p
u
b
l
i
c
i
t
é

FairSearch : Nokia et Oracle rejoignent la coalition anti-Google
Qui porte sa lutte contre l'abus de position dominante aux mobiles

Le , par Nissa Comet, Expert Confirmé Sénior
FairSearch, l’organisation vouée d'après ses membres à défendre la concurrence sur internet, compte désormais dans ses rangs le fabricant de téléphones mobiles Nokia, l'éditeur de solutions d'entreprise Oracle et le site d’enchères en ligne Allegro.


En alliance avec d'autres entreprises, dont Microsoft, ces membres accusent Google d'abus de position dominante et portent leur combat sur le terrain du mobile avec le renfort de Nokia.

D’après eux, il n'y a plus de place à l’innovation avec la dominance des services Web et mobiles de Google sur ses résultats de recherche. Les rivaux de Google déclarent que cette compagnie ne devrait pas utiliser son moteur de recherche pour privilégier ses services.

« Leur arrivée est primordiale dans le contexte global des pratiques de recherche anticoncurrentielles de Google, qui affectent les consommateurs en réfrénant l'innovation et le choix, non seulement pour les services Web, mais aussi sur le mobile et toute autre plateforme où Google abuse de sa position dominante », déclare Thomas Vinje, l'avocat européen de la coalition.

Le réseau international FairSearch relance ainsi ses plaintes auprès de la commission européenne, ainsi que d’autres autorités qui enquêtent déjà et à nouveau sur l’activité prétendument anticoncurrentielle de Google.

De son côté, Google renforce ses parts de marché dans la recherche, revigoré par le succès du système d’exploitation Android sur appareils téléphoniques et par son acquisition de Motorola Mobility.

Source : The Hill

Et vous ?

Pensez-vous que Google fasse apparaître ses services en priorité ? Est-ce à votre sens un abus de position dominante ?
Porter de telles accusations sur Google est-il le meilleur moyen de lutter contre la position dominante de Google ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de cbleas cbleas - Membre émérite http://www.developpez.com
le 01/07/2015 à 14:01
En revanche, j'ai toujours du mal concernant les accusations portées à Google... Leur "métier" étant d'offrir le service de recherche, il me semble étrange que des organismes extérieurs ai le droit de jugement sur le contenu du résultat.
je suis entièrement d'accord avec toi. je ne suis pas du tout pour google qui se permet de nous espionner et revendre nos informations, néanmoins la qualité de ses services de recherche (image, web et vidéo par l'intermédiaire de youtube) m'ont toujours satisfait. Je ne vois pas de quel droit (je dis pas ça méchamment, je parle bien entendu du point législatif) la commission peut juger et sanctionner des résultats qui ne leur conviennent pas. C'est comme dire que sur le forum de dvp.com on met en priorité les topics épinglés en haut de a liste.

Après bien sûr i y a le côté monopole de google qui doit être cadré, dans un sens c'est plutôt pas mal qu'il y ai des institutions pour contrer big brother.
si vous regardez le mot GMAO qui sont des logiciels de gestion de la maintenance vous retrouvez en deuxieme position GMAIL, j'ai du mal à comprendre la relation. Par contre Google censure certains éditeurs de logiciels en les faisant disparaitre de leur résultats. Par contre ces memes éditeurs peuvent acheter des liens sponsorisés ou plutôt doivent.
c'est surement une des nombreuses dérive qui font que la commission mettent de tres grosses amendes.
Avatar de Carhiboux Carhiboux - Expert Confirmé Sénior http://www.developpez.com
le 01/07/2015 à 17:23
Comme d'autres ici, et comme depuis toujours, je peine à comprendre ce que l'on reproche à Google.

De mettre en avant ses produits? Mais c'est ce que fait toute entreprise censée! Et Google en est assurément une au vu de ses résultats.

En fait, comme toujours, je pense qu'il existe dans l'esprit du grand public (et de la commission européenne visiblement) une terrible confusion sur ce qu'est internet et les services qui y sont associés.

Internet est supposé être un réseau libre, ouvert, et, on en parle beaucoup en ce moment neutre. Ca, c'est la jolie théorie.

En pratique, c'est moyennement libre, car il faut passer par des fournisseurs d'accès pour y avoir accès justement. Dans la plupart des cas, cet accès est même payant. Sans parler du fait qu'il faut un ordinateur, qui ne pousse pas dans les champs gratuitement.

En pratique, il y a aussi tout un tas de services payant sur internet. Du site d'information au site de jeu en passant pas plein d'autre choses. Peu de choses sont donc réellement gratuites sur internet. Même DVP.com à un cout, qui est invisible pour l'utilisateur, mais qui est bien réel : les publicités (même si on peut se féliciter de la politique raisonnée du site à ce sujet).

Google cherche donc à gagner de l'argent. C'est la base de toute entreprise. Elle a différents service et les mets en avant. Là aussi, c'est la base de toute entreprise. C'est un peu comme si on reprochait à Microsoft d'équiper ses machines avec windows... ou Apple d'avoir des mac, ou à Renault d'avoir une flotte de véhicule Renault!

Là où la confusion atteint des sommets, c'est que comme tout ce la semble gratuit (mais ne l'est pas), beaucoup de gens associent internet, et particulièrement Google, à un espèce de service public. Et prennent donc cela non seulement comme un du, mais ont aussi des attentes déraisonnes à son égard.

Or, un service public est payé pour rendre un service normalement neutre, ce n'est pas le cas de Google.

Un service public est aussi souvent le seul habilité à rendre un service, disposant d'un monopole de fait ; par exemple, seule les administrations publiques genre mairies ou préfectures peuvent délivrer une carte d'identité ou un passeport. Pour Google, la concurrence existe. C'est l'utilisateur, qui fait le choix de Google (bon, à nuancer, des fois, on lui mets Google par défaut, mais dans l'absolu, il a la possibilité de changer cela!

Si l'on veut que Google soit neutre, qu'on le paye pour l'être.

Par contre, si je ne défends pas le point de vue de la commission sur l'abus de position dominante, je pense quand même que Google devrait mieux informer les gens sur le fait qu'ils privilégient leurs propres produits et services dans leurs outils.

En fait, je pense que le fond du problème est que la plupart des utilisateurs ne comprennent pas le business model de Google. Mais on constate aussi que ce dernier n'a pas envie de l'expliquer! Parce que oui, le produit de Google, ce n'est pas le moteur de recherche ou Gmail. Non, le produit, c'est vous, moi, tous les utilisateurs. Les "services" des Google ne sont au final que des "pots de miel" pour nous attirer. Et cela marche diablement bien.

Tellement bien, qu'ils préfèreront payer une grosse amende et partager (un peu) le gateau plutot que de tuer la poule aux oeufs d'or. Car oui, ne vous y méprenez pas, ici, il ne s'agit que de concurrents jaloux (et souvent dépassés) qui veulent récupérer des miettes du festin. Personne, de ces concurrents à la commission européenne n'est à coeur nos intérêts d'internaute.

L'illustration de ce dernier propos est que la même commission européenne est pour le fait de briser la neutralité du réseau en priorisant les paquets de données de ceux qui payeront plus que les autres mettant ainsi à bas un des piliers de l'internet actuel.

Edit: visiblement, une autre news semble annoncer que la commission à renoncé à cela. Bonne nouvelle donc.
Avatar de ZenZiTone ZenZiTone - Membre émérite http://www.developpez.com
le 01/07/2015 à 17:51
Citation Envoyé par cbleas Voir le message
si vous regardez le mot GMAO qui sont des logiciels de gestion de la maintenance vous retrouvez en deuxieme position GMAIL, j'ai du mal à comprendre la relation
Pour ma part GMail n’apparaît pas dans la première page suite à la recherche 'gmao' (j'ai pas eu la curiosité d'aller sur les autres pages de résultat). A savoir que je n'ai pas été sur Gmail avec cette session là et que je ne suis pas identifié. Donc ton résultat serait peut-être dût au fait que tu consulte régulièrement GMail et que le moteur Google a pris en compte que tu ais pu faire une faute de frappe. (il me semble que la recherche personnalisée est un service proposé par défaut mais qui est désactivable).
Avatar de rtg57 rtg57 - Membre Expert http://www.developpez.com
le 03/07/2015 à 7:47
Bonjour,

qui se plaint de Google ? Vous ? Moi ? Non.
Ceux qui se plaignent de Google, ce sont ceux qui ont un manque à gagner colossal. Et ce sont les mêmes qui tirent les ficelles de la commission européenne, ceux qui font les lois, et j'en passe....
Ceux à qui le moteur de recherche Google ne plait pas n'ont que l'embarras du choix pour en utiliser un autre.
Personnellement, j'ai essayé... et je suis toujours revenu à Google. Il y a même un verbe qui est né: Googueler, pour signifier une recherche sur Internet. C'est dire à quel point ils ont le monopole. Mais ce n'est pas le fruit du hasard.
Alors maintenant qu'ils tirent bénéfice du fruit de leur travail... quoi de plus naturel pour une entreprise.
Mais les requins de la finance ont flairé un gros gâteau... Au fait, si Google se prend cette amende de 6 Md euros, où ira cette argent ?
Avatar de fredinkan fredinkan - Membre expérimenté http://www.developpez.com
le 03/07/2015 à 13:33
Citation Envoyé par rtg57 Voir le message
qui se plaint de Google ? Vous ? Moi ? Non.
Sisi, certaines personnes se plaignent d'avoir des résultats trop lié à "leur profile" et qui peuvent être potentiellement subjectifs, ce qui est dommage.
C'est mon cas et celui de nombreux collègues (mais certes.. on bosse dans l'info ...)
Avatar de ZenZiTone ZenZiTone - Membre émérite http://www.developpez.com
le 03/07/2015 à 14:17
Citation Envoyé par fredinkan Voir le message
Sisi, certaines personnes se plaignent d'avoir des résultats trop lié à "leur profile" et qui peuvent être potentiellement subjectifs, ce qui est dommage.
C'est mon cas et celui de nombreux collègues (mais certes.. on bosse dans l'info ...)
Cette option peut être désactivée. Qui plus est, je trouve leurs résultats "personnalisés" réellement pertinents.
Avatar de placide90 placide90 - Nouveau Membre du Club http://www.developpez.com
le 08/07/2015 à 6:08
Google à le droit du publier ce qu'il veux dans ses résultats à chacun d'en décider s'il est satisfait ou pas des résultats. Pour ceux qui ne sont pas satisfais il me semble que personne ne les obliges à revenir sur google; y a bien d'autre moteur non!!!
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités http://www.developpez.com
le 17/08/2015 à 10:59
Antitrust : Bruxelles rallonge le temps de préparation de la défense de Google
qui a jusqu'au 31 août pour répondre aux accusations dont il est l'objet

La Commission Européenne a décidé d’accorder un délai supplémentaire à Google pour répondre aux accusations de la concurrence qui l’accuse d’abus de position dominante. Si l’échéance initiale avait été fixée au 07 juillet 2015 puis repoussée une première fois au 17 août, le numéro un de la recherche a désormais jusqu’au 31 août pour préparer activement sa défense.

« La Commission a accepté la demande de Google de prolonger le délai pour répondre à la communication des griefs par deux semaines supplémentaires », a déclaré le porte-parole de la Commission, Ricardo Cardoso. Ce dernier a précisé que « conformément à la pratique en vigueur, la Commission a analysé les raisons de la demande. En conséquence, elle a accordé une extension permettant à Google d’exercer pleinement ses droits de la défense ».

C’est l’année 2010 qui a vu commencer les investigations de Bruxelles sur les accusations selon laquelle Google profitait de sa position dominante sur le marché de la recherche pour promouvoir ses propres produits, comme son comparateur de prix Google Shopping, au détriment de la compétition.

En avril de l’année en cours, le commissaire Européen en charge de la concurrence Margrethe Vestager a estimé que « dans le cas de Google, je crains que l’entreprise ne donne un avantage injuste à son propre service de comparaison de prix, en violation des règles antitrust européennes ».

Une déclaration publique qui a coïncidé avec l’envoi d’une communication des griefs à Google par la Commission Européenne qui exposait son avis préliminaire selon lequel « l’entreprise abuse de sa position dominante, en violation des règles de l’UE en matière d’ententes et d’abus de position dominante, en favorisant systématiquement son propre produit de comparaison de prix dans ses pages de résultats de recherche générale au sein de l’Espace économique européen (EEE). La Commission craint que les utilisateurs ne voient pas nécessairement les résultats les plus pertinents en réponse à leurs requêtes, ce qui porte préjudice aux consommateurs et aux services de comparaison de prix concurrents et entrave l’innovation ».

Le même mois, la Commission a également ouvert une procédure formelle d’examen distincte et séparée contre Google concernant son système d’exploitation Android ainsi que les applications et des services pour smartphones et tablettes en matière de concurrence en UE. « La Commission évaluera si, en concluant des accords anticoncurrentiels et / ou en commettant d'éventuels abus de position dominante, Google a illégalement entravé le développement et l’accès au marché des systèmes d’exploitation pour appareils mobiles ainsi que des applications et des services de communication mobile de ses concurrents dans l’Espace économique européen (EEE) », a-t-elle avancé.

Cardoso a quand même précisé que « envoyer une communication des griefs ne porte pas préjudice au résultat final de l’enquête et nous allons examiner attentivement la réponse de Google avant de prendre une quelconque décision sur la façon de procéder ».

Source : WSJ
Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - Membre actif http://www.developpez.com
le 17/08/2015 à 11:13
Le cas des B.I.O.S. alors ? Oublié ou parce que c'est le choix des marques ?
Peut-être victime involontaire Google, je trouve cela irrecevable et non lieu.
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités http://www.developpez.com
le 27/08/2015 à 21:57
Antitrust : Google a répondu à la communication des griefs émise par l'Europe
et estime que les allégations de Bruxelles sont incorrectes

Dans un billet, Kent Walker, Senior Vice-Président et avocat général de Google, s’est exprimé au sujet de l’accusation d’entrave à la concurrence qui pèse sur son entreprise en Europe. « Google a toujours œuvré pour améliorer ses services, créer de nouvelles façons de fournir de meilleures réponses et afficher plus de publicités utiles », a-t-il avancé.

Après avoir précisé que Google prend très au sérieux les inquiétudes soulevées par la communication des griefs que la Commission Européenne lui a adressé, il explique que « la réponse que nous avons envoyée aujourd’hui montre pourquoi nous pensons que ces allégations sont incorrectes et pourquoi nous pensons que Google accroît le choix des consommateurs Européens et offrent des opportunités d’affaires à des entreprises de toutes tailles ». Dans son billet où il va résumer la position de l’entreprise sur les grandes lignes, il va se concentrer sur les accusations liées à Google Shopping, faisant fi de celles qui concernent Android.

Tout d’abord, il rappelle que la communication des griefs indique que l’affichage des publicités de Google des sites marchands « détourne » le trafic des services de shopping, même si elle n’y apporte pas de preuve. « Notre réponse fournit des preuves et des données pour montrer pourquoi les préoccupations de la communication des griefs ne sont pas fondées. Nous utilisons l'analyse du trafic pour réfuter les accusations selon lesquelles nos affichages publicitaires (…) nuisent à la concurrence en empêchant les agrégateurs d'achat d'atteindre les consommateurs. Les données économiques couvrant plus d'une décennie, un éventail de documents, et les déclarations des plaignants confirment tous que la recherche de produits est extrêmement concurrentielle. Et nous montrons pourquoi la communication des griefs est incorrecte lorsqu’elle omet d'examiner l'impact des principaux services commerciaux comme Amazon et eBay, qui sont les plus grands acteurs de cet espace ».

Il explique que l’univers du service de shopping a vu une énorme progression de son trafic, notamment grâce à Google : « Google a fourni plus de 20 milliards de clics gratuits aux agrégateurs durant cette dernière décennie dans les pays couverts par la communication des griefs, avec un trafic gratuit qui a observé une augmentation de 227% (et le trafic total encore plus) ».

Il ajoute que les habitudes des internautes en termes de recherche, comparaison et achats des produits évoluent rapidement. « Les utilisateurs sur desktop ou dispositifs mobiles veulent parfois aller directement vers les marchands de confiance qui ont établi une présence en ligne ».


Mais le point le plus important est l’attachement à la qualité (la pertinence et l’utilité des résultats de recherches et les publicités affichées par Google). « En fournissant des résultats pour les personnes intéressées par des achats, nous savions que nous devions aller au-delà du modèle démodé "10 liens bleus" pour faire face à nos concurrents et mieux servir nos utilisateurs ainsi que les annonceurs. Nous avons développé de nouvelles façons d'organiser l'information sur les produits et de le présenter aux utilisateurs dans des formats utiles à la recherche et aux annonces. En 2012, dans le cadre de cet effort, en plus de nos annonces traditionnelles, nous avons introduit l'Unité Google Shopping comme étant un nouveau format d'annonce ».

Pour lui, ce format n’est pas anti-concurrentiel, bien au contraire même : « il s’est avéré qu’afficher des publicités basées sur des données structurées fournies par des marchands améliore la qualité de la publicité et facilite la recherche aux consommateurs ».

« Notre moteur de recherche est conçu pour fournir les résultats les plus pertinents et les publicités les plus utiles quelle que soit la requête. Les utilisateurs et les annonceurs en profitent quand cela est bien fait, ainsi que Google. Il en va de notre intérêt de fournir des résultats de grandes qualités et des annonces qui lient les gens à ce qu’ils recherchent. Plus pertinente est l’annonce, mieux elle réussit à connecter les acheteurs potentiels aux vendeurs, plus elle génère de la valeur pour tout le monde ».

La Commission européenne, qui avait accordé un délai supplémentaire à Google pour répondre à la communication des griefs, va donc étudier dans le détail les réponses du numéro un de la recherche.

Source : blog Google
Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - Membre actif http://www.developpez.com
le 28/08/2015 à 5:58
Google n'a plus qu'a payer... A qui ces indemnités? L'amende va sûrement grossir. (que je ne prend pas au sérieux)
Offres d'emploi IT
Investigateur sécurité de l'information h/f
CDI
Société Générale - Ile de France - Paris (75000)
Développeur python django unchained
CDI
Mobiskill - Ile de France - Paris (75000)
Technicien support informatique h/f
CDI
KONICA MINOLTA BUSINESS SOLUTIONS France - Picardie - Glisy (80440)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Responsable bénévole de la rubrique Accueil : le Service Publications -