Vert.x bientôt propriété de la Fondation Eclipse ?
Le framework Web événementiel multi-langages open source réclamé par VMware

Les rubriques (actu, forums, tutos) de Développez
Tags
Réseaux sociaux


 Discussion forum

Sur le même sujet
Le , par Hinault Romaric, Responsable Actualités
Vert.x, le framework open source basé sur la machine virtuelle Java pour le développement d’applications Web évolutives « event-driven » est devenu source de conflit depuis que le père et responsable du projet a été employé par Red Hat.

En quittant VMWare pour Red Hat, Tim Fox avait prévu de continuer à administrer le projet communautaire open source parrainé par son ancien employeur. Cependant, celui-ci a reçu une lettre des avocats de VMware, lui demandant d'abandonner les droits d’administration sur les différents sites et éléments du projet Vert.x.

« Dans l'esprit de l'open source et au vu de mon engagement dans la communauté Vert.x, je m'attendais à ce que VMware continuerait à me laisser administrer le projet après avoir changé d'emploi », note Fox, surpris par cette réaction qui met en péril l’avenir de la solution.

La présence de Tim Fox comme chef de projet demeure une composante essentielle dans l’évolution du projet, se sont accordés VMware et Red Hat, après une discussion active sur l’avenir du projet, qui a levé le voile sur une potentielle création d’une fondation open source pour le suivi du projet.

Finalement, Vert.x pourrait bientôt être une propriété de la fondation Eclipse. C’est en tout cas la recommandation de Tim Fox, qui a été bien accueillie par le directeur exécutif de la fondation Eclipse.

Le passage de Vert.x à la fondation Eclipse permettra à VMware et également à Red Hat de pouvoir participer officiellement à son développement.

Pour mémoire, Vert.x s’inspire de Node.js et est axé sur les événements comme celui-ci. Les actions sont exécutées de façon asynchrone, permettant de ne pas bloquer un programme en cours d’exécution. L’outil permet aux développeurs d’utiliser divers langages de programmation dont Ruby, JavaScript, Groovy, ou Java pour créer des applications.

Vert.x est construit autour d’un modèle simple de simultanéité qui permet la réécriture d’un code comme une application mono-thread. Chaque thread est une boucle événementielle utilisable par le serveur.

En attendant la réaction de VMware et les résultats de l’appel aux votes de la communauté Vert.x qui, jusqu’ici, est favorable à la fondation Eclipse, cette situation révèle quelques limites de l’open source.

Source : Discussion de l'avenir de Vert.x sur Google Groups

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Freem Freem
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 22/01/2013 16:53
Citation Envoyé par Hinault Romaric  Voir le message
En attendant la réaction de VMware et les résultats de l’appel à vote de la communauté Vert.x qui, jusqu’ici, est favorable pour la fondation Eclipse, cette situation révèle quelques limites de l’open source ?

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Limite de l'open source? Non, du tout. Le pire des cas, ça aurait été un fork du projet, comme ce qu'on à vu pour OOo.
Pas vraiment ce qu'on peut appeler péril en la demeure...

A part ça, la seule chose que j'en pense, c'est que les grosses boîtes font juste tout pour faire chier leurs concurrents, et c'est la seule raison d'avoir envoyer leurs chiens avocats aux trousses de leur ancien employé.
Avatar de leminipouce leminipouce
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 22/01/2013 17:52
Citation Envoyé par Hinault Romaric  Voir le message
En quittant VMWare pour Red Hat, Tim Fox avait prévu de continuer à administrer le projet communautaire open source parrainé par son ancien employeur. Cependant, celui-ci a reçu une lettre des avocats de VMware, lui demandant d'abandonner les droits d’administration sur les différents sites et éléments du projet Vert.x.
Qu'en pensez-vous ?

Je trouve ça nul de la part de VMWare !

Si c'est un projet OpenSource, ils n'ont rien à dire ni sur les contributeurs, ni même sur les pilotes/administrateurs et autres "project leaders". D'accord ils ont parrainé le projet et alors ? N'est-il pas possible de parrainer un projet OSS sans vouloir en contrôler le moindre aspect ? Où est le côté "Open" dans leur démarche ?

Qu'ils reçoivent les honneurs qui vont avec leurs engagements, OK, mais qu'ils tirent les rênes du projet, et aient leurs mots à dire sur son administration, NON !

PS : Super l'état d'esprit qui se reignie sur le monde du logiciel et du high-tech en général, à grand coup de procès/procédures/interventions d'avocats, on fait avancer les choses, c'est indéniable !
Avatar de Traroth2 Traroth2
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 23/01/2013 10:31
Citation Envoyé par Hinault Romaric  Voir le message
[B][SIZE="4"]

En attendant la réaction de VMware et les résultats de l’appel aux votes de la communauté Vert.x qui, jusqu’ici, est favorable pour la fondation Eclipse, cette situation révèle quelques limites de l’open source ?

En tout cas, ça révèle clairement que de grosses entreprises qui investissent dans l'open-source ont finalement assez peu conscience des implications de la publication de code sous une telle licence. Ici, VMWare pensait pouvoir continuer à gérer l'évolution du projet exactement comme si c'était du code propriétaire, alors que n'importe qui peut en faire un fork, et c'est probablement ce qui se passera s'ils ne mettent pas de l'eau dans leur vin.

Est-ce que c'est une limite de l'open-source ? Éventuellement, si la prise de conscience signifie que ce type de grosse boite se montrera plus circonspecte dans la publication de code sous une licence open-source à l'avenir.

En gros, VMWare a le choix entre deux types de réaction, après ça : embrasser réellement l'open-source, c'est à dire soit accepter une forme de perte de contrôle sur les projets qu'on publie, soit cesser de faire de l'open-source ou en tout cas diminuer fortement la voilure.

Ça montre encore une fois la différence entre open-source et logiciel libre. On créé du logiciel libre par idéal, parce qu'on croit en des valeurs, alors qu'on créé de l'open-source par intérêt, ce qui pour une entreprise veut dire qu'il faut qu'elle y trouve son compte, au niveau économique.
Avatar de hn2k5 hn2k5
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 23/01/2013 10:39
En attendant la réaction de VMware et les résultats de l’appel à vote de la communauté Vert.x qui, jusqu’ici, est favorable pour la fondation Eclipse, cette situation révèle quelques limites de l’open source ?

Si c'est le vote de la communauté qui décide de l'avenir du projet, je ne vois pas en quoi c'est une limite.
Si VMWare décidait de l'orientation d'un projet Open Source au détriment de l'avis de la communauté, là ce serait une limite... du propriétaire et non de l'open source.

Cdlmt
Avatar de Paul TOTH Paul TOTH
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 23/01/2013 10:53
Citation Envoyé par Traroth2  Voir le message
En tout cas, ça révèle clairement que de grosses entreprises qui investissent dans l'open-source ont finalement assez peu conscience des implications de la publication de code sous une telle licence. Ici, VMWare pensait pouvoir continuer à gérer l'évolution du projet exactement comme si c'était du code propriétaire, alors que n'importe qui peut en faire un fork, et c'est probablement ce qui se passera s'ils ne mettent pas de l'eau dans leur vin.

Est-ce que c'est une limite de l'open-source ? Éventuellement, si la prise de conscience signifie que ce type de grosse boite se montrera plus circonspect dans la publication de code sous une licence open-source à l'avenir.

En gros, VMWare a le choix entre deux types de réaction, après ça : embrasser réellement l'open-source, c'est à dire accepter une forme de perte de contrôle sur les projets qu'on publie, soit cesser de faire de l'open-source ou en tout cas diminuer fortement la voilure.

Ça montre encore une fois la différence entre open-source et logiciel libre. On créé du logiciel libre par idéal, parce qu'on croit en des valeurs, alors qu'on créé de l'open-source par intérêt, ce qui pour une entreprise veut dire qu'il faut qu'elle y trouve son compte, au niveau économique.

Je ne suis pas d'accord avec cette vision des choses. La notion de copyright (ou plutôt copyleft) est une part essentielle de l'OpenSource. Par conséquent, une société privée qui investi dans un produit OpenSource a tout intérêt à défendre "son" fork sous "son" nom.

Après Tim Fox est libre de faire un fork de Vert.x en Yellow.y, mais si VMWare a investi massivement dans Vert.x (y compris en payant Tim Fox) il n'y a aucune raison pour laquelle Tim puisse embarquer Vert.x avec lui, surtout s'il a contribué en tant que salarié ! Un fork oui, mais le produit non.
Avatar de Traroth2 Traroth2
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 23/01/2013 11:49
Citation Envoyé par Paul TOTH  Voir le message
Je ne suis pas d'accord avec cette vision des choses. La notion de copyright (ou plutôt copyleft) est une part essentielle de l'OpenSource. Par conséquent, une société privée qui investi dans un produit OpenSource a tout intérêt à défendre "son" fork sous "son" nom.

Après Tim Fox est libre de faire un fork de Vert.x en Yellow.y, mais si VMWare a investi massivement dans Vert.x (y compris en payant Tim Fox) il n'y a aucune raison pour laquelle Tim puisse embarquer Vert.x avec lui, surtout s'il a contribué en tant que salarié ! Un fork oui, mais le produit non.

Un nom n'est qu'un nom. Les utilisateurs iront vers le projet le plus actif. LibreOffice et Jenkins l'ont bien montré.
Offres d'emploi IT
Technicien(ne) support applicatif h/f
CDI
Page Personnel - Ile de France - Paris (75000)
Parue le 14/10/2014
Technicien systèmes et réseaux
Alternance
IP-FORMATION - Ile de France - Paris (75000)
Parue le 02/10/2014
Développeur android gamer
CDI
Mobiskill - Midi Pyrénées - Toulouse (31000)
Parue le 23/09/2014

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
 
 
 
 
Partenaires

PlanetHoster
Ikoula