Filtrage du Net : le Conseil National du Numérique s'oppose
Au Gouvernement et aux ayants droit

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Le Gouvernement français entend mettre en place tous les moyens possibles pour lutter contre le « piratage ». Y compris des moyens que certains qualifieront de très limites comme le filtrage des réseaux. Ou la possibilité de fermer un site sans passer par une autorité juridique dès lors qu'il représente « un risque sérieux et grave d'atteinte à l'ordre public ».

Définition vague, absence du juge, ce projet de décret n'a pas manqué de faire réagir le tout jeune Conseil national du numérique (CNN) qui rappelle à l'AFP que « toute mesure de blocage ne peut intervenir qu'au terme d'un débat contradictoire sous l'appréciation et le contrôle préalable du juge ». Un avis qui est repris aussi bien à droite qu'à gauche par plusieurs experts techniques, juridiques, et députés.

D'autres, comme Guillaume Buffet, co-président de Renaissance numérique, laissent entendre que certains dirigeants seraient tout bonnement technophobes. « En France, les problématiques de justice relèvent du juge et il y a un principe de séparation des pouvoirs. Pourquoi faudrait-il que ce soit différent pour internet ? » se demande-t-il.

Mais le CNN va plus loin. Il regrette que soit envisagé de donner la possibilité à des autorités purement administratives des pouvoirs « d'injonction à l'encontre de toute activité de commerce électronique ». Comprendre tout l'Internet.

Pour l'association militante « La Quadrature du Net », il s'agit ni plus ni moins que d'une tentative de mettre en place des outils de censure disproportionnés par rapport au but recherché, à savoir la défense des ayants droit.

Un avis qui n'est certainement pas celui de Pascal Nègre, le PDG d'Universal, qui milite pour ce type de filtrage depuis 2003.

Le ministre en charge du dossier, Eric Besson, qui a lui-même décidé de saisir le CNN, affirme être « parfaitement conscient des difficultés posées » par ce qui n'est encore qu'un « simple document de travail ».

Et qui deviendra une loi discrètement passée pendant les vacances d'été ?

Source : AFP

Et vous ?

Que pensez-vous de l'idée de filtrage ? Est-elle réalisable et va-t-elle se réaliser ?
S'agit-il d'une tentative de censure du Net ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Jon Shannow Jon Shannow - Membre expert http://www.developpez.com
le 20/07/2011 à 16:04
Citation Envoyé par Lyche  Voir le message
des albums moins chers de meilleurs qualité avec un peu plus que 3 chansons potables seraient déjà un effort considérable avec un investissement pas forcément trop important... Essayer de faire autre chose que de la soupe au cochon qu'on passe en radio et en boite de nuit pour laver le cerveau de pauvres gens qui n'ont plus le sens critique mais sont avide de nouveauté sans que ce soit forcément une qualité intrinsèque.. à, c'est aller contre le système actuelle "consommez mes moutons"... en gros c'est lutter contre la marée en espérant qu'elle épargne les côtes.. Jamais ils ne pourront accepter de baisser leurs marges ni même d'encourager des artistes et de les maintenir si ils ne font pas ce qu'ils veulent parce que c'est ce qui se vend à la "majorité".

Libre à toi d'acheter des trucs que tu n'aimes pas, je ne jugerais pas ce comportement, quant à moi, je n'achète que des albums que j'aime bien.

Citation Envoyé par ZiGoM@r  Voir le message
J'ai bien d'autres choses à faire que de haïr une chanteuse. J'aurais pu dire la même chose au sujet de beaucoup de stars dont j’apprécie pourtant les œuvres.
Je ne vois pas la nécessité qu'il y à d'enrichir jusqu'à l'extrême qui que se soit, et ce, uniquement en maintenant le prix élevé de l'album.

Mais, qu'est-ce qu'il y a de mal à vouloir gagner de l'argent ?

Citation Envoyé par ZiGoM@r  Voir le message
Peut-être parce qu'il ne s'agit pas là de leur but premier.

C'est en général l'argument qu'ils donnent, jusqu'à ce qu'ils commencent à bien gagner leur vie (c'est à dire jusqu'à ce qu'ils arrivent à décrocher un contrat chez un Label)

Citation Envoyé par ZiGoM@r  Voir le message
Ceux là n'ont pas attendu les droits d'auteurs pour être reconnus.

Là, j'admets ne pas avoir compris cette phrase !

Citation Envoyé par ZiGoM@r  Voir le message
Si le talent est aussi le fruit d'effets de mode, de marketing et de bons contacts, alors oui.

Le talent est aussi de savoir rester à la mode, ou même mieux, de la créer !
Citation Envoyé par ZiGoM@r  Voir le message
Beethoven n'étant plus écouté par beaucoup de monde, dois-je en déduire qu'il manque de talent ?

Ça n'a rien à voir, et Beethoven est encore très écouté.

Citation Envoyé par ZiGoM@r  Voir le message
Transformer l'art en produit industriel n'est pas sans conséquence même si cela finance effectivement certains artistes.

Ça finance TOUS les artistes, nuance. De plus, cette "industrialisation" de l'art à permis de la rendre accessible à tous, et non pas seulement à une élite, comme c'était le cas du temps du mécénat !

Citation Envoyé par ZiGoM@r  Voir le message
Concernant l'auteur d'un livre, c'est en effet plus problématique. Selon moi, d'autres modèles restent à inventer. (Moi non plus je n'aime pas cet argument...)
Darwin a mit plus de vingt ans pour écrire l'Origine des espèces et je ne suis pas sûr que ce sont ses royalties qui l'ai fait vivre.

La question à se poser concernant Darwin est : "Est-il un écrivain ?" La réponse étant : "non". Son livre est à voir comme une publication de son travail. Si tu veux parler de livres, parlons de roman et de personne vivant de leurs écritures.

Citation Envoyé par ZiGoM@r  Voir le message
L'art, comme la recherche fondamentale et bien d'autre activités de l'esprit sont, selon moi, difficilement assimilables à de simple produits marchands. Dans les faits, ce sont des services mais ceux-ci répondent bien souvent à une demande trop abstraites pour être vendus tel quel.

Tu mélanges tout mon pauvre ami !
La recherche fondamentale ce n'est pas de l'art !
Et la création artistique n'est pas un service !

Citation Envoyé par ZiGoM@r  Voir le message
Selon les cultures, ce peut être l'état, les universités qu'elles soient publiques ou privées, ou d'autres institutions qui financent de tels travaux.

Le communisme, c'est ça que tu prônes ? L'État qui finance et contrôle tout. La propriété n'existe plus. L'État fournit tout !
Je crois qu'on a déjà essayé et ça a raté, il me semble.

Citation Envoyé par ZiGoM@r  Voir le message
L'auteur peut aussi chercher la reconnaissance plus que le salaire car après tout, rares sont ceux qui possèdent la gloire sans en tirer de profits pécuniers.

Je me demande si la gloire se mange, et si oui, à quelle sauce. Et, est-ce nourrissant ?
Je ne sais pas qui tu es, mais pour le déterminer, il faudra d'abord établir de quelle planète tu viens.

Jugez cela comme de la provocation mais plus de temps libre ne serait-il pas profitable aux auteurs dont la valeur économique des œuvres est tout à fait indéterminée ?
Peut-être n'est-ce pas anodin que la majeure partie de nos grands auteurs soient issus des plus hautes classes sociales. Ceux-là se fichaient bien de leurs royalties !
De la à soutenir les 35 heures... (Pure provocation )[/QUOTE]
Avatar de Lyche Lyche - Expert confirmé http://www.developpez.com
le 20/07/2011 à 16:12
Justement, je n'achète que quelques groupes dont les albums ne sont pas dicté par le besoin maladif de vendre.. et donc sur 15chansons, au moins 10me plaisent.
Avatar de ZiGoM@r ZiGoM@r - Membre averti http://www.developpez.com
le 20/07/2011 à 21:44
Citation Envoyé par Jon Shannow  Voir le message
Mais, qu'est-ce qu'il y a de mal à vouloir gagner de l'argent ?

Rien mais c'est aussi ce que devait dire les esclavagistes et autres grands patrons du début du siècle.
Maintenant, puisque nous n'avons pas tous le même talent, je suis persuadé qu'avec ou sans propriété intellectuelle, certains s'enrichiraient plus que d'autres.
Je pense juste qu'être multi-millionnaire n'est pas nécessaire pour produire de belles œuvres, vivre confortablement et être reconnu pour son talent. Je ne suis non plus pas certain que les meilleures œuvres soient uniquement le fruit de motivations financières.

C'est en général l'argument qu'ils donnent, jusqu'à ce qu'ils commencent à bien gagner leur vie (c'est à dire jusqu'à ce qu'ils arrivent à décrocher un contrat chez un Label)

Tu pense donc que le but premier de l'artiste est de gagner des millions ?
Personnellement, j'aurais dit l'art, la reconnaissance ou encore la beauté mais j'ai une vision bien à moi de l'art...

Là, j'admets ne pas avoir compris cette phrase !

Je voulais dire que des stars, fortunées et reconnues, il y en avais bien avant les droits d'auteurs.

Le talent est aussi de savoir rester à la mode, ou même mieux, de la créer !

Depuis que ceci n'est plus une pipe, je ne présage plus de ce qu'est le talent...

Ça finance TOUS les artistes, nuance. De plus, cette "industrialisation" de l'art à permis de la rendre accessible à tous, et non pas seulement à une élite, comme c'était le cas du temps du mécénat !

Certes le paysan moyen de l'époque n'était pas très musique classique mais il avait accès à bien des chansons. Ensuite, c'est la technologie qui a rendu toute la musique accessible à tous.
Enfin, ne crois pas que de maigres royalties sur un faible nombre d'albums vendus finance quoi que ce soit ! Selon moi, les artistes les moins connus ne peuvent qu'y gagner à être téléchargés illégalement.

La question à se poser concernant Darwin est : "Est-il un écrivain ?" La réponse étant : "non". Son livre est à voir comme une publication de son travail. Si tu veux parler de livres, parlons de roman et de personne vivant de leurs écritures.

Qu'est-ce qu’un roman sans idée ? Toutes les œuvres de l'esprit son des idées, fruits de recherches ou d'imagination. De l'information pure reste de l'information pure. Certaines disciplines se finance mieux que d'autres pour diverses raisons mais l'idée de base ne change pas : le fruit de l'esprit de quelqu'un ne lui appartient plus du moment qu'il l’énonce.
Je t'ai peut-être inspiré des idées mais ne t'inquiète pas, je ne te réclamerais rien.

Tu mélanges tout mon pauvre ami !
La recherche fondamentale ce n'est pas de l'art !
Et la création artistique n'est pas un service !

Quand ai-je dit que la recherche fondamentale était de l'art ?
Ensuite, théoriquement, toute activité est un service. Que la création ne se vende pas comme tel est compréhensible mais qu'elle se vende comme un produit est probablement pire.

Le communisme, c'est ça que tu prônes ? L'État qui finance et contrôle tout. La propriété n'existe plus. L'État fournit tout !
Je crois qu'on a déjà essayé et ça a raté, il me semble.

Je ne prône pas le communisme mais je note que bien des scientifiques, artistes et autres hommes d'esprit sont, tout ou partie, rémunérés par l'état.
Certaines entreprises financent aussi des universités ou d'autres institutions, gouvernementales ou non.
J'ignore si tu le sais mais la plupart des découvertes scientifiques ne sont ni soumises au droit d'auteur, ni brevetables. Comme je le disais, d'autres modèles de financement restent à inventer.

Je me demande si la gloire se mange, et si oui, à quelle sauce. Et, est-ce nourrissant ?

Non mais elle se transforme généralement assez facilement en argent (conférences, publicité, interview etc..).

Les bonnes idées peuvent coûter chère à produire mais les partager ne coûte rien, vous ne croyez pas que le marché pourrait être un tout petit peu plus cohérent ?
Si l'information n'était qu'un simple produit, selon la loi de l'offre et de la demande, celui-ci ne vaudrait rien. Absolument tout son coût se situ dans le travail de celui qui le produit, n'est-ce pas là la caractéristique d'un service ?

La voiture n'a pas été interdite parce que les maréchaux-ferrant ont perdu de l'argent
Sachant que ceux-là ont perdu une énorme part de leur clientèle quand au contraire, jamais tant d'information n'a été consommée dans l'histoire de l'humanité. Jamais il n'y à eu tant de besoin de la produire, l'organiser, la distribuer etc..
Ne me dites pas qu'on ne peut pas trouver dans ces services l'argent nécessaire à certaines créations !
(Je dis certaines car un grand nombre se vendent déjà comme du service.)
Avatar de Génoce Génoce - Membre éclairé http://www.developpez.com
le 22/07/2011 à 9:50
Citation Envoyé par Publiée par Vincent Martini le Jeudi 21 Juillet 2011

Les pirates seraient-ils des passionnés de cinéma ?

La question a le mérite d'être posée si on se fie aux résultats d'une récente étude menée par GfK. Cette dernière prouverait ainsi que les adeptes du téléchargement illégal seraient de bien meilleurs élèves que les clients honnêtes lorsqu'il s'agit de se rendre dans les salles ou d'acheter le DVD d'un film.

Alors que le combat contre le piratage est toujours aussi âpre aux Etats-Unis comme en France, un sondage commandé auprès de l'institut GfK donne des résultats pour le moins surprenants. Selon celui-ci, non-seulement les « pirates » seraient plus enclins à se déplacer au cinéma pour voir les dernières nouveautés mais ils ne rechigneraient pas non plus à se procurer légalement les films qui les intéressent. A l'opposé des idées reçues qui tendent à les faire passer pour des êtres dénués de la moindre morale, le sondage n'aurait pas eu l'effet escompté sur son commanditaire.

TorrentFreak nous relate l'histoire dévoilée par le site allemand Telepolis. Un studio, nous ne saurons pas lequel, s'est payé les services de l'institut GfK afin d'obtenir une nouvelle cartographie du téléchargement illégal. Les résultats seraient assez étonnants. Les « pirates » considéreraient ainsi plus les sites de download comme « un essai gratuit avant l'achat ». Les mêmes individus seraient aussi ceux qui achètent le plus de DVD et se déplaceraient en moyenne plus dans les salles que les clients dits honnêtes. Ce n'est pas la première fois qu'une étude irait dans le sens du « je pirate (...) donc j'en achète » comme nous en parlions en 2009.

L'ensemble de l'étude mériterait qu'on s'y attarde avec attention, mais elle restera confidentielle. Une source anonyme de GfK citée par Telepolis explique que le studio à l'origine de l'enquête serait si dépité qu'il aurait décidé qu'elle ne soit pas publiée. La politique de GfK est claire à ce sujet, le commanditaire a le droit de rester anonyme et l'étude jetée à la corbeille selon son bon vouloir. La même source précise ainsi que si « vous téléchargez des films, vous avez un intérêt accru pour le cinéma ». De quoi faire réfléchir les majors du 7ème Art ?

Source: Clubic.com Les pirates seraient-ils des passionnés de cinéma ?
Avatar de Lyche Lyche - Expert confirmé http://www.developpez.com
le 22/07/2011 à 12:20
Qui à payé pour l'étude? parce qu'il peut être très facile de dire le contraire dans une autre étude lancée par les majors.
C'est toujours le même problème, l'impartialité peux toujours être remise en cause.
Avatar de ZiGoM@r ZiGoM@r - Membre averti http://www.developpez.com
le 22/07/2011 à 13:51
L'aspect promotionnel de la gratuité me parait évident, si ce n'est pour les supports, au moins pour les cinémas et concerts.
Beaucoup doivent se découvrir des passions insoupçonnées pour un genre précis, un auteur ou autre grâce au téléchargement.

Personnellement, je ne vais pas moins au cinéma ou en concert depuis que je surf, au contraire. Quant au DVD, Blue-ray et autre technologie obsolète, cela fait un moment que je n'est même plus de lecteur.
Je ne consomme pas de VOD mais, si une plateforme propose un abonnement de type illimité et suffisamment de contenu, il se pourrait que je soit client. J'aurais au moins l'impression ne payer que les services de distributions, organisations etc..

Il suffirait que les plateformes de ce genre (co)financent la production des contenus (films, musiques etc..) et même si les auteurs seraient aussi soumis à ces entreprises qu'ils le sont aujourd'hui aux majors, ce qui est loin d'être certain, le droit d'auteur serait alors complètement inutile et nous ne payerions enfin que le service qu'est la création.
Mais cette idée doit être trop marxiste pour avoir une quelconque valeur...
Avatar de grafikm_fr grafikm_fr - Expert confirmé http://www.developpez.com
le 22/07/2011 à 14:32
Citation Envoyé par ZiGoM@r  Voir le message
Mais cette idée doit être trop marxiste pour avoir une quelconque valeur...

Tellement marxiste que même l'URSS n'a pas envisagé à renoncer au droit d'auteur comme tu le préconises.
Avatar de ZiGoM@r ZiGoM@r - Membre averti http://www.developpez.com
le 22/07/2011 à 16:53
Es-tu sérieusement prêt à défendre l'idée que Marx aurait soutenu le droit d'auteur ou la propriété intellectuelle ?!

Sinon, concernant l'URSS, la plupart des citoyens recevaient gratuitement les films à la télévision, les musiques et autres lectures à la radio. Le prix d'une place de cinéma ou d'un livre était fixé par l'état et se trouvait être exceptionnellement bas, ce qui est inutile quand on meurt de faim mais favorise grandement la propagande.
La comparaison est de toute façon insensée puisque je ne remet pas en cause l'économie de marché quand cette dernière n'existait tout bonnement pas en URSS. Bien au contraire, comme je l'explique plus haut, la propriété intellectuelle va à l'encontre de la loi de l'offre et de la demande.

Ne distingues-tu pas une très légère nuance entre ma proposition et l'idée marxiste de la propriété (propriété que d'ailleurs je défends plus haut) ?

Le droit d'auteur n'est reconnu qu'en 1710, par la Renne Anne en Angleterre, pays marxiste s'il en est !
Avatar de Loceka Loceka - Expert confirmé http://www.developpez.com
le 22/07/2011 à 17:56
Citation Envoyé par ZiGoM@r  Voir le message
Le droit d'auteur n'est reconnu qu'en 1710, par la Renne Anne en Angleterre, pays marxiste s'il en est !

Si la Renne d'Angleterre a fait ça, ça devait être dans un élan anti-GNU, ou poussée par les nobles car y bouent à l'intérieur. En tout cas c'était orignal.
Avatar de Marco46 Marco46 - Expert éminent http://www.developpez.com
le 23/07/2011 à 19:11
Citation Envoyé par Lyche  Voir le message
Qui à payé pour l'étude? parce qu'il peut être très facile de dire le contraire dans une autre étude lancée par les majors.
C'est toujours le même problème, l'impartialité peux toujours être remise en cause.

C'est écrit dans le texte, c'est un studio de cinéma qui justement a été tellement dépité par le résultat qui n'était pas conforme a ce qu'il voulait qu'il a décidé de ne pas publier les résultats.

En dehors de Megaupload ou Rapidshare (ou ce genre de boite), je vois pas bien quelle entreprise ou même quel organisme aurait intérêt à financer des études expliquant que le "piratage" ne nuit pas aux industries du divertissement.

C'est toute la différence entre les études proposées par les Majors ou les gouvernements (à la solde des lobbys de l'industrie) et celles proposées par des universités. Les premiers sont nécessairement en plein conflit d'intérêt.
Avatar de Elepole Elepole - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 25/07/2011 à 5:03
Voila voila .... pourquoi j'ai l'impression que le filtrage du net sa va passé ?

http://torrentfreak.com/the-copyrigh...graphy-110709/

De plus, certain major ont des façon d'utiliser les loi sur les copyright de façon .... créative :

http://boingboing.net/2011/07/20/uni...usic-accu.html
Offres d'emploi IT
Analyste SI-métier (H/F)
Société Générale - Ile de France - Val-de-Marne
Architecte fonctionnel et applicatif (H/F)
Société Générale - Ile de France - Val-de-Marne
Chef de projet SI confirmé (H/F)
Société Générale - Ile de France - Val-de-Fontenay

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil