contenu sera repris, qu’il s’agisse d’un lien, d’un texte ou même d’une image.

La filiale espagnole de Google avait pourtant menacé de fermer sa page si la réforme était ratifiée, cependant le parlement espagnol a approuvé cette mesure dans un vote. Rappelons qu’en Allemagne où une réforme similaire a été introduite en 2013, Google a dû retirer du matériel protégé des résultats représentés l'organisme de l'industrie des médias VG Media. Cependant, ils ont fait marche arrière sur cette réforme et a accordé Google une licence gratuite pour continuer à afficher ce contenu.

En France, l'année dernière Google a accepté d'aider les éditeurs de presse à accroître les revenus de la publicité en ligne et également à financer les innovations de l'édition numérique pour régler un différend qui suscitait la question de savoir s’il était plus pertinent de faire payer Mountain View pour le contenu des articles de presse dans ses résultats de recherche. D’ailleurs, les représentants de Google avançaient « qu’exiger de Google une rémunération au motif que son moteur de recherche dirige des lecteurs vers les sites de presse n’a pas plus de sens que d’exiger d’un chauffeur de taxi qui conduirait un client à un restaurant de rémunérer ce restaurant au motif qui lui amène un client. »

« Nous sommes déçus par cette nouvelle loi parce que nous pensons que des services comme Google Actualités aident des éditeurs à apporter du trafic à leurs sites web. Dans l’avenir, nous continuerons de travailler avec les éditeurs espagnols afin de les aider à accroître leurs revenus pendant que nous examinerons nos options à la lumière de cette réglementation » a déclaré le porte-parole de Google en Espagne.

Notons quand même que la loi qui est déjà surnommée « taxe Google » est attaquable puisque la jurisprudence de la Cours de Justice Européenne a considéré que l’établissement d’un lien vers un contenu librement disponible et autorisé par les titulaires de droits n’est au final pas soumis au droit d’auteur. Pourtant, l’article 32.2 de cette réforme indique dans sa substance que l’établissement de liens n’est pas soumis à autorisation si en contrepartie, les agrégateurs versent aux éditeurs une compensation.

Source : The Local

Et vous ?

Que pensez-vous d'une telle sanction ? L'Espagne gagnerait-elle à s'inspirer de ses voisins ?
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize
http://www.developpez.com
Rédacteur/Modérateur
le 07/11/2014 15:06
Citation Envoyé par Stéphane le calme  Voir le message
Que pensez-vous d'une telle sanction ? L'Espagne gagnerait-elle à s'inspirer de ses voisins ?

Google va calculer combien lui rapporte l’agrégation (enfin même s'ils savent surement déjà) des articles espagnols et le comparer au coût de la sanction. La page disparaîtra ou pas face à ce résultat.

Ceci dit je pense que Google va surement négocier avec chaque éditeur. Ce système est gagnant-gagnant je pense. Les éditeurs n'ont pas intérêt à ce que les agrégateurs de News disparaissent.

En revanche, ce sont les "petits" agrégateurs qui risquent de tirer la tronche car ils n'auront surement pas les moyens de négocier (ou si peu). Au final, j'ai le vague sentiment que ca ne changera rien pour les autres ...
Avatar de rawsrc rawsrc
http://www.developpez.com
Modérateur
le 07/11/2014 16:44
Bon, c'est cuit pour les petits.

Et la puissance de Google est telle qu'il suffit de lire plus en détails ce qui est arrivé au mastodonte de l'édition allemande Springer (membre du groupement VG Media) : éditeur ayant engagé ouvertement un bras de fer avec le géant de Mountain View : dès la désindexation des articles enclenchée, chute de 40 % du trafic sur les différents sites d'infos.

Et je rappelle que -40% de trafic = marche arrière toute...

Citation Envoyé par Logan Mauzaize  Voir le message
Ceci dit je pense que Google va surement négocier avec chaque éditeur.

J'en doute ou ils négocieront à un montant proche de zéro.
Avatar de Logan Mauzaize Logan Mauzaize
http://www.developpez.com
Rédacteur/Modérateur
le 07/11/2014 17:07
Citation Envoyé par rawsrc  Voir le message
J'en doute ou ils négocieront à un montant proche de zéro.

Si ces informations sont exactes (au moins dans l'idée) :
Citation Envoyé par pmithrandir  Voir le message
un utilisateur de base google c'est 8$. Un utilisateur google actu c'est 50$

Tant que cela ne se généralise pas, pas de problèmes pour Google et encore ! C'est perdre de la valeur sur tous les "lecteurs" hispanophone. Et avec un peu de chance, ca rentre dans les caisses de Google Espagne (ou Irlande ?).

Ce qui me fait penser que ca rentre donc en partie dans les caisses de l'état (et de l'Europe). Qu'il me semble sont plutôt vide en ce moment. Donc les gouvernements n'y trouvent pas leur intérêt non plus.

En revanche, si l'idée se globalise, Google sera bien obligée de négocier. Surtout que les éditeurs sont relativement globaux (le même groupe pour différents pays). Je pense ?
Avatar de gangsoleil gangsoleil
http://www.developpez.com
Modérateur
le 07/11/2014 18:45
Bonjour,

Si les éditeurs se mettaient tous d'un côté de la table, et google de l'aute côté, oui ça bougerait. Mais comme ils font chacun leur truc dans leur coin, et se disent content dès que Google lâche 3 sous (ce qui s'est passé en France), ils vont encore de faire enfiler, et dans quelques années, ils reviendront gueuler que la vie est trop injuste.
Offres d'emploi IT
Expert Technique JAVA
CDI
SQLI Entreprise - Ile de France - Saint-Denis (93210)
Parue le 21/11/2014
https://www.myjobcompany.com/fr/offre-emploi/cesure-stage-commercial-talent-acquisition-h-f-1143-la8
Stage
https://www.myjobcompany.com/fr/offre-emploi/cesure-stage-co - Ile de France - Paris (75000)
Parue le 10/11/2014
DEVELOPPEUR EXPERIMENTE JAVA/J2EE CRM/BILLING/COMPTABILITE (H/F)
CDI
Proxiad - Ile de France - Arcueil (94) (94)
Parue le 01/11/2014

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
 
 
 
 
Partenaires

PlanetHoster
Ikoula