Developpez.com

Club des développeurs et IT pro
Plus de 4 millions de visiteurs uniques par mois

« L'open-source fonctionne grâce à l'égoïsme »
Pas grâce à l'altruisme, Linus Torvalds ajoute l'importance de la confiance

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Linus Torvald vient de recevoir de l’Académie des Sciences de Finlande le prix Millennium Technology, doté de 600.000 euros, pour l’ensemble de son œuvre sur le noyau Linux. Un noyau qu’il a inventé et qu’il n’a, depuis, jamais cessé de maintenir avec l’aide d’une communauté de plus en plus nombreuse.

Ce prix a été l’occasion pour l’informaticien finlandais (désormais américain) de donner une interview à la BBC. Comme à son habitude, le technique y côtoie la provocation.

Il le concède d’ailleurs lui-même, son tempérament asocial explique en partie un mauvais caractère légendaire. Mais il lui permet également de travailler sérieusement depuis chez lui, entouré de sa famille, sans être distrait de son noyau.

Un noyau plus complexe qui, bien qu’ayant de plus en plus de contributeurs, a créé de nouvelles barrières. Il serait en effet beaucoup plus difficile qu’il y a quinze ans de participer au cœur du projet. « Les gens deviennent vite très nerveux quand quelqu’un qu’ils ne jugent pas comme très expérimenté commence à publier des patch - très complexes - pour le cœur du code, comme par exemple pour le sous-système de virtualisation ». En revanche, pour les couches moins critiques, s’investir resterait chose très facile.

Autre sujet abordé avec la BBC, Linus Torvalds souligne l’importance de la confiance. Ce qui explique qu’il n’ait jamais travaillé pour un éditeur spécialisé dans Linux. Il aurait alors sur le champ été suspecté par les développeurs de « rouler » pour une société et aurait cassé le lien avec la communauté.

Une communauté forte, qui a permis à Linux de percer sur mobile, sur serveur ou dans l'embarqué... mais pas sur desktop. Son créateur voit pourtant une opportunité historique se profiler avec l’arrivée de navigateurs de plus en plus puissants qui remplacent au fur et à mesure les OS sur lesquels ils tournent (comme Chrome et Chrome OS). Ceci étant, la problématique actuelle resterait économique : pour percer, « il faut être préinstallé sur les machines vendues ». Et aucun acteur ne veut, d’après lui, prendre ce risque. « Comprenons-nous bien, je n’ai pas dit que c’était une chose facile », précise Linus Torvalds qui ne jette donc pas la pierre aux constructeurs.

Mais le plus intéressant dans cet entretien avec la chaîne britannique est ailleurs.

Il concerne les motivations profondes qui poussent des communautés entières de développeurs à s’investir, souvent gratuitement, dans Linux.

Question à laquelle Linus Torvalds répond en un mot : le narcissisme.

« Je pense en fait que la vraie idée autour de l’open-source n’est pas d’amener les gens à participer à la création d’un bien commun, c’est de leur permettre à tous d’être "égoistes" […] Je ne vois pas l’open-source comme un truc à la "asseyions nous autour d’un feu de camp pour chanter Kumbaya et rendons le monde meilleur". Non, l’open-source ne fonctionne que si tout le monde contribue pour des raisons égoïstes. Et l’égoïsme ne passe pas nécessairement par l’argent ».

Linus Torvalds s’inclut dans cette explication. Pour lui, faire le premier noyau Linux n’était que la conséquence d’un plaisir - égoïste - de bricoler du hardware, de le comprendre, et de faire tourner une couche de software par-dessus.

Sa motivation pour poster le résultat sur Usenet en 1991 était la même. « C’était simplement une manière de dire "Hé ! Regardez ce que j’ai fait !". Ce n’était définitivement pas en espérant que les gens allaient m’aider dans ce projet ».

De là à dire que Linus Torvalds projette sa manière de fonctionner personnelle sur les autres participants, voici une question que nous vous laisserons trancher.


Shinya Yamanaka et Linus Torvalds, photo de la Technology Academy Finland

Pour la petite (grande ?) histoire, Linus Torvalds a partagé son prix avec le professeur de médecine japonais Shinya Yamanaka, chercheur sur l'induction des cellules souches pluripotentes et la reprogrammation des cellules somatiques.

Source : BBC

Et vous ?

Participez-vous à des projets open-source par "égoïsme" ? Ou pensez-vous que Linus Torvalds projette ses motivations sur les autres développeurs ?

Le libre est-il histoire d’égoïsme ou d'altruisme ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de gb_68 gb_68 - Membre averti http://www.developpez.com
le 19/06/2012 à 9:38
Citation Envoyé par Traroth2  Voir le message
Le libre, c'est justement une pure question d'altruisme

La FSF évoque aussi d'autres motivations que l'altruisme : http://www.gnu.org/philosophy/fs-motives.html
Avatar de AcidLines AcidLines - Membre actif http://www.developpez.com
le 19/06/2012 à 9:51
Je vous rappel que le Bac de Philo c'était hier hein

Mais je pense que chacun aime apporter sa contribution pour obtenir avant tout
une part de gloire personnelle, pour comme Torvalds dire "Regardez ce que j'ai fait!" D'une manière égoiste, avoir chacun sa part du gateau
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Expert éminent http://www.developpez.com
le 19/06/2012 à 10:39
Citation Envoyé par gb_68  Voir le message
La FSF évoque aussi d'autres motivations que l'altruisme : http://www.gnu.org/philosophy/fs-motives.html

Un truc que j'ai entendu personnellement dire par Richard Stallman : "l'open-source, c'est productivité, fiabilité, sécurité, le logiciel libre, c'est liberté, égalité, fraternité". Je trouve que ça résume assez bien la différence de point de vue.

Pour choisir de faire d'une de ses créations un logiciel libre plutôt que n'importe quoi d'autre, comme par exemple un logiciel open-source, il faut forcément une motivation altruiste. Même si ce n'est pas nécessairement la seule motivation.
Avatar de Tryph Tryph - Membre émérite http://www.developpez.com
le 19/06/2012 à 10:57
yo!

je crois qu'il faut différencier la soif de reconnaissance (égocentrisme?) et l'égoïsme.

je m'explique:
faire quelque chose pour répondre à un besoin personnel, c'est normal
le montrer aux autres pour se faire mousser, c'est de la soif de reconnaissance, de l'égocentrisme, de la mégalomanie, etc...
mais ce qui serait égoïste, ça serait de dire "par contre je garde ça pour moi, si vous voulez la même chose, démerdez vous!"

à partir du moment ou on partage notre création, qu'on permet à chacun d'en profiter et même d'y contribuer, je pense pas qu'on puisse encore parler d'égoïsme.

pour moi, la petite phrase soit disant provocante de LT peut aussi être interprétée comme une preuve d'humilité à comprendre comme une volonté de masquer la générosité du partage sous une couche de "je le fais pour me faire plaisir à moi avant tout".

HS: je pense pas que Gandhi a fait ce qu'il a fait pour qu'on lui érige des statues et pour lever des meufs plus facilement x:
Avatar de Teocali Teocali - Membre averti http://www.developpez.com
le 19/06/2012 à 11:06
Perso, en analysant les motivations qui me pousserait à modifier le code source d'un outil, ça serait effectivement une modification égoïste : le logiciel ne me convient pas dans sa forme actuelle, je le modifie pour l'adapter a mon besoin.

Ensuite, la publication de ces modifications serait également motivé principalement par de l’égoïsme. En effet, publier ma modification ne me coûterait rien, mais me permet de m'assurer que les futures versions du logicielle contiennent ma modification, et donc me permet de bénéficier du travail des autres ainsi que de ma modification, sans avoir a adapter sans cesse cette dernière pour la rendre compatible avec les nouvelles version...

Donc en conclusion, et d'un point de vu personnel, je suis assez d'accord avec Mr Torvald.
Avatar de ZiGoM@r ZiGoM@r - Membre averti http://www.developpez.com
le 19/06/2012 à 12:46
L'altruiste pur ne ressent rien après un acte charitable. En effet, satisfaction, fierté, etc.. constitueraient un bénéfice personnel. Qui peut faire un don en ne ressentant strictement rien en conséquence ? Ce n'est pas humain.
L'individualiste ne demande pas l'impossible (l'altruisme pur) mais n'est pas nécessairement égoïste (se croire supérieur ou plus méritant) : la charité ne lui pose aucun problème puisqu'elle répond aux intérêts des deux parties.
Croire que l'altruisme pur est le fondement du Libre, c'est considérer que les individus qui le développent n'en tirent aucun bénéfice et donc aucune satisfaction ou fierté personnelle.
La liberté, c'est avant tout faire ce que l'on veut tant que cela n'empêche personne d'être libre. Qu'importe les intentions ou les bénéfices, seul le résultat compte !
Avatar de troumad troumad - Rédacteur/Modérateur http://www.developpez.com
le 20/06/2012 à 7:33
Citation Envoyé par thierrybenji  Voir le message
Et sinon, il y a 5 ans, on entendait pas dire que vendre un système d’exploitation avec un ordinateur c'était interdit, ou quelque chose comme ça ?

En France, ça lest encore. Mais, chaque pays a ses lois. Ailleurs, je n'en sais rien !

Il est vrai que c'est plaisant d'avoir ses écrits ou programmes utilisés par les autres. On n'a pas l'impression d'être inutile, ça nous valorise ! C'est le côté égoïste de la chose.
Après, il est vrai qu'il faut un peu d'altruisme pour diffuser gratuitement son travail. Mais, ce n'est faisable que si on trouve ailleurs de quoi manger qu'on soit une personne ou une entreprise, ce problème reste le même !
Avatar de babar63 babar63 - Membre actif http://www.developpez.com
le 21/06/2012 à 6:43
Pour lui, faire le premier noyau Linux n’était que la conséquence d’un plaisir - égoïste - de bricoler du hardware, de le comprendre, et de faire tourner une couche de software par-dessus

- plaisir de (Bricoler - Comprendre) = Égoïsme <=

Pour lui, ... peut-être mais je ne suis personnellement pas vraiment d'accord avec ce principe... bricoler, comprendre, c'est surtout apprendre, et la connaissance permet de mieux comprendre le monde dans lequel chacun vit, non? Quel rapport avec l’égoïsme???
Avatar de Freem Freem - Membre émérite http://www.developpez.com
le 21/06/2012 à 10:11
Citation Envoyé par Traroth2  Voir le message
Un truc que j'ai entendu personnellement dire par Richard Stallman : "l'open-source, c'est productivité, fiabilité, sécurité, le logiciel libre, c'est liberté, égalité, fraternité". Je trouve que ça résume assez bien la différence de point de vue.

Pour choisir de faire d'une de ses créations un logiciel libre plutôt que n'importe quoi d'autre, comme par exemple un logiciel open-source, il faut forcément une motivation altruiste. Même si ce n'est pas nécessairement la seule motivation.

Après, quand on regarde l'histoire des licences GNU, il paraît que c'est parti de l'achat par une boîte d'une imprimante avec des pilotes aux sources fermées pour en remplacer une aux pilotes ouverts qui merdait. Le souci étant que quand la nouvelle a merdé, il n'était pas possible de régler le problème soi-même. (ok, c'est une peut-être juste une légende... et je n'arrive plus à retrouver les docs ou j'avais lu ça)

Navré, RS n'est pas non plus un pur altruiste.
J'ai déjà discuté de l'altruisme avec quelqu'un qui a fait des études de philo. Et quand on y réfléchis bien, l'altruisme n'existe pas puisque, comme dis plus haut, les actes d'un altruiste ne lui feraient ni chaud ni froid. Ceux qui se prétendent altruistes ne sont que des hypocrites...

Personnellement, j'ai commencé à refaire un logiciel libre. Ce n'est pas gratuit, puisque, à l'origine, c'était censé me permettre de montrer ce que je sais faire malgré que je n'aie qu'un bac. Et peut-être améliorer mes chances de trouver du boulot dans ce qui me plaît...
Accessoirement, le logiciel en question est un excellent logiciel, mais qui ne fonctionne que sous windows, alors que je n'utilise plus cet OS de façon quotidienne volontairement.
D'autres motivations sont apparues par la suite:
_ amusement a utiliser des techniques que je ne maîtrise pas (opengl, architecture de plugin)
_ reconnaissance des autres (même si je n'ai pas encore sorti de version finalisée, ou même utilisable, les encouragements ne sont pas si rares)

Rien d'altruiste donc, ni dans le commencement, ni dans la poursuite.
Et j'aimerai beaucoup discuter avec quelqu'un qui travaille sur un projet open source sans:
_ y avoir été forcé (par son patron, son école, ...)
_ vouloir utiliser des techniques qu'il ne maîtrise pas, vouloir apprendre
_ utiliser le logiciel en question
_ dire à tout le monde son mail ou refuser de façon catégorique tout mail de remerciement

Et sûrement des choses que j'oublie... J'aimerai beaucoup.
Ce n'est pas parce qu'une action est égoïste qu'elle est mauvaise, c'est quelque chose que les gens oublient très vite. (D'ailleurs, le bien, le mal... c'est très subjectif aussi tout ça)

Je savais pas que DVP donnait dans la philo sinon
Avatar de Guilp Guilp - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 21/06/2012 à 17:53
Citation Envoyé par Freem  Voir le message
...

C'est marrant tout de même cette manière de catégoriser les gens:
Soit t'es altruiste, soit t'es égoïste. Si tu es altruiste dans 95% de tes motivations, mais que tu as 5% d’égoïsme, ça n'est plus de l'altruisme, c'est l’égoïsme qui gagne.

Et pourquoi ne pas faire l'inverse : à partir du moment où un gars a quelques % d'altruisme dans ces motivations, alors il est considéré comme altruiste?

En tout cas, moi, je dirais que ces définitions d'altruisme et égoïsme ne sont pas à considérer dans un mode binaire. Et si je devais faire des généralités sur les gens, je dirais que, de base, tout le monde sur terre est "plutôt" ou "assez" égoïste dans toutes ses motivation, et que pour faire de l'open-source, il faut être aussi "assez" ou "plutôt" altruiste (en plus du fait d'être plutôt ou assez égoïste, ça n'a juste rien à voir).
Avatar de ypicot ypicot - Membre confirmé http://www.developpez.com
le 24/06/2012 à 17:00
Le thème de l'égoïsme contre le collectivisme (et, d'une certaine manière, l'altruisme) est au coeur de l'excellent la source vive (comme d'habitude, le livre est plus complet que son adaptation le rebelle) et le héros explique à la fin pourquoi les égoïstes sont ceux qui font avancer l'humanité.

Pour ceux que cela intéresse, voici la vidéo et une traduction (annoncée comme imparfaite) du discours final (ce n'est pas la traduction de la vidéo, il me semble que c'est le texte du bouquin. Mais comme je n'arrive pas à remettre la main sur celui-ci...)

Yvan
Offres d'emploi IT
Architecte de données (H/F)
Société Générale - Ile de France - Ile de France
Data scientist inspection générale (H/F)
Société Générale - Ile de France - Hauts-de-Seine
Expert sécurité en audit d'applications (H/F)
Société Générale - Ile de France - Val-de-Marne

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil