Developpez.com

Plus de 2 000 forums
et jusqu'à 5 000 nouveaux messages par jour

Pôle Emploi relativise les "supposées pénuries de main-d'oeuvre" dans l'IT
Invoquées par les employeurs et les SSII

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Le moins que l’on puisse dire c’est que Pôle Emploi n’y va pas par quatre chemins. Dans un rapport publié aujourd’hui, l’agence met en effet en doute que le secteur IT connaisse véritablement une "pénurie de main-d’œuvre".

En fait, l’informatique serait particulièrement sensible aux variations conjoncturelles. En période de ralentissement ou de récession les SSII jouent un rôle d’amortisseur, mais la rançon de ce mode de gestion de l’emploi "très focalisé sur le court terme" serait peu propice à répondre aux besoins en période de reprise.

Pour Pôle Emploi, les donneurs d’ordres, souvent focalisé sur la satisfaction de leurs besoins immédiats, pourvoient de plus en plus leurs propres postes en faisant appel aux personnels des sociétés de service détachés. Ils investiraient donc moins dans une gestion des compétences à moyen et long terme. Or, les données disponibles sur une longue période tendraient à prouver que "ce mode de gestion implique en retour des difficultés à trouver des candidats lorsque ces besoins s’accroissent".

Pôle Emploi ne met pas en doute la progression continue des embauches dans le domaine, mais il relativise également fortement les tensions sur le marché dans son ensemble.

A la conjoncture, l’agence ajoute que l’informatique est un domaine très varié et mal défini. Ce qui n’est pas sans conséquence sur les chiffres.

"Les sept emplois-métiers spécifiques distingués par le Répertoire opérationnel des métiers et emploi (ROME) de Pôle emploi regroupent à eux seuls plus de deux cents appellations", note le rapport. A cela s’ajoute le fait que le périmètre de l’IT et les compétences demandées évoluent en permanence (e-commerce, Cloud Computing, etc.).

Résultat, "des divergences dans les volumes d’emplois invoqués, selon que l’on s’en tient à une prise en compte des seuls spécialistes, ou que l’on adopte une approche plus extensive( télécommunications, Internet, numérisation, multimédia)".

Mais la "pénurie supposée" serait surtout la conséquence de l’importance de la place prise par les SSII et aux conditions de travail dans celles-ci.

"On peut voir dans les difficultés de recrutement que peuvent rencontrer les SSII l’effet des amples fluctuations qui gouvernent la recherche de candidats, d’une gestion de l’emploi happée par le court terme [...] et comme la conséquence d’une faible attractivité des emplois proposés, qui encourage un important turn over, lequel implique à son tour, à plus ou moins brève échéance, la recherche de nouvelles compétences et de profils expérimentés", écrit l’agence.

Une analyse qui va dans le sens de celle de M. Zune (auteur de "De la pénurie à la mobilité: le marché du travail des informaticiens"). Pour lui, c’est dans les SSII que l’on observe les taux d’ancienneté les plus faibles (inférieurs à neuf ans), la moyenne d’âge la plus basse (32-33 ans), des taux de promotion interne les plus bas ainsi que des taux de recrutement et de départ les plus élevés.

Deux chiffres résumeraient tout. En France, 77 % des jeunes diplômés en informatique débuteraient leur vie professionnelle dans une SSII. Mais seul 1 % de l’effectif de ces SSII quitterait l’entreprise pour cause de départ à la retraite (contre 10,4 % en moyenne).


Trop "court-termiste", trop de turn-over, trop de délégation de responsabilité aux SSII, Pôle Emploi ne s'arrête pas là. Il remet également en cause l’optimisme des observateurs du secteur. Notamment les perspectives très positives du précédent exercice de "Prospective des Métiers et des qualifications", conduit par le Centre d’Analyse Stratégique et la Dares.

Ce rapport anticipait une nette croissance du nombre des postes à pourvoir à l’horizon 2015, et surtout des créations nettes d’emplois. Une analyse qui, d’après Pôle Emploi, ne pendrait pas suffisamment en compte le développement de la mondialisation "et le développement d’une informatique off-shore qui s’est fortement implantée dans le sous-continent indien, et qui se déploie aujourd’hui en Chine".

Là encore, les SSII auraient leur part de responsabilité. "Ce développement est largement porté par les grandes SSII – qu’il s’agisse de recours à des sous-traitants, de créations de filiales, de rachats-acquisitions ou de construction de réseaux d’alliance", écrit l’agence qui n’oublie pas pour autant qu’"il est aussi fortement encouragé par les donneurs d’ordres, qui y voient une opportunité pour la compression de leurs coûts".

Ce mouvement off-shore prendrait d’autant plus d’importance qu’il bénéficie du fait que la production à distance de services informatiques n’exige pas de délocalisation formelle, comme c’est le cas dans des secteurs industriels.

Au delà de ces pénuries plus ou moins réelles, c’est surtout le manque de gestion des compétences et de vision stratégique à long terme qui inquiètent Pôle Emploi dans un secteur que pourtant "divers observateurs et acteurs – dont la Commission européenne – regardent comme hautement stratégique" pour le futur.

Un secteur qui, pour l’agence, préparerait bien mal son avenir du point de vue des ressources humaines.

Source : "Les métiers de l’informatique : un domaine professionnel très sensible aux évolutions conjoncturelles" (PDF)

Et vous ?

Etes-vous d’accord avec l’analyse de Pôle Emploi sur les "supposées pénuries de main-d’œuvre" ?
D’après vous le secteur IT français est-il trop "court-termiste" ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de xelab xelab - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 03/01/2012 à 12:17
Citation Envoyé par Nachalnikov  Voir le message
La vie n'est pas plus facile dans les autres corps de métiers.

Mais personne n'a dit le contraire. Et une fois qu'on a dit ça, à part rendre les gens apathiques (puisque c'est pire ou pareil ailleurs, pourquoi vouloir changer les choses?), ça ne fait pas progresser le schmilblick.
Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert confirmé http://www.developpez.com
le 03/01/2012 à 13:05
D'accord avec toi sur le fond, "Nachalnikov", mais aussi d'accord avec l'objet de ce fil et la conclusion de pôle emploi = Les SSII sont en train de couper la branche sur laquelle ils sont installés.

Et rester 11 ans dans une boite avec comme seule perspective : La diminution du pouvoir d'achat ... il y a quand même plus motivant.
Avatar de Nachalnikov Nachalnikov - Membre confirmé http://www.developpez.com
le 03/01/2012 à 15:46
Citation Envoyé par xelab  Voir le message
Mais personne n'a dit le contraire. Et une fois qu'on a dit ça, à part rendre les gens apathiques (puisque c'est pire ou pareil ailleurs, pourquoi vouloir changer les choses?), ça ne fait pas progresser le schmilblick.

On est bien d'accord. Seulement, je ne vois pas comment faire progresser le schmilblick. Tout ceci est inhérent à notre société et à ceux qui la composent : les humains. Après, on peut élargir le débat et s'interroger sur notre modèle de société, mais je ne suis pas sûr que ce forum (et ce sujet) soient les plus adaptés pour discuter des thèses marxistes ou anarchistes. Mais je partage naturellement les regrets exprimés sur ce thread.

Citation Envoyé par Pierre GIRARD  Voir le message
Et rester 11 ans dans une boite avec comme seule perspective : La diminution du pouvoir d'achat ... il y a quand même plus motivant.

Bien sûr. Simplement j'ai vu que tu partais bientôt en retraite dans un autre message. L'idée était simplement de dire qu'il ne fallait pas quitter le métier dégouté. L'herbe n'est pas plus verte à côté. Tu vas bientôt tourner la page et je pense que ce sera l'occasion d'un bon bilan, qu'il faudra faire sans regrets excessifs, pour entamer plus sereinement cette nouvelle étape

Edit : Je viens de lire ta réponse. Plutôt que de polluer le forum, je fais ce petit Edit pour te féliciter et te souhaiter de bien en profiter
Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert confirmé http://www.developpez.com
le 03/01/2012 à 17:38
Ça-y-est, je suis en retraite, et je peux dire que ma dernière mission importante était passionnante, du coup, je suis parti en retraite comblé, mais grâce au client, pas grâce à l'employeur lui-même.

La mission précédente était une mission de merde et je me suis débrouillé à laisser la place à un jeune. Mais même si ça pouvait passer pour un cadeau pour lui, j'avais quand même l'impression de lui glisser une peau de banane sous les pattes.

Le métier peut-être intéressant et apporter beaucoup de satisfaction, mais parce que l'on tombe sur une mission intéressante et un client qui nous laisse les mains libres dans notre travail. Mais ça, le vendeur de la SSII n'y est vraiment pour rien.

Et même si le client et moi on se quitte en excellent terme et avec de bons souvenirs ... N'empêche que ça se solde par 0% d'augmentation en 3 ans, donc une perte nette en terme de pouvoir d'achat.

Mais, c'est pas à moi de faire ce genre de négociassions c'est au vendeur de le faire. Et comme ces vendeurs n'ont pas de coui..es, ils n'osent même pas défendre la cause des mecs qui sont sur le terrain de peur de perdre leur précieux marché. Et dans mon cas, si il n'avait demandé que 10% d'augmentation, ça serait déjà passé mieux qu'une lettre à la poste.
Avatar de nfluch nfluch - Membre éclairé http://www.developpez.com
le 03/01/2012 à 18:42
Citation Envoyé par Pierre GIRARD  Voir le message
Ça-y-est, je suis en retraite

et bien tu as de la chance
profites en bien !
en tout cas essaye de prendre des vacances loin de l'europe
-> avec la news que je viens de lire sur le volcan allemand, si jamais il se réveille ça va être torride
Avatar de - http://www.developpez.com
le 03/01/2012 à 23:51
Enfin bon, juste pour dire que les SSII ne me semblent pas moins (ni plus) intègres et humaines que les autres entreprises

Oh si, ca fait pas l'ombre d'un doute... même s'il ne faut pas généraliser évidemment.

et que nous aurions tort de nous considérer comme les damnés du monde professionnel.

Il faut comparer ce qui est comparable, c'est à dire les informaticiens aux autres cadres : eh bien je pense que sur bon nombre d'aspects (salaires, conditions de travail, employeurs, carrière...etc), les informaticiens des SSII sont clairement une catégorie inférieure de cadres...
Avatar de drdub79 drdub79 - Futur Membre du Club http://www.developpez.com
le 04/01/2012 à 14:21
Citation Envoyé par la drogue c'est mal  Voir le message
ca c'est le boulot du MOA et non du développeur

la MOA recueille le besoin métier, rédige une spec fonctionnelle et la moe le code

si tu ne sais pas ca, soit tu sors de l'école, soit tu as travaillé dans des petites structures

S'il y a bien une abération c'est la dissociation du métier de l'informatique moi j'ai toujours milité pour la double compétence l'informaticien "pure" est un irresponsable en puissance. Donc contrairement aux stakanovistes qui aboutissent d'une manière ultime et définitive aux echecs et gaspillages que d'aucun découvrent avec des grands cris d'orfraies "écolo-durable", je suis pour la responsabilisation et non à son asservissement on est donc "programmeur de gestion" ou dans l'industrie ou intégrateur banque etc... et sur mon expérience ... j'ai travaillé dans beaucoup de structures petites, moyennes, grandes... quand les gens ne comprennent pas ce qu'on leur demande... on obtient ce que l'on ne comprend pas autrement dit les bofs... ç a fou la grouille mon fils et je préfére un programmeur moyen qui s'interesse qu'un expert blazé (faut repasser derrière en maintenance en plus !)
Avatar de el_slapper el_slapper - Expert éminent sénior http://www.developpez.com
le 04/01/2012 à 15:04
Même si il y a des MOA, pouvoir les comprendre nécéssite souvent un minimum de vocabulaire commun. Donc de connaissance métier. Je n'ai pas le niveau pour déterminer les ciblages marketing à faire(mon projet actuel), mais si je ne comprends même pas ce que c'est qu'un ciblage, j'aurais du mal à le mettre en place techniquement.

Après, les MOA vont me dire "il faut absolument une règle différente pour gérer les ciblages professionels sur des clients privés". Certes. Mais si je ne comprends déjà pas la règle actuelle autrement que par un algorithme sans tête, je vais vraisemblablement commettre des horreurs sans même les comprendre. Si par contre j'ai bien compris le pourquoi de cette petite différence, alors le risque d'erreur(de compréhension, pas de codage) de ma part est bien plus faible.

Je n'ai rien contre la dichotomie MOE/MOA. Juste, je prétends que connaitre le métier de l'autre, c'est un gros, gros plus pour le résultat. Si la MOA m'impose 4 formats différents pour passer 4 fois les mêmes données, et qu'elle s'arqueboute sur ses positions "parceque c'est pas les mêmes flux", j'ai un gros problème d'urbanisme. De même, si je m'arqueboute à faire le ciblage comme ça m'arrange(pour le coder plus facilement) et non pas comme ça devrait être fait d'un point de vue métier, on a un gros problème aussi.

drdub79 s'est fait plomber sur sa réponse(peut-être une question d'orthographe, difficille de percevoir les motivations des votants), mais sur le fond je le soutiens : quand on ne comprend pas ce qu'on fait, on fait de la mélasse. Il suffit d'une virgule de travers dans la spec, et tout part de travers sans qu'on s'en rende compte. Alors que si on a réellement compris le besoin métier, on verra tout de suite qu'on a un problème.
Avatar de Mat.M Mat.M - Expert éminent sénior http://www.developpez.com
le 16/01/2012 à 21:28
Citation Envoyé par MiaowZedong  Voir le message
Or à partir de l'age adulte la capacité à apprendre décroit progressivement, cela depend bien sur de l'individu mais beaucoup d'informaticiens se retrouveront un jour incapables d'apprendre le nouveau langage ou la nouvelle techno dont ils ont besoin.

question :est ce que tu est capable de me donner la dérivée d'une fonction en quelques minutes si je te donne l'énoncé de cette fonction ?
Ou bien me dire en 2 mots en quoi consiste le théorème de l'énergie cinétique ,sans regarder dans Wikipedia ?
J'ai demandé à un collègue qui fait encore des études en quoi consister le théorème de l'énergie cinétique il n'a pas été capable de me donner une réponse.
Alors que j'ai étudié cela il y a longtemps et que je m'en souviens encore parfaitement...
Avatar de Zgh Zgh - Futur Membre du Club http://www.developpez.com
le 10/05/2012 à 20:19
Citation Envoyé par la drogue c'est mal  Voir le message
ca c'est le boulot du MOA et non du développeur

la MOA recueille le besoin métier, rédige une spec fonctionnelle et la moe le code

si tu ne sais pas ca, soit tu sors de l'école, soit tu as travaillé dans des petites structures

Soit il est sorti de la désastreuse opposition MOA/MOE, du cycle en V et d'autres méthodes d'un autre temps
Avatar de B.AF B.AF - Membre chevronné http://www.developpez.com
le 22/06/2012 à 15:08
Les concepts de MOA / MOE ça n'existe que dans quelques entreprises en France (les grosses pour ne pas les citer) et sont d'un archaïsme violent. C'est à dire qu'un développeur qui a déjà produit une application (même si le formalisme n'était pas nécessairement au top) vs celui qui me dit 'ça c le job d'un moa, ça c le job d'un testeur' et bien j'en pense qu'il y en a un dont le métier et le développement et l'autre c'est un programmeur. Et entre les deux, il y a un monde !
Offres d'emploi IT
Analyste de test H/F
Sogeti - Bourgogne - Dijon (21000)
Consultant gouvernance SI
Consultake - Ile de France - Levallois-Perret (92300)
Ingénieur développement h/f
Sunnyphone - Ile de France - Massy (91300)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil