Les responsables IT se sont vus inoculer des préjugés sur l'open-source
Par les fournisseurs traditionnels, Lettre Ouverte du PDG de Talend

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Bertrand Diard est le co-fondateur et PDG de Talend, éditeur bien connu de logiciel open source dans le domaine de la gestion de données. Il entend aujourd'hui lutter contre les préjugés liés à l’open source. Préjugés qui viennent selon lieu des « fournisseurs traditionnels » et seraient très répandus au sein de la communauté des responsables informatiques.

Pour mettre fin à ces idées reçus, le PDG vient de publier une lettre ouverte.

Que voici (les passages en gras sont sélectionné par nous) :

« Les éditeurs de logiciels open source doivent lutter quotidiennement contre des préjugés particulièrement tenaces qui circulent dans les entreprises, malgré un volume croissant d’adeptes qui viennent témoigner de la réussite de leurs projets. Mais il est surtout surprenant de constater que ces idées fausses contredisent en fait tout ce que représentent réellement les logiciels open source et que les véritables bénéfices restent encore non-identifiés.

De manière évidente, de nombreuses entreprises utilisent des solutions open source avec des réserves et continuent d’investir d’énormes quantités d’argent, année après année, dans des logiciels traditionnels. En termes stratégiques, cela n’a pas de sens, surtout lorsque l’on voit apparaître sur le marché de plus en plus d’alternatives open source qui offrent les mêmes niveaux de puissance et de fiabilité que leurs équivalents propriétaires, particulièrement coûteux.

J’ai tiré de mon expérience personnelle le constat suivant : les entreprises tendent à utiliser les solutions d’intégration de données open source en premier lieu pour des projets de taille limitée, mais devant la réussite de ces premiers projets, elles étendent progressivement leur utilisation à d’autres domaines. Après avoir fait ce constat, nous nous heurtons souvent aux bons vieux préjugés que les responsables informatiques se sont vus inoculés par les fournisseurs traditionnels : les logiciels open source seraient peu sécurisés, les coûts cachés seraient considérables et lorsqu’ils sont confrontés à des problématiques complexes, les utilisateurs devraient les résoudre seuls. Ces idées reçues sont sans fondement.

Licences et sécurité – La plupart des préoccupations touchent à la commercialisation et à la sécurité des logiciels open source. Les mythes prétendent que ces derniers seraient développés par une communauté anonyme. Ainsi, vous – l’utilisateur – ne pourriez jamais être réellement sûr que tous les composants peuvent être utilisés gratuitement ou que des développeurs n’ont pas dissimulé un logiciel espion dans le code source.

Dans notre cas, la majeure partie de nos logiciels est développée par une équipe de développement dédiée. Lorsque nous intégrons des modules provenant de notre communauté, chaque développeur communautaire nous cède la propriété intellectuelle de celui-ci, ce qui signifie que le logiciel, dans son ensemble, peut être utilisé gratuitement. En outre, une équipe est chargée de vérifier la qualité de chaque composant du logiciel avant son intégration. Cette méthode permet de s’assurer que l’ensemble des développements est conforme aux contraintes de sécurité et de commercialisation, ainsi qu’aux objectifs de notre entreprise.

Responsabilités – Au-delà de ce qui vient d’être dit, il existe également une appréhension des entreprises vis-à-vis des logiciels open source que l’on pourrait résumer ainsi : « il n’y a pas de responsable… » : personne ne garantit que le logiciel est suffisamment flexible et évolutif pour supporter des normes établies, ce qui signifie qu’il ne peut pas être intégré dans des environnements hétérogènes. C’est pourquoi certaines entreprises se détournent des offres open source, lorsqu’il s’agit de processus « critiques ».

Ceci est très loin de la réalité. Il est prouvé que les logiciels open source sont généralement plus souples que les logiciels propriétaires. La communauté favorise la réalisation de tests à très grande échelle et chaque développeur dispose d’une configuration système différente. Si une fonction ou une interface fait défaut, des programmeurs expérimentés peuvent les développer aisément et les diffuser, grâce à l’organisation résolument ouverte de la communauté. Des centaines de composants et de connecteurs ont ainsi été créés, dont des connecteurs SAP, ce qui prouve que l’open source forme également un moyen très efficace pour améliorer des technologies existantes.

Quiconque a été un jour en relation avec un service d’assistance, sait dans quelle mesure le support d’une communauté peut compléter celui de l’éditeur. Avec des milliers de programmeurs, qui connaissent parfaitement le code du logiciel, les problèmes sont résolus plus rapidement et à moindre coût. En outre, de nombreux éditeurs open source proposent une assistance technique spécifiquement destinée aux entreprises, offrant la même attention et les mêmes engagements de service que les fournisseurs traditionnels. La seule différence réside dans le fait que le coût ne représente qu’une portion de celui des solutions propriétaires comparables.

Coûts cachés – L’un des préjugés les plus tenaces consiste à répéter que le logiciel open source n’est pas vraiment gratuit pour les entreprises, du fait d’importants coûts cachés, engendrés par exemple par l’augmentation des coûts d’administration ou par des indisponibilités dues à une absence de support.

En premier lieu, il est vrai que dans le cadre d’une entreprise, même l’open source ne peut être totalement gratuite. Même s’il n’y a pas de coûts de licence, le déploiement et la maintenance du logiciel doivent être assurés par l’équipe informatique, et les investissements hardware doivent être pris en compte. Cependant, le coût d’un système open source reste bien en deçà de celui des solutions propriétaires équivalentes. Même avec la version commerciale d’un logiciel d’intégration de données open source, il n’est pas rare de bénéficier d’économies de coûts d’environ 80%.

Les évangélistes open source doivent dès maintenant commencer à s’attaquer à ces idées reçues qui minent le secteur de l’open source, afin d’accroître l’adoption et de susciter l’amélioration de la technologie. Il est clair que ces mythes se sont répandus à cause d’une mauvaise compréhension – dans une certaine mesure, les logiciels open source sont encore très neufs pour de nombreux secteurs d’activité. Malgré cela, il est prouvé aujourd’hui que l’open source est désormais au même niveau que les technologies propriétaires.

Afin de rester dans la course, il est essentiel que les responsables informatiques s’intéressent aux logiciels open source dans le cadre de leur veille technologique quotidienne. Il existe de très nombreux témoignages décrivant la réussite de projets open source et mettant en valeur les bénéfices offerts aux entreprises, et les responsables informatiques doivent en être informés. Ceci est non seulement essentiel à la réussite de l’open source, mais également à notre culture technologique, que nous devons ouvrir plutôt que de limiter. Abattre ces préjugés nuisibles sera l’un des aspects importants du développement et du futur des technologies »
.

Et vous ?

Que pensez-vous de cette prise de position et de ces arguments ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de _skip _skip - Expert éminent http://www.developpez.com
le 15/09/2010 à 20:17
T'es un peu dur là, Paul...

Le développement winform est toujours possible et largement répandu, on ne peut vraiment pas dire que seul WPF est supporté, les 2 choses cohabitent plutôt bien. Pour win32 je connais moins mais il me semble que tout ceci n'a pas été rayé de la carte?

Beaucoup de gens ont mis en évidence les risques de mauvaise rétro-compatibilité pour les applics développées en .Net au fil des versions mais microsoft a fait un excellent travail sur ce point, très bon sinon irréprochable.

De toutes façons, dans l'open source, le fait de disposer du code est un avantage tout relatif. Si l'éditeur abandonne le produit, va-t-on pouvoir compter sur la communauté ou sur un repreneur? Eventuellement dans un projet d'intégration on peut supposer pouvoir faire appel à un autre prestataire de service mais c'est tout, pour d'autres projets plus spécifiques, les clients vont pas tous se dire "super j'ai le code, je peux continuer de maintenir le produit", ils ont pas nécessairement envie d'engager des développeurs et de devenir une entreprise de développement.
Le client finit presque toujours par dépendre de quelqu'un d'autre à un moment donné.

Pour ce qui est des coûts "cachés", ce n'est pas parce qu'un produit est open source qu'on va s'en sortir sans payer 1 sou de support! Nombre de solutions open source ont une version payante quelque part, et lorsque c'est le cas, ils s'arrangent pour que la version "gratuite" ne soit pas aussi bien que la "payante". C'est le cas de Jasper et de Pentaho notamment.

Bref tout ça pour dire que solution propriétaire ou open source n'est pas toujours un argument décisif. C'est avant tout l'aptitude du produit à répondre aux besoins qui est importante.
Avatar de Derek Corgan Derek Corgan - Membre confirmé http://www.developpez.com
le 15/09/2010 à 22:46
Citation Envoyé par Gordon Fowler  Voir le message
Les responsables informatiques se sont vus inoculer des préjugés sur l'open-source par les fournisseurs traditionnels

Cela démontre que les commerciaux des produits à licence effectuent leur travail correctement. Un commercial n'est pas ton ami, il est là pour vendre.

Pour moi les deux peuvent cohabiter.
Lorsqu'un produit Open-Source satisfait mon besoin je l'utilise. L'utilisation d'un produit propriétaire doit être justifiée car cela entraine un cout supplémentaire. Cela peut être justifié par plus de fonctionnalités (utiles), un meilleur support, de meilleures garanties concernant la maintenance etc... C'est à voir au cas par cas.

Quand à la question de pérénité : il faut veiller à ce que les solutions adoptées respectent des standards. A voir au cas par cas...

Pour moi l'avantage des licences : un salaire à la fin du mois. Beaucoup d'informaticiens vivent bien grâce aux solutions traditionnelles. Et les éditeurs (Microsoft, Oracle) savent soigner leurs prescripteurs.
Avatar de Perplexe Perplexe - Nouveau Candidat au Club http://www.developpez.com
le 16/09/2010 à 0:44
Citation Envoyé par Derek Corgan  Voir le message
Pour moi l'avantage des licences : un salaire à la fin du mois. Beaucoup d'informaticiens vivent bien grâce aux solutions traditionnelles. Et les éditeurs (Microsoft, Oracle) savent soigner leurs prescripteurs.

Et puis, c'est éminemment moins risqué de se planter avec Microsoft qu'avec une solution alternative.

Pour garder son poste, prescrire Microsoft (c'est pas très riche, comme rime, mais bon).
Avatar de Aspartame Aspartame - Membre habitué http://www.developpez.com
le 16/09/2010 à 6:43
... leurs équivalents propriétaires, particulièrement coûteux.


Arretons ce mythe ridicule !

acheter une solution "tout en un" d'un éditeur ( quand on fait le choix d'IBM / d'Oracle ou de Microsoft ) , de toute façon , on pense bien que un des gros éditeurs ne va pas se casser la figure du jour au lendemain (sauf pour le malheureux
Dédé et Olivier SSII

),l'ensemble est homogène , évolutif selon le bon vouloir de l'éditeur.
on paie alors le logiciel .

essayer d'amalgamer plusieurs briques , conforme à des standards ouverts dans le système d'information ( au risque de devoir changer un élément , avec les difficultés que ça représente ).
l'ensemble est hétérogène , ouvert , évolutif selon le bon vouloir de la communeauté.
on paie le service ... parfois TRES TRES cher .

dans tous les cas , on paie !

pour la qualité des logiciels , on trouve le pire comme le meilleur ( talend est un logiciel sensas; ) , avec une possibilité d'améliorer le pire dans l'open-source et seulement de le subir dans le logiciel propriétaire .

plus les faux amis : si vous forkez javac, un compilateur gcj ne se vera pas assigné en tribunal , essayez donc de fabriquer une DVM android , un visual J++ ... procès garanti ^^
Avatar de Perplexe Perplexe - Nouveau Candidat au Club http://www.developpez.com
le 16/09/2010 à 8:57
Je ne vois pas en quoi les professionnels de l'informatique seraient plus résistants à l'influence environnementale que les médecins ou les journalistes. Or des affaires de collusions frappent ces deux milieux au quotidien.

Le fait d'avoir été biberonné à une technologie particulière provoque nécessairement un certain militantisme pour cette techno (y'en a qui vont dire que je parle pour moi ), ne serait-ce parce qu'on connaît le coût personnel de réadaptation à une autre technologie, mais aussi parce qu'en préconisant le changement, on met soi-même son propre poste en risque à terme, et que personne n'a évidemment envie de perdre son boulot.

Alors si derrière les commerciaux de telle ou telle énorme boîte ont un discours sévère à l'égard de l'open source, on est déjà en disposition favorable pour les écouter.

Et puis, quand une solution coûte moins cher, c'est que des inconvénients.

D'abord, un service IT qui divise son budget d'achat logiciels par 4 d'une année sur l'autre, c'est louche : soit on aurait du le faire avant, soit c'est pas sérieux. Et puis dans les grosses organisations, les gens sont jugés à leur budget annuel. Qui réduirait sa propre importance d'un facteur 4 ? Pourquoi ?

En plus, c'est moins cher mais plus exigeant en termes de mise en oeuvre. Il faut déployer plus d'efforts et quand ça marche pas, tout le monde vous tombe dessus.

Alors qu'en achetant un truc standard, que tout le monde utilise, très cher bien sûr, ben on vous réduit pas votre budget d'une année sur l'autre, vous allez déjeuner avec le commercial qui est si sympathique, si ça marche pas, vous pouvez dire que c'est pour tout le monde pareil, et on ne pourra jamais vous reprocher d'avoir préconisé une solution si répandue.

Alors oui, on est influençable lorsque deux conditions sont réunies : l'habitude, et l'intérêt personnel. C'est un peu sévère mais à mon avis plutôt juste.
Avatar de GanYoshi GanYoshi - Membre chevronné http://www.developpez.com
le 16/09/2010 à 10:57
Citation Envoyé par Perplexe  Voir le message
Le fait d'avoir été biberonné à une technologie particulière provoque nécessairement un certain militantisme pour cette techno (y'en a qui vont dire que je parle pour moi ), ne serait-ce parce qu'on connaît le coût personnel de réadaptation à une autre technologie, mais aussi parce qu'en préconisant le changement, on met soi-même son propre poste en risque à terme, et que personne n'a évidemment envie de perdre son boulot.

C'est pour ça que je suis plus que sceptique quand je vois des gens enthousiasmée de "concours" organisé avec une clé usb à gagner pour celui qui développez tout l'été sous la dernière techno de M$...

Où d'autre qui disent, "Oh trop bien, cet EDI est gratuit pour les étudiants, qu'il est sympa cet éditeur !"
Avatar de manudwarf manudwarf - Membre éclairé http://www.developpez.com
le 16/09/2010 à 11:19
Citation Envoyé par GanYoshi  Voir le message
Où d'autre qui disent, "Oh trop bien, cet EDI est gratuit pour les étudiants, qu'il est sympa cet éditeur !"

C'est clair ^^
Trop bien Eclipse, il est gratuit pour tout le monde !

Ah non ça marche pas...

Avatar de Churay Churay - Nouveau membre du Club http://www.developpez.com
le 22/09/2010 à 8:16
Citation Envoyé par cbleas
pour moi le problème de l'open source c'est surtout quand c'est racheté (MySQL dans le giron d'ORACLE) qu'advient il des produits.

MySQL 5.5 passe en Release Candidate, Oracle maintient le développement du SGBD libre et rassure la communauté sur son avenir
Avatar de minuipile minuipile - Membre du Club http://www.developpez.com
le 22/09/2010 à 10:29
Le problème en soi n'est pas la techno utilisée. Mais surtout comment elle est vendue. Et malheureusement pour cela il n'y a pas de secrets... Il faut des commerciaux.

Pour avoir bossé dans de nombreuses entreprises la personne qui décide de l'achat n'est pas forcément celle qui s'y connait le plus. La caricature du manager dans Dilbert n'est pas forcément exagérée. Et ce dernier comme n'importe quelle Madame Michu regarde la pub "Moi je suis PC et j'utilise IE8". Sauf que lui ne l'assume pas. Ceux qui voient leurs deniers s'engager dans les décisions réfléchiront souvent à deux fois avant de prendre n'importe quoi. Ceux qui dirigent de grosses boites qui n'ont pas de visions sur leur personnels en général ne chercheront même pas à réduire les coûts... Il parait qu'il y a des personnes responsables de cela dans leurs entreprises.

L'autre problème est aussi que les gens qui ne pratiquent pas du tout l'informatique. Et qui pense que le seul fait de posséder un iphone font d'eux des "Geeks séduisants" et pire des connaisseurs ces derniers pensent également que le développeur et autres informaticiens sont des espèces de magiciens qui savent tout régler et que le meilleur moyen de les faire bosser c'est d'imposer une espèce de contrat d'assistance sur un produit que le commercial a vendu mais dont la plupart des justement développeurs chefs de produits jusqu'au responsable MOA essayent de convaincre les hautes instances d'abandonner... Mais le client lui ne raisonne pas comme cela. Ce dernier pense que l'argent donne de meilleurs résultat. Si le client a signé un contrat, le fait qu'il ait un pouvoir économique sur le commercial lui autorise à pourrir la vie de ceux qui doivent trouver une solution pour utiliser un outil qui est devenu une usine à gaz. Pour un négociant ne pas avoir de main mise sur le personnel qui est censé vous trouver une solution est totalement abstrait.

Attention passage sensibles (ceux qui ont des sensibilité politiques s'abstenir) Je précise je me tiens uniquement à l'observation. Il ne s'agit en aucun d'un jugement de valeur.

C'est aussi dans la "tendance" en entreprise où tout le monde se marche sur la gueule de croire que personne ne fait rien gratuitement... Je vais passer outre la théorie de Richard Dawkins sur le gène égoïste, mais il est un fait que la plupart des gérants et autres managers ignorent totalement c'est l'intérêt des informaticiens sur leurs projets. Je pense que la plupart seront d'accord si on vous balance sur un projet qui ne vous intéresse absolument pas. Vous n'allez pas particulièrement attacher d'importance à la survie du projet quels que soient les conditions (salaires, horaires, avantages sonnantes ou en nature que sais je encore...). Alors que sur les projet open source ceux qui décident de travailler dessus l'ont généralement décidé d'eux-même et il s'agit du principal moteur de motivation pour apporter des solutions. Mais ceci dans la tête du quidam moyen fait immanqueblement penser au... Service Public. Ce dernier malheureusement n'est pas vraiment représentatif des solutions open source.

Il s'agit tout autant d'image des solutions open source que de la vente. Malheureusement on ne peut pas tout miser sur un produit pour qu'il se diffuse. Et des boites comme Microsoft l'ont bien compris.
Avatar de Urthgard Urthgard - Membre à l'essai http://www.developpez.com
le 22/09/2010 à 19:40
Si je comprends bien. L'open source est fiable dans la mesure où la communauté est suffisament nombreuse.
Maintenant il n'existe aucune obligation pour une communauté de se développer. Finalement si j'utilise une solution open source généralisée je prends peu de risque. Par contre si je cherche la nouveauté, il existe un risque que l'engouement ne soit pas au rendez-vous.
Avatar de _skip _skip - Expert éminent http://www.developpez.com
le 23/09/2010 à 10:42
@Urthgard
En effet, c'est pas l'open source qui est viable en soi, mais plutôt le projet à titre individuel.
Offres d'emploi IT
Administrateur systèmes LAMP h/f
Easy Partner - Ile de France - Pont de Sèvres
Développeur(se) informatique java/j2ee (h/f)
Atos - Rhône Alpes - Lyon (69000)
Développeur php/javascript confirmé (h/f)
Eolas, groupe Business & Decision - Rhône Alpes - Grenoble (38000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil