« Il n'y a pas de raison qu'un développeur ne regarde pas Windows Azure »
Entretien avec le responsable de la plateforme chez Microsoft France

Le , par Gordon Fowler, Expert Confirmé Sénior
La rentrée 2011-2012 de Microsoft est placée sous le signe du Cloud. Windows Azure, sa plate-forme spécialement dédiée aux développeurs, en est un des fers de lance et semble avoir trouvé son public.

Avec aujourd'hui, 450 clients payants et actifs, environ 3.000 développeurs et plusieurs centaines de milliers d'heures d’exécution par mois en France, le premier bilan d'Azure est clairement positif pour Julien Lesaicherre, Responsable de la plateforme Windows Azure chez Microsoft France.

D'autant plus que l'offre, dévoilée en 2008, est encore jeune. « Pour être franc, Nous continuons d’apprendre. Windows Azure est une plateforme est de fait offre un champ des possibles très large. Sur ces 6 derniers mois, 5 types de scénarios sont sortis du lot et nul doute que les 6 prochains mois nous mettront à l’honneur d’autres scénarios ».

Quels sont ces cinq patterns applicatifs ?

Le premier concerne les réseaux sociaux (Social Gaming, campagne marketing ou encore outil d’analyse tel que Superviz.in de Tequila Rapido). Le deuxième concerne les objets connectés et les services associés (push de notification, stockage de données dans le cloud, synchronisation de différents devices via le cloud, etc.). Le troisième concerne les sites de e-commerce et les sites web à forte audience. Le quatrième touche les domaines qui ont besoin d'une forte puissance de calcul (calcul de risque dans la finance, modélisation 3D, Rendering, simulation scientifique, etc.). Et enfin le back end pour applications mobiles (smartphones et tablettes).

Chacun de ces usages a ses exigences spécifiques auxquelles, pour Julien Lesaicherre, une plate-forme Cloud comme Azure serait particulièrement adaptée.

Les informations issues des réseaux sociaux demandent à être agrégées régulièrement. Elles représentent un gros volume de données, et ne peuvent être traitées et archivées qu'avec de fortes capacités de calculs, d'analyses et de stockage. Sans oublier des besoins de montée en charge très forts. « Azure fournit toute cette puissance informatique, et en mode à la demande ».

De même, les appareils et objets connectés (lire par ailleurs « L'Internet des Objets va-t-il révolutionner le monde ? »), qui exigent le traitement des informations en temps réel.

Les sites de e-commerce doivent, eux, pouvoir absorber des pics d'activités souvent brutaux qui dans un schéma traditionnel font saturer les serveurs des hébergeurs. « On a toujours trop de serveurs ou pas assez », explique Serge Lengagne, DSI de MisterGoodDeal, « avec Azure, tout cela est terminé parce que la plate-forme s'adapte instantanément aux besoins de puissance de notre activité ». Et d'avancer un coût opérationnel divisé par deux.

La puissance de calcul, elle, est quasiment à la base du Cloud Computing (qui permet de louer autant d'instance que l'on souhaite).

Quant aux applications mobiles « 80% d'entre elles ont un back-end sur le Net, que ce soit par exemple pour pousser des informations, faire des back-ups ou réaliser des tableaux de scores pour des jeux », constate Julien Lesaicherre.

Le mobile est d'ailleurs « un domaine clef » pour Windows Azure. Le responsable avance deux raisons à cela.

La première est que la plate-forme permet d'accompagner la montée en puissance liée à la démocratisation d'une application. Avec cette solution, pas besoin d'adapter en permanence le nombre de serveurs chez un hébergeur ou de mettre en place une infrastructure coûteuse dès le lancement de l'application. Cette flexibilité et ce faible coût d'entrée sont d'autant plus importants que la plupart des sociétés de développements mobiles sont des start-ups qui n'ont pas les moyens financiers de s'acheter dès le départ une infrastructure optimale (comme par exemple la société Mobile Republics qui a lancé News Republics une application aujourd'hui star sur iOS, Android et WP7 qui permet à l’utilisateur de se constituer son journal d’informations personnalisé).

La deuxième raison est qu'Azure permet de disposer rapidement d’une infrastructure pour de nouveaux projets. Or dans le développement mobile ces nouveaux projets sont plus fréquents que dans d'autres secteurs. « C'est une bonne excuse pour commencer », plaisante Julien Lesaicherre.

L'objectif du responsable de la plateforme pour l'année à venir est d'ailleurs que « toutes les entreprises qui disposent de développeurs testent Azure. Il n'y a pas de raison qu'un développeur ne regarde pas Azure. Quand vous partez sur un nouveau projet applicatif, un nouveau site web, une galerie de e-commerce, une nouvelle application pour une nouvelle plate-forme ou un nouveau périphérique : testez Azure. Cela va vous simplifier la vie. Vraiment. On va vous faire gagner du temps. L’équation économique est également intéressante : pas d’investissement initial et un paiement à l’usage ».

Un message que Julien Lesaicherre adresse au-delà du monde .NET. « Windows Azure ne se cantonne pas à .NET. Il s'adresse aussi aux développeurs Java, PHP, Ruby ou Python qui ont accès à l'intégralité des fonctionnalités de la plate-forme ». Dans la même optique, le chef de produit rappelle que Microsoft a également développé des SDK pour Eclipse et des Toolkits pour iOS, Android, Windows Phone 7 et Windows 8.

« Nous ne nous limitons pas qu’aux technologies Microsoft ! » insiste Julien Lesaicherre qui se félicite de ce mouvement d'ouverture.

« Il y a des sociétés de Social Gaming full-PHP qui n'ont pas un gramme de Microsoft et qui vont sur Azure ! », se réjouit-il. « Travelocity (NDR : site américain de réservation de voyages en ligne) c'est full Java, et ils sont allés sur Azure. L'application e-bay sur iPad, le back-end est sur Azure et c'est du Java, Tomcat, MySQL ».

Un discours qui rappelle l'entretien que Developpez.com avait eu avec le Monsieur Open-Source de Microsoft, Alfonso Castro. « A nous de faire savoir aujourd’hui que Azure c'est Microsoft, mais pas que de la technologie Microsoft ».

L'autre défi de Julien Lesaicherre est de sortir du carcan du développement Cloud. « Ce n'est pas du développement sur le Cloud mais pour le Cloud », explique-t-il. « Pour un développeur, c'est juste son publish qui envoie vers le Cloud. Mais concrètement, il ne change pas ses habitudes ni ses outils. Un jour et demi de formation permet de devenir compétent et de comprendre les grands basiques pour bien développer pour Azure (les WorkerRoles, les WebRoles, la persistance du stockage, etc.) ».

Pour atteindre ces objectifs de démocratisation et « d'évangélisation », les outils aussi simples soient-ils ne suffisent pas. Le chef de produit le sait.

Il faut aussi que la technologie soit accessible financièrement. Car bien que susceptible de générer des économies, Azure à un prix. Normal, argumente Julien Lesaicherre, pour « un service de qualité, avec un niveau de SLA élevé. Par exemple, la base de données relationnelle offre pour moins de 8€ par mois, de la haute disponibilité, la tolérance aux pannes, etc. ».

Un prix qui semble toutefois être un problème pour des professionnels indépendants, pour des projets privés ou simplement pour des développeurs qui souhaitent faire de l'auto-formation.

« Il y a des offres gratuites, sans cartes bleues, accessibles à tous. Tous les abonnés MSDN et le Microsoft PartnerNetwork ont accès à Azur pendant 18 mois ou pendant la durée de leur abonnement. Il y a aussi l'Extra Small Instance aux environs de 30 € par mois », rétorque Julien Lesaicherre, qui promet des accords avec des écoles et rappelle qu’une offre découverte de 3 mois est déjà disponible « avec l’ensemble des services de la plateforme (App Fabric, SQL Azure, etc.) ».

D'autres actions de promotion de la plateforme sont également attendues.

Tout comme l'est Team Foundation Service sur Azure annoncée la semaine dernière en béta et plus que plébiscitée par l'audience du Build 2011. « A la base il s'agissait d'un Proof of Concept présenté à la PDC il y a un an pour montrer que l'on pouvait faire des choses compliquées sur Azure », se rappelle Julien Lesaicherre. « Devant les réactions enthousiastes, tout le monde a été très surpris. Nous avons alors décidé d'avancer sur le projet. Mais pour le moment, nous sommes dans la réalisation technologique et pas encore sur l'aspect financier ».

En attendant que TFS sur Azure devienne une réalité, nous vous préviendrons de l'avancée des différentes initiatives de Julien Lesaicherre pour permettre aux développeurs intéressés de tester un produit qui est aujourd'hui utilisé aussi bien par des start-ups toulousaines comme Scan I Like, que par Boeing (pour des modélisations d'avions à l'intention de ses commerciaux) en passant par Mister Good Deal ou Pixar (pour les calculs 3D de scènes de ses dessins animés).

Sans oublier une référence que Microsoft ne cite pas : Apple pour son iCloud, le temps que les data-centers de la société soient terminés.

Source : Entretien Developpez.com du 20/09/2011


Julien Lesaicherre, Responsable de la plateforme Windows Azure chez Microsoft France

Et vous ?

Etes-vous intéressé(e)s par Azure ? Pourquoi ?
Vous avez testé Azure ? Dîtes-nous ce que vous en avez pensé ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de BenoitM BenoitM
http://www.developpez.com
Expert Confirmé
le 06/10/2011 21:08
Citation Envoyé par Mose  Voir le message
...

C'est justement ce que le monsieur à dit, que toi, en tant que developpeur, tu dois aussi te tapper le deploiment c'est possible mais lui, ce n'est pas son cas il a un gestionnaire de réseau qui s'occupe de deployer ses sites web
Avatar de tralloc tralloc
http://www.developpez.com
Membre éprouvé
le 07/10/2011 11:01
Citation Envoyé par Mose  Voir le message
Je te rejoins à 100% : je suis un dev et l'infrastructure ne m'intéresse pas.
Et justement, Azure m'a permis de ne plus du tout m'en soucier.
.....


euh personnelement en .net je fais un copier coller sur le serveur (que quelqu'un d'autre m'a configuré) et basta, un déploiement prend quelques secondes.
En java des manips automatiques se font aussi très bien avec maven avec des deploys automatiques (et comme "write once run everywere" je ne me préoccupe même pas de savoir si c'est sur linux ou sur windows - bien qu'ayant mes préférences qui ne vont pas à bill, mais j'ai pas forcément le choix)

Donc perso eh tant que dev je me moque bien du cloud, ça c'est l'affaire des gens qui installent les machines, ou qui se font virer si on utilise le cloud... Moyennant de surcroît des tarifs importants allant abreuver l'économie américaine plutôt que de payer des gens ici en france.
En plus moi ça me ferait peur d'avoir mes bases dispo comme ça sur le net attaquables directement, sans compter le "patriot act" qui permettrait au gouvernement d'un autre pays d'accéder à mes données.

Alors y a-t-il des raisons pour s'intéresser à windows azure ?
Avatar de SurferIX SurferIX
http://www.developpez.com
Membre émérite
le 07/10/2011 11:07
Citation Envoyé par Mose  Voir le message
....
Où tout ça se trouve ? osef
Comment c'est relié ? osef
Quelle techno ? osef
Les windows update ? osef

my 2 cents...

Oui vraiment, une réflexion comme ça me choque profondément.
Personnellement, je dirais :

- Où tout ça se trouve ? Super important.
- Comment c'est relié ? Super important.
- Quelle techno ? Super important.
- Les windows update ? Super important.

Bref, absolument l'opposé de ce que tu dis.
Le jour où ça ne fonctionnera plus, j'aimerais vraiment être là pour t'entendre dire : "eiheeihehueheieeuhei je ne sais pas où ça se trouve, je ne sais pas comment c'est relié, je ne sais pas sur quelle technologie, et je ne sais pas si les mises à jour ont été faites".
Oulah mon Dieu que j'aimerais être spectateur d'une telle réunion, avec plusieurs personnes, entre dirigeants et toi.
Je n'ai rien contre toi, j'essaie juste de te faire comprendre que le cloud c'est bien beau, mais c'est prendre de gros risques.
J'imagine parfaitement un projet que tu aimerais vendre des centaines de milliers d'euros : il est sur un de vos serveurs, en sécurité, sauvegardé, et sur plusieurs endroits. Il y du full state failover ou pas ?
=> réponse aux actionnaires : osef - osef - osef - osef - osef, moi j'ai fait que du code, le reste c'est "le cloud".
Avatar de herfrayg herfrayg
http://www.developpez.com
Membre du Club
le 08/10/2011 23:03
Pour répondre à la question :
Non, je ne m'y suis pas encore intéressé, je vais aller voir les possibilités étant donné que j'ai un projet perso/pro que je vais mettre en place. Cette simplicité me plaît bien, mais je vais essayer de me renseigner sur plusieurs points, surtout un critique pour mon projet :
- Quel est le degré de personnalisation des services installés ? Ou plus simplement exprimé "Jusqu'à quel point peut-on faire simplement des choses complexes ?".

Jusque là, j'envisageais une infrastructure via le "Cloud Datacenter" d'OVH, où plus concrètement "Ressources hébergées chez OVH et disponibles sous VCenter".

J'avoue que, étant développeur, je passe un temps énorme en administration (et en apprentissage youpi), pour monter ma plateforme, et que le développement n'a toujours pas débuté. Si pour un projet sans date fixe pour le moment, je ne vois aucun problème dans cette étape, je pense que pour un projet dans lequel on se fixe une deadline, et sans compétence particulière en administration, Windows Azure peut être éventuellement une bonne alternative.

Ensuite, juste pour répondre :

Citation Envoyé par SurferIX  Voir le message
Oui vraiment, une réflexion comme ça me choque profondément.
Personnellement, je dirais :

- Où tout ça se trouve ? Super important.
- Comment c'est relié ? Super important.
- Quelle techno ? Super important.
- Les windows update ? Super important.

Bref, absolument l'opposé de ce que tu dis.
Le jour où ça ne fonctionnera plus, j'aimerais vraiment être là pour t'entendre dire : "eiheeihehueheieeuhei je ne sais pas où ça se trouve, je ne sais pas comment c'est relié, je ne sais pas sur quelle technologie, et je ne sais pas si les mises à jour ont été faites".
Oulah mon Dieu que j'aimerais être spectateur d'une telle réunion, avec plusieurs personnes, entre dirigeants et toi.
Je n'ai rien contre toi, j'essaie juste de te faire comprendre que le cloud c'est bien beau, mais c'est prendre de gros risques.
J'imagine parfaitement un projet que tu aimerais vendre des centaines de milliers d'euros : il est sur un de vos serveurs, en sécurité, sauvegardé, et sur plusieurs endroits. Il y du full state failover ou pas ?
=> réponse aux actionnaires : osef - osef - osef - osef - osef, moi j'ai fait que du code, le reste c'est "le cloud".

À des actionnaires tu réponds : "Microsoft est en charge de mon hébergement via leur offre cloud, à savoir Windows Azure, dont voilà les termes du contrat en terme de SLA".

Je ne suis pas un défenseur de Microsoft, mais je pense quand même qu'ils jouissent d'une bonne image en ce qui concerne la qualité de service et la fiabilité de leurs offres (et produits) pro.

Bref, tu les rassures sur ce point, et tu passes plus de temps à parler de ton projet en lui même, pas de la plateforme qui le fait tourner.
Avatar de Mose Mose
http://www.developpez.com
Membre Expert
le 10/10/2011 11:09
Citation Envoyé par SurferIX  Voir le message
Oulah mon Dieu que j'aimerais être spectateur d'une telle réunion, avec plusieurs personnes, entre dirigeants et toi.
Je n'ai rien contre toi, j'essaie juste de te faire comprendre que le cloud c'est bien beau, mais c'est prendre de gros risques.
J'imagine parfaitement un projet que tu aimerais vendre des centaines de milliers d'euros : il est sur un de vos serveurs, en sécurité, sauvegardé, et sur plusieurs endroits. Il y du full state failover ou pas ?
=> réponse aux actionnaires : osef - osef - osef - osef - osef, moi j'ai fait que du code, le reste c'est "le cloud".

Alors je suis dev mais également dirigeant (en PME), et j'ai bien précisé dans le premier message que je trouve la solution parfaite pour les PME.
Les projets extrêmes dont tu parles sont... bein extrêmes, et effectivement je challengerai longuement Microsoft avant de prendre de gros risques.

Néanmoins en PME le challenge est plutôt de réussir à développer un produit :
- rapidement : les besoins évoluent vite et le client est toujours très pressé
- efficacement : déployé souvent et rapidement, que les pages chargent vite
- économiquement : en limitant les coûts, c'est là où économiser le salaire d'un admin sys c'est bien

Et la liste n'est pas exhaustive. Bref, je recommande vivement de regarder cette plateforme si vous êtes une PME avec de gros besoins de dev .Net.

Pour revenir sur ma réflexion d'origine, je pense que les dev multi-fonction c'est bien, mais plus ils ont de casquettes, moins ils dev, et c'est souvent critique pour les boites qui ne vendent pas leurs projets plusieurs centaines de milliers d'euros
Avatar de SurferIX SurferIX
http://www.developpez.com
Membre émérite
le 10/10/2011 13:10
Citation Envoyé par herfrayg  Voir le message
...À des actionnaires tu réponds : "Microsoft est en charge de mon hébergement via leur offre cloud, à savoir Windows Azure, dont voilà les termes du contrat en terme de SLA"...

Très bon argument, et constructif. Je ne suis pas anti Microsoft, mais pro Open Source, malgré ce, un bon "+1" mérité

Citation Envoyé par Mose  Voir le message
...la solution parfaite pour les PME...
Les projets extrêmes dont tu parles sont... bien extrêmes, et effectivement je challengerai longuement Microsoft avant de prendre de gros risques....

Effectivement, dans le cadre d'une PME dédiée Windows, ça se réfléchit. Dans le cadre très spécifique de produits Windows .Net only, oui, effectivement, c'est une solution envisageable.

Même si bien sûr l'avenir est au développement pour les portables / ultra portable / téléphones portables, soit Android (je ne parle pas d'Apple et son système fermé, payant, et de son langage propriétaire qui n'est pas exploitable ailleurs que sur un Apple), soit une base OpenSource Linux + Java, ce qui n'a, bien évidemment, absolument aucun rapport avec Microsoft
Avatar de rodbeck rodbeck
http://www.developpez.com
Membre régulier
le 10/10/2011 15:43
Bonjour,

Pour ma part, je suis responsable de la production pour une application en mode SaaS développée à l'aide de .Net.

Pour nous la transition vers Azure est naturelle, et les serveurs nous coûtent bien bien moins cher qu'avec n'importe quel hébergeur.

Un avantage considérable ? Les hosted services localisés sur (presque) chaque continent, nos clients en Chine nous disent merci...

Au niveau des développeurs, je verrais un réel avantage : ne pas se soucier de l'infrastructure pour créer et héberger son application, je ne suis pas développeur, mais j'ai mis en ligne un dashboard qui nous permet de suivre :
  • Les versions déployées client par client
  • Les anomalies via un appel au webservice de mantis
  • Les backups de base de données dans Azure
  • Une "poste restante" pour partager des fichiers


Et tout ça sans se soucier de la commande des VMs supplémentaires, de l'ajout d'espace de stockage...

Bref, j'y voit un réel avantage, mais probablement pas pour tous les modèles.
Avatar de berceker united berceker united
http://www.developpez.com
Expert Confirmé Sénior
le 14/03/2012 20:52
Bonjour,

Ce que je trouve dommage c'est que Microsoft fasse le gros radin pour les développeur. Juste en limitant plus fortement et d'une durée d'un an par exemple. Car juste 3 mois, je trouve cela un peut court si c'est comme moi ou c'est que le soir ou je peux travailler dessus :/ . Du coup je m'intéresse plus à Amazon S3 et toute la clic !
Avatar de rodbeck rodbeck
http://www.developpez.com
Membre régulier
le 21/06/2012 23:07
Citation Envoyé par berceker united  Voir le message
Bonjour,

Ce que je trouve dommage c'est que Microsoft fasse le gros radin pour les développeur. Juste en limitant plus fortement et d'une durée d'un an par exemple. Car juste 3 mois, je trouve cela un peut court si c'est comme moi ou c'est que le soir ou je peux travailler dessus :/ . Du coup je m'intéresse plus à Amazon S3 et toute la clic !

Je pense que ça viendra. Selon l'équipe organisatrice du dev camp, de tels abonnements peuvent être accordés au cas par cas, il faut leur envoyer un mail en expliquant ton cas.
Avatar de zeavan zeavan
http://www.developpez.com
Membre chevronné
le 20/05/2013 18:44
Citation Envoyé par Mose  Voir le message
Un petit commentaire à destination exclusive des développeurs .Net.

Je suis un développeur .Net expérimenté qui utilise Windows Azure depuis bientôt 6 mois : c'est top, ça a juste changé ma vie.

Avant je me cassais le cul à déployer, à administrer mes serveurs et à configurer IIS (ce qui n'est pas mon métier, car je suis développeur).

Maintenant je déploie en 1 clic.
Certes, c'est plus lent, mais ça ne bloque pas ma prod et je peux continuer à utiliser VS en attendant.
Au final, c'est un très bon moyen pour ne plus avoir besoin d'un admin sys, c'est donc parfait pour les PME.
Je recommande.

(non je n'ai pas été payé pour dire ça, ça a réellement changé ma vie, presque autant que LinQ, c'est dire...)


Entierement d'accord... pour la petite histoire developeur .net experimente egalement (12 ans sur .net) j'avais ma propre entreprise de development tout se passer bien mais je me suis arrete car cela me prenait trop de temps et j'ai du faire un choix et j'ai choisi la famille, en 2010 je suis devenu de nouveau salarie. Il y a de ca 18 mois j'ai commencer un projet sur azure sans trop de pression petit a petit un peu tous les soirs, et bien ma conclusion est la suivante: C'est juste phenomenal si azure avait ete a maturite a l'epoque de mon entreprise je n'aurai jamais arête. Azure evolue tout le temps et je peux dire que cette derniere annee a ete juste bleuffante.
Pour ceux qui hesite encore, foncez azure est aujour'dhui assez mature pour pouvoir donner la possibilite a tout developeur independent de concurencer les plus grandes entreprises. ( le projet que je developpe aujourd;hui correspond au meme produit qui est developer aujour'dhui en entreprise avec une 40 de developpeurs sur 3 ans ) 1 developpeur seul en 1 an et demi et 3 heures par jour, resultat mon architecture et mon cote serveur et bien plus aboutis que le projet creer en entreprise ( ratio 40 * 2 * 3 = 240) croyez moi je ne vaut pas 240 developpeurs, azure si !!!!!.

Pour ce qui est du prix, sur le projet actuel en attendant la montee en utilization si tout se passe bien, je paye actuellement dans les 65 euros par mois avec tous les services inclus, service bus, active directory , mobile service, sql azure, plusieurs cloud services, mobile services ..., Machine virtuelle, blob storage...

Je ne regarde pas, quand mon architecture l'exige je prend sans regarder.

L'important est d'avoir un bon business plan. Perso une start up qui coute 60 euros par mois en IT, serveur, licenses ..... (msdn non inclus)
Je sais pas vous mais je vois vraiment pas en quoi c'est chere.

A oui j'ai passer mon source control sur le cloud egalement ... TFS service.
Avatar de BernieG BernieG
http://www.developpez.com
Membre du Club
le 27/05/2013 10:35
Citation Envoyé par SurferIX  Voir le message
Effectivement, dans le cadre d'une PME dédiée Windows, ça se réfléchit. Dans le cadre très spécifique de produits Windows .Net only, oui, effectivement, c'est une solution envisageable.

Je sais que ce message à 2 ans, donc ça n'a rien à voir avec l'auteur, mais il me semble important de préciser qu'Azure permet le déploiement de machines virtuelles Linux et de solutions Open Source sous PHP et autres.

Par ailleurs, si l'on parle d'Open Source intelligemment et sans sectarisme, il faut quand même savoir qu'aujourd'hui Microsoft est sans doute l'un des plus gros, pour ne pas dire LE plus gros contributeur à des projets Open Source. Pour ceux qui connaissent .Net (qui est un standard Open, cf Mono), Entity Framework est maintenant Open Source, MVC est Open Source, sans parler des contributions sur PHP, etc, etc...

Les choses changent, et vite....
Offres d'emploi IT
Développeur android gamer
CDI
Mobiskill - Midi Pyrénées - Toulouse (31000)
Parue le 23/09/2014
Développeur Scala – E-commerce – Londres – 90 k€
CDI
Mobiskill - Autre - Londres
Parue le 25/09/2014
Chef de projet informatique h/f
CDI
SCHIEVER - DA - Bourgogne - Avallon (89200)
Parue le 03/10/2014

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
 
 
 
 
Partenaires

PlanetHoster
Ikoula