Google joue la transparence sur les demandes de désindexations
Microsoft numéro 1 des ayants droit concernés

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Les demandes de désindexation de son moteur de recherche se multiplient pour Google.

Ces demandes émanent majoritairement des ayants droit qui souhaitent que les sites qui partagent – illégalement – les contenus dont ils sont les auteurs n’apparaissent plus dans les résultats du moteur.

Chaque semaine, c’est ainsi plus de 250.000 demandes qui sont formulées. Sur un mois, elles concernent 24.000 sites et sont, normalement, exécutées en 11 heures.

Pour comparaison, Google reçoit aujourd’hui plus de demandes en 7 jours que sur la totalité des 12 mois de 2009.

Les responsables du moteur de recherche accèdent à 97% des requêtes mais assurent qu’ils restent très vigilants. Les sites visés par la désindexation sont par exemple prévenus pour pouvoir réagir. Quand cela est possible.

« Dans la mesure du possible et lorsque la loi le permet, nous tentons d'informer les utilisateurs afin de leur donner la possibilité de nous envoyer une notification de contestation en réponse à une demande de suppression liée à des droits d'auteur », explique Google qui admet toutefois que « nous ne connaissons pas nécessairement l’identité des webmasters, […]. Nous pouvons les informer via les Outils Google pour les webmasters s'ils sont inscrits en tant que propriétaires de sites Web. Nous envoyons également une copie des demandes recevables de suppression pour violation des droits d'auteur au site public Chilling Effects que les webmasters peuvent consulter ».

Quant aux demandes abusives (qui visent par exemple à limiter la liberté de critique ou qui entraineraient des concurrences déloyales), elles sont purement et simplement rejetées. Parmi ces 3%, quelques perles comme un grand studio cinématographique américain qui a demandé le retrait de la page IMDb d'un film lui appartenant, ainsi que de la bande-annonce officielle, publiées sur un grand site agréé de services publicitaires.

Autre exemple qui fera bondir les Webmarketeurs, une auto-école du Royaume-Uni a demandé la suppression de la page d'accueil d'un concurrent des résultats de recherche, sous prétexte que le concurrent avait copié une liste alphabétique des villes et des régions où les cours de conduite étaient proposés.

Conscient de la responsabilité que représentent ces démarches, Google a donc décidé de jouer la transparence absolue en ajoutant la liste de ces demandes à son « Transparency Report ». Ce portail agrège le trafic vers les services de Google pays par pays ainsi que les demandes des Gouvernements (renseignements sur un utilisateur, suppression de pages, etc.).

Parmi les titulaires de droits d'auteur les plus concernés, on retrouve sans surprise trois organismes de l’industrie dite « culturelle » (Universal, la RIAA et la British Recorded Music Industry), ainsi qu’un producteur de contenus pornographiques.

Mais le numéro 1 - qui cumule plus de demandes que les 4 autres membres de ce Top 4 (470.000 en 30 jours) - n’a rien à voir avec ces deux domaines. Il s’agit de Microsoft.

Ce n’est certainement pas le but, mais ce « Transparency Report » de Google dresse donc un tableau riche d’enseignements sur ce qui intéresse majoritairement les internautes.

Rapport de Google sur le nombre de demandes de suppression

Source : Google

Et vous ?

Quelles réflexions vous inspire ce rapport ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de pyros pyros - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 30/05/2012 à 17:53
Un très bon moyen de trouver rapidement des sites partageant généreusement leur contenus
Ou quand vouloir faire taire certain leur fait plus de pub qu'autre chose...
Avatar de Sahengette Sahengette - Membre régulier http://www.developpez.com
le 30/05/2012 à 18:12
Exactement, c'est l'effet Streisand
Avatar de nchal nchal - Membre expérimenté http://www.developpez.com
le 30/05/2012 à 19:36
Est-ce qu'il est dit quels sites Microsoft essaie de faire désindexer ? Je vois pas trop, si vous avez des idées.
Avatar de ProgrammeurDotNet ProgrammeurDotNet - Membre du Club http://www.developpez.com
le 30/05/2012 à 21:48
Perso je ne sais pas peut être certains sites illégaux de téléchargement de leurs OS (comme Windows 7) mais au pire ça c'est pas vraiment du domaine de Google vu qu'il y en aura toujours du piratage, hein. Sinon je vois pas trop le reste me semble assez clean quand même.
Avatar de martopioche martopioche - Membre averti http://www.developpez.com
le 30/05/2012 à 23:40
Citation Envoyé par nchal  Voir le message
Est-ce qu'il est dit quels sites Microsoft essaie de faire désindexer ? Je vois pas trop, si vous avez des idées.

Vu ailleurs (mais je n'ai pas le lien sous le coude), il s'agirai de contenus relatifs à la XBox. Bah oui, avant le piratage de Windows, le jeu doit toujours être en tête d'affiche. Par contre, l'article avait aussi levé la petite polémique selon laquelle les références que Microsoft aurai demandé à être retiré de Google se trouveraient encore sous Bing... Ah, cet univers impitoyable...
Avatar de Tibus_29 Tibus_29 - Nouveau Candidat au Club http://www.developpez.com
le 02/06/2012 à 11:23
Est-ce qu'il est dit quels sites Microsoft essaie de faire désindexer ? Je vois pas trop, si vous avez des idées.

En y regardant de plus prêt, la plupart des sites sont des sites de torrent.
Avatar de Pelote2012 Pelote2012 - Membre chevronné http://www.developpez.com
le 11/06/2012 à 10:23
Bonne initiative de faire la transparence, peut-être un peu moins transparent pourrais éviter l'effet pub.
D'un autre côté, seul des personnes averties iront chercher l'info. Monsieur ToutLeMonde se contentera de ce que lui crachera son monteur de recherche.
Pour les personnes plus aguéries, je ne suis pas sûr qu'elles font leurs recherches qu'avec Google. Elles ont leurs sites favoris et font leurs recherches dessus.

Et puis, il y aura toujours des forums pour donner des URL "interrassantes" à visiter
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités http://www.developpez.com
le 28/03/2014 à 20:19
Google Transparency Report : les demandes des autorités ne cessent de croître,
la France second pays le plus demandeur renseignements sur les utilisateurs

Google a mis à jour son Transparency Report pour la neuvième fois. Recevant régulièrement des demandes de renseignements sur des utilisateurs émanant d'administrations et de tribunaux du monde entier, le rapport a pour objectif de divulguer le nombre de demandes reçues de la part de chacune d’elles sur une base semestrielle et moyennant certaines limites.

Pour expliquer la procédure que suit Mountain View une fois les réquisitions judiciaires émanant des États-Unis reçues aux internautes, Google a publié une vidéo au ton humoristique. Regardez vous-même.


L’entreprise affirme que lorsqu'elle reçoit une ordonnance judiciaire émanant d'un juge américain, elle commence par en vérifier la proportionnalité et par s’opposent à celles qui seraient trop vastes à ses yeux. Par la suite elle négocie avec les enquêteurs pour réduire la transmission de données aux seules informations utiles à l'enquête. L’utilisateur est enfin informer que des informations ont été transmises aux autorités judiciaires. « Voilà comment nous répondons aux mandats de perquisitions des Etats-Unis, en travaillant dur pour protéger nos utilisateurs et leur vie privée » explique Google.

Concernant les demandes reçues de par le monde, 27 477 demandes d’accès à des informations de 42 648 comptes ont été formulées par un total de 65 pays entre juillet et décembre 2013, contre seulement 14 201 sur la même période en 2010. En l'espace de quatre ans, les demandes gouvernementales ont augmenté de plus de 120 %. En parallèle l’utilisation des services de Google, et de facto le nombre d’utilisateurs, croit elle aussi au fil des ans.

La France s’offre désormais la médaille d’argent dans le classement des pays les plus demandeur de renseignements sur les utilisateurs, avec 2 750 réquisitions reçues par Google au deuxième semestre 2013. La palme d’or revient aux USA avec 10 574 réquisitions et l’Allemagne ferme le trio de tête avec 2 660 demandes effectuées. Sur cette période, seulement 51 % des demandes ont été satisfaites entièrement ou au moins en partie par le groupe américain, loin derrière les 83 % de requêtes émanant des Etats-Unis.


« Nous examinons chacune des demandes pour nous assurer qu'elle respecte à la fois l'esprit et le texte de la loi, et sommes parfois amenés à refuser de fournir les informations demandées ou à les limiter » explique Google. En d'autres termes 49 % des demandes françaises ne respectaient pas « à la fois l'esprit et le texte de la loi »

Source : blog Google

Et vous ?

Que vous inspire ce rapport ?
Avatar de TiranusKBX TiranusKBX - Membre expert http://www.developpez.com
le 28/03/2014 à 21:17
c'est honteux de ce trouver dans ce trio de tête je trouve
Avatar de Nova Stuff Nova Stuff - Membre régulier http://www.developpez.com
le 31/03/2014 à 17:21
Rapport démontrant encore une fois toute l'hypocrisie de l'autorité de notre pays au vue de leur réaction quand le projet PRISM a été révélé au grand-jour. Enfin c'était quand même bien prévisible...
Offres d'emploi IT
Architecte fonctionnel et applicatif (H/F)
Société Générale - Ile de France - Val-de-Marne
Chef de projet SI confirmé (H/F)
Société Générale - Ile de France - Val-de-Fontenay
Analyste SI-métier (poste également ouvert aux stagiaires, alternants et VIE du groupe)-(H/F)
Société Générale - Ile de France - Val-de-Marne

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil