Amazon Web Services promet de baisser ses prix en 2012
Entretien avec Matt Wood, Technology Evangelist EMEA chez Amazon

Les rubriques (actu, forums, tutos) de Développez
Tags
Réseaux sociaux




Sur le même sujet
Le , par Gordon Fowler, Expert Confirmé Sénior
Les Cloud dédiés aux développeurs se multiplient. Ils mettent tous en avant les mêmes avantages : flexibilité, facturation à la demande, gestion externalisée de l’infrastructure, et aujourd’hui simplification des outils d’administration.

Après avoir interviewé Laurent Lesaicherre, le responsable chez Microsoft France de la plateforme Windows Azure, il nous est apparu intéressant de continuer ce tour d’horizon du marché avec un de ses précurseurs : Amazon.

Il y a maintenant cinq ans, le marchand en ligne a ouvert son infrastructure gigantesque aux développeurs pour diversifier ses activités. Amazon Web Services était né. Qu’est devenu cette offre cinq ans plus tard ? Que nous réserve Amazon pour l’avenir ? Et comment Amazon essaye-t-il de convaincre les développeurs de choisir sa plateforme plutôt que Windows Azure ou Google App Engine ?

Autant de questions que nous avons posées à Matt Wood, Technology Evangelist EMEA chez Amazon UK dans l'entretien qu'il a accordé à Developpez.com


Matt Wood, image internetdagarna.se

Developpez.com : Pouvez-vous nous présenter Amazon Web Services en quelques mots ?

Matt Wood : Amazon Web Services fournit une infrastructure informatique hautement évolutive qui permet aux organisations du monde entier de bénéficier de la puissance de calcul, du stockage et d'autres services directement dans le Cloud.

Ces services sont disponibles à la demande. Un client n'a pas besoin de penser à les contrôler, à les maintenir ou même à se préoccuper de là où ils sont hébergés. Les clients accèdent aux services quand ils en ont besoin et ne payent que ce qu'ils utilisent.

Un des principaux avantages d’AWS c'est de permettre aux entreprises de toutes les tailles de se concentrer sur les facteurs de différenciation de leur société. Elles peuvent passer beaucoup moins de temps à s’occuper d'infrastructure et se concentrer sur leurs affaires.

Developpez.com : Pourquoi AWS répond-il au besoin des développeurs ? Et pourquoi, d’après vous, votre plate-forme y répond-elle mieux que les autres solutions du marché ?

Matt Wood : Les services que AWS propose sont fondée sur notre propre infrastructure back-end. Nous avons mis plus de dix ans à la construire pour en faire une des plus fiables et des plus évolutives, et avec le meilleur rapport qualité-prix au monde. AWS donne les clés de cette infrastructure à tous les développeurs pour qu’il puissent lancer ou faire avancer leurs projets.

Cela peut permettre à n'importe quelle entreprise de réussir aussi bien que des acteurs majeurs d'Internet, comme Amazon.com. Elles n'ont plus à débourser la somme énorme qu'elles auraient dû payer par le passé pour bâtir et maintenir une infrastructure aussi fiable, sécurisée et évolutive que celle que nous proposons.

D'ailleurs des entreprises aussi différentes que des start-up et des grands groupes utilisent AWS. Nous avons des centaines de milliers de développeurs enregistrés dans plus de 190 pays. Nos clients sont aussi bien des PME à la croissance rapide, comme Playfish ou Zynga, que des grands organismes comme le New York Times, le NASDAQ, la NASA, Bankinter (NDR : une des plus grandes banques d'Espagne), l'aéroport de Nuremberg ou la SNCF. Une autre preuve de la qualité de nos services, nous avons des partenaires prestigieux comme Red Hat, Oracle, SAP, IBM, SalesForce.com ou Capgemini.

Developpez.com : AWS est effectivement un succès indéniable et vos références sont nombreuses, mais pourquoi vos clients vous choisissent-ils ?

Matt Wood : Nos clients nous disent qu'ils veulent de la flexibilité pour construire leurs applications. C’est donc un domaine sur lequel nous avons beaucoup fait porter nos efforts. Par exemple, les développeurs ne sont pas obligés d'utiliser notre gamme complète de services. Ils peuvent choisir de n’utiliser que notre infrastructure ou alors l'ensemble de nos outils. C'est leur choix le plus légitime.

Autre exemple, les développeurs ne sont pas limités à des capacités fixes d’espace de stockage, de bande passante, ou de calcul. Ils utilisent ce dont ils ont besoin et ne payent que ce qu'ils utilisent.

Et puis les développeurs peuvent utiliser AWS pour pratiquement tout ! Des applications 100 % Web, du batch processing (NDR : traitement par lots) ou simplement du stockage.



Developpez.com : Vous venez d'aborder la question de la tarification. Pouvez-vous concrètement nous rappeler comment vous facturez vos service aux développeurs ?

Matt Wood : AWS s’appuie sur modèle "pay as you go". Ce qui signifie que les développeurs et les entreprises ne paient rien d'avance. Ils ne payent que pour les ressources consommées, a posteriori. Ceci aide d’ailleurs les sociétés à transformer leurs dépenses en investissements opérationnels. En plus de cela, AWS propose une gamme d'options de tarification qui permet de s’adapter aux budgets des clients et à leurs business models.

Developpez.com : Pouvez-vous nous expliquer cette gamme d'options ?

Matt Wood : Oui, par exemple pour les instances, avec Amazon EC2 nous proposons trois options : On-Demand, Reserved et Spot.

Les instances "On-Demand" permettent aux clients de payer à l'heure pour la capacité de calcul dont ils en ont besoin, sans engagements à long terme.

Les instances "Réservés", elles, donnent au client la possibilité de faire des premiers versements modestes, un par instance qu'il souhaite "réserver". En contrepartie, il reçoit un rabais important sur les frais horaire d’utilisation de ces instances.

Enfin, les "Instances Spot" permettent aux clients de faire une offre sur la capacité non utilisée d’Amazon EC2 et d’exécuter ces instances aussi longtemps que leur offre dépasse le prix spot actuel. Le prix spot change périodiquement en fonction de l’offre et de la demande. Les clients dont les offres répondent ou dépassent ce prix peuvent accéder aux instances spot disponibles. Ces instances sont complémentaires des instances "à la demande" et des instances "réservées". Elles fournissent une autre option pour obtenir de la capacité de calcul. Pour les clients qui peuvent exécuter leurs applications de manière flexible, les instances spot peuvent considérablement réduire leurs coûts Amazon EC2.

Developpez.com : Au delà de cette facturation, que diriez-vous aux développeurs qui vous demanderaient "Pourquoi choisir Amazon" ?

Matt Wood : Nous avons appris, alors que notre offre a considérablement évolué au cours des dernières années, qu’il y a toujours beaucoup d’innovations et de choses à inventer. Les entreprises et les développeurs vont vouloir travailler avec des fournisseurs de Cloud qui non seulement les écoutent, mais qui sont aussi agiles, et souples et capables d'innover en continu et de mettre en place rapidement de nouvelles solutions.

Si vous regardez ce que l'équipe d’AWS a sorti rien que l’année dernière, vous verrez que nous avançons très rapidement et avec une très haute exigence de qualité pour donner aux développeurs les outils dont ils ont besoin pour construire des applications toujours plus évolutives et plus flexibles.

Developpez.com : Justement, quels types de développeurs cible AWS ? Et au delà quelles technologies (Java, .NET, etc.) supporte votre plateforme ?

Matt Wood : Comme je vous l'ai dit, AWS veut donner de la flexibilité aux développeurs.

Les développeurs peuvent choisir n'importe quel langage de programmation et pratiquement n'importe quel système d'exploitation. Nous avons neuf OS différents sur EC2 et nous supportons de nombreux langages de programmation tels que Java, .NET, Ruby, PHP ou Python... pour n’en citer que quelques uns.

Pour aider les dévloppeurs à construire des applications comme ils le veulent, nous proposons également des bibliothèques de code, de nombreux kits de développement logiciel, des API, des outils en ligne de commande, des outils pour Eclipse ou Visual Studio, et la console de gestion d’Amazon.



Developpez.com : Certains développeurs, pour des raisons juridiques, ont besoin de savoir où sont stockées leurs données et leus applications (parce que leurs clients veulent être soumis à la loi européenne par exemple). Avec AWS, est-il possible de choisir un centre de données particuliers dans une zone géographique précise ?

Matt Wood : Nos clients ont un contrôle absolu sur leurs données. Ce sont les leurs, pas les nôtres ! Ils choisissent à quel endroit elles doivent être stockées et elles n'en bougent plus. Sauf bien sûr si le client le demande.

Il est également important de souligner que nos clients peuvent choisir de chiffrer leurs données, notamment pour les plus sensibles, dans le cadre d'un processus standard. Chiffrer les données les rend inutilisables sans la clé.

Mais que nos clients choisissent ou non le chiffrement, nous n'avons jamais regardé les données que nous stockons.

Developpez.com : A propos d'AWS en tant que tel, quels sont ses principaux domaines d'application (sites web, applications mobiles, HPC, autres) ?

Matt Wood : C’est très varié. Par exemple, en France, des start-ups comme la société spécialisée dans les jeux “sociaux” Weka Entertainment ou Visiware utilisent AWS.

Visiware a développé une plate-forme, PlayAlong, qui permet en simultané à des centaines de milliers de téléspectateurs de jouer à des jeux en ligne en rapport avec des émissions diffusées en direct, que ce soit avec leurs ordinateurs, leurs tablettes ou leurs smartphones. PlayAlong apporte un élément interactif à la télévision. C’est ce que certains appellent la SocialTV. Cela donne l'occasion au public de participer à des émissions de télévision en temps réel. Et bien PlayAlong est construit à 100% sur AWS. La nature "à la demande" d'AWS permet à Visiware d’augmenter ses ressources technologiques quand il en a besoin, pendant les émissions, et de les baisser le reste du temps. Au final Visiware ne paie que les ressources utilisées.

À l'autre extrémité de l'échelle des entreprises, je pourrais citer Voyages-SNCF ou les Pages Jaunes dans nos clients français qui utilisent AWS.

Les Pages Jaunes ont choisi AWS pour leur service UrbanDive. UrbanDive permet aux utilisateurs de s’immerger et d'explorer plus de 150 villes françaises via une application intercative en 3D. Avec un tel service, très riche en fonctionnalités et sans aucun moyen de prédire le trafic, les Pages Jaunes ont choisi AWS pour l'évolutivité et la flexibilité de notre plateforme. Pour les Pages Jaunes cela a surtout signifié qu’ils n’ont pas eu à investir dans une nouvelle infrastructure pour UrbanDive et que, là encore, ils peuvent adapter leurs ressources en fonction des besoins.

Permettez moi de citer un dernier exemple français pour illustrer la diversité des usages de AWS. Nous comptons également parmi nos clients un éditeur de logiciels traditionnels comme Dassault Systemes. Dassault Systemes est un leader mondial dans la Conception Assistée par Ordinateur (CAO) et dans la gestion des cycles de vie (Product Lifecycle Management ou PLM). En juin dernier Dassault a choisi AWS pour mettre ses logiciels dans le Cloud. Nous leur avons permis de profiter des différentes localisations géographiques de nos serveurs pour distribuer leur nouveau logiciel V6 partout dans le monde. Ce choix a permis de réduire le temps et l'énergie nécessaires aux clients et aux partenaires lorsqu’ils travaillent ensemble pendant le processus de conception.



Developpez.com : Plus largement, quel bilan tirez-vous de de cette année 2011 pour AWS ?

Matt Wood : 2011 a encore été une année très riche en nouveautés pour nos clients.

En réponse à leurs demandes, nous avons étendu la disponibilité d’AWS à deux nouvelles régions. Nous avons également lancé un certain nombre de nouveaux services pour les développeurs et pour aider les entreprises à tirer au mieux partie du Cloud Computing. Un de ces nouveaux services, a été AWS Elastic Beanstalk que nous avons lancé en janvier.

Elastic Beanstalk est un moyen facile pour les développeurs de déployer rapidement et de gérer des applications dans notre Cloud. Elastic Beanstalk s'occupe automatiquement des détails du déploiement (mise en service de capacité, répartition de charge, auto-scaling, surveillance de l'état de l'application) mais en même temps, les développeurs gardent le contrôle complet sur les ressources AWS qui alimentent leur application. A tout moment, ils peuvent accéder aux ressources sous-jacentes.

En 2011, nous avons également baissé quatre fois nos prix, avec par exemple une nouvelle tarification pour les transferts de données qui fait que depuis le 1er juillet, tout le trafic entrant est gratuit. (NDR : toutes les fonctionnalités lancées en 2011 sont listées sur cette page).

Developpez.com : Et pour 2012, quels sont vos objectifs pour l’année prochaine ? Que préparez-vous aux développeurs ?

Matt Wood : Je peux vous assurer que nous allons continuer à aller de l’avant. Nous allons rendre AWS disponible dans encore plus de pays et le rendre encore plus simple d’utilisation pour que les entreprises et les développeurs aient encore moins de barrières pour exploiter ses ressources.

Par exemple, les entreprises nous ont demandé des fonctionnalités pour la fédération des identités et la gestion des droits d’accès. Nous leur avons données. Nous avons également complété des certifications comme les normes ISO 27001, SAS-70 ou PCI. Et bien en 2012, nous allons continuer à répondre à ces attentes et à faire certifier AWS. C’est un élément très important pour nos clients grands comptes et gouvernementaux.

Je vous ai également dit qu’une des préoccupations de nos clients étaient leurs coûts. Et bien nous allons continuer à travailler pour réduire les nôtres et partager avec eux le fruit de ces économies.

Notre entreprise est très différente des société IT traditionnelles, nous pensons que nous sommes assez bons pour gérer des business de gros volumes et à faibles marges. Nous avons déjà réduit nos prix plus d’une quinzaine de fois au cours des cinq dernières années alors que la pression concurrentielle était nulle. Nous allons continuer en 2012.

Source : entretien Developpez.com avec Matt Wood, novembre 2011

Et vous ?

Faîtes nous part de vos avis et de vos retours d'expériences sur AWS


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de pcdwarf pcdwarf
http://www.developpez.com
Membre éclairé
le 30/11/2011 21:15
Professionnellement, j'utilise assez massivement les services AWS d'amazon. C'est pas mon choix, c'est celui de ma boite. Après 2 ans d'utilisation, je suis forcé d'admettre que ça présente certes des avantages, mais que c'est surtout nettement moins magique qu'il n'y parait de prime abord.

Au début on et rebuté parce qu'on ne comprends pas tout. Ensuite on est séduit parce que c'est fantastique. On peut faire beaucoup de choses très vite. Et puis finalement on déchante. On se rends compte que les avantages ne compensent pas forcément les contraintes.

Commençons par les attraits :
1°) C'est scalable : On veut un serveur, clic on l'a. On a une forte affluence et on a besoin de plus de serveurs frontaux ? clic, On en démarre 15 supplémentaires comme de rien et on les arrête dès qu'on en a plus besoin.
2°) non en fait c'est tout.

Maintenant les problèmes :

1°) Les indisponibilités de l'infrastructure. Elles sont quand même nettement plus fréquentes que sur nos autres hébergeurs. Il y a eu de gros crashs hors d'europe mais comme je n'ai pas été impacté je ne peux rien dire. Par contre, lors de la coupure de cet été qui a touché la zone eu-west-1a c'était une vraie cata et une de nos bases de do RDS "sauvegardée automatiquement" aurait quand même reculé de 5 jours si on en avait pas fait un dump ailleurs !!!! . De ce j'ai compris sur les causes, (explosion de transfo électrique suivi d'une incapacité des alimentations de secours à prendre le relais) ça fait quand même pas très sérieux. (gros doute sur la fiabilité du reste en cas de pépin et le taux annoncé de 99,999999999 % de durabilité )

2°) Les crash : il arrive assez fréquemment que des instances "disparaissent" ou "crashent". Parfois ce sont de vraies épidémies qui touchent 3 ou 4 instances simultanément ou à quelques minutes d’intervalle. On a beau essayer de redonder pour éviter les SPOF, si plusieurs machines peuvent dégager en même temps, ça pose de sacrés problèmes.

3°) Le load balancing : Alors qu'il existe un système d'IP fixes "elasticIP" (payant) les load-balancers n'ont contre toute attente pas d'IP fixes et peuvent changer d'adresse sans prévenir parfois plusieurs fois par mois.

4°) L'interface d'administration.
L'API est bien quoique peu réactive mais l'interface web est à la limite de l'utilisable. J'ai du passer 3 mois à me programmer une interface d'admin digne de ce nom...

5°) Les serveurs virtuels sur "image"
Je simplifie à mort mais globalement, on peut considérer que c'est comme si les serveurs bootaient sur des live-CD. La moindre installation de quoique-ce soit, la moindre mise à jour et hop vous êtes bons pour refaire l'image (ami). ce qui prends 10 à 20 minutes quand on s'est fait un script pour automatiser le bousin. Si ça ne marche pas exactement comme prévu ? hop ! re-20 minutes. De plus vous serez quand même certainement obligé d’exécuter tout un tas de scripts au boot pour différencier vos serveurs.
Certes il existe des instances "EBS" qui se "conservent" mais alors bonjour l'usine à gaz pour gérer à la fois évolution, duplication et sauvegardes. non seulement c'est leeeent mais je met au défi quiconque de ne pas commettre de boulettes (au moins au départ) avec les gestion des volumes.

6°) Le prix
Rien n'est cher mais on paye TOUT et je dis bien TOUT. Le serveur, son stockage, les IO disque, la bande passante.
Au final, même en la jouant futée en démarrant et éteignant des instances pour ajuster en permanence la puissance au besoin, ça coute sur la durée (très) largement plus cher que de l'hébergement traditionnel.

Pour conclure. Je trouve que le mieux, c'est encore le cloud privé :
Disposer de machines dédiées où on est root et sur lesquelles on crée ses propres VM. On a les avantages de souplesse de la virtualisation sans la perte de maitrise.
Avatar de thavo thavo
http://www.developpez.com
Invité régulier
le 04/12/2011 3:59
Merci pour cet article et à pcdwarf pour ce retour d’expérience.

Concernant le "gros" problème de coupure de courant de plusieurs DataCenters à Dublin, il semblerait que cela se soit produit en même temps pour Microsoft Windows AZURE.

Côté très haute fiabilité, disponibilité, SLA, etc... il semblerait qu'il reste de la route à faire. Surtout entre ce qui est dit commercialement et la réalité !
Avatar de Elendhil Elendhil
http://www.developpez.com
Membre éprouvé
le 31/12/2011 16:15
Pourquoi prendre Amazon alors que l'on a une bonne entreprise française OVH qui fait aussi bien voir mieux pour moins cher ...

http://www.ovh.com/fr/cloud/instances/index.xml

Avatar de od.dev od.dev
http://www.developpez.com
Inactif
le 06/01/2012 13:35
Pour l'instant, ils les augmentent considérablement
J'ai créé un compte EC2 en novembre juste pour essayer. Cela m'a pris environ une heure pour installer mon appli et faire les essais.
J'ai stoppé mon instance sans supprimer mon compte.
Au mois de décembre j'ai bien été facturé d'environ 20 centimes.
Au mois de janvier, je viens d'être facturé de 2,63 $, alors que je n'ai utilisé aucun service au mois de décembre !
Pire, j'ai téléchargé le rapport d'activité de mon compte du 1 au 5 janvier, il montre une activité de 100 %, d'heure en heure .

Alors pensez à bien vérifier l'activité de votre compte de temps en temps, et donnez un numéro de carte virtuel et temporaire !
Avatar de od.dev od.dev
http://www.developpez.com
Inactif
le 06/01/2012 13:39
Citation Envoyé par Elendhil  Voir le message
Pourquoi prendre Amazon alors que l'on a une bonne entreprise française OVH qui fait aussi bien voir mieux pour moins cher ...

http://www.ovh.com/fr/cloud/instances/index.xml


Voilà qui est intéressant, surtout si les serveurs sont physiquement situés en France.
Offres d'emploi IT
Stage- Développeur J2EE- Grenoble H/F
Stage
BULL FR - Rhône Alpes - GRENOBLE - BULL ECHIROLLES
Parue le 10/12/2014
(h/f) Webmaster international, webmarketeur
CDI
EMPLOI DIGITAL - Ile de France - Ivry-sur-Seine (94200)
Parue le 02/12/2014
Développeur d'un analyseur de code h/f
Stage
BULL FR - Rhône Alpes - Limonest (69760)
Parue le 08/12/2014

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
 
 
 
 
Partenaires

PlanetHoster
Ikoula