Il n'y a pas assez de datacenters français
Des professionnels rappellent aux candidats leur potentiel économique et stratégique, en vain ?

Le , par Gordon Fowler, Expert Confirmé Sénior
Dans une lettre ouverte, le Gimelec (Groupement des industries de l'équipement électrique, du contrôle commande et des services associés) et le CESIT (Comité des exploitants de salles informatiques et Télécom) viennent d’interpeller les candidats à l’élection présidentielle sur la place de « la France dans le monde numérique » et sur les infrastructures informatiques du pays.

« La révolution industrielle du XIXème siècle n’a été possible que par la présence d'infrastructure de qualité », écrivent-ils. « Aux gares et trains de la révolution industrielle succèdent aujourd'hui les centres de données et les réseaux Internet et électriques ».

D’après eux, la France ne manque pas d’atouts (des ingénieurs qualifiés, un réseau électrique de qualité, etc.). Mais le pays enregistrerait tout de même un retard qui hypothèque aujourd’hui sa chance de jouer un rôle majeur dans ce nouveau domaine industriel.

Paris n’est par exemple que la quatrième ville européenne en nombre de centres de données derrière Amsterdam, Londres et Francfort. « Le rattrapage du parc de Datacenters du Grand Londres par l’Ile-de-France représenterait un investissement total de deux milliards d'euros ».

Des mesures devraient donc être prises rapidement. D’autant plus que « les centres de données sont aussi un outil de souveraineté en permettant la maîtrise du traitement et du stockage des données de nos entreprises sur notre territoire ». Sans oublier qu’ils sont générateurs d’emplois, directs et indirects, notamment en région.

Quelles mesures ?

Pêle-mêle : une réglementation consolidée, la mise en place d'un cadre d'activité prévisible (simplifier l'accès au foncier, lisser l'évolution des prix énergétiques, faciliter l'accès à l'infrastructure Télécom, etc.), soutenir et accélérer le déploiement de la fibre optique ou créer des formations spécifiques (« le Gimélec s'est rapproché du CNRS en ce sens »).

Les propositions sont lancées.

Pas sûr, en revanche que les candidats français aient suffisamment de culture informatique pour saisir les potentiels économiques et la dimension stratégique de ces Datacenters. Ni même qu'ils connaissent le mot.

Manifeste pour que la France tienne sa place dans un monde numérique (pdf)

Source : L’Usine Nouvelle

Et vous ?

Le candidat ou la candidate pour lequel vous allez voter vous semble-t-il (ou elle) suffisamment au fait de l’informatique et du potentiel économique des datacenters ?

Des centres de données français vous paraissent-ils être une priorité nationale ?

Que pensez-vous de l'analyse et des propositions du Gimelec et du CESIT : pertinente ou volontairement catastrophistes ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Chuck_Norris Chuck_Norris
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 18/04/2012 23:23
Et le premier hébergeur français possède la majorité de ses datacenters français à Roubaix (parce qu'il fait tellement froid là-bas que cela évite d'investir dans de la clim ), or, il ne compte pas là-dedans apparemment car pour ces personnes il semble bien que France = Paris uniquement.
Avatar de ptah35 ptah35
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 19/04/2012 4:05
Il me semble que le problème s'il y en a vraiment un, pourrait venir simplement du fait qu'on ne crée pas un datacenter du néant en disant: tiens, si je faisais un datacenter. Les grands centres existants ne le sont-il pas parce qu'ils ont d'abord grandi pour les besoin d'un application (Amazon, Google, etc.)? Ensuite si par datacenter, on entend "cloud", ce qui fait le cloud aujourd'hui n'a-t-il pas été inventé par les propriétaires des ces grands centres pour facilité la gestion de leurs applications? Microsoft avec Azure a sans doute pris le train en marche mais disposait déjà de datacenters imposants, avait les compétences nécessaires pour en créer d'autres, et les resources nécessaires pour le faire.

Si aujourd'hui, un nouvel acteur veut avoir une offre concurrente, il ne peut pas partir "petit" sans quoi il passerait inaperçu, mais il ne pas partir "grand" sans avoir de très gros moyen (et pas seulement financiers). Je comprends donc que de l'argent publique soit peut-être nécessaire, mais je pense que tout comme d'autres projets d'envergures, la solution n'est peut-être pas franco-française.

En outre, on peut bien avoir à redire sur certaines lois étasuniennes, mais ce n'est pas de la faute des acteurs précités si le gouvernement étasunien à un droit de vie et de mort sur les données qui se trouvent sur leurs serveurs et il semble que ces lois les ennuient autant que nous. Google semble vouloir tout faire pour s'en affranchir.
Avatar de Ermite Chevelu Ermite Chevelu
http://www.developpez.com
Candidat au titre de Membre du Club
le 19/04/2012 9:01
Je rejoins les avis de Chuck_Norris et AppMaestro.
Qui ce plaint du manque de datacenter, et de leurs localisation ?
Je remarque d'ailleurs qu'OVH (qui est il me semble le 1er hébergeur européen) ne fait visiblement parti ni du Gimelec, ni du CESIT... par contre chez le second on retrouve des gens de chez Orange, SFR, ou Bull entre autre...
Il semble que ce soit toujours les même qui se plaignent ^^
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 19/04/2012 9:47
Citation Envoyé par teddyalbina  Voir le message
Les politiques s'en f****** de l'informatique et tant mieux, il ne faut surtout pas que ces boulets incompétents s'en occupent. Sinon la catastrophe sera de la même ampleur que dans le reste de l'organisation de l'état.

Par exemple il n'y a qu'a voir hadopi.

Ces boulets, incompétents chronique ne doivent pas s'y intéresser arrêter de leur poser des questions sur le sujet. Ils faut les laisser dans leur coin.

Ca c'est bien stupide...
Si les hommes politiques n'y connaissent rien, ca entraine l’embauche de consultant, bien souvent issue des grandes entreprises partenaires de l'état ou ayant une visibilité.

Au contraire, il faut encourager les hommes politiques a apprendre, avec toute l'humilité que le statut d'apprenant implique, les atouts et les defauts de l'informatique.

Cela peut être un formidable outil, comme un moyen ultra efficace de détruire la démocratie. Il faut donc absoluement que les politiques maitrisent ces outils.

PS : Francois bayrou traine pas mal sur le net d'après ce que j'avais lu. On retrouve des discussions de lui un peu partout, il semble qu'il aime se ballader.
Avatar de Bousk Bousk
http://www.developpez.com
Modérateur
le 19/04/2012 10:44
L'article met le doigt sur le problème du nombre de datacenter, mais à vrai dire je pense que c'est tout ce qui est lié à l'informatique dont on manque et où nous sommes en retard.
Avatar de laerne laerne
http://www.developpez.com
Membre éprouvé
le 19/04/2012 13:01
Et quand bien même les dernières lois américaines devraient provoquer des rapatriements de données en Europe.

… mais probablement pas en France. On échappe pas au futur SOPA/PIPA/CISPA pour retomber sur LOPPSI …
Avatar de kolodz kolodz
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 19/04/2012 23:36
Citation Envoyé par pmithrandir  Voir le message
...
Au contraire, il faut encourager les hommes politiques a apprendre, avec toute l'humilité que le statut d'apprenant implique, les atouts et les defauts de l'informatique.

Cela peut être un formidable outil, comme un moyen ultra efficace de détruire la démocratie. Il faut donc absoluement que les politiques maitrisent ces outils.
...

C'est quitte ou double...
Je préfère ne pas jouer à pile ou face avec la démocratie.

Pour les datacentres, je ne fait pas trop de soucie. Le plus important c'est de savoir ce qu'on va stocker dans ces datacenters...
Avatar de pmithrandir pmithrandir
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 20/04/2012 9:18
A mon avis, l'absence d'instruction ne peut conduire a terme qu'a mettre en place des outils néfastes à la démocratie.

En effet, quand on regarde l'idée de base, ca donne :
- On a un outil plus simple pour trouver un malfaiteur.

Quand on connait le fonctionnement c'est :
- j'ai une BDD qui me permet de faire un JOIN sans trop de soucis avec d'autres datas.
- J'ai des informations que je vais devoir sécuriser.
- Les informations sont indestructible, donc on ne peut pas revenir en arrière.

C'est bien le fait d'avoir de l’éducation qui fait que l'on va comprendre plus les dangers afférents à une technologie.

Actuellement, cela ne m'étonnerait pas que les spécialistes soient mandatés par les grandes sociétés pour défendre leurs intérêts.
Construire une gigantesque base de donnée, c'est s mettre quelques millions dans la poche. Que cette base serve a de mauvaises chose, rien a faire.

De ce point de vue, je pense que les sociétés sont bien plus avides d'argent que les politiciens.
Avatar de ernestrenan ernestrenan
http://www.developpez.com
Membre du Club
le 24/04/2012 14:42
Ce serait très bien que les administrations donnent le pas et se dotent d'un vrai SI (puis ça faciliterait la vie du citoyen lambda). Le mec qui propose un truc comme ça je vote direct pour lui
Avatar de sybil sybil
http://www.developpez.com
Inactif
le 25/04/2012 19:05
par contre des chômeurs français il y en a beaucoup
Avatar de deathness deathness
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 27/04/2012 14:59
Citation Envoyé par pmithrandir  Voir le message
De ce point de vue, je pense que les sociétés sont bien plus avides d'argent que les politiciens.

Le politicien ne veut pas l'argent mais le pouvoir!
Offres d'emploi IT
Administrateur unix n3
Intérim
Kobaltt - Aquitaine - Bordeaux (33000)
Parue le 01/09/2014
Consultant informatique réseau (H/F)
CDI
Vocalcom - Ile de France - Paris (75017)
Parue le 27/09/2014
Technical Architect
CDI
Eurofins - Luxembourg - Luxembourg
Parue le 10/09/2014

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
 
 
 
 
Partenaires

PlanetHoster
Ikoula