Vos recrutements informatiques

700 000 développeurs, chefs de projets, ingénieurs, informaticiens...

Contactez notre équipe spécialiste en recrutement

"Rien n'est sécurisé sur le site Web de l'Hadopi" déclare Eric Walter
Lors d'un débat sur les cyberguerriers

Le , par Katleen Erna, Expert éminent sénior
"Rien n'est sécurisé sur le site Web de l'Hadopi" déclare Eric Walter, le secrétaire général était l'invité d'un débat sur les cyberguerriers

Ce 8 février 2011 avait lieu dans un endroit huppé de la capitale un débat organisé par le Cercle, un réseau de 500 professionnels de la sécurité de l'information.

Autour de la table, étaient réunis Olivier Laurelli, aka Bluetouff, blogueur spécialisé dans les problématiques liées à la sécurité et aux libertés individuelles ; Pierre Zanger, psychiatre et psychanalyste ; et Eric Walter, secrétaire général de l'Hadopi. Ce dernier, habituellement très contesté dans ce genre d'exercices, fut accueilli par ces mots de la part du "Monsieur Loyal" de la soirée :"Je n'ai pas de tomates, mais vous êtes le bienvenu".


De gauche à droite : Pierre Zanger, Bluetouff, Eric Walter et Isabelle Tisserand

Le thème des échanges de ce soir était articulé autour de la cyberguerre et des cyberguerriers, avec la question : sont-ils des mythes, ou des réalités ?

Et la Défense digitale ? Est-elle privée ou d'Etat, individuelle ou collective ?

Pour en revenir à la cyberguerre, une problématique de sécurité "pesante et grave", "liée à l'invisible et à l'ubiquité, sans règles et non normative, en divorce avec l'éthique" qui pourrait aboutir en un conflit dans le monde réel si "on ne lui impose pas de contraintes".

Le but de ces attaques numériques seraient "l'anéantissement et l'affaiblissement des pays", elles sont de plus pernicieuses puisqu'un Etat peut-être en guerre sans le savoir, et sans connaître son ennemi.

Plus difficile à cerner encore, ce sont ses limites car la zone du cyberespace est vaste et non cloisonné en termes de lieu et de temps.

L'informatique serait-elle donc devenue une "arme universelle" ?

Bluetouff se lance sur le sujet : pour lui, les actions actuelles s'apparentent plus à de la cyberguerilla , puisque les ennemis ne sont pas identifié, alors que lorsque l'on fait la guerre, "on doit savoir à qui". Un vrai cap reste à franchir entre des actions de type Stuxnet, et une véritable cyberguerre.

Il explique que les hackers ne sont pas des cyberguerriers (mais plutôt des passionnés qui parlent de "bidouille, bricolage et détournement d'objets"), à part les hacktivistes politiques. Il affirme également que les conflits numériques ne sont pas une fin en soit, sauf sur certains écosystèmes ciblés, comme la bourse par exemple. Ces batailles naîtraient de "l'incompréhension entre les gens qui pratiquent l'Internet et ceux qui tentent de le réguler".
La France verrait ses communautés calmes actuellement, mais "un conflit sur le Net est de toutes façons internationalisé", précise-t-il.

Le débat débutait à peine qu'il a cependant tout de suite viré sur le sujet Hadopi, un sujet chaud qui a mis le feu aux poudres par son aspect de "loi sécuritaire privatrice de liberté" : "Pourquoi vouloir surveiller toutes les conversations sur le Net alors qu'on n'écoute pas tout ce qui se dit dans un bar ?", s'insurge Bluetouff, qui craint une transposition de ces mesures de privation dans la vie réelle.

De là, tout bascule, et on n'évoquera plus la cyberguerre, si ce n'est dans un long, très long discours du Docteur Zanger (qui fut d'ailleurs interrompu avant d'avoir terminé).

Ce sont alors le blogueur et l'homme d'Etat qui se sont engagés dans une joute verbale intéressante, malgré un total hors-sujet.



Eric Walter explique que la Haute Autorité est plus "positive que répressive", et qu'elle a plusieurs missions : "celle largement connue de la riposte graduée, celle de l'encouragement de l'offre légale, et une mission d'expertise". Pour cette dernière, il a été mis en place un dispositif de Labs ( au nombre de 5) où chacun peut participer et qui réalisent des analyses techniques, juridiques et économiques, mais aussi sociologiques et philosophiques.
"Internet est quelque chose que nous devons comprendre, l'humanité construit quelque chose avec Internet et nous avons une exigence de compréhension, pour qu'il contribue à enrichir et construire la richesse humanité, plutôt que de la détruire", poursuit-il.

Côté sécurité, il déclare que rien n'est sécurisé : "Dès son ouverture, notre site Web a été menacé. Choix a été fait de ne pas le sécuriser, de même pour la plateforme technique des Labs. Cela coûterait très cher, et nous ne sommes pas convaincus par la résistance des bunkers numériques. S'il y a une attaque, tant pis, le site tombe mais on le remonte le lendemain.On ne veut pas tomber dans l'escalade du défi". Malgré tout, quelques protections de base sont en place, comme sur la majorité des pages Internet.
"Ce qui est intéressant dans Hadopi, c'est surtout Trident Media Guard (l'entreprise chargée de la collecte des adresses IP), c'est une cible plus intéressante qu'un site statique", le coupe Bluetouff.

"On est très confiants, j'insiste. TMG est une entreprise privée, qui s'occupe de gérer la reproduction dans l'univers numérique de protections déjà accordées aux ayants-droits depuis 1957, contre l'utilisation illicite de leurs oeuvres", lui répond Eric Walter.
"Eric, vous êtes un geek sur votre iPhone (sur lequel il ne cesse de pianoter depuis le début du débat), il y a un grand décalage entre Bluetouff et votre écosystème, pourtant vous semblez totalement serein", l'interpelle Isabelle Tisserand (coordinatrice du Cercle), qui anime le débat.

Réponse : "Mon calme, c'est parce que je suis geek. Je n'aime pas les étiquettes, je ne sais pas si je suis geek ou pas. Il n'y a pas toujours un grand décalage entre Olivier et nous. Pour lui notre loi est mauvaise, pour moi c une très bonne chose. On a passé trop de temps avec des tables rondes et des séminaires sans solution trouvée, pendant 7 ans on tournait autour de la table (FAIs, usagers, titulaires de droits, etc), et on ne débouchait sur rien de concret. La loi Hadopi a rompu ce cycle. On ne peut pas sur un sujet aussi central que la propriété intellectuelle et la liberté sur Internet passer 7 ans à se regarder sans rien essayer.
La navigation ne se fait pas sans exercice d'une responsabilité. Hadopi a cassé ce cercle vicieux, et en ça c'était la meilleure chose à faire et ça me rend serein.
Alors Olivier va dire que c'est une loi sécuritaire, mais je ne suis pas d'accord, on ne fait pas de la sécurité en envoyant 3 e-mails dans un délai de 12 mois, ça c'est de la responsabilisation. Dire aux internautes de plus en plus nombreux, qu'ils doivent être responsables. On est à l'aise avec le fait de se confronter avec les gens, on n'assassine pas les libertés individuelles. Notre mission nous rend serein car je pense qu'elle est utile."


Eric Walter et son smartphone

Puis, alors qu'il ressort son smartphone de sa poche, le Docteur Zanger entame son monologue. Il fait la distinction entre le sécuritaire, "ce qui menace la sécurité au nom de la sécurité", et la sécurité, "ce qui protège, prévient et neutralise le sécuritaire".


Le Docteur Zanger en plein monologue

De ce dernier, il dit : "C'est un abus, un naufrage collectif, sous le prétexte qu'on est sévère mais juste on punit et on réprime ce qui au contraire devrait être préservé. Qui cherchons nous a défendre en priorité ?A l'inverse, la sécurité s'appuie sur le cadre de la loi pour autoriser des contraintes, mais ne saurait se substituer à d'autres domaines comme l'éducation qui prépare en amont notre sécurité.
Là ou la force est employée, l'autorité à échoué.
Internet offre des possibilités de cyberguerre inégalées, et un espoir de remise a égalité des forces en présence, pour des gens de tous horizons."


Bluetouff et Eric Walter, amusés par l'interruption du discours du docteur Zanger par les organisateurs du débat

Suite à cela, vient la traditionnelle séance de questions-réponses, qui elles aussi ne s'intéressent qu'à la Haute Autorité :

- Quel sera le plus grand défi pour Hadopi en 2011 ?
("trouver des budgets", siffle-t-on dans la salle)
Eric Walter : Parvenir à un juste équilibre de ses 3 missions.

- En avez-vous les moyens ?
E. W. : Oui, c'est pour cela qu'on est totalement sereins. Les moyens humains oui, la structure oui, les moyens intellectuels oui, petit à petit. Que ce soit de façon visible ou lors de conversations privées, on agrège de la connaissance, on fait évoluer notre propre compréhension de l'environnement dans lequel on évolue. On a au sein ou autour de nous, un noyau de personnes de bonne volonté pour discuter, et ça c'est la base de tout."

- Un souhait pour les années à venir ?
E. W. : Qu'on ai été utiles. On est dans l'action, face à un véritable défi. On est en train d'essayer quelque chose.

- Quel modèle économique pour un bien dématérialisé ? Les DRM ne règlent pas tout, quel équilibre entre économie et légal peut être trouvé ?
E. W. : Avant la question de la valeur économique on est vraiment sur la question de la liberté des auteurs, l'auteur a-t-il le droit de décider des modalités des diffusions de son oeuvre. Par rapport à l'encouragement des offres dites légales, ce n'est pas une question simple. L'Hadopi n'apportera pas LA réponse, et si on veut que de tels services ou offres existent, il faut leur laisser un minimum d'espace, ce qui ne suppose pas l'existence massive d'une pratique qui fait fi de tout. Pour l'instant on ne sent pas d'espace possible pour ça. De plus, on ne va pas globaliser musique, cinéma, etc. Tous sont différents, donc pas de réponse unique. Il faut redonner l'espace a des services égaux, c'est à dire qui respectent le droit des autres.

Bluetouff : Pour défendre soit disant les auteurs, j'ai des doutes, Hadopi défend surtout certains auteurs, ceux qui vendent le plus en général. Mais rien pour les auteurs de logiciels.

E. W. : On ne fait que suivre le sens de l'histoire, je rappelle que le fait qu'un auteur de logiciel ai pu revendiquer le droit d'auteur, c'est apparu bien après les droits d'auteur. Hadopi a commencé sur les autres oeuvres d'artistes, ce n'est pas pour autant que l'on est pas en train de regarder les possibilités pour d'autres auteurs, comme ceux du logiciel libre. On a lancé une expertise juridique à ce sujet, demandant de saisir l'Hadopi pour défendre leurs droits. C'est une question de calendrier.

B : On marche sur la tête avec la présomption de culpabilité, et on demande à l'internaute de se sécuriser alors qu'il ne peut pas toucher à sa box !

- Vous dites qu'un de vos rôles c'est de favoriser l'offre légale, vous dite aussi qu'elle n'a pas de réponse par rapport au mouvement économie numérique, moi je constate pléthore d'offres illégales qui poussent pour télécharger avec chiffrements de flux. Hadopi risque de favoriser la cybercriminalité.
E. W. : Je pense que l'on n'en sait rien. Et ça vous fait rire. J'entends "ne bougez pas sinon ça va provoquer ça", c'est de l'immobilisme. Ce n'est pas ma vision des choses, le scénario selon lequel l'effet Hadopi serait la migration vers des offres illégales, je n'y crois pas. Personne n'en sait rien aujourd'hui, l'avenir le dira, cela fait aussi parti de notre mission de rendre compte des effets du travail que l'on fait.

- Qu-est-ce qui vous fait croire que ce que vous proposez correspond à mes besoins en tant qu'internaute ? Qu'est-ce que vous pensez m'apporter ?
("Pas grand chose mais il le sait pas", entend on dans le public)
E. W. : Je pense que si Hadopi arrive à faire grandir un peu en responsabilité l'internaute, elle aura apporté quelque chose. Si elle éclaircit le paysage du légal et de l'illégal, entre légal payant, gratuit, illégal gratuit ou payant, ce sera une petite pierre : si on arrive à clarifier cela dans la tête de tous les internautes, même les novices, on aura peut être apporté quelque chose.
Les internautes sont des français, des moyens publics sont engagés, notre expertise peut servir de caisse de résonance.

L'évènement se termine et chacun sort de la salle. Nous croisons Eric Walter en profitons pour lui demander s'il pense que les majors et autres labels survivront aux nouvelles façons de consommer la musique. "Je construit l'avenir mais ne l'écrit pas", nous répond t-il.

Avant de nous révéler une statistique intéressante : plus de 70% des employés de l'Hadopi sont des femmes. Une proportion rare, dans un domaine touchant à l'informatique.

Enfin, la rencontre se conclut par une boutade. Le secrétaire général me demande si mon casier judiciaire est vierge (en plaisantant), puis si mon "casier IP" est vierge ; avant d'avoir un tilt : "Rendez sa virginité à votre adresse IP, ça ferait un très bon slogan publicitaire ça !".


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de ProgVal ProgVal - Membre éclairé http://www.developpez.com
le 11/02/2011 à 22:19
Un p'tit lien vers une vidéo ?
Avatar de ArKam ArKam - Membre éclairé http://www.developpez.com
le 11/02/2011 à 22:35
Encore une fois, dans un espace de liberté aussi jeune qu'est l'internet tel que nous le connaissons, je constate que nous laissons entrer le loup dans la bergerie sans rien dire.

Il faut que cesse cette mascarade manifeste.

Les politiques veulent retranscrire sur internet ce qu'il se fait dans le monde réel, hors, c'est impensable tellement internet n'a pas été fait pour ça.

Lorsque Mr Walter demande si la personne de Developpez à un casier vierge je trouve ça limite (Qu'est ce qu'il en a à faire?), puis viens la question du casier "IP" vierge (Lamentable comme appélation, à la limite, identité numérique aurait été accepté dans le contexte) c'est le pompon.

Vous auriez du lui demander ce qu'il en été du siens de casier "IP", car que comme le dit si bien le proverbe "Que celui qui n'a jamais pêché lui jette la première pierre!"

Que l'on soit bien clair, je ne fait pas ici l’apologie du piratage, cependant, il est important de comprendre l'enjeux de cet environnement qu'est internet.

A titre d'exemple personnel, lorsque j’étais plus jeune, je téléchargeais beaucoup car dépendant financièrement de mes parents qui n'avaient pas les moyens de me payer les logiciels dont je me servais (CAO/DAO/OS etc.).

Et heureusement que j'ai pu les télécharger car cela ma permis d'apprendre l'informatique et d'en faire mon métier sans passer par des études que je ne pouvais pas me permettre financièrement.

Idem pour les films, les jeux et la musique, cela appartient au domaine de l'apprentissage et de la culture.

Cependant depuis que je travail, et que mon salaire me permet de le faire, j’achète quasiment tous mes médias informatiques.
Le hic c'est que je ne peux pas le faire pour tout car, comme là si bien dit Mr Laurelli, l'offre n'existe tout simplement pas pour certains secteurs (mangas en vostfr, films en vostfr etc.) ou est non adapté aux besoins, je pense notamment au secteur de la vidéo (Séries, émissions, films) accessibles uniquement 7jours et certaines plateformes c'est le bordel pour y accéder depuis la France (hulu par exemple).

Ou pire, lorsque ces plateformes existent elles sont excessivement chères au regard des contenus et services proposés.

Techniquement, je dirais que seul deux médias sans sortent plutôt bien sur internet grâce à des plateformes adaptés aux mass-market, à défaut d’être parfaites, à savoir:

-Le secteur de la musique avec des plateformes telles que Deezer ou Itunes.
&
-Le secteur du jeux vidéo avec des plateformes telles que Steam ou indiedb etc.

Pour ce qui est de la plateforme musicale, c'est paradoxal car l'offre est plutôt bien fournie et pourtant c'est celle que l'on essaye de protéger le plus, hors, plutôt que de dépenser des sous dans dés outils de répressions il serait bien plus intelligent de promouvoir les plateformes en places actuellement et faire en sorte que leurs offres soient de plus en plus complète et notamment vis à vis de certaines catégories de musique que l'on ne peux trouver autrement que par torrent ou autre forums de partages.

Bémols, quand à Deezer cependant, depuis qu'ils commences à gagner de la thune ils ont commençaient à restreindre l’accès de leur catalogue aux comptes free au profil des comptes prémiums.
Je ne pense pas que ce soit le bon chemin à adopter.

Il est nécessaire pour cette entreprise de pouvoir fournir des services payants, c'est normal, ce n'est pas une oeuvre de charité et les infrastructures doivent bien êtres payés, cependant, là aussi, il faut le faire de façon intelligente.

Ne pas interdire l'accès à certaines parties du catalogue aux comptes free, mais plutôt, faire en sorte que le compte premium attire les clients (le mot client est ici important) grâce à des services de qualités et innovant tels que ceux qui font déjà partis de l'offre premium actuelle (à savoir meilleur qualité, pas de pub intermédiaires etc.).

Concernant Steam, il faudrait aussi que les prix soient plus raisonnables, en effet, comment dire au consommateur de payer le prix d'un jeux si déjà le prix n'est pas correct! prenez l'exemple de COD ou BFBC2 qui sont toujours aux prix fort alors que déjà le jour de la sortie les prix en Angleterre etc étaient moins chers qu'en France? Et que dire des conversions 1$=1€? absurdes!

Pour finir je dirais que les solutions sont là, elles existent, mais que le manque de connaissance des personnes qui tiennent les reines de ces industries fait que celles-ci ne sont pas disponibles.

Pire, c'est même parfois des volontés politiques de contrôle qui brident ces évolutions car l’évolution du marché leurs parait trop rapide et donc difficilement contrôlable.

Mais il est important de retenir une chose, les temps changes, et de plus en plus vites, il est primordial de prendre le train tant qu'il est à quai si l'on ne veux pas se retrouver à courir derrière et ensuite pleurer parce qu'on là loupé!!!

PS: Désolé pour le pavé, et merci à ceux qui l'on lu en entier.
Avatar de Marco46 Marco46 - Expert éminent http://www.developpez.com
le 11/02/2011 à 23:08
E. W. : On ne fait que suivre le sens de l'histoire, je rappelle que le fait qu'un auteur de logiciel ai pu revendiquer le droit d'auteur, c'est apparu bien après les droits d'auteur. Hadopi a commencé sur les autres oeuvres d'artistes, ce n'est pas pour autant que l'on est pas en train de regarder les possibilités pour d'autres auteurs, comme ceux du logiciel libre. On a lancé une expertise juridique à ce sujet, demandant de saisir l'Hadopi pour défendre leurs droits. C'est une question de calendrier.

Et non ... Suivre le sens de l'histoire cela aurait été de tenir compte de la révolution numérique. Ils sont réactionnaires. C'est pas pareil ... Les changements ont eu lieu, et continuent. Il faut faire avec.
Avatar de Elepole Elepole - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 12/02/2011 à 9:14
Citation Envoyé par Katleen Erna  Voir le message
- Vous dites qu'un de vos rôles c'est de favoriser l'offre légale, vous dite aussi qu'elle n'a pas de réponse par rapport au mouvement économie numérique, moi je constate pléthore d'offres illégales qui poussent pour télécharger avec chiffrements de flux. Hadopi risque de favoriser la cybercriminalité.
E. W. : Je pense que l'on n'en sait rien. Et ça vous fait rire. J'entends "ne bougez pas sinon ça va provoquer ça", c'est de l'immobilisme. Ce n'est pas ma vision des choses, le scénario selon lequel l'effet Hadopi serait la migration vers des offres illégales, je n'y crois pas. Personne n'en sait rien aujourd'hui, l'avenir le dira, cela fait aussi parti de notre mission de rendre compte des effets du travail que l'on fait.
.

Donc, on lui dit que le piratage marche de plus en plus fort et il répond que non ?

C'est pas comme ca que des loi intelligentes vont sortir.
Avatar de YannPeniguel YannPeniguel - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 12/02/2011 à 19:36
pour moi c une très bonne chose.

Investissons dans l'enseignement primaire, plutôt que dans la Hadopi.
Avatar de Paul TOTH Paul TOTH - Expert éminent sénior http://www.developpez.com
le 13/02/2011 à 9:34
- Quel modèle économique pour un bien dématérialisé ? Les DRM ne règlent pas tout, quel équilibre entre économie et légal peut être trouvé ?
E. W. : Avant la question de la valeur économique on est vraiment sur la question de la liberté des auteurs, l'auteur a-t-il le droit de décider des modalités des diffusions de son oeuvre. Par rapport à l'encouragement des offres dites légales, ce n'est pas une question simple. L'Hadopi n'apportera pas LA réponse, et si on veut que de tels services ou offres existent, il faut leur laisser un minimum d'espace, ce qui ne suppose pas l'existence massive d'une pratique qui fait fi de tout. Pour l'instant on ne sent pas d'espace possible pour ça. De plus, on ne va pas globaliser musique, cinéma, etc. Tous sont différents, donc pas de réponse unique. Il faut redonner l'espace a des services égaux, c'est à dire qui respectent le droit des autres.

un espace de 4,2 milliards de dollars je trouve ça pas mal moi !

Les ventes de musique en ligne ont progressé de 12% au cours de l’année qui vient de s’écouler. Selon le rapport 2009 de la Fédération internationale de l'industrie phonographique (IFPI) elles ont ainsi généré un chiffre d’affaires de 4,2 milliards à l’échelon mondial.

http://www.dslvalley.com/musique+en+...6-01-2010.html
Avatar de nextdev nextdev - Membre actif http://www.developpez.com
le 14/02/2011 à 7:55
Encore un "débat" qui ne sers a rien....
Ou l'on apprend encore rien...

Laissez les dans leur bulles et arretez de les informer. Ce genre de personne de tout maniere ne vous écoutera pas, et fera ce qu'elle veux, et sera notamment tournée sur l'argent à rapporter, et non le bien etre d'internet et de ses utilisateurs...
Avatar de Rams7s Rams7s - Membre éclairé http://www.developpez.com
le 14/02/2011 à 10:02
En tous cas, moi je trouve l'article de Katleen tres bon.

Citation Envoyé par Katleen Erna  Voir le message
Alors Olivier va dire que c'est une loi sécuritaire, mais je ne suis pas d'accord, on ne fait pas de la sécurité en envoyant 3 e-mails dans un délai de 12 mois, ça c'est de la responsabilisation. Dire aux internautes de plus en plus nombreux, qu'ils doivent être responsables. On est à l'aise avec le fait de se confronter avec les gens, on n'assassine pas les libertés individuelles.

Autant le fait de filtrer les paquets etc c'est n'importe quoi. Autant ce point la est quand meme vrai.
Ce qui detruit du coup tout le messagedu docteur monologue.
Citation Envoyé par Katleen Erna  Voir le message
[docteur]De ce dernier, il dit : "C'est un abus, un naufrage collectif, sous le prétexte qu'on est sévère mais juste on punit et on réprime ce qui au contraire devrait être préservé. Qui cherchons nous a défendre en priorité ?A l'inverse, la sécurité s'appuie sur le cadre de la loi pour autoriser des contraintes, mais ne saurait se substituer à d'autres domaines comme l'éducation qui prépare en amont notre sécurité.

Parler d'education sur un phenomene nouveau c'est quand meme pas evident. Ily a dix ans c'etait les debuts de l'ADSL, je pense vraiment que le commun des mortels n'imaginait pas a quel point ca allait bouleverser les habitudes et mode de vie. Bref pas facile d'eduquer les gens a un phenomene qu'on n'envisageait pas.

Citation Envoyé par Katleen Erna  Voir le message
B : On marche sur la tête avec la présomption de culpabilité, et on demande à l'internaute de se sécuriser alors qu'il ne peut pas toucher à sa box !

Ca c'est moche.

Citation Envoyé par Katleen Erna  Voir le message
- Un souhait pour les années à venir ?
E. W. : Qu'on ai été utiles. On est dans l'action, face à un véritable défi. On est en train d'essayer quelque chose.
[...]
- Vous dites qu'un de vos rôles c'est de favoriser l'offre légale, vous dite aussi qu'elle n'a pas de réponse par rapport au mouvement économie numérique, moi je constate pléthore d'offres illégales qui poussent pour télécharger avec chiffrements de flux. Hadopi risque de favoriser la cybercriminalité.
E. W. : Je pense que l'on n'en sait rien. Et ça vous fait rire. J'entends "ne bougez pas sinon ça va provoquer ça", c'est de l'immobilisme. Ce n'est pas ma vision des choses, le scénario selon lequel l'effet Hadopi serait la migration vers des offres illégales, je n'y crois pas. Personne n'en sait rien aujourd'hui, l'avenir le dira, cela fait aussi parti de notre mission de rendre compte des effets du travail que l'on fait.

Serieux, moi je trouve ca interessant comme point de vue. Le but du mec, c'est pas de revolutionner, arreter les telechargements, etc. Simplement d'introduire une prise de conscience chez tout le monde. Je trouve ce point-ci bien. C'est pas en attendant que ca se passe que ca va se passer, au contraire.
[Apres, faut que ca reste dans cette veine la, en acceptant eux aussi d'evoluer. Surtout qu'il y a de nombreuses choses a changer]

@nextdev: le bien etre d'internet et ses utilisateurs.
C'est peut-etre un peu fort de cafe de reprocher a toute une equipe de rien comprendre au bien etre d'internet, en se basant sur ... Sur quoi tiens au juste ?
Avatar de crashtib crashtib - Membre habitué http://www.developpez.com
le 14/02/2011 à 11:16
Bonjour à tous,

S'informer c'est comprendre. Quelqu'un pourrait-il me fournir une bonne source d'information qui évalue quantitativement les fluctuations de consommation légale de biens audiovisuels depuis la mise en place de cette loi ?

Deuxièmement, quelqu'un peut m'expliquer pourquoi vous pensez que l'offre illégale a décuplé sur internet ? Et sur quels éléments vous fondez cette opinion ?
Avatar de Elepole Elepole - Membre éprouvé http://www.developpez.com
le 15/02/2011 à 7:21
Citation Envoyé par crashtib  Voir le message
Bonjour à tous,

S'informer c'est comprendre. Quelqu'un pourrait-il me fournir une bonne source d'information qui évalue quantitativement les fluctuations de consommation légale de biens audiovisuels depuis la mise en place de cette loi ?

La loi est encore trop jeune pour avoir eu un effet quantifiable.

Citation Envoyé par crashtib  Voir le message
Deuxièmement, quelqu'un peut m'expliquer pourquoi vous pensez que l'offre illégale a décuplé sur internet ? Et sur quels éléments vous fondez cette opinion ?

Je dirait pas que l'offre illégal a décuplé, mais qu'elle est resté stable. Le VPN ou autre truc de ce genre dont on entend parler en ce moment ne fait pas partie de l'offre, mais juste un moyen d’accéder a l’offre, l'offre elle même est reste sensiblement la même: torrent, hébergeur style rapidshare ou megaupload etc ... Âpres c'est comme plus haut, il est trop tôt pour dire si la loi a eu un effet dessus ou non, Surtout que contrairement a la loi qui est limité qu'a la France, l'offre illégal est international.
Offres d'emploi IT
Consultant confirmé SAP BI BW/IP (h/f)
Atos Intégration - Ile de France - Bezons
Développeur .net h/f
ACD Consulting - Ile de France - Paris (75006)
Développeur java j2ee (H/F)
SOGETI - Nord Pas-de-Calais - Lille (59000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil